Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le printemps arabe sonnera-t-il l’hiver de l’islamisme (...)

Le printemps arabe sonnera-t-il l’hiver de l’islamisme terroriste ?

Du succès d'Ennahda en Tunisie à celui attendu de la Liberté et Justice (LJ) en Egypte en passant par celui du Parti pour la Justice et le Développement (PJD) au Maroc, le triomphe des partis islamistes conservateurs avec une teinte modérée en Afrique du Nord s'impose comme une réalité incontournable. Le printemps arabe, en ouvrant le champ politique aux islamistes, sonnera-t-il la fin de l'islamisme-terroriste ?

L'échec des idéologies nationalistes et socialisantes ont fait le lit de l'islamisme

Dans l'euphorie des indépendances, les pays arabes se sont lancés dans des politiques nationalistes qui se sont traduites par de grosses erreurs en matière de politique économiques comme le protectionnisme et la substitution aux importations qui n'ont fait qu'aggraver la dépendance des pays arabes. Un comble pour des pays cherchant à consolider leur souveraineté. Ensuite, c'était autour des politiques socialisantes qui ont fait de l'Etat providence le pivot de toute stratégie de développement. Cela a donné lieu à l'émergence d'économies rentières puisque l'omniprésence de l'Etat a été détournée par des groupes de pressions pour s'approprier les ressources nationales et monopoliser l'essentiel des marchés et des activités. Résultat : un verrouillage du système politique et économique, ce qui n'a fait qu'exacerber les tensions sociales et radicaliser les revendications.

La crise des sociétés arabes a atteint son paroxysme dans les années 80 quand la majorité des économies arabes s'est retrouvée avec un tel endettement qu'elles étaient contraintes au rééchelonnement et à l'application de politiques d'austérité. S'ensuit un désengagement brutal et mal préparé de l'Etat sans que le privé puisse prendre le relai du fait d'un climat des affaires hostile, ce qui s'est traduit par un grand déficit économique et social (chômage, délabrement des infrastructures dans l'enseignement, la santé et le logement..) précipitant de larges couches sociales dans la pauvreté. En l'absence d'ascenseur social, les citoyens ont fini par comprendre que leur situation n'était pas seulement le fruit d'une conjoncture défavorable, mais bien des mauvais choix et de la corruption de leurs dirigeants. L'échec des idéologies nationalistes et socialistes reniant aux citoyens arabes la liberté politique mais aussi la liberté économique a fini par faire le lit de l'islamisme violent.

Les révoltes arabes ont-elles sonné le glas de l'islamisme terroriste ?

Les citoyens dans les pays arabes ont subi une double humiliation : d'abord celle de la colonisation, ensuite celle de la dictature. Les mouvements islamistes terroristes sont nés de la volonté de renverser ces régimes, jugés complices d'un certain néo-colonialisme. Mais, comme ils étaient exclus de la participation au système politique verrouillé à double tour avec la complicité des puissances occidentales, ils ont joué la carte du terrorisme et de la violence pour faire pression sur les dictateurs, notamment en touchant des secteurs stratégiques comme le tourisme.

L'avènement du printemps arabe a brisé le mur de la peur et a fait prendre conscience aux peuples arabes qu'ils peuvent se réapproprier leur souveraineté et leur dignité souillées par tant d'années de répression et d'humiliation. Dans toutes les manifestations on ne voyait pas de slogans religieux comme "l'Islam est la solution" que l'on brandissait à volonté dans les années 80 par exemple. Les manifestants revendiquaient la dignité, la liberté et l'emploi. Le projet des extrémistes, de ré-islamiser et de radicaliser les sociétés arabes afin de l'amener à une confrontation directe avec l'occident, avec en lame de fond la nostalgie de réhabiliter la grandeur de la civilisation arabo-musulmane, est en train de battre de l'aile. Une chose est sûre est qu'à part les coups d'éclats médiatiques, Ben Laden, le promoteur de l'islamisme-terroriste a échoué à séduire les sociétés arabes particulièrement les jeunes. Ironie de l'histoire, ceux-là même, grâce à leur courage et aux "armes" facebookéenne" et "twittérienne", ont été à l'origine du renversement des régimes despotiques anti-islamistes.

Aussi les extrémistes occidentaux, les opportunistes politiques et populistes qui surfaient sur cette vague d'islamisme radical se sont fait prendre de court quand ils voyaient l'abnégation des manifestants dans leurs revendications des valeurs de paix, de liberté et de démocratie. Les héros du printemps arabe ont renvoyé dos à dos les extrémistes des deux bords. En renversant pacifiquement les dictatures, les jeunes arabes ont de manière non intentionnelle ouvert le champ politique aux islamistes se revendiquant comme modérés délégitimant de ce fait tout retour à l'islamisme terroriste et à la violence comme moyen de contestation politique. Ils leur donnent l'opportunité historique de bâtir un vrai islamisme modéré et réconcilier l'Islam avec la démocratie.

Une telle réconciliation et donc la consolidation d'un vrai islamisme modéré ne peuvent avoir lieu sans la réalisation de deux conditions.

Primo, pour ne pas remplacer une autocratie par une autre, il est indispensable que les partis promis au pouvoir dans les pays arabes fassent leur mue. Ils doivent mener une réflexion sérieuse et profonde sur l'Etat séculier et sa compatibilité avec l'héritage islamiste de manière à sortir avec des solutions novatrices capables de répondre aux aspirations de liberté et de démocratie exprimées par les révoltes arabes.

Secundo, si tous les islamistes ne jurent aujourd'hui que par le modèle turc de l'AKP, il est indispensable de rappeler ici que si les islamistes turcs n'ont pas remis en cause l'héritage Kémaliste, ce n'est pas uniquement par tradition modérée, mais aussi grâce à la vigilance de l'institution militaire et d'une société civile active (patronat, classe moyenne et élites intellectuelles). D'où l'importance cruciale de la vigilance des peuples arabes lors de la prochaine rédaction des nouvelles constitutions qui devraient institutionnaliser ces contrepoids pour une meilleure séparation et équilibre des pouvoirs. Cela permettra de prévenir toute tentative de revenir sur les acquis en matière de liberté et de démocratie. De même, des organisations indépendantes et fortes, qui viendront faire contrepoids aux organisations islamistes, sont essentielles pour résister aux forces anti-démocratiques, faute de quoi les démocraties arabes naissantes risquent de rechuter dans l'autoritarisme et dans l'islamisme violent.

Hicham El Moussaoui est analyste sur www.UnMondeLibre.org.


Moyenne des avis sur cet article :  2.25/5   (16 votes)




Réagissez à l'article

12 réactions à cet article    


  • le journal de personne le journal de personne 26 décembre 2011 19:50

    Les 4 printemps

    Vous voulez vraiment m’interroger sur le printemps arabe, savoir s’il s’agit d’une énorme machination ou d’une révolution selon la norme si je puis dire ?
    C’est difficile... parce que je ne voudrai pas rajouter de la bêtise à la bêtise. Certains auteurs s’accordent à dire qu’il s’agit d’une conspiration, d’une révolution programmée pour ne pas dire annoncée, et à vrai dire je ne suis pas loin de leur emboiter le pas mais je dis attention tout de même ! La paranoïa n’est pas bien loin !
    Et je préfère pour ma part, parler d’opportunisme plutôt que de conspiration, de récupération plutôt que de complot, de calculs plutôt que de scénario... parce qu’il y a pas plus complexe que les choses simples. Le printemps arabe comporte les 4 saisons !

    http://www.lejournaldepersonne.com/2011/12/les-4-printemps/


    • mahatma mahatma 27 décembre 2011 11:57

      Pourrait-on envisager une combinaison des 2 ?
      Dans certains cas, un opportunisme par lequel certains surfent sur une contestation utile
      des exemples ?
      Egypte et tunisie

      et dans d’autres la création complétement artificielle d’un mouvement de contestation
      comme en Syrie, en Russie, en côte d’ivoire

      Dans les deux cas, usage de financement occulte et de l’arme d’hypocrisie de destruction massive.

      En gros, on achète une révolution. On la met ens cène comem un show à grandeur réelle avec du vrai sang et de svrais morts et on filme parfois même avec un téléphone mobile.

      Juste avant ces types de scénario nous avions la version attentat terroriste, entre religion ou ethnie différentes, qui est ressortis les fois où la version révolution ne peut fonctionner dans un contexte donné.
      Exemple ?
      Ce qui s’est passé au Nigéria (une autre terre de pétrole).
      Cette une secte musulmane qui aurait fait le coup,
      Al quaida étant devenu un « artisan » de la démocratie, seulement efficace quand il est épaulé par les « bombardements » de l’Otan ou la force de persuation de moyens astronomique d’altération des opinions par les médias « conformes ».


    • jef88 jef88 26 décembre 2011 21:23

      Petite remarque :
      Dans le contexte « bordélique » des révolutions arabes, après que des pays aient eut leurs forces vives écrasées pendant des décennies par des dictatures qui reste t-il avec une capacité de rassemblement et une organisation interne ?
      ..................................... L’islam !!!!!

      C’est ce qui explique les résultats des élections..........


      • Roubachoff 26 décembre 2011 22:17

        Afin de combattre un ennemi qui a fini par s’auto-dissoudre (le communisme) les géniaux stratèges occidentaux ont soutenu des régimes autocratiques résolus à éradiquer toutes les forces progressistes et modernistes du monde arabe. Aujourd’hui, il ne reste plus que des Islamistes et quelques « libéraux de paille » (plus ou moins sincères) qui finiront emportés par les flots. Ce qu’on nomme un « printemps » promet de devenir le triomphe posthume de Ben Laden. Tout ça sous le regard ravi de l’Iran et au moment où les Américains, avec leur sens infaillible du timing, se retirent d’Irak après y avoir foutu la merde (pour rien) pendant près de dix ans.
        Comme disait Brassens, j’ai peur que la fin du monde soit bien triste. 


        • fkarakaya 27 décembre 2011 09:06

          Mais de quoi vous parlez !!


          « si tous les islamistes ne jurent aujourd’hui que par le modèle turc de l’AKP, il est indispensable de rappeler ici que si les islamistes turcs n’ont pas remis en cause l’héritage Kémaliste, ce n’est pas uniquement par tradition modérée, mais aussi grâce à la vigilance de l’institution militaire et d’une société civile active (patronat, classe moyenne et élites intellectuelles) »

          Et tous les gens qui ont voté pour l’AKP ce ne sont pas de la société civile peut-être ? Dénoncer la dictature des pays arabes tout en glorifiant une autre à savoir le kémalisme n’est pas très logique. 

          L’idéologie kémaliste est raciste anti religieuse qui ne laisse pas la place à libre pe,sée. Essayez de sire que vous n’aimez pas ATATURK et vous verrez dans quelle galère vous êtes

          l’AKP suit son propre modèle réussit très bien. Je souhaite autant à tous ces partis qui viennent de gagner sans se faire berner par l’occident.. Si ils se mettent sous la botte des USraliens ils seront voer à disparaître à tout jamais

          Mais si au contraire ils sont vraiment indépendants là, le monde sera meilleur 

          • NeverMore 27 décembre 2011 10:39

            Un printemps arabe qui ressemble de plus en plus à un automne, voire un « hiver toutes saisons ».

            Et évitez les oxymores du genre « islamisme modéré ».

             

             


            • edzez edzez 27 décembre 2011 12:01

              @nevermore

              instruit toi un peu plus, l’islam c’est la religion du juste milieu et de la modération , on lutte contre les interdits et les exagérations.

              L’islam c’est une religion de conseil , et chacun travaille avec sa libre pensée, quand tu suis les bon conseil tu n’es pas hors religion.

              Les extremistes, les nationalistes , les racistes, antisemites ou anti blanc sont hors religion , ne font pas parti de l’islam


            • NeverMore 27 décembre 2011 12:08

              « Les extremistes, les nationalistes , les racistes, antisemites ou anti blanc sont hors religion , ne font pas parti de l’islam »

              C’est eux qu’ils faut convaincre (et ils sont TRES nombreux), pas moi ...


            • katalizeur 27 décembre 2011 13:01

              ou est l’esprit critique ?

              analyse faite avec la grille de lecture de TF1...

              le titre m’as attiré et je pensais qu’il allais conforter mon analyse :

              — sur le plan politique la pensée islamique a été minée de l’intérieur comme sont minés l’ensemble de confréries frères musulmanes, préformatées aux désidératas de l’empire..par la CIA et le MI 6

              ..a l’usage les populaces ne vont pas tarder a s’en rendre compte... deja que beaucoup commencent a pointer du doigt les savants de palais qu’ils soient qataris ou saoudiens..

              .les autres politiques qu’ils soient tunisiens (longtemps materné a londre...ou Freres Musulmans egyptiens, veritable Francs- Maçons a l’apparence muslim ils vont montrer leurs vrais visages, suppots du systeme atlanto-sioniste

              , ils sont tout ce que refuse et rejette les musulmans qu’ils soient éclairés ou complètement éteints, comme ils le sont actuellement....donc a suivre

              ..avec une barbe ou pas ,ils suivront leur protecteur en pleine déconfiture dans les poubelles de l’histoire....

              --- sur les groupes islamo-terroristes, une grande partie c’est faites déchiqueter en Libye, le résidus sera achevé en Syrie....pour le bien de l’ensemble du monde musulman....


              • Alef Alef 27 décembre 2011 13:11

                Quel bonheur de découvrir que lorsqu’un arabe vote pour la première, la seule et la dernière fois de sa vie, il vote pour l’obscurantisme mahométan antichrétien et antijuif smiley



                • Henri François 27 décembre 2011 14:07

                  salut Alef,
                  Que pensez-vous de l’obscurantisme juif actuel dans une ville proche de Jerusalem où on interdit (des homes aux ciuettes) aux femmes de passer devant les synagogues, où on les force à se vêtir comme au moyen âge etc... ?
                  Que pensez-vous du christianisme qui a conduit la quasi totalité de la planète dans une faillite annoncée après avoir massacré et colonisé au nom de Dieu, celui de la Croix... ?
                  Je vous signale que l’arabe vote depuis longtemps (mal sans doute) et que cette fois ne sera pas la dernière.
                  Dormez tranquille vous n’avez rien à craindre.


                  • Alef Alef 27 décembre 2011 14:31

                    La ségrégation des genres imposée par les ultra-orthodoxes est une pure folie auquel il faut mettre un frein le rapidement possible. L’Etat d’Israël est beaucoup trop tolérant vis-à-vis de l’intolérance des ultra-orthodoxes il est grand temps d’y remédier. Pas de place pour les talibans juifs.


Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

EL MOUSSAOUI

EL MOUSSAOUI
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès