Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le parti conservateur britannique s’en prend à la junte (...)

Le parti conservateur britannique s’en prend à la junte birmane

Le parti conservateur britannique vient donc de prendre une initiative courageuse dans le but de bousculer la dictature militaire Birmane et de contraindre la junte des généraux à mettre bas les armes et à inaugurer un dialogue avec les représentants du peuple birman dans le but d’établir d’un régime gouvernemental respectueux des droits de l’homme et des citoyens à la liberté

 

Se trouvant à Rangoon, un député conservateur britannique a qualifié la Birmanie “d’Etat paria” dirigé par un gouvernement à la fois méchant et pervers (« wicked « ) lors d’un entretien - le premier depuis dis ans - entre la junte militaire et l’un des doyens du Parlement de Londres.

 

Cette rencontre s’est déroulée, commente les porte- parole du Parti Conservateur britannique, « dans un atmosphère très tendue et passionnée.  »

M. Andrew Mitchell, secrétaire d’Etat du gouvernement (fantôme) de l’opposition ” pour les questions intéressant le développement international a déclaré à U Kyaw Thu, ministre adjoint des affaires étrangères que son « régime militaire est à la fois mauvais et illégal”.

IL a ajouté, indique une dépêche de l’agence birmane en exil, « Les peuples d’Occident considèrent votre gouvernemental comme celui d’un état « paria ». Vous ne dépensez qu’un seul dollar par an, par habitant, pour la Santé et à l’Education. Votre peuple souffre affreusement du sud au Nord du pays ».

A travers son interlocuteur, le député conservateur britannique a lancé un appel pressant à la junte militaire pour que soient libérés les tous les prisonniers politiques et que soient organisées des négociations à trois significatives entre la junte militaire, les leaders de l’opposition birmane et les « groupes séparatiste rebelles » des minorités ethniques.

Il a insisté pour que soit mis en œuvre et sans délai, un processus de transition démocratique dans le pays.

Cette déclaration du parti conservateur britannique a été rendue publique, par le secrétariat de M. Andrew Mitchel

 

Dans ce communiqué, il est , notamment, précisé que U Kyaw Thu, interlocuteur de député britannique  “ a nié toute existence de prisonniers politiques en Birmanie et refusé catégoriquement de lui permettre de rencontrer Mme Aung  San Suu Kyi, prix Nobel de la paix.’”

Dans une déclaration faite à l’issue de cette rencontre avec un membre du pouvoir militaire, M. Mitchel a condamné la junte « pour la détention continue de celle qui représente “le rayon d’espoir du peuple birman”.

Le secrétariat du député britannique a révélé que pendant les quarante huit heures de son séjour à Rangoun, M. Mitchel avait pu avoir des « contacts secrets » avec des membres éminents de la “Ligue Nationale pour la Démocratie  » ainsi qu’avec d’autres personnalités membres de l’opposition et quelques leaders du « mouvement étudiant » de la révolte » de 1998, consécutive a l’abolition des élections qui, cette année-là,  avait consacré à plus de 90 pour cent, la victoire de l’opposition politique à la junte militaire malgré ses prévisions..

 Il a rencontré, également, des dirigeants de diverses organisations non gouvernementales. Ces derniers qui lui ont signifié « leur opposition à la politique d’isolement et de boycott, aux sanctions économiques et financières mises en place par l’Occident sur les voyages et les investissements en Birmanie ». Ils ont estimé que « plus il y aura de commerce et plus la Birmanie s’ouvrira au monde extérieur, plus seront accrues les chances d’établir dans ce pays, actuellement sous le joug, une société plus ouverte et plus prospère. Ceci contribuera finalement à battre en brèche l’accaparement du pouvoir par les généraux. »

 

M. Mitchell s’est également rendu au cours de son séjour en Birmanie dans l’Etat Karen. Il a visité les camps de réfugiés karen de Ei TU Hta, installé à la frontière thaïlandaise. “

Il a obtenu, écrit l’agence birmane en exil, de nouvelles preuves récentes concernant “l’épuration ethnique” et les violations des droits de l’homme commises par l’armée birmane, non seulement actuellement, mais depuis les  cinquante années que dure cette guerre aux ordres de la junte militaire contre les « rebelles séparatistes ».

Le communiqué du parti conservateur britannique fait également état de témoignages directs et psychologiquement insupportables, recueillis par M. Mitchell, au sujet « des tortures et des violences auxquelles se livre l’armée birmane pour écraser le soulèvement des minorités. »

 A ce sujet le gouvernement britannique a annoncé cette semaine qu’il a décidé de d’apporter son aide aux groupes de réfugiés qui se trouve en Thaïlande ou qui se trouvent  en territoire birman.

 La presse officielle ou pro gouvernementale birmane n’a fait aucune allusion au voyage du parlementaire britannique en Birmanie. L’organe officiel de la junte militaire s’est limité à accuser la « Ligue Démocratique Birmane » d’entretenir des contacts permanents avec les ambassades britannique et américaine à Rangoun. Et de se livrer à des atteintes dommageables aux “intérêts de la nation et du peuple, dans le but de transformer la Birmanie en un dominion colonial ».


Moyenne des avis sur cet article :  4.09/5   (22 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • tovara (---.---.149.181) 8 mars 2007 12:28

    Le parti conservateur britannique, dont le chef, M Cameron, un espéce de yuppie snob, est encore plus mal vu que Blair dans l’Opinion britannique (il faut le faire !) ferait mieux de se préoccuper des graves problèmes que connait le Royaume Uni aprés 12 ans de blairisme et une intervention désastreuse en Irak plutôt que de donner des leçons de droit-de-l’hommisme à l’une de ses anciennes colonies, ce qui sera à mon avis trés mal perçu sur place (les Asiatiques n’aiment pas perdre la face) et même contre-productif !


    • Lucky (---.---.161.143) 8 mars 2007 14:19

      Tout à fait d’accord avec vous « tovara » Il faudrait tout de même ne pas oublier les peaux de banane qu’ils ont laissé avant de quitter le pays, mais c’est le principal défaut de la majorité de l’ouest qui n’a pas encore compris que le monde n’était pas leur nombril ni à leur botte. Malheureusement ce n’est pas encore demain que certain comprendront que ce n’est pas uniquement en voulant faire des copier coller de « démocratie » sur des pays loin de leur culture et en les boycottant qu’ils vont arranger les choses. Tous ceci sans vouloir cautionner le régime en place (j’y vis depuis 10 ans donc je connais bien).


      • (---.---.102.41) 8 mars 2007 18:48

        FOR THE LUCKY ONE FROM NYANMAR...

        Vous avez la chance - le privilège (?) - de jouir de la vie quotidienne des « expatriés » (expatriates belonging to the lower or upper middle class) .

        Cette vie - vos propos me font penser que vous êtes dans ce cas - n’a rien de commun avec celle des birmans civils, qu’ils soient de la campagne ou bourgeois de la ville.

        Vivre sur le rivage de l’Inya lake, ou même ailleurs, être éventuellement membre du club de voile de Ranogoon, ou être seulement employé ou contremaitre d’un bonne maison - aide bien à s’isoler des regueurs du gouvernement militaire.

        Je parle d’experience.

        Je ne crois pas que pour un birman moyen - avec tout ce que cela comporte chez lui de fierté, d’intelligence et d’intuition - bien supérieure à la nôre - les concepts de occidentaux de gauche , droite, « labor » ou « torry » n’ont pas grande imortance quand on doit subir directement le pouvoir militaire.

        Mais il est évident aussi que lorsqu’on dépend d’un grand groupe, pétrolier ou autre, dont la prosperité dépend de la connivence qu’on peut avoir avec les généraux, on ne peut pas se permettre d’être autre chose qu’indulgent à leur égard.

        BCB


      • Lucky (---.---.161.151) 9 mars 2007 05:17

        En réponse à(IP:xxx.x3.102.41) Vous n’y êtes pas du tout à mon sujet. Je suis au contraire de ce que vous pouvez penser. C’est mon choix de vie, ma liberté, sans assistance d’un état providence castrateur des libertés individuelles. Cela doit vous paraitre fou et bien oui, je me sent libre dans une dictature comme doivent le regretter beaucoup d’iraqiens aujourd’hui. Je suis le mouton noir qui refuse le rouleau compresseur de nos sociétés démocratiques qui au nom du bien pour tous fabriquent des otages de plus en plus malheureux et surtout sur endettés. Pour moi la liberté c’est d’avoir le choix et j’ai choisi. D’un autre coté, je suis marié à une Birmane depuis 5 ans maintenant donc je les connais assez bien et pour travailler avec eux depuis plus longtemps encore. Pour le reste, on peut en discuter à l’infini mais on ne force pas les gens contre leur destin, c’est à eux de faire leur révolution quand ils le voudront et le pourront.


      • Bertrand C. Bellaigue Bertrand C. Bellaigue 9 mars 2007 14:31

        Pour double lucky

        Pour ce que vous ( Je suis le mouton noir qui refuse le rouleau compresseur de nos sociétés démocratiques qui au nom du bien pour tous fabriquent des otages de plus en plus malheureux et surtout sur endettés. Pour moi la liberté c’est d’avoir le choix et j’ai choisi. D’un autre coté, je suis marié à une Birmane depuis 5 ans maintenant donc je les connais assez bien et pour travailler avec eux depuis plus longtemps encore. Pour le reste, on peut en discuter à l’infini mais on ne force pas les gens contre leur destin, c’est à eux de faire leur révolution quand ils le voudront et le pourront.) ... vous avez tout à fait raison. Vous êtes en effet « doublement »lucky". Vous vivez dans le pays de votre choix qui est en effet enchanteur - celui que nous avos le aimé - et vous avez pour épouse une Birmane. Les Birmanes - les Vietnamienne et les Laotiennes - sont les femmes les plus attachantes que j’ai jamais recnontrées. Je suis tout a fait d’accord avec ce que vous dite sur la manie de l’Occident a vouloir inmposer la democratie et au nom de laquelle sont provoquée de catastrophe et des hécatombe, comme en Irak.cela provoquer des catastrophes. Par contre ce que je supporte mal pour l’avoir experimenté - égalementen Argentine et au Paraguayn , c’est l’arrogance, le cynisme, et la cruauté de ces régimes qui estiment être libres de violer sans etat d’mes ce qu’il est convenu d’appeler les droit de l’homme. J’étais à Rangoon le seul correpondant étranger occidental ( ....)

        Mes remarques étaient plus longues mais en me relisant je me suis dit qu’il valait mieux couper tout cela en estimant, assez hypocritement, que chacun est libre de chosir quand il le peut...

        Cordialement

        Bertrand C. Bellaigue


      • reynald (---.---.132.210) 8 mars 2007 18:50

        Faut il, pour mettre les pieds dans le plat, être irréprochable ? Cette diatribe a au moins pour effet de faire parler de la Birmanie que les média occultent systématiquement. Grand voyageur ? je me suis interrogé longtemps sur l’opportunité d’aller en Birmanie, d’un coté apporter des devises à un gouvernement indigne de son peuple, de l’autre l’envie de rencontrer et de faire partager et découvrir aux gens ce qui se passe de l’autre coté. J’ai décidé de partir et de d’apporter dans ce pays ce que peut représenter un français , celui qui vient du pays des droits de l’homme. Je crois que ce peuple a besoin de ne pas être isolé, les gens ont besoin de savoir que d’autres peuples veillent sur eux et oeuvrent à faire que ce pouvoir militaire disparaisse.


        • Asskforfreedom (---.---.163.55) 9 mars 2007 13:25

          Cet article permet de vous rappeler que nous tentons depuis quelques semaines, de faire parler en France, du sort d’Aung San Suu Kyi et de tout le peuple birman qui a trop tendance à souffrir en silence. Soutenez-nous et participez à notre concours de court-métrage d’une minute sur le thème « Je ne suis pas libre si tu ne l’es pas ». C’est en parlant d’elle et en n’oubliant pas son combat, que nous pourrons faire changer les choses. L’oubli ou la résignation, c’est la défaite. Visitez notre site http://www.asskforfreedom.org Laissez vos messages de soutien et aidez-nous dans notre combat. Merci à toutes et à tous. Asskforfreedom

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès