Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox Mobile

 Accueil du site > Actualités > International > Le Venezuela de Chavez est-il devenu une colonie cubaine ?

Le Venezuela de Chavez est-il devenu une colonie cubaine ?

L’association entre le régime d’Hugo Chavez et le régime cubain des frères Castro est de notoriété publique. Mais dernièrement alors que la situation interne du Venezuela se dégrade, cette association est de plus en plus questionnée. Ci-dessous la traduction de l’éditorial de Tal Cual du mardi 9 février 2010 rédigé par Teodoro Petkoff. Après cette traduction quelques brefs commentaires pour expliquer mieux le contexte. Il est important de noter que cet éditorial est toujours publié en première page de Tal Cual, un très influent faiseur d’opinion au Venezuela et par conséquent très poursuivi par le pouvoir absolutiste de Chavez qui a déjà cherché à le faire taire, ainsi qu’a Petkoff qui fut forcé hors de son poste d’éditeur de El Mundo (ce qui le mena a fonder Tal Cual). Tal Cual sait très bien le risque de publier de tels éditoriaux qui ne peuvent être démentis par le régime, celui-ci préférant les menaces, la censure et la fermeture.

CUBAZUELA
 
Chacumbélé (jamais plus juste un pseudo, provenant précisément d’une vieille guaracha cubaine) [Tal Cual nomme Chavez Chacumbélé car Chacumbélé était lui même responsable de tous ses malheurs], dans un de ses thèmes les plus répétitifs, passe son temps à fulminer contre ce qu’il appelle « abandon de souveraineté », qui, selon sa version arbitraire et partiale de l’histoire nationale, aurait été la norme de comportement antérieur à son gouvernement. Cependant, nous pouvons dire que dans notre histoire il n’y a jamais rien eu d’aussi obscène à une cession de souveraineté que celle faite à Cuba par ce gouvernement « révolutionnaire ». Avec quelques réserves, on peut admettre la présence de médecins cubains et d’entraîneurs sportifs dans notre pays, mais ce qui se passe dans d’autres domaines de l’Etat est totalement inacceptable car il constitue une véritable intromission par un autre pays dans la gestion de ses affaires nationales.

Des fonctionnaires du gouvernement cubain sont présents chez les notaires et les registres [les notaires et services associés dépendent de d’état], ainsi que dans des domaines stratégiques d’une grande sensibilité, telles que les armées et les agences de renseignement, sans compter les services l’identité.
On les trouve même à l’immigration, à Maiquetía [aéroport de Caracas]. Cela, oui, constitue une cession réelle de la souveraineté. Aucun pays qui se respecte ne peut accepter une ingérence étrangère dans ses institutions les plus cruciales. En plus de cela, la présence de « conseillers » Cubains dans les ministères de santé et d’éducation, ainsi que CANTV et Corpoelec [équivalent France Telecom et EDF, récemment nationalisé au Vénézuéla], est si osée et encombrante qu’elle en devient offensive aux mêmes chavistas [supporters de Chavez], qui sont précisément ceux qui nous font parvenir les données sur cette situation anormale et scandaleuse. Il y a des ministres Cubains qui se sont installés ici depuis des mois et conduisent leurs affaires comme s’ils étaient à La Havane. Quelle souveraineté ?

Nous avons déjà narré l’épisode injurieux d’un citoyen vénézuélien qui, suite à un problème avec son passeport, fut convoqué au quatrième étage de l’Onidex [service d’identité nationale], Plaza Miranda, où il fut interrogé pendant trois heures, par deux
fonctionnaires Cubains.


Récemment, un de ses participants nous a parlé d’une réunion de haut niveau de la FAN [armée], dirigée par un général, où trois civils se seraient présentés, dont deux jamais n’ouvrirent la bouche, alors que le troisième, qui se révéla être un colonel cubain - accueilli obséquieusement et identifié comme tel par le général -, immédiatement pris la direction du conclave en avertissant que ce qui s’y discuterait, soi-disant, il en ferait directement rapport aux Hautes Oreilles [sic ?, au plus haut niveau, c’est à dire Chavez]. Quelle souveraineté ? Il se peut que Chacumbélé, dans son infinie aliénation cubanoïde, croie que cela fait partie de la "solidarité" entre les gouvernements « révolutionnaires », mais nous le commun des mortels qui en souffre voyons ceci d’un regard sans la moindre indulgence.

Quand un gouvernement autorise la présence de fonctionnaires étrangers dans les grands domaines de la sécurité nationale il est tout simplement entrain de faire un transfert de souveraineté, quel que soit l’adjectif pompeux et "bolivarien" qu’il veuille lui donner.
C’est aussi simple que cela. Puisque Chacumbélé utilise fréquemment le terme « trahison » pour faire référence à la situation, dit-il, qui existait avant son accession au pouvoir, nous n’avons aucune objection de notre part, a utiliser ce terme comme un descriptif de ce qui se passe aujourd’hui.
 
----------
Commentaires sur cet éditorial

Entre [crochets] des éclaircissements qui n’existent pas dans l’original. Cet original peut se lire en espagnol ici (un blog de documents sur le Vénézuéla car Tal Cual est payant). Pour la traduction j’ai pris quelques libertés car Teodoro Petkoff utilise certains maniérismes  vénézuéliens difficiles à traduire. 

L’observation de l’ingérence scandaleuse de Cuba dans les affaires vénézuéliennes n’est ni originale ni récente.  Si Teodoro Petkoff fait un éditorial sur ce sujet aujourd’hui, d’autres, de l’intellectuelle Elizabeth Burgos à l’auteur de ces commentaires considèrent depuis quelques temps que le Venezuela est en fait devenu une colonie de Cuba. Un nouveau style de colonie peut-être, mais une colonie en bonne est due forme, dont le principal objectif est d’envoyer à très peu de frais un flot continu de richesse à la métropole. Comme exemple voyez les termes des ventes pétrolières à Cuba, tellement avantageux que Cuba se permet d’en revendre une partie à prix international sans être inquiétée sur le solde de sa dette au Vénézuéla, dette qui ne pourra et donc ne sera jamais payée, comme le pensent les experts.

Ce qui est nouveau maintenant est que l’abus des cubains au Venezuela est désormais suffisant pour faire oublier toute aide bénéfique du passé, d’autant plus que cette aide sanitaire, sportive et éducative ne semble pas avoir réussi comme la propagande chaviste voudrait nous le faire croire. Vous n’avez qu’à voyager en dehors de Caracas pour observer de vous-même la quantité de modules de « Barrio Adentro » aujourd’hui fermés, faute de personnel et de ressources, la conséquence naturelle d’un programme sanitaire établi à des fins électorales de glorification de Chavez sans avoir calculé sa capacité d’endurance à l’épreuve du temps et des moyens changeants. 

Ce naissant mouvement anti cubain a surpris Chavez lui-même par la force du rejet à la venue de Ramiro Valdes. Personne n’avala la couleuvre de son arrivée pour aider le Venezuela à résoudre la crise électrique actuelle : tous le virent non comme un des grands de la révolution cubaine, mais comme un de ses grands assassins, instigateur de la répression dont soufre l’ile depuis l’établissement du régime totalitaire de Fidel Castro (12 et 3). Que l’opposition politique à Chavez se sente aujourd’hui capable d’utiliser l’argument anti cubain montre à quel point le régime de Chavez se dégrade, même de son intérieur secret comme le montre cet éditorial.

------------------

La caricature qui vient avec ce texte est de Weil, à Tal Cual. La légende : Pitiyankis, traitres, vous devriez avoir honte !

Pitiyankis est une insulte routinière de Chavez contre son opposition accusée sans ambages et uniformément d’être à la solde des USA (yankis !). Chavez est toujours représenté par Weil en chemise rouge et botte militaire comme tête parlante. Et derrière lui le Vénézuela peint sous les couleurs du drapeau cubain.

 


Sur le même thème

La VIe République, comme réalisation imaginaire d'un désir inconscient
Euro-fascisation : faire l’autruche ou affronter ? par Georges Gastaud
L'antisémitisme, la nouvelle arme de culpabilisation des consciences ?
The Economist flingue la justice étasunienne
La Guerre totale de l'Empire-Monde


Les réactions les plus appréciées

  • Par Bardamu (---.---.---.109) 12 février 2010 10:57

    L’auteur me fait bien rire quand, dans la présentation qu’il fait de sa personne, il se prétend parfois menacé !

    Ah ! un qui officie pour l’Empire et qui serait en danger ?
    C’est amusant, cela !

    Personnellement, j’avoue connaître beaucoup de sionistes menacés chez nous et aux Etats-Unis !
    Comme beaucoup de néo conservateurs vivant dans la terreur !
    D’impérialistes interdits de médias !

    Vous nous prenez pour des gogos, l’auteur ?

    Vous dites écrire en anglais !... tu m’étonnes !... la langue impériale, par excellence !

    Sinon, interrogez un vénézuélien de la rue à propos de Chavez ?
    Il n’a de cesse de le remercier !... pour les soins, l’école pour ses enfants, de la dignité retrouvée, l’argent du pétrole qui ne revient plus qu’aux Ricains !...

    Interrogez maintenant une bonne élite proaméricaine -comme l’auteur, planqué en France ?- des quartiers branchés de Caracas ?
    Il le maudit !... a peur pour son pognon, sa consommation, ses loisirs égoïstes !

    Eternelle lutte des classes !... et comme ici, éternel défilé des bouffons !

    Si seulement nous avions chez nous un type de la trempe de Chavez  !... plutôt que ce piètre petit président -apprécié par l’auteur ?

    Au fait, l’auteur !... déjà contacté par la CIA ?

  • Par Yvance77 (---.---.---.194) 12 février 2010 11:30

    Salut,

    Bon ok Chavez n’est pas le messie ni le Christ en personne, mais putain qu’est ce qu’il fait un bien fou dans le décor des Bush, Sarko, Berlsuco et autres Obama.

    Non affilié à la pensée modialisatrice dominante, il a le mérite d’avoir de la culture, de la repartie et des prises de position courageuses face à l’Empire Mc Do.

    C’est cela qui vous dérange monsieur l’auteur ?

    Le gros problème de Chavez ou du Vénézuala c’est plutôt une violence emdémique qui à du mal à se résorber. Sur ce point il a failli. Le jour ou il trouve la recette (qui passe par un éducation citoyenne à mon sens) ce sera la paradis sur terre.

    Mais voila, il chie dans les bottes des trusts ... et au pays de l’argentsfou et roi c’est jamais bon.
    La CIA il l’a sur le cul depuis des lustres comme Fidel, et je souhaite de tout mon coeur qu’il reste en vie, même si à la première occasion ils (les ricains) ne se priveront pas le dézinguer, comme tant d’autres qui ont résisté à l’impérialisme made in Stars and Stripe.

    Défendez cet homme, c’est ce que vous aurez de mieux à faire l’auteur.

    A peluche

  • Par wesson (---.---.---.62) 12 février 2010 13:17
    wesson

    Bonjour l’auteur,

    bon finalement vos articles ne changent pas : Cette fois-çi vous avez recopié un blog anti-chaviste tout en prenant quelques libertés dans la traduction, mais que le lecteur se rassure, vous n’avez pas changé la tonalité générale du propos. Il suffit pour cela de voir à qui appartient Tal cual (à Globovision) pour savoir ce qu’il pense sans même avoir à lire

    Et que dit votre article : que l’identité nationale venezuelienne est menacée par ces affreux cubains qui viennent jusque dans vos dispensaires pour soigner vos peons et vos compagnes ...

    On se retient de pouffer face à cette caricature de propos ...

    L’identité nationale, l’envahisseur de l’étranger, le cubain qui bouffe ses enfants au petit déjeuner et les votre au diner, vous n’avez pas l’impression que la ficelle est un petit peu grosse là ?

  • Par Michel Maugis (---.---.---.54) 12 février 2010 16:40
    Michel Maugis

    @ Daniel Duquenal

    Mais c´est très bien cela.

    Quel est exactement le problème ?
    Seriez vous anti colonialiste ?

    Vous savez très bien que Cuba est le champion toute catégorie de la lutte pour la souveraineté des peuples !.

    Plus de 50 ans face à l´empire fasciste, le vôtre, incapable de le recoloniser, de le soumettre à sa volonté malgré les guerres chimiques, bactériologiques, invasions, terrorismes, blocus etc....

    Il est donc très reconfortant pour les justes de tous bords de savoir que la République Bolivarienne de Venezuela bénéficie de l´expérience cubaine en la matière.

    Reconnaissez que Castro est bien plus intelligent que vos amis.
    Coloniser un pays, sans un seul militaire, sans un seul coup de canon, sans une seule menace C´est vraiment du grand ART !

    En fait vous avez tout faux !!

    Cuba est en train de coloniser toute l´amérique latine.

    sans invasion !!

    Qu´ils sont forts ces Castros !!


    Duquenal : Un type qui écrit en anglais pour ses potes faschos de Miami qui se prétend défenseur de la souveraineté du Venezuéla ????????????????????

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

ECRIVEZ UN ARTICLE !





Les thématiques de l'article


Palmarès







Partenaires