Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le sommet des BRICS du 28 mars 2012 : la première pierre d’un nouvel (...)

Le sommet des BRICS du 28 mars 2012 : la première pierre d’un nouvel ordre économique mondial. 1/2 enjeux

Le sommet des pays Brésil Russie Inde Chine Afrique-du-Sud qui se tient à New-Delhi va probablement donner son lot de surprises et d'initiatives. Quels sont les enjeux de ce sommet ? Quels seront ses résultats ? Réponse dans quelques jours ; En attendant quelques pistes pour décrypter l'inévitable propagande télévisuelle.

Depuis l'élection de Vladimir Poutine comme président de la Russie jusqu'en 2018, l'empire est arrêté. L'état-major américain reconnaît publiquement que les systèmes sol-air S-300PMU2 Favorit (Précision annoncée de 70% de coups au but contre un missile balistique et de plus de plus 80% contre un avion), ne lui permettent plus d'avoir la suprématie aérienne sans laquelle la machine de guerre américaine s'enraye. Le fameux missile tomahawks qui détruit les systèmes radars avant que le ballet commence serait détruit. Ce système est d'une telle précision qu'une armée hésiterait avant d'y envoyer ses avions à 150 millions d'euros pièce pour une nouvelle no-fly zone. L'attitude très volontariste de Poutine laisse peu de doute sur son intention d'en équiper l'Iran (qui en posséderait déjà) si cette crise devait mener à une guerre. de Poutine montre comment il faut agir face à un empire militariste. L'esprit de Munich, les velléités, l'indécision, les concessions provoquent les guerres. La fermeté les arrête.
 
Le monde de l'OTAN se heurte à un adversaire déterminé et aussi développé que lui. La solution chez les militaires reste l'attaque surprise avec toutes les forces balistiques nucléaires pour rendre la frappe de retour de faible efficacité.
 
La chose la plus probable est la continuation de la guerre de l'information, de la subversion des jeunes générations par des équivalent Facebook (les jeunes arriveront un jour aux postes de responsabilité), les ONG « humanitaires financées par la CIA » et surtout l'exportation du chaos financier exporté de Wall-street-City.
 
C'est là où le sommet du BRICS du 28 mars prend tout son importance. L'affaire de l'embargo dur l'Iran a montré que les États-Unis et l'Union Européenne employaient des moyens économiques à des fins de guerre.
 
Les pays qui ne réduisent pas suffisamment leur importations de pétrole iranien ont été menacés de ne plus pouvoir commercer avec les États-Unis. Les pays européen et le Japon ont reçu un délai de « grâce » avant les sanctions jusqu'à fin juin. Les autres (Chine, Iran, Pakistan, Birmanie, Indonésie, Malaisie Singapour, Taïwan, Corée du Nord, Sri-Lanka) se retrouvent sur la liste non pas de l'axe du mal mais sur celle des mauvais élèves qui seront punis par l'intermédiaire de leurs institutions bancaire ou financières.
 
L’Iran a été coupé du système SWIFT (simple wireless international financial transfer). Il lui devient donc impossible d'envoyer ou de recevoir des virements bancaires via sa banque centrale ou des banques iraniennes. On appréciera l'intelligence de cet embargo qui renchérit le prix du pétrole en France et qui le détourne vers les pays en pleine croissance. Des pays déclinants voudraient accélérer leur déclin qu'ils ne réussiraient pas mieux.
 
Cette politique de terreur économique crée un monde complètement instable ou l'activité économique ordinaire (qui n'est déjà pas facile !! ) peut être détruite sur une simple décision géopolitique ; Des emplois sont détruits en quelques mois. Une version des armes de destruction massive appliquée à la sphère économique.
 
La Chine a violemment protesté. L’inde aussi, ce qui est assez nouveau et sur un ton cassant. 
 
On remarquera que parmi les pays menacés par les États-Unis figurent ses excellents alliés comme la Corée du Sud, Taïwan, les Philippines et l'Inde jusqu'à une date récente. On peut parler de syndrome du blocus continental : la guerre économique en entravant une activité naturelle et pacifique vous crée un nombre incalculable d'ennemis.
 
Maintenant que l'hyperpuissance américaine se casse les dents sur le S300 et 3M-54 (qui est à un missile exocet ce qu'un obus est à une catapulte) russes, les capacités iraniennes en décryptage qui ont permis à l'Iran de faire se poser un drone hyper sophistique prévu pour s'autodétruire au moindre problème et aux capacités en cyber attaques chinoises (plus l'événement historique de voir la marine chinoise en méditerranée rapatrier des Taïwanais) les nations développées non occidentales sont libres d'agir pour détruire ou au moins se protéger du système économique mondial toxique basé sur la suprématie du dollar et créer à terme leur zone économique libérée du cancer des produits dérivés et autres créances pourries qui caractérisent l'Ouest.
 
Entre 1000 et 2000 milliards de milliards de produits dérivés plombent l'économie des pays occidentaux. Depuis 2008 la Chine diminue doucement ses réserves de dollars et les remplace par des roubles, euros, roupies, yen, or. Dans l'éventualité du big krach reporté mais inévitable et prévu par le GEAB pour l'été 2012.
 
Les pays du Brics ont pour ordre du jour la création d'un banque du développement qui puisse régler les échanges internationaux dans cette zone.
 
Il faut attendre l'article prochain pour savoir ce qui sortira de ce sommet. Probablement des bouleversements formidables qui poseront encore aux élites françaises, si elles valent encore quoi que ce soit, la question cruciale : accrochons nous au Titanic qui coule (50 % de la population américaine vit désormais en dessous du seuil de pauvreté).ou jouons nous un grand jeu avec l'Allemagne, la Russie, la Chine, l'Inde, le Brésil, l'Iran (avec les pays qui produisent autre-chose que des dettes).
 
Encore une fois tout affaiblissement de cet empire militariste-monétariste n'est que bonne nouvelle. Dans l'hypothèse d'un succès du BRICS, la moitié de la population mondiale aurait le droit de vivre et de se développer. L'autre sombrerait et finirait après maintes vicissitudes aux restos du cœur (dévalisés) ou à la soupe populaire.On n'a aucune inquiétude évidemment dans ce scénario pour les 5 % les plus riches.

Moyenne des avis sur cet article :  4.62/5   (21 votes)




Réagissez à l'article

8 réactions à cet article    


  • Mefrange Christian Tallon 30 mars 2012 12:07

    Erratum : .

    Chine, Inde, Corée (?) , Indonésie, Malaisie, Pakistan, Afrique-du-Sud, Turquie, Taïwan, Philippines, Singapour, Sri-lanka 

    Impossible de savoir si la Corée du Sud qui importe 10 % de son pétrole d’Iran est sur la liste des punis ou des exemptés de punition. (UE + Japon). Quelqu’un peut-il aider ? Merci

    Si on ajoute l’Iran et la Russie, on obtient un groupe économique cohérent et parfaitement viable qui peut se passer de l’Ouest et de ses dettes pourries. Dans ce scénario le pétrole iranien serait vital.

    Il est à noter qu’un programme Russie-Iran de coopération dans le domaine du pétrole (l’Iran a des capacités de raffinage encore insuffisantes) n’a pas été affecté par les sanctions.

    Si on ajoute  l’arrestation du militant pour la paix Daniel Ellsberg alors qu’il protestait contre les test de missiles balistiques intercontinentaux aux États-Unis, on a une idée du niveau de tension existant. Selon lui, l’utilisation de 1 % de l’arsenal mondial serait suffisant pour produire un hiver nucléaire et des dommages irrémédiables à la couche d’ozone. Il demande ce qui est prévu par le traité de non prolifération nucléaire : le démantèlement des arsenaux nucléaires. En cas de détection d’une attaque (vraie ou fausse), la décision de faire partir ces missiles doit être prise en moins de 13 minutes.


    • tinga 30 mars 2012 14:24

      Merci pour cette analyse claire et concise.


      • Mefrange Christian Tallon 30 mars 2012 16:06

        Merci pour ces propos encourageants ! J’ai fait une petite carte ici pour rendre la chose plus visuelle


        • Al West 30 mars 2012 16:22

          Les Russes viennent justement de dire qu’ils arrêtaient de produire les S300 devenus obsolètes et qu’ils ne produiraient plus que les S400. Ils ont également déclaré, peut-être de l’intox comme ils l’avaient fait avec l’arme nucléaire au début de la guerre froide, qu’ils étaient très confiants dans la mise au point d’un nouveau missile que le bouclier de l’OTAN ne serait pas capable d’intercepter.

          La position de l’Inde n’est pas tellement une surprise il me semble. Elle n’a jamais été le véritable allié des Etats-Unis, d’autant plus vu l’influence qu’avait jusqu’à récemment ce dernier au Pakistan. D’ailleurs à ce propos les Etats-Unis sont en train de se faire botter de partout. Hilary Clinton reconnaît que la situation en Afghanistan n’est plus vraiment sous contrôle, la population pakistanaise enchaîne les manifestations anti-états-uniennes alors que le gouvernement se rapproche de plus en plus de l’Iran avec lequel il a un projet de pipeline soutenu par les Russes. L’influence des Etats-Unis commence donc à en prendre un sérieux coup dans cette région, et d’ailleurs on voit qu’ils se rabattent sur des régimes beaucoup moins solides économiquement et militairement qui sont prêts à manger dans leur main, comme le Kirghizistan.

          En tout cas, plus le temps passe et plus les Occidentaux perdent leur influence. Soit ils se décident rapidement à déclencher un conflit régional, soit ils peuvent abandonner leur espoir hégémonique.


          • paul 30 mars 2012 18:57

            Les BRICS, une chance de rééquilibrer les forces, de sortir de ce monde unipolaire construit autour de l’OTAN . Sans eux, sarko aurait déjà envoyé BHL puis l’armée en Syrie .
            Une intervention militaire en Iran étant très dangereuse pour les E.U. et ses toutous dociles, il reste l’action subversive et l’embargo .
            Pour la subversion, ils ont une grande expérience avec les cellules stay-behind coordonnées par l’OTAN pendant la guerre froide dans 16 pays de l’Europe de l’Ouest .Les relais médiatiques sont aujourd’hui un outil puissant de propagande .

            Pour l’embargo, l’action avec Swift , société de droit belge, a été possible avec l’accord obtenu en août 2010 avec l’U.E., leur permettant d’utiliser toutes les données des transactions bancaires, sous prétexte de lutte contre le terrorisme . On a échappé de peu au Patriot Act en Europe .
            Le contournement de cet embargo économique devrait passer par la substitution du dollar hégémonique mais empoisonné, par d’autres monnaies ,yen, euro ..
            Le commerce des produits pétroliers iraniens ne va pas se ralentir, puisqu’un gazoduc avec le Pakistan est en cours de réalisation,et pourrait être prolongé en Inde, tandis que la Chine souhaite augmenter ses importations .

            Donc échec probable de l’embargo pour nuire à l’économie iranienne,mais facteur supplémentaire pour la remontée des cours du pétrole, malgré la ridicule mesure par qui vous savez, d’utiliser les réserves stratégiques pour les faire baisser .


            • lloreen 31 mars 2012 00:17

              Ce qui est totalement incompréhensible c’est de constater qu’il est encore toujours question de pétrole alors que les savants comme Tesla et Schauberger ont mis les énergies libres en évidence déjà avant le début du vingtième siècle.

              Leurs découvertes ont été dévoyées et interdites par le cartel militaro-industriel, celui qui nous rabâche sur les ondes que la troisième guerre mondiale serait « inévitable » parce que les « méchants iraniens » ne veulent plus vendre leur pétrole...

              Pour avoir une idée des nombreuses possibilités existantes il y a ce site très intéressant et une citation de B. Fuller
              « Il n’y a pas de crise de l’énergie, simplement une crise d’ignorance ».

              http://quanthomme.free.fr/qhsuite/ListeNouv.htm

              Il y a aussi cette nouvelle technologie disponible dès 2013
              http://www.agoravox.fr/actualites/technologies/article/e-cat-se-chauffer-pour-20-eur-par-108390

              Tout le monde a encore en tête l’affaire de Montauban et de Toulouse et il est évident que lorsque l’on connait ces réalités, il devient difficile de gober les inepties de politiciens et d’ « experts » concernant la « crise » énergétique...


              • aliante 31 mars 2012 00:19

                En plus Poutine n’attend que ça ce revirement français vers la Russie etant un pays qui pése en Europe ,souhaitons que le réalisme l’emporte ,les difficultés financières de la France ne sont pas insurmontables ,à choisir mieux vaut traiter avec des partenaires solvables
                dans l’equipe il n’y a que le front de gauche qui propose de sortir de l’influence atlantiste
                je sais qu’il est très à gauche mais je n’ai pas entendu d’autres candidats sur ce sujet ils sont tous atlantistes ,alors que la France a toujours été un pays avec sa propre politique étrangère

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès