Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le programme nucléaire iranien : un instrument de la politique étrangère de (...)

Le programme nucléaire iranien : un instrument de la politique étrangère de l’Iran ?

Depuis 2003, le programme nucléaire iranien a fait couler beaucoup d’encre et inquiète le monde. Les dirigeants iraniens ont agi avec opportunisme depuis 2003 et ont réussi à faire de l’Iran un partenaire quasi incontournable dans la région. En quoi le programme nucléaire iranien est-il un instrument de la politique étrangère de l’Iran ?

La semaine dernière l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) et la République islamique d’Iran (RII) se sont accordés sur leur plan de travail visant à résoudre les interrogations sur le programme nucléaire iranien. Mohammed El-Baradei a déclaré, en marge d’une réunion du Conseil des gouverneurs de l’AIEA, que c’était la première fois que l’Iran avait donné son accord à un plan de travail visant à résoudre les sujets en suspens ; ce qui était "un pas important dans la bonne direction"[1]. Il a également renouvelé son appel à un double-arrêt, celui des sanctions et des activités d’enrichissement, afin de laisser la place à la négociation. Plusieurs pays ont salué ces accords : le Brésil, la Chine et d’autres pays du Mouvement des non-alignés ont exprimé leur satisfaction à voir privilégiée la négociation[2]. Ces félicitations sont de petites victoires diplomatiques pour l’Iran, qui sort ainsi peu à peu de son isolement sur la scène internationale. Comment l’Iran a-t-il réussi à faire de son programme nucléaire une des composantes de sa politique étrangère ?


Le rôle du programme nucléaire en diplomatie

Selon Nader Barzin, la divulgation en 2003 de la capacité d’enrichissement de l’Iran sert ses propres intérêts. En rendant public son programme nucléaire - après des fuites sur celui-ci dans la presse - l’Iran profite d’un environnement diplomatique international favorable pour servir son dessein. Les Etats-Unis, en position difficile dans la région et vis-à-vis de ses partenaires, se voient obligés d’admettre les développements iraniens. Ce programme nucléaire sert également de "capacité de dissuasion virtuelle" contre les menaces extérieures que ressent l’Iran. Il permet aussi à la RII de montrer "sa bonne citoyenneté internationale"[3]. L’Iran, agissant dans le cadre du TNP, se place dans le cadre du droit international. En acceptant récemment de signer un protocole visant à clarifier les buts poursuivis par son programme nucléaire, la RII montre sa bonne volonté pour aller plus loin dans ce sens. Parallèlement, certains dirigeants iraniens fustigent toujours l’attitude des Etats-Unis vis-à-vis du droit international. Dans son dernier sermon du vendredi, le guide suprême, Ali Khamenei, a même souhaité voir les Etats-Unis traduits devant un tribunal international pour leur conduite en Irak[4]. Pour Tariq Ali, c’est l’Iran qui est le principal bénéficiaire des actions américaines en Irak. L’écrivain pakistanais pense en effet que l’Iran est le principal bénéficiaire de la guerre contre le terrorisme. En ne participant pas aux actions américaines en Afghanistan et en Irak, ils ont laissé les Etats-Unis s’occuper des Talibans et de Saddam Hussein, ennemis de Téhéran. Les Iraniens, opportunistes, cherchent maintenant à profiter de la situation de faiblesse de Washington, qui s’est empétrée en Irak et en Afghanistan. Et la tension monte entre les deux puissances[5].

L’Iran n’a de cesse aujourd’hui de faire reconnaître à la communauté internationale son droit à développer une technologie nucléaire civile. Et ce malgré l’opposition virulente des Etats-Unis, et maintenant de la France. Bernard Kouchner le dimanche 16 septembre, s’est tourné vers la "rhétorique martiale" selon la ministre autrichienne des Affaires étrangères, Ursula Plassnik[7]. Le lundi 17 septembre, Reza Aghazadeh, rappelait dans une déclaration à la 51e conférence générale de l’AIEA les justifications de l’attitude iranienne sur le sujet du nucléaire. Le programme nucléaire a démarré à l’époque du Shah, suite à la préoccupation de trouver une source d’énergie alternative au pétrole. Aghazadeh a également évoqué le contentieux Eurodif. Selon l’accord initial, cette participation de l’Iran, à partir de 1975, dans l’usine européenne d’enrichissement de l’uranium lui donnait droit à une partie de la production d’uranium enrichi à Tricastin. Cet accord ne sera jamais respecté, et donnera lieu à des tensions diplomatiques et à des attentats en 1985-1986. Le discours d’Aghazadeh souligne ensuite la fierté iranienne de devenir une nation développée malgré les obstacles qui lui ont été opposés depuis cinquante ans[6]. Aghazadeh rappelle encore le droit international, selon lequel l’Iran a le droit de développer sa propre technologie nucléaire à usage civil, et invite les Occidentaux à ne pas choisir la confrontation, mais la coopération et la négociation.

L’Iran profite de toutes les opportunités pour gagner du terrain

Les Iraniens multiplient le recours à la patience en alternant la bonne volonté et la fermeté dans leur position face à la communauté internationale. Alors que le temps continue à s’écouler, l’Iran continue à poser les jalons de sa course au statut de puissance internationale. Sur le plan économique, son marché intérieur intéresse les Chinois et les Européens. Renault a par exemple lancé avec succès la Tondar-90, une Logan fabriquée en Iran en juin 2007 [8]. Les produits iraniens ont acquis une place prépondérante en Irak. Les ressources gazières iraniennes intéressent l’Arménie, la Géorgie, l’Inde ou la Chine. Les ressources pétrolières, et la position de l’Iran au sein de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) lui permettent d’essayer d’influer sur les prix du baril de pétrole. L’Iran, sous le coup de sanctions économiques depuis l’adoption des résolutions 1737 et 1747 du Conseil de sécurité, applique en retour des sanctions économiques. Le ministère iranien du pétrole a récemment décidé que la participation de Total au projet gazier South Pars devait être reconsidérée, et ce quelques temps après le retrait de plusieurs grandes banques françaises en Iran.
Selon un document de l’Organisation des Nations unies (ONU), l’Iran planifierait même de porter sa candidature à un siège de membre temporaire du Conseil de sécurité en 2009. Selon certains diplomates, cette candidature semble être une provocation alors que des résolutions de ce même Conseil de sécurité visent la RII[9].

L’Iran, comme l’Occident, manient la carotte et le bâton depuis presque cinq ans au sujet du nucléaire iranien. Deux idées se partagent la scène, à tour de rôle. L’une est celle de la confrontation ; l’autre celle de la coopération internationale. La confrontation, au vu des déclarations récentes en provenance des Etats-Unis, de la France ou de leurs partenaires, trouve de plus en plus d’adeptes dans les gouvernements occidentaux.

Début septembre 2007, Ali Akbar Rafsandjani, ancien président de l’Iran et ancien adversaire de Mahmoud Ahmadinejad à la course à la présidence, a été élu à la tête de l’Assemblée des experts. Rafsandjani est un réformiste, et selon certains analystes, sa victoire représente un tournant majeur dans la politique iranienne. L’Assemblée des experts, une institution-clé du régime iranien, est désormais divisée en deux factions[10]. Celle de Rafsandjani et des réformistes, partisans de la négociation et de l’ouverture, et ceux de Ahmad Jannati, le mentor de l’actuel président Ahmadinejad, partisans d’une ligne dure. Rafsandjani pourrait mettre à profit sa nouvelle charge pour atténuer les positions d’Ahmadinejad, particulièrement en politique étrangère.

L’Iran et les Etats-Unis, en adoptant un discours relevant d’une morale guerrière, se poussent mutuellement dans un guerre à mort. N’étant pas en capacité de s’exterminer l’un l’autre, les deux pays se livrent à une guerre larvée, faites de déclarations fracassantes, d’enlèvements, de déstabilisation. Et quand d’autres pays se joignent à cette vendetta, cette guerre pourrait devenir interminable.

Notes :
[1] : IAEA Staff Report, Board of Governors Considers Safeguards Implementation in Iran. IAEA Chief Talked to the presse on latest developments, 12/09/07
[2] : Dépêche IRNA : Brazil backs Iran-AIEA agreement, 16/09/07. Voir aussi Daily Times,
«  China welcomes Iran-AIEA deal », 14/09/07
[3] : L’économie politique de développement nucléaire en Iran, Nader Barzin, thèse en socioéconomie de développement de l’EHESS, 2004
[4] : Dépêche IRNA, Supreme Leader : US should be tried at an international court, 14/09/2007
[5] : Interview avec Tariq Ali, Inter Press Service, 16/09/07
[6] : Aghazadeh remonte implicitement à la crise survenue suite à la nationalisation du pétrole par Mossadegh en 1953, évènement qui a marqué l’histoire iranienne sur la scène internationale. Voir son discours complet sur le site de l’IRNA
[7] : « 
Iran : le chef de l’AIEA appelle au calme », Le Figaro, 17/09/2007
[8] : « First Iranian-made Renault Logans hit the road », Middle East Times, 13 juin 2007
[9] : MP terms negotiation Iran’s main strategy to solve nuclear issue, Dépêche Fars News Agency, 17/09/2007
[10] : Kimia Sanati, Rafsandjani, the man to watch
, Inter Press Service, 14/09/2007





Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (18 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • caramico 20 septembre 2007 19:06

    Et alors, M. Jacob, qui ça gène ?


  • forum123 21 septembre 2007 09:19

    A propos du titre de l’article « un instrument de la politique étrangère de l’Iran ? », je pense aussi que c’est un instrument de politique intérieur. De plus le régime des mollahs sent peut être le besoin d’un parapluie nucléaire façe aux USA/Israel qui sèment délibérément le chaos au moyen-orient.

    M kouchner, M Elie Weisel(liban 2 aussi), M Enrico Macias ont utilisé leurs images d’hommes de paix pour prêché en faveur de la guerre Irak2 dans les médias Francais.

    Pourquoi faut il toujours que les sionistes légitiment toujours les guerres contre les pays musulmans ?


  • O.Z.Acosta 20 septembre 2007 15:30

    Vous croyez vraiement que « le monde libre » va laisser cela faire !!!! Même l’Allemagne a déclaré que l’Iran n’aurais jamais la bombe quitte a faire la guerre.

    Si vous croyez que la France ne peut pas faire la guerre en Iran, c’est que vous avez oublié que la France à une armée de métier depuis 1993.

    De plus la technique Française (consistant a prévenir la population d’une zone d’evacuer et ensuite de tuer tout ce qui est vivant après expiration) à été salué par les militaires americains en Afganistan.

    Nous sommes des Barbares qui allons tuer des Barbares pour lui prendre ses biens ( Pétrole, Uranium, position strategique).

    La pseudo-guerre Israël-Liban de 2006 été juste un essai pour voir les forces adverses ( les islamistes libanais étaient financés et armés par l’Iran alors que les israëliens étaient armés par les USA ), le resultat l’Iran ne tiendra pas 5 jours face à la coalition de l’europe et des USA.

    Maintenant es ce que cette guerre est juste ? bah non aucune guerre n’est juste mais a force de menacer le monde pour faire monter le prix du pétrole on se prend des bombes.Seulement avec l’état de la planete, la surpopulation nous sommes tous condamné a plus ou moyens terme alors mourir sous les bombes ou par les élements déchainées de notre planete ca reviens au même.

    Z


    • non666 non666 21 septembre 2007 09:51

      « Sauf que...ISRAEL est la terre ancestrale des HEBREUX...contrairement à l’état palestinien qui n’a jamais existé. »

      La Palestine n’a jamais été UNIQUEMENT la terre des hebreux.

      Meme si on croit la Bible, cette terre est prise a d’autres. (David, Goliath, les philistins, tout ça , tout ça) Meme si il y a eu des royaumes Juifs, ils n’ont été ni les premiers, ni ceux qui ont régné le plus longtemps, ni dominé completement la terre qu’Israel revendique. Les juifs n’ont jamais non plus dominé demographiquement cette region.

      Donc OUI, vous venez bien de la bas, mais vous n’etes pas les seuls... Dans notre immense sagesse, nous autres civilisés europeens et nos « cousins » envahisseurs de l’Amerique nous vous avons autorisé a creer un Etat sur la moitié de la Palestine. Ce sont les accords de 1947. La carte etant visible sur le site de l’ONU c’est incontestable.

      Vous avez juste un peu debordé de vos frontières. Il va falloir retourner chez vous maintenant OK ? Et si le Blut, Erde et sprache est legitime et justifie une terre pour les juifs, que font encore vos soutiens qui se reclame d’israel sur la notre ?

      Vous seriez partout chez vous et nous autres gaulois, nous serions prié de ne pas avoir l’usage exclusif de notre territoire qui vous semble si naturel chez vous ?

      Quand aux autres autochtones, les palestiniens, ils seraient prié de disparaitre pour vous laisser la place ?

      Ce n’est pas parce qu’on a été un peuple de victimes, qu’on a ledroit de devnir un peuple de bourreaux.


    • non666 non666 21 septembre 2007 09:58

      La seule chose qui gène les etats unis , c’est que l’Iran utilise exactement les methodes qu’ils ont eux memes pratiqué et qu’ils justifient egalement pour Israel...

      Au nom de quoi comdamnerions nous la bombe iranienne et accepterions nous celles d’Israel qui ne respecte aucune decision de l’ONU ?

      Au nom de quoi comdamnerions nous l’Iran alors que les etats unis qui nous le demande sont en violation du droit internationnal sur l’Irak ?


    • moebius 20 septembre 2007 21:40

      ..« quand d’autres pays se joignent à cette vendetta cette guerre pourrait devenir interminable » c’est votre conclusion. De quel vendetta et de quel guerre voulait vous parlez ? Ce sont ces négociations qui sont interminables. les bombes, la capacité d’en fabriquer une, le risque qui en découle d’une prolifération a partir de l’Iran et donc d’une rupture de l’équilibre de la terreur sur lequel repose la paix mondiale est l’argument qui entre dans le cadre de la négociation et de la diplomatie. La région par ses enjeux est le centre conflictuelle de toutes les tensions planétaires. Mais vous en parlez comme d’une « vendetta » comme si cette gueguerre était l’affaire d’un sentiment belligeux, qui reléverait plus de la psychologie que des équilibres géopolitiques et de leur possible rupture


      • manusan 21 septembre 2007 03:39

        une info tombée dans l’oublis : fin des années 70 le chah d’iran commande une centrale nucléaire (2 tranches de réacteur) à la France (framatome). A cette époque pas de soucis.

        L’Iran paye mais se retrouve en pleine révolution islamique avant que les réacteurs ne soit livrés.

        2 des tranches de la centrale de gravelines ont ainsi été gracement payé par l’Iran.

        merci les Perses, au fait un EPR ça vous tente ?


        • Pierrot Pierrot 21 septembre 2007 10:05

          Bonjour,

          Je fais confiance à l’AIEA (Agence Internationale de l’Energie Atomique) filiale de l’ONU. En effet, l’AIEA a des experts internationaux (dont des Français) de haut niveau et compétents dans le domaine nucléaire dont c’est le métier de base (salariés du CEA, IRSN, ASN pour les Français). Ils ont procédé à de nombreuses inspections sur plusieurs site nucléaires iraniens.

          Leur conclusion actuelle est nette : ils n’ont pas décelé d’activités illégales en Iran mais demande de poursuive leur investigations selon le TNP (Traité de Non Prolifération) dont l’Iran est toujours membre.

          Ce n’est pas le seul avis de son admirable directeur général (M. El Baradeï, prix Nobel de la Paix)) mais celui des 17 directeurs de l’AIEA travaillant aux titres des « Garanties » et de l’ensemble des inspecteurs.

          Certes, certains points demandent des explications à ce jour.

          Je rappelle que l’enrichissement de l’uranium 235 jusqu’à un taux de 5 % est légal et pratiqué par de nombreux pays (en autres France, Allemagne, Pays Bas, Chine, Inde, Brésil, Argentine, USA, Russie, Japon, Afrique du Sud, Taiwan, Corée du Sud etc.) dont les plus nombreux n’ont pas de bombe atomique.

          Seuls des « experts autoproclamés », des journalistes ignares et autres agences d’espions affirment le contraire.

          Si ces incompétents ont une esquisse de début de preuve de la fabrication de bombe atomique iranienne, qu’ils les présentent ou qu’ils se taisent.

          Essayons de raisonner rationnellement avec notre cerveau afin de démêler la vérité du mensonge des va-en-guerre ignorants et/ou pervers.

          Bonne journée.


          • non666 non666 21 septembre 2007 15:40

            « Cette région est instable... » ==> c’est pour cela que nous ne voulons d’aucun des pays de ce coin pourri dans notre paradis europeen... Vous n’imaginiez tout de meme pas que l’on vous accorderait le droit de circuler librement CHEZ NOUS alors que CHEZ VOUS , meme les autochtones palestiniens ne sont pas libre de circuler...

            « la démocratie n’est qu’un mot... » C’est un peu comme l’afrique du sud, si l’on prends le point de vue des afrikaneers blancs de l’apartheid, la Republique sud-africaine etait la seule democratie d’afrique. Il suffisait de ne pas tenir compte des noirs... Et bien Israel, c’est exactement pareil avec les palestiniens.

            « les mollah au pouvoir en Iran ne jurent que par Allah... » Quand a israel, c’est un pays laic et athée, c’est sur !(rire de la foule)

            « l’Iran n’attaque pas de front, ce serait la guerre ouverte mais l’Irak, la Syrie, le Liban, le hezbollah et le hamas ce n’est pas un rêve mais une triste réalité. L’Iran est un Iran de conquête... »

            Sauf erreur que n’importe qui pourra relever, l’Iran est toujours dans ses frontières legales et n’occupe aucun territoire etranger non ? Qu’en est il d’israel, des frontières legales(reconnues par l’ONU) de la Cisjordanie, de gaza , de la judée samarie, de jerusalem ?.... Qu’en est il du plateau du golan ?

            Alors l’Iran POURRAIT etre perçu comme VERBALEMENT agressif. Pour Israel, cela ne fait pas de doute, c’EST un pays agressif , ou comme vous le dites une israel de conquete.


          • alikadfr 22 septembre 2007 00:51

            Monsieur JACOB,

            De grâce,

            Achetez vous quelques neurones.

            Surtout qu’en ce moment il y des promotions intérssante chez TF1 ou Fox News !


          • non666 non666 24 septembre 2007 15:47

            Votre talent pour nous expliquer pourquoi les ennemis d’israel devraient etre les notre est indeniable.

            Un lien entre alquaida et l’Iran , que c’est nouveau et instructif, juste au moment ou un des vôtres essait de nous pousser dans une verbale guerrière avec l’Iran...

            Bon, vous prenez vraiment les goyims pour des cons ou je me trompe ?

            Abuser de techniques de propagande les rends decelables, je ne vous l’avais pas deja dit ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès