Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Prix Nobel à l’Union Européenne : un challenge pour la question du (...)

Le Prix Nobel à l’Union Européenne : un challenge pour la question du Tibet

Le 12 octobre 2012, le Prix Nobel de la Paix fut attribué à l'Union européenne (UE). Si la construction et l'élargissement européens ont constitué des facteurs de paix en Europe, le comité Nobel norvégien est resté silencieux quand au rôle de l'UE dans la résolution de conflits au-delà des frontières de européennes. Ainsi, dans le cas du conflit sino-tibétain qui remonte à 1950, l’efficacité de l’Europe est mise en question par la dégradation de la situation au Tibet et l’échec du dialogue bilatéral avec la Chine sur les droits de l’homme. Les sénateurs du groupe Tibet demandait récemment la nomination d'un Représentant spécial pour le Tibet auprès du Haut Représentant de l'UE, une nomination souhaitée depuis longtemps par les Tibétains dans leur lutte non-violente visant à engager un dialogue constructif avec la Chine sur la question du Tibet.

Les sénateurs du Groupe d'information internationale sur le Tibet ont proposé une Résolution européenne à la Présidence du Sénat le 28 septembre 2012, car la situation au Tibet s’est aggravée de façon dramatique, et requiert plus d’attention de la Communauté internationale et de notamment de l'Europe.

Depuis l'invasion du Tibet par la Chine en 1950, la communauté internationale n'a pas apporté de réponse à la hauteur du problème sino-tibétain, et laissa le peuple tibétain subir la politique dictée par les gouvernements chinois successifs, de Mao à Hu Jintao. Les Tibétains en exil, dont le Dalaï lama, porte parole d'un peuple en sursis, rapportèrent les souffrances des leurs, restés au Tibet sous le joug d'un régime colonial, tout en appelant au dialogue avec constance et détermination, faisant évoluer les Tibétains en exil vers une démocratie parlementaire, jusqu'à la retraite du Dalaï lama et son remplacement par le Premier ministre de l’Administration centrale tibétaine en exil élu en 2011.

La dégradation de la situation au Tibet est, pour une part, une conséquence de la faiblesse du soutien internationale, en dépit d'un engouement pour la lutte non-violente des Tibétains en exil, et pour leur progression remarquable vers la démocratie. Depuis les manifestations au Tibet en 2008, les demandes de liberté des Tibétains n'ont rencontré qu'une répression brutale des forces de sécurité chinoises. La politique chinoise au Tibet s'est rigidifiée, et des discussions tibéto-chinoises débutées en 2002 se sont arrêtées en 2010.

La recherche d'une solution négociée, dans l'intérêt mutuel des deux parties semble s'éloigner. Depuis 2 ans, la situation est tellement désespérée que plus de 50 Tibétains se sont immolés par le feu, réclamant le respect de leurs droits.

La question tibétaine est régulièrement abordée par l’UE dans son dialogue bilatéral avec la Chine sur les droits de l'homme. Cependant, force est de constater l’absence d'amélioration des droits humains en Chine, et même leurs dégradations au Tibet. Il est indispensable que l'UE trouve des moyens efficaces pour promouvoir les libertés fondamentales des Tibétains, et le dialogue tibéto-chinois.

En 1997, les États-Unis nommèrent un Coordinateur spécial pour le Tibet, développant une politique relative à la question tibétaine cohérente et solide qui n'a pas nui à la qualité de leurs relations avec la Chine.

Les sénateurs de la France soutiennent la nomination d'un Représentant spécial pour le Tibet auprès du Haut Représentant de l'UE pour les affaires étrangères et la politique de sécurité pour promouvoir la coordination politique au sein de l'UE pour des actions cohérentes visant à faire progresser les droits humains et les libertés des Tibétain, promouvoir le dialogue entre le gouvernement de la Chine et l’Administration centrale tibétaine en exil et promouvoir la solidarité de l’UE avec les réfugiés tibétains. Depuis l’attribution du Prix Nobel de la Paix à l’UE, l’absence d’une telle nomination semble être une lacune qui semble d’autant plus nécessaire de combler qu’en encourageant la lutte non-violente des Tibétains, cet exemple de lutte pacifique pourrait inciter d’autres mouvements moins pacifiques ailleurs dans le monde à s’en inspirer.

Puisse les sénateurs être entendus, non seulement en France, mais aussi dans les autres pays de l’UE.


Moyenne des avis sur cet article :  3.22/5   (9 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • amipb amipb 20 octobre 2012 07:57

    Malheureusement, je pense qu’il n’y a pas grand chose à en attendre, l’Europe étant depuis quelques temps dépendante des investissements chinois et bien plus focalisée sur la « crise » actuelle que sur les droits humains et leur respect de par le monde.

    Le Tibet est, depuis quelques mois, totalement fermé aux étrangers et peu d’informations filtrent. 55 immolations ont eu lieu depuis 1 an et demi et, désormais, la police a ordre de tirer sur celles ou ceux qui s’immolent, ajoutant à la folie du geste l’absurdité de la politique chinoise. Certains tibétains rapportent même que l’essence est désormais interdite à la vente dans quelques régions.

    Quand donc s’arrêtera cette folie ?


    • amipb amipb 20 octobre 2012 13:47

      Vous constaterez, une nouvelle fois, ces votes négatifs, purs réflexes de personnes qui pensent que les tibétains peuvent être sacrifiés sur l’autel de leur idéologie, qu’elle soit anarchiste, communiste, ou plus bêtement anti-cléricale.

      Finalement, ces anti-cléricaus tombent dans le même piège que certains religieux. Au nom d’une idéologie, ils interdisent à certains peuples ou à d’autres groupes idéologiques d’exister.


    • Bill Grodé 20 octobre 2012 16:29

      ALors là, bravo ! Premier article intelligent que je lis ici sur ce prix Nobel de la paix à l’Union Européenne.
      Vous parlez de paix et non d’économie.
      Presque tous les autres font la confusion entre paix et économie ou peut-être lisent -ils « paix sociale », auquel cas il leur faut des lunettes.
      Par ailleurs sur le fond, vous avez raison : l’Europe se couche devant Pékin (et ses contrats) , alors qu’encourager une lutte NON VIOLENTE resterait conforme à l’esprit de ce Nobel.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès