Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Le Japon, le nucléaire et nous…

Le Japon, le nucléaire et nous…

Avec pudeur, respect et compassion pour le peuple japonnais, je pense qu'il faut tout de même OSER en parler...



Le cauchemar des Japonais n’en finit plus …

Avec 500.000 sinistrés du séisme et du tsunami qui ont déjà fait plus de 14.000 morts et disparus , le peuple japonais est maintenant confronté à l’innommable et indicible angoisse de la radioactivité…

Au delà des peurs du tremblement de terre, au delà de l’horreur du tsunami, il y a la terreur qui monte de ne pas savoir quand et comment on va être plongé dans la radioactivité : nul ne la voit arriver et même les chiffres qui défilent sur un dosimètre ne parlent pas à la conscience.



C’est cela que vivent des millions de Japonais : l’arrivée d’une peur qu’ils croyaient avoir maîtrisé depuis Hiroshima. Pourtant, hier c’était la guerre alors qu’aujourd’hui, il parait que c’est la paix.

Il est clair que si l’urgence actuelle est au secours des victimes, à la protection des populations en danger, aux réparations hâtives des dégâts matériels, nous devrons, hors de ce temps de l’urgence, faire notre propre retour d’expérience afin de remettre en question profondément l’énergie nucléaire comme source exclusive d’électricité sur le territoire français et dans le monde entier …

Les nuages radioactifs ne connaissent pas les frontières

NOUS SOMMES TOUS CONCERNÉS !


Le séisme et le tsunami prouvent encore une fois que l’on ne peut pas vraiment prévoir les conséquences d’événements naturels exceptionnels. Nous avons beau dresser des normes de sécurités, des moyennes à respecter, les accidents qui surviennent lors d’aléas climatiques extrêmes sont imprévisibles.
On peut avoir toutes les statistiques, les fréquences de tel ou tel événement, la nature peut sortir des normes. C’est ELLE qui est la plus puissante .

Au travers du drame subit par le Japon, la nature nous rappelle comme un coup de semonce que l'espèce humaine ne sera qu'une parenthèse de quelques secondes dans l'histoire de notre planète...
Mais nous la respectons pas et jouons sans cesse aux apprentis sorciers capables du pire ! Et nous tentons de contrôler l'incontrôlable…Nous sommes coupables et devrons rendre des comptes à nos enfants et petits enfants…

Cela fait des dizaines d’années que l’on sait parfaitement qu’un jour ou l’autre un tremblement de terre provoquera un “incident majeur ».
Des années que le lobby de l’industrie nucléaire travaille pour le plus grand bien des profits des capitalistes.
Des années qu’on nous rabâche qu’on ne peut se passer du nucléaire sous peine de retour à la bougie.

Le retour à la bougie c’est maintenant au Japon qu’il se dessine !

À l’approche du 25e anniversaire de l’accident de Tchernobyl
(Quelles leçons en a-t-on tiré ? )
qui a causé la mort directe ou indirecte d’au moins 600 000 personnes, cette tragédie nous apprend que le Japon, troisième puissance mondiale, pays industrialisé à la pointe des innovations technologiques, ne sait pas plus que la France maîtriser les conséquences liées à la production nucléaire.




ET UNE QUESTION NOUS TARAUDE TOUS :

Pourquoi un pays tel que le Japon a-t-il choisi le nucléaire ?
Pour mémoire, L'archipel japonais est situé à la frontière de quatre plaques tectoniques : les plaques Nord-Américaine, Pacifique, Eurasienne et des Philippines dont les interactions en font l'une des zones les plus actives en termes d’activité sismique et volcanique de la planète

Défiant les risques que sa proximité avec une zone de mouvements de plaques tectoniques lui impose forcément, impliquant l’occurrence de tremblements de terre (le Japon connait plus de 1000 secousses annuelles) et de tsunamis (le mot est d’origine japonaise),le Japon a pourtant choisi d’investir massivement dans le nucléaire civil.



Avec 54 réacteurs nucléaires en fonctionnement, le Japon est le 3e pays le plus nucléarisé au monde.( La France arrive en 2e position avec un total de 58 réacteurs derrière les Etats-Unis qui en comptent 104.)

Les différents acteurs du nucléaire au Japon utilisent souvent l'argument de la dépendance énergétique pour justifier ce choix.

Le taux de dépendance du Japon à l'étranger pour son approvisionnement en énergie primaire avoisine les 80% et le nucléaire lui permet de réduire sa dépendance énergétique . Les importations de pétrole représentent environ la moitié de l'énergie consommée au Japon, ce qui rend le pays très sensible aux fluctuations du cours du pétrole. Le nucléaire, qui ne fournit que 29% de la production totale d’électricité (contre près de 80% pour la France), est une source d’énergie majeure, pour ce pays qui dispose de faibles réserves en ressources naturelles. Le pays doit importer l’équivalent de 80% de ses besoins en énergie, et le nucléaire lui permet de réduire sa dépendance énergétique.

Le CNIC (Citizen's Nuclear Information Center ) qui rassemble des scientifiques opposés au nucléaire, rappelle dans un communiqué avoir « averti le gouvernement que les centrales nucléaires n'étaient pas construites pour résister à des séismes et des tsunamis très importants ».

Entre le fric et la raison, entre la prudence et les intérêts économiques, le nucléaire mal maîtrisé a été choisi et creuse nos tombes !

Quelle place a été donnée à l’être humain, victime sans pouvoir d’intervention dans ces choix ?

Les dirigeants qui ont créé cette situation sont les propres prédateurs de l’humanité.





Sur le même thème

PropaGandhi contre Propaganda
Fukushima, un désastre illimité
Ce merveilleux 6ème sens
Fukushima, le mythe du "zéro morts"
Fukushima for ever


Réactions à cet article

  • Par Alain-Goethe (---.---.---.225) 19 mars 2011 12:57

    Vous dites  :

    " Pourquoi un pays tel que le Japon a-t-il choisi le nucléaire ?
    Pour mémoire, L’archipel japonais est situé à la frontière de quatre plaques tectoniques : les plaques Nord-Américaine, Pacifique, Eurasienne et des Philippines dont les interactions en font l’une des zones les plus actives en termes d’activité sismique et volcanique de la planète « 

    Des + ou - mauvaises réponses de ma part :

    - pas de pétrole, ni de gaz
    - densité population élevée
    - croyance en la Technique, maitrisée par une » société organisée

    Surtout la CUPOIDITE, l’appat du FRIC ( pour les ambitieux surtout) ; moins le cas pour des pécheurs ou cultivateurs de cette zonre au Nord du Japon etc

    D’où le progrès ( ??) à marche forcée pour acheter des tas d’équipements électriques, des jeux vidéo (derrière lesquels on pense pouvoir se détendre.. et surtout si on en devient addict ) etc ..

    «  Comment garder un minimum de libre arbitre, de bon sens »terrien" quand on vit dans des mégalopoles de 15 à 40 millions d’habitants ??

  • Par ELCHETORIX (---.---.---.158) 19 mars 2011 15:25

    bonjour citoyenne du monde !
    très bon article et sortons du nucléaire , leur site : www.sortirdunucléaire.fr
    et changer de modèle économique avec la modernité raisonnée !
    le tout nucléaire serait la vitrine technologique du capitalisme économique , ce sera leur fin de non recevoir !
    Un monde humaniste oui , la prédation financière et l’impérialisme non !
    RA .

  • Par mouvement démocrate cluny (---.---.---.158) 19 mars 2011 16:46
    mouvement démocrate cluny

    Japon mars 2011 « Nous sommes tous fait d’argile et de terre »

     « Nous sommes tous japonais »…


    "C’est l’heure de rapprocher ce qui est loin, de rassembler ce qui est autre, de partager ce qui nous appartient, de réunir ce qui se dissocie, de penser que notre responsabilité est dans le passage qui fait sens et non dans l’usage du tout qui fait mouche"


    Les mots sont si pauvres devant cette catastrophe et ces moments tragiques que subissent, sous nos yeux impuissants, les Japonais que l’envie me prend, pour faire court et peu original, de reformuler une phrase de J Kennedy prononcé en 1963 , 

    "Nous sommes tous Japonais ».

    Par solidarité bien sûr, comment ne pas se sentir touché au plus profond de soi par l’horreur de cette triple catastrophe qui risque, dans les heures à venir, comme une réaction en chaine, de les atteindre au centre de leur système, au cœur de leur cellule humaine .

    Mais de rajouter très vite "nous sommes tous de la même terre"

    Par esprit fraternel surtout car ce drame qui les met à terre, nous touche et nous alerte,  et ce n’est pas un vain mot, ce qui leur arrive est comme un coup de semonce pour le monde, ils en sont les victimes, n’oublions pas qu’en août 1945, c’est sur eux que nous avons lâché 2 messagers de destruction massive.

    Les 4 éléments, Terre – Eau – Feu – Air,  se chargent de nous dire comme un avertissement que nous ne tournons plus rond où que nous avons perdu le Nord.

    Notre planète en son centre magmatique, trop tendue par la pression subi a ébranlé notre terre, en travaillant ses failles, la mer a prêté son concours au premier élément pour ravager les côtes et tout emporter, hommes et constructions comme des radeaux à la dérive.

     Mais ce n’est pas tout, le feu a gagné assoiffant nos centrales, l’air aujourd’hui s’en mêle comme mercure, grand voyageur, il se disperse et communique, pour sans bruit nous informer et nous détruire…

    Tout ceci est horrible mais en trouver le sens, c’est peut-être pouvoir donner du sens au non sens et enfin prendre en main notre destinée humaine.

    Cette situation au demeurant forte en symbole, nous commande de nous hisser à la hauteur de l’événement, ne pas agir dans la précipitation, s’arrêter pour réfléchir , ne pas s’agiter nous le faisons aujourd’hui envahit que nous sommes par la peur du vide et le trou noir de l’absence.

    Ce qui arrive est tellement fort, impensable, incroyable, et guère mesurable avec les outils de perception que nous avons développé depuis des années qu’il nous faut, cette fois, être à la hauteur de ce peuple qui face à la menace ne s’affole pas.

    Leur île, autrefois protectrice, rempart contre l’envahisseur, devient pour un grand nombre d’entre eux, un lieu de confinement sans rien pour se prémunir des effets radioactifs, la fuite n’est pas possible, l’air s’infiltre inodore, incolore mais à jamais mortel.

    Il reste, suspendu nous invitant à nous suspendre un temps pour regarder autrement.

    Le monde de la finance dépèce le fleuron asiatique, jouant au yoyo, avec ces richesses. Il ya des rapaces qui deviennent dans certaines circonstances des charognards … Nous avons perdu le Nord pour de l’Or


    Les politiques jouent la transparence en gardant leur obscurité et leurs a priori, mais la lumière est aussi une question de longueur d’ondes, seront-ils sur la même fréquence que précédemment où en changeront-ils ?

    Peut-être pensent-ils que la transparence est seulement une affaire de communication mais n’est-ce pas tout simplement faire passer la lumière, nous éclairer.  Communiquer, communiquer c’est aujourd’hui souvent ne rien dire !

    On parle aujourd’hui de contrôle sur nos installations nucléaires, c’est bien de le faire mais tout cela laisse à penser que ce n’était pas fait auparavant, à répondre au loup on devient « agneau » avant de devenir chèvre.

    L’Allemagne arrête ses centrales les plus anciennes, nous sommes dans la même logique, logique qui répond comme panurge et ses moutons au grand effroi ! Mais est-ce une réponse appropriée à l’événement ? En discuter, le prévoir, envisager d’autres solutions, c’est une nécessité mais lancer le débat à chaud, est-ce adapté à la situation ?

    Ce n’est pas un tsunami que nous allons devoir affronter demain sur nos côtes et nos terres, c’est autre chose, nous sommes donc dans l’ultra solution, la réaction pour la réaction jusqu’à ce que le cœur entre en fusion.

    Nos journalistes s’en font l’écho ce qui leur permet de discuter du sexe des anges pour tenir l’audience, l’antenne ou imprimer le papier journal alors que le monde par ce cataclysme va être ébranlé durablement et que les Hommes, les tous petits, les sans rien, les sans pouvoir, changent, évoluent au contact du terrain.

    Nous avons déjà sous nos pieds l’emprunte du chemin et c’est pourquoi beaucoup se détournent d’un spectacle où la bande son se décale de l’image.

    C’est maintenant que nous devons grimper sur les épaules des géants pour voir autrement et faire différemment.

    C’est aujourd’hui que nous devons, en nous, retrouver cette boussole perdue au fond de notre océan car nous sommes aussi nés de la mer.

    C’est l’heure de rapprocher ce qui est loin, de rassembler ce qui est autre, de partager ce qui nous appartient, de réunir ce qui se dissocie, de penser que notre responsabilité est dans le passage et non dans l’usage.

    C’est un étroit passage, c’est 1 et 3 pas sages pour sortir de nos obscurités ! La marelle si l’on n’y prend pas garde va tout droit à l’enfer ! 

     


      Nathalie Simon

    http://www.mouvement-democrate-clun...

  • Par vladimir (---.---.---.2) 20 mars 2011 14:03

    "Il reçoit pour ordre de maintenir le refroidissement par eau du réacteur ; cet ordre, que Brioukhanov persistera à appliquer toute la journée, n’aura pour effet que de libérer plus de radio-éléments dans l’atmosphère.« 
    ----
    Citation de wikipedia »Catastrophe de Tchernobyl"

  • Par epapel (---.---.---.226) 20 mars 2011 14:22
    epapel

    Le taux de dépendance du Japon à l’étranger pour son approvisionnement en énergie primaire avoisine les 80% et le nucléaire lui permet de réduire sa dépendance énergétique .

    A force de l’entendre encore et encore vous avez fini par adopter le discours officiel, mais il est faux de dire que le nucléaire réduit la dépendance énergétique dès lors qu’on est obligé d’en importer le minerai, en revanche on pourrait dire qu’il permet de diversifier le bouquet énergétique mais du coup ça devient erroné en ce qui concerne la France car elle a une dépendance trop marquée par rapport au nucléaire en matière d’électricité.

  • Par velosolex (---.---.---.81) 20 mars 2011 15:45
    velosolex

    Peut-être l’internationalisation des catastrophes réussira t’’elle, ou du moins obligera t’elle l’homme ce qu’il a été incapable de réaliser au niveau politique.
    C’est à dire une conception des sociétés fondée sur l’aide, l’assistance, le partage des ressources et des richesses.
    L’urgence fait office de discours, la survie de rhétorique.
    Et sortir de cette jungle n’ayant pas évolué depuis le moyen age, avec ses fiefs, ses seigneurs féodaux, cette politique de la terre brulée.
    Alors que la science et la technique auraient du amener à chacune de leur avancée, obliger l’homme à s’étalonner.
    Ou l’obliger à prendre position, refuser l’émergence de choix incompréhensibles, de culs de sac évidents, pourtant vantés par tous ces spécialistes ivres de leurs chiffres, de leurs statistiques imparables !
    Maintenant simplement incompatibles avec la survie de l’espèce.
    Tous ces dictateurs avides représentent la caricature de ce qu’est devenu le monde. Des homme de cro-magnon, avides de pouvoir, mais disposant de missiles nucléaires, alors qu’avant ils ne disposaient que de massues et de pierres.
    Les événements nous bousculent.
    Mais à force d’entendre dire qu’il va falloir réagir, qu’on ne dispose plus que de quelques années pour réagir, et à nous satisfaire éternellement de ces quelques années pour attendre, ne rien changer.
    Je ne voudrais pas dire qu’il est peut être déjà trop tard.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès