Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le président serbe : l’opération de l’Occident contre Daesh est (...)

Le président serbe : l’opération de l’Occident contre Daesh est « un spectacle »

En ces temps de tensions internationales, la Serbie essaye de jouer à l'équilibriste entre l'UE et l'OTAN d'un côté et la Russie de l'autre. Que choisira-t-elle en fin de compte ? Le président serbe, Tomislav Nikolic, répond aux questions de RT.

JPEG

RT : Pourquoi, à votre avis, les actions de la Russie en Syrie sont-elles autant l'objet de critiques ?

Tomislav Nikolic (T. N.) : Chaque fois que la Russie fait quelque chose, on peut prédire comment les acteurs internationaux réagiront. Quand ils réagissent, ils refusent toujours d'analyser les raisons qui ont poussé la Russie à ses actions. Ils essaient toujours de trouver un agenda politique caché.

Nous avons toujours cru, en Serbie, que l'opération de la Russie en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. 

L’opération de la Russie en Syrie est la seule véritable campagne contre les terroristes

Personnellement, je crois que l’opération russe a changé le cours de la guerre contre le terrorisme et a mis en évidence que l'engagement de certains nations et coalitions n'était qu'un spectacle. En aidant le gouvernement légitime en Syrie, la Russie contribue également à contrer la menace terroriste qui sème une telle peur en Europe occidentale. Avec tout mon respect pour tous les acteurs internationaux, je crois que l’opération de la Russie en Syrie est la seule véritable campagne contre les terroristes.

RT : Le chemin des migrants en Europe passe par la Serbie. Comment votre pays fait-il face à cette difficile situation ?

T. N. : Pour l’instant, la Serbie a suffisamment de ressources, de patience et de conscience pour accepter tous les migrants arrivant dans notre pays. Dès le début, nous avons compris que la Serbie n'était pour eux qu'une voie de transit. C’est l’UE qui a établi cet itinéraire à travers la Macédoine et la Serbie, pays qui ne sont pas membres de l’Union européenne. L'UE pourrait facilement modifier ce chemin, de manière à ce qu'il passe par la Grèce et la Bulgarie, et vers les cinq pays du nord de l'Europe, destination finale des réfugiés.

Qu’allons nous faire si nous avons 20 ou 30 000 migrants en Serbie pour un an ou deux ?

Tant que les frontières de l’UE sont ouvertes, la Serbie continuera à accueillir des migrants, accomplissant sa mission humanitaire, prenant soin d'eux, surtout des enfants, leur assurant le secours médical, les aidant à survivre à cet hiver et leur fournissant des moyens de transports pour qu'ils puissent se déplacer ensuite. Nous les enregistrons pour savoir qui est entré dans le pays et qui l'a quitté. Mais l’UE n’arrive pas à régler ce problème. La Serbie aimerait avoir des frontières ouvertes, mais ce serait étrange si l’Autriche, l’Allemagne et d'autres pays arrêtaient d'accueillir des migrants, et qu’ils continuaient d'affluer en Serbie.

Qu’allons nous faire si nous avons 20 ou 30 000 migrants en Serbie pour un an ou deux ? Je crois que même notre population traditionnellement accueillante, qui considère les migrants comme ses invités aujourd'hui, ne serait pas en mesure de le supporter.

RT : Si votre pays devient membre de l’UE, vous ne serez plus en mesure de mener une politique d’immigration indépendante. Qu'attendez-vous de l'UE ?

T. N. : Est-ce que nous nous attendons à une assistance de la part de l'UE ? Nous voulons simplement que l’Union européenne nous informe de ses projets, si elle en a du moins. Il est clair que les membres de l’UE n’ont pas de politique commune au sujet de l’immigration, de la reconnaissance du Kosovo et Métochie ou sur d’autres questions.

Les clôtures font les gens se sentir comme dans un camp de concentration

Nous n'avons pas besoin d'assistance - il nous faut tout simplement savoir pendant combien de temps ils vont accueillir des migrants, quand il cesseront de le faire, pour pouvoir faire de même. Nous n’allons pas mettre en place des murs et des clôtures.

La frontière entre la Serbie et la Hongrie court dans une vallée, on pourrait facilement y mettre une clôture. Les clôtures font les gens se sentir comme dans un camp de concentration. Je pense que c'est exactement ce que les policiers devraient sentir en regardant ces personnes derrière la clôture – qu'ils sont comme des gardes dans un camp de concentration. 

En ce qui concerne les politiques communes des pays de l’UE, nous avons des pourparlers sérieux avec l'UE et nous respectons toutes les conditions stipulées dans les 34 chapitres de la plateforme de négociations de l'UE. Il y a beaucoup de lignes directrices que nous serions heureux de mettre en œuvre en Serbie. Mais nous avons également des désaccords sérieux par rapport à certains éléments. Qu'est-ce que cela veut dire ?

Lorsque vous devenez membre de l'UE, cela veut dire que quelqu'un d'autre va déterminer votre politique étrangère. Nous ne pouvons pas le permettre, nous sommes un des seuls candidats doté d'une politique étrangère forte et indépendante.

La Serbie n'aura plus jamais de guerre avec la Croatie, parce que mener une guerre contre la Croatie, cela veut dire mener une guerre contre l'OTAN

RT : La Croatie s'est dit opposée à l'adhésion de la Serbie à l'UE. Est-il possible que la Croatie, en tant que membre de l'UE, devienne un sérieux obstacle ?

T. N. :  Nous aspirons à avoir de bonnes relations. Nous n'avons pas de raison de nous quereller avec la Croatie. Pourquoi en aurait-on ? Ils ne peuvent pas nous empêcher de devenir membre de l’UE. Un tel conflit ne pourrait être utilisé qu'à des fins de politique intérieure. Ils ont eu des élections, les hommes politiques ont donc dû faire semblant de protéger la Croatie de la Serbie. La Serbie n'aura plus jamais de guerre avec la Croatie, parce que mener une guerre contre la Croatie, cela veut dire mener une guerre contre l'OTAN.

L’OTAN est plus forte que nous, et nous ne voulons pas mettre en péril la vie de notre peuple, en risquant une lutte contre la Croatie. Si la Croatie se comporte raisonnablement, nous aurons de bonnes relations. Si c'est le contraire, nous aurons des relations glaciales. Mais l'idée d'un conflit ou d'une guerre ne vient pas à l'esprit de qui que ce soit de nos jours.

Nous ne voulons pas rejoindre l'OTAN, et personne ne pourra nous convaincre de faire autrement

RT  :  Pourquoi avez-vous une telle envie de rejoindre l'UE ? L'exemple de la Suisse montre qu'on peut facilement s'en passer...

T. N. :  Ce n'est pas vrai de dire que tout le monde quitte l'UE aujourd'hui. Si l'on avait dix banques suisses, on n'adhérerait pas à l'UE. Si l'on avait du pétrole, comme la Norvège, on n'adhérerait pas à l'UE. Si l'on avait une industrie du genre de celle de la Suède, on n'adhérerait pas à l'UE. Mais, sans aucun doute, nous sommes entourés par les membres de l’UE. Nous sommes donc complètement coupés. Nous n’avons aucune frontière avec la Russie, nous pouvons simplement affirmer que nos amis, nos marchés, nos produits de base, notre coopération, tout est concentré là. L'UE a bien investi dans notre pays. Certains européens intelligents se sont rendus compte que la Serbie avait des usines qui pourraient pénétrer le marché russe sans restrictions ou droits de douanes Il y a certains avantages à ne pas être membre de l’UE et à avoir des liens étroits avec la Russie. Maintenant l’Union européenne débat pour savoir s’il faut nous laisser adhérer ou pas. Pourquoi dirait-on qu'on ne veut pas adhérer à l’UE ? C'est à l'UE de décider si elle veut nous avoir comme membre ou pas. Nous insistons seulement sur le fait que nous ne voulons pas rejoindre l'OTAN, et personne ne pourra nous convaincre de faire autrement.

Lire aussi : L’Amiral Kouznetsov en Méditerranée : l'OTAN « tente de montrer qu’il y a une menace russe »

Source : https://francais.rt.com/opinions/28372-president-serbe-operation-occident-daesh-spectacle


Moyenne des avis sur cet article :  4.1/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

58 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 novembre 09:35

    « C’est à l’UE de décider si elle veut nous avoir comme membre ou pas. Nous insistons seulement sur le fait que nous ne voulons pas rejoindre l’OTAN, et personne ne pourra nous convaincre de faire autrement. »


    C’est sans doute ça le point crucial de la négociation, non ?
    L’OTAN et l’UE étant les deux faces d’une même feuille, comment accepter le recto et refuser le verso ?

    • roman_garev 4 novembre 09:45

      @Jeussey de Sourcesûre
      Est-ce que tous les membres de l’UE sont dans l’OTAN ?

      Est-ce que les USA et la Turquie font déjà partie de l’UE ? 
      Est-ce que le deuxième pilier de l’OTAN, la G-B, n’est pas en train de quitter l’UE ?
      Même un simplisme devrait avoir ses limites...

    • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 4 novembre 09:53

      @roman_garev

      Merci de répondre à la place de l’auteur et de ne pas répondre quand on vous pose des questions sur vos propres articles.
      Je suis toujours en admiration devant la limpidité de vos analyses nuancées.
      Vous savez, moi, je ne suis qu’un pauvre paysan.

    • roman_garev 4 novembre 10:51

      @Jeussey de Sourcesûre

      Merci de ne pas essayez de me prescrire quand dois-je répondre ou ne pas répondre, pauvre paysan.
      Je suis toujours en admiration devant votre aptitude de dévier une discussion sinon la polluer.

    • Alren Alren 4 novembre 19:16

      @Jeussey de Sourcesûre

      Je suis étonné que l’UE paraisse encore attractive aux yeux des dirigeants serbes.

      Le sort réservé à un autre petit pays, la Grèce devrait leur ouvrir les yeux !

      Ils n’ont rien à espérer des véritables dirigeants de l’UE : Mme Merkel et les Allemands qui sont à le tête d’une majorité d’organismes bruxellois.

      Allemands qui ont reconnu l’indépendance de la Croatie avant même l’éclatement de la Yougoslavie et manifesté ainsi leur hostilité à la Serbie.


    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 novembre 21:01

      @roman_garev
      Oui, tous les pays de l’ UE sont dans l’ OTAN, sauf 5 ou 6 pays militairement neutres.
      L’OTAN apparaît pour la première fois dans un Traité européen avec le Traité de Maastricht en 1992. C’est même une des raisons de la construction européenne par les Américains : pouvoir disposer de vassaux qui permettent à l’ OTAN de se coller aux frontières russes pour menacer la Russie ...


      C’est pour cela que 10 pays sont récemment entrés dans l’UE et qu’Obama voulait que la Turquie y entre aussi : pour que le périmètre de l’ OTAN soit le même que celui de l’ UE...

    • JP94 4 novembre 21:30

      @roman_garev
      J’ignore si vous aviez suivi la campagne du référendum de 2005 sur le TCE, mais on avait le texte de ce TCE pondu par notre Giscard : on y lisait : 

       « les états membres de l’UE s’engagent à augmenter leur potentiel militaire .. » 
       « l’organisation de la Défense européenne est commune et s’inscrit dans l’OTAN »...

      et le préambule s’adressait à leur majestés ( roi de Belgique, des PB , etc ... c’est pas ça qui manque à l’Ouest) comme si les peuples étaient sous la coupe de ces têtes couronnées !

      Bref, effectivement, vouloir intégrer l’UE en refusant l’OTAN, c’est vouloir prétendre faire la quadrature du cercle .

      D’où les remarques de Jeussey et des autres intervenant,s qui ont certainement en mémoire ce TCE qu’on nous a imposé comme aux autres peuples ( via un coup de force parlementaire ) .
      Le NON avait fait 55% contre toute attente ( 6 mois avant) et contre tout le battage médiatique et des partis ( seul le PCF avait mené campagne contre - et aussi des micro-partis ou des individualités).
      Les lecteurs d’AV n’ont pas oublié mais par contre les électeurs en général un peu car après un tel coup de force, comment peut-on voter pour tous ces partis ayant appelé à voter OUI puis à imposer ce OUI ( PS, EELV, et tous les partis de Droite) 

    • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 novembre 08:13

      @JP94
      L’OTAN dans les Traités européens ne date pas du Traité de Lisbonne, mais de celui de Maastricht en 1992, pour lequel les Français avaient voté OUI. C’est le Traité de Maastricht qui a introduit, l’OTAN, l’ UE et l’euro.
      Liste des interventions militaires de la France depuis 2000.


      La propagande des euronouilles expliquait que l’ UE, c’était la paix.
      L’UE, ce n’est pas la paix, mais la guerre !

    • Jelena Jelena 4 novembre 10:10

      Si Nikolic manque de sincérité vis-à-vis de l’UE, c’est parce qu’il y a des pressions et menaces de la part des germano-ricains, car c’est Bruxelles qui veut la Serbie, ce n’est pas l’inverse.
       
      Sauf que la Serbie...
      - Ne reconnaitra jamais l’indépendance du Kosovo.
      - N’annulera pas l’accord de libre-échange existant avec la Russie.
      - A déposé en Juin 2016 une demande pour rejoindre l’UEE (union économique eurasiatique).
      - Sera bientôt un pays ou il n’y aura plus besoin de visa avec la Chine.
      - Et enfin ne rejoindra jamais l’Otan.


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 5 novembre 08:22

        @Jelena
        Merci de votre commentaire, c’est en effet ce que j’avais compris, et j’étais étonnée de sa passion soudaine pour l’Union européenne en perdition ...
        Cf cet article où les Serbes envisagent d’acheter de l’armement russe...


        Ainsi que cet autre article sur des rumeurs de « révolution colorée » en Serbie :
        « Nous n’accepteront pas les doubles standards », avertit le ministre des Affaires étrangères serbe après des rumeurs selon lesquelles les mouvements de contestation en Serbie seraient alimentés par les Etats-Unis et l’Union Européenne.

        (...)

        La Serbie, qui a refusé de se joindre aux sanctions de l’Union européennes contre la Russie dans le cadre de la crise ukrainienne, reste le seul allié de Moscou dans les Balkans."


      • JL JL 4 novembre 10:12

        ’’Nous avons toujours cru, en Serbie, que l’opération de la Russie en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. ’’

         
        Est-ce qu’il n’y aurait pas une erreur ? Est-ce la bonne phrase ce ne serait pas : 
         
        ’’Nous avons toujours cru, en Serbie, que l’opération de la coalition occidentale en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh’’ ?
         
        Il me semble que ce serait plus cohérent avec le reste de l’article.
         
         Merci pour les infos.

        • roman_garev 4 novembre 10:57

          @JL


          Je ne vous comprends pas. Voyez-vous vraiment la coalition occidentale visant à aider la Syrie en quoi que ce soit ? Est-ce de l’humour (noir) de votre part ?

        • JL JL 4 novembre 11:08

          @roman_garev
           

          Merci de répondre à la place de l’auteur. C’est vous, peut-être ?

          L’auteur écrit : ’’En ces temps de tensions internationales, la Serbie essaye de jouer à l’équilibriste entre l’UE et l’OTAN d’un côté et la Russie de l’autre. Que choisira-t-elle en fin de compte ? Le président serbe, Tomislav Nikolic, répond aux questions de RT.’’
           
          Ce n’est pas moi qui dit avoir cru longtemps que l’opération de - la Russie ? la coalition ? - en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, c’est Tomislav Nikolic parlant pour la Serbie dont le cœur balance entre l’Otan et la Russie. La Serbie pas plus que les autres, n’a jamais cru que les Russes étaient là pour infliger une défaite au terrorisme mondial : il est de notoriété mondiale que les Russes n’ont jamais caché qu’ils étaient là pour aider Bachar Al Assad contre son opposition armée. Est-ce que vous comprenez ? 
           
           Ps. Vous me prêtez un curieux sens de l’humour !

        • JL JL 4 novembre 11:15

          Il faut lire la phrase corrigée, dans son contexte :



          Nous avons toujours cru, en Serbie, que l’opération de la coalition en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. L’opération de la Russie en Syrie est la seule véritable campagne contre les terroristes.
           
          En bon français ça veut dire : (maintenant nous savons que ) l’opération de la coalition Syrie ne visait pas à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial.

        • roman_garev 4 novembre 11:17

          @JL
          « Merci de répondre à la place de l’auteur. C’est vous, peut-être ? »


          Tout comme votre collègue « de source sûre », vous essayez de priver les commentateurs de leur droit de commenter ou de répondre n’importe quel autre commentaire. Merci d’indiquer la prochaine fois qqch du genre : « Cette question est destinée exclusivement à l’auteur. Stricte interdiction à qui que ce soit d’autre de la commenter. » Dommage que la couleur rouge ne soit pas disponible.

          Quant au reste, j’abandonne. Trop de lettres pour moi...

        • pemile pemile 4 novembre 11:26

          @JL « Il me semble que ce serait plus cohérent avec le reste de l’article. »

          Ben, non, au contraire !


        • roman_garev 4 novembre 11:32

          @JL
          « La Serbie pas plus que les autres, n’a jamais cru que les Russes étaient là pour infliger une défaite au terrorisme mondial : il est de notoriété mondiale que les Russes n’ont jamais caché qu’ils étaient là pour aider Bachar Al Assad contre son opposition armée. »


          Vous êtes libre de croire ce que vous voulez et même attribuer vos croyances à la Serbie comme à tout les milliards de la gent mondiale, mais je vous assure que pour le moins la Russie, la plupart du peuple syrien et ses alliés voient la situation sous un autre angle, à savoir :
          1) Il n’existe pas de soi-disant « opposition armée » (c’est un oxymore car l’opposition ne peut être que civile), mais des terroristes essentiellement présentés par le Front al-Nosra, officiellement reconnu comme terroriste par l’ONU (contrairement à vos assertions d’une « notoriété mondiale » quelconque) ;
          2) La Russie vise à infliger une défaite à tous les terroristes en Syrie, en commençant par liquider l’abcès devenu insupportable du terrorisme en Alep d’Est (ces bandits ne cessent pas de bombarder la partie paisible et de loin plus peuplée de la ville) ; le tour des daechiens dans le désert viendra après.

          Mais surtout c’est marrant de voir vos tentatives de corriger les paroles du président serbe...

        • JL JL 4 novembre 11:38

          @roman_garev
           

           merci de regarder mon doigt quand je montre quelque chose. Trop de mots ? Vous abandonnez un peu vite, je trouve. C’est dommage, car je crois que nous sommes d’accords sur le fond. Pour la formule ? J’ai trouvé ce comique de répétition amusant. Désolé si ça vous a vexé.


          @Pilule Rouge : n’y a-t-il pas une coquille dans la phrase suivante :

          ’’Nous avons toujours cru, en Serbie, que l’opération de la Russie en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. ’’

          Ne faudrait-il pas remplacer ’la Russie’ par ’la coalition internationale’ ?
           
           En effet, tout le monde sait bien Que c’est la coalition qui a présenté son opération ainsi, pas la Russie.



        • pemile pemile 4 novembre 11:42

          @JL « En effet, tout le monde sait bien Que c’est la coalition qui a présenté son opération ainsi »

          Mais qu’à part Thomas Abarnou, personne n’était dupe ?


        • roman_garev 4 novembre 11:46

          @JL
          Comme vous voyez, j’ai renoncé à abandonner ; lisez mon autre com. J’ai enfin compris que ce n’était pas de l’humour...

          Et merci de donner la source de votre nouvelle assertion infondée que la Russie ait présenté son opération de la manière que vous lui prêtez.
          Ce ne serait pas trop ambitieux de votre part de vous efforcer de substituer les paroles (et mêmes les pensées) des dirigeants serbe et russe par vos propres élucubrations ? 

        • JL JL 4 novembre 11:48

          Hé bien : le président Serbe aura fait un lapsus. 

           
           Mais je crois plutôt au principe : Traduttore, traditore.
           
          Pour pemile et roman_garev, comparez les deux phrases suivantes en contexte :
           
          1 - ’’En Serbie, nous avons toujours cru, que l’opération de la Russie en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. L’opération de la Russie en Syrie est la seule véritable campagne contre les terroristes.’’
           
           2 - ’’En Serbie, nous avons toujours cru, que l’opération de la coalition en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. L’opération de la Russie en Syrie est la seule véritable campagne contre les terroristes.’
           
           Pour la deuxième formule, la bonne selon moi, en bon français ça veut dire : (maintenant nous savons que ) l’opération de la coalition Syrie ne visait pas à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial.
           
           Dans la première formule, au contraire, pour la cohérence il aurait fallu dire : Nous avons toujours su que l’opération de la Russie ...
           
          Est-ce que vous comprenez ?

        • roman_garev 4 novembre 11:53

          @JL
          Je comprends bien que vous partagez (et propagez ici) les thèses de la propagande occidentale sur la soi-disant « opposition armée » qui « fait du bon boulot » et sur le but unique de la Russie en Syrie de maintenir al-Assad au pouvoir ; cela me suffit...


        • pemile pemile 4 novembre 11:53

          @JL « Nous avons toujours su que l’opération de la Russie ... »

          La phrase précédente étant :

          "Chaque fois que la Russie fait quelque chose, on peut prédire comment les acteurs internationaux réagiront. Quand ils réagissent, ils refusent toujours d’analyser les raisons qui ont poussé la Russie à ses actions. Ils essaient toujours de trouver un agenda politique caché.« 

          Nous avons toujours cru veut ’implicitement » dire nous avons toujours su, non ?


        • JL JL 4 novembre 11:54

          De toutes manière, ce n’est qu’un détail : j’ai seulement buté sur cette contradiction sémantique lors de ma première lecture de l’article. Une seule fausse n’entache pas une jolie musique.


        • JL JL 4 novembre 11:57

          @roman_garev, là vous devenez pitoyable.

           
           pemile : ’’Nous avons toujours cru veut ’implicitement » dire nous avons toujours su, non ?’’
           
           Non !
           
           Non, sauf si en l’occurrence le discours Russe ne donnait pas à croire cela. Et encore ...
           
           

        • pemile pemile 4 novembre 11:57

          @roman_garev « Je comprends bien que vous partagez (et propagez ici) les thèses de la propagande occidentale »

          Aie, aie, aie, vous partez tous les deux dans de faux procès smiley


        • pemile pemile 4 novembre 12:02

          @JL « Non ! »

          Si vous voulez smiley

          Mais quand un homme public dit qu’il sait, on peut lui demander de sourcer et de le prouver objectivement, lorsqu’il dit qu’il croit, la subjectivité laisse plus de liberté, non ?


        • JL JL 4 novembre 12:16

          @pemile
           

          ’’Aie, aie, aie, vous partez tous les deux dans de faux procès’’
           
          Tous les deux ? Non , seulement roman_garev. mais merci de ne pas le suivre sur ce terrain là.
           

          Quand on dit qu’on sait, en effet, si les autres ne savent pas, il faut argumenter . 
          Mais quand on dit qu’a toujours su, ça veut dire : su avant les autres ; maintenant tout le monde sait ; il n’est pas utile d’argumenter.

        • pemile pemile 4 novembre 12:20

          @JL « maintenant tout le monde sait »

          Vous faites toujours une confusion, maintenant tout le monde sait que la coalition ........

          Pour l’intervention russe, les russophobes continuent a dénoncer leur intervention, non ?


        • Jelena Jelena 4 novembre 12:22

          @JL : Nikolic ne mettra jamais en valeur le rôle de l’Otan ou de « la coalition internationale » en Syrie, car durant les années 90, la Serbie a combattu le duo Otan-AlQaida.


        • JL JL 4 novembre 12:29

          @pemile

           Il me semble qu’on s’égare : je ne parlais pas du fond, mais de la forme.
           
          Ceci dit, je ne suis pas russophobe, bien au contraire, et j’ai toujours pensé et pense toujours, que les Russes ne sont pas venu là pour botter les fesses des islamistes mais pour aider Bachar Al Assad. Et je n’ai pas d’états d’âmes, puisque comme Poutine, je ne crois pas qu’il y ait là-bas des gentils coupeurs de têtes à distinguer des méchants coupeurs de têtes.

        • JL JL 4 novembre 12:38

          @Jelena
           

          alors au temps pour moi. Mais il aurait du dire : nous avons toujours su (ou pensé) que ...
           
          La formule ’’nous avons toujours cru ’’ donne à penser que cette croyance a été démentie par la suite. 
           


        • Jelena Jelena 4 novembre 12:49

          @JL >> La formule ’’nous avons toujours cru ’’ donne à penser (...)
           
          Exact... Peut être une mauvaise traduction.


        • Pilule Rouge Pilule Rouge 4 novembre 13:19

          @JL
          ’’Nous avons toujours cru, en Serbie, que l’opération de la Russie en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. ’’

          C’est une affirmation, point barre.


        • JL JL 4 novembre 13:27

          @Pilule Rouge
           

           l’art de la traduction c’est d ’éviter de mettre le doute dans l’esprit des lecteurs. Point barre.

        • JL JL 4 novembre 18:31

          @pilule rouge, 

           
          ’’Nous avons toujours cru, en Serbie, que l’opération de la Russie en Syrie visait à aider ce pays à infliger une défaite au terrorisme mondial, incarné par Daesh. ’C’est une affirmation’’

          Non, du fait que c’est une traduction, voire un résumé, ce n’est pas une citation, c’est un choix de traducteur, en l’occurrence mauvais car semant le trouble.
           
          En vérité ’’Le premier objectif de l’engagement militaire russe en Syrie a été atteint : empêcher une défaite militaire du Régime (syrien)’’. (cf. l’article « Quitte ou double de la Russie à Alep » publié dans Le Monde Diplomatique de novembre).
           
           Mr Nikolic comme nous tous, ne pouvait pas l’ignorer, ce que l’emploi du verbe ’croire’ ici donne à croire justement ! Même si accessoirement, Poutine voulait par l’occasion défaire daech, ne serait-ce que pour démontrer la duplicité occidentale. 
           
           Les Russes ont joué cartes sur table. En revanche, ceux qui visaient à détruire le Régime mais faisaient accroire qu’ils voulaient ’combattre le terrorisme international’, c’étaient les Occidentaux.
           
          Ps. Pardon d’insister, mais je déteste me faire rabrouer insolemment - et même insulter par roman_garev ! - quand je cherche à dissiper un trouble.
           


           


        • Odin Odin 4 novembre 19:23

          @JL

          Je pense que vous ne devriez pas chercher midi à quatorze heures.

           « En Serbie, nous avons toujours cru, que l’opération de la Russie en Syrie visai…. ».

           Au présent : « nous croyons toujours  »

          En utilisant le passé composé le locuteur définit conceptuellement une durée fermée (depuis l’arrivée des forces de la Russie) se terminant au moment où il prend la parole, refusant de s’exprimer quant à l’avenir.


        • JL JL 4 novembre 19:57

          @Odin
           

           
           je suis d’accord, c’est un choix de traducteur qui s’explique, mais en ramant, amha. 

          L’intervention butée de roman_garev n’a pas aidé.
           
           

        • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 4 novembre 21:15

          @JL
          «  que les Russes ne sont pas venu là pour botter les fesses des islamistes mais pour aider Bachar Al Assad. »
          Les deux, mon général ! Aider Assad & l’ Etat syrien. Et combattre les Islamistes.

          Avec les Islamistes Tchétchènes au service des USA et des oligarques, les Russes ont eu leur dose de salafistes ! Les Russes ont compris que ces mercenaires sont envoyés partout où les USA veulent déstabiliser un pays. Dont la Russie, et plus si affinités...


          A moins que vous n’ayez pas encore compris que l’opinion publique US ne veut plus voir arriver de cercueils avec leurs boys dedans ?
          Et que les USA font des guerres par procuration avec l’aide de l’ Arabie Saoudite qui finance ??

        • JL JL 4 novembre 21:21

          @Fifi Brind_acier
           

           mais oui je sais tout ça. Mais tout le monde ne le sait pas. Si l’on n’écrivait ou ne parlait que pour les convaincus, que pour ceux qui savent déjà, à quoi cela servirait-il ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

Pilule Rouge

Pilule Rouge
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès