Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Maroc s’inspirera-t-il de la « justice » iranienne (...)

Le Maroc s’inspirera-t-il de la « justice » iranienne ?

Le ministre marocain de la Justice, Mohamed Bouzoubaa, s’est entretenu mardi à Rabat avec le chef de l’autorité judiciaire d’Iran, l’ayatollah Mahmud Hashemi Shahrudi. Ce dernier a présenté les grandes lignes du système judiciaire iranien, précisant que la Constitution iranienne a conféré au pouvoir judiciaire de larges attributions et garanties lui assurant l’indépendance à l’égard des pouvoirs législatif et exécutif.

En visite au Maroc, le chef de l’autorité judiciaire de la république islamique d’Iran, l’ayatollah Seyyed Mahmud Hashemi Shahrudi, a manifesté son soutien aux efforts du pays hôte pour la solution de la question du Sahara : « La question du Sahara relève des affaires intérieures du Maroc et, de notre côté, nous appuyons et soutenons les efforts marocains et internationaux la concernant. » L’ayatollah Mahmud Hashemi Shahrudi, qui conduit une délégation iranienne de haut niveau, rencontrait à Rabat le Premier ministre, Driss Jettou. L’entretien a notamment porté sur la coopération bilatérale en matière de justice.

L’ayatollah Hashemi Shahrudi a profité de cette rencontre pour discuter d’un projet sur la création d’un conseil rassemblant les présidents de conseil des autorités judiciaires dans le monde islamique. Un tel conseil servirait de moyen de rencontre régulière et de coordination sur les développements que connaissent les pays islamiques dans le domaine de la justice, tout en permettant l’unification de la jurisprudence, des vues et des positions. L’ayatollah Hashemi Shahrudi n’est pas revenu les mains vides. Le Premier ministre a accueilli favorablement cette proposition et exprimé l’appui du Maroc audit projet.

Le ministre de la Justice, Mohamed Bouzoubaâ s’est également entretenu avec l’ayatollah Mahmud Hashemi Shahrudi. Après un exposé succinct sur le système judiciaire marocain et les efforts déployés pour l’améliorer, soulignant l’importance de la justice en sa qualité de pilier essentiel de tout système politique et économique efficient, Mohamed Bouzoubaâ a souligné que le Maroc accorde une grande importance à la justice pour ce qu’elle représente en termes de protection de l’investissement et des dispositions des accords économiques conclus entre le Maroc et divers pays du monde et de maintien de l’équité entre les justiciables. L’ayatollah Shahrudi a rassuré son vis-à-vis en précisant que la Constitution iranienne confère au pouvoir judiciaire de larges attributions et garanties lui assurant l’indépendance à l’égard des pouvoirs législatif et exécutif. Il a également énuméré les principales juridictions en Iran.

Avant d’aborder la justice en Iran, examinons de plus près les actualités judiciaires récentes du Maroc. Un tribunal marocain vient de condamner cinq militants pour avoir critiqué la monarchie. Les accusés ont, selon leur avocat, Me Mohamed Sadouq, été condamnés à quatre ans de prison chacun et à 10 000 dirhams (1 229 dollars) d’amende par le tribunal de Ksar el Kbir, dans le nord du pays. La justice marocaine est claire : toute critique de la monarchie, toute remise en question du rôle de gardien de l’islam joué par le monarque ou toute revendication à propos du Sahara occidental exposent toujours à des peines de prison.

Une autre affaire embarrasse le Maroc : Al Watan al An, journal arabophone, a diffusé le 14 juillet des documents classés secret-défense par les autorités gouvernementales, dans un climat de forte tension antiterroriste. Abderrahim Ariri, 43 ans, directeur de la publication, et Mustapha Hormat Allah, 37 ans, journaliste, ont été placés en garde à vue pour avoir publié un dossier intitulé « Les rapports secrets derrière l’état d’alerte au Maroc » en s’appuyant sur un rapport de la DGST appelant à la vigilance, suite à une vidéo diffusée sur Internet montrant un soi-disant groupe terroriste en train de lancer « un appel solennel au djihad contre les régimes maghrébins, en désignant particulièrement le Maroc ». Ils doivent être présentés cette semaine à la justice, a indiqué samedi à l’AFP leur avocat Jalal Tahar.

Dans son éditorial intitulé « La liberté pour Abderrahim Ariri », Libération, qui est l’organe de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), estime que les arrestations sont injustes par la manière avec laquelle se sont effectuées ces opérations. Le comportement arbitraire et abusif observé à cette occasion est indigne du Maroc de la démocratie et de la modernité, d’autant plus qu’il rappelle que le chemin de la liberté d’expression est encore parsemé d’embûches. L’Opinion, organe de l’Istiqlal, critique le « dérapage » des deux journalistes, mais qualifie également de « dérapage » leur arrestation. Des manifestants se sont réunis devant le siège d’Al Watan al An, à Casablanca, appelant à la libération des deux journalistes ainsi qu’à l’annulation des charges.

En Iran, Amnesty International évalue à 177 le nombre d’exécutions en 2006. La trahison, l’espionnage, le meurtre, l’attaque à main armée, le trafic de drogue, le viol, la sodomie, l’adultère, la prostitution et l’apostasie sont passibles de la peine de mort en Iran. L’agence de presse iranienne officielle Fars a confirmé la pendaison de 12 hommes dimanche 22 juillet, à la prison d’Evin, à Téhéran. Quatre autres personnes, trois hommes et une femme, avaient été pendues une semaine plus tôt à Tabriz (nord-ouest) et Chiraz (sud), selon le site Internet de la télévision d’État iranienne. Les condamnés ont été fouettés avant d’être exécutés. Plus récemment, un Iranien, reconnu coupable d’homicide, a été pendu en public jeudi matin à Khoram-Abad (ouest), et un autre à Zabol (sud-est) samedi matin. Naïm M., a été pendu samedi à Zahedan. Il avait été arrêté alors qu’il avait en sa possession plus de 10 kg d’héroïne.

Selon le Conseil national de résistance iranienne, le directeur de l’organisation carcérale du pays, Ali Akbar Yassaghi, dans une interview avec l’agence de presse officielle ISNA, aurait admis l’existence de prisonniers « de sécurité » et de la torture dans les prisons. « Nous avons besoin de centres de détention de sécurité parce que n’importe quel système doit faire face à des gens qui agissent contre sa sécurité à l’intérieur comme à l’étranger et [...] l’organisation carcérale met seulement en œuvre les peines des prisonniers. Nous ne pratiquons pas le fouet bien que le milieu carcéral autorise de telles pratiques », a-t-il dit. Yassaghi a reconnu l’exécution de mineurs en disant : « Il existe un débat parmi les juristes sur l’âge légal pour traiter un criminel comme un adulte pour passer en procès. Certains croient que la majorité est de dix-huit ans, comme c’est reconnu sur un plan international, d’autres croient que l’âge légal est de quinze ans pour les garçons et de neuf ans pour les filles conformément aux lois islamiques. » Depuis le début de l’année, au moins 121 personnes ont été exécutées en Iran, pour la plupart par pendaison, selon un décompte effectué par l’AFP à partir d’informations de presse et de témoignages. Bon nombre d’exécutions se déroulent en public.

Quelles sont donc les attentes du Maroc à l’égard de l’Iran ? En quoi sa participation au Conseil rassemblant les présidents des conseils des autorités judiciaires dans le monde islamique fera-t-elle avancer la justice et la démocratie déjà bien fragiles dans ce pays ?

___________________________


Moyenne des avis sur cet article :  4.73/5   (15 votes)




Réagissez à l'article

81 réactions à cet article    


  • C.C. C.C. 26 juillet 2007 09:59

    « d’autres croient que l’âge légal est de quinze ans pour les garçons et de neuf ans pour les filles conformément aux lois islamiques »

    Et on sait ce qui motive la différence d’âge légal entre filles et garçons ... je vais vomir...


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 26 juillet 2007 11:18

      @ Pierre R

      Le Maroc est en voie d’islamisation, selon de nombreux témoignages et enquêtes. Atterrée par une possible extension de la charia (il faudrait analyser de près la portée de cette rencontre dont vous faites état), je copie ci-dessous l’une des innombrables illustrations de la justice des mollahs et des « gardiens de la révolution » :

      "Deux jeunes filles vitriolées par des bassidjis 09.01.2006

      OFFICIELLEMENT - Les faits se sont déroulés le 4 janvier 2006, dans la ville de Shahroud. Les miliciens musulmans réagissant contre ce qu’ils nomment la non-observation du code vestimentaire islamique.

      Deux jeunes étudiantes d’une vingtaine d’années ont été grièvement blessées et défigurées par des Bassidjis (miliciens du Guide Suprême) qui leur ont jeté de l’acide au visage.

      Les miliciens islamiques circulent à moto et harcèlent perpétuellement les jeunes filles. Les bassidjis encerclent leur victime dans la rue et lui tournent autour à moto en lui lançant des paroles à caractères ouvertement sexuels et ils essayent de commettre des attouchements.Très récemment une fille a été tuée dans de telles circonstances [1].

      Les attaques et harcèlements des femmes iraniennes sont fréquentes depuis 1979, date de la révolution islamique et de la mise en place de l’apartheid sexuel." (Source : Iran-resist.org)


    • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 13:25

      @ Cosmic

      Nous partageons les mêmes craintes au sujet du Maroc.

      Pierre R.


    • JODELLEAMMON 26 juillet 2007 18:08

      JE SUIS ALLEE EN MARS A TEHERAN DS LE QUARTIER LE PLUS TRADITIONALISTE J’AI ETE TRES ETONNEE DE NE VOIR AUCUN MOLLAH ET DES FILLES IRANIENNES A LA MODE EUROPENNES. JE NE PARLE PAS DES JEUNES AVEC DES COUPES TRES HARDS. ASSEZ DE FAIRE DES CLICHES POUR DIABOLISER L’IRAN !


    • JODELLEAMMON 26 juillet 2007 18:16

      IL FAUT QUE BUSH ET SARKOSY S EN MELENT ! AUX ARMES CITOYENS


    • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 26 juillet 2007 22:48

      @ Joëlle Damon.

      Clichés sur la peine de mort en Iran - état : mars 2005 (source : Abolition.fr, peu soupçonnable de subjectivisme idéologique) :

      http://www.abolition.fr/ecpm/french/article-dossier.php?dossier=4&art=183

      Actualité du 22/07 :

      "22-07-2007 - Iran (République islamique d’) Douze iraniens exécutés par pendaison Le dimanche 22 juillet à l’aube, 12 personnes ont été pendues à Téhéran. L’identité de ces personnes condamnées pour divers crimes, notamment viol, enlèvement, ou encore trafic de drogue, n’a pas été dévoilée. Le procureur de Téhéran, Saeed Mortazi, qui a annoncé cette nouvelle, a déclaré que la peine de mort avait aussi été demandée pour 17 autres prisonniers, avant de rappeler que la semaine dernière quatre détenus avaient été pendus dans la capitale."

      Actualité du 11/07 : "11-07-2007 - Iran (République islamique d’) Huit femmes condamnées à la lapidation Selon le quotidien iranien Etemad-Meli daté du 11 juillet 2007, huit femmes ont été condamnées à la lapidation en Iran au cours des dernières semaines. Selon ce journal, les femmes sont réparties entre Téhéran, Ahwaz, Tabriz, Varamin, Qazvin et Orumieh. Selon la Présidente du Comité féminin de la Résistance iranienne, Sarvnaz Chitsaz, le régime des mollahs a l’intention de continuer à appliquer cette peine pour créer la terreur parmi la population. Celle-ci demande dès lors aux Nations Unies et aux organisations pour les droits humains, ainsi qu’aux activistes pour les droits des femmes, de condamner les crimes du régime et d’adopter des mesures pour mettre fin à ces pratiques inhumaines. Depuis le début de l’année 2007, au moins 105 personnes ont été exécutées en Iran ; le 10 juillet dernier, un homme condamné pour adultère a été lapidé à mort, ce qui n’était pas arrivé dans le pays depuis 2002."

      Premier paragraphe de présentation générale (pays par pays n’ayant pas aboli la peine de mort«  :  »Le système juridique iranien se base sur les principes islamiques. L’Iran prévoit la peine de mort pour l’homicide, le vol à main armée, le viol, le blasphème, l’apostasie, la conspiration contre le gouvernement, l’adultère, la prostitution, l’homosexualité, les délits liés à la drogue (possession de plus de 30 grammes qu’héroïne ou de 5 kilos d’opium)."

      Lien : http://www.abolition.fr/ecpm/french/fiche-pays.php?pays=IRN


    • thibaut thibaut 28 juillet 2007 20:32

      Vous avez assez raison, comme nous avons pu le voir dans le beau reportage de la série « Un oeil sur le monde » sur France 2 il y a quelques mois, comme le note aussi le journal The Economist (1), ou encore la formidable Marjane Satrapi (2), mais enfin pourquoi crier ?

      (1) http://www.economist.com/specialreports/displaystory.cfm?story_id=9466834

      (2) http://www.amazon.fr/Pers%C3%A9polis-1-Marjane-Satrapi/dp/2844140580/ref=pd_bbs_sr_2/402-4794556-9475301?ie=UTF8&s=books&qid=1185647294&sr=8-2


    • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 11:10

      il est excessif de parler d’institutions judiciaires au sujet du Maroc ou de n’importe quel autre pays arabe.

      il faut interroger le marocain ordinaire,celui de la rue, ,qui n’a de cesse de se plaindre de l’incompétence et la corruption qui règne au Royaume chérifien pour mesurer le désarroi des peuples arabes devant leur pouvoir.

      dans les pays arabes il n’y a pas de justice .l’apparence des peines prononcées à l’intérieur du Maroc répond sans doute à l’air du temps. les pressions europeéennes et le souci d’apparaître en rupture avec les années Hassan II expliquent l’apparence de la « justice » marocaine et la necessite pour elle de se faire représenter par un ministre de la justice.

      à quoi peut servir une justice dans un pays pauvre ,régi par un pouvoir largement corrompu et incompétent(ce qui est beaucoup plus grave) ?

      à rien. ou si, peut-être à ércire des artciles sur un non événement.

      la seule justice dans le monde arabe est celle du pouvoir pour le pouvoir.et n’entrons pas dans ce jeu de dupes.


      • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 26 juillet 2007 11:26

        Sur la réalité de cette menace, voir ici (http://www.oumma.com/spip.php?article2324) cette interview de Nicolas Beau, co-auteur avec Catherine Graciet de « Quand le Maroc sera islamiste », évoquant tout à la fois la situation économique, la corruption et l’islamisation du royaune shérifien.


        • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 11:47

          changez de lecture.

          l’islamisme semble vous gêner plus à vous qu’aux miséreux marocains.

          c’est là sans doute un signe encourageant.


        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 26 juillet 2007 12:42

          Fouad

          Vous me déconseillez la lecture d’Oumma.com ? Ou celle de nombreux ouvrages et articles toutes tendances politiques confondues ? A moins que ne soyez en train de me déconseiller de communiquer avec des Marocains à qui l’islamisme ne plaît pas du tout ?


        • donegale 26 juillet 2007 13:03

          à Cosmic dancer,

          Je salue la lutte quotidienne des femmes Iraniennes contre le regime. Elle est bien présentée dans ce documentaire :

          http://www.dailymotion.com/relevance/search/reporters+iran/video/x2lzbf_france24-en-reporters-iran-tehran_politics

          mais par contre votre source d’information Iran Resist est très peu fiable.C’est un site qui veut faire des scoop à n’importe quel prix même au dépens de la vérité. Et la personnage de Kaveh Mohseni est très douteuse ! par contre, les Iraniens suivent plus les infos fiables sur BBC ou voice of America.


        • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 13:09

          la majorité des Marocains a comme unique préoccupation son quotidien ,pénible ,et la misère dans laquelle les dirigeants à le tête du Maroc les y maintiennent.

          les Marocains que j’ai rencontré ne m’ont jamais parlé de ce qui semble vous obnubiler.auncun.

          alors vos théories d’employé de bureau sur les islamistes sont juste bons à être postées sur umma.com


        • Cosmic Dancer Cosmic Dancer 26 juillet 2007 13:45

          @ Donegale

          Merci pour ce lien (quoique l’accent de la présentatrice rende pénible son visionnage).

          Une source que vous jugerez plus objective qu’Iran-resist : Amnesty International. Extraits du Rapport 2006 :

          "Peine de mort

          Au moins 94 personnes ont été exécutées. Huit d’entre elles - peut-être davantage - étaient âgées de moins de dix-huit ans à l’époque des faits qui leur étaient reprochés. De très nombreux autres prisonniers, dont au moins 11 étaient des mineurs délinquants, ont été condamnés à mort. Les chiffres réels étaient probablement beaucoup plus élevés. Comme les années précédentes, la peine capitale était prononcée pour des infractions formulées en termes vagues, telle la « corruption sur la terre ».

          * Une femme aurait été condamnée à mort par lapidation en octobre, bien qu’un moratoire sur l’utilisation de ce châtiment ait été instauré en 2002.

          En janvier, le Comité des droits de l’enfant [ONU] a instamment prié l’Iran de suspendre immédiatement l’exécution des personnes qui ont été condamnées pour des infractions commises alors qu’elles avaient moins de dix-huit ans, et d’abolir la peine capitale pour les mineurs délinquants. Bien que les autorités aient affirmé qu’un moratoire sur ces exécutions avait été instauré, Iman Farrokhi a été exécuté le jour même de l’examen du rapport de l’Iran par le Comité des droits de l’enfant. Il était âgé de dix-sept ans au moment des faits (le meurtre d’un soldat cours d’une bagarre).

          À la suite de protestations dans le pays et à l’étranger, les sentences capitales de plusieurs femmes ainsi que d’hommes âgés de moins de dix-huit ans à l’époque des faits qui leur étaient reprochés ont été suspendues ou annulées.

          (...)

          Droits des femmes

          La rapporteuse spéciale des Nations unies sur la violence contre les femmes s’est rendue en Iran en janvier et février. Elle a dénoncé les arrestations arbitraires ainsi que la torture et les mauvais traitements infligés aux femmes, notamment à celles qui militent en faveur des droits humains. Elle a demandé à l’Iran d’adopter un plan national d’action en faveur de la promotion et de la protection des droits humains en vue d’éliminer la violence contre les femmes. Elle s’est également déclarée particulièrement préoccupée par les lois discriminatoires et par les lacunes dans le fonctionnement de la justice, qui permettent aux responsables d’atteintes aux droits des femmes de bénéficier de l’impunité et qui perpétuent la discrimination et la violence contre les femmes.

          Le rapporteur spécial sur le logement convenable a constaté une discrimination envers les femmes dans le domaine du logement ainsi que l’absence de structures d’accueil pour celles qui sont victimes de violences."

          Et oui, les Iraniennes sont très courageuses et admirables, qui luttent contre le régime des mollahs.

          Lequel renforce la répression (source : AFP) :

          " Iran : Le régime va renforcer sa campagne contre les femmes Print E-mail lundi, 23 juillet 2007

          Iran Manif - La police iranienne va renforcer à partir de lundi la campagne contre les femmes mal voilées et celles qui portent des coiffures à l’occidentale, a averti dimanche le chef de la police de Téhéran Ahmad Reza Radan.

          « La police va agir contre celles qui portent des pantalons trop courts, des manteaux moulants, des chemises avec des marques occidentales et ont des coiffures à l’occidentale », a déclaré M. Radan, cité par l’agence centrale d’information.

          « Nous demanderons aux personnes arrêtées de nous indiquer les endroits où elles ont acheté leurs vêtements et les salons de coiffure où elles se sont coiffées pour les fermer », a-t-il ajouté.

          Il a ajouté que dans un premier temps, les personnes arrêtées recevront un avertissement et leur nom sera inscrit sur une liste. « En cas de récidive, il n’y aura pas de pardon », a-t-il ajouté.

          Au début de cette campagne en avril, des milliers de femmes ont reçu des avertissements et des centaines d’autres ont été interpellées pour non respect du code vestimentaire.

          Les femmes, quelles soient Iraniennes ou étrangères, doivent respecter le voile islamique depuis la révolution islamique de 1979. Mais ces dernières années, on a assisté à un relchement des moeurs, notamment dans le port du voile.

          Depuis son lancement, la campagne n’a pas donné les effets escomptés même si elle était plus sévère que les années précédentes."

          Si seulement ce grand pays pouvait se débarrasser de l’obscurantisme...


        • donegale 26 juillet 2007 17:14

          à cosmic dancer,

          oui, je vous donne raison, mais juste lire les docs d’amnesty international ne suffisent pas !!!

          « Si seulement ce grand pays pouvait se débarrasser de l’obscurantisme... »

          ça ne se passera pas avec un coup de baguette magique............ et vu ce qui s’est passé en Europe, à peine il y’a soixante dix ans, je pense ce grand pays trouvera aussi son chemin démocratique à travers les mêmes souffrances qu’on a connu à la dernière guerre.

          j’ajoute que la lapidation n’est pas une loi religieuse chiite mais sunite, la justice n’est pas centralisé et chaque région ou tribu décide à sa manière, malheureusement.

          Les arrestations pour les raisons vestimentaires ne sont pas nouvelles puisque le pouvoir souffle le chaud et le froid. Et les Iraniens en ont pris l’habitude et continuent de jouer le cache cache avec les agents du régime. Et puis ce régime a ses mollahs dans tous les souches populaires et toutes les régions de pays qui comme un medecin prend la tention des pensées du pays et réagit à travers ses rapports. il ouvre ou ferme des journeaux ! vends ou chassent les paraboles ! importe et tolère les alcools pour les fêtes privées et discrètes de la population ou l’interdit subitement !

          L’avenir de ce pays se pose sur sa jeunesse qui est bien majoritaire et qui prend son mal en patience dans la douleur et sera au moment venu capable d’acquérir intelligemment ce brin d’air de liberté qu’elle en a besoin. un grand bravo pour leur combat !


        • donegale 26 juillet 2007 17:24

          à cosmic dancer.

          LU SUR INTERNET

          L’Iran s’apprête à exécuter plusieurs homosexuels Par Pascal Riché (Rue89)

          Simplement parce qu’ils sont homosexuels, plusieurs hommes pourraient de nouveau être pendus prochainement en Iran. Dans une indifférence internationale quasi générale.

          Mardi, le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, Alireza Jamshidi, a annoncé la mort « dans les prochaines semaines » de vingt personnes accusées de « crimes immoraux », terme sous lequel le régime amalgame viols, blasphèmes, adultères et homosexualité.

          Une quinzaine des vingt personnes auraient été arrêtées pendant l’opération de « moralisation » engagée par la police en mai dernier dans les quartiers les plus pauvres de Téhéran.

          Selon le correspondant de l’agence de presse italienne AKI, Ahmad Rafat, cité par le magazine homosexuel français Têtu, l’accusation de « lavaat » (homosexualité masculine) concernerait six des vingt personnes. La direction de Têtu a alerté le Quai d’Orsay, qui répond que ses services « cherchent à obtenir des précisions ».

          Il y a deux ans, à Mashad, deux adolescents avaient été pendus pour homosexualité. L’un était encore mineur. Il y a une semaine encore, dans le nord-ouest du pays, un homme a été lapidé pour adultère. Le chef du pouvoir judiciaire avait pourtant officiellement suspendu la peine de mort par lapidation.

          REMARQUES

          La peine de mort est une barbarie. La falsification d’informations aussi lorsqu’elle prépare l’opinion publique à la barbarie de la guerre.

          1) Contrairement à ce qu’indique la dépêche, aucune des personnes condamnées à mort en Iran ne l’est « simplement parce qu’elle est homosexuelle ».

          2) Ahmad Rafat est un journaliste né en Iran, mais ayant presque toujours vécu en Allemagne et en Italie. Il travaille principalement pour les émissions en persan de Radio Free Europe/Radio Liberty, la station du départment d’État des États-Unis.

          3) Les personnes condamnées à mort le sont pour des crimes pédophiles qui seraient sanctionnés identiquement au Texas par exemple. Dans tous les cas, il s’agit de viols sur mineurs avec violences aggravées.

          4) Les deux jeunes gens suppliciés le 19 juillet 2005 à Mashad, Ayaz Marhoni et Mahmoud Asgari, l’ont été non pas pour une amourette entre adolescents, mais pour viol en réunion sur un mineur de 13 ans. Cette sentence a été critiquée dans le pays. L’avocate et prix Nobel Shirin Ebadi, par exemple, l’a vivement dénoncée.

          5) L’homme lapidé pour adultère la semaine dernière l’a été par un tribunal local, dans un district sunnite, en violation de la loi fédérale iranienne, laquelle prohibe la lapidation depuis 2002. C’est la première fois depuis le moratoire de 2001 qu’une lapidation est pratiquée et c’est un scandale national. Le ministère fédéral de la Justice est intervenu pour empêcher la lapidation de la femme adultère et a ouvert une enquête qui devrait déboucher sur la sanction des juges locaux. Rappelons que l’Iran est un pays décentralisé où les lois sont appliquées de manière très différentes selon les régions.

          6) La lapidation est une sinistre sanction traditionnelle de certaines régions sunnites. Elle n’existe pas dans le chiisme et n’a donc aucun rapport avec ce que l’on nomme péjorativement le « régime des mollahs » qui y est opposé.

          7) L’auteur de l’article, Pascal Riché, rédacteur en chef de Rue 89, est ancien correspondant de Libération à Washington. Il est connu pour son blog À l’heure américaine, panégyrique de l’Oncle Sam. Le lecteur l’avait deviné.

          Ce n’est pas la première fois que des rumeurs sont répandues pour stigmatiser l’Iran. Le 25 octobre 2004, l’écrivain français Élisabeth Badinter publiait dans Le Nouvel observateur, un appel, bientôt repris par l’association Ni putes, ni soumises de l’actuelle secrétaire d’État Fadela Amara « pour sauver Jila » : une jeune iranienne de 13 ans condamnée à la lapidation après avoir déjà reçu 55 coups de fouet. Vérifications faites, le ministère français des Affaires étrangères, chargé de transmettre des protestations officielles, avait annoncé lors des points de presse des 9 et 19 novembre 2004 que Madame Badinter se trompait et avait relayé une pure intox.

          Au fait, Élisabeth Badinter continue à administrer l’agence Publicis dont le Pentagone était à l’époque de son appel un des principaux clients. Après la mobilisation ratée des féministes dans la croisade de George W. Bush, voici donc venu le moment d’essayer avec les gays.


        • donegale 26 juillet 2007 17:34

          à pierre.

          LU SUR INTERNET

          L’Iran s’apprête à exécuter plusieurs homosexuels Par Pascal Riché (Rue89)

          Simplement parce qu’ils sont homosexuels, plusieurs hommes pourraient de nouveau être pendus prochainement en Iran. Dans une indifférence internationale quasi générale.

          Mardi, le porte-parole du pouvoir judiciaire iranien, Alireza Jamshidi, a annoncé la mort « dans les prochaines semaines » de vingt personnes accusées de « crimes immoraux », terme sous lequel le régime amalgame viols, blasphèmes, adultères et homosexualité.

          Une quinzaine des vingt personnes auraient été arrêtées pendant l’opération de « moralisation » engagée par la police en mai dernier dans les quartiers les plus pauvres de Téhéran.

          Selon le correspondant de l’agence de presse italienne AKI, Ahmad Rafat, cité par le magazine homosexuel français Têtu, l’accusation de « lavaat » (homosexualité masculine) concernerait six des vingt personnes. La direction de Têtu a alerté le Quai d’Orsay, qui répond que ses services « cherchent à obtenir des précisions ».

          Il y a deux ans, à Mashad, deux adolescents avaient été pendus pour homosexualité. L’un était encore mineur. Il y a une semaine encore, dans le nord-ouest du pays, un homme a été lapidé pour adultère. Le chef du pouvoir judiciaire avait pourtant officiellement suspendu la peine de mort par lapidation.

          REMARQUES

          La peine de mort est une barbarie. La falsification d’informations aussi lorsqu’elle prépare l’opinion publique à la barbarie de la guerre.

          1) Contrairement à ce qu’indique la dépêche, aucune des personnes condamnées à mort en Iran ne l’est « simplement parce qu’elle est homosexuelle ».

          2) Ahmad Rafat est un journaliste né en Iran, mais ayant presque toujours vécu en Allemagne et en Italie. Il travaille principalement pour les émissions en persan de Radio Free Europe/Radio Liberty, la station du départment d’État des États-Unis.

          3) Les personnes condamnées à mort le sont pour des crimes pédophiles qui seraient sanctionnés identiquement au Texas par exemple. Dans tous les cas, il s’agit de viols sur mineurs avec violences aggravées.

          4) Les deux jeunes gens suppliciés le 19 juillet 2005 à Mashad, Ayaz Marhoni et Mahmoud Asgari, l’ont été non pas pour une amourette entre adolescents, mais pour viol en réunion sur un mineur de 13 ans. Cette sentence a été critiquée dans le pays. L’avocate et prix Nobel Shirin Ebadi, par exemple, l’a vivement dénoncée.

          5) L’homme lapidé pour adultère la semaine dernière l’a été par un tribunal local, dans un district sunnite, en violation de la loi fédérale iranienne, laquelle prohibe la lapidation depuis 2002. C’est la première fois depuis le moratoire de 2001 qu’une lapidation est pratiquée et c’est un scandale national. Le ministère fédéral de la Justice est intervenu pour empêcher la lapidation de la femme adultère et a ouvert une enquête qui devrait déboucher sur la sanction des juges locaux. Rappelons que l’Iran est un pays décentralisé où les lois sont appliquées de manière très différentes selon les régions.

          6) La lapidation est une sinistre sanction traditionnelle de certaines régions sunnites. Elle n’existe pas dans le chiisme et n’a donc aucun rapport avec ce que l’on nomme péjorativement le « régime des mollahs » qui y est opposé.

          7) L’auteur de l’article, Pascal Riché, rédacteur en chef de Rue 89, est ancien correspondant de Libération à Washington. Il est connu pour son blog À l’heure américaine, panégyrique de l’Oncle Sam. Le lecteur l’avait deviné.

          Ce n’est pas la première fois que des rumeurs sont répandues pour stigmatiser l’Iran. Le 25 octobre 2004, l’écrivain français Élisabeth Badinter publiait dans Le Nouvel observateur, un appel, bientôt repris par l’association Ni putes, ni soumises de l’actuelle secrétaire d’État Fadela Amara « pour sauver Jila » : une jeune iranienne de 13 ans condamnée à la lapidation après avoir déjà reçu 55 coups de fouet. Vérifications faites, le ministère français des Affaires étrangères, chargé de transmettre des protestations officielles, avait annoncé lors des points de presse des 9 et 19 novembre 2004 que Madame Badinter se trompait et avait relayé une pure intox.

          Au fait, Élisabeth Badinter continue à administrer l’agence Publicis dont le Pentagone était à l’époque de son appel un des principaux clients. Après la mobilisation ratée des féministes dans la croisade de George W. Bush, voici donc venu le moment d’essayer avec les gays.


        • didi didi 30 juillet 2007 18:37

          l’islamisme au maroc, je pense que vous avez appuyer sur la gachêtte un peu trop tôt, qui en voudrait ? les tenants du pouvoir comptez pas dessus Le peuple, l’islam au maroc est une religion ni plus ni moins, elle se limite par la prière quant on n’a rien d’autres à faire, le ramadan parce qu’après le jeun c’est la fiesta toute la nuit et le reste c’est pour offrir. Ne vous embrouillez pas trops ,si les attaques islamistes se font à l’intérieur les commanditaires eux viennent de l’extérieur. le citoyen marocain a d’autres chats à fouetter, avec l’inflation galopante et la sécheresse, qu’un iranien ou un américain débarque, rien à cirer ! Et croyez-moi, la justice à l’iranienne ou même à la saoudienne, aucun marocain ne l’approuvera, la devise est aussi simple :l’islam oui la charia pas question !. De plus, le système pénale marocain présente peut être quelques lacunes, mais il est parmi les meilleurs pour ce qui est des pays à valeurs démocratiques, il faut le considérer par une approche globale et non par des cas isolés.


        • mcm 26 juillet 2007 12:28

          Il ne faut pas croire que l’islamisme est récent au maroc, déjà dans les années 70, mes soeurs habillées à l’occidentale se faisaient traiter de « Khahba » (putain) par des énergumènes.

          Le défunt roi Hassan II disait avec ironie : « la haine du sonisme est le plus puissant aphrodisiaque du monde arabo-musulman. », il se faisait construire une mosquée au seul usage de la famille royale tandis que son peuple stagnait dans sa pauvreté.

          Bien sûr, tous les opposants du régime sont emprisonnés, certains de mes cousins en ont fait la triste expérience, et toute propagande chrétienne est réprimée, une cousine à laquelle nous avions envoyé une cassette vidéo chrétienne a échappé de peu à la prison, grace à certains membres influents de la famille.

          Le durcissement actuel, n’est que le résultat de l’incurie qui règne dans ce pays où tout se règle en bakchichs, le niveau de corruption y est si grave et si ancien que les autochtones par habitude l’acceptent avec bonhomie.

          Cet inquiétant rapprochement du fils de Hassan II avec l’Iran ne laisse présager aucune amélioration mais une aggravation de la tyrannie royale.


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 13:29

            @ mcm

            Je partage également vos craintes sur le Maroc.

            Pierre R.


          • mcm 26 juillet 2007 14:46

            @Pierre,

            J’ai cité cette phrase ironique du défunt roi Hassan II : « la haine du sonisme est le plus puissant aphrodisiaque du monde arabo-musulman. »

            Parce qu’elle illustre combien les dirigeants mahométan se servent cyniquement d’un état d’esprit qu’ils entretiennent parce qu’il les arrange.

            L’incurie interne peut trouver à coup sur une diversion dans l’antisionisme général, ça marche à tous les coups, les dirigeants le savent et logiquement en usent et en abusent.

            En matière d’antisionisme, après un « leadership » de l’égypte au debut du siècle dernier, l’actuel « leadership » de l’Iran est la cause première de ce rapprochement Iran/Maroc.

            Bien sur, ce regain d’antisionisme ne peut se faire sans le retour d’intégrisme religieux et l’abrutissement populaire qui en sont les catalyseurs.

            Il faut noter que les meneurs de cette islamisation sont loins d’être les enfants du peuple, mais plutôt une caste aisée et noble à qui cet état de fait profite : Sans surprise, dans ma famille les « prolétaires » sont les plus opposés au régime et les « bobos » les plus conservateurs.

            Donc l’islamisation n’est pas le résultat de la paupérisation, mais 1 remède appliqué par des dirigeant peu scrupuleux, qui préfèrent éradiquer les pauvres plutôt que la pauvreté.

            Comment éradiquer les pauvres, sinon en leur désignant un ennemi commun, contre lequel ils devront sacrifier leurs vies pour mériter le paradis.

            Comme tout machiavel politique le sait trop bien, la phrase de base qu’il faut toujours dire, sous toutes ses variantes possibles, au brave con c’est :

            « Ton avenir est d’autant plus brillant qu’il est lointain ! »


          • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 14:55

            les dirigeants « mahométans » quand il s’expriment savent que des pequenots comme MCM les répèteront,même après leur mort,car dans le monde arabe, les arabes font caca quand leur chef passent sur le leur petit écran.

            tu es un imbecile MCM.


          • boubi boubi 26 juillet 2007 20:57

            sauf en algerie ,les algeriens ne courbent l’echine devant aucun president.Longue vie à l’Algerie !!!


          • didi didi 30 juillet 2007 19:29

            Primo, le terme khabba ne veut rien dire sinon citer le plus vieux métier du monde, de surcroit, dans les années 70, les autres protituées de la planête, n’étaient pas gâtées non plus. Quant la mosquée, elle répond peut être à des aspirations royales, mais elle est la propriété de tous mêmes les non-musulmans y ont accès(en-dehors des heures de prières bien sur). Pour ce qui est du volet du régne Hassanien, faisons un bilan : Depuis son accession au trône et jusqu’à sa mort, le Maroc est sorti de la terrible époque des prétendus mouvements révolutionnaires (Quant l’est s’arrêtait, c’était l’ouest qui reprenait)sans guerres, ni violences inter-ethniques.A vous entendre parler d’opposants, on croirait que le seul pays incriminé dans l’ensemble du globe reste le Maroc, qu’en-est_il des états du reste de l’Afrique, de l’Amérique latine, de l’Asie,etc.. Avec l’effondrement du bloc sovietiques, où sont passés tous ces fameux reationnaires à la marxiste_léniniste. Ceux-là mêmes, qui de par le passé, lui vouaient une haine indescriptible, n’ont -ils point reconnu leurs erreurs et n’ont-ils pas proposer leurs services pour la cause royale. Le Maroc reste un pays dont la structure portante de son économie repose sur l’agriculture et les aléas climatiques, de ce point de vue là aussi, la situaton n’est guerre enviable, mais à qui la faute( l’effet de serre et le réchauffement de la planête ne peuvent être imputés à Hassan II). Le Maroc réagit, lentement mais surement, pour preuve(la MOUDAWANA, oeuvre démmarée par HassanII et achévé par son successeur).Un défi qu’aucun souverain ni aucun chef d’état aussi démocratique soit-il, n’a osé relevé


          • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 13:16

            @ fouadraiden

            Merci de votre commentaire. Pourquoi l’Iran transige-t-il alors, selon votre avis, avec un «  pouvoir corrompu comme celui du Maroc ? » Vous avez probablement raison sur le « non-événement  » puisque Press TV, nouvelle agence d’information continue de l’Iran, ne fait mention d’aucune des visites de l’ayatollah Mahmud Hashemi Shahrudi qui, aujourd’hui même, effectue, en compagnie d’une délégation forte de 70 membres dont 3 ministres, une visite officielle de quatre jours au Sénégal sur invitation du président Abdoulaye Wade. Vous ne retrouverez pas, non plus, sur Press TV, les images des pendaisons, place publique.

            Pierre R.


            • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 13:24

              @ A toutes et à tous

              Merci de vos commentaires. Pour ma part, je m’abstiendrai de tout commentaire qui ne concernera pas cette rencontre Iran-Maroc. Je crois que nous pouvons discuter d’événements politiques, dans le monde arabe, sans paraître suspect.

              Merci

              Pierre R.


              • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 13:58

                @ Pierre Merci pour cet article...

                Bonjour à tous

                Le problème de la réislamisation est le même partout Arabie Saoudite et Iran (Pour construire des Mosquées, former des Imams, etc il faut du pognon.

                Cette réislamisation se fait sentir à tous les niveaux jusque dans la diaspora marocaine en Belgique...

                Je me souviens d’une amie qui porte le voile qui a découvert (choquée) de vieilles photos de sa mère (vers 1970) en mini jupe...

                La régression frappe partout, maintenant s’imposera-t-elle ?

                Je pense que le développement de l’Islamisme peut être arrêter par certaines choses :
                - Résolution du conflit israelo palestinien
                - Fin de l’occupation américaine en Irak
                - Contrôle fiscal stricte des mosquées et des banques islamiques (après tout c’est le fisc US qui a fait tombé Al Capone.
                - Aide financière pour les mouvements démocratiques dans les pays musulmans.

                Pour le reste le Maroc est malheureusement encore un système islamique, par exemple il y a deux ans un homme a été condamné à 8 ans de prison pour s’être converti au christianisme.

                Néanmoins donnons une petite note d’espoir, la réforme du code de la famille voulu par le roi du Maroc a fait hurler les Islamistes...

                Misère, éducation faussée, argent sale et totalitarisme corrompu des pouvoirs prétendument laics sont les ferments de l’Islamisme.

                Enfin on ne peut tout reproché à l’Islam, la démocratie laique du monde occidental ne s’est pas faite en un jour, et il reste beaucoup de choses à améliorer. Les femmes ne peuvent d’ailleurs voter que depuis soixante ans en Belgique...


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 15:54

                  @ Stephanesh

                  Lorsqu’il s’agit de corruption politique, vous conviendrez bien avec moi que la religion n’est pas le facteur premier qui mène droit à ces déviances. Au Canada, nous avons traversé une crise dite des commandites qui a fait basculer le parti ministériel dans l’opposition. Les gouvernements ne sont pas insensibles à l’image qu’ils projettent dans le monde. Parler intelligemment des problèmes de l’Iran et du Maroc feront avancer plus les choses que de céder aux insultes. On me reproche ma naïveté. Je m’en réclame.

                  Merci pour ce commentaire.

                  Pierre R.


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 16:19

                  Euh c’est quoi la crise des commandites

                  Est-ce que vous auriez une référence

                  Cordialement


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 16:50

                  @ Stephanesh

                  Le gouvernement du Canada a mis sur pied un programme de commandites en 1997, à la suite des résultats serrés du référendum du 30 octobre 1995 au Québec. Son objectif était d’accroître la « visibilité » du Canada au Québec. Doté d’un budget de 250 millions de dollars, le programme, qui relevait du ministère des Travaux publics, octroyait des sommes d’argent aux organisateurs d’événements, de festivals ou de rassemblements en exigeant d’eux qu’ils placent bien en évidence des symboles canadiens, comme l’unifolié, là où avait lieu leur activité. Le mardi 10 février 2004, la vérificatrice générale du Canada rendait public son rapport, à la suite de nombreuses allégations d’irrégularités et de malversations dans la mise en œuvre du programme. L’importance des sommes détournées (plus ou moins 100 millions de dollars) a contraint le gouvernement en place, issu du Parti Libéral du Canada, largement impliqué dans l’affaire des commandites, à créer une commission royale d’enquête présidée par le Juge Gomery. La population canadienne n’a pas accepté un niveau aussi élevé de corruption, de népotisme et de détournements de fonds publics. Lors des dernières élections fédérales, les canadiens ont élu un gouvernement conservateur minoritaire, expulsé une grande partie de la députation libérale et réélu les tiers partis.

                  La commission Gomery a reçu le mandat de faire enquête sur :

                  ·  la création et la gestion du programme de commandites ;

                  ·  la sélection des agences de communication et de publicité ;

                  ·  l’utilisation des fonds publics dans les activités publicitaires et le programme de commandites.

                  Cette commission d’enquête a été la plus coûteuse de l’histoire du Canada. Les services des avocats ont coûté 6,7 millions de dollars au gouvernement fédéral et la vérification comptable, 7 millions.

                  Pierre R.


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 15:48

                  Quand elle se fait attrapée...

                  Si tu crois que les marocaines savent pas ou ne jouent pas de leur sexe sans être mariée tu te trompes...

                  Evidemment, quand un pourri met les photos de leurs ébats sur internet c’est plus facile.

                  Les applications strictes du saint Coran, c’est du wahabitisme, le Maroc quoique gouverné par la charia était très souple dans ses interprétations surtout quand on restait discret et non revendicateur.


                • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 16:00

                  petit coquin ,tu as maté les photos des marocaines d’Agadir du belge ,n’est ce pas ?

                  je les ai toutes vues malgré qu’elles aient été retirées fisah.

                  TERRIBLE.


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 16:03

                  Non j’ai pas maté les photos des marocaines d’Agadir

                  Jen ai juste entendu parlé aux infos

                  M’enfin que les marocaines soient très portées sur le sex est un secret de polichinel...


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 16:10

                  Soit dit en passant le belge qui a fait ça me rend peu fier d’être belge

                  Je me demande ce qui est arrivé à ces pauvres filles...

                  Surtout que l’Islamisme lutte surtout contre ce qui est visible...

                  Certes si le régime marocain était plus courageux il pourrait faire le choix de refuser les poursuites, malheureusement les pays arabes ont tendance à faire de l’Islamisme pour s’en préserver, on peut penser à l’Algérie qui a voté une loi pour lutté contre les religions qui appellent les musulmans à se convertir à une autre religion...


                • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 16:19

                  c’est pas le problème .le type, un belge, a risqué très gros, car il les trouvait dans les rues ,les souks,en milieu inconnu.et crois mo la rue arabe est une rue qui peut vous surprendre(il faut supposer qu’un autocthone l’a aidé).

                  en plus il a exibé d’authentiques femmes voilées,nues et dans des postures pornographiques et humiliantes.de tous âges.

                  je me demande comment il a trouvé cette clef.pas facile quoi qu’on en dise après coup.

                  moi qui suis marocain et j’aurais jamais imaginé cela concevable dans le réel.

                  ce pornographe était un journaliste,Philipe Sarfati, il tenait une chronique économique dans le quotidien le Soir.

                  comprendre les choses depuis les théories économiques a permis à ce belge de saisir une réalité qui m’echappait jusqu’ici.

                  je me suis rattrapé depuis.je suis marocain moi.

                  ceci dit ,ces abrutis d’autorités marocaines n’ont rien trouvé de mieux que d’emprisonner ces marocaines au motif que leur visage soit apparu sur le net .

                  voila un événement qui en dit beaucoup plus sur la profondeur de la société marocaine que n’importe quelle posture étatique des dirigeants arabes.

                  au Maroc ,presque toutes les femmes se prostituent.c’est une verité facile à vérifier.


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 16:24

                  C’est plus facile pour un étranger.

                  Ma femme connaissait une fille (marocaine) qui avait un peu poussé sur l’alcool, évidemment y a deux mecs qui en ont profité. Quelques jours après, la soeur de la fille va se marier les deux familles vont se rencontrer devine qui y avait parmi les mecs...

                  Avec un étranger y a normalement pas ce genre de problème.


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 16:28

                  Un jour j’ai fait hurler ma femme, je lui ai demandé compte tenu des dotes si on devait considérer la femme marocaine comme une malheureuse prostituée qui n’a qu’un seul client...

                  Après réflexion elle s’est rendue compte qu’énormément de filles même voilée ont peu d’amour pour leur mari, le jeu amoureux se transforme en jeu de pouvoir, de prestige, et d’argent...


                • fouadraiden fouadraiden 26 juillet 2007 16:32

                  evidemment les occidentaux ont tous les droits une fois qu’ils sont chez les pauvres dominés.

                  mais pour satisfaire cette disposition le maroc et d’autres ont des circuits officiels avec des putes à l’infini pour le tourise sexuel.rien de enouveau.

                  toutes les boites au maroc sont peupléês de prostituées..

                  l’originalité de notre belge est d’avoir courcircuité ce circuit officiel.

                  il a réussi à mettre à sa dispostion la rue arabe.ce qui n’est pas donné surtout quand on est un pequenot étranger.l’erreur est d’en avoir fait la pub sur le net.ses contradicteurs ,amateur de porno,ne le croyait pas.j’ai suivi l’affaire dans la presse marocaine, qui a été excellente.le Soir a d’abord tenté de le couvrir avant de la lacher.

                  tu comprends la différence ?


                • Stephan Hoebeeck Stephanesh 26 juillet 2007 16:48

                  Tant que des filles croiront qu’il y a un mieux ailleurs, ce genre de manipulation existera...

                  En fait le mec, c’est juste un pourri qui a menti pour obtenir ce qu’autrement il aurait du payer... dans les circuits officiels.

                  Si je me souviens bien il leur parlait d’un visa vers la Belgique.

                  Le problème des marocains du maroc est la disparité des monnaies. Quand les familles marocaines belges se rendent au Maroc, elles te disent qu’en Belgique il pleut de l’argent.

                  Mon beau père est pensionné, il a 80, tu t’imagines au maroc recevoir de l’argent en ne travaillant pas, c’est le rêve...

                  Quand un marocain de belgique s’amène il fait ce qu’il veut. Une dote au Maroc tourne autour de 250-500 € en Belgique autour de 2500-5000. Pour un marocain du bled c’est beaucoup, pour nous c’est dérisoire, néanmoins énormément de marocains font plus chez eux avec 100 € que nous avec 1000...

                  Par contre j’ai pas suivi l’affaire dans le presse marocaine...

                  Cordialement


                • Pierre R. Chantelois Pierre R. - Montréal 26 juillet 2007 17:00

                  @ fouadraiden et Stephanesh

                  Je ne connaissais pas cette histoire des photographies. Elle est terrible. Merci de l’avoir commenté et porté à notre connaissance.

                  Pierre R.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès