Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Mali et les rebelles du Nord s’accordent enfin

Le Mali et les rebelles du Nord s’accordent enfin

Les autorités de transitions du Mali et les mouvements rebelles du Nord se sont entendus mardi 18 juin sur un « accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali ». Grâce à cet accord, les élections présidentielles, dont le premier tour est prévu pour se dérouler le 28 juillet prochain, devraient pouvoir se dérouler. Un pas essentiel a donc été franchi pour que le pays s’extirpe d’une crise dans laquelle il est englué depuis plusieurs mois.

Même Laurent Fabius, ministre Français des Affaires Etrangères, est d’accord pour le dire. La signature de cet accord entre le pouvoir intérimaire malien et les mouvements rebelles du Nord-Mali, maîtres de la région septentrionale de Kidal, s’est faite mardi 18 juin à Ouagadougou, capitale du Burkina Faso, facilitateur dans la crise malienne. Grâce à ce paraphe, les élections présidentielles de la fin juillet devraient pouvoir avoir lieu.

Les tractations ont été longues. Mais au bout de quinze jours de discussions, les autorités du pouvoir de transition du Mali et les deux principales entités politiques Nord-Maliennes, le MNLA et le HCUA, se sont entendues sur ce qui suit : l’armée régulière pourra être déployée progressivement dans la région de Kidal. Les deux mouvements séparatistes auront l’obligation de désarmer leurs hommes, mais il faudra pour cela que l’Etat central qui sera au pouvoir après les élections et les rebelles signent un « accord global et définitif », condition sine qua non.

Bamako a foi en la signature de cet accord de Ouagadougou, qui signifie pour lui le « début de la réconciliation ». La MINUSMA, bientôt dirigée par le général Rwandais Jean-Bosco Kazura, scrutera méthodiquement le redéploiement de la grande muette malienne à Kidal et le désarmement des Azawadiens. Elle veillera à ce que l’armée régulière et les insurgés observent l’accord de paix, alors que depuis le début du dialogue, plusieurs crimes et exactions ont été dénoncés par Amnesty International et Human Rights Watch. Blaise Compaoré et Djibril Bassolé, respectivement président et chef de la diplomatie du Burkina Faso, facilitateur dans la crise malienne, ont préféré ne pas évoquer dans cet accord les mandats d’arrêts que la justice du Mali a émis à l’encontre des personnalités les plus importantes du HCUA et du MNLA.

Pierre Buyoya, qui dirige la MISMA, a contribué à la rédaction de cet accord. Invité à répondre aux questions de RFI, l’ancien Président de la République du Rwanda a salué sa signature : « Je pense que c’est un bon accord, qui consacre les principes d’unité nationale, de souveraineté nationale et d’intégrité territoriale. C’est un accord qui crée des conditions pour l’organisation des élections, un programme prioritaire de sortie de crise. Par ailleurs, c’est aussi un accord qui crée des conditions pour que les gens du nord, qui ont des revendications depuis longtemps, puissent avoir l’occasion de les exposer. C’est donc, à mon avis, un bon accord pour tout le monde. »


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • Mwana Mikombo 20 juin 2013 17:21

    Sur la photo publiée avec le texte, on peut distinguer trois genres d’individus. En premier lieu, les arabo-touaregs ou magrébo-touaregs, de race blanche et mulâtre, reconnaissables par leurs grands gandourahs et leurs coiffes enturbannées couvrant les oreilles, les tempes, les joues, le menton, roulées autour du cou et retombant sur les épaules et la poitrine, ne laissant voir que le visage et les mains. En second lieu, sur le côté gauche, deux individus de race blanche habillés en costumes sans doute des militaires français car l’un d’eux porte une veste claire galonnée sur l’épaule. En troisième lieu les gens de race noire habillés de costumes sauf pour la dame au premier plan à gauche avec un foulard africain sur la tête et une cape bleue sur les épaules.

    Ainsi, ce panorama haut en couleurs et en modes cache à peine la turbulence qui secoue le Mali et en général le Sahel africain. D’un côté, on a le peuple malien, une proie exsangue en voie d’achèvement, de l’autre côté on a deux prédateurs rivaux, l’un presqu’autant ancien que l’autre. Autrement dit, d’un côté l’impérialisme judéo-chrétien français et de l’autre côté les seigneurs mahométans arabo berbéro-touaregs du Sahara, héritiers des razzieurs sahéliens de la traite négrière, tête de pont de l’impérialisme mahométan. Ces derniers forment une nébuleuse islamique qui regroupe des mouvements terroristes mahométans aux dénominations variées. On dénombre ainsi : le MNLA (Touareg), ANSAR DINE (Défenseurs de la religion), MUJAO (Mouvement pour l’Unicité et le Jihad en Afrique de l’Ouest), GSPC (Groupe Salafiste pour laPrédication et le Combat), AQMI (Al-Qaïda au Maghreb Islamique) , HCA (Haut Conseil de l’Azawad, HCUA (Haut Conseil pour l’Unité de l’Azawad), MAA (Mouvement Arabe de l’Azawad), MIA (Mouvement Islamique de l’Azawad), FIAA (Front islamique arabe de l’Azawad), CTSP (Comité de transition pour le salut du peuple), etc.

    La tenue des discussions et l’accord de Ouagadougou au Burkina Faso ne sont qu’une mise en scène imposée à l’impérialisme mahométan arabo-touareg conquérant par l’impérialisme français maitre des lieux. Il va sans dire que l’impérialisme mahométan arabo-berbéro-touareg militairement faible et vaincu, pour ne pas définitivement perdre, ne peut que saisir la chance de négocier que lui tend l’impérialisme français tout puissant. Pour l’impérialisme arabo-maghrebo-berbéro-touareg, Ouagadougou est une aubaine pour survivre et se requinquer afin de pouvoir repartir à la conquête du Mali le moment venu, voire du Sahel en général. Cela a toujours été sa tactique. Pour le peuple malien, Ouagadougou est un marché de dupes.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Abdalaye

Abdalaye
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès