Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le printemps gazier arabe

Le printemps gazier arabe

Je vous propose aujourd’hui une lecture des événement qui secouent l’est méditerranéen avec une approche inédite dans les médias occidentaux : Celle de l’ouverture à la prospection des Zones Economiques Exclusives (ZEE) en méditerranée.

ZEE kézako ?

Le grand public n’a guère entendu parle des ZEE. Pourtant, il s’agit d’une évolution majeure dans le droit international, évolution qui implique des tension croissantes entre pays riverains et qui aboutit à un élargissement considérable des concessions pour l’exploration pétrolière off-shore.

Les ZEE découlent d’un traité nommé Convention des Nations unies sur le droit de la mer (CNUDM ou UNCLOS) signé en 1982, ratifiée par l’UE, mais pas encore par tous les états, en particulier pas les USA.

Ce traité donne le droit au pays signataire d’exploiter les ressources des fonds marins qui se situent à moins de 200 miles marins de ses côtes.

Pour mémoire l’étendue des eaux territoriales sont historiquement de 3 miles, extensibles à 12 miles. Il s’agit donc d’un très vaste étendue marine, si vaste que dans des cas comme la méditerranée, elle ne laisse aucun espace marin international.

Le traité prévoit que les limites mitoyennes entre les ZEE de deux pays voisins doivent être négociées dans le cadre d’accords bilatéraux.

On touche déjà là un sujet de tension internationale. Par exemple, la Turquie n’est pas contente de cette règle car les îles Grecques limitent considérablement l’étendue de sa ZEE.
La Turquie a défendu déjà à la Grèce d’étendre ses eaux territoriales de 3 à 12 miles nautiques en la menaçant de guerre. Elle fait également une lecture très particulière de la définition des ZEE, que sa position de candidate à l’UE l’oblige de reconnaître.


Selon le gouvernement turc, les îles n’auraient pas de ZEE. L’empoignade diplomatique s’est cristallisée autour de l’ile grecque de Castelorizo, qui à elle seule limite la ZEE de plusieurs milliers de km².


Gaz à tous les étages.

La signature des accords bilatéraux est donc un préalable indispensable à la concession des zones d’exploration off-shore par les gouvernements méditerranéens. Or ce processus est perturbé par les exigences de la Turquie, qui conteste également la ZEE de Chypre.

Ce pays n'a donc ouvert à l'exploration qu'une part infime de sa ZEE située face à Israël et au Liban. De même, quelques bémols se font entendre autour des concessions d'exploration cédées par Israël aux limites sud (Gaza) et nord (Liban) de sa ZEE.

Au fur et à mesure que les autres gouvernements de la région se seront entendus sur les limites respectives de leur ZEE l’exploration pourra débuter et cela implique la négociation des concessions avec les compagnies pétrolières.

Des gouvernement moins nationalistes.

Or étrangement, on constate que la quasi totalité des pays de la zone subissent depuis peu des basculements de régime, par la guerre civile pour ce qui est des pays arabes, par la déstabilisation politique pour ce qui est de la Grèce.

JPEG - 48.9 ko

A l ‘issue de ces changement de régime, les gouvernements en place se retrouvent souvent être les obligés des pays qui ont fourni une aide militaire au renversement du régime antérieur. Les régimes nationalistes arabes issus de la décolonisation balayés, l’arrivée des trusts pétroliers mondiaux ne sera que facilitée.

Et les réserves promettent d’être considérables.
Mais sans doute tout ceci n'est que pure coincidence.

En tout cas cette coïncidence conforte ce "proverbe africain" que je viens d'inventer mais qui est pourtant bien réaliste :

"De par le monde, le malheur de n'avoir pas de pétrole n'est dépassé que par une seule calamité plus terrible encore : celle qui consiste à en avoir."


Moyenne des avis sur cet article :  4.22/5   (36 votes)




Réagissez à l'article

62 réactions à cet article    


  • christine 12 septembre 2012 08:45

    Voilà une analyse très intéressante...ce qui expliquerait tous ces bouleversements ! Et si l’on ajoute également les Zones économiques spéciales (comme celles qui existent en Chine, p.ex.) et que l’on semble vouloir encourager dans le Sud européen (pour la Grèce, ça a été clairement dit par les Allemands ainsi que par le président du parlement européen...), alors tout devient clair comme l’eau de roche, n’est-ce pas ? !


    • Aldous Aldous 12 septembre 2012 10:16

      merci Christine,


      En me relisant, je me rend compte que mon texte est truffé de fautes grammaticales...

      Désolé vraiment.

    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 10:40

      Le contenu étant très intéressant, on vous pardonnera la forme.


    • Aldous Aldous 12 septembre 2012 12:55

      Vous êtes bien bon ! smiley




    • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 14:04

      Parakalla comme qui dirait !


    • Aldous Aldous 12 septembre 2012 10:30

      Au passage, il est intéressant de noter que l’accord définissant les ZEE turque et chypriote dans le détroit situé au nord de Chypre, et négocié par l’état fantoche de la République Turque de Chypre Nord (en zone occupée par l’armée turque) est un abandon pur et simple de la ZEE Chypriote à la Turquie.


      En effet, au lieu d’etre divisée à mi distance des côtes turques et chypriotes, la ZEE turque comprend la quazi totalité du détroit et Chypre n’a presque rien.

      Une démonstration supplémentaire, s’il en fallait une du fait que cette République Turque de Chypre Nord autoproclamée ne défends pas les interets des Chypriotes turcs et n’est qu’un gouvernorat, comme l’ont si bien clamé les manifestants Chypriotes turcs lors des manifestations qui se produisent en zone occupée depuis 2008 mais que l’UE ignore....

      http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2011/04/07/97001-20110407FILWWW00523-chypre-nord-des-manifestations.php




      • OMAR 12 septembre 2012 19:07

        Omar 33

        Aldous
         Je partage totalement votre perception de cette « République Turque de Chypre du Nord ».

        Sauf que ni l’Europe, ni les chypriotes grecs n’en veulent non plus....
        http://www.lalibre.be/actu/international/article/163846/les-chypriotes-grecs-enterrent-la-reunification.html

        Alors, quel devenir pour les chypriotes turcs ?


      • Aldous Aldous 12 septembre 2012 21:32

        Vous vous trompez :


        1) le plan Annan ne réunifiait rien du tout, il officialisait un régime d’apartheid qui interdisait aux Chypriotes grecs de retourner un jour au nord de l’ile.

        2) les chypriotes turcs sont considérés comme des citoyens à part entière par la Republique de Chypre officielle. Elle leur fourni et la carte d’identité Chypriote et le passeport Européen.

        C’est pourquoi les manifestants chypriotes turcs brandissaient leur carte d’identité Chypriote « grecque »

        La seule solution démocratique est celle que pratique la république de Chypre : Pas de considération de race ni de religion entre les divers chypriotes.

        Mais la Turquie n’en veux pas, elle veux une ile bizonale dont le nord serait interdit aux chrétiens. 

      • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 10:38

        J’espère que les Grecs vont trouver plein de gaz dans leur ZEE pour que leurs problèmes de trésorerie soient définitivement derrière eux.

        En plus, on constate que les Turcs ne font pas que se tirer une balle dans le pied pour leur adhésion à l’Union Européenne mais qu’ils le font par chargeurs entiers !

        Ils devraient peut être méditer à propos du tour pendable que la Slovénie à joué à la Croatie au sujet de la délimitation de leur frontière dans le cadre de l’adhésion de la Croatie à l’UE...


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 10:53

          La Croatie a du rectifier ses frontières terrestres et maritimes au profit de la Slovénie sans contreparties du seul fait que la Slovénie faisait partie de L’UE tandis que la Croatie voulait devenir membre.

          On se réjouit de voir ce que ça va donner pour les Turcs quand les Grecs et les Chypriotes, voire également les Bulgares vont s’en mêler surtout que tous ces peuples se rapellent les génocides commis par les Turcs à leur encontre au 19 ième siècle.


        • Aldous Aldous 12 septembre 2012 10:57

          Les reserves de gaz naturel au sud de la Crète sont connues et estimées depuis des années. En effet, la nappe dégase naturellement du fond marin et on a pu mesurer depuis les années 70 la quantité énorme de qui remonte naturellement à la surface de la mer. 


          Mais le gaz a longtemps été considéré comme un dechet par les pétroliers (brulé dans des torchères). Aller recuprerer du gaz en offshore ne serait venu à l’esprit d’aucune compagnie tant que le pétrole coulait à flos.

          Avec le pic petrolier, le gaz naturel est passé de déchet à une ressource.

          Vont ils rembourser leur dette avec ?

          Je dirais que la dette a été en partie creusée dans ce but, car les Grecs connaissent bien le ’proverbe africain’ avec lequel j’ai conclu mon article.

          Ils ont la premiere flotte marchande et les plus gros tankers du monde sont grecs.

          Ils sont donc assez bien informés de ce qui se trame dans l’arrière cuisine des compagbies pétrolières. (en particulier quand il s’agit de ne compter qu’un tanker sur deux au moment de payer le pays...)

        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 11:02

          Je serais le gouvernement Grec, je n’attendrais pas pour mettre aux enchères les différentes zônes d’exploitation gazières.

          Qu’est ce qu’ils attendent ?


        • Aldous Aldous 12 septembre 2012 11:14

          Posez la question à Goldman Sachs...


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 11:30

          C’est eux qui décident de ce que la Grèce peut ou ne peut pas faire de ses ressources naturelles ?

          Il faudrait les dénoncer à Angela !


        • Aldous Aldous 12 septembre 2012 12:59

          C’est eux qui on bidouillé les comptes grecs pour que le pays entre dans le piège de l’Euro et c’est un ex-dirigeant de Goldman Sachs qui a été bombardé premier ministre quand Papandréou a osé prononcer le mot référendum.


          Donc pour ce qui est de la politique qu’applique la Grèce, il vaux mieux s’informer chez GS qu’à Bruxelles.



        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 13:56

          Il me semble au contraire qu’à l’époque les Grecs pensaient qu’avec une monnaie comme l’Euro ils n’allaient pas devoir dévaluer le Drachme tous les six mois sans pesner que s’ils devaient dévaluer à tout bout de champ c’est qu’il y avait un problème structurel sous jacent.

          L’abandon du Drachme a produit un drame dans le pays de la tragédie.

          Il ne leur reste à espérer que les nuées posséidoniennes suffisent à les renflouer et je ne pense pas que quiconque puisse les empêcher de vendre des concessions gazières aux enchères, bien au contraire, ça rassurerait tout le monde mais il n’y pas longtemps que ces gisements sont économiquement rentables et ce genre d’exploitations ne se fait pas du jour au lendemain.

          Affaire à suivre, donc.


        • Aldous Aldous 12 septembre 2012 15:46

          Le peuple grec etaient enthousiaste à l’idée d’entrer dans l’Euro car ont lui a fait avaler la soupe propagandiste des lendemains qui chantent grâce à la monnaie commune.

          Mais les autres peuples aussi, car cette propagande on l’a infligée à tous les peuples de l’UE.

          Souvenez vous des campagne qui vendaient le produit Euro 3 en 1 : plus de chômage, plus d’inflation et plus de change aux frontières.

          L’Euro, gage de prospérité et de bonheur.

          Et pour les Grecs par dessus tout consécration de leur encrage dans la civilisation occidentale (par opposition au sous-développement économique du tiers monde et à l’arriération (prétendue) de la sphère ottomane)

          Ils étaient et restent en grande part disposés à avaler tout cru les pires couleuvres pour peu que ce soit des couleuvres ’occidentales’.

          Je le dis avec d’autant plus d’amertume qu’il y a au contraire une frange non négligeable de grecs qui se sont battus avec honneur pour l’indépendance politique de le pays, contre Mussolini puis contre Hitler, puis contre Churchill, puis contre Kissinger.

          Aujourd’hui ces vieux combattants de toute une vie sont à nouveau sur le front, dans les gaz lacrymogène.

          Mikis Théodorakis a 82 ans.
          Manolis Glézos 89.

          Glézos est le tout premier résistant de la seconde guerre mondiale selon les mots de de Gaulle. Le 31 mai 1941 il a décroché le drapeau Nazi de l’Acropole et fut condamné à mort. Le général de Gaulle a fait un appel à la radio de Londres pour qu’onl n’exécute pas « le premier résistant d’Europe ».

          http://m.ledevoir.com/economie/actualites-economiques/342770/portrait-d-un-vieil-indigne-grec


        • Aldous Aldous 12 septembre 2012 15:52

          Au passage, Théodorakis, Anti-nazi et anti-raciste de toujours, a eu droit à une infâme campagne de calomnie l’année dernière ou la plupart des médias, ainsi que les ténors du sarkozisme l’on traité sans vergogne d’antisémite.


        • OMAR 12 septembre 2012 19:11

          Omar 33

          Alois : :« les Turcs ne font pas que se tirer une balle dans le pied.... ».

          Tu parles....

          Quelque soient les critères et conditions que les turcs satisferont, jamais la Turquie ne fera partie de l’U.E ;; ;

          Alors, basta ce genre d’hypocrisie....


        • Jonas 12 septembre 2012 20:47

          Monsieur Aldous.

          Il serait intéressant par honnêteté intellectuelle d’expliquer aux internautes du site « Agora Vox » , quel pays en premier à découvert le gaz naturel avant tout le monde dans cette région. ?

          Par ailleurs avoir été anti-nazi n’est pas un certificat de vertu et ne préserve pas du racisme.
          Le meilleure exemple est celui de nombreux communistes passés au nazisme un Doriot doit vous rappelez quelque chose comme les nombreux socialistes qui avaient voté les pleins pouvoirs à Pétain, ni ceux toujours parmi les socialistes qui avaient voté les pouvoirs spéciaux à Guy Mollet. Je vous rappelle qu’un ministre socialiste de la justice devenu plus tard président de la République , avait été favorable dans la plus grande partie des cas pour à l’exécution des condamnés à mort Algériens.
          C’est bien les élus communistes de Vitry le 24 décembre 1980 qui avaient saccagé à coups de bulldozer un foyer de travailleurs maliens. C’est toujours l’ancien secrétaire du PC Robert Hue qui avait organisait une manifestation dans sa commune Montigny-lès-Cormeilles pour faire expulser une famille marocaine accusait faussement.

          C’est un anti-raciste et leader du PC Georges Marchais dans une tribune de l’Humanité du 6 janvier 1981 qui écrivait :
          (...)
          " La cote d’alerte est atteinte (...) C’est pourquoi nous disons ; il faut arrêter l’immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs au chômage, je précise : il faut stopper l’immigration officielle et clandestine.
          Il faut résoudre l’important problème posé dans la vie locale française par l’immigration.
          Ce trouvent entassés dans ce qu’il faut bien appeler des ghettos, des travailleurs et des familles aux traditions, aux langues , aux façons de vivre différentes. Cela crée des tensions , et parfois des heurts entre immigrés des divers pays . cela rend difficiles leurs relations avec les Français (...) etc. Pourtant le PC avait lutté contre le nazisme et contre le racisme.

          OUI, je le confirme sur ce site que Théodorakis est un antisémite. de la pire espèce Je vous rappelle M.Aldous que c’est J.J .Servant Shreiber qui avait tout fait pour que les colonels Grecs libèrent M. Théodorakis. A la BNF ( INA) vous pouvez voir les actualités de l’époque pour avoir le coeur net.



        • Aldous Aldous 12 septembre 2012 20:52

          Je ne sais pas qui a trouvé du gaz en premier et pas non plus qui a pissé le plus loin.


          Vous affirmez de Théodorakis est antisémite, mais vous ne nous expliquez pas comment vous arrivez à cette étonnante conclusion.


        • Jonas 13 septembre 2012 09:25

          Moi , je réponds , je ne botte pas en touche, pour éviter de donner mon . avis sur le comportement de certains hommes de gauche soit-disant anti-racistes comme vous.


          Je répète que Mikis Théodorakis est un antisémite : Le 3 février 2011 au cours d’une interview sur la chaîne de télévision grecque HIGH, Mikis Théodorakis déclare : « Laisser-moi clarifier une chose : je suis antisémite ». l’interviewer lui suggère à la place le mot « antisioniste » et M.T enchaîne« Oui je suis antisémite et antisioniste ». http://conspiracywatch.info/Le-monde-vu par-Mikis-Théodorakis_a625.html.

          Déjà le 4 novembre 2003, lors d’une conférence de presse pour la promotion de ses livres , Théodorakis à accuser les juifs d’être à la « racine du mal » etc. 

          Je vais souvent en Grèce et je puis dire ,ici, sur Agora Vox que certaines de ses déclarations avaient choqué une grande partie des intellectuels qui mettaient cela sur l’âge et les aigreurs.

          Ce qui est extraordinaire, le compositeur grec n’a jamais abordé les massacres des « Grecs du Pont » premier génocide des Ottomans avant celui des Arméniens. Ni l’occupation par la force en 1974 de Chypre du nord par les Turcs.



        • Aldous Aldous 16 septembre 2012 09:22

          Votre affirmation est fausse.

          Théodorakis, auteur d’une cantate nommé Mauthausen en mémoire de la Shoa, a répondu a ces attaques stupides :

          Il suffit de dire, par erreur manifeste, dans une interview de trois heures, “antisémite” au lieu d’“antiraciste”, et on s’empare d’une seule et unique phrase dont on isole un mot, brandi comme un étendard, tout simplement pour servir l’intention de m’incriminer. Depuis combien d’années était-on aux aguets pour une simple erreur ? Le mot “antisémite” correspond-il vraiment à ce qui suit ? “J’aime le peuple juif avec lequel nous avons vécu et souffert en Grèce pendant des années et je hais l’antisémitisme.” Je suppose que mes différents ennemis se sont bien gardés de citer ces paroles. Et pourtant, c’est exactement la phrase que j’ai prononcée. Ce n’est pas quelque chose que je viens d’inventer, après-coup, en guise d’alibi. Il en est ainsi, et il est facile de le prouver de façon incontestable en écoutant toute la phrase, exactement comme je l’ai prononcée et non pas en la tronquant comme l’ont voulu mes adversaires."

          J’ajoute qu’à la demande d’Arafat, il a aussi composé un chant en hommage aux souffrances palestiniennes, et que les Palestiniens en on fait leur hymne national.

          Ce qui explique sans doute la campagne de calomnie qui lui est tombé dessus.

          Dans un monde dirigé par des injuste, les justes sont des ennemis.


        • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 10:48

          Ceci étant dit et quoiqu’en pense l’auteur, cet article démontre qu’il est grand temps de passer aux centrales nucléaires de quatrième génération fonctionnant au thorium pour éviter les tensions géopolitiques et les guerres de l’énergie.

          http://fr.wikipedia.org/wiki/Thorium

          Avec ceci il ne devrait plus jamais y avoir de tensions :

          http://fr.wikipedia.org/wiki/R%C3%A9acteur_nucl%C3%A9aire_%C3%A0_sels_fondus

          A condition de ne pas militer pour la décroissance évidemment !


          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 10:57

            En plus, on serait en mesure d’être de nouveau en mesure de vivre sans avoir besoin du reste du monde tout en ayant une balance commerciale positive qui ferait qu’on accéderait à un nouvel ( pour autant que ça ait existé au néolithique ) âge d’or de l’humanité.


          • Aldous Aldous 12 septembre 2012 11:13

            Je n’ai rien dit cincernant les reacteurs au Thorium.


            Il sont sans doute moins nocifs que ceux a l’uranium et au MOX, mais comme ils ne produisent oas de plutonium, ils n’ont guère été encouragés par le congloméra militaro-industriel.

            C’est pourquoi, ils ne sont pas -semble-t-il- parvenus à une maturité permettant l’exploitation industrielle.

            Ils produisent cependant des dechets nucléaires, en moindre quantité, a ce qu’on dit.

            Bref c’est un autre débat.

            Moi je suis convaincu que le nucléaire tel qu’il existe est une monstruosité, et je n’ai pas attendu Fukushima.

            Je ne condamne pas à priori le nucléaire dans des formes qui n’existent pas encore. Mais le principe qui consiste a dire : on construit et on verra plus tard ce qu’on fait des dechets ou des pollutions n’est pas acceptable.





          • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 11:26

            D’après les liens que j’ai mis, il n’y a pas de déchets à longue durée à stocker on ne sait où et en plus, ce genre de réacteurs pourrait consommer le plutonium qui est le « déchet » nucléaire actuel qui nous pose des problèmes.

            Que du bonheur quoi !


          • rastapopulo rastapopulo 12 septembre 2012 23:31

            Savoureux paradoxe de voir les antinuk obligés d’être contre le recyclage des déchets radioactifs : http://www.nuclearforum.be/sites/default/files/content/documents/05032010_f r.pdf

            Autrement il me semble que le besoin de plutonium dans la réaction souscritique du thorium explique aussi le choix de la filière uranium au départ. Mais avec nos déchets radioactifs actuels, c’est 2000 de carburant sans excavation pour la France des centrales à thorium. Vu le recours au charbon pour fondre l’acier des zozoliènne ou purifier le sillicium des photovoltahiiiiic, je me marre en pensant aux gens qui sont contre.


          • lsga lsga 12 septembre 2012 11:08

            Intéressant.


            Manque des liens et des sources ceci dit. 

            Mais très intéressant.

            • Aldous Aldous 12 septembre 2012 11:16

              La plupart sont en grec. J’ai donc trouvé inutile de les publier.


            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 11:28

              Mon Grec se limite malheureusement à des phrases simples du genre : « dhouste mou ton lochariasmo ».

              Mais ça leur faisait vachement plaisir d’entendre ça plutôt que des beuglements du type « die rechnung bittte » .


            • lsga lsga 12 septembre 2012 11:54

              merci beaucoup pour les liens. 


              Il faut faire un max de bruit autour de votre article. 

            • Aldous Aldous 12 septembre 2012 13:04

              C’est logariasmo, pas lochariasmo !


              Vous apprenez avec la méthode à Mimile ? smiley










            • Alois Frankenberger Alois Frankenberger 12 septembre 2012 14:00

              Rhoo, non, je dois humblement vous avouer que je me suis honteusement contentée des phrases toutes faites ( en écriture latine encore bien ) du guide bleu hachette.

              Mais les Grecs rencontrés ont apprécié l’effort.


            • Aldous Aldous 12 septembre 2012 15:54

              Je vois, c’est le genre de guide où la prononciation passe avant l’orthographe.

              Ma foi, du moment qu’on vous apportait l’addition, c’est le principal.


            • ZEN ZEN 12 septembre 2012 11:38

              Trés intéressant, je ne connaissais pas
              Ça gaze...
              Sauf à Gaza... smiley


              • Aldous Aldous 12 septembre 2012 12:54

                Ben non en effet !


                Quand on parle de cette région, la presse française se contente de publier les opinions de BHL, le BHV de la pensée...

              • Yves Dornet 12 septembre 2012 11:41

                Ce qui rassure c’est de savoir que la France possède la 2é surface maritime mondiale (11 millions Km2) derrière les USA.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès