Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Qatar, phare du néo-libéralisme

Le Qatar, phare du néo-libéralisme

L’Organisation Internationale du Travail a donné 12 mois au Qatar pour mettre fin à l'esclavage des travailleurs migrants, sinon, il pourrait « faire l’objet d’une éventuelle commission d’enquête des Nations Unies ». Quelle terrible menace !

Cet « avertissement » est le résultat d’une enquête formelle par l’OIT ce mois-ci sur les allégations de travail forcé dans l’Etat du Golfe (propriétaire du PSG) où se trouvent des travailleurs migrants bloqués pendant des mois sans salaire et dépouillés de leurs passeports. La délégation, conduite par l'ambassadeur du Japon auprès des Nations Unies à Genève, M. Misako Kaji, a rencontré les travailleurs sans papiers qui n’avaient pas accès aux soins de santé gratuits et étaient profondément endettés. Ils ont également contrôlé l'hébergement des travailleurs qui ne "répond pas, et de loin, aux normes minimales, consistant en logements de 10 à 12 travailleurs par petite pièce insalubre, cuisine et des installations sanitaires sommaires".

L'OIT a demandé au Qatar d'agir à propos du traitement des travailleurs les plus vulnérables et d’entreprendre des changements législatifs faute de quoi l’organisme pourrait décider en Mars 2017 de lancer une « commission d'enquête ».

Le Qatar a promis d'introduire une nouvelle loi dans quelques mois pour mettre fin au système de « kafala » (1) en vertu de laquelle les travailleurs migrants ne peuvent travailler que pour leur patron et n’ont pas la liberté de changer d'employeur ou de quitter le pays sans l'approbation de leurs « protecteurs », ce qui revient à des conditions assimilables à l'esclavage moderne pour la plupart des 1,5 millions de travailleurs migrants au Qatar.

Le Premier ministre du Qatar, M. Abdullah bin Nasser bin Khalifa Al Thani, a affirmé que le Qatar fait face « un grand défi sur le front du travail », mais il a affirmé que les principales questions étaient dues aux pratiques de recrutement dans les pays d'envoi de main-d'œuvre.

La délégation de l’OIT a constaté que le Qatar n’agissait pas pour que cesse la pratique de confiscation des passeports ni pour interdire le paiement de frais de recrutement élevés par les travailleurs, ce qui les met dans une situation d’endettement insurmontable.

L'action de l’OIT donnait suite à une plainte d'une douzaine de pays, dont le Royaume-Uni, la France, le Pakistan et le Canada, accusant le le Qatar de ne pas respecter la convention des Nations unies sur le travail forcé en affirmant : « dès le moment où les travailleurs migrants commencent le processus de recherche d'un emploi au Qatar, ils sont entraînés dans un système de forte exploitation qui facilite le recours au travail forcé par leurs employeurs : substitution de contrat, frais de recrutement accompagnés de prêts à intérêt élevé, confiscation de passeports ». En outre, ont déclaré les pays cités, "Le Qatar ne parvient pas à maintenir un cadre juridique suffisant pour protéger les droits des travailleurs migrants, conformément au droit international ni même à faire respecter les protections juridiques qui existent actuellement. En particulier, la loi de parrainage, une des plus restrictives dans la région du Golfe, facilite le travail forcé, entre autres choses, ce qui rend très difficile pour un travailleur migrant de quitter un employeur abusif."

L'OIT a accordé au Qatar le crédit d’avoir pris des mesures concrètes pour le bien-être des travailleurs et constaté l'amélioration de l'hébergement dans « la ville du travail » en cours de construction pour 100.000 travailleurs : "Les chambres mesurant 24 mètres carrés seront partagées par quatre travailleurs. Les bâtiments incluent des cantines, des salles informatiques, une salle de sport et une salle de télévision, et la « Ville du travail » bénéficiera d'installations comme un centre de santé, des magasins, un poste de police et des espaces verts."

La délégation a également apprécié favorablement le nouveau système mis en place pour empêcher le non-paiement des salaires en doublant le nombre de travailleurs payés par virement bancaire, dont bénéficient 90 000 personnes, les travailleurs des grandes entreprises et pas ceux des plus petites.

Madame Sharan Burrow, secrétaire générale de la Confédération Syndicale Internationale, a déclaré : « Le Qatar dispose des moyens financiers pour faire de vraies réformes, assurer un travail décent et des salaires sûrs, et la communauté internationale est prête à aider le gouvernement s’il montre enfin qu'il est déterminé dans ce sens. Ce jour-là est encore à venir, mais la nouvelle décision de l'OIT devrait faire prendre conscience au Qatar que le monde ne sera convaincu que par un changement réel, et non pas par des opérations de relations publiques. "

On aimerait le croire !

________________________________________________________________________

(1) Kafala — Wikipédia

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.58/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

45 réactions à cet article    


  • leypanou 25 mars 15:52

    Et même si l’OIT lance la Commission d’enquête en Mars, cela va changer quoi ? Et si la Commission d’enquête déclare que le Qatar ne respecte pas ce qu’il faudrait, etc, etc.

    Certains pays comme çà peuvent faire pratiquement tout ce qu’ils veulent, tant qu’ils font partie de l’Axe du Bien, rien de bien sérieux ne peut leur arriver, le plus grand crime étant évidemment d’être considéré comme pouvant empêcher l’hégémonie de l’empire, même pas chercher à empêcher l’hégémonie de l’empire.


    • Jonas 25 mars 16:44

       Vous découvrez l’Amérique , cela fait des décennies que ce pays agit comme exploiteur des travailleurs sur son sol. Ce que vous décrivez et archi-connu . Beaucoup de familles qui ont perdu les leurs dans des accidents de travail et ont eu des blessés graves se sont adressés à l’ONU pour signaler leurs cas sans résultats. La Ligue Arabe et l’Organisation de la Coopération islamique se sont toujours arrangés pour que le sujet ne soit pas étudié à l’Assemblée générale. 


      Par ailleurs des pays comme l’Inde, le Bangladesh , Népal , Sri Lanka etc n’ont jamais voulu prendre en considération les plaintes de leurs ressortissants pour ne pas déplaire au Qatar. 
       
      Tous les organismes internationaux le savaient et fermer les yeux , parce que cela ne concerner pas la vitrine qu’est la Coupe du Monde de Football. 

       Rien ne changera et ce confetti d’Etat , trouvera les moyens , grâce à ses nombreux soutiens de faire reculer et même annuler toutes les décisions prises à son encontre. 


      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 25 mars 17:12

        @Jonas

        Les piqûres de rappel ne font jamais de mal.
        Ce qui est nouveau, en tous cas, même si on peut leur accorder la même efficacité qu’un cautère sur une jambe de bois,c’est la position officielle de l’OIT, organe de l’ONU.
        Les courbettes et génuflexions de nos dirigeants (Sarkozy comme Hollande) devant l’Emir du Qatar, symbole de la subsistance du servage sur la planète, en dit long sur leurs propres conceptions en matière de structures sociales.

      • trobador 25 mars 22:55

        @Jonas

        Jonas, il faut rêver, un peu, et toujours surtout ! Personnellement je suis à peu près sûr que le Qatar n’existera plus à la date de cette coupe du monde de foot dont je me contrefiche au passage...


      • Jonas 26 mars 18:44

        @M de Sourcessure

         
        L’Assemblée générale de l’ONU est composée de 193 dont presque 30% ( 29,5%) de pays arabo-musulmans qui s’opposent à tous projets d’amendement mettant en cause l’un des leurs. Voyez ce qui se passe au Yémen où une guerre atroce se passe à huis clos et sans que ce sujet ne soit abordé dans une quelconque cession de la dite Assemblée de l’ONU . 
        Je vais vous donner deux exemples de ce double discours de la France comme de sa presse . 

        1) J’ai soulevé , sur un autre site le double langage d’un grand journal du soir qui distribue des bons et des mauvais points et auquel je suis abonné ., je veux parler du « Monde ». Ce journal étrille les patrons qui font du commerce avec des pays , peu recommandables. Et presque chaque année , il donne le podium cynique des pays qui procèdent aux exécutions . 
        Figurez-vous que ce journal bien pensant a passé une publicité sur l’Iran des mollahs comme suite.« De la Perse d’hier à l’Iran d’aujourd’hui -Voyage d’exception-  Pourtant c’est le même journal qui a écrit que l’Iran bat tous les records d’exécutions sous différents prétextes -Outrage au guide ou simplement parce qu’ils sont sunnites ou kurdes. ( Le Monde du samedi 20 mars 2016) 
        2) Les Frères musulmans sont interdits en Egypte leur ancien leader Mohammed Badié est en prison ainsi que l’ancien président d’Egypte , Morsi et plus de 40 000 adeptes de cette secte. 
        En France , l’imam de la République comme l’appellent certains » idiots utiles« Tareq Oubrou qui se dit toujours membre des » Frères musulmans " avec son organisation OUIF, a lui aussi et bien avant le prince Saoudien été décoré de la Légion d’honneur sur proposition de Manuel Valls à l’époque ministre de l’intérieur en 2012. La décoration lui a été remise par Alain Juppé. 
        Je pourrai longtemps vous nourrir des génuflexions des hommes politiques de la France et de sa grande presse vendues. Un exemple pour la route . La France laïque a signé avec le Maroc dont le roi est Commandeurs des croyants( Amir al-Mouminine) un contrat pour la formation des imams de France. Le Maroc comme chacun sait est un pays qui brille par sa démocratie et son respect pour les droits de l’homme. 



      • Laurent 47 25 mars 18:36

        Au cas où certains l’auraient oublié, je rappelle que c’est l’émir du Qatar ( pays disposant d’énormes réserves de gaz naturel ), qui en 2011, a intimé l’ordre à Bachar el-Assad de laisser passer son gazoduc sur le territoire syrien ( dans les environs d’Homs ), afin de rejoindre la Méditerranée pour alimenter l’Europe par le Sud et contrer Gazprom ( projet Nabucco ).
        Ce gazoduc devait récupérer au passage, dans les environs de Gaza, le deux gisements offshore israéliens Léviathan. La partie turque est d’ailleurs déjà réalisée, mais elle est vide !
        Le refus ( tout-à-fait légitime ) du président syrien a été le point de départ de la guerre en Syrie, car les premiers actes guerriers ont été commis par les rebelles démocratiques syriens ( comprenez les mercenaires financés et armés par tous les pays intéressés par ce gazoduc ), comme par hasard dans la région d’Homs.
        Je pense que nous sommes de plus en plus nombreux à savoir qu’un dictateur sanguinaire comme Bachar el Assad, qui a prétendûment tué des milliards de personnes ( pourquoi pas ? ), doit avoir des charmes cachés pour que 86 % des syriens le soutiennent !
        Petite définition du dictateur, selon les bien-pensants de Washington : dirigeant qui refuse que les richesses naturelles de son pays soit pillées, ou de se plier aux ordres du « maître de l’univers », c’est-à-dire de l’oncle Sam !
        On a pu le vérifier au Vietnam, en Afghanistan, en Irak, en Libye, et ça se vérifie en Syrie...sauf que pour ce pays, l’intervention russe a mis le holà à l’hégémonie de Washington.
        Car les va-t-en guerre du Pentagone se sont vite rendus compte qu’ils ne faisaient plus le poids face à la technologie militaro-industrielle russe, laquelle s’appuie sur des ressources naturelles vitales ( métaux rares, terres rares ) dont les Etats-Unis ne disposent presque plus.
        Seule consolation : Adolf Erdogan pourra toujours se recycler en charmeur de serpent, et se servir de son gazoduc vide comme d’un pipeau géant !
        Vive le Qatar, ce pays que la France ( cette loque ) adore, et qui fournit les maillots du P.S.G. !


        • Auxi 25 mars 19:58

          @Laurent 47
          Adolf Erdogan pourra toujours se recycler en charmeur de serpent, et se servir de son gazoduc vide comme d’un pipeau géant !


          Joli ! Et bien vu…

        • Doume65 27 mars 20:01

          @Laurent 47
          « Le refus ( tout-à-fait légitime ) du président syrien »

          Ce refus est légal, mais pourquoi est-il légitime STP ? Je veux dire, qu’est-ce qui le justifie, à part « je fais ce que je veux, je suis chez moi ? » Qu’y a gagné le peuple syrien ?


        • Odin Odin 25 mars 19:50

          La solution serait de trouver une énergie de substitution

          pour mettre fin à ce despotisme et à ces guerres.

          Qu’ils retrouvent le métier de chamelier en prêchant le wahhabisme 

          dans le désert, le monde ne s’en portera que mieux. 


          • spartakus 29 mars 01:21

            @Odin
            Pour les énergies de substitution, certains comme Eugene Mallove et Stanley Meyer s’y sont essayés l’ont payé de leur vie (des suicides bien sûr...). Même si votre commentaire est aiguisé je pense exactement l’inverse, si tous ces pays du Golf et leur population n’étaient pas couverts et abreuvés de pétrodollars (surtout gazodollars pour le Qatar) j’aurais justement peur que leur wahhabisme ne se transforme en djihadisme pur et dur, le wahhabisme étant le principal mécène idéologique de la culture islamiste que prône Daesh. Si leur population venait à se retrouver sans ressource, pauvres, le terreau deviendrait d’autant plus favorable... « L’Arabie c’est un Daech qui a réussi » dit fort justement Daoud...

            Bizarre qu’on ait encore besoin d’essence à notre époque avec l’électricité et toutes ces nouvelles énergies...

          • damocles 25 mars 20:17

            Tous ces emirats sont des « pays » artificiels crées au 20eme siecle par les britanniques qui ont morcelés des empires plus ou moins organisés pour le benefice des societés petrolières anglo-saxonnes pour la plus part

            .la seule solution est de les dissoudre afin de leur enlever tout pouvoir de nuissance....
            C’est sur ce n’est pas avec les dirigeants que nous avons que ça arrivera....Sarko les a exonérés d’impots en France et Hollande et Valls on dit qu’ils «  leur faisait confiance »...
            .
            A propos , apres les attentats , Bruno Lemaire a rué (un peu) dans les brancards en disant qu’il fallait s’interroger sur le rôle de l’Arabie Seoudite et du Qatar et de nos reations avec ces pays....
            .
            Curieusement la presse est restée silencieuse et ces popos ont été pratiquement occultés....

            • Spartacus Spartacus 25 mars 21:12

              Attention si tu tombes de vélo, ou quand il pleut, c’est le "néo-libéralisme ou l’utra-néo-achi-méta libéralisme....

              Qu’ils y en a a qui utilisent des mots sans en savoir un once....


              • Pyrathome Pyrathome 25 mars 22:58

                @Spartacus
                Le libéralisme, c’est la liberté du gourou de te couper la tête et te crucifier après, si t’es pas d’accord avec lui....


              • Jean Pierre 25 mars 23:53

                @Spartacus
                Travailler au Qatar, c’est forcément merveilleux puisque contrairement à la France, il n’y a pas de contrat de travail, ni de syndicats, ni d’inspection du travail, ni aucun des innombrables obstacles à la liberté dont nous serions, d’après vous, les pauvres victimes. 

                C’est dur à assumer le néo-libéralisme, hein ? 

              • Auxi 26 mars 19:57

                @Spartagugusse


                Spartagugusse, prends tes gouttes, les cachets bleus du docteur, et file dans ta chambre, tu n’as rien à faire sur un site pour adultes ! Allez, plus vite que ça !

              • rocla+ rocla+ 26 mars 20:08

                @Auxi


                Il serait agréable , vu du côté des lecteurs , de renouveler le catalogue 
                de vos commentaires , celui que vous venez de commettre vous l’ avez mis 
                vingt fois minimum . 

                Pensez-vous vous-même  avoir quelque chose à dire à répéter sans 
                arrêt les mêmes âneries ?

              • Xenozoid Xenozoid 26 mars 20:23

                @rocla+


                hahaaahhhhaAAAAAAAHHHGHAAAAHHASHHHHHHHHHHHHHHHHHHHHAHAHAHAHAHAHAHAHAH !

              • Auxi 26 mars 20:59

                @rocla+

                vous l’ avez mis vingt fois minimum . 

                Bien plus que ça ! Mais c’est comme ça avec les malades mentaux : cent fois sur le métier il faut remettre son ouvrage. La thérapie du libéral-fascisme l’exige, je ne fais pas ça pour mon plaisir, mais pour le bien de ce pauvre Spartagugusse. Sinon, il risquerait de devenir boulanger et se prendre pour un cador du CAC 40, alors qu’il ne serait qu’un minuscule patronasson… Ça s’est vu, et quand on est parvenu à ce stade, il ne reste plus qu’à achever la bête.

              • wesson wesson 26 mars 03:15

                Le Qatar c’est un pays ou l’on peut s’enrichir, à condition de pouvoir le quitter.


                Sans déconner, nous n’avons rien à faire avec ces personnes là. C’est Sarkozy qui a fait entrer ça en France, il faudrait voir maintenant à les en faire partir. 

                D’un autre coté, les remplaçants de Sarkozy ont eux fait rentrer les Saoudiens, qui ne valent guère mieux.

                • elpepe elpepe 26 mars 03:38

                  Ils font le salut nazi au Quatar ? ca va plaire a Hollande, ils vont pouvoir echanger leurs soldats de plomb


                  • Jeekes Jeekes 26 mars 09:16

                    @elpepe
                     

                    Pas du tout c’est une quenelle inversée ! 

                  • fred.foyn Le p’tit Charles 26 mars 07:47

                    Nos politicards-vicieux, ne fréquentent uniquement des gens véreux...C’est le b a ba qu’ils apprennent à l’ENA.. !


                    • eric 26 mars 10:32

                      Encore un article sur la loi el Khomeri ?

                      Le dialogue devient de plus en plus difficile avec nos compatriotes des gauches bornées et incultes post-after-néo-stalino-fascistes....

                      Rappelons que le Quatar est : une monarchie, absolue, de droit divin, propriété privée d’une famille de commerçant......fondée au départ sur des population d’éleveurs nomades et de pécheurs tribaux...
                      https://fr.wikipedia.org/wiki/Qatar

                      A ce stade, on pourrait titrer sur « le Qatar phare du socialisme », on serait quasi plus dans le réel !

                      En effet, travail forcé, interdiction de sortir du pays sans autorisation, imprégnation idéologique forte de tous les aspects de la vie quotidienne, absence de production et d’agriculture et vente de matières premières pour survivre, budget de défense disproportionné. On pourrait même parler de « socialisme réel », tant cela rappelle les heures les plus sombre de notre histoire...

                      Conclusion ? L’auteur est indifférent aux réalités qataries...son sujet est de « prouver » que le libéralisme est un esclavagisme...Et vice versa....Au fond, la Suède ou le Qatar ne sont que deux aspects du El Khomrisme holandien....

                      Il y a aussi des relents assez nauséabonds d’islamophobie. El Khomeri est arabe et musulmane, Al Tani aussi, hollande copine avec les deux, et tous sont esclavagistes ! Un hasard ? Je ne le pense pas ! L’auteur ne le dit pas, et c’est très suspect...

                      Bref, le libéralisme, dans la weltanshaung un peu limité de l’auteur, c’est tous ce qui est mauvais, méchant, mal...

                      Comprenez vous que votre attaque du libéralisme eut été plus pertinente si elle reposait sur un parallèle entre la polygamie instantanée de l’émir et celle étalée dans le temps de votre président ?


                      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 26 mars 10:38

                        @eric

                        Oui, je comprends.
                        J’aurai grand plaisir à lire votre papier sur ce sujet !

                      • eric 26 mars 11:37

                        @M de Sourcessure

                        Non, vous faites semblant....
                        C’est ma faute...

                        Je vais essayer de reformuler de façon plus abordable.

                        Depuis 150 ans, droits des travailleur réels, respectés et en progrès, exister que dans pays libéraux.

                        Esclavage que dans pays socialistes et monarchies tribales absolue de droit divin.

                        Qualifier l’Émir du Qatar d’utra-libéral c’est à peu prêt comme nommer Hitler utrasocialiste.

                        Toi y en a comprendre maintenant ?

                        Et non, ce n’est pas insultant. Dans votre vision du monde je me situe à votre niveau. Je suis libéral, vous m’accusez d’esclavagisme sans aucune preuve ; je vous traite en retour d’abrutis inculte, preuve à l’appui, en m’appuyant sur le dictionnaire de la langue française qui distingue assez nettement monarchie théocratique et libéralisme.

                        C’est quand même plus respectueux. je fais l’hypothèse que vous ne savez pas de quoi vous parlez...


                      • Jean Pierre 26 mars 16:18

                        @eric
                        Le libéralisme politique ou philosophique met en avant les droits de l’individu en opposition au pouvoir de l’Etat. Ces droit individuels pouvant être la liberté d’entreprendre, la liberté de conscience et d’expression, la liberté associative. Le libéralisme économique met en avant la libre circulation des marchandises, l’absence de frontières ou d’obstacle aux échanges, le marché. La contradiction néo-libérale, c’est que certains pays réunisse les critères du néolibéralisme sur le plan économique, tout en étant des dictatures sur le plan politique. 

                        Le Qatar échange et investit partout, reçoit des capitaux et des marchandises. Par ailleurs c’est une dictature qui écrase l’individu, qui n’autorise pas la liberté de religion, d’expression, d’association. Alors, le Qatar, libéral ou pas ? That is la vrai question.
                        Par ailleurs comment expliquez vous que dans les pays libéraux les droits des travailleurs « soient réels, respectés et en progrès » alors que les partisans du libéralisme sont partisans de la limitation des droits sociaux c’est à dire partisans des déréglementation et de la destruction du droit du travail. Vous avez certainement une explication à cette contradiction.



                      • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 26 mars 17:14

                        @eric

                        ah, c’est vous l’émir du Qatar ?

                      • wesson wesson 27 mars 00:19

                        @eric
                        votre argumentaire ne vaut en fait pas grand chose, car de l’ensemble des droits sociaux dont les travailleurs bénéficient aujourd’hui n’ont pas été acquis comme ça de bonté d’âme libérale, mais bel et bien au terme de luttes qui ont vu leur lots de morts.


                        Les droits des travailleurs, tous les droits, ont été conquis et arrachés. Ce n’est d’ailleurs que la crainte d’un nouvel épisode révolutionnaire qui incite les « libéraux » à la prudence dans leur dé-tricotage de ces acquis. 



                        Une révolution socialiste est si vite arrivée...

                      • eric 27 mars 09:27

                         @wesson
                        Vous êtes aussi tautologique que l’autre, mais en plus, vous croyez aux contes de fées...

                        Dans le monde entier, sous tous les régimes, à toute les époques, il y a des gens qui ont souffert, voir sont morts en défendant des droits. En revanche, il n’existe de droits durables que dans les pays libéraux.
                        C’est la preuve que c’est bien la « générosité », ou plutôt l’intelligence libérale qui fonde les droits des travailleurs. En effet, l’existence de tous les autres régimes, prouve que quand on veut limiter les droits au maximum, on peut le faire...

                        On pense par exemple aux socialismes internationalistes ou nationalistes. L’histoire des luttes sociales et politiques à l’Est nous démontre qu’un régime de caste socialisant est parfaitement à même de mater tout mouvement social. On sait par ailleurs que le libéralisme est en pratique toujours plus efficace que n’importe quel socialisme. Si il avait eu la volonté de supprimer des droits, il n’y en aurait plus. Il n’y en aurai jamais eu...

                        Une révolution socialiste, pour autant, n’est jamais « si vite arrivée ». SI vous connaissez un socialiste ( il parait qu’il y en a encore) demandez lui de vous citer UNE révolution socialiste « durable ».

                        Il n’y en a pas ! Le miterrandisme est il une révolution socialiste ? Le Lénino trotskisto stalinisme, le Fidélisme ? Le Hollandisme peut être ?Le Lénine trotskisme à tendance Lin Piao ?


                      • eric 27 mars 09:38

                        @Jean Pierre
                        Tout est faux dans ce que vous dites. Le libéralisme ne met pas en opposition l’Etat et l’individu ; Au contraire, il subordonne l’existence de l’Etat à l’intérêt des citoyens.

                        Comment pouvez vous imaginer que le Qatar, qui est fondamentalement la propriété privée d’une famille peut accepter la libre circulation des capitaux chez lui ? L’article ici précise qu’il serait hostile à la libre circulation des travailleurs....C’est à dire que l’auteur se contredit lui même...

                        Les libéraux sont les créateurs du droit du travail, des droits sociaux. C’est historiquement évident.
                        Par exemple, il n’y a de syndicats libres que dans les pays libéraux. Il n’y a pas d’exception à cette règle...
                        Du reste, les droits des travailleurs de s’organiser, de défendre leurs intérêts, leurs droits sociaux aussi, à l’époque mis en œuvre à travers l’église, sous l’ancien régime, ont été supprimés par les révolutionnaires. Il a fallu attendre Napoléon Trois pour les rétablir en partie.

                        Affirmer « le libéralisme est contre les droits des travailleurs donc il ne peut être pour » ne fait pas avancer le schlimblick ; C’est de l’ordre des citations de MA dans les BD de Lauzier....


                      • eric 27 mars 09:48

                        @M de Sourcessure

                        ah, c’est vous l’émir du Qatar ?
                        Je vous dirai oui, vous seriez capable de le croire vu votre connaissance de ce pays....

                        Quand on met votre pseudo dans un correcteur d’orthographe, il propose « ressourcerie », ces magasins bobo ou des « bénévoles appointéset militants » arrondissent leurs fins de mois sous un prétexte associatif en recyclant des vieilleries...

                        Le coup de la monarchie absolue islamique néolibérale entre bien en effet dans ces catégories..



                      • wesson wesson 27 mars 23:27

                        @eric
                        ah là là que d’erreur dans votre raisonnement, on ne sait vraiment pas par où commencer, tellement il y en as. 

                        tout votre raisonnement consiste en fait à dire qu’un régime néolibéral est bien plus stable qu’un régime socialiste. Rien n’est plus faux que ceci. 

                        Prenons des exemples concrets : Lors de l’expérience néolibérale de Pinochet, les Chicago boys ont été priés de dégager le pays même pas 2 ans après leur arrivée. Bonjour la stabilité. A l’inverse, le régime de Castro a été et est encore d’une remarquable stabilité, malgré 60 ans de blocus illégal et le retrait brutal de son principal soutient (l’URSS).

                        La réalité de la relative stabilité du système néolibéral imposé par les USA vient non pas d’une quelconque supériorité de modèle, mais de leur 700 bases militaires disséminées partout dans le monde et du fait qu’il dépensent dans leur budget militaire plus que tout le reste de la planète réuni. C’est cela la « stabilité » du modèle américain, et rien d’autre.

                        Il n’y a jamais eu quelque chose comme « la générosité » ou « l’intelligence libérale » qui a fondé le droit des travailleurs, pour parlez tout simplement de quelque chose qui n’existe pas. Par contre, derrière chaque droit vous avez une grève et une action syndicale qui a de manière temporaire a su arriver à inverser le rapport de force, ce qui a permis d’obtenir les avancées sociales.

                        La totalité du droit social Français (ou plutôt de ce qu’il en reste) provient exclusivement de 2 épisodes historiques : 

                        * Le front populaire, ou en 1 semaine le grand capital lâcha absolument tout, de peur de voir démarrer une révolution socialiste
                        * La fin de la seconde guerre mondiale, ou le PCF était à 40%, et ou surtout ils étaient victorieux du nazisme et tous avec les armes. Le grand capital totalement discrédité par la collaboration avec le régime nazi n’ayant pas eu alors la force de s’opposer à toutes les avancées sociales qui furent alors décidées. 

                        Pour le dire autrement, c’est à peine quelques mois de véritable socialismes qui ont pu façonner un droit du travail tellement remarquablement stable que 70 ans de néolibéralisme n’ont pas encore réussi à éliminer.

                        Parler d’instabilité organique dans ces conditions là, il faut bien être néolibéral pour être si peu intellectuellement équipé pour croire à cela.

                      • eric 28 mars 11:24

                        @wesson
                        Je sais, je sais ! Moi aussi mes profs ont essayé de m’enfoncer ces dingueries das la têtes. Mais aujourd’hui, il y a internet. Même vous pouvez vérifier à quelles dates ont été fondés les différents acquis sociaux en France et sous quel direction politique et vous détromper vous même. Surtout, il vous est facile de vérifier que les dis acquis existent et souvent en mieux dans nombre de pays d’Europe ou il n’ y a pas eu de Front popu ni même pour dire le vrai de gauche authentiquement socialiste...


                      • cld458 (---.---.245.7) 26 mars 11:20

                        Le Qatar et l’Arabie Saoudite, deux pays qui ont investi dans le terrorisme international et on voudrait nous faire croire à l’inverse ? Nos politiques ne sont plus crédibles depuis longtemps.


                        • colere48 colere48 26 mars 13:12

                          Il y a quelque chose d’indécent à entretenir des groupes d’amitié parlementaires avec des pays qui ne peuvent en aucun cas être considérés comme des « amis » de la France.

                          Les Français ne les considèrent pas comme des amis, alors comment des parlementaires de la nation, donc censer représenter les Français, peuvent-ils entretenir – aux frais du contribuable – des liens d’amitié avec des pays qui apportent leur soutien et financent ouvertement – ou secrètement – directement ou par l’intermédiaire de leurs citoyens fortunés – des groupes terroristes tels que DAECH, al Nostra, Al Qaïda, etc, et qui, en tout cas, véhiculent les idéologies mortifères du wahhâbisme, du salafisme et des Frères musulmans ?

                          Pourquoi sont-ils aussi nombreux à faire partie de ces zinzins parlementaires amis du Qatar et de l’Arabie Saoudite ?


                          • Theophraste Bombast von Hohenheim (---.---.214.143) 26 mars 13:14

                            Il est évidant qu’on n’a à faire qu’à des blue news...


                            • Bber (---.---.185.91) 26 mars 14:58

                              Pour avour vecu qq annees au Qatar, il est vrai que pas mal de travailleurs immigres sont dans des situations precaires, voire exploites. Mais ce n’est pas la regle. Quant a l’amitie avec la France, ce n’est pas Sarko ou Hollande qui l’ont decretee : elle remonte a Giscard et Mitterand... En fait, rien n’est jamais noir ou blanc...


                              • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 26 mars 17:09

                                @Bber

                                « rien n’est jamais noir ou blanc... »

                                apparemment, dans le cas présent, c’est rose ou bleu !

                              • eric 27 mars 09:40

                                @Bber
                                Mr de SS ne s’intéresse pas au Qatar. Il veut démontrer que le libéralisme est un esclavagisme et vice versa et que donc Hollande ne peut pas être le candidat des gauches en 2017...


                              • Jeussey de Sourcesûre M de Sourcessure 27 mars 10:03

                                @eric

                                Quand vous tapez « troll » dans google, vous trouvez cette définition sur wikipedia :

                                 En argot Internet, un troll caractérise ce qui vise à générer des polémiques. Il peut s’agir d’un message (par exemple sur un forum), d’un débat conflictuel dans son ensemble ou de la personne qui en est à l’origine. Ainsi, « troller », c’est créer artificiellement une controverse qui focalise l’attention aux dépens des échanges et de l’équilibre habituel de la communauté.

                                Désigner un « troll » est un jugement subjectif, la désignation d’un élément sciemment perturbateur pour le décrédibiliser et l’éviter. L’argumentation caricaturale et récurrente sont les « empreintes typiques d’un troll ». Ils sont la preuve d’une mécommunication, et d’une impossibilité d’échange dans la compréhension mutuelle, mais le « trollage » présume en plus des provocations intentionnelles et le but de nuire.

                                Le troll est à distinguer du « flaming », qui consiste en l’envoi de messages délibérément hostiles et insultants avec l’intention de créer un conflit."

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès