Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Mali vers la démocratie ?

Le Mali vers la démocratie ?

Janvier 2013, la France se pose en vainqueur avec l’opération Serval. Le rapprochement est facile : après la Lybie de Sarkozy, le Mali d’Hollande. Cependant, toute opération militaire a ses bons et mauvais côtés : un gain de popularité d’un côté ; un avenir difficile à gérer de l’autre. Même si le Président français est acclamé par les maliens (ceux qui sont filmés, du moins), l’opération est-elle une réussite ou un échec ? Le Gouvernement mis en place saura-t-il répondre aux attentes des maliens ?

La démocratie

Une fois les élections présidentielles achevées, le Mali va devoir se tourner vers les législatives. Si Ibrahim Boubacar Keïta propose qu’elles se déroulent le 24 novembre (avec un éventuel second tour le 15 décembre), certains représentants de partis émettent des réserves quant à ce calendrier, jugé trop prématuré. Un seul crédo devra être respecté : ne pas gâcher ce moment démocratique après 18 mois de crise. Au contraire des élections présidentielles, il sera exclu de voir un taux de participation ridicule. De ce fait, les observateurs internationaux et les partis de l’opposition estiment que le Président devra réintégrer, dans le fichier électoral, les 35 000 jeunes qui n’ont pas pu voter aux précédentes élections. Il ne faudra pas non plus négliger les 170 000 réfugiés bloqués aux frontières car « Les législatives (…) sont des élections de proximité, ce sont les représentants du peuple des communautés locales qu'on élit, donc si on exclut ces réfugiés, ces déplacés, c'est que l’on a occulté une partie de la voix du peuple et ce n'est pas bon pour le Mali  », pense Abdel Kader Sidibe, maire d’une commune de Bamako. Dans le processus de réconciliation, IBK doit tenir compte de la société civile, et ne pas s'en tenir au simple face à face entre les groupes rebelles et groupes armés avec l'Etat malien. Il faut que le citoyen ait sa place pour dire "voilà ce qu'il nous faut pour en finir avec les problèmes" ». Une grande partie de la politique d’Ibrahim Boubacar Keïta reposerait donc sur l’attention qu’il va porter aux citoyens maliens, la liberté de parole qu’il accordera à l’opposition et les mesures qu’il prendra pour redonner vie au Nord du Mali.

Le Nord Mali et la poussée Djihadiste

« En nettoyant le nord du Mali, on a renforcé les positions de ces mêmes islamistes dans le sud de la Libye et même en Tunisie, en Mauritanie, au Niger, jusqu’à poser un risque pour le Maroc », explique Samuel Laurent pour Rue 89.
Fin 2011, début 2012, les djihadistes ont pris le Nord du Mali comme un territoire conquis (Tombouctou, Gao, Kidal … sont tombées entre leurs mains). Pas assez bien armés face aux frappes françaises, les extrémistes d’Al Quaeda au Maghreb Islamique (AQMI) et ceux du Mouvement pour l’Unicité et le Djihad en Afrique de l’Ouest (Mujao) se sont repliés vers le Sud de la Libye.

Finalement, comme on s’y attendant, le problème terroriste n’a pas été réglé, juste déplacé.

Carte du Sahel (http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Saharan_Africa_regions_map_%28fr%29.png).

 

Renouer avec le Nord du Mali est, entre autres, un des enjeux de la politique. Dans cette optique, le pouvoir s’est doté de deux nouvelles antennes ministérielles : le ministère de la Réconciliation nationale et celui du Développement des régions du Nord. « Si vis pacem, para bellum  », un précepte que le nouveau Président se contente d’ignorer en tendant une main vers les rebelles du Nord par le bais de la nomination de Zahabi Ould Sidi Mohamed (ex-chef rebelle) au poste de Ministre des Affaires Etrangères. Une tentative de coopération complètement faussée d’après le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) qui n’aurait pas vu l’ancien chef grossir les rangs des rebelles depuis plus de 20 ans.

Le changement c’est (pas trop) maintenant

Mais, à l’annonce de la constitution de son Gouvernement, IBK n’a pas fait l’unanimité chez les journalistes et semblent être à « à mi-chemin entre la rupture et le clonage  », déclare Vincent Hugeux, journaliste spécialiste de l’Afrique. Le site d’information malien, Malijet, dénonce la présence d’anciens ministres du Gouvernement d’Amadou Toumani Touré. Selon le nouveau Président, leur présence serait due à une tentative d’apaisement en les associant à des membres de la junte militaire qui a permis le coup d’état.

Autre fait problématique : IBK a récompensé ses soutiens par deux beaux portefeuilles (le général Moussa Sinko Coulibaly devient Ministre de l’Intérieur et Abdoulaye Koumaré est nommé aux transports). Pour un pays montré du doigt à cause de sa corruption manifeste, ça peut intriguer. Cependant, Vicent Hugueux justifie ces nominations par l’impact que ces deux hommes ont, ont eu et auront sur le peuple.

Même s’il est un peu tôt pour donner un avis tranché sur la politique d’Ibrahim Boubacar Keïta et donner un avis sur la situation malienne, on pourra noter que la rupture sèche et nette attendue du nouveau Gouvernement n’aura pas lieu tout de suite. Entre les rebelles, les partis d’opposition, la majorité et l’attention à accorder aux citoyens malien, il est difficile – impossible, même – de trouver un terrain d’entête. Le nouveau Président et son Gouvernement ont une lourde tâche sur les épaules, une lourde tâche qui ne les a pas pris en traitre, et le regard des observateurs internationaux fixés sur leurs faits et gestes. Qui vivra verra !


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • smilodon smilodon 21 septembre 2013 20:55

    @ l’auteur : Belle tentative !... Mais à part françois, jean-marc, laurent et les familles des militaires qui sont encore là-bas pour quelques années, le « MALI » n’intéresse pas grand-monde !... A part vous, et moi aussi, apparemment !... Allez, je vote « oui » !..Il est bien votre article, je vous rassure. En même temps, qu’il n’intéresse personne ne me surprend pas beaucoup !... Septembre, et Octobre, sont les mois du 3ème « tiers », de la taxe d’habitation, et pour les « heureux », mais « méchants » propriétaires, de la taxe foncière !... Alors, forcément.............Le MALI !!??!!........ C’est LOIN !......Même pas un chameau à vendre, pour payer mes taxes et impôts !... Je râle !.... Adishatz.


    • CASS. CASS. 21 septembre 2013 21:41

      qu’el culot d’employer le terme « démocratie » bandes de saloperies de fonctionnaires de cette ue and co impérialo colonialistes zionistes( kazars huns mongols ... TURKS) anglo saxons atlantistes , au service d’une certaine bourgeoisie de dégénérés consanguins, sans oublier toutes leurs miasmes refilés à leurs esclaves et à leurs héritiers.


      • smilodon smilodon 21 septembre 2013 22:27

        @ l’auteur : L’Afrique toute entière, du nord au sud, dépend encore et toujours de NOUS !.... Qu’on le veuille ou non !... Sinon comment expliquer ce mouvement des peuples du moyen-orient, du proche-orient et du maghreb vers nos pays civilisés, et surtout plein de sous pour eux ??!!...... Forcément, qu’ils veulent venir ici !... Chez eux c’est « l’islam » !... Et c’est pas « terrible » !!.. La preuve, ils viennent tous ici !... C’est que ça doit être mieux que « là-bas » !!.. Au moins !...Si moi je devais quitter,comme eux, mon pays !.. C’est que j’aurais plus d’espoir pour ma vie dans un autre !.. NON ??!!!....Adishatz.
        ....


        • Andreï 23 septembre 2013 10:03

          L’archétype du commentaire du colonialisme laisse des traces à ce que je vois.

          Avant les pays ’civilisés’, comment ces pays se débrouillaient-ils ? hein, rappeler vous de l’histoire de l’Afrique de la France-Afrique et du colonialisme.

          Secundo, la religion n’a rien à foutre dans votre commentaire, je comprends pas pourquoi parler de cela.
          Tertio, vous parlez d’un exode, mais excusez moi, c’est la moindre des politesses de les acceuillir chez vous, après tout, c’est qui qui pillent leurs ressources naturelles qui vous permettent d’avoir du chauffage cet hiver, permettent de manger du cacao ou autre produits, permettent d’utiliser votre ordinateur avec différents matériaux composites de ces mêmes pays, à un prix dérisoire ? Que gagne le peuple sub-saharien dans tout ça mis à part les grand chef et patron qui vont envoyer leur fils dans les grandes écoles en Suisse ou en Angleterre ?

          Si je comprend bien ? Ils devraient fermer le gueule et continuer à se faire vider et à vivre dans la pauvreté  ? Comprenez maintenant pourquoi ils vont vers le nord, et vers ces pays qui pratiquent la démocratie. Allez y là-bas, MR banania, que de la gueule.

          Vous avez oublié les allocs, le rsa, les impôts que vous payez pour ces jeunes gens.
          Vous avez vraiment bouffé de la propagande à deux sous pour raconter tant de conneries Smilodon. S’il n’y avait pas tant de misère et d’exploitation de vos multinationales, croyez moi qu’ils ne viendrai pas chez « vous ».
          Chez vous comme vous dites ? Vous l’avez acheté combien la France ?


        • paul 21 septembre 2013 22:38

          Oui, le Mali n’intéresse pas grand monde, maintenant que le Ravi est allé bomber le torse sur place en signe de victoire . Pour les médias, c’est terminé aussi .
          Les E.U. et Africom leur service d’actions en Afrique, ont quitté le Mali en 2011 après avoir laissé beaucoup d’argent (500 millions de $) en pure perte pour former l’armée malienne .
          Sarko en bon larbin des US a pris la suite des opérations, puis viré en 2012, a refilé cet honneur à son successeur. Avec Fabius aux manettes, no problema .
          Les E.U. eux, se recentrent sur le Niger où ils ont une base de drones pour surveiller toute la zone sahélienne et installer une puissante base d’écoutes .
          L’armée française a retrouvé au Mali les djihadistes libyens. Chasser les vilains terroristes chevauchant leur Toyota, mission réussie en quelques mois . Mais après ?
          Un nouveau président réélu, l’opposition dénonce les conditions des élections, dont Fabius est accusé d’être le véritable directeur . La Françafrique est remise en selle par les E.U., bien joué .
          Quand l’armée aura tourné les talons, les djihadistes planqués ailleurs reviendront .
          Les états africains (O.U.A) sont loin d’être prêts à intervenir, l’ONU ne bouge pas beaucoup. La France a -t-elle les moyens de faire le gendarme en Afrique ?
          Seul le cour terme est préservé par les occidentaux ,pour le contrôle de la région et de ses ressources énergétiques . Et dire que notre chef de guerre était déja prêt à sauter sur la Syrie , toujours pour de grandes raisons humanitaires bien sûr .


          • soi même 22 septembre 2013 01:23

            Je crois que nous allons découvrir avec effrois leurs véritables intentions sur le Sahel.


            • CASS. CASS. 22 septembre 2013 03:36

              ben voilà ça se fait carnader dans un immense sup marché de luxe maintenant, c’est un fait que le luxe ça la fou mal dans une région où la majorité crévent la dalle et que ces mêmes qui crévent la dalle sont bien évidemment des terroristes à abattre.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès