Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le sang de Bhutto sur les doigts de Musharraf ?

Le sang de Bhutto sur les doigts de Musharraf ?

Benazir Bhutto, ancien Premier ministre du Pakistan, a été assassinée d’une balle dans la tête et d’une balle dans le thorax, le 27 décembre, dans la ville de Rawalpindi, dans un attentat-suicide qui aura également coûté la vie à plus de 20 personnes. Elle avait déjà réchappé de justesse à une explosion lors de son retour d’exil le 18 octobre dernier qui a tué plus d’une centaine de ses supporters.

Le Times du 28.12.2007Quelques heures plus tôt, dans un quartier de la capitale Islamabad, quatre personnes avaient également été tuées dans des échanges de tirs durant une réunion électorale de l’ancien Premier ministre Nawaz Sharif (destitué par le coup d’Etat de l’actuel président Pervez Musharraf en 1999, mais rentré au pays le 25 novembre dernier). Selon des témoins, les coups de feu provenaient d’un bâtiment appartenant au parti soutenant le président Musharraf. Mais le drame s’était heureusement produit avant l’arrivée de Sharif.

A tout juste deux semaines des législatives qui doivent se tenir dans le pays, ces violentes attaques et surtout l’assassinat de Benazir Bhutto tournent le Pakistan dans une spirale infernale. Mais à qui profite ce dernier crime ? Comme l’affirme Frank Gardner, journaliste à la BBC et spécialiste des sujets de sécurité, il est encore trop tôt pour faire toute la lumière sur la mort de Benazir Bhutto. Il existe cependant actuellement deux théories, mais elles demeurent pour l’instant bien vides de preuves.

L’HYPOTHÈSE “AL-QAIDA - TALIBANS”

La première théorie, celle soutenue par le gouvernement pakistanais, voudrait que le meurtrier de Bhutto ait été envoyé par Al-Qaida ou par les Talibans, voire les deux.

Il est vrai que Benazir Bhutto avait à plusieurs reprises, et encore récemment, montré son engagement contre le terrorisme et en particulier fait part de son intention, si elle était élue, d’offrir aux Américains la possibilité de bombarder les montagnes triballes pakistanaises depuis lesquelles les Talibans et Al-Qaida fomentent des attentats terroristes au Pakistan et dans le reste du monde, mais aussi où ils forment leurs futurs kamikazes dans des camps d’entraînement secrets.

L’HYPOTHÈSE “MUSHARAF - SERVICES SECRETS”

Pervez Musharaf est devenu chef de l’Etat au Pakistan à la suite d’un coup d’Etat militaire en 1999. Ce militaire autoproclamé président a, depuis les attentats du World Trade Center à New York, été l’un des alliés de la Maison-Blanche les plus visibles dans la lutte contre le terrorisme. Musharaf avait alors trouvé en George W. Bush le moyen de paraître comme quelqu’un d’extrêmement respectable auprès de la communauté internationale.

Mais les rumeurs sur des liens entre les services secrets pakistanais et le réseau terroriste Al-Qaida d’Oussama Ben Laden n’ont cessé de se répandre. Comme le rapportait le quotidien britannique The Guardian en juillet 2004. Et s’il a un temps promis aux Américains que le tri avait été fait et les brebis galeuses écartées des services secrets, des doutes demeurent.

D’autres doutes concernant son intégrité et son respect de la démocratie sont apparus lorsqu’il décida le 3 novembre 2007 de suspendre la Constitution, de déclarer l’Etat d’urgence, l’arrestation des juges de la Cour suprême du pays et d’empêcher toutes retransmissions TV, radios et téléphoniques, sans oublier l’arrestation de figures politiques dans le pays. Un épisode qui offra au monde un autre visage du général-président : le visage d’un dictateur en puissance.

Le retour de Benazir Bhutto au pays était certainement vu par beaucoup comme un effort de l’armée (et donc de Musharaf, puisque chef des armées) pour isoler les forces religieuses extrémistes et leurs militants. Mais après son refus de s’allier avec le président dans un gouvernement d’alliance nationale et son émergence comme la plus puissante candidate aux élections de janvier 2008 (et par conséquent, immédiate rivale de Musharaf, et non son alliée), l’on peut s’interroger sur la force des probables ressentiments des partisans de Musharaf, voire de Musharaf lui-même, envers Bhutto. Est-ce la une raison suffisante pour vouloir lui faire peur, la faire taire, la tuer ? Peut-être.

BHUTTO... KENNEDY...

Les supporters de Benazir Bhutto ne sont pas convaincus par la théorie du gouvernement accusant Al-Qaida, d’autant que l’ancien Premier ministre, elle-même, avait accusé les services secrets pakistanais d’implication dans la tentative d’assassinat d’octobre dernier. Al-Qaida, les talibans, Musharaf, les services secrets... autant de pistes qui n’aboutiront probablement jamais à une simple vérité. La preuve en est que pratiquement 45 ans après son assassinat à Dallas, personne ne sait aujourd’hui qui avait ordonné la mort de John F. Kennedy...


Moyenne des avis sur cet article :  4.14/5   (14 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • caramico 31 décembre 2007 10:30

    Je vais être plutôt critique :

    A revoir, l’orthographe, pour un romancier ça craint.

    Pour le fond, même si l’hypothèse Musharraf est dans ma vision des choses, l’argumentation produite est plutôt faible et n’apporte rien de nouveau.


    • stefanovski 31 décembre 2007 15:51

      Je suis d’accord avec vous caramico. Cet article est creux et on aurait pu au moins mieux combiner les maigres informations qui sont autour du sujet, l’auteur aurait dû aussi s’inspirer de l’article d’Ayesha Siddiqa « Mainmise des militaires sur les richesses du Pakistan » dans Le Monde Diplomatique pour pousser le sujet plus loin... Il est navrant de constater que cet article relève plus du roman de complot politique que d’une réflexion journalistique pertinente.


      • moebius 31 décembre 2007 23:40

        bonne année


        • moebius 1er janvier 2008 04:02

          .Pakistan islamiste ? qu’en pense l’Inde ? Allez vous ballader du coté de Srinagar, respirez la tension, la haine entre indouistes et musulmans lisez la betise qui les unie dans la peur. Lisez aussi Salman Rushdie qui sait

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès