Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le génocide arménien sera-t-il reconnu par le Congrès ? Georges W. Bush (...)

Le génocide arménien sera-t-il reconnu par le Congrès ? Georges W. Bush s’y oppose

Qu’ont en commun les huit anciens secrétaires d’État des États-Unis suivants : Madeleine Albright, James Baker, Warren Chistopher, Laurence Iglberger, Alexander Hage, Henry Kissinger, Collin Powel et George Shultz ? Ils ont lancé un appel collectif au Congrès à ne pas voter la motion qualifiant de génocide le massacre des Arméniens dans les années 1915-1918 en Turquie ottomane. Ils ont demandé à la présidente de la Chambre des représentants des États-Unis, Nancy Pelosi, d’empêcher la motion d’obtenir la majorité requise de la Chambre, car son adoption compromettrait la sécurité nationale des États-Unis et détériorerait les relations Turco-Arméniennes : « Le passage de la motion nuirait à nos objectifs de politique étrangère tendant à favoriser la réconciliation entre la Turquie et l’Arménie ».

Cette lettre a été condamnée par les groupes de pression Arméno-Américains : « Nous sommes, en tant qu’Américains, particulièrement choqués que le Congrès ne puisse pas voter un simple texte contre le génocide par crainte de déranger la Turquie, nos dirigeants ‘externalisent’ la conscience morale de notre nation à un gouvernement étranger ». « C’est tout à fait malheureux que huit diplomates expérimentés soient tombés dans les manipulations turques », a répondu le ministre des Affaires étrangères Vartan Oskanian dans un communiqué spécial.

Lors de son entretien avec le Premier ministre turc, Recep Tayyip Erdogan, Georges W. Bush a «  réaffirmé son opposition à cette résolution, qui serait préjudiciable aux relations américaines avec la Turquie si elle était adoptée  ». Selon le porte-parole de la Maison-Blanche, Gordon Johndroe : «  Le président a décrit les événements de 1915 comme ’une des plus grandes tragédies du XXe siècle’, mais il croit que c’est à la recherche historique, et non pas à la loi de déterminer si, oui ou non, ces événements constituent un génocide  ». Comme son prédécesseur, Bill Clinton, en l’an 2000, Georges W. Bush pourrait utiliser son droit de veto pour bloquer une résolution en ce sens adoptée par le Congrès. En l’an 2000, faut-il le rappeler, le Congrès avait retiré le projet de loi, sous la pression, de la Maison-Blanche.

L’ambassade de la Turquie ne prend pas cette résolution à la légère. Elle a publié, dans le Washington Post, un message d’une page rédigé sous forme d’appel aux parlementaires américains. Ce texte demande, solennellement, aux parlementaires, de ne pas imposer « une vision tendancieuse des tragédies qui ont eu lieu dans les dernières années de l’Empire ottoman ». Il met en garde ces derniers contre les conséquences d’un projet de résolution présenté comme « partial » et offrant « une interprétation unilatérale des tragédies subies par un grand nombre dans les dernières années de l’Empire ottoman ».

Une résolution en ce sens devrait être examinée la semaine prochaine en commission des Affaires étrangères de la Chambre des représentants, malgré le risque des complications diplomatiques. Les signataires de la résolution HR 106 s’appuient sur la loi votée en France en 2001 sur la reconnaissance du génocide arménien. A Paris, l’Assemblée nationale avait, le 12 octobre 2006, adopté une proposition de loi sur la sanction de la négation de ce génocide. Mais le texte n’a pas encore été transmis au Sénat. Lors de son récent passage en Turquie, Bernard Kouchner, le ministre des Affaires étrangères, a déclaré que cette proposition ne menaçait personne et que « rien n’était fait ». La presse iranienne n’a pas raté l’occasion de coiffer sa première page d’une manchette : « Bush nie le génocide arménien ». L’adoption en 2001 de cette reconnaissance en France avait provoqué un tollé en Turquie, et une complication dans les relations entre les deux pays.

La position de Georges W. Bush est connue et sans surprises. Dans son allocution annuelle, adressée à la puissante communauté arménienne des États-Unis, en avril 2005, le président américain avait refusé d’utiliser le terme de « génocide » pour qualifier les massacres subis par les Arméniens en 1915-1917 en Anatolie orientale, tout en déclarant : « Nous pleurons ce terrible chapitre de l’Histoire et reconnaissons qu’il a été une source de douleur pour tous les personnes en Arménie et pour tous ceux qui croient en la liberté, la tolérance, la dignité et en la valeur de chaque vie humaine ». À cette même époque, Georges W. Bush n’avait pas voulu contrarier Ankara, malgré une pétition qui lui demandait de reconnaître le génocide, pétition qui avait recueilli la signature de plus de 200 membres du Congrès américain à la veille de la commémoration du 91e anniversaire du génocide. En février 2005, l’ambassadeur américain en Arménie, John Evans, avait déclaré, dans un discours prononcé en Californie, que « le génocide arménien était le premier génocide du XXe siècle ». Mais l’administration de Bush avait rapidement corrigé la remarque d’Evans. Le sénateur Bob Menendez s’était dit scandalisé de voir que l’ambassadeur Evans a été « puni » par le département d’État pour avoir dit la vérité. En effet, la carrière de l’ambassadeur a été écourtée.

Depuis, une nouvelle lutte s’engage donc au Congrès sur cette épineuse question du génocide arménien. Le 30 septembre 2007, à Los Angeles, le même sénateur, Bob Menendez, avait déclaré tout de go que le prochain ambassadeur nommé en Arménie devrait être capable de répondre à la question suivante : « Êtes-vous d’accord qu’il y a eu un génocide arménien ? » Ce qui a contraint la Maison-Blanche à retirer la nomination de Richard Hoagland comme ambassadeur en Arménie. Lors de sa comparution devant le Comité des affaires étrangères du Sénat, l’ambassadeur Hoagland avait soulevé des questions sur la véracité du génocide arménien. Le sénateur Menendez n’acceptera pas que le prochain ambassadeur en Arménie nie le génocide. Pour ce dernier : « avoir un ambassadeur qui ne nie pas le génocide est bien plus important que de ne pas avoir d’ambassadeur du tout en Arménie ».

Par suite de certaines tractations du département d’État auprès de lui, le sénateur Menendez a dit qu’il n’agissait ni selon le gouvernement arménien ni selon l’administration américaine. « Je fais ce qu’il est correct de faire », a-t-il dit. « J’écoute tous les avis de mes électeurs, mais je me forge ma propre opinion ». Sur l’attitude de la Maison-Blanche, le sénateur Menendez n’est pas tendre : « Cette administration est omnisciente et dirigée par le divin. C’est le problème. Ils sont devenus isolés. Ils ne croient plus à la consultation. La Constitution fournit un équilibre des pouvoirs. Nous avons besoin d’une forte surveillance des sujets de politique étrangère. Pas de béni-oui-oui ».

La Maison-Blanche ne peut tout simplement pas ignorer la position géostratégique de la Turquie. Elle pourrait réduire son soutien logistique aux forces américaines stationnées en Irak si le Congrès devait adopter le projet de loi en cause. C’est ce mercredi que la commission des Affaires étrangères du Congrès devrait approuver le texte. La démocrate Nancy Pelosi, qui préside la Chambre des représentants pourrait décider de le soumettre au vote. Le directeur exécutif pour le Comité juif d’Amérique (AJC), David Harris, avait écrit, dans un article, le 21 août dernier, qu’il admirerait n’importe quel Turc qui admettrait le génocide.

Cela en était trop pour Vural Cengiz. Dans un article intitulé « Pourquoi les Turcs des États-Unis sont-ils en train de perdre la bataille ? », paru dans le Turkish Daily News, du 3 septembre dernier, Vural Cengiz, président de l’Institut américano-azerbaïdjanais et ancien président de l’Assemblée des Associations turco-américaines, reprochait aux Turcs des États-Unis de ne pas s’être battus « aussi bien qu’ils avaient l’habitude de le faire ». « De nombreux membres de la communauté des ONG sont en Turquie pour les vacances d’été, et ils apprendront bientôt que ce n’est pas une bataille à temps partiel », ironisait Vural Cengiz. « Quand les liens solides entre les États-Unis, la Turquie et Israël seront détruits, les conséquences ne seront pas faciles à assumer pour l’administration américaine qui sera alors en place. Perdre la Turquie pour un conflit vieux de 92 ans (...) va nuire aux intérêts américains en Irak et au-delà. Les États-Unis ne pourront plus trouver un allié aussi fiable dans les Balkans, le Moyen-Orient, le Caucase et l’Asie centrale », écrivait, dans le Turkish Daily News, Vural Cengiz. L’ancien président de l’Assemblée des Associations turco-américaines pousse un cran plus loin : « Comment le peuple américain et ses représentants pourraient-ils risquer de perdre totalement la guerre en Irak, sacrifier une amitié vieille de 60 ans et mettre en danger Israël, toujours protégé jusque-là, pour satisfaire les demandes d’une minorité ? »

Ömer Taspinar est codirecteur du programme turc de la Brookings Institution et professeur à la School of Advanced International Studies à la Johns Hopkins University. Il écrit : « Ce que les gens ont besoin de comprendre en Turquie, c’est que ce projet de loi relève purement et simplement de la politique intérieure américaine. Il a très peu à voir avec la dégradation des relations turco-américaines constatée ces dernières années. Oui, les amis traditionnels de la Turquie à Washington (...) - le lobby pro-israélien, le Pentagone et les marchands d’armes - ont été déçus par l’absence de soutien de la Turquie à la politique moyen-orientale de l’administration Bush. Mais la Turquie n’est certainement pas la seule dans ce cas. Le monde entier est fâché avec l’administration Bush ».

Taspinar ajoute : « Le formidable lobby arménien dispose du nombre de voix nécessaires pour faire adopter la résolution, grâce en grande partie à une multitude de représentants qui ne seraient probablement pas capables de montrer la Turquie sur une carte. De plus, Pelosi représente le corps électoral de la Californie, qui a régulièrement contribué à sa campagne durant toutes ces années. Après tout, c’est un jeu de “corruption légalisée”, dans lequel la communauté turco-américaine a des progrès à faire ».

Pendant que Taspinar oppose le lobby arménien, Yves Ternon, historien et auteur de plusieurs livres sur le génocide arménien, évoque, pour sa part, le jeu d’autres lobbies. Il explique à France24 la position de Georges W. Bush : « C’est un débat qui s’enlise aux États-Unis depuis des années et George Bush est manipulé par des lobbies, notamment au sein du parti républicain, qui tentent d’empêcher le vote de la loi pour conforter les relations entre les États-Unis et la Turquie. George Bush est ignorant en matière d’histoire des génocides. Sa position est excessive et le président américain est parmi les rares leaders à la défendre. Les historiens ne se posent plus la question de l’existence du génocide arménien, puisque c’est une évidence. Le génocide arménien, comme la Shoah et le génocide tutsi répondent à des critères très clairs ». [...] « Si le Congrès américain adoptait la loi, l’État turc serait acculé, le dos au mur et il serait forcé d’entamer un travail de mémoire. La législation est la seule manière de vaincre les négationnistes au niveau politique ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.4/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

112 réactions à cet article    


  • alberto alberto 9 octobre 2007 10:25

    Un président US s’était déjà osé à « indiquer » aux européens qu’ils « devaient » se préparer à accueillir la Turquie dans l’Union Européenne.

    Les américains, en dignes successeurs de la politique anglo-saxonne suivie depuis plusieurs siècles par leurs aïeux britaniques restent fidèles au principe « semer la zizanie partout où c’est possible chez les concurents potentiels ».

    C’est dans ce contexte que les US soutiennent la Turquie et écartent tout ce qui pourrait contrecarrer l’intégration de la Turquie dans l’UE.

    Il s’agit pour les lobbyistes de tout poil à la solde des US de nous "l’enfiler’ (la Turquie) par tous les moyens.

    La non reconnaissance du génocide arménien par les US n’est qu’un nouvel épisode de ces pressions.

    Bon article, bien documenté.

    Merci et bien à vous.


    • Marcel Dehaeseleer Marcel Dehaeseleer 9 octobre 2007 19:23

      Personnellement, je ne tiens pas à m’exprimer sur le génocide arménien (sujet au combien sensible et que je ne connais pas suffisamment). Cela dit, les très bons rapports U.S. avec la Turquie sont également dus à la présence sur le sol turc d’une importante base aérienne U.S., « The Incirlik Air Base », Base d’Incirlik... smiley Lien Fr : http://fr.wikipedia.org/wiki/Incirlik_Air_Base Lien US : http://en.wikipedia.org/wiki/Incirlik_Air_Base

      No further comment... smiley


    • non666 non666 9 octobre 2007 10:48

      Faire entrer la Turquie en Europe, c’est la condition sine qua non de l’entrée d’Israel a l’issu...

      Quels arguments aurions nous contre cette entrée si la Turquie en etait, en effet ?

      L’entrée de ces deux pions, vassaux des etats unis est la condition d’une neutralisation politique de l’Europe qui n’aurait plus de coherence, plus d’unité et qui ne serait qu’un grand marché , etape indispensable a une mondialisation au profit des multinationales.

      Or reconnaitre le genocide arménien , c’est aussi montrer du doigt les frontières actuelles de la Turquie et leur legitimité.

      Tous les pays d’Europe ont été contraint a la decolonisation. « L’Amérique aux américains » chantait Monroo « L’Afrique aux africains » chantaient le FLN et bien d’autres... Idem pour l’Asie.

      L’Europe est le seul continent a avoir encore des colonies turques sur son sol : La Thrace, l’Albanie, la Bosnie, Chypre... Recommencer a regarder le genocide armenien c’est aussi se rappeler du plan de partage du president Wilson, au lendemain de la première guerre mondiale...

      Le nord-ouest de la Turquie actuelle est clairement l’ancienne Armenie.

      Son Sud-est est le Kurdistan, que Turcs et yankees tentent d’empecher de naitre en Irak après s’etre servi des kurdes comme voltigeur anti-irakiens...

      Bref ouvrir les yeux sur l’armenie c’est d’abord et surtout ouvrir les yeux sur la Turquie, sa legitimité dans « ses » frontières actuelles.

      La Turquie est avec la Grande bretagne( Gibraltar , iles normandes , Irlande du nord , Ecosse , pays de Galles , Chypre encore...) le seul pays a avoir encore des « colonies » dans les autres pays d’Europe.

      On comprends que tout ce petit monde refuse qu’on reouvre les yeux.

      Les etats unis partageants les bases chypriotes avec les anglais, on comprends que la VIeme flotte se soit jadis opposée au contre-debarquement grec destiné a reprendre chypre aux turcs.

      Pour que naisse l’Europe, il faudrait bien un jour qu’elle se libere de ses occupants. Moins on regardera les dossiers qui puent, plus les anglo-saxons et leurs pions nous manipuleront.


      • La mouche du coche La mouche du coche 9 octobre 2007 10:54

        « Faire entrer la Turquie en Europe, c’est la condition sine qua non de l’entrée d’Israel a l’issu.. »

        C’est vrai que ces deux pays s’entendent comme larrons en foire. smiley Cela crève les yeux. Non666 a des yeux de mouche ! smiley


      • momo 9 octobre 2007 12:43

        D’accord avec le debut du commentaire, pas apres, ca se corse :

        « L’Europe est le seul continent a avoir encore des colonies turques sur son sol... »

        et

        « La Turquie est avec la Grande bretagne( Gibraltar , iles normandes , Irlande du nord , Ecosse , pays de Galles , Chypre encore...) le seul pays a avoir encore des »colonies« dans les autres pays d’Europe... » :

        1) Donc avoir des colonies outremer ne pose pas de probleme...

        2) Que fait-on de la Corse, du pays Basque, de la Bretagne, de l’Alsace (qui n’est rien d’autre qu’une colonie francaise en Allemagne) ???


      • non666 non666 9 octobre 2007 14:31

        La mouche du coche a tord de rire.

        Israel et la Turquie sont effectivement alliés militaires depuis plus de 20 ans.

        Les pilotes israeliens s’entrainent au dessus du kurdistan et Israel a participé au retrofit de nombreux systemes d’armes turcs.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 9 octobre 2007 15:56

        @ Non666

        Cela est tout à fait exact.

        La presse israélienne a fait de nombreux commentaires sur les rapports entre Israël-Turquie-Arménie. Le journal « Haarez » informe que le Président Shimon Peres a déclaré officiellement que Tel Aviv n’a pas changé sa position concernant les affrontements massacres d’Arméniens en Anatolie. Dans une conversation avec le premier ministre turc, Peres a de nouveau confirmé la position d’Israël et a ajouté que les difficultés entre la Turquie et l’Arménie doivent être résolues par un dialogue entre ces deux États. Le Président de la Ligue anti-diffamation (ADL), aux États-Unis, dont il est question dans cet article, Abraham Foxman, a envoyé un message au premier ministre turc Erdogan qui disait en substance : « Nous ne pensions pas causer tant d’embarras ni au peuple ni aux autorités turques. J’écris cette lettre pour vous exprimer nos regrets pour le tort causé au peuple turc  ». L’ADL a également déclaré être fortement opposée à la résolution anti-turque présentée au Congrès américain sous la pression des organisations de lobbying arméniennes.

        Pierre R.


      • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 9 octobre 2007 16:14

        @ Leon

        Merci de ce commentaire. En passant, les génocides ont existé de toute éternité et seront soulignés, ces jours-ci, dans une exposition à Montréal. L’exposition Imagining the unthinkable de l’Université McGill présente huit collections de documents réunissant des dizaines de milliers de photos, dessins et témoignages de survivants des quatre coins du monde. Parmi ces témoignages, on retrouve des enfants du Darfour, des déportés de camps de concentration de la Deuxième Guerre mondiale ainsi que des victimes des conflits rwandais et cambodgien.

        Pour votre information, en terminant, en 2004, sur l’initiative du Bloc Québécois, le Canada reconnaissait formellement le génocide du peuple arménien. 37 500 Arméniens habiteraient au Canada.

        Pierre R.


      • Edie 9 octobre 2007 18:04

        Sur la question des frontieres actuelles de la Turquie, il faut remonter au lendemain de la Premiere Guerre Mondiale. Dans le démantelement de l’Empire Ottoman était compris la création d’états arménien et kurde mais la jeune république turc, sous l’impulsion d’Ataturk, a tres vite reconquis ces territoires.


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 octobre 2007 19:04

        @ NON666 : Encore vous ? Vous êtes intéressant. Je vous ai déjà dit que vous étiez téméraire. Je ne crois pas que le commentaire de la mouche du coche soit au deuxième degré. Peut-être au troisième. A une certain point les blogues deviennent du ballet.

        Très bonne chance

        Pierre JC Allard

        http://nouvellesociete.org/5129.html


      • selcuk 13 octobre 2007 03:51

        A non666

        Vous regardez un peu les livres d’histoire avant d’écrire ici.

        1- Ce que t’appelle Kurdistan, ça n’a jamais existé comme une unité politique\étatique. Ce sont les anglais, après la 1ère guerre mondiale, qui ont fait avoir les kurdes sur l’étatisation du Kurdistan.

        2- Nord de la Turquie n’est pas l’ancien arménie. La Turquie ne l’a pas colonisé, c’était le territoire de l’Empire Ottoman, comme le territoire que t’appelle kurdistan.

        Ces deux peuples n’ont pas vraiment fait la guerre d’indépendance contre les turcs. Les arméniens sont provoqués par les Russes jusqu’à la révolution anti-emperialiste et la riposte des turcs ont débouché sur ce que vous appelle « génocide ». Je ne suis pas un historien, mais je ne suis pas d’accord sur l’idée de génocide. Personne ne peut me faire croire à ces conneries. Vous pouvez votez 18349203 lois, les turcs ne vont croire à ça. En 1915, on était en guerre, l’Empire Ottomane était attaquée par la FRANCE, l’ANGLETERRE et LA GRECE. Qui est le colonisateur alors ? Les turcs ou les français ???? Les français qui veulent nous faire croire qu’il y a eu génocide arménienne, ne savent-ils pas que pendant l’état de guerre qu’ils ont élaboré, le déplacement forcé de la population était légitime ? Ah oui, pardon, vous en avez fait le mieux en Algérie peut-être... Vous êtes des professionnels de génocide.

        Pour toi, le concept de colonisation, colonisateur, barbares... tout cela ne s’appliquent que pour la Turquie, l’Israel et les Etats-Unis... Je ne comprends que ça. L’ignorance ou la nouvelle idéologie de droits de l’homme ? L’Europe veut diviser la Turquie, c’est aujourd’hui de plus en plus évident. Et cela se reflète sur l’esprit de pauvres gens comme toi, qui n’ont peut être même pas lu un livre d’histoire dans sa vie. Voilà l’idéologie européenne de droits de l’homme !! Pourquoi l’Union européenne fait autant de bruits sur la situation des kurdes ? Et les arménies ? Le premier président de la République d’Arménie a lui même écrit un livre sur le déplacement forcé des arméniens, il ne parle pas de la génocide. Il crache sur la guerre impérialiste que vous avez provoqué... Et ce livre là, il a disparu des bibliothèques comme plusieurs livres portant sur l’histoire de l’Arménie... Et aujourd’hui, on dit que tout le monde est d’accord sur les conneries que le diaspora ont imposé au monde ! Ne faut-il pas réflechir sur l’idéologisation de l’histoire politique !


      • Yannick J. Yannick J. 9 octobre 2007 11:08

        Je n’avaispas fait attentionà qui avait rédigé l’article just eparce qu’ilm’intéressait, mais à la fin cela ne pouvais être que notre cher chroniqueur d’outre atlantique....

        Merci encore pour cet article plaisant et suffisement documenté pour donner envie de gratter un peu plus le sujet...

        Néanmoins force est d’avouer que les états unis et surtout l’admin bush veut absolument faire entrer la turquie en europe alors que pour l’instant nous européens ne nous sommes toujours pas décidé à quoi que ce soit...

        Reste à voir si Nancy Pelosi osera faire ce qui s’est passé en france, et ce qu’en retour les turc feront...

        cela dit ils semblent un peu tête de mule sur ce domaine...


        • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 9 octobre 2007 12:09

          Bonjour Pierre, toujours un plaisir de te lire

          « La Maison-Blanche ne peut tout simplement pas ignorer la position géostratégique de la Turquie. Elle pourrait réduire son soutien logistique aux forces américaines stationnées en Irak si le Congrès devait adopter le projet de loi en cause. » Et oui, c’est bien là qu’il faut chercher les refus systématiques concernant la question du génocide arménien, le reste pèse peu dans la balance. De plus, le lobby turque est très développé aux US, notamment via l’ATC (American Turkish Council). Inimaginable que dubbelyou puisse froisser les meilleurs clients du lobby militaro-financier qui lui sont si proche...

          Les Arméniens risquent encore d’attendre longtemps avant un appui Outre-Atlantique...


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 9 octobre 2007 15:29

          @ Yannick J

          Merci de ce commentaire. Depuis le temps que le peuple arménien cherche cette reconnaissance mondiale, j’ose espérer qu’ils sont près du but. Il y a très certainement un devoir de mémoire à rendre à ces hommes, femmes et enfants qui ont été massacrés.

          Pierre R.


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 9 octobre 2007 15:39

          @ Yves Rausenbaum

          Merci de ce commentaire. Vous avez fort raison en évoquant la puissance du lobby de l’ATC (American Turkish Council)et son regroupement d’associations (ATAA - Assembly of Turkish American Associations). Il faut savoir que Douglas Faith et Richard Perle auraient été bénéficiaires de bourses de travail de la part de ces Associations pour poursuivre certaines recherches.

          Il faut lire l’excellent article de Marcel Dehaeseleer sur l’affaire Sibel Edmonds, paru sur Agoravox, pour en savoir plus.

          Pierre R.


        • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 9 octobre 2007 15:40

          @ Yves

          Mes excuses pour l’orthographe du nom de famille. J’aurais dû écrire : Rosenbaum. Désolé.

          Pierre R.


        • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 9 octobre 2007 16:08

          Pas grave Pierre, mon nom a déjà été orthographié de toutes les manières possibles et imaginables, il y a bien longtemps que je n’en prend plus ombrage ...


        • Marcel Dehaeseleer Marcel Dehaeseleer 9 octobre 2007 19:14

          ATC !!!

          D’où le travail de « nettoyage » entrepris par Melek Can Dickerson et dénoncé par Sibel Edmonds ! Le cas de Sibel et les sombres manoeuvres de Melek Can Dickerson représentent l’arbre qui cache la forêt ! Lien : http://www.11septembre2001.org/Sibel%20Edmonds.htm à lire si ce n’est pas encore fait ! smiley


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 octobre 2007 19:35

          @ Pierre R. Les Turcs ont leur lobby, comme tout le monde, et les USA ont certes là un intérêt stratégique dont je pense que tous les autres joueurs sont conscients. Comme les autres peuples-martyrs, toutefois, les Arméniens ont leur diaspora et avec celle-ci un réseau de groupes de pression. Puissant, très discret et extrêmement habile.

          J’ai eu l’occasion de le côtoyer et ils ont, sur les autres « clubs » du même genre, le double avantage d’une réputation de respect de la parole donnée et de ne pas s’embarrasser d’un fatras de superstitions mystico-religieuses - je pourrais penser aux Parsis, bien sûr - qui obligent parfois à faire des bêtises... Les Arméniens ne laissent pas la proie pour l’ombre.

          Bush pourrait se casser une dent sur cet os, sans même l’avoir vu. Si la reconnaissance du génocide est VRAIMENT un objectif et pas seulement une distraction. Ce que nous ne saurons pas.

          Pierre JC Allard

          http://nouvellesociete.org/5135.html


        • Signé Furax 9 octobre 2007 12:13

          Merci l’auteur, excellent article.

          La bonne nouvelle c’est quand même d’apprendre que dobelyou semble savoir qu’il existe un pays appelé Arménie. D’ici quelques années, il saura même le trouver sur une carte.

          Pour ce qui concerne la Turquie en Europe (le suicide européen !) j’ai la très désagréable impression que Sarko est en train de faire machine arrière et il faut lui faire savoir qu’il le paiera très cher.

          La décision d’un tel suicide ne peut pas être laissée aux seuls parlements des pays d’Europe. Il faut exiger un referendum à l’échelon européen et on verra bien ce que le premier concerné, le peuple, pense de toutes ces magouilles de mercantis.


          • caramico 9 octobre 2007 14:49

            Bien sûr qu’il fait machine arrière. En fait, il n’y avait pas de « machine avant » :

            C’était un subterfuge pour piquer les voix entre autres du frontnat, l’idée première ayant toujours été de s’aligner, de se vassaliser aux néocons et autres sionistes US, voyez ceux qui l’entourent (ouverture mon oeil !)


          • Bulgroz 9 octobre 2007 12:22

            Allez, pour faire plaisir à Pierre R, pour renforcer les convictions des convaincus, il ne faut pas se satisfaire des demi mots, il faut rentabiliser l’espace qui nous est offert..

            La puissance des Etats-Unis est telle qu’on ne pourra la détruire qu’en s’y mettant tous ensemble. Partout dans le monde, main dans la main, de Piong Yong à Bruxelles et de Tripoli à la Havane.

            Les Etats-Unis sont un géant, le dernier géant mondial. Pour abattre celui-ci, il faudra se mettre à plusieurs, il faudra coordonner des types de révolutions bien différentes entre-elles.

            Nous insistons sur le caractère déterminant de la destruction des Américains en Europe et la nécessité d’une caolition anti-impérialiste quadricontinentale. La Lutte antiaméricaine doit prendre un caractère offensif.

            Il ne faut pas laisser de répit aux Etats-Unis, il faut percer sur des théâtres d’opération très éloignés les uns des autres. La lutte anti-américaine doit être portée sur le plan tragique, car sur le plan trivial les Etats-Unis dominent. L’action des guérillas introduit cette notion du tragique, indispensable climat à la préparation du temps révolutionnaire.

            Il faut que toutes les capitales où l’on ose encore s’opposer à Washington, à Tripoli, à Bagdad, à Piong Yang, dans certains cercles russes, l’on discerne l’énorme enjeu de la carte du Nationalisme européen. Une Europe contre les Etats-Unis, c’est la seule carte qui permette de renverser l’hégémonie yankee.

            Ne pas oublier de ramener du pain pour ce soir.

            Il faut en toute logique et en toute efficacité, que chaque pays anti-américain puisse être un tremplin à n’importe quel type d’action anti-américaine, en particulier la Révolution nationale-européenne ne commencera sur le terrain que quand elle aura trouvé un sanctuaire pour ses bases logistiques, pas avant.

            Bulletin d’adhésion disponible sur : http://bulgroz.org


            • Romain Baudry 9 octobre 2007 15:15

              Vous avez raison. Il faut de toute urgence que la France s’allie à Poutine, Kim Jong-Il, Castro, Al-Qaïda, aux mollahs iraniens, aux narcotrafiquants colombiens et à tous les autres qui s’opposent aux Etats-Unis et qui se trouvent, de ce simple fait, dans le camp du Bien.


            • Romain Baudry 9 octobre 2007 15:25

              Comme d’habitude, le moindre prétexte suffit à certains pour nous ressortir leur habituelle rhétorique anti-US, anti-Turquie, anti-Islam, etc.

              Personnellement, je trouve condamnable la position de l’administration Bush sur le sujet. Mais il ne faudrait pas pécher par naïveté hypocrite : la France sait très bien s’abstenir de dénoncer les crimes de pays étrangers lorsque cela l’arrange. Quant à la reconnaissance du génocide arménien par l’Assemblée Nationale, je crains fort qu’elle n’ait été davantage motivée par des considérations électorales que par amour pour la justice et la vérité.


            • Gandalf Tzecoatl 9 octobre 2007 14:47

              @Thierry Jacob :

              moults musulmans se réclament des Lumières, mais pas tous, normal.


            • fouadraiden fouadraiden 9 octobre 2007 14:52

              Moult musulmans des lumières serait plus juste smiley


            • LE CHAT LE CHAT 9 octobre 2007 15:37

              @FOUADRAIDEN

              La sublime porte était entrouverte , ils ont été éblouis ! smiley

              quoi qu’il en soit la Turquie a une riche histoire http://www.turquie.com/turquie/histoire-turquie/turquie-turc-les-turcs-turque-turques-histoire.asp et même si le pays n’a rien à faire dans l’Europe , c’est un grand pays et l’on y est bien reçus smiley


            • LE CHAT LE CHAT 9 octobre 2007 15:47

              bon article Pierre , évidemment il y a des preuves évidentes de ce génocide sur lequel un excellent reportage a été diffusé sur arte , debulyou s’oppose à cette reconnaissance , que s’attendre de plus d’un homme vivant dans le mensonge . Mais , aux USA comme en France , les législateurs n’ont ils rien d’autre à foutre qu’à remuer la boue du passé au lieu de se consacrer au actions en entreprendre au présent et au futur et pour lequelles ils ont été élus il me semble ?


            • fouadraiden fouadraiden 9 octobre 2007 15:52

              la lumière d’Allah est phosphorescente pour qui l’a vu.

              juste un truc, ton site c’est de la propagande culturelle car j’ai hate qu’on m’explique les 8000 ans de civilisation turque.......

              quant à l’entrée par l’autre grande porte des Turcs ,faudra vous y résoudre.

              et tu te rendras compte le Chat que les Turcs ont retentu une seule chose de l’islam:que les chats sont sacrés pour cette religion,et c’est un grand pas vers la civilisation ça.


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 9 octobre 2007 16:19

              @ Léon

              Je replace ici le message d’origine. Désolé.

              Merci de ce commentaire. En passant, les génocides ont existé de toute éternité et seront soulignés, ces jours-ci, dans une exposition à Montréal. L’exposition Imagining the unthinkable de l’Université McGill présente huit collections de documents réunissant des dizaines de milliers de photos, dessins et témoignages de survivants des quatre coins du monde. Parmi ces témoignages, on retrouve des enfants du Darfour, des déportés de camps de concentration de la Deuxième Guerre mondiale ainsi que des victimes des conflits rwandais et cambodgien.

              Pour votre information, en terminant, en 2004, sur l’initiative du Bloc Québécois, le Canada reconnaissait formellement le génocide du peuple arménien. 37 500 Arméniens habiteraient au Canada.

              Pierre R.


            • Zalka Zalka 9 octobre 2007 17:25

              Thierry : si vous connaissiez réellement les choses dont vous parlez vous seriez probablement moins affirmatif.

              Il n’y a qu’à regarder notre passé, pourvoir que nos valeurs modernes n’ont que peu en commun avec celle dont elles descendent.

              Si cette évolution a été possible pour les barbares grecques, romains, et judéo chrétiens, c’est possible pour les musulmans aussi.

              Pour cela il faut combattre l’intégrisme, pas l’encourager en éxaltant et en idéalisant les « valeurs » de nos très lointains ancêtres (ce qui au yeux de beaucoup, revient à rabaisser les musulmans au niveau des bêtes).


            • georges94 9 octobre 2007 17:30

              Il y au des massacres en Arménie, c’est indéniable. Est-ce un génocide ? Je ne sais pas. La concurrence en victimisation me dérange plus qu’autre chose. De toute façon, j’adhère à la thèse qui dit que ce sont les historiens qui font l’histoire et non les parlements. Et je ne vois pas en quoi celà diminuera la douleur des survivants.


            • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 octobre 2007 19:51

              Les historiens ont déjà parlé. On a massacré beaucoup d’Arméniens, comme on a massacré beaucoup de Juifs et, plus recemment, beaucoup de Tutsis. Cette réalité n’est pas sérieusement contestée. Dire qu’il y a eu ou n’a pas eu un « génocide » est un choix de mots qui n’obéit qu’à des impératifs politiques. Chacun choisit son camp

              http://nouvellesociete.org/412.html

              Pierre JC Allard


            • Signé Furax 9 octobre 2007 15:30

              @ Thierry JACOB

              Il est bien évident que mon opposition à l’entrée de la Turquie en Europe n’est pas dirigée contre les Turcs en eux-mêmes mais contre l’islam, éteignoir de la pensée et de la liberté.

              Nous avons déjà laissé entrer 20 millions de musulmans en Europe, avec les conséquences dont la presse nous fait l’écho chaque jour, et on voudrait nous en remettre une couche de bientôt 100 millions d’autres ?

              On peut comprendre que ce projet soit appuyé par les Américains et leurs vassaux anglais, c’est leur intérêt d’affaiblir l’Europe.

              En revanche, je ne comprends absolument pas cette position de la part d’Européens convaincus.

              Penser qu’une fois que les Turcs seront en Europe, ils renonceront à la paranoïa islamique sous prétexte qu’ils ne sont « que modérement musulmans » c’est se foutre de la gueule du monde.

              Islam = soumission, c’est sa traduction en arabe !!!

              Et s’agissant de soumission, le brave musulman n’a le choix qu’entre tout.... et tout.

              Il n’y a aucune place pour la modération en pays d’islam, sauf à renier sa religion, ce qui est puni de mort.

              Vous avez déjà vu une femme modérement enceinte ?

              ’bécile !!!


              • Romain Baudry 9 octobre 2007 17:03

                Le christianisme a bien su (ou été forcé de) se modérer. Pourquoi pas l’Islam ? Tout ce qu’on reproche aux pays musulmans d’aujourd’hui, on le retrouve dans la France d’il y a trois siècles.


              • Internaute Internaute 9 octobre 2007 16:45

                « Le président a décrit les événements de 1915 comme ’une des plus grandes tragédies du XXe siècle’, mais il croit que c’est à la recherche historique, et non pas à la loi de déterminer si, oui ou non, ces événements constituent un génocide ».

                J’aime bien cette phrase. C’est exactement la même que celle prononcée par notre ex-Premier Ministre Dominique de Villepin sur le même sujet. Est-ce que Bush a copié sur Villepin ou est-ce que les deux répètent comme des perroquets ce qu’on leur a demandé de raconter ? La réponse au prochain numéro.

                Ce qui est certain c’est que Bush ne s’en portera pas plus mal car il ne s’agit que d’offusquer la mémoire d’arméniens, c’est à dire trois fois rien selon l’établissement au pouvoir. Par contre, Bruno Gollnish qui a dit la même chose au sujet du génocide juif c’est trouvé renvoyé de l’éducation nationale, privé de son boulot, de ses avantages de fonctionnaire et mis au ban de la société avec quelques procès sur le dos.

                Autrement dit, le fait qu’un massacre soit déclaré génocide ne dépend pas du massacre lui-même, ni même des assassins, mais uniquement de qui sont les victimes et de qui tient le fouet.


                • moebius 9 octobre 2007 17:01

                  ..Bruno Gollnish est une pauvre victime


                  • moebius 9 octobre 2007 17:01

                    ..Bruno Gollnish est une pauvre victime


                    • moebius 9 octobre 2007 17:07

                      et le bourreau n’est pas toujours celui qui tient le fouet mais c’est toujours « l’autre » et c’est facile.


                    • drzz drzz 9 octobre 2007 17:03

                      Les Etats-Unis s’opposent à toute législation brimant la vision du passé.

                      Il n’y a pas de loi affirmant l’existence de l’Holocauste juif.

                      Les Américains pensent que l’histoire s’étudie plutôt que se légifère.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès