Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > « Le peuple reprend peu à peu du pouvoir », entretien avec Frank Barat du (...)

« Le peuple reprend peu à peu du pouvoir », entretien avec Frank Barat du Tribunal Russell pour la Palestine

Frank Barat répond à Emanuel Stoakes de Counterfire (http://www.counterfire.org/index.php/about-us) sur Le Tribunal Russell pour la Palestine, l'ouverture de la frontière de Rafah, l'accord de réconciliation entre le Hamas et le Fatah, la reconnaissance d'un État Palestinien par les Nations Unies, la prise de position d'Obama en faveur d'une solution à deux États, le discours de Netanyahou devant le Congrès américain....

ES : Frank, vous êtes connu pour votre travail avec le Tribunal Russell pour la Palestine. Pouvez-vous nous dire quelques mots sur ce groupe et sur ses objectifs ?

FB : Le Tribunal Russell pour la Palestine (TRpP) est un tribunal populaire international créé en réaction à l'inaction de la communauté internationale devant les violations avérées de la loi internationale commises par Israël.

Le TRpP, qui procède par sessions, traite de différents aspects de la complicité et de la responsabilité d'États, d'organismes internationaux et de multinationales dans l'occupation des territoires Palestiniens par Israël, ainsi que des perpétuelles violations du droit international par Israël. Ces sessions permettent aussi de mettre en lumière la continuité logique de la politique israélienne dont l'objectif final est d'empêcher la création d'un État Palestinien.

Le TRpP tient sa légitimité de son impuissance absolue et de son universalité.” Le TRpP n'a pas de statut légal et tire sa force de la volonté de citoyens voulant mettre un terme à l'impunité dont jouit Israël alors qu'il prive les Palestiniens de leurs droits les plus fondamentaux. Le TRpP ne rivalise avec aucune autre juridiction (domestique ou internationale), mais travaille en complémentarité avec elles pour faire appliquer la loi en Palestine.

La première session du tribunal s'est tenue à Barcelone, du 1 au 3 mars 2010, et portait sur la complicité et la responsabilité de l'Union Européenne et de ses États membres dans la continuelle occupation israélienne des territoires Palestiniens, et les perpétuelles violations de la loi internationale commises par Israël en toute impunité.

Les conclusions de cette première session ont mis l'accent sur les manquements dont font preuve l'Union Européenne et ses membres quand il s'agit de faire appliquer la loi internationale (promouvoir le droit à l'autodétermination, l'obligation de respecter et d'assurer le respect des lois humanitaires, la juridiction universelle...) et la loi européenne (l'Accord de Stabilisation et d'Association, le respect de la règle d'origine, les exportations d'armes vers Israël en contradiction avec le Code de conduite européen, l'exportation de produits issus des colonies, la participation des colonies aux programmes de recherche européens...).

Ces conclusions ont été envoyées à tous les chefs de gouvernements et ministres des Affaires Étrangères européens, aux présidents de l'Union Européenne, à la Commission et au Parlement, aux Nations Unies, à Israël, à l'Autorité Palestinienne et à la Ligue Arabe.

La deuxième session internationale du TRpP s'est tenue à Londres les 20, 21 et 22 novembre 2010. Y a été examinée la complicité des multinationales dans les violations par Israël des Droits de l'Homme et des Droits Humanitaires.

Le jury a jugé les multinationales concernées complices des violations de la loi internationale commises par Israël, dont des crimes de guerre. Ces multinationales pourraient donc être traduites en justice devant le tribunal civil ou pénal de leurs pays ; et leurs dirigeants pourraient être amenés à comparaître devant un tribunal pénal national et/ou international s'ils ont pris des décisions afin d'aider Israël dans ses violations de la loi internationale. Les États ont l'obligation de faire appliquer la loi existante aux multinationales lorsqu'elles agissent en violation des Droits de l'Homme et des Droits Humanitaires.

Le Tribunal en appelle aussi aux individus, groupes et associations afin qu'ils prennent toutes les mesures nécessaires pour s'assurer que les corporations multinationales agissent en accord avec les Droits de l'Homme et les Droits Humanitaires.

La troisième session du TRpP se déroulera en Afrique du Sud au mois de novembre 2011. Elle traitera de l'applicabilité à Israël du crime d'apartheid en vertu du traitement infligé au peuple Palestinien dans les Territoires Palestiniens Occupés (TPO) et au sein même d'Israël.

 

ES : L'Égypte a annoncé qu'elle allait ouvrir le barrage de Rafah – décision importante, susceptible d'entrainer une forte réaction du monde politique israélien – qu'elles conséquences cela va avoir, à votre avis, sur la population de Gaza et les Palestiniens en général ? Et le barrage peut-il/va-t-il rester ouvert ?

FB : L'Égypte a annoncé le 25 mai que la frontière de Rafah serait ouverte de façon permanente à partir du samedi 28 mai de 9h à 21h, tous les jours sauf les vendredis et pendant les vacances.

N'oublions pas que des restrictions seront appliquées. Toutes les femmes et tous les enfants de moins de 18 ainsi que les hommes de plus de 40 ans seront autorisés à sortir. En revanche, pour les hommes entre 18 et 40 ans, un VISA sera nécessaire. Un VISA délivré à Ramallah. Pour l'instant, il n'y a aucun bureau égyptien à Ramallah en mesure de délivrer de tels documents (les autorités égyptiennes ont dit récemment avoir l'intention d'en ouvrir un prochainement).

C'est évidemment une excellente nouvelle pour les habitants de la bande de Gaza, dont certains y sont enfermés depuis des décennies, avec absolument aucune chance de quitter un jour leur minuscule enclave. L'ouverture de cette frontière va sans conteste améliorer la vie des habitants de Gaza. Quand vous avez été emprisonnés dans une cage pendant des années, la moindre ouverture est une chance de survie. La population de Gaza va peut-être se sentir un peu plus humaine grâce à ça. Dans les situations désespérées, il est également important de ne pas se sentir abandonnés, de sentir que des gens, autour, vous soutiennent. Que le soulèvement égyptien aie conduit à l'ouverture de la frontière de Rafah est une nouvelle fantastique. Les Palestiniens vivant à Gaza savent, depuis des années, que le peuple égyptien est solidaire de leur cause. Le problème était que sous le régime dictatorial de Moubarak, soutenu par l'Occident, tout soulèvement (et il y en a eu d'autres contrairement à ce que les médias de masse veulent nous faire croire) ont été réprimés par l'usage brutal de la force (qui a fait de nombreuses victimes), par la torture et l'emprisonnement. Maintenant que Moubarak n'est plus là (grâce au courage et à la persévérance du peuple égyptien), les choses sont différentes.

D'un point de vue plus global, l'ouverture de la frontière de Rafah est un coup dur porté à la propagande israélienne (hasbara). Pendant des années, Israël et ses alliés (les États-Unis, l'Union Européenne...) ont pu dire « même les frères arabes des Palestiniens sont d'accord avec nous et pensent qu'il est nécessaire que les frontières soient fermées. Nous ne sommes pas les seuls. Si vous êtes en colère contre le blocus, pourquoi ne boycottez-vous pas l'Égypte ? » Aujourd'hui, ça ne tient plus.

Israël est maintenant dos au mur et n'a plus d'alternative. Le siège illégal de Gaza (punition collective interdite par la loi internationale) doit cesser.

L'ouverture du barrage de Rafah est une grande nouvelle mais ne va pas changer grand chose en terme de niveau de vie. La population de la bande de Gaza va enfin pouvoir jouir de la liberté de mouvement (droit inaliénable garanti par la Charte des Nations Unies et la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme) mais va toujours manquer de ressources et de matériel pour vivre une vie normale.

La frontière restera-t-elle ouverte ? Cela va dépendre du prochain gouvernement égyptien, mais je tends à penser qu'une fois ouverte il sera difficile à n'importe quel gouvernement de la refermer.

 

ES : Que pensez-vous de la réconciliation entre le Hamas et le Fatah ? Pourquoi, à votre avis, est-ce arrivé maintenant ? Quelles en seront les conséquences d'après vous ?

FB : C'est évidemment un pas en avant très important, mais nous ne savons toujours pas de façon certaine comment cela va se traduire en pratique. La plupart des commentateurs ont appelé cela « la réunification du peuple palestinien ». C'est du discours médiatique évidemment, et ce n'est pas correct. Le peuple palestinien a toujours été uni. Le Fatah et le Hamas sont des partis politiques. Ce sont deux choses très différentes, et cela montre, une fois encore, l'écart qu'il existe entre les populations et leurs leaders selon que vous vivez en Europe ou au Moyen Orient

Pour revenir à la forme que prendra cet accord sur le terrain au quotidien, nous n'avons pas encore la réponse. Il semblerait, pour l'instant, que peu de choses vont changer. L'Autorité Palestinienne se charge toujours de la sécurité (en collaboration avec Israël) et avec de potentielles négociations, Salam Fayad pourrait rester Premier Ministre. Rien de bien nouveau, donc, pour la population de Cisjordanie.

Il nous faut attendre qu'un gouvernement d'unité soit formé et qu'un programme politique soit établi pour connaître vraiment les tenants et aboutissants de cet accord.

Pour l'instant cela reste une annonce. Pas beaucoup plus.

Par contre, le fait que cela arrive maintenant est très révélateur et facile à comprendre. L'Autorité Palestinienne a perdu toute la crédibilité qui lui restait après les Palestine Papers ; le Hamas est de plus en plus considéré comme une entité répressive dans la bande de Gaza ; il y a aussi la perspective d'une déclaration unilatérale des Nations Unies ; et, après le « Printemps Arabe », l'Autorité Palestinienne et le Hamas savaient qu'ils devaient agir vite ou faire face à un soulèvement interne.

Quant aux conséquences sur la communauté internationale, rien d'inattendu ne s'est produit. Israël condamne l'initiative et annonce qu'il ne négociera pas avec le Hamas (même s'il a secrètement négocié avec lui pendant des années sur le cas Shalit) ; les États-Unis, comme d'habitude, suivent la ligne israélienne ; et l'Union Européenne fait des déclarations qui manquent de substance et sont politiquement insignifiantes.

Espérons que le “Printemps Arabe” fasse que les pouvoirs impérialistes aient de moins en moins d'impact sur les affaires internes palestiniennes.

 

ES : Il semblerait que les palestiniens aient prévu de se rendre aux Nations Unies en septembre, pour demander la reconnaissance de leur État. Il semble improbable que les américains ne bloquent pas cette mesure. Quel sera l'impact sur la cause palestinienne ?

FB : Ce n'est pas fait. Mahmoud Abbas a déclaré hier qu'ils iraient aux Nations Unies si ils ne parviennent pas à trouver un accord permettant de retourner à la table des négociations. Je pense que l'Autorité Palestinienne sait, qu'en fin de compte, sa survie dépend plus de négociations que d'une déclaration d'indépendance.

La déclaration unilatérale d'un État par les Nations Unies est un concept un peu bancal vis à vis de la loi internationale. N'oublions pas qu'en 1988, Arafat avait déjà déclaré un État Palestinien et rien n'avait changé.

Une autre question à se poser est : de quoi ont besoin les Palestiniens ? Un État virtuel ou la liberté et la fin de l'occupation ?

L'argument avancé par l'Autorité Palestinienne est que si l'Assemblée Générale des Nations Unies vote pour (ce qu'elle va faire), Israël se retrouvera piégé et devra rendre des comptes devant la loi internationale. C'est un argument très faible. La Syrie et le Liban sont membres des Nations Unies, et le sont depuis des années, Israël a-t-il mis un terme à l'occupation de leurs terres ? À leur bombardement ? S'est-il mis en ordre au niveau de la loi internationale ? Bien sûr que non.

Israël se fiche de la loi internationale, et que l'AG reconnaisse l'État Palestinien n'y changera rien.

Aussi longtemps que les États-Unis continueront de poser leur veto sur tout ce qui concerne Israël, Israël n'a aucun souci à se faire.

Les États-Unis vont très certainement voter contre cette mesure, comme quelques pays européens (Obama a ouvertement demandé à ses partenaires européens de ne pas reconnaître un État Palestinien en Septembre. Et quand le maître donne des ordres...). La cause palestinienne en sera laissée au même point qu'actuellement. Une position assez intéressante d'ailleurs. Avec le soulèvement du monde arabe, le peuple commence peu à peu à reprendre du pouvoir. La société civile palestinienne reprend progressivement la main, sans se soucier de ce que disent les politiques.

 

ES : Une prochaine attaque sur les Palestiniens ou une nouvelle Intifada contre Israël sont-elles inévitables ?

FB : L'assaut israélien contre les Palestiniens n'a jamais cessé. Des gens sont blessés et tués toutes les semaines à Gaza. Des pêcheurs, des agriculteurs se font tirer dessus tous les jours. Les attaques sont constantes. Les incursions de l'armée israélienne en Cisjordanie, les passages à tabac et les kidnappings sont quotidiens. En Israël, de plus en plus de palestiniens sont arrêtés et envoyés en prison sans raison.

Si vous voulez parler d'une attaque d'une plus grande ampleur (comme l'Opération Plomb Durci), oui, elle est inévitable. Israël n'aspire qu'à la guerre, c'est une addiction.

 

ES : Que pouvez-vous nous dire de l'impact des sanctions imposés par l'État d'Israël sur la population civile de Gaza ? Quels sont les objectifs de ces sanctions, ont-elles une chance de les atteindre ?

FB : Le blocus israélien de la Bande de Gaza (soutenu par les États-Unis et l'Union Européenne) a, comme n'importe quelle sanction (par exemple en Irak), eu un effet dévastateur sur la population civile. Les prix ont flambé, la reconstruction après l'Opération Plomb Durci a été impossible, 80% de l'eau n'est pas buvable, 80% de la population ne vivent que grâce à l'assistance et la majorité vit sous le seuil de pauvreté. La plupart des rapports (d'Amnesty International, Medical Aid for Palestinians, Human Rights Watch, la Croix Rouge Internationale, Christian Aid, PCHR, PHR Israël) sont terrifiants.

Les sanctions ont aussi un impact psychologique terrible. Auquel s'ajoute le fait que la population vive dans un état de terreur constant. L'analyse démographique montre que la population de Gaza est une des plus jeunes de la planète, avec presque 55% de moins de 18 ans. De récents sondages faits, entre autres, par The Lancet, montrent que 70% des jeunes sont déprimés et ont perdu le goût de vivre.

Quant à l'efficacité de ces sanctions, cela dépend de leur but premier.

L'objectif officiel était de “déstabiliser le Hamas”. Cela n'a pas marché.

L'objectif réel était de “priver les Palestiniens de nourriture et les affamer lentement” [http://www.guardian.co.uk/world/2006/apr/16/israel]. Si le blocus perdure, cela va sûrement être un succès.

Remettons les choses dans leur contexte. Ce dont il s'agit ici, c'est une population vivant sous occupation militaire, ce qui est pire qu'une prison (les prisonniers ont des droits même en prison). Nous parlons d'une population essentiellement constituée de réfugiés. Ce peuple est, en plus, soumis par son occupant à un blocus destructif, avec l'accord de la Communauté Internationale. Avez-vous déjà vu une chose pareille ?

 

ES : Pour revenir aux affaires courantes, que pensez-vous de la prise de position d'Obama en faveur d'une solution à deux États le long des frontières de juin 1967 ? Croyez-vous qu'il est sincère, et qu'il va réussir à mettre cela en pratique ?

FB : Premièrement, il faut garder à l'esprit qu'Obama a fait un discours. Ce n'est qu'un discours, rien de plus. Nous devrions arrêter de nous appuyer sur ce que disent les politiciens. Nous devrions les juger sur leurs actes uniquement. Les mots n'ont aucune utilité. Encore moins ceux qui sortent de la bouche d'un homme politique en début de campagne.

Deuxièmement, si un discours d'Obama compte, c'est celui qu'il a donné devant l'AIPAC. Pas le précédent.

Troisièmement, Obama n'a jamais dit qu'il oeuvrerait pour une solution à deux États sur les frontières de 67, il a même plutôt dit le contraire. Cela s'appelle du double discours. Évidemment, les médias de masse ont repris quelques phrases sorties de leur contexte et ça a fait la une. Ce qu'Obama a dit, c'est que le futur État Palestinien sera basé sur les frontières de 67, avec de nombreux échanges d'énormes portions de terres. Ce qui veut dire, réellement, “les futures frontières palestiniennes ne seront pas basées sur le tracé de 1967” (qui devrait être appelée “la ligne d'armistice de 1949”)

Il est crucial de garder en mémoire que le fait que l'État Palestinien doit être basé sur le tracé de l'armistice de 1949 ne doit pas être débattu.

Alors oui, je crois qu'Obama est sincère. Il pense vraiment que son idée d'un possible État Palestinien "Bantoustanisé" vaut la peine d'être considérée. Je crois, également, que cela n'arrivera pas, grâce à la résistance et à la ténacité palestiniennes, et au soutien de la population partout dans le monde.

 

ES : Que pensez-vous du récent discours de Netanyahou devant le Congrès et de la réaction des politiciens américains qui y ont assisté (applaudissements, standing ovations...) ?

FB : Encore une fois, ce n'est rien de nouveau. Trois quarts des membres du Congrès avaient assisté à la conférence annuelle de l'AIPAC et soutiennent inconditionnellement l'État d'Israël.

En fait, Netanyahou s'est adressé à son Congrès. Il a reçu plus de standing ovations qu'Obama lors de son discours d'investiture.

Ce qui est effrayant, c'est que le discours de Netanyahou enterrait, en fait, toute possibilité de futures négociations pour la paix (il refuse le retour au frontière de 67, le retour des réfugiés, le partage de Jérusalem pour capitale). Certains palestiniens ont, à juste titre, qualifié ce discours de « déclaration de guerre. » Le fait que le Congrès l'ait acclamé à l'unisson est extrêmement dangereux.

D'un autre côté, Mark Twain a un jour dit que les membres du Congrès étaient “les esprits les plus petits et les plus égoïstes des âmes et les coeurs les plus lâches que Dieu ait faits”. Alors....

 

 

ES : Dans l'hypothèse que les Palestiniens acceptent toutes les demandes de Netanyahou, qu'elles en seraient les conséquences pour eux ?

FB : Les Palestine Papers ont révélé que les négociateurs palestiniens avaient déjà été tout prêt d'accepter chacune des demandes israéliennes, et même davantage.

Qu'ont fait Barak, Olmert, Livni.... ? Ils ont demandé toujours plus. C'est un cycle sans fin, et la raison pour laquelle, à mon sens, les négociations sont inutiles.

Un des peuples les plus faibles (politiquement) de l'Histoire, ne peut pas négocier avec un occupant surpuissant. C'est insensé. Il y aura toujours un perdant. C'est une réalité.

Il est encore plus difficile de négocier avec un gouvernement qui ne vous reconnaît pas comme peuple,

qui nie votre existence et qui, en fait, poursuit le rêve sioniste : Eretz Israël, un État qui s'étendrait de la mer méditerranée au Jourdan.

 

Si les Palestiniens devaient accepter les demandes de Netanyahou, il finiraient en Jordanie ou en Égypte. Point final.

 

ES : Quel est votre avis sur le deuil du Hamas pour Ben Laden, sur le fait qu'il cible les civils israéliens (dont des enfants – et, dernièrement, leur grand soulagement devant la mort de nombre d'entre eux dans un bus scolaire), les tortures avérées qu'ils font subir à leurs opposants politiques palestiniens - à l'encontre des valeurs défendues par les activistes occidentaux ? Il est évident que le Hamas est coupable d'actes indéfendables, et devrait être soumis à un examen moral aussi poussé que celui visant Israël, non ?

FB : Effectivement, le Hamas devrait être soumis à pareil examen... une fois la Palestine libérée. Le Hamas a commis, et commet encore, des actes répréhensibles, mais jamais n'a jamais eu l'occasion de réellement gouverner. Une fois que la Palestine sera libérée, alors oui, le Hamas et le Fatah devront répondre de leurs actes. Jusqu'alors, je refuse de “juger” un parti qui est, comme son peuple, sous occupation.

Il me semble beaucoup plus important d'examiner intensément les agissements d'un pays qui se qualifie de “seule démocratie au Moyen Orient”, et de ses alliés qui, alors qu'il prônent, dans leurs discours, les Droits de l'Homme, font l'exact opposé dans leurs actes (l'invasion de la Coalition en Irak, en Afghanistan, les drones bombardant le Pakistan, les assassinats extra-judiciaires partout dans le monde, le soutien accordé aux dictateurs du Bahreïn, de l'Arabie Saoudite...).

 

ES : Est-ce que les Forces de Défenses Israéliennes torturent des mineurs ?

FB : Oui. Et même si les principaux médias n'en parlent jamais, il existe de nombreux documents qui le prouvent. Chaque année, plus de 700 enfants sont arrêtés ou kidnappés et finissent torturés dans les prisons israéliennes.

La liste d'exemples est trop longue. Le plus simple est d'aller lire les rapports de Defence for Children International [http://www.dci-pal.org/english/display.cfm?DocId=798&CategoryId=1]

 

ES : Enfin, vous êtes-vous rendu dans les Territoires Occupés et à Gaza ? Le cas échéant, qu'elle impression générale vous a laissé votre visite ?

FB : Je suis régulièrement allé en Cisjordanie ces dernières années mais n'ai jamais eu la chance de visiter la Bande de Gaza. Je sais que cela arrivera un jour.

Chacune de mes visites m'a conforté dans l'idée que les Palestiniens étaient les personnes les plus sympathiques, amicales, les plus renseignées politiquement, les plus déterminées

et les plus dévouées que j'ai rencontrées.

 

C'est cela qui nous donne, à moi comme à des milliers d'activistes un peu partout dans le monde, la force de continuer.

Au fond, nous savons qu'un jour ce peuple exceptionnel sera libre. L'aider à cela est un devoir moral, une obligation pour ceux pour qui la justice et les Droits de l'Homme comptent, pour ceux qui veulent oeuvrer pour un monde fondé sur des valeurs plus humaines.

 

Frank Barat est coordinateur du Tribunal Russell pour la Palestine. Il a récemment travaillé sur deux livres : "Gaza in crisis » avec Noam Chomsky et Ilan Pappe (http://www.gazaincrisis.org/) et "Corporate complicity in Israel's Occupation" avec Asa Winstanley(http://www.plutobooks.com/display.asp?K=9780745331591&). 

 

TRADUCTION : FLORENT BARAT

Les opinions exprimées dans cet entretien sont les opinions personnelles de Frank Barat et n'engagent que lui. 


Moyenne des avis sur cet article :  3.91/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • OMAR 4 juin 2011 21:42

    Omar 33

    Salur Laf :" Le TRpP n’a pas de statut légal ...

    Et même s’il avait un statut légal, qu’est-ce que cela changerait ?

    Surtout quand Netanyahou voit sa déclaration de guerre acclamée par des tanding-ovations par les membres du congés américain, c’’est-à-dire par le gendarme-juge autoproclamé de l’univers....


    • Tammouz2006 Tammouz2006 6 juin 2011 15:07

      Comparez ces deux assertions. la première étant une question-réponse évidente et la deuxième, une vraie question de quelqu’un qui ignore tout des agissements de l’armée sioniste.

      "Il est évident que le Hamas est coupable d’actes indéfendables, et devrait être soumis à un examen moral aussi poussé que celui visant Israël, non ?« 

       »Est-ce que les Forces de Défenses Israéliennes torturent des mineurs ?"

      La question que je me pose : comment peut-on prétendre défendre le peuple palestinien en cherchant , systématiquement et avec acharnement, à diaboliser des gens qu’il a élus d’une part et d’autre part en feignant ne rien savoir sur les crimes commis par l’entité sioniste... ????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Laf.L


Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès