Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le « Vergatario » : Allo, Chávez ?

Le « Vergatario » : Allo, Chávez ?

Ce n’est pas un iPhone, un gPhone ou un Blackberry. Non. C’est un cellulaire (ou mobile) tout ce qu’il y a de plus conventionnel. Il s’appelle le Vergatario et est vénézuélien. Il vient d’être lancé par Hugo Chávez en personne, en présence du vice-président chinois Xi Jinping.

Pourquoi tout ce ramdam ? Parce qu’il sera vendu au prix imbattable de 30 bolivars (soit 11 euros au change officiel et un peu plus de 4 euros au taux parallèle !). Cela en fait le téléphone cellulaire le moins cher au monde. Il sera produit au Venezuela par la Fábrica Venezolana de Telecomunicaciones (Vetelca), une entreprise de capital mixte créée récemment, dont 85 % des parts sont détenues par l’État vénézuélien et 15 % par l’entreprise chinoise ZTE. Située dans la zone franche de Paraguaná, dans l’état de Falcón, l’usine doit assembler 600.000 appareils par an. Une seconde usine est en construction à Cúa. De quoi inonder le marché national et exporter l’objet vers plusieurs pays d’Amérique latine.

Le Vergatario n’est sans doute pas un monstre de technologie, mais il contiendra tout de même un reproducteur MP3/MP4, une radio, une caméra, une alarme, un chronomètre, une calculatrice, des jeux, un calendrier, une messagerie de texte et bien sûr... un téléphone ! À ce prix, qui dit mieux ? Il sera commercialisé à partir du mois de mai prochain par Movilnet, filiale de la compagnie téléphonique CANTV qui avait été (re)nationalisée en 2007. Pour son lancement, une promotion spéciale sera faite à l’occasion de la fête des mères.

Appareil révolutionnaire


What’s the catch ?
comme disent nos amis anglophones. Où est le truc ? C’est Hugo Chávez lui-même qui le dévoile : « Ce type de progrès n’est possible que dans le cadre de la révolution ». Voilà donc le Vergatario promu en tant qu’appareil révolutionnaire –dans le sens politique du mot, bien entendu, plutôt que dans le sens technique. En ce sens, fort de son prix cassé, il doit s’opposer à des concurrents « capitalistes » bien plus chers, offerts par les grandes multinationales de la téléphonie cellulaire –Nokia, Ericsson, Motorola et consorts. Service public contre profit privé, socialisme contre capitalisme, voilà en quelque sorte sa vraie valeur. C’est une sorte de téléphone du peuple, comme la Volkswagen fut, en des temps moins cléments, la voiture du peuple.

Et pourquoi pas ? Parallèlement, la compagnie téléphonique nationale CANTV développe son réseau mobile dans de nombreuses régions rurales du pays jusqu’alors négligées, faute de rentabilité, par les compagnies privées. Par ailleurs, le satellite vénézuélien Simón Bolívar, construit par la Chine et lancé l’année dernière, permet l’accès aux télécommunications dans les régions les plus éloignées, en particulier l’immense Amazonie, où il est exclu d’installer des antennes conventionnelles. Le Vergatario est donc un élément supplémentaire dans le cadre d’un vaste plan qui vise à permettre aux plus défavorisés de communiquer dans la modernité. Que celui qui est contre lance la première pierre !

Eh bien, figurez-vous qu’il y en a qui lancent la pierre... Les mauvaises langues de l’opposition n’ont pas tardé à déblatérer sur l’initiative de la CANTV en affirmant que le Vergatario était technologiquement dépassé par rapport aux smartphones de ce monde –snobisme oblige ! Plus grave et plus pervers, ils ajoutent que l’appareil servira surtout à espionner les conversations de ses utilisateurs. Décidément, la psychose collective n’est pas morte du côté de l’opposition !

La verve du président


Un dernier mot sur le nom même de l’appareil : Vergatario. On entre ici dans le domaine de la vénézolanité la plus pure. En réalité, son vrai nom est ZTE 366, du nom de son fabricant chinois. Mais c’est Hugo Chávez en personne qui, avec sa verve habituelle, lui a donné publiquement le nom de Vergatario. Que veut dire ce mot ? Au Venezuela, il désigne quelque chose de très bon, d’excellent. En français, on pourrait traduire cela par « le battant ». Toutefois. le choix du vocable a déjà fait énormément causer dans le monde hispanophone. Il dérive en effet du mot verga qui veut dire verge, dans toutes les acceptions du terme, y compris les sexuelles. L’expression de verga désigne le plus souvent quelque chose de mauvais. Au Venezuela, elle a basculé sémantiquement vers son contraire, puis a donné vergatario, terme qui contient une connotation indéniablement positive.

Pour ces raisons sémantiques, il est donc peu probable que l’appareil soit commercialisé à l’étranger sous le nom de Vergatario. Mais au Venezuela, le nom du téléphone est déjà définitivement adopté : ce ne sera pas le ZTE 366, mais le Vergatario, le Vergatario de Chávez !



Photo : Bernardo Londoy


Moyenne des avis sur cet article :  4.61/5   (31 votes)




Réagissez à l'article

17 réactions à cet article    


  • Yvance77 23 mars 2009 11:26

    Salut,

    Il a pas son pareil pour tendre bien haut le majeur ce Chavez. Si tout est loin d’ête parfait dans cette contrée, force est de reconnaitre qu’il sait y faire aussi dès qu’il s’agit de faire la nique aux holdings privées. Et si cela sert réellement le peuple, alors c’est gagné.

    Une voie à suivre pour OB quelque part.

    A peluche


    • HELIOS HELIOS 23 mars 2009 11:33

      Chavez, Chavez... ce ne serait pas par hasard cet horrible dictateur antidemocratique qui respecte le résultat des réferendum de son peuple ?

      En guise de verga, j’ai bien la sensation de connaitre d’excellent chef d’état, humaniste, démocrate qui nous la mette bien profond à tous, en revenant, par exemple, sur la volonté clairement exprimée de son peuple.


    • superesistant superesistant 23 mars 2009 13:08

      j’adore le coté demagogue de l’opposition qui explique que ce tél est dépassé par tous les smartphones....

      déjà les classes privilègiés ( donc politique ... ) doivent être quelques uns des seuls à utiliser ( donc à se les payer.. ) des smartphones, et si c’est la le seul argument qu’ils ont trouvé, ils me parraissent aussi constructifs que la nôtre d’opposition...

      Le diabolique Chavez s’occuperait il de son peuple mieux que notre tirant à nous ???


      • jacques jacques 23 mars 2009 13:08

        Si a 50 ans t’ as pas un "Vergatario" t’as raté ta vie...euh ça marche pas !
        S’il veut bien le vendre en france j’suis preneur ,ça sera toujours moins cher que le mien à 30 euros qui lit pas les mp3 ,ni fait de photo,ni a de jeux et acheter un téléphone plus cher ça me fait ch**r ,je prefere un bon restau.


        • Walden Walden 23 mars 2009 13:16

          Alors si j’ai bien compris, le capitalisme, c’est la production de masse pour la consommation de masse, et la révolution selon Chavez, c’est le contraire ? smiley

          La Volkswagen, voiture du peuple, voulue et promue par qui, déjà ?

          A quand des Trabantario ?

          Todo se va muy bien en el mejor de los mundos... Que viva la revoluciòn !


          • Ahlen Ahlen 23 mars 2009 15:18

            Plus grave et plus pervers, ils ajoutent (l’opposition) que l’appareil servira surtout à espionner les conversations de ses utilisateurs. Décidément, la psychose collective n’est pas morte du côté de l’opposition !

            Si telle psychose ne venait pas de l’opposition, Obama s’en serait chargé ; il vient d’accuser Chavez d’exporter le terrorisme. Il ne lui pardonne pas, entre autres, d’avoir éconduit illico presto l’ambassadeur du crime durant l’attaque de Gaza.


            • Bois-Guisbert 23 mars 2009 16:22

              Obama s’en serait chargé ; il vient d’accuser Chavez

              Pourtant, ils semblaient faits pour s’entendre...

              Entre guignols.


            • pierrot123 23 mars 2009 16:35

              Citation :
              "Il dérive en effet du mot verga qui veut dire verge, dans toutes les acceptions du terme, y compris les sexuelles."

              Bon, on pourrait alors peut-être proposer comme équivalent de "vergatario"... : "le couillu", non ?


              • Deneb Deneb 23 mars 2009 17:26

                Ca me rapelle un peu trop le Minitel en France.


                • bobbygre bobbygre 23 mars 2009 18:10

                  Cà, c’est parce que tu as la tête bourrée d’idées pré-concues. Du coup, avant meme d’avoir vu le telephone de Chavez, tu as associé Chavez -> communisme -> pas bien -> forcément de mauvaise qualité -> minitel.


                • Deneb Deneb 23 mars 2009 18:12

                  j’ai seulement passé 20 ans de ma vie sous le communisme


                • Deneb Deneb 24 mars 2009 07:37

                  De la part du Chavez, je m’attendais à quelque chose d’un peu plus revolutionnaire. Un gadget comme ça, il sera obsolet avant d’être commercialisé. On dirait que Chavez n’a jamais entendu parler de la Loi de Moore. S’il veut faire une revolution, qu’il rend chez lui Internet gratuit, sans fil, avec une couverture nationale. En utilisant la plage de frequence GSM. La teléphonie, elle passerait directement par internet - style Skype ou autre, encore plus libre. Mais les telécoms lui feraient la peau. Je parie qu’il n’a pas suffisament de force virile pour oser ce coup. Alors, il sort un gadget, le n-ieme téléphone gratuit, c’est lassant.


                • HELIOS HELIOS 25 mars 2009 11:25

                  Difficile parfois de répondre a un commentaire tel que le votre, Deneb... Il frise le manque de respect le plus total pour ceux qui vont vous lire.

                  Sans defendre, ni le communisme, ni Chavez, mais rendre internet gratuit, le téléphone gratuit.. ; cela a un coût pour une société. Le Venezuela, malgré son petrole n’en a pas les moyens.

                  Chavez se contente donc d’agir sur les secteurs ou il peut directement peser, en rajoutant, cela c’est sur, un peu de demagogie. c’est bien tentant et qui peut le lui reprocher... donner un exemple si vous ne me croyez pas.

                  Donc en proposant un téléphone pas si basique que cela, mais somme toute simple, qui permet de téléphoner, but initial de sa réalité, il offre une alternative a des societés multinationales (et predatrices) qui rançonnent les consommateurs (et pas que ceux du Venezuela).
                  Il met donc en place une solution qu’un certain Mitterand proposait avec la constitution de societe d’economie mixte chargées d’apporter une alternative economique proche du service public tout en restant dans un systeme de marché.
                  Ainsi, la prédation economique qui se pratique chez nous peut être fortement attenuée dans des domaines considerés comme primordiaux pour la vie citoyenne. Ce telephone est une alternative de bon sens au rançonnage effectué par les Nokia, Motorola, Samsung et autres.

                  Je pense que Chavez serait vraiment heureux lorsque ce téléphone disparaitra de lui même, car ses concitoyens pourront alors se payer des marques, soit parceque leur pouvoir d’achat le permettra, soit que la predation des multinationales aura cessé... ou un peu des deux bien sûr.

                  La demarche est eminament strategique et nous nous porterions bien mieux nous même si nous y reflechissions un peu. Nous voyons bien ou nous a mené le "tout marché" avec des gens qui font les poubelles des marchés, les entreprises qui constituent des monopoles de fait (ou elle est la loi antitrust europeenne ???) ou des accords de prix (de rançonnage) sur les consommateurs.

                  Dans le téléphone, ou est la concurrence ici, dites moi, Deneb, svp qui permettrai d’avoir des appareils a 15 euros ? Si les chiinois savent les fabriquer au Venezuala, Nokia (et les autres) qui les fait faire en chine ne les paye pas plus cher. Pensez un peu, quand on nous a vendu la mondialisation qui devait nous faire gagner du pouvoir d’achat... si nous avions payés ici les produits au prix chinois... helas, nous les payons aux prix europeens et nous importons les salaires chinois. Chavez est pour l’instant plus malin, ce n’est pas du communisme, c’est du bon sens.


                • Emmanuel Aguéra LeManu 28 mars 2009 05:30

                  Et quel est le coût d’un coup de téléphone pour la société, je vous prie docteur ?


                • fifilafiloche fifilafiloche 29 mars 2009 16:42

                  Des mots à la réalité...Dans la Gran Sabana, sur la seule frontière non conflictuelle du Vénézuela, le réseau GSM est toujours indisponible et l internet n est toujours pas accessible depuis son domicile, et ce malgré le voisinnage d une ligne optique vers le voisin Brésilien.


                  • Le péripate Le péripate 29 mars 2009 23:23

                     Tiens ! 30 bolivars valent 11 euros, mais les vénézuéliens ont tellement confiance dans le bolivar, qu’ils sont près à l’échanger pour seulement 4 euros, soit presque 3 fois moins..... Les économies administrées ont ceci de génial, c’est qu’elles favorisent la triche et la fraude.


                    • Cascabel Cascabel 30 mars 2009 02:47

                      ZTEE 366 c’est du chinois.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès