Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le New-York Times confirme la stratégie étasunienne d’isoler la (...)

Le New-York Times confirme la stratégie étasunienne d’isoler la Russie

Alors que nous assistons à une guerre médiatique sans précédent, où les mensonges succèdent à la désinformation, le New-York Times a publié dimanche un article qui dévoile clairement la stratégie d’Obama consistant à isoler Poutine sur le long-terme. Des indices sur les motivations réelles de cette stratégie y apparaissent également.

Isolement et fausses motivations

« M. Obama se concentre sur l’isolation du président de la Russie Vladimir Poutine en coupant ses liens économiques et politiques avec le monde extérieur, en limitant ses ambitions expansionnistes à son propre voisinage et en faisant effectivement un Etat paria ».

« M. Obama a conclu que même s’il y a une résolution à la confrontation en cours à propos de la Crimée et de l’est de l’Ukraine, il n’y aura jamais une relation constructive avec M. Poutine, selon ses conseillers ».

« « C’est la stratégie que nous devons poursuivre », a déclaré Ivo H. Daalder, ex ambassadeur de l’OTAN et maintenant président du Conseil de Chicago sur les Affaires Globales. « Si vous restez juste là, en étant confiant et en augmentant graduellement le coût pour la Russie, cela ne résout pas votre problème en Crimée et probablement par non plus votre problème dans l’est de l’Ukraine. Mais cela peut résoudre votre problème avec la Russie ». »

Comment être plus clair quant aux intentions du président américain ? Par contre, il n’est pas fait mention des racines du problème avec la Russie. Pourquoi donc les étasuniens souhaitent-ils tant isoler Vladimir Poutine ? Serait-ce parce que la Russie représente un danger militaire réel ? Si oui lequel ? Il n’y a à aujourd’hui pas la moindre preuve d’une volonté agressive de la Russie, si ce n’est celle de ne pas perdre l’influence qu’elle avait en Ukraine, une influence qui lui a été subtilisée par la force au moment du coup d’Etat de Kiev.

Quand les Etats-Unis défendent leurs intérêts en attaquant un pays militairement, ils sont dans leur droit, notamment parce que les intérêts occidentaux s’accordent sur ceux des Etats-Unis. Mais la Russie, elle, n’a pas le droit de défendre ses intérêts.

Des motivations plus sensées

Revenons à l’article du New-York Times qui dévoile implicitement les motivations américaines : « Alors que M. Obama passe un temps conséquent sur la crise ukrainienne, il ne semble pas absorbé par cette dernière. Parlant en privé avec des visiteurs, il est plus enclin à évoquer des sujets comme la couverture santé et les Républicains au Congrès que M. Poutine. L’Ukraine, dit-il aux gens, n’est pas une préoccupation pour la plupart des américains qui sont focalisés sur l’économie et d’autres sujets plus proches du pays ».

Cette phrase résume à merveille la mentalité outre-Atlantique. Les étasuniens ne pensent en termes globaux qu’afin d’atteindre les objectifs économiques du pays. Ils n’ont jamais été une puissance militaire conquérante (dans le sens de conquêtes de territoires) ; ils mènent une guerre idéologique et économique avant tout. Maintenant que le capitalisme s’est imposé quasiment partout, ils utilisent la force pour préserver leur suprématie économique. Ceci me paraît une clé de compréhension fondamentale dans un monde qui change très vite, notamment parce que l’économie a pris le dessus sur la politique.

A partir de là, on peut mieux comprendre le tête-à-queue opéré et souligné par l’article : « Cela représente un remarquable revirement comparé au début de la présidence de M. Obama, quand il nourrissait des rêves de forger un nouveau partenariat avec la Russie. Dorénavant, la question est dans quelle mesure la relation peut être sauvée. M. Obama a aidé la Russie à obtenir son entrée à l’OMC ; maintenant, il travaille à limiter son accès aux marchés financiers externes ».

L’article mentionne en conclusion que l’administration d’Obama réfléchit à une éventuelle confrontation avec la Russie, un aboutissement logique à la lecture de l’article. Ce qui est formidable, c’est qu’aucun motif réel et sérieux, de même que pour la guerre en Irak, n’a été avancé pour isoler la Russie. Tout simplement parce qu’il n’en existe aucun en-dehors des intérêts étasuniens (traités commerciaux, prix du pétrole et du gaz élevés) qui concordent plus ou moins avec ceux du troupeau de moutons suivant son berger docilement.

Source : In Cold War Echo, Obama Strategy Writes Off Putin, New-York Times


Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (73 votes)




Réagissez à l'article

86 réactions à cet article    


  • wesson wesson 22 avril 2014 14:26

    bonjour l’auteur,


    votre article est argumenté - autant que ne l’est celui du NYT - mais je ne suis pas d’accord avec sa conclusion.

    Pour moi le comportement d’Obama se résume à « je fais ce que je peux ». Il a une chambre à majorité conservatrice avec laquelle il doit composer pour pouvoir maintenir ce qui lui tient réellement à cœur, « l’Obamacare ». Alors il les laissent claquer du pognon pour foutre le bordel partout, comme ils ont fait en Ukraine avec 5 milliards principalement pour entraîner les factieux et soudoyer ce qu’il restait à corrompre dans ce pays - au nom de la liberté et de la démocratie bien sûr. Bref, Obama laisse faire ses nervis à condition qu’ils ne le fassent pas trop chier en politique intérieure.

    Toutefois, je crois que sur un plan personnel, le courant passe entre Poutine et Obama, et que au final, Obama agit comme il peut pour éviter que ça ne parte réellement en live eu Ukraine.

    Par exemple, ce Weekend lorsque Joe Biden est allé à Kiev, c’est assurément pour essayer de rendre à la raison le gouvernement de Kiev, et de leur dire qu’il faut respecter les accords signés. Et ce n’est pas une sinécure, tellement que justement les putschistes se sont fait enganner par les faucons Américains et les services Polonais qui leur ont fait des promesses fabuleuses auxquelles ils ont cru. Ils doivent l’avoir très mauvaise de constater que en définitive, ils n’auront rien du tout, même en ayant déjà pour ainsi dit détruit le peu d’état social qui restait encore dans ce pays (au passage pour Erwanet, l’Ukraine d’aujourd’hui me parait être la composition la plus chimiquement pure que l’on ai à ce jour d’un gouvernement libertarien ...). Biden est arrivé pour leur dire qu’il faut se calmer, et avant tout désarmer Pravyi Sektor, ce à quoi d’ailleurs je leur souhaite bonne chance !

    Pour en revenir à votre article, les faucons ont bien compris qu’ils ont perdu la partie en Ukraine, tant avec l’opinion internationale - la Russie en ressort dans les fait renforcée - que avec Obama, et cet article du NYT est pour moi l’un des dernier spasme. Mais les mouches ont déjà changé d’âne, et remettent le bordel en Syrie espérant justement que Poutine soit occupé ailleurs.

    • wesson wesson 22 avril 2014 14:37

      Quand à isoler la Russie du commerce international, c’est une grosse blague qui si elle était réellement mise en oeuvre pourrait être un événement déclencheur de la fin du dollars comme monnaie de réserve.


      Regardez le prix du Palladium : La Russie en détient 45% de la production mondiale. Et concernant le pétrole et le gaz, dans le contexte ou d’une part les gisements norvégiens ne cessent de décliner, et d’autre part que l’Afrique du Nord n’as jamais été un partenaire que l’on peut considérer comme fiable, se passer de la Russie reviendra à se préparer à des pénuries majeures de tout ordre, et/ou à devoir passer des accords avec des gouvernements objectivement infréquentables - en tout cas bien moins que les Russes.

    • Joaquim Defghi 22 avril 2014 15:16

      Bonjour Wesson, 


      merci pour ces commentaires argumentés. Trois éléments me font pencher pour une réelle volonté d’isolement en-dehors de ces paroles rapportées par le NYT. 

      D’abord, le fait que la production de pétrole soit plus importante avec le déblocage progressif de l’Iran et de l’Irak et la production de plus en plus importantes des USA. Mécaniquement, cela fait chuter le prix du baril : le Brent a atteint 105$ en Mars avant de remonter sous l’effet de la crise ukrainienne à 110$. L’offre abondante n’est pas prête de se tarir avec tous les projets en Afrique qui interviennent actuellement (Angola, Ouganda, Nigeria...). L’Afrique est justement en train de devenir une alternative sérieuse et durable question hydrocarbures.

      Ensuite, toujours cette histoire de partenariat transatlantique. Si l’UE commerce de trop avec la Russie qui se développe grandement, ce sera autant de parts de marché de perdues pour les Etats-Unis. Isoler la Russie ne signifie pas couper tout lien commercial avec elle. Regardez par exemple l’Iran, l’UE a continué a échangé malgré les sanctions (l’Allemagne a exporté pour 1,8 milliards d’euros en 2013, l’Italie 1 milliards. Source : Eurostat).

      Un troisième élément, est le gaz de schiste. La surproduction nécessite un maintient de prix élevés combiné à une exportation (GNL), que celle-ci intervienne en Asie ou ailleurs. Si les USA n’arrivent pas à exporter à prix élevé leur gaz, l’éclatement de la bulle - des prémices sont déjà là avec des sociétés exploitant le gaz de schiste surendettées ou se désengagent pour certaines - pourrait engendrer tout simplement une nouvelle crise mondiale. 

    • leypanou 22 avril 2014 19:51

      Les faucons ont compris qu’ils ont perdu la partie en Ukraine ? Ce n’est pas ce que suppose cette information en tout cas.

      Vont-ils facilement abandonner la partie après avoir dépensé 5mds de $ ? J’en doute fort. Cela étant, les conséquences de ces soi-disantes sanctions risquent d’être plus dévastatrices encore pour l’empire et ses vassaux -et bien sûr pour ces pauvres Ukrainiens-, ne serait-ce que le dernier accord entre la Russie et l’Iran concernant les achats de gaz russe contre du pétrole iranien car cela va faire plusieurs milliards de transactions qui ne seront plus faites en $.


    • wesson wesson 22 avril 2014 21:30

      Sur le partenariat transatlantique, je pense que les élections européennes vont très sérieusement retarder ce truc. Je voit venir un raz de marée FN-FDG, autrement dit ceux qui sont perçus comme réellement eurosceptiques. Le FN sera probablement en 1ère place loin devant, mais la véritable question sera la position du FDG, devant ou derrière le PS, et de combien. 


      On peut se prendre à rêver, si on a un FDG devant le PS de 5 points ou +, il sera de facto impossible à Hollande de terminer son mandat autrement qu’à la manière de Chirac, c’est à dire en roi fainéant qui ne pourra dans les fait prendre aucun engagement sur le long terme.

      Pour la production pétrolière des USA qui serait en augmentation, je ne me suis pas assez renseigné pour répondre, mais j’ai quand même de sérieux doutes. Ce dont vous faite état est de production qui n’ont pas encore été lancées, et comme on dit, il y a de la distance de la cruche aux lèvres... Je note que le prix du baril de brut était à - de 20$ en 1999, et qu’il est aujourd’hui à + de 100. Le prix avait chuté suite à l’arrivée de Reagan à la maison blanche (il était à 105 juste avant) qui avait passé un accord avec les Saoudiens pour inonder le marché du pétrole. Le but était alors clairement de faire s’effondrer l’URSS dont les revenus en était trop dépendant, et ça y avait participé. Mais ce coup là n’est plus réalisable aujourd’hui, car jusqu’à preuve du contraire il n’existe pas les capacités de surproductions qui seraient nécessaire pour obtenir cette baisse de prix. 

      Quand à considérer la fiabilité de l’Afrique en terme de partenariat, c’est oublier tout ce qu’il s’y passe actuellement. Il y a tout un ensemble de pays dans lesquels un Européen ne peut littéralement plus foutre les pieds, et tout un tas d’autres qui sont en état de guerre civile. Et le fait que l’Algérie vienne d’élire un zombie n’est pas non plus un signe positif. 

      par contre, pour le gaz de schiste, c’est bel et bien une bulle, et quoique les Américains fassent, elle éclatera et ça va répandre du sang sur les murs. Car dans les fait les puits s’épuisent à vitesse grand V, et malgré une fuite en avant et la multiplication des forages, la production peine à simplement se maintenir. Si on veut également regarder ce qu’il en est des réserves Américaines de gaz juste après un hiver un peu rigoureux, on comprends sans aucune peine que ce n’est pas demain la veille que les USA vont exporter le moindre pieds cube de gaz. 

      Bref, même si vous avez raison et que cette politique est réellement celle qui est mise en oeuvre, on peut en mesure là toute son imprudence, et surtout qu’elle est vouée à l’échec. Et je pense que c’est en sachant cela que Obama essaie finalement de calmer tout le monde, histoire de ne pas laisser faire quelque chose de réellement stupide comme de déclencher une 3eme guerre mondiale.

    • wesson wesson 22 avril 2014 21:36

      bonsoir leypanou,


      « Les faucons ont compris qu’ils ont perdu la partie en Ukraine ? Ce n’est pas ce que suppose cette information en tout cas. »

      Bien entendu qu’ils y sont encore, mais ils n’y ont en définitive aucun pouvoir. 

      Les tentatives de faire mater la révolte à l’Est par l’armée s’est en définitive soldée par une pantalonnade. A peine arrivé sur place les tanks dressent les drapeaux Russes et n’obéissent plus à Kiev. 

      Si ils veulent se les faire, il faudra qu’ils y aillent eux-même, au corps à corps. Et ils sont bien trop peu nombreux, et bien trop lâche pour cela. Alors ils en sont réduit à envoyer quelques mercenaires ou quelques fanatiques qui certes font chier, mais rien de bien significatif propre à écraser la contestation. 

      En définitive ils y sont oui, mais sans réelle capacité d’action. Et lorsque les mesures antisociales qui ont été prises produiront leurs effets, ils ne vont pas s’éterniser très longtemps...

    • wesson wesson 22 avril 2014 21:51

      « . Si on veut également regarder ce qu’il en est des réserves Américaines de gaz juste après un hiver un peu rigoureux, on comprends sans aucune peine que ce n’est pas demain la veille que les USA vont exporter le moindre pieds cube de gaz. 
       »


      le lien n’est pas passé. La source est l’EIA (us energy information administration), et le lien est http://ir.eia.gov/ngs/ngs.html

    • wesson wesson 22 avril 2014 21:55

      Je n’arrive pas à faire passer ma source sur l’EIA (US Energy Information Administration)


      c’est un graphique décrivant que les ressources gazières des USA sont au plus bas depuis plus de 5 ans, très en dessous des prévisions. Cela mets le dernier clou au cercueil des exportateurs de gds Nord-Américains. 

    • alinea Alinea 22 avril 2014 22:06

      Ce qui nous intéresse en premier chef, c’est que l’Europe ne suive pas les US sur cette pente savonneuse ; parce que l’Europe a à perdre à s’éloigner de la Russie, tout à gagner à s’en rapprocher ; et pas seulement du point de vue économique. Aussi il serait de bon goût que notre gouvernement à nous ne nous concocte pas une idée fumeuse ! Et peut-être une bonne idée qu’on lui fasse savoir que le peuple ne lui pardonnerait pas !


    • xantrius 22 avril 2014 23:38

      Bonjour wesson,

      C’est dommage, aussi un wesson commence d’analyser le « marc du café », c’est-à-dire expliquer la géostratégie par les humeurs variables de certains politiciens. Je pense que le président des US ne tient pas ce pouvoir qu’on suppose, possible que Obama a des bons intentions. Et alors ? Le dynamisme de l’histoire (capitaliste) trouve toujours ses protagonistes. Même si s’est a un moment donné un sous-fifre qui dérape et appui sur un bouton (Bonjour Dr. Folamour). 

      Biden en mission de la paix ? Par tout c’est la désinformation, mais en France c’est multiplié par dix depuis les journalistes dit « critiques » ont choisi la promotion du gouvernement Hollande. Sur la télé suisse on a vue le discours de Biden devant le « parlement » de Kiev. Il a assuré le gouvernement putschiste de tout soutien nécessaire pour refouler la Russie, dans une situation ou « la garde nationale » (constitué avant tout des éléments fascistes ) tir. 

      Aujourd’hui le président putschiste annonce la poursuite de l’action de la « garde nationale » contre les « terroristes ». Un jour après l’encouragement par Biden !

      En France on parle presque plus de l’Ukraine, mais on envoi des bâtiments de guerre dans la mer noir, plus que les US. Je ne pas le temps pour citer les sources et avancer des chiffres mais je me permet malgré cela de donner mon avis : L’économie est au bord du gouffre, les bulles spéculatives étaient étanchées avec des autres bulles spéculatives, encore plus importantes. Dans ces circonstances l’expansion à tout prix est vitale pour les grandes économies. Et ça c’est uniquement possible à la charge des autres économies comme par exemple la Russie. La situation est chaude et à un moment donné même un Obama ne maîtrise plus grand chose. Et wesson commence à lire dans le marc du café, dommage.

      PS : Je adoré l’action des femen aujourd’hui qui dénoncent « l’épidémie fasciste qui est en train de s’étendre en Europe ».


    • wesson wesson 23 avril 2014 00:18

      bonsoir Xantrius,


      «  Je ne pas le temps pour citer les sources et avancer des chiffres [...] »

      Et bien prenez-le, ça vous permettra d’être crédible lorsque vous reprochez à quelqu’un d’analyser dans le marc de café.

      Et à y être, prenez également le temps de vous exprimer dans un Français correct.

    • wesson wesson 23 avril 2014 00:53

      « Biden en mission de la paix ? »


      Et justement dans votre quête du renseignement vous vous étiez préoccupé de savoir ce que Biden est allé promettre à Kiev, vous comprendriez qu’il ne s’agit pas d’un soutient à déconner un peu plus avec les Russes. 

      Alors que le gouvernement putschiste réclame des milliards, Biden est allé leur promettre grandiosement ... 50 millions . Un véritable pourboire ! Et encore là dedans il y a 11 millions pour organiser les élections du 25 Mai, et 8 millions pour l’aide militaire.

      8 millions, avec ça ils pourront s’en payer des frondes, mais guère plus que cela.

      Et encore, ces 50 millions ne sont qu’une promesse, pas encore versée. 

      Ce que Biden a réellement dit aux putschistes, c’est qu’ils n’auront pas un rond de plus avant les élections, ce qui en clair signifie qu’ils doivent arrêter les conneries. Sauf que en même temps ils ont les néocons qui continuent de les pousser à provoquer les Russes, en leur disant que dans ce cas, les Américains et les Européens seront obligés de les soutenir. Et que cela fonctionne ou pas, c’est juste suicidaire.

      Suicidaire, Iatseniouk l’avait dit dès la formation de son gouvernement. Et sur ce point, il n’as pas exagéré.

      Autre chose que tout le monde semble oublier : Les manifestants de Maidan prennent conscience de là où les as amené l’équipe en place, et les gens qui sont encore sur la place commencent à renauder grave, au point que l’élection d’un pro européen ne semble plus aussi garantie. Si cela se confirme, on va pouvoir les attendre, les élections en Ukraine.

    • xantrius 23 avril 2014 01:02

      @wesson 

      Franchement, j’espère vous avez raison, mais je crains que non. 


    • Claude Selva 23 avril 2014 10:54

      Bonjour wesson,
      Le lien indiqué ne fonctionne pas...


    • wesson wesson 23 avril 2014 21:11

      bonsoir saint just,


      « le vice président Biden revient et 2 jours après le gouvernement ukrainien fantoche décide de reprendre à nouveau ses gesticulations, mais cette fois, avec beaucoup plus de moyens militaires. »

      non non non et non. Biden est arrivé avec un simple pourboire, même les télés Américaines l’ont constaté ... et regretté. C’est pas avec 8 pauvres millions que tu vas battre les Russes, et je suis même pas sûr que avec ça tu paie une 20aine de mercenaires pour 1 mois.

      Le fond est bel et bien là. Obama a décidé de ne pas y aller en fait, et veut une issue diplomatique. Déjà l’accord de Genève même bafoué a de facto entériné l’annexion de la Crimée. 

      Après, ma lecture des événements et des déclarations « occidentales » sont à mon avis juste à usage interne de l’OTAN, pour calmer les cons. C’est la raison pour laquelle les USA envoient des rafiots en mer noire (d’ailleurs l’un d’entre eux s’y est retrouvé coincé suite à une panne de machine, et c’est cela qui a déclenché les petites visites des avions de chasse Russe). Les USA ont aussi parlé d’envoyer un nombre symbolique de soldats chez les plus farouches (Pologne, pays Baltes). Ils en demandaient 10.000, ils en auront 150. 

      Ce discours vindicatif c’est avant tout pour rassurer les autres membres de L’OTAN - Pologne en tête - qui ne cessent d’en appeler à l’implication Américaine. Ils ont juste pas encore compris que l’OTAN n’est pas fait pour qu’on leur demande leur avis, mais pour obéir aux ordres des Américains. Et pour l’instant celui qui donne ces ordres a dit de ne pas y aller. 


      Tout cela ne veut évidemment pas dire qu’il soit impossible que l’un des protagoniste ne se mette à faire quelque chose de réellement stupide qui nous pousserait dans une 3ème guerre mondiale comme on est entré dans la 1ère - par le jeu des alliances.

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 avril 2014 08:16

      Alinea,
      Nous avons sous les yeux la soumission totale de la France aux intérêts des USA.
      Voir BHL, Fabius et le Ministre de la Défense aller soutenir les néos nazis des pays d’ Europe de l’ Est est pathétique et révoltant.

      C’est lié à l’article 42 du TFUE, qui impose aux pays européens d’être dans l’ OTAN, sauf 5 ou 6 pays qui sont militairement neutres.

      Les guerres de l’ OTAN ne sont pas les nôtres, et risquent de nous entraîner dans un conflit avec les Russes.

      C’est une des raisons pour lesquelles il est indispensable de sortir au plus vite de l’ UE.

      Les USA se fichent de savoir si nos intérêts sont liés à la Russie, ce qu’ils veulent, c’est neutraliser la Russie et sauver le dollar.


    • CASS. CASS. 28 avril 2014 11:00

      Totalement d’accord avec Monsieur Saint Just et ce en tous points, après avoir lu tous les commentaires. je me contente de dire ceci étant incapable de traduire ma pensée correctement par écrit, tellement je suis écoeurée par les werner et cie et tous leurs semblables par leur mauvaise foi et tous leurs mensonges.


    • United Europe United Europe 22 avril 2014 14:39

      Franchement, on est juste à nouveau dans un rapport de force classique. 


      • CASS. CASS. 28 avril 2014 11:12

        EN FAIT c’est la RUSSIE qui est une nouvelle foi agressée et du même coup l’Europe la vraie qui est aussi agressée une nouvelle fois, ces peuples et patries. Quand je parle de l’Europe , je ne parle évidemment pas de cette ue/us/telaviv/perfide albion et cie DE CETTE UE dictoriale de la grande mafia des imposteurs escrocs usuriers sérial killer menteurs voleurs pilleurs.


      • Jean-Pierre Llabrés Jean-Pierre Llabrés 22 avril 2014 14:59

        Depuis 1989, quant tombèrent le Mur de Berlin et le Rideau de Fer (il y a 23 ans déjà) et que l’Empire Soviétique disparut, en 1991, les USA semblent continuer de vouloir considérer la Russie comme un ennemi potentiel ainsi qu’au temps de l’URSS.

        Si cette attitude américaine devait persister, les pays de l’Europe de l’Ouest devraient quitter l’OTAN et s’allier à la Russie pour constituer une Union Européenne de l’Atlantique à l’Oural (et au Pacifique, via la Sibérie).

        Dans ce cas de figure, si le Royaume-Uni persistait à se refuser d’être résolument plus europhile qu’il l’est aujourd’hui, il devrait être contraint de quitter l’Union Européenne.

        En revanche, si les USA venaient à considérer la Russie comme un allié potentiel, la Russie pourrait intégrer l’OTAN, qui deviendrait l’Organisation du Traité de l’Atlantique et du Pacifique Nord (OTAPN), ainsi que l’Union Européenne.

        L’intégration de la Russie à l’Union Européenne, ainsi que celle du Bélarus, de la Moldavie et de l’Ukraine exigerait une période transitoire durant laquelle ces quatre pays se mettraient en conformité avec toutes les valeurs de l’Union Européenne.



        • Isary 22 avril 2014 21:23

          bonsoir


          comment pouvez vous envisager que les USA considèrent un jour que le Russie devienne un allié potentiel ?

          Leur attitude géopolitique n’ ayant pour seul objectif que de faire coïncider le périmètre de l OTAN avec celui de l ’UE....

          Le livre :« Le grand échiquier » de Brezinski(que l’on m’ excuse si j’ écorche l’ orthographe de son nom) est assez clair sur ce point.

          L’ attitude des USA en Ukraine récemment(Victoria Nulland surprise au telephone avec l’ ambassadeur US à Kiev faisant « son choix » de mettre Iatseniouk au poste de 1er ministre) en dit long sur leur volonté de fair copain-copain avec Vladimir !!!

          Quant à l’ entrée de la Russie dans l’ UE que vous semblez croire possible !!!!

          Ce n’ est pas ce que les US ont « prévu ».

          ce qui est « prévu »,c’ est l’ entrée de la Turquie dans l’UE....et oui,comme ça on continue de faire coïncider le périmètre de l’UE avec celui de l OTAN....

          L’etude de l’ histoire de France montre que le France va bien quand elle a de bonnes relations avec la Russie.....Et qu’ elle va moins bien dans le cas contraire....

          quoiqu’il en soit,dans l’état actuel de la subordination de le France aux traites européens(TUE et FUE) nous « suivons » bien sagement ce train fou diplomatique conduit par Washington.....

          Lorsque l’ on voit les grands démocrates mis au pouvoir à Kiev après toutes ces manoeuvres des USA(auxquelles le France a apporte son soutien) on a vraiment du mal à comprendre ce que Mr Fabius pense vraiment de l’ extreme droite !!!!Tout cela semble à géométrie très très variable.

          Bilan des courses:Sortons de l’ UE et de l’OTAN et de l EURO.......

          et cela,iln’ y a que l’ UPR qui le dit CLAIREMENT

        • CASS. CASS. 28 avril 2014 11:25

          "les pays de l’Europe de l’Ouest devraient quitter l’OTAN et s’allier à la Russie pour constituer une Union Européenne de l’Atlantique à l’Oural (et au Pacifique, via la Sibérie).

          Dans ce cas de figure, si le Royaume-Uni persistait à se refuser d’être résolument plus europhile qu’il l’est aujourd’hui, il devrait être contraint de quitter l’Union Européenne."

          C’est la seule et bonne solution !!!. cette UE/ US criminelle n’est que monstruosités impostures et escroqueries.voir la carte du monde concernant l’immensité de la véritable EUROPE.


        • coinfinger 22 avril 2014 18:30

          On a un précédent pour juger quand méme : les boucliers antimissiles . Cette option a été discutée à l’époque Reagan ,dans un cadre guerre des étoiles , amplement aux Etats-Unis , tout le monde des universités et du complexe militaro-industriel s’y est mis .
          Conclusion : c’est ruineux et innefficace .
          Contre les missiles , mais pas contre les satellites . Or quels sont les satellites à coup sur menacés , pas ceux des Russes qui ont de la profondeur avec la Sibérie , mais ceux des Européens !
          En ’isolant’ la Russie , on isole aussi l’Allemagne du gaz Russe , et l’Europe du Sud . A quand le tour de la France avec sa compagnie du gaz hativement constituée et son gaz Algérien hyperprivilégié ?
          Quand on suit l’histoire de Rome à l’époque qui précéde l’Empire et aprés on ne peut étre que frappé par la préémminence des intérets
          oligarchiques à court terme , sur l’intéret général , les moments où Rome est au bord de la chute et s’en tire miraculeusement .
          Là j’ai la méme impression on a un Obama qui nous la joue , préoccupé par l’intérieur , l’ukhraine ? C’est où dejà ? A vous savez j’ai d’autres soucis !
          Evidemment tout est à front renversé : une Russie patriotique et un US internationaliste ! avec un peuple Américain qui ne veut pas admettre que son état à d’autre vue que lui . Strange-Love .


          • goc goc 22 avril 2014 18:36

            Tout a fait d’accord avec l’analyse de Wesson

            j’y ajouterais une autre idée
            L’autre erreur majeure des USA est de croire que l’UE est à la remorque des américains et va les suivre aveuglement.
            Certes les politiciens européens actuellement au pouvoir, vont suivre les ordres des ricains, mais à ce jeu, ils vont perdre le pouvoir très rapidement au profit des extrémistes (des deux cotés), et là....

            Deja avec les politiques actuelles européennes, le seul résultat tangible a été de décomplexer les électeurs et de les pousser vers le FN. Alors une fois passé le tabou du vote « extrémiste » on peut s’attendre à tout, y compris à un retournement vers l’extrême gauche. Et là on peut compter sur la Russie pour alimenter une révolution « rouge » en usant des mêmes méthodes que le ricains

            Et puis, si les USA ont d’une certaine façon, réussi à imposer leur (non)culture aux européens, il reste néanmoins un fond commun et surtout des liens économiques vitaux entre l’UE et la Russie

            voila pourquoi, je pense que c’est surtout à long terme que les USA vont perdre gros


            • kalon 22 avril 2014 22:48

              Ouais, mais le problème est que c’est la C.I.A. qui finance les groupes extrémistes en Europe smiley


            • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 avril 2014 19:18

              Bonjour à vous auteur on s’en doutait « quand même un peu »


              • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 avril 2014 19:20

                C’est tellement évident, et puis d’isoler la Russie, c’est aussi faire une pierre deux coups, avec la Syrie.


                • Simple citoyenne Simple citoyenne 22 avril 2014 19:37

                  Ce que je veux dire, c’est que comme la Russie soutient la Syrie et que de l’isoler en lui mettant en plus l’Ukraine dans les pattes, c’est d’essayer de l’affaiblir pour faire tomber la Syrie, et par la même, comme l’Iran, qui elle, soutient aussi la Syrie, sera l’occasion pour les États-Unis, de l’affaiblir aussi, c’est pourtant évident, voilà aussi les raisons mais parmi d’autres, pour les quelles, les États-Unis, veulent mettre en difficulté la Russie ! Et l’Europe Caniche suit la voix de son maitre.


                • kalon 22 avril 2014 22:51

                  Isoler la Russie alors que les deux tiers de l’humanité se rapprochent des BRICS ?

                  Plus vite dit que fait, à mon avis ce sont les états unis qui vous s’isoler ! smiley


                • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 avril 2014 19:21

                  C’est le début de la fin pour l’Empire Américain, ce qui ne veut dire qu’ils n’ont plus de pouvoir de nuisance...

                  L’auteur dit que les USA n’ont jamais été « une puissance militaire conquérante ».
                  Les USA sont en guerre, quasiment depuis la moitié du 19e siècle !
                  « Interventions américaines dans le monde, liste non exhaustive »

                  Pour y faire quoi ? Pour éviter de payer ce qu’il peuvent avoir gratuitement ou pour pas cher ; faire la fortune de leurs multinationales, et s’assurer les votes dont ils ont besoin à l’ ONU pour continuer le pillage...
                  La technique est rodée, elle est expliquée dans le livre de John Perkins :
                  « Les confessions d’un assassin financier »

                  Les USA sont entrés dans un grave crise politique, économique et militaire.
                  Echec en Afghanistan, en Irak, en Syrie, au Venezuela, en Crimée... , gazoducs construits par la Russie et pas par les USA. Et gâteau sur la cerise, l’affaire Snowden -NSA ...

                  Voici le point de vue de Paul Craig Roberts : « L’ Amérique discréditée ».

                  Pendant ce temps, Poutine joue sa partie d’échecs, et défend les intérêts de la Russie et des Russes. Il est à 80% d’indice de satisfaction auprès des Russes, ce qui ne risque pas d’arriver à Ôlandouille ou à Obama...

                  Un livre écrit par un Français qui travaille en Russie :
                  « La nouvelle grande Russie » par Xavier Moreau.


                  • remopix remopix 23 avril 2014 10:07

                    Pour le cas de l’Ukraine, les Etats Unis augmentent leur zone d’influence, ce qui ne manque pas de faire réagir la Russie. Je crois que, contrairement à ce que vous dites, l’empire américain n’est pas du tout sur le déclin. Son influence n’a jamais été aussi forte en Amérique latine grâce aux accords commerciaux, et elle va augmenter aussi en Europe grâce au nouveau pacte transatlantique. On commence à trouver des pommes de terre américaines dans les super marchés français. 


                  • remopix remopix 23 avril 2014 10:08

                    Pour le cas de l’Ukraine, les Etats Unis augmentent leur zone d’influence, ce qui ne manque pas de faire réagir la Russie. Je crois que, contrairement à ce que vous dites, l’empire américain n’est pas du tout sur le déclin. Son influence n’a jamais été aussi forte en Amérique latine grâce aux accords commerciaux, et elle va augmenter aussi en Europe grâce au nouveau pacte transatlantique. On commence à trouver des pommes de terre américaines dans les super marchés français. 


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 24 avril 2014 08:22

                    remopix,
                    Les pommes de terre américaines ne vous diront rien sur la branlée que les Russes ont filée à l’ OTAN en Syrie, sur laquelle nos médias ont été d’une discrétion de violette...
                    « Echec et Obamat en Syrie ».


                  • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 22 avril 2014 19:33

                    Une bonne analyse de la situation par Pepe Escobar :
                    « A Washington, Poutine les rend fous ! »

                    Et toujours de Pepe Escobar, un des rares journalistes en géopolitique capable d’humour : « Sanctions contre la Russie : Guerre et farce ». Où il détaille toutes les « armes » dont disposent la Russie et les BRICS pour enquiquiner fortement les USA... , y compris de faire disparaître le dollar.


                    • CASS. CASS. 28 avril 2014 09:32

                      ça fait longtemps que wahschington est dirrigé par des sérial killer imposteurs escrocs voleurs pilleurs


                    • Werner Laferier Werner Laferier 22 avril 2014 20:29

                      Stop !
                      les occidentaux ne sont pas responsable des révolutions, les peuples sont souverain et se révoltent seul contre leurs tyrans.
                      La colère des peuples peut difficilement être acheté c’est comme l’amour ça ne se commande pas, après que des gens soient manipulés je veux bien mais on peut difficilement téléguider un peuple. Pour qu’une révolution « prenne » il faut une colère profonde et ancienne qui trouve à l’instant T ou plutôt R, le bon moment pour s’exprimer. Comme pour une histoire d’amour si on arrive trop tôt ou trop tard il ne se passera rien. Si l’amoureux ou le « révolutionnaire » n’a pas le désir ou la colère rien ne se passera également.
                      Demandez aux Américains qui semblent si fort en manipulation de foules à distance (selon vos dires) de déclencher une révolution au Luxembourg ou en Suisse ! On a pas fini de rire.

                      Ps : Votre ami poutine vient de censurer le facebook russe, voila ce qu’est une dictature soviétique, le contrôle de l’information par le régime.
                      Russie,Chine,Corée du Nord, Venezuela...même combat sur les médias et la population.
                      Mais non, j’ai probablement tord, puisque l’on me dit que la Russie est un paradis, une terre de liberté, et Poutine un individu charmant.
                      Encore un facebook à la solde des USA, certainement.

                      Le droit d’ingérence aurait du s’exercer à l’égard de ses pays, depuis très longtemps déjà, pour les valeurs de la liberté qui sont indiscutable, nous aurions du civilisé ses pays par la force et installer ensuite une démocratie en éduquant les peuples et en l’émancipant, c’est à dire en lui faisant renier son passé et ses traditions pour des valeurs moderne.
                      Nos ancêtres révolutionnaire au USA ou en France qui ont crée les droits de l’homme voulait que ce principe s’applique à tous les pays, par la force ou non, nous aurions du suivre leurs conseils.


                      • macha macha 22 avril 2014 21:16

                        Pauvre werner,

                        Apprenez correctement notre langue, sans faire de fautes :« nous aurions civiliser ces pays par la force ». Vous vous entendez parler ? Vous vous prenez pour qui ?
                        Who do you think you are ? civiliser ces pays par la force...pauvre werner, écoute bien ce que tu dis, c’est lamentable.
                        Go home.

                      • wesson wesson 22 avril 2014 21:39

                        bonsoir Werner, 


                        humm, à chaque fois qu’un idolatre Américain parle de liberté et de censure, je lui demande de me rappeler où est M. Snowden ? Et où est Mlle Manning ?

                      • wesson wesson 22 avril 2014 21:48

                        On va aussi regarder ce qu’il se passe aux USA autour du ranch de Bundy, et comment les Américains vont traiter l’affaire... 


                        En tout cas, c’est amusant de voir que les polices locales sont en train de recevoir en équipement des véhicules blindés résistant aux mines
                        ils ont peur de quoi, de la conception de la démocratie des rednecks ?

                      • Jean-Paul Foscarvel Jean-Paul Foscarvel 22 avril 2014 22:12

                        Le droit d’ingérence aurait du s’exercer à l’égard de ses pays, depuis très longtemps déjà, pour les valeurs de la liberté qui sont indiscutable, nous aurions du civilisé ses pays par la force et installer ensuite une démocratie en éduquant les peuples et en l’émancipant, c’est à dire en lui faisant renier son passé et ses traditions pour des valeurs moderne.

                        C’est ce qu’a toujours fait l’occident. Aux USA, les européens ont civilisé les barbares qui habitaient là sans rien leur demander, et ont apporté la civilisation par le génocide des autochtones. En Australie de même. En Amérique du Sud, Cortés a christianisé les civisations ando-américaines en assassinant, tuant, pillant, violant les « barbares » qui refusaient la civilisation. En Afrique, la France a voulu s’imposer et a colonisé des populations en niant leurs savoirs, leurs techniques, leur humanité, au nom de la civilisation et de l’Universel des idéaux français.

                        Combien de massacres êtes-vous donc près à intenter, de génocides, pour que des hommes différents de vous partagent vos idéaux de pacotilles, qui de fait cachent la loi du plus fort ?

                        Partout l’occident utilise ses grands principes pour détruire, piller et s’emparer des richessses des sols, terroriser et esclavagiser les populations, abatttre les cultures ancestrales pour les remplacer par l’apologie de la violence, la perte des repères et des solidarités, l’alcool et la drogue. Et cela s’apelle « civilisation » !

                        Aujourd’hui nous savons.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès