Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le mur en chute libre ?

Le mur en chute libre ?

A Chypre, où subsiste le dernier mur du continent européen, les espoirs de le voir chuter prochainement sont légitimes : la politique de réconciliation menée à l’initiative du président de la république de Chypre (soit la partie grecque, au sud) Demetris Christofias, a porté ses fruits, et une réunification de l’île au courant de l’année 2010 n’est pas hors de portée. Nous, aux Nations unies, considérons que Chypre est l’un des problèmes à pouvoir être réglé en 2010 a récemment estimé Alexandre Downer, envoyé spécial de l’ONU à Nicosie. En ce moment même, M.Christofias et le président de la république turque de Chypre nord M.Ali Talat, qui se connaissent et s’apprécient pour avoir milité sous la même bannière, poursuivent les négociations en vue d’une réunification. Selon le quotidien chypriote O Phileleftheros, des décisions seront prises à l’issue des dix prochains jours où les deux présidents s’entretiendront à six reprises.

En quelques mois, la situation s’est renversée : l’élection en février de 2008 du communiste Demetris Christofias à la présidence de Chypre, qui avait accordé une large place à la question de la réunification dans sa campagne, a incontestablement impulsé la reprise du dialogue. En avril 2008, les chypriotes grecs ont ouvert un point de passage en centre-ville de Nicosie, à l’aide de machines de chantier, avec l’accord des autorités turques (voir photo). Le "no man’s land", qui sépare les deux communautés, une zone démilitarisée et inoccupée de plusieurs centaines de mètres, véritables vestiges du conflit de 1974 (voir ci-dessus) (les habitations, criblées de balles, ayant été laissées en l’état) a été ré-humanisé pour la forme, ou un semblant de vie humaine a été orchestré.

Pourtant, il y a cinq ans, nul n’aurait imaginé possible la réunification de l’île. Sous l’égide de Kofi Annan, les négociations n’avaient abouti sur aucun accord, et les deux parties avaient sommé les électeurs de trancher, la république de Chypre et la république turque de Chypre-nord étant amenées à se prononcer sur le plan Annan, qui prévoyait la création d’un état confédéral. Or, si les chypriotes turcs avaient adopté le plan de l’ancien secrétaire général de l’ONU à plus de 64,91% des suffrages (et ce malgré le désapprobation de Rauf Dentkash, alors président de la république), les grecs l’avaient rejeté en masse avec 75,83% des suffrages exprimés. La faute à un texte jugé trop favorable aux turcs (nationalité chypriote accordée aux colons turques, retour au domicile contraignant voire impossible pour les grecs expulsés par l’armée turque en 1974), trop contraignant pour les grecs (possibilité de mettre sa flotte aérienne à disposition de la PESC à la condition d’un accord préalable de la Grèce et de la Turquie, obligation de soutenir la candidature d’Ankara à l’UE) et difficilement compatible avec la juridiction européenne (Chypre sera membre de l’espace Schengen et ne pourra accepter de fait que la frontière de Chypre Nord avec la Turquie ne soit pas ouverte, ce que refusent les Turcs, et ce qui inclut de fait le maintien d’une frontière entre les deux entités chypriotes).

Or, au cœur de la question chypriote, c’est la partie nord, l’entité turque, qui fait figure de victime. Soumis à un blocus qui fait de la Turque son seul pays fournisseur, le PNB par habitant des chypriotes turques (désormais en minorité du fait de l’exil forcé par Ankara de « colons » turques) est quatre fois inférieur à celui de leurs voisins grecs (4590 € au nord contre 18 390€ au sud). De plus, il est clair que sa volonté est de voir émerger un consensus, en atteste le plébiscite obtenu par le plan Annan. Il ne faut pas oublier que les chypriotes turcs payent l’invasion de la partie nord par l’armée Turque en 1974 en réponse au... coup d’état des colonels grecs. La part de responsabilité de la communauté turque dans le confit est égale à celle des grecs. Or, ce sont les premiers qui payent les pots cassés...

Retrouvez l’article sur http://lenouvelhebdo.com 


Moyenne des avis sur cet article :  2.33/5   (6 votes)




Réagissez à l'article

5 réactions à cet article    


  • K K 16 janvier 2010 13:24

    Un mur, physique, tombera peut être, mais d’autres murs, moraux et intellectuels, sont bâtis chaque jour. Les fanatismes ne sont pas morts, la haine et la peur non plus. Les frontières se sont « ouvertes » parait-il... Pourtant cette décennie voit les contrôles avant de prendre un vol devenir réellement handicapants. Impossible de nos jours d’arriver 20 minutes avant un vol et ne pas le manquer comme c’était souvent le cas dans les années80. 


    • Jean-Paul Doguet 16 janvier 2010 17:40

      On a l’impression, K, que l’éventualité d’une chute du mur à Chypre vous déplaît. Les questions de contrôle dans les aéroports n’ont strictement rien à voir avec celle dont parle l’article. La fin du mur de Chypre ne serait pas un simple évenement physique, et ce serait une bonne nouvelle pour tous les Chypriotes. Indirectement ce serait aussi un succès pour l’UE qui ferait oublier l’échec du vote de 2004. De toute façon il est devenu franchissable et n’est en rien comparable au mur entre les deux Corée ou les deux Allemagne.


      • Bill Grodé 16 janvier 2010 18:42

        Il faudra peur-être affiner la chronologie : le colonels ont abandonné le pouvoir en 1973 en Grèce. L’ocupation de la partie turque de Chypre n’est pas une conséquence du coup d’état.
        Si je me souviens bien, il date de 67.


        • furio furio 16 janvier 2010 19:12

          J’en vois un autre de mur. Le pire qui puisse être. Le mur de l’infâmie car il enferme un peuple sans défense dans un ghetto. C’est le mur que les israéliens dressent pour prodéder inéxorablement au génocide du peuple palestinien.


          • adeline 18 janvier 2010 18:20

            D’accord avec furio vous oubliez le mur de Gaza, celui qui pousse vers l’Egypte (isolation totale de Gaza) celui du Mexique etc etc etc et en plus en France ou de plus en plus de con structions pavillonaires se font dans des espaces fermés genre villa privées comme à Cannes etc etc etc

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

AJ


Voir ses articles







Palmarès