Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Rwanda arrête le rebelle Laurent Nkunda

Le Rwanda arrête le rebelle Laurent Nkunda

Le Rwanda change son fusil d’épaule et arrête son ancien allié dans le conflit qui secoue depuis 12 ans l’Est de la République Démocratique du Congo. Serait-ce la début de la fin de l’instabilité dans cette région d’Afrique centrale ?

Laurent Nkunda, le leader militaire de la rébellion la plus importante de la République Démocratique du Congo, est tombé. Il avait déjà perdu l’appui des troupes du Rwanda, son principal allié dans la région, et s’affrontait seul aux forces gouvernementales congolaises, en guerre ouverte contre le général dissident le plus puissant de ces dernières années en Afrique central.

Nkunda, haut militaire de l’ethnie tutsi a été arrêté au Rwanda le jeudi 22 janvier au soir alors qu’il tentait de se réfugier en Ouganda. Il s’était retrouvé contre les cordes lorsque les troupes gouvernementales contre lesquels il combattait depuis des années et ses anciens alliés tutsis rwandais avaient fait cause commune. Contre toute attente, les forces congolaises et rwandaises se sont alliées et, avec l’accord de Kinshasa, 4000 soldats tutsis rwandais étaient entrés en début de semaine au Congo pour neutraliser les rebelles hutus qui opèrent dans l’ancienne colonie belge.

Selon la version officielle des forces conjointes, Nkunda était devenu un obstacle à la paix en s’opposant à l’intervention de cette nouvelle alliance dans la zone en refusant l’appui du détachement rwandais au Congo.
Romain Weis

Nouvelles stratégies pour le Rwanda

C’est à la mi-novembre que le gouvernement rwandais avait annoncé son intention de collaborer avec les autorités congolaises pour en terminer avec les rebelles hutus dans la région. Hutus et Tutsis s’affrontent dans l’est congolais depuis 1994 suite aux massacres de 800 000 Tutsis commis sur les instigations du gouvernement d’alors par des fanatiques hutus.

A l’annonce de la chute du leader tutsi congolais, les nouveaux alliés ont lancés un appel aux trois bataillons rebelles de Nkunda pour qu’ils rallient les forcé armées de la RDC. Ces soldats indépendants sont intégrés dans le mouvement rebelle du Congrès National pour la Démocratie du Peuple (CNPD).

Le « président » alternatif du Congo

Laurent Nkunda, 41 ans, ancien étudiant en psychologie se présentait devant la presse internationale comme le “président du Congo”. Durant le génocide rwandais il intégra le Front Patriotique Rwandais (FDR) et lutta contre le pouvoir hutu qui contrôlait le pays. Après cette guerre, il combattit dans l’armée congolaise contre le dictateur Mobutu Sese Seko. A la chute de Mobutu, Nkunda créa sa propre guerrilla pour s’affronter au président Joseph Kabila , lequel s’était allié aux Forces Démocratiques pour la Libération du Rwanda (FDLR), fondés par des combattants hutus rwandais.

Le leader déchu est accusé de crimes contre l’humanité commis durant ces guerres. En octobre 2008 il s’était rebellé accusant les hutus et les soldats congolais d’avoir repris les armes contre les Tutsis. Malgré les déclarations du chef rebelle de vouloir dialoguer avec le gouvernement de Kinshasa en vue de mettre fin aux combats, 250 000 personnes furent déplacés de force. Depuis 1998 les guerres ont causés la morts de 5 millions de personnes dans la région, empêchant le développement de ce pays centre-africain extrêmement riche en minerais (cuivre, or, uranium et cobalt).


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès