• AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le vieux prétexte de la Crimée qui justifierait tout

Le vieux prétexte de la Crimée qui justifierait tout

Alors que Kiev se relance depuis quelques semaines dans une offensive au Donbass, l'aveuglement médiatique délibéré en Europe et aux USA se prolonge, se justifiant toujours au moyen de la même vieille et pitoyable recette : « L'annexion » de la Crimée rendrait impossible toute attitude conciliante envers la Russie et, par association primaire, envers la population du Donbass...

Un prétexte à toute épreuve !

Alors que Kiev se relance depuis quelques semaines dans une offensive au Donbass [1], son but est atteint : Les hostilités reprennent massivement. L'aveuglement médiatique délibéré en Europe et aux USA (si ce n'est la transformation des faits) se prolonge, se justifiant toujours au moyen de la même vieille et pitoyable recette : « L'annexion » de la Crimée rendrait impossible toute attitude conciliante envers la Russie et, par association primaire, envers la population du Donbass trop "pro-russe". L'arrivée de Trump semble d'ailleurs ne rien changer de ce côté là de la part des USA, si on en croit la toute récente déclaration de la nouvelle représentante des Etats-Unis à l'ONU [2] alors que Kiev bombarde de plus belle, se plaignant des ripostes. Il reste donc bien au moins un sujet sur lequel la furieuse Union Européenne approuve encore la politique des Etats-Unis dont elle feignait soudainement de s'indigner à coups de grandes pleurnicheries : Passer sous silence les crimes du gouvernement de Kiev et de ses soudards volontaires plus ou moins officiels, c'est toujours bon à prendre. Nous avions déjà constaté que nos « démocrates » finissaient toujours par s'entendre avec ceux qu'ils qualifiaient parfois eux-mêmes de fascistes, pourvu que ce soit pour casser du russe. Dans ce cas il n'y a pas de cas de conscience, pas de conditions inacceptables et autres ! Qu'on ne s'étonne donc pas si les mêmes objections pro-Kiev usées reviennent sur le tapis, périodiquement depuis 2014, et parfois chez des interlocuteurs fraichement débarqués qui croient être originaux et argumenter comme des génies : « C'est la faute de l'annexion de la Crimée ! Vous ne comprenez donc pas ! »

Il faut cependant reconnaître qu'après les quelques mois qui avaient suivi le putsch de Kiev, l'intoxication massive des cerveaux pratiquée par « Euromaïdan France » avait fini par perdre discrètement sa crédibilité, de sorte à ce que la plupart des français préoccupés par le sujet avaient réappris que :

  • La Crimée avait été déjà russe bien avant l'URSS, ainsi que le Donbass
  • La Crimée avait été rattachée administrativement à l'Ukraine par l'URSS sur un caprice de Kroutchev. Il s'agissait donc d'une décision soviétique, n'en déplaise aux « patriotes » du Maïdan. Chose que tout le monde avait auparavant oubliée.

Ceci étant enfin plus ou moins reconnu, les accusations de persécutions envers les « minorités » de la population de Crimée étaient alors restées pendant un moment le principal angle d'attaque. Toutefois, aujourd'hui elles ont pris aussi du plomb dans l'aile [3]. Ne rêvons pas trop pour autant : Le droit à l'autodétermination des peuples n'est plus assez à la mode pour les défenseurs du « monde libre ». Ce n'est donc pas là-dessus que nous nous appuierons car ça leur ferait trop plaisir. Nous aurions droit à une suite de comparaisons rocambolesques et le débat serait sans fin. (Et peu leur importe de savoir ce qui arriverait aux habitants de Crimée si les bataillons Azov, Parvy Sektor et autres faisaient de la presqu'île leur terrain de chasse).

Vient donc le moment d'aborder la théorie de l'embrasement de l'Ukraine suite à la réintégration de la Crimée, rendant ainsi la Russie responsable de la guerre civile ukrainienne. A cette occasion, soyons bons joueurs : Si nous faisons durant dix secondes l'effort de nous mettre à la place de ceux qui comparent fallacieusement la réintégration de la Crimée à des exemples comme l'annexion de la Corse par un pays tiers, nous pourrons observer qu'il y aurait peu de chances que cela provoque une insurrection de la région lyonnaise contre Paris. Chercher l'erreur : Il n'y a pas eu de putsch en France, bien que ce « détail » puisse paraître secondaire à ces spécialistes de la gestion de la paix. Là aussi, si le débat se prolonge, l'interlocuteur risque de se prendre les pieds dans le tapis en avouant le caractère hétérogène de l'Ukraine, pays artificiellement constitué par des territoires arbitrairement rassemblés et dont une partie de la population veut imposer sa vision à tous les autres, tendresse exclue [4].

Il ne reste donc qu'une seule et unique chance pour ceux qui se donnent la peine de chercher des arguments plutôt que d'annoncer les vieilles rengaines périmées : L'aspect juridique de la chose, souvent présenté au moyen de comparaisons très discutables comme le cas de l'Alsace-Lorraine qui pourrait bien se retourner contre les accusateurs, comme nous allons le voir. Car même ceux qui défendent la position de la Russie ont oublié d'insister sur une chose : L'indépendance de la Crimée vis-à-vis de l'Ukraine n'est pas moins juridiquement acceptable que celle de l'Ukraine vis-à-vis de la Russie. Nous allons voir pourquoi.

Qui a vraiment annexé la Crimée ?

Lors de la dislocation de l'URSS, et en partie en réaction face à la résurgence déjà perceptible du mouvement ultranationaliste en Ukraine, la république autonome de Crimée fut rétablie le 12 février 1991, seule, et suite à un référendum. Ce fut seulement six mois plus tard que l'Ukraine devint à son tour indépendante, tout aussi arbitrairement. Peu sont ceux qui savent que la Crimée fut alors momentanément indépendante avant de redevenir ukrainienne par la force. Il semble en effet que l'Ukraine attacha beaucoup moins d'importance à cette indépendance qu'à la sienne, tant applaudie par les occidentaux :

Le 5 mai 1992, la République de Crimée fraîchement indépendante s'était dotée d'une constitution. Conformément à l'article 1, la dite république était un état autonome et l'abolition de cette constitution était possible exclusivement par la décision du Parlement de Crimée. Un nouveau référendum avait été organisé le 27 mars 1994, portant sur trois questions : l'élargissement de l'autonomie de la République de Crimée, la possibilité de la double nationalité pour les habitants de la Crimée (russe et ukrainienne) et l'élargissement des pouvoirs du Président de Crimée. Les trois mesures furent adoptées à la suite d'un « oui » majoritaire pour chacune des trois questions.

Un an plus tard, le 17 mars 1995, dans le but d'une reprise en main, Kiev eut recours à l'intervention d'unités spéciales ukrainiennes envoyées en Crimée, destituant le président Iouri Mechkov et ainsi, si on se conforme au vocabulaire employé aujourd'hui, annexant la Crimée. Inutile de dire qu'à cette époque l'Europe ne voyait pas cet événement comme digne d'intérêt alors que le Russie avait la tête sous l'eau, sa position de faiblesse lui empêchant toute réaction. Surtout si on tient compte de la docilité de celui qui était au pouvoir à l'époque !

Il y a donc encore deux raisons pour lesquelles la prétendue souveraineté légitime de l'Ukraine sur la Crimée est un non-sens auquel la Russie avait jusqu'alors généreusement consenti pour arrondir les angles et éviter les conflits. Premièrement, la reconnaissance de l'indépendance apparaît, comme on le voit, à géométrie variable. Deuxièmement, il est judicieux de se rappeler que la signature du Mémorandum de Budapest, abondamment cité pour rappeler les engagements des signataires à « protéger l'intégrité territoriale de l'Ukraine », date du 5 décembre 1994 alors qu'à ce moment là la Crimée ne faisait plus partie de l'Ukraine et n'avait pas encore été reprise. L'application des principes du Mémorandum de Budapest serait donc à géométrie variable ? Ou ce mémorandum tant loué ne serait-il finalement pas purement et simplement obsolète ?

Allez, messieurs les défenseurs du droit international selon l'OTAN, cherchez encore un peu. Et à force de détours multiples et variées tels que l'argument de non recevabilité des accords signés avec la défunte URSS (comme par exemple celui de la non-extension de l'OTAN à l'Est [4]), vous finirez peut-être un jour par nous démontrer, sans le faire exprès, que l'Ukraine doit être coupée en deux !

Ce serait drôle si en ce moment des gens ne mouraient pas dans le Donbass, avec l'approbation de cette autoproclamée « communauté internationale » pleurant sur le sort des bourreaux, comme à son habitude, en se satisfaisant de ce vieux prétexte de la Crimée pour se donner bonne conscience. Ou tout au moins donner cette impression car conscience il n'y a guère !

 

Liste des renvois :

[1] L'offensive dans le Donbass, violation répétée des accords de Minsk :
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-escalade-monte-d-un-cran-dans-le-189322
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-armee-ukrainienne-continue-son-189260
http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/l-armee-ukrainienne-continue-de-189294
http://www.youtube.com/watch?v=OCeVWCNoosI

[2] Déclaration de la nouvelle représentante des USA à l'ONU :
 (à la grande joie des européistes aussitôt ralliés)
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2017/02/02/97001-20170202FILWWW00327-onu-les-etats-unis-condamnent-les-actions-agressives-de-la-russie-en-ukraine.php
http://www.leparisien.fr/flash-actualite-monde/les-etats-unis-condamnent-les-actions-agressives-de-la-russie-en-ukraine-02-02-2017-6650409.php
http://fr.euronews.com/2017/02/03/les-etats-unis-condamnent-la-russie-pour-les-violences-en-ukraine

[3] L'opinion publique en Crimée et la réaction à Kiev :
http://www.youtube.com/watch?v=IdzBfD0kfW4
http://www.youtube.com/watch?v=bnwTKRqvLZk
http://www.youtube.com/watch?v=UkoNjzUg63Q

[4] Le Donbass vu par un journaliste pro-maïdan en 2014, puis par Porochenko lui-même :
http://www.youtube.com/watch?v=fGCNKNFy5Do
http://www.youtube.com/watch?v=ZYoOCz65KY8

[5] Les grandes promesses de l'OTAN :
http://www.youtube.com/watch?v=ZMHhKVRMxWg .

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.8/5   (40 votes)




Réagissez à l'article

26 réactions à cet article    


  • V_Parlier V_Parlier 4 février 10:18

    (Je précise que la carte visible en début d’article n’est qu’une illustration pour la miniature. Il n’y a bien entendu plus de bases militaires ukrainiennes en Crimée).


    • Alice Alice 4 février 15:24
      @V_Parlier

       

      Vous auriez pu ajouter qu’il il n’y a pas eu "d’embrasement ukrainien" à cause de la Crimée comme le disent les médias mainstreams français.

       

      Au départ les habitants du Donbass ne voulaient pas se séparer de l’Ukraine, ils souhaitaient que celle-ci devienne une fédération. Kiev a répondu par la répression sanglante.

       

      Puis la guerre civile a éclaté, avec séparation du Donbass, lorsque Kiev a voulu interdire aux habitants (russes) de parler russe.



    • Alice Alice 4 février 15:43

      @V_Parlier
       

      Vous citez la déclaration américaine à l’ONU : Les Etats-Unis condamnent les « actions agressives » de la Russie en Ukraine.

       


      J’aimerais comprendre , en ce moment même l’Ukraine bombarde les civils du Donbass. La Russie reste neutre, mais c’est quand même elle qui est agressive ?


    • V_Parlier V_Parlier 4 février 16:16

      @Alice Il me semble que vous n’avez pas tout lu. Quant a la dclaration amricaine, rien de nouveau dans leur obstination.


    • Truc-Muche 4 février 16:56

      @V_Parlier
       

      J’ai tout lu, ma question était faussement naïve smiley


      La vérité est qu’il y a des forces hostiles à la Russie qui veulent s’emparer de la Crimée, région stratégique, par Ukraine interposée. Le but est aussi d’affaiblir la Russie.


      Le droit et la vie des habitants de la Crimée ils s’en fichent.


    • Alice Alice 4 février 17:10

      @Truc-Muche
       

      vous auriez pu mettre « sa » au lieu de « ma » à moins que ce ne soit une faute de frappe et attendre un peu avant de répondre à ma place ?!?! smiley


      Mais vous avez deviné, ma question était faussement naïve.


    • Truc-Muche 4 février 17:29

      @Alice
      Mille excuses.


    • Pseudonyme Pseudonyme 4 février 10:41

      Brezinsky faisait de la ’ prise ’ de la Crimée, la fin de la Russie superpuissance... raté.

      Car l’aspect juridique masque l’aspect géostratégique qui en dernier recours se jouera toujours du premier comme de sa première couche-culotte.... smiley

      Je suis de la vieille école : Géographie + Histoire = Realpolitik ... et parie mon premier biberon qu’Odessa ne sera jamais une base de l’Otan *


      • baldis30 4 février 10:59

        @Pseudonyme

        bonjour,

        n’oubliez pas le troisième volet de la realpolitik .... la géologie ! l’Histoire ils s’en tamponnent le coquillard, au besoin ils la réécrivent, comme BB, et la géographie n’a de sens que pour l’accès aux ressources agricoles et la facilité d’évacuation des matières premières essentielles.

        Hoover qui marqua l’histoire de la CIA et les actions infâmes de cet organisme avait seulement un diplôme de géologie acquis à Stanford ....


      • V_Parlier V_Parlier 4 février 16:35

        @Pseudonyme Tout fait d’accord. Mais il fallait jouer ce jeu de lgaliste au moins une fois pour clouer le bec aux donneurs de leons ignorants.


      • leypanou 4 février 11:00

        Voilà qui mérite d’être su : rien ne vaut un petit rappel historique.

        Mais d’une manière générale, pour moi, le droit à l’autodétermination est toujours à géométrie variable pour l’empire et ses laquais, tout comme la défense des droits de l’homme ou la promotion de la démocratie.


        • Doume65 4 février 12:36

          On n’y comprend rien à cette carte : la Mer Noire est blanche !


          • JC_Lavau JC_Lavau 4 février 15:27

            @Doume65. Ah Catastrophe ! Chokhnozoff ! Mer d’Azov !


          • anna anna 4 février 13:40
            En France les « experts de la Russie », genre Marc Semo, affirment haut et fort, que Poutine n’a pas les moyens pour construire le pont de la Crimée  smiley
            Marc Semo, a partir de 5’ 

            La réalité en images :
            La construction du pont de Crimée avance a une grande vitesse 

            • Hecetuye howahkan howahkan 4 février 16:48

              @anna

              tu dis : Le niveau des « experts de la Russie » en France est effarants !

              et pourtant ce pays a la meilleure avant garde du monde , que dis je de l’univers ...ce pays devrait normalement être le leader du monde connu...si tout cela avait un fondement quelconque non ?

              il parait que c’est une équipe de foot ou un truc de ce genre ..

              je te salue smiley


            • Et hop ! Et hop ! 4 février 23:42

              Et l’annexion du Khosovo par les USA, 

              et l’annexion de Chypre par la Turquie ?

              Quant est-ce que l’UE applique des sanctions aux USA et à la Turquie ?

              • Olivier Perriet Olivier Perriet 5 février 10:10

                Un article qui va plaire à l’avant garde kremlinophile smiley

                Sinon sur la forme, c’est assez amusant de voir des frenchies faire la leçon identitaro-souverainiste sur la délimitation exacte de la Russie.

                Vous évoquez le cas de la Crimée, mais vous avez du pain sur la planche puisque toutes les limites de cet ex empire sont floues et mouvantes :

                je vous suggère donc instamment de vous pencher sur le cas des pays baltes, de la bielorussie, du kasakhstan, de Kaliningrad, des diverses Osséties, de l’Abkhazie, etc...

                Vous reviendrez nous donner vos conclusions dans une vie postérieure car il vous en faudra plusieurs pour épuiser complètement ce très vaste sujet « où commence et où s’arrête la Russie ? »...


                • Hecetuye howahkan howahkan 5 février 10:35

                  @Olivier Perriet

                  salut

                  faux il n’y a qu’une seule avant garde et elle est en france soutenue par valls= viré bien que éternellement attaché à L’Israel, par hollande futur viré par BHV, « funky » , le crif etc bref toute la bande du splendiiiiid !!!!

                  l’avant garde est justement en colère à propos du rôle russe...

                  faut suivre un peu smiley


                • roman_garev 5 février 11:32

                  @Olivier Perriet
                  Révéillé ?

                  Quand votre amusement passera, essayez de répliquer à quoi que ce soit dans l’aricle. Sans justement évoquer le Kazakhstan, Kaliningrad, etc. qui n’y sont pour rien.
                  L’auteur n’« évoque » pas le cas de la Crimée, il l’analyse.
                  Avez-vous un seul argument valable contre cette analyse sauf vos gémissements incohérents sur tout et en fait sur rien ?
                   

                • JC_Lavau JC_Lavau 5 février 13:22

                  @Olivier Perriet. Les populations du Donbass sont très touchées de la part que tu prends à leur martyre.
                  Si si !


                • V_Parlier V_Parlier 6 février 09:17

                  @Olivier Perriet
                  « il vous en faudra plusieurs pour épuiser complètement ce très vaste sujet où commence et où s’arrête la Russie ? »
                  Il y a tant de gars comme vous qui prétendent le savoir que je me demande pourquoi c’est un vaste sujet pour vous, l’expert. Mais il est vrai que pour vous c’est plus simple : Elle ne doit pas exister donc elle ne s’arrête nulle part puisqu’elle ne commence pas. J’ai gagné ?
                  (Et si vous évoquez la guerre de Géorgie il aurait fallu dire aussi par quoi elle a commencé, sans prétendre fallacieusement que l’Abkhazie et l’Ossétie sont redevenues russes).


                • Olivier Perriet Olivier Perriet 6 février 09:29

                  C’est fascinant de lire de telles réponses de courtisans ; c’est tellement bon de beugler ensemble.

                  Encore une fois tout est une question de forme (je ne parle pas de l’apache obsédé par le complot des juifs), j’aimerais qu’en France, on ait des analystes aussi pointus pour résoudre nos problémes domestiques.

                  Hélàs, ils préfèrent cirer les pompes du Kremlin ou du Trump ou du Fi(ll)on (encore que, pour ces deux derniers, le vent semble déjà avoir tourné en queslques semaines) :

                  « On lèche, on lâche, on lynche » et « on se met dans le sens du vent » telle est la vraie devise de votre troupeau smiley smiley


                • JC_Lavau JC_Lavau 6 février 10:57

                  @Olivier Perriet. Que ferions-nous sans ta courageuse lucidité et ton humble génie ?

                  Et pour la France, que suggère ton génial génie ?

                • JP94 6 février 11:17

                  Très intéressant historique, étayé, et qui vaut la peine d’être diffusé et utilisé comme argument.


                  Justement avant-hier on discutait d’Ukraine avec un homme « de gauche », « démocrate ».
                  Je dois dire avoir été assez abasourdi par ses thèses : la seule puissance légitime en Crimée est l’Ukraine - y compris celle de Porochenko ( autrement cet homme de gauche avalise un coup d’Etat)- Le référendum ? pour lui, aucune légitimité, les Criméens ont voté la mitraillette russe sur le ventre ! et ce référendum n’est pas reconnu internationalement. Autrement dit cet homme de gauche, admirateur de Makhno et détracteur de la Révolution bolchevique qu’il qualifie de coup d’Etat, estimant que seule la Révolution de février fut légitime ( arrêter l’Histoire, certains s’y emploient ).
                  Pour le Donbass ? il est dirigé par des oligarques en sous-main, donc son pouvoir n’a aucune légitimité. Apparemment, pour l’auteur de cette réponse, le bombardement de la population, de son approvisionnement en énergie et en eau ne sont donc pas des crimes de guerre, mais une lutte contre des oligarques !
                  Et le Maïdan, Pravy sektor et Porochenko ? 
                  Le Maïdan a été l’oeuvre de démocrates face à un pouvoir corrompu. D’ailleurs sitôt la statue de Lénine abattue, « on » a voulu ériger celle de Makhno, ce qui prouve le caractère légitime et populaire de cette « insurrection ». Porochenko est juste un « oligarque sans idéologie » donc n’a rien à voir avec les fascistes, même s’il a eu 6 ministres fascistes,et d’ailleurs « il est très habile car il s’est débarrassé des fascistes en les envoyant dans le Donbass dont il n’y a plus de fascistes en Ukraine ».
                  Les Américains ? Non c’est Poutine qui a initié les hostilités en Ukraine ( ce serait donc Poutine qui aurait initié le Maidan contre Ianoukovitch, qui lui était favorable, afin d’y installer Porochenko, l’homme de paille des Américains et de l’UE atlantiste !!).
                  L’Ukraine ? victime de l’occupation russe. Et l’interdiction de parler russe, dans un pays à majorité russophone ( il ignorait l’existence de dialectes russo-ukrainiens et le fait que la séparation « ethnique » est pour le moins complexe à établie) ? normal, le Russe est la langue de l’envahisseur.
                  Pour lui, on parlait « ukrainien jusqu’à Kharkov.
                  L’interdiction du PC Ukrainien ? normal , il est aux mains des oligarques et corrompu. ( mais dans ce cas pourquoi l’interdire seul ? puisque Ianoukovitch, aussi bien que Porochenko , le sont ? )
                  Et Poutine serait un fasciste. Donc soutenir Porochenko »face aux menaces de Poutine contre l’Europe« , ce serait lutter contre le fascisme.

                  Voilà le genre de point de vue qu’on peut entendre, de la part d’un »homme de gauche« (qui se dit »socialiste de gauche« )  »antifasciste« , en France... 
                  Personnellement, je suis bien sûr tout ce qu’il y a plus à gauche, mais mes analyses ne sont pas tronquées par la russophobie, l’anticommunisme, et une fixation sur Poutine, à tout le moins.

                  Bref, faire disparaître la Russie ce serait donc un projet de progrès, bizarrement le même que celui des plus réactionnaires du 20ème siècle.
                  Or la Crimée, ce fut aussi le lieu d’une guerre où intervinrent nos »puissances démocratiques" occidentales, alliées à l’Empire ottoman en déliquescence. Elles estimaient la Russie non légitime en Crimée et allèrent donc guerroyer aux confins de la Russie, en toute légitimité ! Déjà, à l’époque, la volonté de l’Empire britannique était d’étouffer la Russie en lui fermant son débouché maritime du Sud-Ouest, vital. 

                  • JP94 6 février 11:28

                    Désolé j’ai omis la fin d’une phrase, ce qui rend incompréhensible le début : je rectifie 

                    - Le référendum ? Pour cet historien ( spécialiste d’une autre période), aucune légitimité, les Criméens ont voté la mitraillette russe sur le ventre ! et ce référendum n’est pas reconnu internationalement. Autrement dit cet « homme de gauche » ( historien au CNRS), admirateur de Makhno et détracteur de la Révolution bolchevique qu’il qualifie de coup d’Etat, estimant que seule la Révolution de février fut légitime ( arrêter l’Histoire, certains s’y emploient ), accrédite la thèse d’un Poutine envahissant la Crimée, organisant un vote à 94% pour le rattachement à la Russie, sans provoquer la moindre réaction nulle part, et qu’aucun document n’atteste. Un vote massif - du jamais vu en territoire occupé - quid des événement en Ukraine, d’Odessa ( et d’autres crimes de guerre du même genre comme celui de ces jeunes gens massacrés à leur retour de Kiev en car (il y avait des dizaines de cars) sous prétexte qu’ils ne parlaient pas ukrainien.

                    • V_Parlier V_Parlier 6 février 16:47

                      @JP94
                      CNRS, tout s’explique !
                      (S’il y avait des coupes budgétaires à faire, plutôt que de les faire dans les hôpitaux je les ferais bien dans la branche politique/histoire du CNRS. mieux vaut encore l’inculture que le révisionnisme).

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès