Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le scandale du pardon en Colombie

Le scandale du pardon en Colombie

Amnesty International dénonce l’impunité qui permet aux paramilitaires ayant commis les pires exactions contre les victimes de la guerre civile de ... rentrer chez eux. Extrait de conférence tenue à Amnesty France.

Le gouvernement colombien met en place la démobilisation des groupements paramilitaires, mais il s’avère que cette initiative assure l’impunité des guérilléros, des militaires et de tous ceux qui ont encouragé leurs activités, ce qui revient à nier toutes les victimes et tout le travail effectué par les associations.

D’autre part, ce système correspond en fait à une résurgence de l’activité paramilitaire dont la définition politique est : "forme de sédition".

Les groupes paramilitaires ont toujours été intégrés à la stratégie de lutte contre la junte, il permettent aux militaires de ne pas s’impliquer directement dans un mode de guerre sale ( terreur, peur, etc.)

Si les liens entre les paramilitaires et les militaires ont toujours été niés au niveau international, ils sont clairement annoncés au niveau local. Il n’y a donc aucune issue pour échapper à leurs « activités », tout est verrouillé.

En 1960 environ, par loi et décret, des bandes civiles armées ont été constituées pour lutter contre la junte. Il s’en est suivi une augmentation de la violation des droits humains.

En 1989, les paramilitaires ont été déclarés illégaux mais leur activité continue à augmenter dans tout le pays.

Fin des années 1990, l’ONU demande leur démantèlement, et une politique de démobilisation leur conférant l’impunité se met en place en 2002.

Pour faciliter l’impunité, 2 décrets ont été votés :

Le n°128 qui permet aux combattants de se rendre aux autorités et - bien que non mis en accusation- d’être graciés de facto. Ces combattants ne sont pas tenus de fournir de renseignements sur leur groupe d’activité paramilitaire.

La plupart des membres paramilitaires ne sont pas sujets à des poursuites s’ils se rendent après avoir participé à un massacre, ils sont pardonnés. 11 945 pardons pour 55 poursuites judiciaires.

La loi pour la justice et la paix : elle bénéficie aux paramilitaires , ceux qui sont coupables sont punis de peines limitées , pas purgées en prison mais souvent en secteur agricole, éventuellement sur leurs terres précédemment volées aux populations locales, l’enquêteur peut archiver le dossier ( il y a des milliers d’enquêtes et seulement quelques enquêteurs), l’archivage se fait sur la base d’enquêtes préliminaires , l’amnistie est donc prononcée de facto.

Les parties tierces impliquées ne sont pas non plus inquiétées, il y a possibilité d’interrompre une enquête si elle est jugée inopportune. L’infrastructure du paramilitarisme reste intacte, il peut donc resurgir.

Le gouvernement a prévu en effet un réseau de civils pour fournir des renseignements aux militaires (ce qui correspond à un recyclage des paramilitaires démobilisés, qui sont payés et quelquefois armés pour une intelligencia militaire).

A Meddelin, les paramilitaires se sont consolidés dans la ville, aidés des militaires, ils ont tué ceux que les militaires accusaient d’être des guérilleros.

Il y a eu un processus de démobilisation en 2003, puis un autre en 2005, qui ont abouti à une légalisation de ces groupes ainsi qu’à des massacres après la démobilisation. Ils ont maintenant des contrats de sécurité dans les écoles , les banlieues. Ils deviennent des collaborateurs de la police. Les gouvernements devraient :

- Insister sur l’application intégrale des conventions de l’ONU

- Obliger le gouvernement colombien à faire face à l’impunité et reconnaître les victimes (action sur les contrats d’impunité, visites de victimes)

- Respect des victimes

Enfin, la communauté internationale ne doit pas financer des projets qui donnent légitimité à l’impunité.


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • (---.---.200.92) 7 février 2006 11:55

    Je travaille en Angola , la auusi un passé violent reste sans suites juridiques,aux dires des Angolais c’est une volonté commune afin de ne pas retomber dans des conlits internes qui ont laissé des cicatrices qui vont avoir du mal a se refermer. A ce jour le peuple a une volonté qui se retrouve dans l’éffort du travail ,j’ai comme chauffeur un ex colonel rebelle qui m’à dit a plusieurs reprises qu’il n’est pas sorti intact de ce long conflit. Peut’être que c’est une solution de vouloir tirer une croix sur le passé pour ressurgir positivement . Je n’ai pas d’avis sur la question , mais je ne fait que constater que ça marche et il y a des choses que l’on ressent au contact de ces réscapés du malheur d’un coté comme de l’autre . Je ne suis pas un littairaire mais ça me fait du bien de m’exprimer avec mes moyens.


    • Prosper Prosper 7 février 2006 14:31

      Merci de ce témoignage qui ne manque pas de faire réfléchir.


    • Scipion (---.---.152.122) 7 février 2006 12:02

      Très franchement, et sans offense, ce qui se passe en Colombie est très proche du dernier de nos soucis, par les temps qui courent...


      • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 7 février 2006 13:05

        Du dernier de ’vos’ soucis pour être précis.

        Cela ne me touche pas particulièrement non plus, mais avoir un peu de respect pour ce qui peut toucher certains de vos compatriotes serait un moindre mal...


      • (---.---.200.80) 7 février 2006 14:33

        pourquoi laisser paraître ce genre d’imbécilité ,ce n’est pas ce que j’attend de votre organisme . Ce personnage est irréspecteux de la soufrance de ses semblables ,je le méprise


      • (---.---.42.55) 7 février 2006 14:10

        Je ne suis pas sûre de bien comprendre vos propos... Il s’agit simplement de réagir par rapport à des faits d’actualité. Pas de mal à cela, que ce sujet soit estimé/jugé « prioritaire ou pas » par chacun de nous.


        • Scipion (---.---.152.122) 7 février 2006 16:11

          Il y a mille problèmes qui, actuellement, assaillent notre société (problèmes économiques, sociaux, scolaires, religieux, structurels, j’en passe et de plus sévères) et il y en a qui n’ont rien de mieux à faire que de se mobiliser pour le droit-d’l’hommisme en Colombie.

          C’est une préoccupation de bourgeois oisifs et blasés. Je trouve cela à la fois dérisoire et monstrueux. Sans doute parce que j’ai été élevé dans cette règle que l’on doit commencer par balayer devant sa porte.

          La Colombie... Je vous demande un peu...


        • Scipion (---.---.152.122) 7 février 2006 17:45

          En se dispersant chez les « Martiens », votre action est insultante au regard des gens qui souffrent dans votre jardin.

          Vous me faites penser aux quatre cent mille zozos qui, sur le plateau du Larzac, en juillet 2003, beuglaient leur solidarité avec les Indiens du Chiapas, pendant qu’en France, quinze mille vieux crevaient de canicule, dans l’indifférence générale...

          Les charitables qui pratiquent la préférence exotique, y’en a marre !


        • Prosper Prosper 7 février 2006 16:34

          Vos propos sont insultants au regard de gens qui souffrent. Sans doute pour vous la douleur est elle inversement proportionnelle aux km qui nous en sépare. « La Colombie, je vous demande un peu » ? Ne me demandez rien, restez chez vous, fermez la porte, tirez les volets et laissez le monde tourner sans vous.


          • freddo (---.---.0.150) 8 février 2006 07:14

            je ne comprends pas si un message ne vous interesse pas, pourquoi laissez un commentaire, passez à autre chose. Cassez vous ! c’est tout ! cet article m’intéresse, donc je laisse un commentaire. la réconsiliation nationale laisse toujours des problèmes avec le temps : l’impunité ! il n’y a qu’à voir le présent de l’Argentine et le Chili, où il y a eu des dictatures dures et les auteurs sont actuellement poursuivis même après la réconciliation nationnale. au moins, on puni les chefs, responsables de génocides, massacres ou tourtures, mais il reste toujours un bon nombre qui passe entre les mailles du filet, c’est à cela que sert la réconciliation, ne pas mettre tout le monde en prison, car, tous, ils ont tous fait à un moment ou un autre des excès. (je me comprends quand je dis excès)

            mais il est necessaire de faire enfin cette réconciliation et surtout en Colombie, c’est un très beau pays, les gens très accueillants, chaleureux et surtout c’est un pays à découvrir. mais tout de même, c’est un pays qui n’est pas stable d’une région à une autre, d’un quartier à un autre. c’est un pays organisé qui ne demande qu’à finir avec cette guérilla, qui l’empêche enfin de s’épanouir non pas pour la coke mais pour se développer réellement. mais le problème, c’est qu’il y a trop d’armes en circulation et trop de fric mal sain.

            perso Colombie ils nous doivent 152 morts martiniquais car ils n’ont fait aucune excuse publique, alors que cette compagnie aérienne, West Caribean, était déjà hors normes (ils le savaient), sans fonds propre, avec des équipages surexploités souspayés non formés (le copilote avait 21 ans, c’est jeune quant même), avec des avions sans maintenance grace au canibalisme de pièces, et avec déjà un passif de 2 krashs de vols en 2004. ils ne sont même pas venus à la cérémonie d’hommage à la Martinique, contrairement à ce grand Monsieur Chavez, presidente del Venezuela.

            et on veut me faire croire que l’avion s’est krashé juste à cause du givre sur les ailes et commandes de l’appareil !!!!!!

            non non !!!!


            • Ludovic Charpentier (---.---.68.72) 8 février 2006 10:45

              Que de généralités... Parce qu’on se soucie de la Colombie, on méprise la France ? Désolé, Scipion, vous êtes le seul égocentrique que j’ai croisé sur ce forum, et je préfère passer pour un ’bobo’ que pour quelqu’un de votre espèce...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès