Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le rêve africain

Le rêve africain

Dans ce monde globalisé, l’indépendance passe par la maîtrise de son réseau de communication. Le continent africain y songe. Un rêve bientôt réalité ?

Pour la première fois, une conférence internationale sur un sujet majeur - l’environnement et les changements climatiques - se déroulait dans un pays d’Afrique subsaharienne. A Nairobi, au Kenya, alors que les discussions sur la négociation du protocole de Kyoto pour les pays émergents (Chine, Inde, Brésil), ont peu avancé, des accords ont été trouvés pour aider les pays les plus démunis. Le « jeune continent », réputé politiquement instable, attire donc les attentions écologistes en vue de son développement futur. A contre-courant des pessimismes, réalistes mais trop souvent immobilistes, et des angélismes, irréalistes ou cyniques - tous ces discours caricaturant l’Afrique-, soyons simplement porteurs d’espoir. L’espoir naît dans un rêve. Le rêve pour l’Afrique, non pas de partir à la conquête de l’espace, mais d’acquérir son propre réseau de communication et d’information.
Mise en orbite. Le 25 janvier dernier, on annonçait d’Abidjan que le premier satellite panafricain était prêt. Le directeur général de RASCOM (Réseau africain de communication par satellite), le Tanzanien Jones A. Killimbe, l’indiquait dans un communiqué fait au ministre ivoirien des Nouvelles Technologies de l’Information et de la Communication. Un rêve vieux d’une décennie qui pourrait se réaliser en 2007.
En mai 1997, les pays africains trouvaient un accord, le temps d’une réunion, à Johannesburg, où il fût décidé d’établir un partenariat stratégique pour la mise en oeuvre du « système à satellites spécialisé pour l’Afrique ». Un atout capital pour le développement du continent, ou une nouvelle manne capitaliste pour l’ingérence économique ? Sans doute un peu des deux. Il faudrait étudier le projet de plus près, avis aux grands reporters. Ceci dit, cet ambitieux projet, porteur d’unité, fruit de la coopération, mûrit depuis Johannesburg. Ainsi, ce serait plus de 800 millions d’Africains dans 45 pays, qui auraient l’accès à la téléphonie, au fax, à Internet et à la télévision, à moindre coût grâce aux terminaux terrestres. Le Dr. Jones Killimbe faisait savoir qu’« un accent particulier sera mis sur la desserte des zones rurales, pour réduire la fracture numérique ». Le groupe africain essaie de recueillir les financements nécessaires au lancement de ce gigantesque réseau, notamment pour la mise en orbite du satellite, non sans quelques difficultés.
Lancement mi-2006. En effet, il semble qu’une donnée nuise au bon déroulement des opérations. Tout en annonçant la mise en marche du projet courant 2007, le directeur général de RASCOM confessait que le financement pour le lancement du satellite était un « obstacle  ». « Jusqu’à ce jour, sur 361,5 millions de dollars de besoin total d’investissement, seulement un peu plus de 181,3 millions ont été mobilisés », a-t-il révélé.
Au 16 juin 2003, le premier bouclage du financement comptabilisait 25 millions de dollars, le lancement était alors prévu pour la mi-2006. Quoi qu’on en dise, une fois le projet sur pied, les pays africains seront libérés des coûts de transit partant de l’Afrique vers l’Afrique par le biais d’opérateurs étrangers. L’Afrique, debout !


Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • (---.---.253.111) 30 janvier 2007 15:01

    Montrer le fait que l’Afrique se dévelloppe, c’est masquer le fait que l’écart continue de se creuser car elle le fait beaucoup plus lentement que le reste du monde....


    • miteny (---.---.130.65) 30 janvier 2007 18:08

      L’Afrique debout... Oui, mais il faudrait aussi qu’elle se débarasse de ses complexes. Personnellement, je crois que c’est la première étape : il faut que les africains arrivent à se convaincre eux-mêmes que c’est possible.

      dieuexiste.com


      • Co Binet (---.---.204.238) 2 février 2007 01:01

        Daccord avec toi, anonyme n°1. Le but de mon article, qui collait avec l’actualité, était de parler du développement de l’Afrique, sous un autre discours, celui de l’espoir. Mais tu as aussi raison de dire que le dévellopement de l’Afrique, anarchique soit-il, sans cadre juridique, avec tous les problèmes de corruptions existants (Guinée dans l’actualité récemment), ... est l’un des plus inégalitaires. Et ce non pas seulement à l’échelle mondiale. Mais à l’échelle humaine. Je dis simplement qu’un réseau de communication maitrisé par les africains, « serait un début de cohésion, et d’organisation collective », peut-être garant de la persistance des cultures propres à l’Afrique, ... Bref, porteur d’espoir. J’entendais dire, la dernière fois à la télé, dans une émission, je ne sais plus qui disait (François Fillon) : « On ne veux pas du dévellopement de l’Afrique, il serait dévastateur pour l’avenir de la planète et de l’humanité » (intérrogé sur le débat environnemental qui se faisait attendre dans la campagne présidentielle (merci Nicolas Hulot)). Propos choquant, non ? D’un côté, on est tenté d’essayer de comprendre quelle idée cette phrase dissimule : l’état de la planète étant ce qu’il est, un dévellomement aussi intensif, à l’échelle de la planète, n’est pas soutenable. La droite ultralibérale, et sarkoziste, a une vision particulière du dévellopement. Choisir l’immigration, en dépouillant l’Afrique de ses fils les plus qualifiés, et se taire sur les ventes d’armes qui gangrènent le continent dans la spirale des guerres ethniques, et imposer la vision capitaliste, ultralibérale et simpliste du dévellopement : la production. Mais pour moi, le dévellopement, et en loccurence celui de l’Afrique, c’est l’accès à l’eau potable, etc ... En gros, des conditions de vie décentes... Donc oui, anonyme n°2, c’est une première étape, qui vue positivement, débarassera l’Afrique de ses complexes.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès