Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le parlementarisme, modèle ukrainien

Le parlementarisme, modèle ukrainien

Les débats du Parlement d’Ukraine ne se jouent plus sur le parquet de l’Assemblée nationale mais derrière le contrôle de l’alimentation électrique. Au nom du peuple.

La République d’Ukraine est une démocratie parlementaire où les pouvoirs présidentiels sont étendus (quoique réduits récemment au profit du Parlement). Le président de la République est élu au suffrage universel direct pour un mandat de cinq ans, renouvelable une fois. Il nomme le premier ministre avec l’accord de la Verkhovna Rada.

La Verkhovna Rada ou Rada (en ukrainien : Верховна Рада України) est le parlement unicaméral d’Ukraine

Le Parlement (Verkhovna Rada ou plus simplement Rada) est composé de 450 députés élus au suffrage universel direct pour un mandat de quatre ans.

France-Presse rapporte que le parti de l’opposante Ioulia Timochenko a plongé le Parlement ukrainien dans le noir, coupant la lumière, le système de vote électronique et la quasi-totalité des microphones, en signe de protestation contre la majorité pro-russe.

Plusieurs députés du Bloc Timochenko ont pris le contrôle du système d’alimentation électrique de l’Assemblée après le refus de la majorité d’examiner des projets de lois sur une baisse des tarifs communaux et une hausse du salaire minimum, a rapporté l’agence de presse Interfax.

« Nous sommes forcés d’agir de cette façon. Il n’y a pas d’autre moyen de faire entendre la voix du peuple », s’est justifié Oleg Liachko, du Bloc Timochenko.

Le vice-président du Parlement, Adam Martyniouk, a menacé les députés d’opposition de poursuites judicaires, en affirmant que la majorité n’aurait pas de mal à lever leur immunité parlementaire. Après de vaines négociations avec les pro-russes, les députés récalcitrants ont finalement décidé de passer la nuit au Parlement afin de ne pas restituer le contrôle de l’alimentation électrique à l’administration de l’Assemblée, selon les médias.

Questions

  1. Est-ce bien ce que veut le peuple  ?
  2. Est-ce bien là un comportement parlementaire ?

Moyenne des avis sur cet article :  3.67/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • (---.---.51.72) 23 février 2007 21:20

    Difficile de répondre à ces questions de l’extérieur, les élections suivantes servent en principe à régler ces problèmes. Comme vous le dites, c’est au peuple Ukrainien de s’exprimer.

    Je suis ravie de voir un article sur ce pays que j’apprécie énormément, je souhaite de tout mon coeur que le peuple Ukrainien trouve la voie d’une démocratie apaisée.

    Il serait très agréable, de lire des nouvelles plus légères s sur ce pays, (la culture, le tourisme en Crimée, Kiev ou les Carpates, le dynamisme culturel, sa jeunesse).


    • polka (---.---.126.12) 25 février 2007 16:24

      Bonjour,

      Impossible a quiconque de commenter cet article, et surtout les deux questions que je trouve pour le moins déplacées, sans connaitre un minimum de l’histoire d’Ukraine.

      Le simple fait que l’équipe de pilleurs soit aujourd’hui en place démontre qu’en l’espace d’un an, l’équipe « orange » a définitivement ancré l’Ukraine dans la voie parlementaire démocratique. Laissant ainsi aux pires des pires ennemis la possibilité de s’accaparer le pouvoir. Renseignez vous, en moins d’un an, leur bilan est simplement sinistre

      Souvenez-vous des raisons qui ont poussé ce peuple pacifique a manifester dans les rues en 2004. Il s’agissait entre autres de grossières manipulations des votes, réalisées a une échelle industrielle, en utilisant les moyens gouvernementaux ET mafieux.

      A ce jour, ces mafieux ont montré ce qu’ils pensaient de leur métier, leurs parlementaires sont leurs salariés. Ukraine, 52 millions d’employés...

      Toute tentative de prise de parole contraire a la « religion ministrielle » actuelle est réprimée sous une couverture légale, prenant ainsi exemple sur Staline qui a massacré en toute légalité, emprisonné des « volontaires »...

      Certes, couper le jus n’est pas un exemple exemplaire qui doive servir d’exemple au monde entier. Mais yanoukovitch et l’ex Koutchma nous ont habitués a des turpitudes bien plus repréhensibles. Certains n’en sont pas encore revenus.

      Qu’opposer face a des gens sans scrupules, qui utilisent un état entier a des fins personnelles, faisant fi de toute expression non « conforme » ? Sur certains sujets, il est malheureusement VITAL de se défendre, de défendre les fragiles acquis de 2004. Un retour en arriere tel qu’il se profile aujourd’hui aurait des conséquences terribles.

      Parlez nous aussi un peu des journalistes, parlementaires de l’opposition qui sont passés a tabac, du blocage manu militari de tout le parlement pendant six mois... Etc.

      Quoi qu’il ne se soit passé, n’oubliez jamais que l’ukraine revient de loin. Au vu des siecles de reppression terrible, il est quasi miraculeux que sa société civile soit encore vivante. Le plus bel exemple reste la dignité et la « force tranquille » de la révolution orange.

      L’Ukraine a payé (cher) son ticket d’entrée dans un monde plus paisible.

      De grâce ! Souvenez vous en.


      • Arno Villanova (---.---.213.65) 28 février 2007 22:19

        J’étais sur la place Maïdan le 31 décembre 2004 quand la révolution orange fêtait sa victoire. J’ai cru que l’influence de la mafia reculerait enfin dans ce pays. J’ai cru que le pays se rapprocherait vite de l’union européenne et se libérerait un peu de l’emprise de la Russie. Depuis, je suis retourné plusieurs fois en Ukraine, dont un mois à Donetsk en 2006, dans le Donbass. Qu’ai-je vu ?

        J’ai vu un président qui n’a pas assumé les espoirs qu’il avait suscité. J’ai vu les prix flamber, les salaires stagner, voire être irrégulièrement versés, l’eau courante n’arriver qu’une heure le matin et qu’une heure le soir dans certaines cités minières, comme avant. J’ai vu les cyniques qui ne croyaient au bénéfice de la révolution orange pour eux, le peuple, avoir raison. Car à Kiev, c’est beau à voir, les capitaux étrangers affluent, les immeubles jaillissent de terre, une minorité explose la rentabilité et s’expose dans des voitures de luxe, Ruslana danse sur des panneaux publicitaires un peu partout... Pourtant, la mafia a légalement réinvesti le parlement. Son mannequin, Yanoukovitch, travaille à diviser le pays entre le Donbass où on parle russe, pas ukrainien, Lviv et Kiev où on parle un peu plus ukrainien, la Crimée, largement peuplée de russes et son statut spécial...

        Oui, on coupe la lumière au parlement ukrainien. Mais on y fait plein d’autres choses également. On s’insulte ou même, savez-vous que des députés et ministres n’y prennent même pas la peine de parler ukrainien en séance ? Ce n’est pas que de la provocation, certains ne maîtrisent simplement pas la langue ukrainienne. Il y a des symboles qui font mal à la nation ukrainienne.


        • L'enfoiré L’enfoiré 28 mai 2007 12:21

          Bonjour Pierre et le Canada,

          J’aime ton article. J’en planifie un du même type. J’ai effleuré Cuba pendant des vacances il y a une dizaine d’année et j’y aurai mes souvenirs mêlés à ceux que j’ai lu dans le dernier magazine Geo qui était consacré à la situation là-bas. Merci. J’en ferai référence dans le mien en temps opportun. smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès