Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le socialiste Hubert Védrine au MoDem

Le socialiste Hubert Védrine au MoDem

Le week-end dernier, les proches de François Bayrou étaient en université de rentrée au Cap d’Estérel, un énorme complexe vacancier à deux pas de la Méditerranée, dans le Var.

Le 6 septembre 2008 dans la matinée, les responsables du MoDem avaient choisi trois invités de marque pour venir discuter de l’Union européenne et de ses relations avec le reste du monde avec le ou les milliers de participants (entre mille et deux mille présents à cette manifestation au cours de ces trois jours).


Un invité surprise

Le premier n’était pas une surprise : l’ancien Premier ministre belge, Guy Verhofstadt. Le deuxième était un député italien, Sandro Gozi.

Et le troisième était plus inhabituel puisqu’il s’agissait du socialiste Hubert Védrine, ancien secrétaire général de François Mitterrand à l’Élysée (1991-1995) puis ancien ministre des Affaires étrangères dans le gouvernement de Lionel Jospin (1997-2002).

Les deux principaux dirigeants du MoDem, François Bayrou et Marielle de Sarnez, étaient là pour les accueillir et animer les débats.

Hubert Védrine a tout de suite voulu clarifier sa présence parmi les centristes au Cap d’Estérel alors qu’il se trouvait le week-end précédent parmi ses camarades socialistes à La Rochelle : « Ce n’est pas à la demande de mes innombrables amis socialistes que je suis ici » ou encore : « Je n’ai pas changé de famille politique, mais j’apprécie les positions [de François Bayrou] ».


Pragmatique et réfléchi

Dans ses propos introductifs, Hubert Védrine montrait une évidente maîtrise du sujet, mais aussi un rassurant pragmatisme. Son credo, c’est de rester diplomate tout en disant clairement les choses, ce qui, dans nos relations avec certains pays, peut devenir un exercice ardu.

Pour lui, il n’y a pas la fin de l’Histoire avec la chute du Mur de Berlin, mais bien une nécessité de refaire réellement de la politique étrangère, sans manichéisme : « Dans ce monde-là, nous allons être obligés de refaire de la politique internationale ». Il est faux de dire qu’il n’y a que deux Blocs comme semblent vouloir encore l’imposer la vision d’États-Unis arrogants, entre le Bien et le Mal, entre les Occidentaux et les terroristes islamiques. L’unilatéralisme des Américains et le multilatéralisme des Européens ont tous les deux échoué. Il faut considérer le monde en plusieurs pôles.


Complexité croissante des relations internationales et pôles de puissance

Beaucoup de pays comme la Russie et la Chine sont complexes et les relations entre les Européens et ces pays restent très ambiguës. Parfois, ils sont des partenaires, politiques ou commerciaux, fournisseurs d’énergie ou de produits manufacturés ; parfois, ils représentent une menace, pour les libertés, ou sont des concurrents économiques féroces.

Mais dans ces « pôles de puissance », il n’y a pas que l’Union européenne, les États-Unis, la Russie, la Chine et l’Inde. Il y en a une trentaine, comme l’Iran, le Brésil, l’Afrique du Sud, etc. qui ont un important potentiel économique et politique.

Parmi les défis de l’Union européenne dans ce monde globalisé et complexe, il y a trois réflexions à apporter : la compétitivité économique, la croissance compatible avec les préoccupations écologiques, d’abord compliquées à prendre en compte, mais plus tard porteuses économiquement, et, enfin, la considération d’un monde multipolaire.

Ce monde multipolaire va à l’encontre de la diplomatie américaine actuelle, mais n’est pas aussi simple, selon Hubert Védrine, que celui que voulait initier le président Jacques Chirac et qui n’était qu’une vision individualiste et chaotique où chaque État ou puissance défendait ses intérêts.

La présence de la Russie et de la Chine au sein du Conseil de sécurité de l’ONU avec droit de veto nécessite maintenant de recourir à des alliances ponctuelles, à des coalitions de circonstance, pour faire influer l’un sur l’autre pour la résolution de certains conflits (Ossétie du Sud, Tchétchénie, Iran, Proche-Orient, Birmanie, Tibet, etc.).


Obama ou MacCain, une occasion à ne pas manquer

Pour Hubert Védrine, l’élection américaine du 4 novembre 2008 et l’assurance de la fin de la présidence américaine de George W. Bush constituent une occasion unique à saisir pour l’Union européenne. Si l’Europe est capable de parler d’une seule voix sur le plan diplomatique d’ici la fin de l’année, alors elle aura des chances sérieuses d’être enfin entendue par les États-Unis qui seront amenés, dans tous les cas (Barack Obama ou John MacCain), à réviser leur politique étrangère.

Hubert Védrine déclarait ainsi : « Si les Européens y vont en termes dispersés, ils ne seront pas entendus. Ni même par leurs alliés. Il faudra faire le travail de se mettre d’accord sur tous les sujets, les uns après les autres ».


Smart power

Répondant aux questions de quelques militants du MoDem, Hubert Védrine a insisté pour dire que la "diplomatie d’influence" (la soft power) connaît ses limites face à la "diplomatie de puissance" (la hard power) que mettent en œuvre les États-Unis et la Russie par exemple. Il conviendrait, selon lui, d’adopter une "diplomatie de puissance tranquille" (la smart power).

Il rappelait à cet égard les déclarations de Gorbatchev mettant en garde les Occidentaux contre leur tendance à ne pas prendre en compte la puissance de la Russie, puissance militaire, mais aussi puissance économique (et énergétique). Le conflit géorgien est une sorte de rappel à l’ordre contre la reconnaissance très rapide de l’indépendance du Kosovo et l’absence de prise en compte de la position russe.


Des projets concrets et pas institutionnels, pour l’UPM et l’UE

Pour Hubert Védrine, l’Union pour la Méditerranée rassemblant tous les pays de la Méditerranée est une belle vitrine politico-institutionnelle qui n’accouchera pas de grand-chose, mais sera l’occasion d’un grouillement d’initiatives privées, provenant d’associations ou d’entreprises, pour des sujets environnementaux et, en particulier, sur la dépollution indispensable de la Méditerranée (il cite que 80 % des eaux rejetées dans cette mer sont polluées).

Sur la construction européenne, il est assez affirmatif pour expliquer qu’il n’y aura plus d’avancée institutionnelle et que le cadre institutionnel n’a jamais été un facteur d’avancée. Il croit plus à des coopérations renforcées au sein d’un petit groupe de pays européens pilotes sur de nouveaux sujets. Le principal exemple de réussite de coopération renforcée est la monnaie unique, l’euro n’étant pas encore adopté par tous les pays de l’Union européenne.


Hubert Védrine a-t-il encore un avenir politique ?

Pondéré, posé, Hubert Védrine paraît être une valeur sûre de la politique extérieure de la France et de l’Europe. Ce n’est donc pas étonnant qu’il fut le premier sollicité par le président de la République Nicolas Sarkozy pour rédiger un rapport de mission sur la France et la mondialisation le 2 juillet 2007 (il fut même pressenti pour occuper le quai d’Orsay de nouveau dans le cadre de l’ouverture du gouvernement à des personnalités socialistes).

Énarque proche de Jacques Delors, fils d’un haut fonctionnaire ancien scout, Jean Védrine (né en 1914), qui fut un ami de la Résistance de François Mitterrand (et son ancien directeur adjoint de cabinet lorsque ce dernier était ministre des Anciens Combattants en 1947) et un ancien conseiller d’Edgar Faure en 1968, Hubert Védrine est à 61 ans ce qu’on peut appeler disponible politiquement, même s’il paraît bien occupé par ailleurs : ancien avocat, consultant indépendant en géostratégie, président de l’Institut François-Mitterrand, administrateur de l’Institut des Relations internationales et stratégiques, du groupe LVMH, auteur de dix livres (dont six depuis 2003), il avait aussi préparé avec Alain Juppé, Nicolas Hulot et Edgar Morin la Conférence de Paris sur l’Environnement.


Alors, Hubert Védrine, diplomate dans de futures relations entre le Parti socialiste et le MoDem ? C’est évidemment trop tôt, rien n’est fait, mais tout est permis. À moins qu’une fonction européenne ne l’intéresse. Qui sait ?


Aussi sur le blog.

Sylvain Rakotoarison (9 septembre 2008)


Pour aller plus loin :

Verbatim partiel de l’intervention d’Hubert Védrine.

Forum du MoDem "Europe et relations internationales".




Documents joints à cet article

Le socialiste Hubert Védrine au MoDem Le socialiste Hubert Védrine au MoDem

Moyenne des avis sur cet article :  4.52/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

11 réactions à cet article    


  • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 9 septembre 2008 13:21

    C’est insupportable de voir H Védrine pérorer dans les médias faire son "intelligent" expert en politique internationale alors qu’en 1994 en tant que secrétaire de l’Elysée sous Mitterrand il s’est trempé jusqu’aux oreilles dans le fleuve de sang du génocide au Rwanda et ceci en pleine connaissance des tenants et aboutissants de toute l’affaire. Ce type n’est à mes yeux qu’un vulgaire complice criminel contre l’humanité pour avoir aidé à planifier et à commettre le génocide de plus de 1 million de personnes et est à ce titre susceptible d’avoir un jour à rendre des comptes et de finir sa brillante carrière dans une cours internationale au banc des accusés, les crimes contre l’humanité étant imprescriptibles.

    http://www.genocidemadeinfrance.com/spip.php?article17


    petit extrait de "Hubert Védrine gardien de l’inavouable"de Jacque Morel Georges kapler à lire absolument sur : http://izuba.info/Nuitrwandaise/spip.php?article77

    "Hubert Védrine, secrétaire général de l’Élysée de 1991 à 1995, a été un pivot essentiel du soutien aux auteurs rwandais et français d’une stratégie de guerre totale qui a mené au génocide des Tutsi. Cette politique a été pensée depuis l’Élysée par François Mitterrand et ses conseillers. Parmi ceux-ci, Hubert Védrine était l’un des plus proches de François Mitterrand, il en a été totalement solidaire et l’est resté. En 1996 il écrit Les mondes de François Mitterrand (Fayard), une apologie de sa politique étrangère. « Ma conclusion, et ma conviction, écrit-il encore en 2004, sont que l’action de la France, hélas seule, a retardé le génocide jusqu’en 1994. »5 Il a succédé à Roland Dumas en tant que président de l’Institut François Mitterrand qui organise des manifestations célébrant l’épopée mitterrandienne."


    • non666 non666 9 septembre 2008 13:42

      "faire son intelligent" : C’est sur que Vedrine le peut, LUI.

      Il n’y a pas beaucoup de socialistes qui aient à la fois ses competences et son niveau de precoccupation.
      On ne le voit pas baucoup dans les manoeuvres d’appareils pour le combat des chefs, LUI.

      Mais l’accuser lui ou la France d’etre responsable du genocide Ruandais, je ne connais qu’un seul type de lobby qui ose le soutenir, chez nous, en France.

      Le contre feux des amis des etats unis et d’israel continue donc sur le terrain Ruandais pour justifier la "bavure" irakienne et la perte de credit des etats unis.

      Accusons la France d’etre responsable, cela evitera de voir que les Tutsis(minoritaires) sont soutenus et armés par les anglo-saxons et israel....
      Cela evitera de parler de la guerre larvée qui existe dans le centre de l’Afrique pour savoir qui controlera les cases centrale de l’echiquier entre une France en declin et des anglo-saxons qui essaient de pousser leurs pions...


    • Jordi Grau J. GRAU 9 septembre 2008 14:53

      Bonjour.

      Il me semble que l’intelligence de Hubert Védrine ne signifie pas qu’il n’ait aucune responsabilité dans le génocide rwandais. Inversement, ce n’est pas parce qu’il a pu tremper dans cette affaire que ce qu’il dit aujourd’hui n’a aucun intérêt.

      Enfin, il me paraît absurde de discréditer à l’avance tous ceux qui accusent la France d’avoir été complice des génocidaires hutus, en prétendant que ces accusations n’ont d’autre but que de faire oublier les crimes américains. On peut être à la fois hostile à l’impérialisme américain et au néo-colonialisme français. C’est même une attitude très logique, car il y a une grande parenté entr les deux politiques. De la même manière, dénoncer les crimes des soviétiques, naguère, n’était pas nécessairement être un suppôt des diables yankees. En ce qui me concerne, je suis adhérant de Survie, association qui dénonce depuis des années la Françafrique, c’est-à-dire les liens plus ou moins criminels qui unissent la France (ses gouvernements, ses grandes entreprises, son armée, ses mercenaires) et certains gouvernements africains. Ce n’est pas pour autant que je suis contre la France (c’est-à-dire à la population française, qui n’a aucun intérêt, à mon avis, à ce que ces magouilles continuent) et pour les Américains et les Chinois (qui sont de sérieux concurrents de la France en terre africaine). Ce serait aussi absurde que de qualifier Chomsky de "pro-français", d’hostile au peuple américain, ou de "pro-russe" parce qu’il dénonce la politique impérialiste menée par les gens qui prétendent défendre les intérêts de ses concitoyens. 

      Bref cessons d’avoir une pensée binaire : on peut critiquer tout à la fois Bush, Poutine, Hu Jintao et Sarkozy (ou Hubert Védrine) !


    • faxtronic faxtronic 10 septembre 2008 10:47

      Il faut foutre un coup de pied au cul tous les membres de Survie. Barre


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 10 septembre 2008 10:58

      @ faftronik
      Apprend d’abbord à écrire le français avant de donner des coups de pied au cul débile mental !


    • Ran 10 septembre 2008 12:54

      J. Grau : merci de ce rappel nécessaire. Je soulignais sur un autre fil qu’on pouvait critiquer le gouvernement israélien sans être antisémite, et j’apprécie que vous rappeliez qu’on peut critiquer à la fois la ploutocratie russe et l’impérialisme américain (et l’autocratie chinoise au passage, ne soyons pas sectaires)... et ce sans forcément aller à la gamelle chez une puissance concurrente !

      Malheureusement, en ce début de 21e siècle, les notions "pour qui tu roules" ou "quelle est ta chapelle" semblent bien mieux comprises que "quelles sont tes convictions"... On pensait que le 20 siècle serait le siècle des idéaux, c’est maintenant un bien triste millénaire qui commence par une belle gueule de bois !


    • Marcel Chapoutier Marcel Chapoutier 9 septembre 2008 16:36

      Comment peut-on parler d’intelligence de la part d’un type comme Védrine qui ayant largement participé au massacre de 1 million de personnes s’imagine que tout le monde va ignorer ses responsabilités et qu’il peut échapper à un juste châtiment.

      Ne serai ce que par sa conscience, bien sûr il ne tenait pas les machettes, il n’a pas vu directement les femmes et les enfants dépecés vivants, c’est un criminel de bureau, de la race des Papon. 

      Franchement je le plains, le jour ou il va comprendre, ou il va cesser de fuir ses responsabilités ça risque d’être violent, je n’aimerais pas être à sa place. 


      • faxtronic faxtronic 10 septembre 2008 10:45

        tu n’es qu’un idiot avec tes guignoleries de rwanda a la con.


      • Alain-Goethe 9 septembre 2008 16:58

        BONJOUR !

        - Je sais pas si vs êtes comme moi..

        - ai l’impression que cette rentrée.. ça va encore + vite que rentrée 07 : plutôt dans le mauvais sens !


        - Nous qui surfons sur le web, on essaie de s’informer.. de se faire "notre synthèse provisoire" afin d’agir ; synthèse vite remise en question par d’autres events etc..

        - ai mis en mémoire les docs relatives à Université Rentrée du MoDem etc..


        - Vedrinne : Voici qq temps, j’ai acheté son " rapport pour le Pdt de la Républ . sur France et Mondialisation".. n’ai fait que le parcourir en zig zag.. Y a qu’à .. le lire..

        - je vois qu’il a écrit 5 autres livres... Je vais aussi écrire un livre.. Pas vous ??

        - nous aurions de quoi raconter sur ces belles "démocraties" : U.S, France, Géorgie etc...
        PS : Excuses.. j’ai du boulot par ailleurs


        • Christoff_M Christoff_M 12 septembre 2008 02:27

           chacun écrit son livre avec ses petites idées et sa vision limitée du monde, cela fait partie de signes évidents de décrépitude du monde occidental !!


        • Christoff_M Christoff_M 9 septembre 2008 19:02

           Un peu de poids chez monsieur Bayrou.... enfin, à suivre avec patience...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès