Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le retour de Poutine en Russie : être ou ne pas être... français (...)

Le retour de Poutine en Russie : être ou ne pas être... français ?

Cet article est l'introduction de trois afin de ne pas fatiguer le lecteur. "Russia is back" oui bien sûr mais c'est un peu court. Cet article montrera que les média occidentaux disent rigoureusement n'importe quoi, que l'écart par rapport à la réalité est tellement grand que cela relève du scenario de télé-réalité et que cette distortion des faits fait entrer le monde dans une situation similaire à celle qui a précédé la première guerre mondiale. La première partie réaffirme simplement les faits et le sens de la victoire de Poutine qui est une victoire russe, la seconde montrera que ce que fait la Russie est ce que métahistoriquement la France aurait du faire si elle n'était pas gouvernée par des traitres au nom d'une Europe qui est un protectorat de l'OTAN et la troisième montrera le caractère truqué de la campagne électorale française qui élude la question fondamentale que devraient trancher les électeurs : votez-vous pour la guerre (et donc l'anéantissement) au côté d'un empire anglo-américain aux abois ou pour la paix dans un monde multipolaire. Elle montrera qu'aucune promesse de campagne ne peut être tenue en état de guerre même froide. Elle parlera de métaphysique puisque la lutte n'est plus entre plusieurs conceptions rivales mais émulatrices de l'organisation de la vie mais entre l'ordre et le chaos, la vie et sa pulvérisation.

C'est un immense bouleversement attendu que la victoire électorale de Vladimir Poutine en Russie, élu pour 6 ans avec 63 % des suffrages exprimés, avec une participation de 65,25 % et un infime 1,16 % de bulletins blancs ou nuls. Il est nécessaire d'insister sur ces chiffres, et aussi sur l'initiative que les démocraties bien pensantes devraient adopter au plus vite : mettre une webcam dans chaque bulletin de vote : la victoire de Poutine est sans appel et donne un cinglant camouflet aux « démocraties » occidentales. Face à lui, le parti communiste et les partis « justes » (les autres sont "injustes ???) de Mironov et Prokhonov font le score qu'ils ont fait en prouvent qu'ils ont le droit de participer à la compétition. En occident il serait très étonnant que parviennent à se présenter un Ron Paul aux Etats-Unis, qui signifie la défense inflexible de la constitution américaine, ou un François Asselineau en France qui signifie la défense des pouvoirs régaliens de la nation française face à la départementalisation de la France au sein de l'UE.

En occident, des programmes électoraux élaborés n'ont simplement pas le droit d'être présentés au choix des électeurs. Le système des 500 parrainages, non anonymes en France, des primaires aux Etats-Unis ou du scrutin uninominal à un tour aux Royaume-Unis est fait pour éliminer les candidatures « fantaisistes » c'est-à-dire non conformes au politiquement correct. Une fois filtrées et normalisées, les idées reçoivent le droit de passer à la télé et d'être présentées au suffrage des électeurs. En Russie, un journaliste peut demander au président à la télévision nationale s'il n'a pas peur de finir comme Sadam Hussein ou comme Khadafi sans être coupé, sans que président noie la question dans une langue de bois et sans que la mort sociale l'atteigne le lendemain. 

Une grande victoire électorale, morale et patriotique. 100 millions d'électeurs, malgré des conditions économiques difficiles, crient « assez » et votent massivement pour le seul candidat crédible disposé à défendre l'indépendance nationale de leur pays. On se croirait après un référendum de de Gaulle il y a 40 ans. Lui aussi, avait tenu tête à la puissance anglo-américaine incarnée par les excécrables Johnson puis Nixon. Le Monde qui étouffait sous les dictatures et le napalm l'acclamait dans chacun de ses voyages déplaçant des millions de personnes. Poutine incarne celui qui dit STOP à l'empire anglo-américain. C'est un stalingrad électoral pour l'empire. La machine russe à refouler l'envahisseur va probablement se mettre en place : c'est la mentalité russe notée déjà par Napoléon. Les leçons de l'expérience BHL / Juppé / Sarkozy en Libye a été tirée. Après la démission de l'ambassadeur de Russie qui a vertement fait savoir à sa hierarchie que son travail était de défendre les intérêts russes et pas de les saborder, la stratégie Medvedev (on peut s'entendre avec les USA) n'a plus été acceptée par l'Etat-major. Les milieux dirigeants russes en sont arrivés à la conclusion que la capacité de mensonge et de duplicité de l'occident euro-américain est désormais sans limite. Plus la peine de discuter avec des menteurs pareils : mettre la force nucléaire en état d'alerte, réactiver les systèmes de radar à Kaliningrad, arrêter de désarmer (la Russie à encore 11 000 têtes atomiques) mettre un véto qui s'annonce systématique au conseil de sécurité de l'ONU, se rapprocher de la Chine, de l'Iran, de l'Inde, du Venezuela et tous les pays qui résistent encore à l'envahisseur. Livrer ses armes sol-air et missiles sol-mer les plus perfectionnées à la Syrie aujourd'hui et à l'Iran demain s'il est attaqué. (les meilleures du monde probablement). Accessoirement déjouer des tentatives d'assassinats qui risquent de se succéder.  

Un grand danger aussi : que va faire l'Empire américain en décomposition économique ? Prendre acte et ne rien faire ? Lancer une blitzkrieg atomique sur la Russie et la Chine (pour certains c'est très possible et peut-être imminent). Appuyer sur les boutons « Tchetchénie », « Daghestan » « Ukraine » « Géorgie » pour déstabiliser la Russie, créer une nouvelle révolution de couleur en Biélorussie après y avoir semé le chaos financier (les agences de pub doivent alors plancher sur le nom de la fleur qui sera l'emblème de cette révolution ). Nul doute que les associations financées par la CIA seront cette fois-ci attendues sur leur propre terrain et que pour 20 000 personnes déplacées, Poutine en déplacera 100 000. La stratégie de l'empire est désormais décodée et la Russie n'est pas la petite Serbie. La Russie a aussi le droit de se défendre.

Face à ces forces qui se mettent en ordre de bataille, on ne peut s'empêcher de se demander si la France s'est mise dans le bon camp. L'élection de Poutine, a quelque-chose de français. On se demande par quel tour de passe-passe funèbre, la France s'est trouvée alignée sur l'empire anglo-américain contre tout ce qu'elle signifie métahistoriquement. Il faudra parler de Napoléon mais aussi de première guerre mondiale. Ce sera pour demain.


Moyenne des avis sur cet article :  4.56/5   (45 votes)




Réagissez à l'article

36 réactions à cet article    


  • potatoes potatoes 8 mars 2012 10:54

    C’est not’ roi-nain qui doit étudier le fond de la réussite de Poutine !
    Le grand veinard russe, lui, il peut se le permettre, j’ose espérer que les élections françaises seront moins « certaines » de leurs résultats. Comme j’accorde beaucoup de respect aux magouilles de notre gouvernement, je ne serai pas surprise si not’ roi-nain sera réélu grâce u n i q u e m e n t aux techniques qu’il aura empruntées à son ami Poutine !


    • Mefrange Christian Tallon 8 mars 2012 13:34

      Les élections françaises sont certaines quant à leur résultat. Ce sera un allié du système. UE, FMI, OTAN. L’empire n’est contre quelques spécificités locales et exotiques. Le vote russe lui, est un vote d’indépendance nationale. 


    • Ouallonsnous ? 8 mars 2012 22:27

      Excellentissime post Christian Tallon, mais votre présentation... en anglais !
      Vous êtes sur un média français et non à la comission de l’UE à Bruxelles !!!


    • DSKprésident 9 mars 2012 09:42

      Excellent article.

      Si l’on distingue les 2 camps (de façon simple) :

      1. celui de l’Empire anglo-américano occidental qui fait les guerres coloniales pour aller voler les richesses d’autres pays souverains (guerres justifiées souvent par leur ignoble inside-job du 11-sept et leur propagande mensongère).

      2. les pays non soumis ou non alignés : Russie, Chine, BRICS, VénéZ, Syrie, Iran, Algérie... dont l’objectif de leur dirigeant est de gouverner dans l’intérêt de leur peuple, et pas dans l’intérêt de l’Empire.

      Sarko nous a mis de force dans l’OTAN et dans le paquet no 1. On voit que Hollande ayant fait ces dernières semaines allégeance à la City et au CRIF, nous emmène aussi chez les facistes du paquet 1...

      De quel côté mettez-vous des candidats comme Mélenchon ou Le Pen ? (1 ou 2) ?

       

       


    • Het_Masteen 9 mars 2012 17:03

      Êtes-vous vraiment certain que les dirigeants de la Syrie, l’Algérie ou même la Russie agissent pour « l’intérêt de leur peuple » ?

      La situation me parait moins simpliste en ces pays... à moins que nous ayons des définitions très différentes de l’intérêt d’un peuple !

    • Bernard Pinon Bernard Pinon 8 mars 2012 15:15

      Ce qui m’étonne le plus, c’est que Poutine ait mis si longtemps à comprendre la stratégie américaine et ne se soit pas par exemple opposé à l’agression de la Lybie. Il ne lit pas AgoraVox ?


      • viva 8 mars 2012 18:44

        C’est medvedev qui c’est abstenu et non Poutine. Pas certain que Poutine n’aurait pas mis son véto.


      • Mefrange Christian Tallon 8 mars 2012 19:23

        Oui, c’est exact. Les illusions Medvedev de la « reset policy » se sont dissipées après l’épisode Libyen. Poutine qui n’était pas en charge de la politique étrangère russe a réagit comme premier ministre ... en doublant les crédits militaires à la force stratégique. C’est un langage qui est compris aux États-Unis et même respecté. 

        Il semble que l’attitude de Madame Clinton ait considérablement évoluée. Probablement sincère au début mais rattrapée par la logique intrinsèque au système et soumise à des « pressions ».

        Quelques jours après l’élection de Poutine, des militaires du pentagone osent tenir tête à Obama et une brochette de militaires de haut rang à la retraite et libérés du devoir de réserve lui demandent solennellement dans une tribune libre au Washington Post d’arrêter ses guerres. http://www.niacouncil.org/images/content/pagebuilder/NIAC-Washington-Post-Ad-ful.jpg

        La balance est donc en train de pencher en faveur de la paix. On imagine sans peine l’extrême difficulté où se trouveraient ceux qui ont intérêt à la guerre si la France avait simplement son attitude traditionnelle. Dans cette affaire, la France n’est pas un petit pays spectateur impuissant mais un pays qui a le pouvoir de faire pencher la balance du côté de la paix ou de la guerre. Les candidats devraient se prononcer très clairement au sujet de l’OTAN et de l’utilisation des services secrets. Si les français pouvaient devenir sérieux et même grave au moins sur une question : la question nucléaire ! 


      • flesh flesh 8 mars 2012 22:58

        J’ai lu quelque part (je rechercherai la source) que la Russie aurait « sacrifié » la Libye pour avoir une bonne excuse de dire non à l’attaque de la Syrie. 


      • flesh flesh 9 mars 2012 15:33
        @Viktor

        Si la Russie protège la Syrie et l’Iran ce n’est pas tant par bonté d’âme, certes, mais ce n’est pas non plus pour le business : c’est pour sa sécurité. 


      • titi 11 mars 2012 16:00

        @Viktor

        « Si la France avait dit non pour l’Irak, c’est parce que c’était un bon partenaire commercia »

        Merci de rappeler cette évidence que certains ont tendance à oublier.

        Tous les pays ouvertement opposés à l’intervention en Irak ont tous été impliqués dans le scandale « pétrole contre nourriture ».


      • Abou Antoun Abou Antoun 8 mars 2012 15:23

        @ L’auteur,
        Bonjour !
        J’adhère presque totalement à vos vues et je l’ai fait savoir depuis longtemps.
        En particulier en publiant un article visant à démontrer la légalité des élections russes et la légitimité du président élu Poutine.
        On se demande effectivement pourquoi nous appartenons encore à une alliance n’ayant plus de raison d’être, et pourquoi nous venons de réintégrer son organisation militaire à l’heure où aucune menace extérieure ne pèse sur le pays.
        L’élection française est décidément étrange puisque aucune des vraies questions n’est posée :

        • La question de nos alliances et du monde dans lequel nous voulons vivre, à laquelle il faut rattacher celle de la paix dans le monde.
        • Les questions écologiques mondiales (population humaine, pics de Hubbert)
        • La question de la croyance en une croissance perpétuelle capable de résoudre tous les problèmes sociaux et économiques et le lien avec le point qui précède.
        C’est lamentable, ce pays (la France) n’a plus aucune ambition, plus aucun honneur et trouve encore à donner des leçons au monde.

        • Rudolph 8 mars 2012 16:36

          Excellent article. Merci.


          • Louis Matisse Louis Matisse 8 mars 2012 17:36

            Bravo pour cette article ! J’ai un énorme respect pour tous ces chefs d’Etats qui font le travail historique et moral de la France en dénonçant l’impérialisme - américain - et le non-respect du droit international.

            L’élection de Poutine fait à la fois jaillir un énorme espoir mondial quant au blocage et à la dénonciation sur la scène international du néofacisme des Etats-Unis et de son sbire qu’est l’Union Européenne, mais aussi plus ou moins paradoxalement une très grande angoisse du fait de l’engrenage dans lequel l’empire est lancé pour « solutionner » ses problèmes intérieurs et extérieurs.

            N’oublions pas que la guerre est l’instrument historique le plus opportun pour un gouvernement d’effacer les graves tensions intérieures du pays. Faire passer la pilule de type grec en France et dans tout l’Occident, en évitant une révolution, ça passe par l’économie de guerre et la menace extérieure permanente.

            L’argument « C’est la faute de la crise » ne permettra plus de justifier toutes les terribles mesures antisociales et antirépublicaines qu’ils nous ont prévus et veulent imposer de manière tout à fait antidémocratique.

            Gardons espoir et soyons unis. Il faut continuer d’avertir et d’avertir nos concitoyens pour qu’on ne nous y prenne pas ; cela nous serait funeste !


            • Abou Antoun Abou Antoun 8 mars 2012 18:38

              N’oublions pas que la guerre est l’instrument historique le plus opportun pour un gouvernement d’effacer les graves tensions intérieures du pays. Faire passer la pilule de type grec en France et dans tout l’Occident, en évitant une révolution, ça passe par l’économie de guerre et la menace extérieure permanente.
              C’est très juste et le danger est vraiment là.


            • Mefrange Christian Tallon 11 mars 2012 21:54

              Je rajoute un éclairage du site dedefensa pour qui les occidentaux ne sont plus dans la réalité et « déraillent » quand on parle de Poutine (surtout chez les britanniques - qui contôlent aussi 60 % de la presse US) :

              On-en-res-te-pan-tois…

              Après la victoire décisive de Poutine interprétée d’une façon surréaliste comme la preuve que ses manigances et ses jugements (du bloc BAO) sur la Russie et Poutine sont justifiés et confirmés décisivement, le bloc BAO attend de la Russie un alignement décisif sur sa politique. Les Russes et Poutine n’en reviendront pas, n’en reviennent pas déjà, et se frottent les yeux, se demandant s’ils ne rêvent pas. “Nous voudrions appeler nos partenaires européens et américains à ne pas prendre leurs désirs pour des réalités” ; peine perdue, certes ; et la rupture totale entre les deux planètes (on ne peut qualifier cette soupe de difficulté de communication, lorsqu’on parle à une schizophrénie-turbo de cette sorte) va se confirmer, se creuser.

              L’article complet est ici  : -))

              La psychologie-Système en mode turbo du bloc BAO face à Poutine

            • qui2012 8 mars 2012 17:38

              L’élection de Poutine est une comparaison intéressante avec ce que défendait le Gal de Gaulle en son temps sur la scène internationale : l’avènement d’un monde multipolaire.


              D’ailleurs, rappelons que l’axe Paris / Berlin / Moscou en faveur duquel plaidait le Gal de Gaulle et l’héritage du Conseil National de la Résistance, i.e. une union forte des gaullistes et des communistes autour des intérêts premiers d’une France souveraine et indépendante, ont été liquidés sur les 40 dernières années à travers l’intégration continue à l’Europe et la réadhésion à l’OTAN, càd justement depuis la mise hors circuit de ce même de Gaulle en 68.

              L’union nationale que célèbre la Russie aujourd’hui est celle que nous avons jadis formée et cette volonté affichée d’être un Etat souverain et indépendant se manifeste dans la politique extérieure (veto au Conseil de Sécurité), militaire (réarmement et modernisation de l’armée russe) et économique (politique industrielle) affirmée de Poutine. (http://www.foreignpolicy.com/articles/2012/02/21/being_strong?page=0,0).

              A y regarder de plus près, qui sont les vrais souverainistes chez nous ? 

              • aliante 9 mars 2012 01:05

                Si l’Upr de François Asselineau est un resistant


              • Mefrange Christian Tallon 9 mars 2012 21:40

                Merci pour ce lien ! Il résume bien la position de Poutine. Si une attaque contre la Russie est peu probable, elle est possible et entrainerait en effet la fin de la civilisation. Ce type d’arguments existait exactement avant la guerre de 1914. La personnalité d’Obama laisse perplexe. Le pentagone, lui est contre la guerre. Des manifestations regroupant des millions de personnes dans tous les pays du monde auraient un effet dissuasif.
                Si l’ordre de lancer l’ensemble des fusées atomiques en première frappe n’est pas donné, on ne le saura jamais. Chaque jour de paix est un jour où la guerre a été évitée. D’où le rôle immense des individus ! Le plus grand danger semble être la capacité de mensonge des média. Il faut sans relâche les dénoncer. D’où le rôle indispensable d’Agora Vox.


              • Abou Antoun Abou Antoun 9 mars 2012 22:35

                Il faut sans relâche les dénoncer. D’où le rôle indispensable d’Agora Vox.
                Oui d’accord, mais quel est l’impact véritable de ces dénonciations ? Suffisent-elles à rétablir la réalité ?Les points de vue non conventionnels franchissent-ils le cercle des lecteurs ?
                Si c’est non ce sont des coups d’épée dans l’eau car je pense que AV reste un média confidentiel.
                Croire qu’AV représente l’opinion publique signifie un crédit de 1% au président-candidat, or nous savons tous qu’il ira encore gratter 45% des suffrages. Flanby n’est guère plus populaire mais il sera vraisemblablement élu avec 53-55% des voix.
                Finalement AV sert d’exutoire mais finalement, même s’il ne sert qu’à ça, il a une utilité.
                 


              • zany 8 mars 2012 18:55

                Pour ma part je monte à Paris si ont nous imposes l’Europe fédérale, plein pouvoir pour ceux qui veulent une Europe des nations libre et indépendante de l’Angleterre à l’Oural.


                Non mais, refuser les multiples appel du pied de la Russie devient indécent, avec ou sans les pays européen !

                gouvernement d’union nationale dans ce but, plein pouvoir pour ce but, l’économie se met au service des peuples.

                Guillotine guillotin 

                • zany 8 mars 2012 20:31

                  Et toute la gloire revient à la Russie !


                  La France réclame sont dû, 

                  unité !

                • Abou Antoun Abou Antoun 8 mars 2012 22:28

                  Il y a 60 ans déjà Charles de Gaulle


                • titi 11 mars 2012 16:02

                  « Il y a 60 ans déjà Charles de Gaulle »

                  Sauf que De Gaulle il voyait cette Europe dominée par le couple Franco Allemand : la réunion des Francs de l’Ouest et des Francs de l’Est.

                  Or on en est très loin...


                • Abou Antoun Abou Antoun 12 mars 2012 00:01

                  Sauf que De Gaulle il voyait cette Europe dominée par le couple Franco Allemand
                  Arrivés à l’Oural, c’est déjà plus des Teutons. De Gaulle a toujours su que la France ne faisait pas le poids face à l’Allemagne et que la Russie avait un rôle de pondération à jouer.
                   


                • Mefrange Christian Tallon 8 mars 2012 19:42

                  J’ai fait un lapsus ahurissant dans mon article en écrivant « l’initiative que les démocraties bien pensantes devraient adopter au plus vite : mettre une webcam dans chaque bulletin de vote » au lieu d’écrire bien entendu « dans chaque bureau de vote ».

                  Il est possible qu’il y ait une vérité sublime dans ce lapsus. Mais ce n’est pas l’objet de l’article. Il faut lire « dans chaque bureau de vote ».


                  • Abou Antoun Abou Antoun 8 mars 2012 20:00

                    Nous avions rectifié .


                  • flesh flesh 8 mars 2012 22:44
                    « On se demande par quel tour de passe-passe funèbre, la France s’est trouvée alignée sur l’empire anglo-américain contre tout ce qu’elle signifie métahistoriquement. »

                    Fastoche, il a suffit de financer un nabot pour nous promettre de passer les banlieues au Karsher et de nous faire travailler plus pour gagner plus

                    100% d’accord avec votre article (j’aurais lu avec plaisir les trois parties d’un coup)

                    • bert bert 8 mars 2012 23:28

                      yeah good article

                      un p’tit lien pour ceux qui aiment l’humour &les voyages spatio- temporelles 

                      • flesh flesh 9 mars 2012 00:25

                        Donc Poutine = méchant du KGB, on aura bien compris. Mais on pourrait tout autant dire que Poutine bosse pour l’Otan, puisqu’il était le poulain de l’agent de l’oligarchie occidentale nommé Eltsine. Et pourtant... 


                      • Abou Antoun Abou Antoun 9 mars 2012 22:39

                        puisqu’il était le poulain de l’agent de l’oligarchie occidentale nommé Eltsine
                        Non, Eltsine était à son compte il bossait pour lui-même et la ’famille’ et n’avait rien à cirer des occidentaux. Par pragmatisme, il avait un peu élargi le cercle des ’initiés’ mais il n’arrosait pas jusqu’à Washington. En fait Eltsine n’avait rien à battre des USA (et de la Russie non plus), c’était un voyou total.


                      • stefwords 9 mars 2012 00:44

                        pour apporter de l’eau au moulin ?
                        http://www.youtube.com/watch?v=RHttgkvjqp4


                        • ykpaiha ykpaiha 9 mars 2012 00:47

                          C’est LE reproche principal que l’on peut faire a nos politicards de tout bords, droite gauche extremes.

                          Continuer a nous faire avaler la pilulle amer que de continuer dans un monde qui s’engouffre dans un dangereux tonneau des danaides.
                          Aucune autre perspective que celle mise en place qui nous impose ce manicheisme abrutissant, que l’on entend a longueur de jounée, du genre « Il n’y a pas d’alternative a la faillite, a l’euro, a l’onu, a l’américanisme, au mondialisme, ... aux conneries »

                          Pas de plan B, pas de différenciation, tous pareils, tous cons, c’est nous les chefs !!

                          Putin n’est peut etre pas un parangon de vertu, mais au moins il fait face et ose ce que nos politiciens vérolés ont oublié...l’audace face a l’eschathologie occidentale.

                          Voila pourquoi, l’ombre meme de Putin les met en phase avec eux memes, grimassants, pervers, avachis.
                          Ce mirroir déformant qu’ils ont imposés de force a leurs population en l’appelant ’vérités" risque bien de leur éclater la moustache,
                          Mais n’est il pas trop tard pour s’en rendre compte ?


                          • Abou Antoun Abou Antoun 9 mars 2012 22:43

                            Putin n’est peut etre pas un parangon de vertu, mais au moins il fait face et ose ce que nos politiciens vérolés ont oublié...l’audace face a l’eschathologie occidentale.
                            Poutine a en mains des cartes que les occidentaux n’ont pas. Il est à la tête d’un pays immense et immensément riche. Ce pays a également hérité de la puissance militaire de l’URSS ce qui lui permet de défendre ses biens. Enfin la Russie d’aujourd’hui ne connait aucune pression démographique. C’est sans doute la seule exception au monde avec le Canada.


                          • aliante 9 mars 2012 01:11

                            le retour de Poutine etait dejà dans les cartons de la Russie ,

                            Vladimir Poutine et l’Empire eurasiatique de la Fin, par Jean Parvulesco
                            Article placé le 15 juin 2010, 

                            La parution du dernier livre de Jean Parvulesco, La confirmation boréale, est un évènement littéraire majeur qui a bien sur été totalement occulté par les « médias autorisés ». Pour tous ceux qui veulent comprendre le monde – celui dans lequel nous sommes et celui vers lequel nous nous dirigeons – cet ouvrage, pour lequel Michel Mourlet écrivait il y a peu qu’il « est comme un obus de la Grosse Bertha par rapport aux balles en caoutchouc des forces de l’ordre », sera incontournable.

                            C’est avec l’aimable autorisation des Editions Alexipharmaque que nous vous présentons, en exclusivité, un chapitre complet de La confirmation boréale.


                            • soubise 9 mars 2012 17:44

                              Merci l’auteur, votre article rejoint ma façon de penser et d’analyser la géopolitique du moment.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès