Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le monde juge l’un de ses derniers démons

Le monde juge l’un de ses derniers démons

Sur une civière mais sous un drap noir et le regard accusateur de ses victimes, le nazi Demjanjuk entrait ce matin, dans le tribunal de Munich pour le dernier grand procès de l’holocauste. Symbole pour certains d’un monde qui se déculpabilise, qui se réconcilie avec lui-même, image pour d’autres d’un pur acte de justice, ces procès relancent toujours les mêmes questions. Loin du Nuremberg de 1947, ou de Eichmann à Jérusalem, la présence de Demjanjuk à Munich, pose elle aussi des enjeux qui dépassent le simple cadre judiciaire. Retour dans les coulisses des grands procès Nazi, sur les planches du tribunal de Munich.

Une justice dépassée par l’horreur
 
Et si c’est un monstre quel jugement mérite-t-il ? Et si ce sont des crimes qui dépassent toute imagination, dans quel droit puiser leur sentence ?Les notions de crimes contre l’humanité, de génocide furent instaurées peu de temps avant les procès de Nuremberg. Même la justice n’avait pu imaginer le drame auquel elle était alors confrontée. A la découverte des camps d’extermination, l’horreur avait désormais un nom ; A l’ouverture du procès de Nuremberg, l’horreur venait d’entrer dans le droit international sous l’acronyme de crime contre l’humanité.
 
De la fuite aux tribunaux
 
Doté d’une justice capable de faire passer les nazis devant un tribunal, le monde se met en chasse. Israël en tête, les dignitaires Nazis recherchés pour leurs crimes sont rattrapés aux quatre coins du globe. Le plus célèbre, Eichmann, aura trouvé refuge en Argentine, Demjanjuk se cachera lui aux Etats-Unis. Souvent des décennies après leurs crimes, ces hommes, désormais des vieillards, se retrouvent sur le banc des accusés. Des quadragénaires, voilà ce que sont devenus nombre d’anciens nazis avec le temps et les rouages de la machine judiciaire. Ces crimes n’ont pas de limite dans le temps, mais quel sens donné à ces procès ? Demjanjuk a aujourd’hui 89 ans, il est jugé pour sa participation aux massacres du camps d’extermination de Sobibor entre 1943 et 1944. Il y a 65 ans ! Mais laissé la vie venir à bout de ces hommes, sans jugement, sonnerait comme une "défaite". Comme un monde qui baisse la tête, qui ne réagit pas, qui laisse l’humanité perdre tout son sens. Alors même si certains profitent de ces procès à des fins historiques, politiques ou sur le plan international, nous ne pouvions pas, ne pas amener Demjanjuk jusqu’à la barre aujourd’hui. Nous ne pouvions pas laisser se dresser contre la morale du monde, une civière ou un fauteuil roulant, l’âge ou le temps.
 
Demjanjuk à Munich
 
Ce procès témoigne également de la volonté nationale de sortir d’un passé qui colle à la peau. Pour la première fois, un procès contre des crimes nazis s’ouvre sur le sol Allemand. Caché à Munich avant de fuir vers les Etats-Unis, il y revient avec l’espoir pour toutes ses victimes que la vérité éclate enfin dans la bouche d’un homme qui nie en bloc. Le manque de preuve sur son identité, l’avait déjà éloigné des soupçons qui pesaient sur lui en tant que "Yvan le terrible". Ce véritable bourreau de Treblinka (Camps en Pologne), avait été, sous son identité, condamné à mort par un tribunal Israelien. Sa présence à Sobibor, où furent exterminés 27900 juifs, est, elle, confirmée.
 
Avec ce procès, l’Allemagne franchit un cap important de son histoire. Le geste de Willy Brandt à Varsovie trouve une suite, à travers ce procès, dans la réconciliation de l’Allemagne avec son passé. L’histoire du monde aura eu besoin de ces procès, aura eu besoin de se regarder en face, pour apprendre, pour grandir, pour ne pas oublier, pour ne plus accepter. A nous peut-être de voir ce procès comme une lumière qui éclaire le monde qui nous entoure aujourd’hui !
 
Gavroche

Moyenne des avis sur cet article :  1.57/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

19 réactions à cet article    


  • Ali 1er décembre 2009 10:35

    une certitude 27 900 juifs exterminés jugeons le

    1 500 000 irakiens tués sans problème pour le responsable
    1 400 ghazouis trucidés par les sionistes sans remords
    ce n’est pas de l’histoire ancienne et aucune poursuite engagée

    en fait nous savons pourquoi mais justice tôt ou tard sera faite inch’Allah


    • Ali 1er décembre 2009 14:20

      @ parkway bonjour

      5/105 Ô vous qui croyez ! vous n’avez à répondre que de vous même et l’erreur d’autrui ne saurait vous nuire si vous êtes dans le droit chemin. C’est vers Allah que vous retournerez tous et IL vous mettra en face de vos responsabilité.

      la génération 1915 ayant disparue il ne reste donc aucun coupable à juger mais pour les crimes dont je parle les responsables sont là


    • Fergus Fergus 1er décembre 2009 10:48

      Bonjour.

      Ce procès est sans doute utile à différents égards. Mais ô combien dérisoire, eu égard au grand nombre d’exterminateurs nazis qui sont passés au travers des mailles du filet. Car le sinistre individu que l’on juge aujourd’hui n’est finalement qu’un lampiste de l’horreur aux moyens intellectuels limités.


      • Gabriel Gabriel 1er décembre 2009 11:00

        Le monde juge l’un de ses derniers démons

        En êtes vous sur ? Il y a tellement de façon de tuer aujourd’hui sans se salir les mains… Les démons sont légions et souvent en haut des pyramides.


        • fourreau 1er décembre 2009 17:53

          Hélas ! Tu as entièrement raison. Je viens de prendre connaissance d’un exemple troublant

          http://brut-de-justice.over-blog.net/article-les-logorrhees-40195698.html


        • marignan155 1er décembre 2009 11:22

          à l’auteur, mes réactions en vrac : 

          « Pour la première fois, un procès contre des crimes nazis s’ouvre sur le sol Allemand. »

          - et Nuremberg, c’est où ?

          - voici quelques autres procès en Allemange ou en Italie http://newsticker.welt.de/?module=dpa&id=23145184

          et pendant que nous y sommes : combien de criminels nazis ont été protégés après cette guerre-là (Eglise catholique, URSS, DDR alias RDA, USA) soit pour leurs compétences techniques (fusées par exemple) ou connaissance/contacts (services dits secrets) ou accords spéciaux ?

          A propos du titre : « Le monde juge l’un de ses derniers démons »

          C’est faire beaucoup d’honneur à l’Allemagne, LE MONDE !

          « un de ses derniers démons » : j’apprends avec plaisir, par ce titre, qu’après les crimes nazis, il n’y a plus eu de crimes contre l’humanité 

          petits points de vocabulaire :

          - « crime contre l’humanité » n’est pas un acronyme, SNCF, TGV, SS, SA, NSDAP par contre en sont

          - quadragénaire : Dont l’âge se situe de quarante à quarante-neuf ans révolus

          Autre point : Nazi ou nazi ?

          Votre conclusion est vraiment stupéfiante : des exterminations ont continué bien après, à chaque fois, si les criminels sont sont dans un camp perdant, on en juge quelques uns, on exprime des regrets, on présente des excuses ET ON ATTEND LE SUIVANT.

          Parlons un peu des droits d’ingérence : humanitaire ? où a-t-il été appliqué ? 

          droit d’ingérence face aux exterminations (nettoyages ethniques, des luttes tribales, des affrontements religieux ou politiques, des éliminations parce que l’on est « classable » selon un certain critère). 

          Ces procès permettent, plus ou moins de faire la lumière sur ces faits (sauf s’il est imputable à un vainqueur, voir Katyn que l’URSS voulait faire imputer aux nazis, voir My Lai, voir massacre de Nankin, etc.)


          Votre optimisme « A nous peut-être de voir ce procès comme une lumière qui éclaire le monde qui nous entoure aujourd’hui ! » m’effraie



          • morice morice 1er décembre 2009 11:55

            A nous peut-être de voir ce procès comme une lumière qui éclaire le monde qui nous entoure aujourd’hui !
             
            faudra peut-être expliquer aussi pourquoi il se tient si tard...


            • Lapa Lapa 1er décembre 2009 14:23

              [...]Des quadragénaires, voilà ce que sont devenus nombre d’anciens nazis[...]

              euh octogénaires plutôt non ?


              • jymb 1er décembre 2009 14:31

                Vivement quelques commentaires sur les procés faits en pointillé à quelques copains de Pol Pot

                Beaucoup plus ennuyeux car on réveillerait le souvenir d’intellectuels et journaux donneurs de leçons ayant toujours actuellement pignon sur rue et qui alors encensait ces monstres. Un minimum de repentance de leur part, le mot est à la mode, aurait pu consister à la fermer pour le restant de leurs jours...

                Il est plus facile et moins glissant de taper sur un vieillard isolé et en fin de course ( coupable ou pas, c’est une autre histoire)


                • Duralex Duralex 1er décembre 2009 16:37

                  « Sur une civière mais sous un drap noir et le regard accusateur de ses victimes, le nazi Demjanjuk entrait ce matin, dans le tribunal de Munich pour le dernier grand procès de l’holocauste. »
                  ------------

                  Demjanjuk n’était ni nazi, ni allemand.

                  Si les propos de son avocat, rapportés aujourd’hui par Le Monde, sont exacts, cet Ukrainien était un ancien soldat de l’Armée Rouge fait prisonnier par les allemands et qui avait eu le choix entre devenir un auxiliaire des SS ou partir dans un camp de prisonniers avec des chances de survie des plus limitées.

                  Bref, pour « se réconcilier avec son passé » l’Allemagne ne trouve rien de mieux que de juger à son tour ses propres vaincus, auxquels elle reproche d’avoir accepté d’être ses esclaves et d’avoir fait le sale boulot qu’elle leur a imposé.


                  • marignan155 1er décembre 2009 20:10

                    ce n’est pas un premier procès de ce type :

                    http://fr.wikipedia.org/wiki/Service_central_d’enquêtes_sur_les_crimes_nationaux-socialistes

                    à Duralex :

                    et les procès contre M. Demjanjuk aux USA et en Israël (1988), c’était quoi ? je pense que votre affirmation à propos de l’Allemagne est mal fondée, cette affaire dure depuis bien longtemps 

                    (In August 1977 ...he had allegedly concealed his involvement with Nazi death camps on his immigration application in 1951 ; traduit à peu près :lors de sa demande de naturalisation en 1951 il aurait omis d’indiquer sur la demande avoir été impliqué dans les camps de la mort nazis 

                    En octobre 1983, Israël a présenté une demande d’extradition aux États-Unis) 

                    http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Demjanjuk

                    sur wikipedia en allemand la fiche commence en 2004, en français en 2007, en anglais en 2003, en hébreu en 2004

                    Les deux procès :

                    USA : 1981 on lui retire sa nationalité américaine, sans nouvelles de l’appel

                    Israël : sa condamnation à mort est cassée parce qu’un doute est apparu

                    à l’auteur :

                    ce n’est pas 65 ans après que l’on commence à le juger

                    , on a commencé réellement (Israël) en 1988 (soit environ 43 ans après) et M. Sarkozy n’avait pas encore entamé le mur de Berlin




                    • Duralex Duralex 1er décembre 2009 21:39

                      @marignan155

                      Mais peu importe depuis quand elle dure ...

                      Ce qu’a dit son avocat est-ce vrai ou faux ? Est-il exact que Demanjuk était un soldat de l’armée rouge fait prisonnier ?


                    • marignan155 1er décembre 2009 22:43

                      à Duralex

                      1 ; « Mais peu importe depuis quand elle dure ... » votre réponse répond à une remarque faite à l’auteur qui simplifie trop les faits, elle est précéde par « à l’auteur »

                      2. J’ai réagi sur votre dernier paragraphe, dans lequel vous prêtez des intentions à l’Allemagne (« je pense que votre affirmation à propos de l’Allemagne est mal fondée ») et je rappelle qu’il y a déjà eu d’autres procédures, dans d’autres pays (USA, Israël)

                      3. je n’ai pas commenté sa nationalité ni même son appartenance à l’Armée Vlassov (wikipedia en français : aucune référence ; wikipedia en allemand : Ab 1944 diente Demjanjuk noch einige Zeit in der auf deutscher Seite kämpfenden Russischen Befreiungsarmee ; en anglais : In early 1945, Demjanjuk joined the Vlasov Army, which was closely aligned with Nazi Germany against the Soviets), dans la mesure où d’autres cas d’unités allemandes constituées de non allemands ont été sur les fronts, sans que ces soldats aient été tous effectivement libres du choix, le cas le plus connus en France est celui des Malgré-nous. Donc je ne vois aucune nécessité à confirmer ou infirmer cette réalité (soldat de l’armée rouge fait prisonnier) tandis que répondre sur ce qu’a dit son avocat, je ne m’y aventurerai pas dans la mesure où vous en citez plus que sur la nationalité, d’ailleurs vous-même prenez la précaution de commencer par « si les propos de son avocat... », ce qui rend votre dernier paragraphe soumis au propos de l’avocat

                      Finalement, en supposant exacts les propos de l’avocat, M. Demjanjuk aurait pu faire du zèle, auquel cas cela serait un handicap pour sa défense. Cela s’est probablement aussi vu chez des Malgré-nous, j’écris probablement parce que les témoignages sur ce point sont très rares ( http://forums.dna.fr/view.php?bn=dna_region&key=1133092647&first=0=last=9 )




                    • Albator71 Albator71 1er décembre 2009 20:41

                      Il a déja ete acquité par un jugement en Israel me semble t-il ?

                      Quid des nombreuses personnes responsables de bombardements massifs sur des civils durant cette guerre, que cela soit au phospore ou à l’atome ?

                      Recherchez ce qu’a fait la France le 8 mai 1945 en Algérie, jour ou le monde celebrait la fin de la barbarie nazie...

                      Va t-on à l’avenir chercher les enfants des gardes champetres des forets qui bordait les lignes de chemins de fer qui allait dans des camps de concentration ou va t-on enfin s’occuper des crimes de guerre ou contre l’humanité actuels ?

                      La dérive de ces proces est-elle là pour masquer la réalité de certains etats et doctrine, on peut sérieusement se le demander !


                      • marignan155 1er décembre 2009 21:02

                        à albator71 :

                        comme vérifiable sur wikipedia (je répète le lien) :

                        http://fr.wikipedia.org/wiki/John_Demjanjuk


                        M. Demjanjuk n’a pas été acquitté, voici le procès :

                        À la fin des années 1970, il a été accusé d’avoir été gardien au camp de concentration de Treblinka et surnommé par les prisonniers « Ivan le terrible ». Il lui a été reproché d’avoir dirigé les installations de gazage et d’avoir assassiné plus de 100 000 Juifs. En octobre 1983, Israël a présenté une demande d’extradition aux États-Unis, acceptée en 1986. Le 25 avril 1988, Demjanjuk fut condamné à mort à Jérusalem.

                        Cet arrêt fut cassé en août 1993 par la cour supérieure de justice israélienne. Les juges ont estimé qu’il n’y avait pas suffisamment de preuves pour pouvoir établir avec certitude que Demjanjuk était bien « Ivan le terrible ». Ils se fondaient sur des dossiers du KGB d’où il ressortait que le nom de famille d’ « Ivan le terrible » aurait pu être non Demjanjuk, mais Marchenko. Bien que 18 témoins différents aient identifié Demjanjuk comme « Ivan le terrible », le tribunal estima que le doute qui était apparu du fait des dossiers du KGB suffisait pour qu’un acquittement doive intervenir, même si les juges ont retenu que Demjanjuk avait indubitablement travaillé comme gardien dans un camp de concentration.

                        Après sept ans de détention, Demjanjuk est retourné aux États-Unis et a récupéré la nationalité américaine dont il avait été privé au moment de son extradition vers Israël.

                        Ce jugement concerne Treblinka. Le procès en cours concerne le meurtre de 27900 Juifs à Sobibor en 1943. C’est donc une autre affaire. Cela est à rapprocher de celle de Maurice Papon, jugé pour des faits non encore jugés, selon la règle non bis in idem (Le Parlement européen a adopté le 12 avril 1989, dans la Charte des droits fondamentaux de l’Union européenne, la définition suivante du principe : « Nul ne peut être poursuivi ou condamné en raison de faits pour lesquels il a déjà été acquitté ou condamné »)



                        • abdelkader17 1er décembre 2009 23:38

                          "Pour sa part, le président du CRIF était entouré d’Ariel Goldmann et de Meyer Habib vice-présidents du CRIF, de Bernard Cahen Président du Rassemblement des Avocats Juifs de France, membre de l’Assemblée générale du CRIF et de Marc Knobel, chercheur au CRIF."

                          Les commerçants de la mémoire,l’association de malfaiteurs en bande organisée.


                          • marignan155 1er décembre 2009 23:55

                            Convocation de Michèle Alliot-Marie devant le Crif, le 17 novembre 2009 :
                            http://www.crif.org/index.php?page=articles_display/detail&aid=17404&artyd=2

                            l’article commence par : Le ministre d’Etat, garde des Sceaux, ministre de la Justice et des Libertés a reçu une délégation du CRIF conduite par son Président, Richard Prasquier, lundi 16 octobre 2009.

                            Voilà une belle convocation !



                            • pépé 2 décembre 2009 09:29

                              Je ne sais pas où l’auteur a vu un drap noir, moi j’ai vu une couverture blanche. M’enfin...


                              • Internaute Internaute 2 décembre 2009 09:32

                                Ce n’est pas le monde qui juge mais plus simplement le gouvernement allemand en place en 2009.

                                Ce procès fait partie des rites shamaniques post-guerre pour exorciser les peurs des députés. C’est de la bonne propagande pour effrayer le petit peuple. Le tort qu’à eu ce triste individu est d’être du côté des perdants. S’il avait été du côté des gagnants son sort aurait été tout à fait différent, comme par exemple celui-ci :

                                http://en.wikipedia.org/wiki/Salomon_Morel

                                et tant d’autres.

                                Ce procès confirme une seule chose : l’histoire est écrite par les vainqueurs.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Gavroche


Voir ses articles







Palmarès