Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le premier geste de Barack Obama à l’égard de Cuba

Le premier geste de Barack Obama à l’égard de Cuba

Le 13 avril 2009, Barack Obama a effectué un premier pas constructif à l’égard de Cuba en annonçant la levée de certaines restrictions affectant les Cubains résidant aux Etats-Unis. Désormais, ces derniers pourront se rendre dans leur pays d’origine sans aucun obstacle et effectuer des transferts d’argent illimités à leurs familles. Le président étasunien tient ainsi sa promesse électorale et met un terme définitif aux sanctions économiques imposées par son prédécesseur George W. Bush en mai 2004, qui limitaient drastiquement les visites des émigrés cubains vers leur pays à 14 jours tous les trois ans et réduisaient l’aide financière à 100 dollars par mois1.
 

 Il s’agit du premier assouplissement significatif de la politique étasunienne à l’égard de La Havane depuis près de trente ans. En effet, en septembre 1977, le président James Carter avait levé les restrictions concernant les voyages pour les Cubains-américains. Mais en avril 1982, elles furent rétablies par son successeur Ronald Reagan. Ainsi, pour la première fois depuis 1982, les émigrés cubains, à l’instar des autres minorités résidant aux Etats-Unis, vont pouvoir se déplacer sans restrictions, mettant ainsi fin à une situation cruelle qui divisait les familles et violait les droits de la communauté cubaine2.

 Obama a également élargi la liste d’articles humanitaires qu’il est possible d’envoyer à Cuba aux vêtements, produits hygiéniques et matériel de pêche. Par ailleurs, les entreprises de télécommunications étasuniennes seront autorisées à fournir leurs services aux habitants de l’île3.

 L’annonce de la Maison-Blanche intervient à quelques jours du Sommet des Amériques qui se tiendra du 17 au 19 avril 2009 à Trinidad et fait suite au mouvement unanime des présidents latino-américains – dont pas moins de huit d’entre eux ont rendu visite à La Havane depuis janvier 2009 – en faveur d’une normalisation des relations entre Cuba et les Etats-Unis, désormais seul pays du continent à ne pas avoir de relations avec le gouvernement de Raúl Castro4.

En effet, le Costa Rica et le Salvador, qui étaient les seuls pays latino-américains à ne pas avoir de liens diplomatiques avec Cuba, se sont rapprochés de l’île. Oscar Arias a annoncé le 18 mars 2009 le rétablissement des relations entre San José et La Havane après presque cinquante ans de rupture. « Si nous avons pu tourner la page avec des régimes autant opposés au nôtre que l’étaient l’Union soviétique et plus récemment la Chine, comment ne pas le faire avec un pays qui géographiquement et culturellement plus proche tel que Cuba ? », a-t-il déclaré. Il a également lancé un appel à Washington en faveur d’une normalisation des relations avec La Havane : « Obama a affirmé lors de sa campagne qu’il voulait converser avec Téhéran sans condition aucune, sans restriction aucune, et je pense donc qu’il devrait avec d’autant plus de raisons en faire autant avec le régime cubain5 ».

Le Salvador en a fait autant. L’une des premières décisions du nouveau président Mauricio Funes, qui prendra ses fonctions le 1er juin 2009, a été d’annoncer le rétablissement des relations diplomatiques avec Cuba, suspendues depuis 19596. San Salvador ne peut pas être la seule capitale « d’Amérique latine qui n’a[it] pas de relations diplomatiques avec Cuba », a souligné Funes7.

 En mars 2009, le Congrès et le Sénat étasuniens avaient déjà temporairement suspendu les restrictions imposées par Bush pour une durée d’un an8. Obama les a définitivement éliminées le 12 mars 2009. Il s’agit sans nul doute d’un pas encourageant mais insuffisant.

 Au sein du Congrès, les initiatives en faveur d’un allègement des sanctions économiques se sont multipliées. Un projet législatif, soutenu par plus de vingt congressistes démocrates et républicains, destiné à éliminer les obstacles pour la vente de produits agricoles et permettre les transactions financières directes avec Cuba, a été déposé le 26 mars 2009 par le représentant républicain Jerry Moran du Kansas. « Vues les difficultés qu’impose la situation économique actuelle à nos producteurs, il s’agit du moment opportun pour inciter les Etats-Unis à effectuer des changements dans sa politique commerciale à l’égard de Cuba », a souligné Moran. « Cuba est un important marché pour la production agricole étasunienne, ainsi que pour les produits manufacturés et distributeurs d’aliments », a-t-il ajouté9.

 Le 3 avril 2009, sept importants membres du Congrès étasunien se sont rendus à La Havane, pour une visite de cinq jours, afin d’établir un dialogue au sujet d’un éventuel rapprochement entre les deux pays. Barbara Lee, chef du groupe de représentants, a noté qu’il était « temps de parler de Cuba ». Elle a été reçue à la fois par Raúl Castro et Fidel Castro10. « Nous sommes convaincus que le président Castro voit que la normalisation et la fin de l’embargo serait bénéfique pour les deux pays », a-t-elle ajouté. Pour sa part, le congressiste démocrate de l’Illinois Bobby Robson a exprimé la bonne impression laissée par Fidel Castro : « Il est à l’opposé de ce que les médias disent de lui. Il m’a surpris [par] son grand sens de l’humour, sa connaissance de l’histoire et sa qualité d’être humain11 ».

De son côté, le sénateur républicain Richard G. Lugar a exhorté l’administration Obama de nommer un envoyé spécial pour Cuba dans une lettre datée du 30 mars 2009, faisant référence à « une politique qui a non seulement échoué […] mais qui nuit également à nos intérêts politiques et de sécurité12 ».

 Un groupe de douze militaires de haut rang à la retraite a lancé un appel à Obama le 13 avril 2009 afin qu’il soutienne et signe le projet de loi présenté par le congressiste démocrate Bill Delahunt, qui permettrait aux citoyens étasuniens de se rendre à Cuba, en reprenant les arguments du sénateur Lugar. « L’embargo a provoqué un mouvement diplomatique significatif contre la politique des Etats-Unis. En tant que militaires professionnels, nous comprenons que les intérêts des Etats-Unis sont mieux servis quant le pays est capable d’obtenir le soutien des autres nations envers notre cause », ont-ils déclaré. « Dans le monde entier, les leaders réclament un véritable changement politique basé sur les espoirs que vous avez suscité avec votre campagne. Cuba s’offre comme l’élément le plus accessible pour démontrer ce changement et ce serait de plus une manœuvre qui resterait profondément gravée dans la mémoire de nos partenaires et rivaux du monde », ont-ils conclu13.

 Fidel Castro a réitéré la disposition de Cuba au dialogue : « Il n’est pas nécessaire de souligner ce que Cuba a toujours dit : nous ne craignons pas de dialoguer avec les Etats-Unis. Nous n’avons pas besoin de confrontation pour exister, comme pensent certains imbéciles ; nous existons précisément parce que nous croyons en nos idées et que nous n’avons jamais eu peur de dialoguer avec l’adversaire. Il s’agit de la seule façon d’obtenir l’amitié et la paix entre les peuples14 ».

 Le leader révolutionnaire a également tenu à préserver le président étasunien : « Notre pays […] n’accuse pas Obama des atrocités commises par les autres gouvernements des Etats-Unis. Il ne questionne pas non plus sa sincérité et ses désirs de changer la politique et l’image des Etats-Unis. Il comprend qu’il a livré une bataille très difficile pour être élu, malgré les préjugés séculaires15 ».

 Le président Raúl Castro en a fait de même en faisant part de sa « disposition à discuter de n’importe quel sujet, en ayant comme seules prémisses l’égalité souveraine des Etats, le respect absolu de l’indépendance nationale et le droit inaliénable de chaque peuple à l’autodétermination16 ».

La secrétaire d’Etat Hillary Clinton a déclaré que c’était désormais au tour de Cuba de faire un geste « réciproque ». El País, important quotidien espagnol, a immédiatement repris la position de Washington dans un éditorial : « En levant les restrictions sur les transferts d’argent et les voyages dans l’île, Obama a placé Cuba et les pays jusqu’alors les plus hostiles à l’égard des Etats-Unis dans la nécessité de répondre par un geste qui contribue également à la détente ». Rien ne saurait être plus éloigné de la vérité. En effet, le président étasunien n’a fait que réparer une infime partie des nombreuses injustices commises par ses prédécesseurs à l’égard du peuple cubain. Cuba ne s’est jamais immiscée dans les affaires internes des Etats-Unis, ne les a jamais agressés, n’a jamais envahi militairement le territoire étasunien, n’a jamais cherché à subvertir l’ordre établi ou renverser son gouvernement, n’a jamais imposé de sanctions économiques, n’a jamais mis en place des lois extraterritoriales, n’a jamais financé une opposition interne, n’a jamais commis d’attentats terroristes contre le peuple étasunien, n’a jamais protégé de terroristes sur leur territoire, n’a jamais fomenté l’émigration illégale, n’a jamais occupé par la force une partie de son territoire contre la volonté souveraine de leur peuple et n’a jamais diffusé de programmes subversifs en direction des Etats-Unis17.

Le maximum que puissent faire les Cubains est de prendre acte de la rectification effectuée par la Maison-Blanche. Mais ils ne peuvent s’en contenter. Si Washington veut démontrer aux yeux du peuple cubain et du monde qu’il souhaite sincèrement établir un modus vivendi avec La Havane, il doit impérativement prendre les trois décisions suivantes :

1. Libérer immédiatement les cinq prisonniers politiques cubains injustement incarcérés depuis septembre 1998 pour avoir infiltré les groupuscules d’extrême droite de Floride impliqués dans des actes terroristes contre Cuba. Accusés de « conspiration en vue de commettre des actes d’espionnage », Gerardo Hernández Nordelo, Antonio Guerrero Rodríguez, Ramón Labañino Salazar, René González Sehweret et Fernando González Llort ont été condamnés à un total de quatre peines de prison à vie doublées de 77 ans lors d’une parodie de procès tenu à Miami. Trois militaires de haut rang, Eugene Carroll, contre-amiral de la Marine de Guerre des Etats-Unis actuellement à la retraite, Edward Breed Atkeson, général de division de l’armée des Etats-Unis, et James R. Clapper, lieutenant général des Forces aériennes des Etats-Unis, ont certifié à la Cour que les cinq Cubains n’avaient pas réalisé d’activités d’espionnage. Le procureur lui-même a reconnu qu’« à la lumière des preuves présentées lors du procès », prouver l’inculpation de Gerardo Hernández, accusé d’assassinat, « représente un obstacle insurmontable pour les Etats-Unis ». Malgré la confession du procureur, tous les membres du juré avaient reconnu Gerardo Hernández coupable d’homicide volontaire avec préméditation, sans poser une seule question à l’accusé ou au parquet, sans exiger la moindre clarification à ce sujet. La Cour d’Appel d’Atlanta a reconnu également qu’il ne s’agissait pas d’un cas d’espionnage, ni d’une atteinte à la sécurité nationale. Le 30 janvier 2009, la défense décida de faire appel auprès de la Cour suprême. Pas moins de dix Prix Nobel – José Ramos-Horta, actuel président du Timor Oriental, distingué en 1996, Wole Soyinka, écrivain nigérian récompensé en 1986, Adolfo Pérez Esquivel, Argentin Prix Nobel de la Paix en 1980, Nadine Gordimer, écrivain sud-africaine distinguée en 1991, Rigoberta Menchú, Guatémaltèque et Prix Nobel de la Paix en 1992, José Saramago, écrivain portugais récompensé pour ses œuvres littéraires en 1992, Zhores Alferov, Prix Nobel de Physique en 2000, Dario Fo, auteur italien récompensé en 1997, Gunter Grass, écrivain allemand dont les écrits ont été distingués par le prix Nobel de littérature en 1999 et Mairead Corrigan Maguire, Irlandaise Prix Nobel de la Paix en 1976– ont présenté une pétition Amicus Curiae auprès de la Cour Suprême étasunienne exigeant un procès équitable et la libération des cinq Cubains18.

2. Juger ou extrader vers le Venezuela, où il est recherché par la justice le terroriste international Luis Posada Carriles, responsable de plus d’une centaine d’homicides, pour les crimes qu’il a commis tout au long de sa trajectoire criminelle de près de 40 ans. Il est, entre autres, l’auteur intellectuel avec Orlando Bosch du sanglant attentat commis le 6 octobre 1976 contre l’avion commercial cubain 445 de Cubana de Aviación qui a coûté la vie à 73 personnes à la Barbade, incluant toute l’équipe junior d’escrime cubaine qui venait de remporter les jeux panaméricains, et commanditaire de la vague d’attentats qui a ensanglanté l’industrie touristique cubaine entre avril et septembre 1997, et qui a coûté la vie à un jeune Italien. En novembre 2000, il a également placé 45 kilos d’explosifs C-4 dans l’amphithéâtre de l’Université de Panama où s’étaient réunis 2 000 étudiants pour écouter le discours du président Fidel Castro. Il a été impliqué dans de nombreux autres actes criminels y compris plusieurs tentatives d’assassinat contre Fidel Castro, notamment lors de sa visite à Salvador Allende en 1971, lors de son voyage au Venezuela en 1988 et durant le second Sommet ibéro-américain de Madrid en 1992. Il est également responsable des assassinats de plusieurs fonctionnaires cubains en Argentine en août 1976 et a collaboré avec les services secrets d’Augusto Pinochet au Chili dans la disparition de nombreux opposants politiques. Il se trouve actuellement en liberté à Miami car Washington refuse de le juger pour les crimes qu’il a commis alors qu’il était agent de la CIA19.

3. Abroger la loi d’Ajustement cubain votée par le Congrès le 1er novembre 1966. Unique au monde, elle a pour but de stimuler l’émigration illégale et le vol de cerveaux et de politiser la problématique migratoire dans la guerre idéologique contre La Havane. Elle permet à tout Cubain émigrant légalement ou illégalement, pacifiquement ou par la violence, vers les Etats-Unis, d’obtenir automatiquement au bout d’un an la résidence permanente et de nombreux autres avantages. Dans le même temps, les Etats-Unis refusent d’accorder des visas aux Cubains souhaitant émigrer légalement, encourageant ainsi l’émigration clandestine et les coups de force. Le caractère criminel de cette loi est très clair. En limitant le nombre de visas accordés, Washington promeut l’émigration dangereuse qui coûte la vie à beaucoup de Cubains chaque année. Cette législation singulière pousse également les délinquants et les criminels à commettre l’irréparable pour quitter le pays, comme ce fut le cas le 3 mai 2007 lors d’une prise d’otages à l’aéroport de La Havane qui a coûté la vie au lieutenant-colonel Víctor Ivo Acuña Velásquez20.

Si Obama adopte ces trois mesures, il gagnera en partie la confiance de La Havane, élément indispensable pour une éventuelle normalisation des relations. Le gouvernement révolutionnaire répondra alors positivement à la demande de Washington du 18 mars 2009 de libérer « les prisonniers politiques », en référence aux personnes arrêtées et condamnées en 2003 pour avoir accepté les émoluments offerts par Washington, violant ainsi la loi cubaine21.

Washington n’a pas l’intention de lever immédiatement l’état de siège contre Cuba, qui empêche même l’île d’acquérir des appareils médicaux de première nécessité. Le vice-président Joseph Biden l’a confirmé le 28 mars 2009 lors de sa visite au Chili22. Il a néanmoins reconnu la nécessité d’un changement dans la politique étrangère des Etats-Unis à l’égard de La Havane23.

Pourtant, hormis huit congressistes, incapables d’accepter le cours de l’histoire et défendant les intérêts les plus rétrogrades, qui se prononcent en faveur du statu quo actuel – à savoir les représentants républicains Ileana Ros Lehtinen (Floride), Mario Díaz Balart (Floride), Lincoln Díaz Balart (Floride) et démocrates Kendrick Meek (Floride), Debbie Wasserman-Schultz (Floride), Albio Sire (New Jersey) ainsi que les sénateurs Bob Menéndez (démocrate / New Jersey) et Mel Martinez (républicain / Floride) –, l’immense majorité des acteurs de la société étasunienne, à commencer par l’opinion publique, est en faveur d’une normalisation des relations avec Cuba. Selon un sondage de la chaîne étasunienne CNN du 10 avril 2009, 71% des citoyens étasuniens sont en faveur d’un rétablissement des relations diplomatiques24. Un autre réalisé le 15 avril 2009 par l’organisation World Public Opinion montre que 70% sont favorables à la levée des interdictions pour les ressortissants étasuniens de voyager dans l’île25.

Une chose est sûre : Barack Obama, qui dispose d’une opportunité historique de mettre un terme à un demi-siècle de conflit insensé, ne peut conditionner la normalisation des relations avec Cuba à un changement de la structure politique, économique et sociale du pays, car les Cubains sont dans l’incapacité d’accepter toute atteinte à leur souveraineté ou de céder au langage de la force. Par ailleurs, Washington a normalisé ses relations avec la Chine, le Vietnam et en partie avec la Corée du Nord, sans pour autant émettre une telle exigence. Faire preuve de discrimination à l’égard de La Havane à ce sujet, en plus d’être une tactique vouée à l’échec, minerait singulièrement la crédibilité de la Maison-Blanche dans sa volonté de limer les aspérités entre les deux nations.

 

Notes

1 Jennifer Loven, « Obama Allowing Travel, Money Transfers to Cuba », The Associated Press, 13 avril 2009.

2 Ibid.

3 John Dorschner & Monica Hatcher, « Liberan a los viajes a Cuba », El Nuevo Herald, 13 avril 2009.

4 Ibid.

5 Marianela Jiménez, « Costa Rica restablece relaciones con Cuba », The Associated Press, 18 mars 2009.

6 EFE, « Funes anuncia que en su futuro Gobierno restablecerá relaciones con Cuba », 18 mars 2009 ; Marianela Jiménez, « Costa Rica, El Salvador Promise Ties With Cuba », The Associated Press, 18 mars 2009.

7 El Nuevo Herald, « Costa Rica y El Salvador reanudan lazos con Cuba », 19 mars 2009.

8 Anne Flaherty, « Congress Vote to Ease Travel Restrictions », The Associated Press, 10 mars 2009 ; Lesley Clark & Frances Robles, « Senado suaviza controles sobre los viajes a Cuba », The Miami Herald, 11 mars 2009.

9 Wilfredo Cancio Isla, « Presentan legislación para facilitar las ventas agrícolas a Cuba », El Nuevo Herald, 27 mars 2009.

10 EFE, « Congresistas de EEUU se reúnen con funcionarios cubanos en La Habana », 4 avril 2009.

11 Andrea Rodriguez, « Fidel Castro recibe a congresistas de EEUU », The Associated Press, 7 avril 2009.

12 Wilfredo Cancio Isla, « Congresistas demócratas viajan a Cuba a abrir diálogo », El Nuevo Herald, 2 avril 2009.

13 Fidel Castro Ruz, « Militares con criterios acertados », Cuba Debate, 15 avril 2009.

14 Fidel Castro Ruz, « Con los pies sobre la tierra », Cuba Debate, 5 avril 2009.

15 Fidel Castro Ruz, « Del bloqueo no se dijo una palabra », Cuba Debate, 13 avril 2009.

16 Andrea Rodriguez, « Fidel Castro recibe a congresistas de EEUU », op. cit.

17 The Associated Press, « Clinton : US Waiting for Cuba’s Next Move », 16 avril 2009 ; El País, « La hora de Cuba », 14 avril 2009.

18 Salim Lamrani, Cuba. Ce que les médias ne vous diront jamais (Paris : Editions Estrella, 2009).

19 Ibid.

20 Ibid.

21 EFE, « EEUU insta a Cuba a liberar presos políticos y mejorar en derechos humanos », 18 mars 2009.

22 EFE, « Biden rechaza que Estados Unidos vaya a levantar el bloqueo sobre Cuba », 28 mars 2009 ; Agence France Presse, « Biden : pas de levée de l’embargo contre Cuba, mais une politique différente », 29 mars 2009.

23 Agence France Presse, « EEUU espera compromiso de Cuba en derechos humanos », 31 mars 2009.

24 CNN, « Poll : Three-quarters favor relations with Cuba », 10 avril 2009.

25 Agence France Presse, « Mayoría de estadounidenses quiere viajar libremente a Cuba, según sondeo », 15 avril 2009.


Moyenne des avis sur cet article :  4.11/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Yvance77 18 avril 2009 16:35

    Bonjour,

    Très très très bon billet. Vous êtes un fin connaisseur de la situation et cela s’en ressent dans la qualité de vos posts. Vous êtes au cœur de la situation c’est indéniable.

    C’est tout la différence avec un morveux de 14 ans qui poste ici, de pseudos infos, pour lesquelles une expérience s’impose, et permet d’étayer un article.

    Cordialement


    • morice morice 18 avril 2009 22:38

      on a du mal à y croire mais ça prend le bon chemin y semble... Yvance 77, soyez moins dédaigneux et hautain : vous saviez écrire aussi bien à 14 ans ? Non, alors ne venez pas ici répandre votre morve atrabilaire. Et saluez plutôt la prouesse. Ou faites des enfants.


      • Jean-paul 19 avril 2009 03:29


        Article pro castriste comme d’habitude .L’auteur oublie de dire qu’Obama a demande la liberations des prisonniers politiques de Cuba .
        La democratie arrivera un jour a Cuba par les etudiants cubains .
        Fin de l’embargo = democratie a Cuba .
        2 millions de Cubains en Floride .

        www.therealcuba.com


        • Michel Maugis Michel Maugis 19 avril 2009 05:19

          @ Jean – paul.

          « Article pro castriste comme d’habitude . »

          Commentaire complètement stupide qui dénote votre incapacité à commenter l´article à partir de ses mérites propres. Vous ne savez même pas écrire un article qu´il soit « anti » ou « pro » « castriste ».  Vous ne savez  dans vos commentaires que vomir votre haine contre tout ce que peut signifier une éthique, et donc sur Cuba..

           

          Je reconnais cependant votre intelligence aiguë  pour avoir remarqué que cet article ne comporte aucun mensonge, comme d´habitude, puisque vous l´avez jugé pro-castriste, comme d´habitude. J´imagine facilement que si un léger mensonge s´y était glissé vous nous en auriez fait part, pour fustiger l´auteur et tous les « pro-castristes ».

           

          Mais je doute que ce soit une preuve de votre intelligence. Vous vouliez dénigrer l´auteur par ce jugement.

           

          Pour dénigrer l´auteur vous mentez trois fois en une seule phrase.

           

          Vous dîtes :  « L’auteur oublie de dire qu’Obama a demande la liberations des prisonniers politiques de Cuba » .

           

          Premièrement, ce n´est pas Obama personnellement mais « Washington ».

          Deuxièmement, il n´y a pas de prisonnier politique à Cuba, mais des gens qui ne respectent pas les lois cubaines et se font prendre.

          Et troisièmement, l´auteur n´arien oublié puisqu´il dit :


          « 
          Le gouvernement révolutionnaire répondra alors positivement à la demande de Washington du 18 mars 2009 de libérer « les prisonniers politiques », en référence aux personnes arrêtées et condamnées en 2003 pour avoir accepté les émoluments offerts par Washington, violant ainsi la loi cubaine21. »

           

          Incapable de commenter l´article, incapable d´en écrire un, vous croyez émettre une opinion originale :  

          « La democratie arrivera un jour a Cuba par les etudiants cubains . »

           

          Vous êtes vraiment d´une ignorance suspecte.

           

          La démocratie existe déjà à Cuba depuis le 1er janvier 1959, puisque le peuple gouverne et possède la très grande part des moyens de productions et de distributions. C´est ce que l´on appelle la démocratie socialiste. Il y a régulièrement des élections pour choisir des députés du pouvoir populaire parmi des candidats préalablement cooptés par le peuple et non par des partis politiques.

           

          « Fin de l’embargo = democratie a Cuba »

           

           

          Ce n´est pas un embargo mais un blocus illégal et terroriste en bonne et due forme imposé par des lois extraterritoriales et le chantage économique et financier sur ceux qui voudraient s´y opposer.

           

          Mais votre « équation » est superbement idiote, puisque le blocus et la démocratie existent à Cuba. 

           

          Vous invoquiez sans doute la démocratie bourgeoise, c´est à dire celle du capitalisme ?

           

          Pauvre petit, vous n´avez pas fini de crever de dépit.

           

          Michel Maugis


        • Michel Maugis Michel Maugis 19 avril 2009 05:39

          @ Jean – paul.

          « Article pro castriste comme d’habitude . »

          Commentaire complètement stupide qui dénote votre incapacité à commenter l´article à partir de ses mérites propres. Vous ne savez même pas écrire un article qu´il soit « anti » ou « pro » « castriste ». Vous ne savez dans vos commentaires que vomir votre haine contre tout ce que peut signifier une éthique, et donc sur Cuba..

          Je reconnais cependant votre intelligence aiguë pour avoir remarqué que cet article ne comporte aucun mensonge, comme d´habitude, puisque vous l´avez jugé pro-castriste, comme d´habitude. J´imagine facilement que si un léger mensonge s´y était glissé vous nous en auriez fait part, pour fustiger l´auteur et tous les « pro-castristes ».

          Mais je doute que ce soit une preuve de votre intelligence. Vous vouliez dénigrer l´auteur par ce jugement.

          Pour dénigrer l´auteur vous mentez trois fois en une seule phrase.

          Vous dîtes : 

          « L’auteur oublie de dire qu’Obama a demande la liberations des prisonniers politiques de Cuba » .

          Premièrement, ce n´est pas Obama personnellement mais « Washington ».
          Deuxièmement, il n´y a pas de prisonnier politique à Cuba, mais des gens qui ne respectent pas les lois cubaines et se font prendre.
          Et troisièmement, l´auteur n´a rien oublié puisqu´il dit :

          « Le gouvernement révolutionnaire répondra alors positivement à la demande de Washington du 18 mars 2009 de libérer « les prisonniers politiques », en référence aux personnes arrêtées et condamnées en 2003 pour avoir accepté les émoluments offerts par Washington, violant ainsi la loi cubaine21. »

          Incapable de commenter l´article, incapable d´en écrire un, vous croyez émettre une opinion originale : « La democratie arrivera un jour a Cuba par les etudiants cubains . »

          Vous êtes vraiment d´une ignorance suspecte.

          La démocratie existe déjà à Cuba depuis le 1er janvier 1959, puisque le peuple gouverne et possède la très grande part des moyens de productions et de distributions. C´est ce que l´on appelle la démocratie socialiste. Il y a régulièrement des élections pour choisir des députés du pouvoir populaire parmi des candidats préalablement cooptés par le peuple et non par des partis politiques.

          « Fin de l’embargo = democratie a Cuba »


          Ce n´est pas un embargo mais un blocus illégal et terroriste en bonne et due forme imposé par des lois extraterritoriales et le chantage économique et financier sur ceux qui voudraient s´y opposer.

          Mais votre « équation » est superbement idiote, puisque le blocus et la démocratie existent à Cuba. 

          Vous invoquiez sans doute la démocratie bourgeoise, c´est à dire celle du capitalisme ?

          Pauvre petit, vous n´avez pas fini de crever de dépit.

          Michel Maugis


        • Jean-paul 19 avril 2009 16:55

          Michel Maugis
          Vous ne parlez pas des etudiants cubains ,ni des 2 millions de Cubains en Floride qui aident leur famille dans la misere .
          Selon vous il n’y a pas de prisonnier politiques a Cuba ,alors pourquoi Washington demande leurs liberations vu qu’ils n’existent pas .
          Democratie socialiste ?????? vous voulez parler de dictature .
          Cuba est sur la voie du changement ca prendra du temps car le gouvernement compte beaucoup de gens comme vous .Obama a fait le premier pas .
          En tant que communiste marxiste leniniste ,je crois bien que c’est vous qui n’avez pas fini de crever de depit .
          Un jour Cuba sera un pays libre ,je n’en doute pas .

          www.therealcuba.com
          www.mariaelvira.com


          • Jean-paul 19 avril 2009 17:26

            Il n’y a pas de prisonniers politiques a cuba mais seulement des gens qui ne respectent pas les lois cubaines et qui se font prendre.
            Michel Maugis avoue ainsi qu’il y a une repression a Cuba .
            lois cubaines
            Un exemple : parler mal du gouvernement = 5 ans de prison .


            • Michel Maugis Michel Maugis 20 avril 2009 03:08

              @Chantecler

              Pourquoi essayez vous de faire croire que vous seriez objectif ?
              Impossible sans abandonner votre idéologie droitière qui vous oblige à construire des phrases spécieuses, mensongères et d´une platitude incroyable.

              Vous présentez explicitement des opinions que vous savez fausses, pour induire implicitement que le BLOCUS criminel est justifié car CUBA est socialiste et pour vous le socialisme c´est mal, il faut le détruire. Logique, sinon votre conscience vous imposerait un changement transcendantal mais honnête, celui de vaincre votre égoïsme d´appartenir à une classe de nantis.

               « Excellent article . pour ceux qui ne comprennent pas essayer de vous représenter un pays sous embargo depuis 1959 ! .... »

              Je crois que vous ne voulez pas comprendre. Vous insistez à JUSTIFIER le BLOCUS et non l´embargo. Savez vous la différence ? la quasi-totalité des pays appelle ce BLOCUS un BLOCUS, l´article parle de blocus et vous, n´avez pas de mot pour le qualifier. « Il faut essayer de se représenter »

              Seriez vous capable de dire la raison de ce BLOCUS du point de vu du droit et de l´éthique ? Impossible, c´est la conséquence de votre idéologie criminelle que vous ne voulez pas reconnaître comme telle.

              La raison du Blocus est d´exaspérer le peuple cubain afin qu´il se révolte contre le gouvernement et abandonne la construction du socialisme. Cela vous le savez. C´est une raison fasciste que vous approuvez. Pour vous, pour votre idéologie, il faut empêcher le développement du socialisme. C´est du chantage ! Du chantage de nanti envers les pauvres.

              « Les USA ont mal pris le renversement du régime auparavant soumis à une dictature maffieuse de Batista .... »

              Mais non !, . Ce n´est parce que le régime de Batista ait été renversé, c´est ridicule. C´est parce que il a été remplacé par ce que vous haïssez du plus profond de votre égoïsme de petit nanti. UNE REVOLUTION SOCIALISTE. UN PAYS INDEPENDANT ET SOUVERAIN en Amérique Latine. LE PREMIER.

              « Certes l’évolution du régime castriste n’est pas exempte de critiques et de douleurs, mais dans ce contexte de contre-révolution féroce comment aurait-il pu en être autrement .... ? »

              Belles paroles plates, qui justifient le BLOCUS criminel parce que le « régime castriste » n´est pas exempt de critiques et d´erreurs !! Avez-vous pensé une seconde à la contradiction qui consiste à dire « comment aurait- il pu en être autrement ».

              Où sont donc les erreurs et les critiques si vous reconnaissez qu´il ne pouvait en être autrement ? Quand allez vous critiquer VOTRE POLITIQUE criminelle ?

              Seriez vous donc un spécialiste révolutionnaire pour percevoir des « critiques et erreurs » dans la construction du socialisme à Cuba ? Mais monsieur, sachez que des erreurs et des critiques existent pour tous processus historique, et le dire ici contre le processus révolutionnaire cubain n´a qu´une seule raison d´être : la politique criminelle des USA à l´égard de Cuba est justifiée. Car vous ne sauriez qualifier cette politique et l´écrire, car c´est votre politique. 

              « Si cette situation peut un jour appartenir à l’histoire avec une transition à la RDA et non à la Pinochet, c’est tout le mal que je souhaite aux Cubains et aux Américains »

              De quelle transition parlez vous ? Que Cuba abandonne la construction de ce que vous n´aimez pas ? Par le chantage ? En 50 ans, par le chantage économique, militaire financier et médiatique les USA et la droite occidentale n´a pu faire dévier Cuba de sa transition vers le socialisme

              Et, selon vous, CUBA devrait succomber maintenant à ce chantage et abandonner sa révolution socialiste ?

              Je crois que c´est bien vous qui devrez abandonner votre idéologie en débandade.

              Michel Maugis


            • Jean-paul 20 avril 2009 09:12

              @commandante michel maugis

              Comment expliquez vous que malgre le blocus ,Cuba a pu creer un complexe touristique de luxe ?


            • Michel Maugis Michel Maugis 20 avril 2009 03:43

              @ dalamix

              « Je crois que dans ce bras de fer qui a duré plus d’un demi siècle,ce sont les cubains qui l’emporte ! »

              Ce n´est pas un bras de fer, nais une guerre de classe décidée unilatéralement par la classe oligarchique des USA qui ne peut supporter qu´un peuple puisse prendre la liberté de construire un système socialiste de production et distribution.

              « Le régime cubain doit lâcher de l’est,ce genre de régime appartient à la préhistoire. »

              Vous voulez dire que les cubains doivent se soumettre au chantage des USA ?
              Au nom de quoi ? Que faites vous du droit des peuples à choisir le système économique et politique ?

              Ce qui date de la préhistoire est la société communiste primitive dans laquelle les classes sociales antagonistes n´existaient pas, et l´état non plus.

              A ce communisme primitif a succédé des système économiques d´exploitations de l´homme par l´homme, jusqu´à nos jours.

              Le socialisme est un mode de production récent, qui essaie de se développer dans l´hostilité et agressivité du capitalisme occidental.

              Pourquoi devrait il ce peuple cubain lâcher du lest si, comme vous dîtes, il l´emporte ?

              « Si on fait le bilan de cette revolution,on trouvera le positive au niveau éducatif et au niveau de la formation (santé etc)mais le côté obscure c’est le domaine des libertés et droit de l’homme ainsi que la situation social qui a été catastrophique. »

              Le bilan de cette révolution est extraordinaire, même sans tenir compte de l´hostilité US et occidentale qui nuisent à son développement. Les résultats de Cuba sont fantastiques puisqu´elle est classée PREMIÈRE en développement humain en relation avec son PNB par habitant selon le PNUD. Le seul pays des Amériques ou la dénutrition infantile est déclarée éradiquée par la FAO. ET, toujours en relation à son PNB/h Cuba est la première puissance olympique, la première puissance culturelle, la première puissance de santé publique, la première puissance d´aide humanitaire etc..
              De quelles libertés et droit de l´homme invoquez vous exactement ?
              Celle du riche nanti ? Vous avez raison. Cuba n´est pas une démocratie bourgeoise, et ne peut plus l´être. C´est actuellement la meilleure démocratie véritable.

              « c’est le modèle que l’ultragauche française veut importer ! »

              il n´y a que des imbéciles qui parlent de modèle.

              Défendre une révolution ne signifie pas prendre celle-ci comme modèle.
              Vous êtes aussi un menteur. Il vous appartient de prouver que votre « ultra gauche » veut importer le modèle cubain.

              Michel Maugis


            • Michel Maugis Michel Maugis 20 avril 2009 03:46

              @ chantecler

              Vous dîtes n´importe quoi. Vous vous faites plaisir.

              Michel Maugis


            • Jean-paul 20 avril 2009 05:00

              El Commandante Maugis a ecrit sa haine des USA .
              Laissons au peuple cubain le choix de la democratie .


            • Mohammed MADJOUR Mohammed 19 avril 2009 19:34
              Voir aussi l’article dans www.elwatan.com
              « Recomposition de la politique américaine en Amérique du Sud : La main tendue d’Obama à Chavez et à Cuba »

              Oui, les réconciliations, les concordes et les pratiques d’envoûtement et de corruption sont à la mode ces dernières années mais les populations du Monde ne suivent pas !

              L’intelligence et la compréhension sont dans l’esprit de chacun humain, nul besoin d’expliquer à un indien d’Amazonie ou à un Noir Africain qu’il faut naturellement pardonner une erreur ou une maladresse mais certainement pas un geste malsain prémédité et calculé qui n’a pas aboutit au but escompté par son auteur ! Il ne faut pas se moquer de la Justice parce que de toute évidence elle dépasse l’entendement humain… La sagesse recommande au contraire de s’y conformer !

              C’est là le sens de la crise actuelle : L’Europe et son Nouveau Monde ont entrainé l’humanité vers une culture non pas capitaliste (c’est un petit mot) mais inhumaine ! L’esprit guerrier n’a pas été inhibé, il s’est métamorphosé en un comportement perfide qui permet d’éliminer l’Autre en l’hypnotisant avec un large sourire et même en le serrant dans ses bras ! L’injustice est allé trop loin jusqu’à imposer et même à justifier la violence aux yeux des plus crédules, leur faisant croire qu’il faut succomber sous les bombes pour mériter la providentielle « démocratie » !

              Les « peuples occidentaux » ont compris ce que leurs dirigeants n’arrivent pas à admettre, enrobés qu’ils sont dans un orgueil démesuré ! La « conscience occidentale » polluée et surchargée sait que l’Humanité se dirige vers l’impasse : L’exploitation du Monde ne peut continuer pour le seul profit de « l’Occident » à moins de remettre en cause les fondements de l’humanité en lançant la pratique de la théorie et des moyens de la dissuasion nucléaire, ce qui est loin de la solution souhaitée par tous !

              Non pas la seule Amérique, mais tous les régimes hors la loi doivent s’incliner devant les peuples victimes des agissements et des forfaits injustifiés et injustifiables ! Demander pardon et reconnaitre ses erreurs ne rabaissent pas…

              Sans avoir à instaurer immédiatement un Nouvel Ordre Mondial, une meilleure Législation au sein des Nations s’inspirant d’une « DECLARATION UNIVERSELLE DES DEVOIRS DE L’HOMME » que l’ONU doit promulguer, peut être un début prometteur qui redonnera l’espoir à tous !

              Le peuple américain sait ce qu’il faut faire pour mériter la sympathie du Vieux Monde !

              Mohammed MADJOUR, madjour54@yahoo.fr, contactcourrier@hotmail.com, Expert et Homme de science.


              • dom y loulou dom 19 avril 2009 23:38

                en tout cas la seule « évolution » qu’on voit aux states est de cette nature :

                http://www.youtube.com/watch?v=YUzd7G875Hc&feature=channel_page

                les belles évoliutions ont été soigneusement enterrées par les médias, pourquoi continuez vous à vouloir y trouver des vérité quand ABSOLUMENT TOUT est FAUX dans les médias ? tout est déformé, corrompu jusqu’à l’os, qu’une supercherie après l’autre !!!

                et quand les banksters auront fini de s’entredistribuer le dernier pactole de 800 milliards qu’on aura tous droit de rembourser dand des camps de la mort... c’est où qu’ils vont piller encore ? car il leur faut bientôt 900 milliards suplémentaires.

                ... trois mois après il leur audra 1000 milliards... c’est fini... ils ne se relèveront jamais plius, leurs finances sont inexistantes et tout n’est qu’un leurre après l’autre.

                puisque la guerre contre le terrorisme continue... malgré le fait que TOUS leurs arguments ont été défaits et toute l’affaire du 11 septembre 2001 s’est avéré n’être qu’une supercherie complète et la guerre en irak et en Afghanistan un fiasco sans précédent !!!

                allez...

                bons entertainments.



                ou alors lisez les textes sumériens pour l’amour de Dieu !!! (the lost book of Enki" Zecharia Sitchin)

                et rendez-vous compte que ce sont 5000 ans de supercheries, de révisions de texte et une cruauté après l’autre qui permettent encore à ces corrompus complets de vous mener par le bout du nez et de vous faire croire n’importe quoi !!!

                Quand cesserez-vous de chercher des vérités dans des médias qui ont été inventés pour vous bourrer de pertes de temps et de conneries sans fin ???

                S’il y a UNE leçon a retenir de ces dernières années c’est bien celle-ci !!!





                • Jean-paul 20 avril 2009 09:23

                  L’auteur confond le gouvernement cubain et le peuple cubain .
                  Le peuple cubain ne peut s’exprimer ,c’est la tout le probleme .Mais pour combien de temps encore ?????Et cela commencera par la jeunesse etudiante qui ne se reconnait pas dans ce Cuba de Castro.2 millions de Cubains de Floride qui vont pouvoir visiter les familles .


                  • Jean-paul 20 avril 2009 09:29

                    Interressant de constater que sur Agoravox michel maugier a les commentaires les plus apprecies .


                    • paul 20 avril 2009 22:46

                      on pretend que le système de santé cubain est très bon,mais fidel castro s’est fait operer en
                      2006 par un chirurgien espagnol,la veneration du système cubain révéle une persistance de la bigoterie marxiste.certains ont été j’usqu’a parler de science au sujet du maxisme,or la science
                      repose sur l’experimentation,marx affirmait que le capitalisme serait renversé par le prolétariat
                      le resultat de ses predictions(aussi serieuses que celles d’un grand couturier parisien ou de
                      certains voyants)est que les regimes comunistes on été renversés et que le capitalisme est
                      toujour la.l’humanisation et la moralisation du capitalisme sont plus raisonnables que les croyances marxistes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès