Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le Super Saturday de Barack Obama

Le Super Saturday de Barack Obama

La Louisiane semble aussi bien partie que les autres scrutins du jour pour BHO : outre l’Etat du Sud, le sénateur de l’Illinois raflerait donc la mise sur le Nord (Nebraska), le Nord-Ouest (Washington) et même par-delà les mers (îles Vierges américaines).

Nouvelle tendance ? Son solide Super Tuesday avait déjà été prolongé par une chasse aux donateurs plus fructueuse que celle de sa rivale Hillary. S’il limite la casse en Nouvelle-Angleterre ce soir (et a fortiori s’il l’emporte dans le Maine), Obama pourrait bien se présenter en position de force le 12 pour ce qui sera probablement la journée-clé : le district de Colombia, la Virginie et le Maryland se prononceront, c’est-à-dire la capitale fédérale et ses alentours ; le coeur du pouvoir politique.

Bien au-delà des 240 délégués démocrates en jeu sur ces trois Etats, une décision nette pourrait influencer de façon décisive les superdélégués dans la perspective de la Convention. C’est confirmé depuis mardi, la différence se fera comme on le pressentait sur ces 796 représentants sur lesquels le commun des démocrates n’a aucune prise dans les primaires et caucus en cours. Hillary Clinton aura le plus à perdre : le moindre signe de lâchage de l’establishment et de Washington DC, et personne ne misera plus le moindre kopek sur elle.

Côté républicains, le sursaut de Huckabee prouve à ceux qui en doutaient encore le poids des ultraconservateurs et des theocons dans le pays. McCain n’a plus Romney face à lui et les mathématiques ne sont pas en faveur de l’ex-pasteur, mais comme le rappelle fort justement Huck : "je n’ai pas réussi mes études dans les maths, mais dans les miracles".

---

Article original : sur blogules.


Moyenne des avis sur cet article :  4.43/5   (7 votes)




Réagissez à l'article

14 réactions à cet article    


  • TALL 11 février 2008 09:45

    Comme disait le général : "le peuple, c’est des veaux". Non pas parce qu’Obama ne puisse pas être un bon président s’il le devenait, mais bien parce que le critère basique du choix de l’électeur est encore et toujours le même : la sympathie.

    C’est comme ça que Bush a battu Al Gore en 2000, on connaît la suite ...


    • stephanemot stephanemot 11 février 2008 11:44

      Tall,

      Cela s’est effectivement joué à la "sympathie" en 2000 : celle liant Katherine Harris à Jeb Bush...

      La surréaliste histoire des scrutins en Floride nous promet de nouveaux épisodes croustillants : la victoire de Clinton aux Primaires Démocrates a déjà compté pour du beurre, celle du candidat finaliste risque à nouveau de se convertir en victoire Républicaine...


    • Kobayachi Kobayachi 12 février 2008 06:57

      La sympathie... et aussi le marketing ! (dont le but est de crée de la sympathie pour vous ou votre produit)

      Un bon indice est souvent le temps d’antenne accorder ou acheter par les candidats. Hillary avais 46 heures d’antenne, Obama quand a lui 43 et Edwards 13 juste avant le super tuesday. Un indice presque aussi precis que les sondages, malheureusement il est souvent difficile de trouver des chiffres, a moins de faire ses propres comptes. L’image de candidats relayé par les medias joue un role essentiel egalement.

      Vue de cette perspective, l’election de NS etait presque une evidence en France. 

      A ce point personne ne peut encore faire de pronostiques entre Obama et Clinton. Il suffit de fair un tour chez tous les medias americains pour se rendre vite compte que les resultats anoncés sont souvent contradictoirs. Chacque chaine televisé annonce un nombre de delegué different pour les 2 protagonistes . En revanche tout le monde s’accorde a dire que le choix finale sera fait par les super délégués. 

      Bien souvent l’homme (primate evolué) agit sur des instincts tres primaires. C’est le cas aussi pour la sympathie .

       

      PS : Hillary joue plutot la carte de l’empathie apres avoir verser des larmes a 2 reprises. Empathies qui lui ont permises de se refaire juste avant le super tuesday et de renflouer ses caisses apres avoir du debourser 5 millions de ses fonds privé.


    • eric 11 février 2008 10:14

      Théocons ?

      http://www.tucc.org/home.htm

      Site de l’’église d’Obama qui pense que la couleur de la peau fait une différence au regard de Dieu.

      Tall a presque raison, la sympathie, mais même pas pour la personne mais pour l’idée que l’on s’en fait et cela est particulièrement vrai pour les franças qui regardene tcel de loin.


      • stephanemot stephanemot 11 février 2008 11:51

        "Unashamedly Black and Unapologetically Christian"

        tout un programme...


      • ZEN ZEN 11 février 2008 10:31

        Au fait, un détail...Mis à part la largeur de son sourire, quel est le programme d’Obama ?


        • stephanemot stephanemot 11 février 2008 11:01

          Un peu comme pour Sarko, mais dans un style radicalement différent, le programme porte à la fois sur le fond et la forme.

          Sur la forme, il y a une posture pragmatique et non partisane. Il vend avant tout son "jugement" et son indépendance, un point de vue non nécessairement centré sur les States mais prenant en compte l’état du monde. C’était risqué à ce stade de la campagne.

          Sur le fond, il n’y a pas de grande différence avec Clinton sur la politique intérieure, si ce n’est qu’il n’est pas viscéralement attaché à chaque élément habituel du discours Démocrate. C’est sur la politique extérieure qu’il risque de tout bouleverser, avec des enjeux conséquents... ce qui me fait craindre pour sa peau, 40 ans après le doublé RFK-JFK.

          Au final, tout dépend de qui l’entourera. C’est la grande inconnue, mais je suis raisonnablement confiant sur sa capacité à choisir les meilleurs dans la masse qui proposera ses services. En fait, son meilleur atout pourrait bien s’avérer Michelle Obama.

           

          PS : le Maine est dans la poche, Hillary a viré sa directrice de campagne, et l’on commence à ressortir la smear machine (retour sur le passé fumeux de BHO).


        • Gilles Gilles 11 février 2008 14:16

          Je ne suis pas sûr qu’Obama soit jugé réellement sur son programme, ni aucun autre d’ailleurs. Ils le sont sur la forme, l’image, et Obama a quelques gros atouts dans son jeu. Atous qui lui permettent de ratisser large :

          - Il a pris parti contre la guerre d’Iraq, à l’opposé de l’establishment démocrate. COURAGE,CONVICTION. Clinton elle était une va t-en guerre.

          - Travailleur social à Chicago...bien payé OK mais il aurait pu faire une carrière largement mieux payé dans la finance, le droit ou ailleurs. ABNEGATION, DON DE SOI Clinton et son mari sont plutôt des affairistes opportunistes, d’ailleurs impliqués dans des affaires louches en leurs temps et amassant du pognon à la pelle

          - Connaissance de l’etranger, d’autres cultures, lui de père Kenyan ayant vécu en Indonésie, à hawai l’état le plus métissé culturellement des USA (parait-il) et même fréquenté l’école coranique jeune. OUVERTURE (quoique que certains en sont effrayés) Clinton connait surtout les palais dorés et les tapis rouges et je crois que pas mal d’américains ont compris que comprendre le monde extérieur c’est aussi un atout

          - Converti au christianisme....ça ça plait toujours, ça fait vrai croyant honnête.

          - Naturellement plus amène qu’Hillary (du moins en image...)

          Sur qu’un Obama semble donner un coup de djeune et d’intelligence à la Maison Blanche

          Mais je crois que le meilleur candidat était John Edwards....le plus à gauche (le moins à droite), anti lobby, plus social dans son discours. mais hélas, c’est un WASP


        • TALL 11 février 2008 18:03

          Abnégation et don de soi ?

          Sauf qu’une campagne électorale, c’est toujours une brocante de beaux rêves. Restons les pieds sur terre. Pour moi, l’expérience de Clinton est primordiale, mais je ne suis pas ricain, et ils vont sans doute élire Obama, comme c’est parti là. La situation précise en chiffres ici


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 février 2008 22:37

           Obama mise sur deux thèmes : Les choses peuvent changer et NOUS pouvons les faire changer. Effroyablement simpliste, mais tout autre message serait une fâcheuse distraction., car le problème aux USA est justement que le système semble imperméable au changement... et que le citoyen moyen n’a AUCUN pouvoir. Quels changements ? Sans importance, car lambda ne les comprendrait pas au-dela des slogans. Quel pouvoir ?... Sans importance. Changer quoi que ce soit, c’est ça le pouvoir

          Tellement efficace, qu’on doit imaginer Obama porté et financé par tout ce dont le Pouvoir en place dispose. Une spectaculaire arnaque de l’Establishment pour se refaire une vertu.. MAIS .... on a vu souvent des systèmes "astucieux" jouer la carte du sauveur qu’il pourrait manipuler... pour découvrir que le Sauveur en place peut très bien prendre VRAIMENT le pouvoir. C’est ça, qui rend la situation actuelle passionnante.

          Nouvelle Société

          PJCA


        • stephanemot stephanemot 12 février 2008 04:34

          Pour moi Edwards a perdu les Primaires de 2008 lors de son débat avec Cheney en 2004 : le brillant avocat s’était lamentablement écrasé face à une cible idéale sans saisir les nombreuses occasions offertes, et sur le coup m’avait franchement déçu. Edwards n’a pas réussi à imposer un duo complémentaire avec Kerry : le tandem good cop - good cop n’a pas résisté face à la Rove Machine.

          S’en sont suivi 4 ans sans grand intérêt : au lieu de s’épaissir le personnage s’est effacé et le rebelle endormi.

          Sa campagne de 2008 n’avait pas la même conviction et était dès le départ vouée à l’échec. On ne l’a jamais senti aussi habité par le combat (à sa décharge, celui de son épouse était plus critique), et dès que le duel BO / HC s’est dessiné il s’est fait tout petit et inaudible, accélérant sa sortie de la course.


        • stephanemot stephanemot 12 février 2008 13:36

          A propos d’Edwards, je le sens bien viser la vice présidence Clinton, sachant qu’un ticket Obama-Edwards n’aurait aucun sens. A moins qu’il n’offre son soutien à Barack sans contrepartie : il est plus proche du Sénateur de l’IL que de celui de NY.


        • turenne 12 février 2008 02:33

          Par pure curiosité intélectuelle allez visiter les sites internet des deux candidats :

          http://www.hillaryclinton.com/&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ;&nbsp ; http://www.barackobama.com/index.php

          Sans forcément maitriser les subtilités linguistiques les différences de formes, de fond, de style et de technologies sont saisissantes ... si c’était un baril de lessive lequel acheteriez vous ? (Ne vous offusquez pas ils sont conçus comme tel par des pro de la communication et du marketing).

          Je vous laisse juge. Il faut parfois être d’une neutralité impartiale et laisser chacun se faire son opinion.

          Même imparfaite ça s’appelle la démocratie ... et elle réserve parfois bien des surprises.


          • jack mandon jack mandon 19 février 2008 14:45

            Barak obama est métissé, son histoire génétique et culturelle s’inscrit naturellement dans un espace de partage, de communication, d’ouverture à la différence...c’est une merveilleuse occasion pour les américains de retrouver plus de sympathie, plus de crédibilité dans le monde mais aussi de concrétiser les plus belles espérances humanistes et religieuses, toutes philosohies et religions confondues.

            Une chance inespérée, d’élargir et d’élever les valeurs multiples et diverses véhiculées par cet espèce de foisonnement terrestre plus ou moins humain qui a tellement de difficultés à penser et a vivre dans l’harmonie et dans la joie.

            Ce pourrait être aussi l’occasion pour tous ceux qui portent à tort ou à raison le fardeau de la misère, de l’injustice, de la différence, de la peur, de l’exclusion, de la révolte, du rejet ...la liste est tellement longue, de se sentir représentés à la tête d’une des plus grandes et des plus belles nations du monde (au moins à travers ses représentants fondateurs les plus prestigieux)

            L’occasion pour l’Afrique et pour tous les pays dont les habitants sont encore traumatisés par leur différence, de retrouver l’espoir en l’avennement d’une nouvelle ère, d’un nouveau monde...enfin.

            Stratégiquement dans une dernière analyse, les grands électeurs pourraient le préférer à sa rivale puisqu’il a plus de chance de battre le "marchand de frittes" et républicain mac Caine.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès