Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le virage islamique de la Turquie

Le virage islamique de la Turquie

Mustafa Kemal Atatürk, fondateur de la République de Turquie et père de la laïcité qui caractérise depuis un siècle le système politique turc, doit aujourd'hui se retourner dans sa tombe. La série de mesures entreprises récemment par le premier ministre Recep Tayyip Erdogan reflètent clairement un virage dans sa perception de la religion en Turquie, se démarquant de l'État laïque en vigueur depuis les réformes kémaliste des années 30.

Erdogan, ancien frère musulman converti au laïcisme pour les besoins de ses ambitions politiciennes, n'a jamais caché son attachement aux principes de la confrérie. Encore moins son soutien aux "frères" qui ont récemment pris le pouvoir dans les pays arabes, et son soutien à l'Egyptien Mohamed Morsi en particulier. La renaissance des Frères musulmans et le poids que ces derniers ont récemment pris en Tunisie, en Libye, au Maroc, où ils sont toujours au pouvoir, ainsi qu'en Egypte jusqu'au renversement de Mohamed Morsi en juillet dernier ; ont permis au chef du gouvernement turc de ne plus se cacher. Les Frères musulmans étant désormais davantage considérés comme des alliés par Washington, il n'y avait plus de raison de ne pas affirmer sa connivence avec la confrérie.

C'est ainsi qu'après la loi restreignant la vente et la consommation d’alcool qui a participé au soulèvement turc en juin dernier ; après la suspension il y a un mois de l'interdiction du port du voile au parlement ; Recep Tayyip Erdogan a promis le 3 novembre dernier de s'attaquer à la mixité dans les résidences étudiantes.  Un calendrier rompant avec le principe de laïcité si chère à la Turquie moderne, mais dénotant également un virage politique évident, qui contraste avec la politique entreprise depuis sa prise de fonctions en 2003.

En réalité, Erdogan est redevenu un "frère" en 2011, lors du Printemps arabe, lorsqu'il a pris conscience des opportunités offertes par la réhabilitation des Frères musulmans par Washington, et l'accord entre les deux parties qui a conduit la confrérie à prendre le pouvoir dans quasiment toute l'Afrique du Nord. Depuis, le chef du gouvernement turc, ainsi qu' Hakan Fidan, le chef du MIT, principal service secret turc, se sont attelés à exécuter le plan du département d'Etat US, coordonné au cabinet d’Hillary Clinton par la « soeur » Huma Abedin et à la Fondation William J. Clinton par le « frère » Gehad El-Haddad, responsable par ailleurs de la communication du parti de M. Erdoğan.

Erdogan s'est donc retourné contre le colonel Khadafi en Libye, de qui il avait reçu quelques mois auparavant le prix Khadafi des Droits de l'Homme, et ne cesse de clamer son soutien aux "frères" nord-africains depuis les révolutions arabes. Aujourd'hui encore, et ce même après l'accord Russo-US sur les armes chimiques qui a débouché sur l'abandon de l'ingérence US en Syrie, Ankara n'en démord pas et continue d'envoyer, d'après le Wall Street Journal, des milliers de combattants en soutien aux rebelles syriens.

 

par Lahcen Senhaji

 

Voir mes autres articles sur http://www.uars-lemonde.info

 


Moyenne des avis sur cet article :  4.23/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

89 réactions à cet article    


  • caramico 11 novembre 2013 10:44

    Et qui il y a derrière tout ça ? Les US, comme d’habitude...

    Pour foutre la merde, ils sont bons.

    • antyreac 11 novembre 2013 15:38

      Les islamistes au pouvoir à Ancara n’ont pas besoin des américains pour foutre la merde dans ce pays


    • zozoter 11 novembre 2013 10:54

      Erdogan est le vassal des USA, son but est la destruction des États Nations d’Europe et les USA les y invitent, car c’est leur projet également.
      En nous, français. comme des cons on nous manipulent pour accepter çà.
      Nos ennemis en France, tous ceux qui protègent le Système.

      du NPA au FN inclus.


      • asterix asterix 11 novembre 2013 19:34

        L’adage dit « à quelque chose malheur est bon ». Et ce quelque chose, c’est la certitude que l’Europe restera cloisonnée sur le territoire européen. Il y a 27 constitutions incompatibles avec la religiosité d’état. Merci Erdogan de nous avoir ouvert les yeux sur tes véritables intentions !


      • Cem38 Cem38 12 novembre 2013 10:31

        T verras que c’est l’UE qui feera bientot des pieds et des mains pour que la Turquie la rejoigne


      • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2013 10:59

        La Turquie fait partie des pays vassaux des USA, qui veulent que le périmètre géographique de l’ OTAN corresponde à celui de l’ UE.

        Dans le mensuel euro-critique BASTILLE RÉPUBLIQUE NATIONS, on trouve l’info suivante :

        « Les pourparlers en vue de l’adhésion de la Turquie à l’ UE ont repris le 5 novembre.
        Les 28 ont ainsi suivi les recommandations de la Commission européenne.

        Bruxelles se félicite »des progrès« de la Serbie, du Monténégro et de la Macédoine, suggère même d’accorder le statut de pays candidat à l’ Albanie.

        Ankara dispose de ce statut depuis 1999, mais les négociations n’ont commencées qu’en 2005, puis gelées.

        Elles devaient reprendre en Juin dernier, mais furent reportées après la violente répression des manifestations cet été, 6 morts, 3000 arrestations.

        La Turquie est l’un des pays au monde qui compte le plus de journalistes emprisonnés.

        L’Union Européenne lui a versé plus de 900 millions d’euros pour la seule année 2013, au titre des aides »de pré-adhésion."

        Afin de promouvoir sans doute les réformes et les droits de l’ homme, bien sûr.


        • appoline appoline 11 novembre 2013 13:33

          Quand je pense que ce vieux con de Giscard veut à toute fin faire rentrer la Turquie dans l’UE. Dehors oui, demandez à la Bulgarie ce qu’elle en pense


        • OMAR 11 novembre 2013 17:52

          Omar 33

          @Appoline

          Le comportement de la Bulgarie n’a rien à voir avec la politique interne de la Turquie.

          Au lendemain de l’éclatement de l’URSS et du pacte de Varsovie, le gouvernement bulgare a, sous la dénomination de « Processus de régénération nationale », forcé la minorité musulmane bulgare à opter pour le christianisme ou à être expulsée : 400.000 musulmans bulgares furent expulsés...
          http://balkans.courriers.info/spip.php?page=dossier&id_article=14039

          Quant à la construction du « mur de la honte », celui-ci n’est que le prolongement de celui de la Grèce voulu, commandité et financé par certains états de l’U.E dont principalement, la France.
          http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20110127.OBS7040/la-france-soutient-le-projet-de-mur-entre-la-grece-et-la-turquie.html

          Juste une question : qu’à ramené l’adhésion à l’U.E pour les bulgares ?
          http://www.youtube.com/watch?v=Nd8hMhqNboQ

          Pitoyable pays qui est tombé de tomber de charybde en scylla


        • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 novembre 2013 19:06

          Priorite absolue : Pas de Turquie dans l’U.E,. En fait il faudrait entendre un peu plus Asselineau au lieu d’écouter toutes les conneries. Mais il est peut-être trop tard. La France ne pouvait pas se permettre Hollande. La petite goute de trop



          PJCA

        • Jelena XCII 11 novembre 2013 11:24

          La Turquie n’a jamais été réputé pour être sociable envers les minorités ethniques (les arméniens en savent quelque chose...) ou autres religions (98% de musulmans).

          Ensuite la Turquie a toujours été un allié très fidèle de madame Berlin, il est donc logique que ce soit aujourd’hui, un allié de madame Washington (qui a pris le relais).


          • njama njama 12 novembre 2013 00:00

            pas que les arméniens, les kurdes aussi ...

            il faut arrêter cette fixation sur les arméniens - dont les victimes sont certaines mais sur le « génocide », beaucoup moins, les controverses existent -. D’autre part dans ces affrontements bien davantage « nationalistes » (au sens politique moderne) que confessionnels de la fin du XIX°, début XX°, fratricides aussi en fait car les arméniens coexistaient depuis plusieurs siècles avec les turcs, avec les musulmans depuis plus de mille ans, les morts turcs furent aussi très nombreux.

            L’idée d’une opposition confessionnelle entre arméniens et turcs - in fine opposition christianisme / islam- ne peut tenir la route deux secondes, car les autres familles chrétiennes de cet Orient ottoman était en bon terme avec la Porte Sublime (le vizirat de Constantinople rebaptisée Istanbul plus tard), et pour bon nombre avaient des charges administratives importantes dans l’administration des gouvernorats (subdivisions territoriales mohafazah)

            Dès le début du XIX° des missionnaires protestants américains s’étaient mis en tête d’évangéliser cet Orient ottoman, ou de le ré-évangéliser dans le sens de leurs dogmes ... Comme les milieux musulmans étaient assez impénétrables, l’apostasie étant passible de mort, comme les juifs l’étaient tout autant, les orthodoxes et maronites méfiants et distants c’est surtout chez les arméniens qu’ils arrivaient à convertir en colportant aussi par la même occasion dans leurs valises évangéliques les concepts modernes de démocratie, de nationalisme ... en créant des écoles, en diffusant des bibles ...
            Leurs attitudes messianiques très prosélytes leur valurent quelques soucis avec la Porte Sublime ... ce qui est compréhensible.
            Ajoutons qu’un peu plus tard pour des questions d’hégémonie internationale face à un empire ottoman encore puissant, autant la Russie que des grandes nations d’Europe (que je ne nommerais pas) ont soutenu et armé les arméniens contre les turcs dans leur désir d’indépendance ...
            Les arméniens ne sont ni tout blanc ni exempts de responsabilités dans les répressions qu’ils subirent en combattants les turcs, comme dans les exactions qu’ils commirent également.

            The history of Turkish-American relations go back to the 1790s when American sailors met with Turks in North Africa ...

            Soon after they reached the Ottoman land in 1821, Parsons died. But Fisk continued his mission. He visited Beirut, Tripoli, Baalbek, Jaffa, Jerusalem, Hebron , Alexandretta and Latakia, collecting information on Turks, Arabs, Kurds, Druzes, Maronites, Greeks and Armenians. He was able to convert some Armenians ...

            Forty-one missionaries were sent to the Ottoman Empire in 1836. Between 1836-1844, 54 new missionaries were appointed to posts in the Levant.[8] This number reached 137 in 1875, 177 in 1890 and 209 in 1913.[9]

            At the beginning, the relations between the Sublime Porte and the missionaries were peaceful.

            http://www.tallarmeniantale.com/missionary-ottom-attitudes.htm


          • njama njama 12 novembre 2013 00:09

            @ Jelena XCII
            La Turquie n’a jamais été réputé pour être sociable envers les minorités ethniques

            Autant actuellement il y a une part de vrai, surtout envers les kurdes, autant historiquement c’est complétement faux ce que vous dites.
            Et vu sous votre angle de perspective « d’être hostile à une ou des minorités », sur la planète la Turquie n’a pas ce monopole ...


          • njama njama 12 novembre 2013 00:18

            @ Jelena XCII
            pour l’organisation politique des « minorités » (quoi que ce mot ne soit pas très approprié) dans l’empire ottoman voir : http://fr.wikipedia.org/wiki/Millet_%28Empire_ottoman%29


          • Jelena XCII 12 novembre 2013 10:07

            Concernant les arméniens, ce fut un véritable génocide (pas besoin de mettre des guillemets), mais soit... Cela fait prés d’un siècle.

            Pour ce qui est d’être hostile avec les minorités, je vous l’accorde, la Turquie n’a pas ce monopole. Mais vous pouvez dire ce que voulez, la Turquie c’est... de son par son histoire ou de son présent, un pays qui ne m’inspire pas beaucoup de respect.

            D’ailleurs pas plus tard que le mois dernier, Erdogan a déclaré devant ses grands amis albanais : « le Kosovo c’est la Turquie et la Turquie c’est le Kosovo ».

            C’est ce qui s’appelle avoir la mémoire courte et mettre de l’huile sur le feu.

            Et demain ce sera quoi ? La Macédoine c’est la Turquie ? Le Monténégro c’est la Turquie ? Le retour de l’empire ottoman dans les Balkans ? Jusqu’au jour ou la Russie s’en mêlera une fois de plus... (à suivre).


          • Cem38 Cem38 12 novembre 2013 10:50

            Et le Kosovo c’est quoi ? La Serbie peut-être ? Ls héritages de l’empire ottoman sont encore très bien présents en Bosnie Bulgarie et Kosovo et le peuple entretien tout ça par amour de son passé. Lors que l’on part dans ces pays on se croirait fortement en Turquie d’après des témoignages. 


            Voici un témoignage intéressant Gabor Vona du parti d’extrème droite hongrois le Jobbiik :


          • njama njama 12 novembre 2013 12:06

            @ Cem38

            vivement donc que la Grèce redevienne ottomane, si j’en crois Gabor Vona smiley

            http://commons.wikimedia.org/wiki/File:Ottoman_Empire_16-17th_century-fr.svg

            La population grecque est à plus de 90 % orthodoxe, et ça ne date pas d’hier, elle est de plus depuis si longtemps sous la juridiction du Patriarcat de Constantinople (Istanbul) ...

            L’orthodoxie est «  religion dominante » selon l’article 1 de la constitution grecque, laquelle est promulguée « au nom de la simple et indivisible Trinité ». Les années scolaires commencent par une bénédiction. Depuis toujours, des icônes ornent la plupart des administrations publiques...
            http://www.bibliomonde.com/donnee/grece-etat-la-religion-315.html

            « Pour combattre le communisme nous devons lui opposer une idéologie. A l’Ouest, nous n’avons rien. C’est pourquoi nous devons nous appuyer sur l’islam » Giscard d’Estaing en 1980

            Ceux qui cherchent à se servir de l’histoire turque ou ottomane pour opposer christianisme et islam, un occident chrétien à un orient soi-disant "islamiste vont avoir du fil à retordre


          • Cem38 Cem38 12 novembre 2013 12:35

            E pourquoi pas ? Si je ne me trompe pas ce sont les crédits et les dettes de la Grèce qui ont plombé ce pays non ? L’Islam n’interdit-il pas l’usure ?...


          • Jelena XCII 12 novembre 2013 12:42

            @Cem38 Le Jobbik est profondément antisémite, ceci expliquant cet article. Après croire que la Hongrie est pour autant pro-islam... (toux toux). En Hongrie, il y a 0,0% de musulmans. 

            Le Kosovo c’est Serbe effectivement, les slaves étaient déjà présents depuis plusieurs siècles avant que les ottomans ne viennent dans les Balkans. D’ailleurs, il y a eu une méchante bataille à cet endroit, vous vous en souvenez ?

            >> Ls héritages de l’empire ottoman sont encore très bien présents.

            Evidement, albanais et turcs ne font qu’un et ils ont rasé tout ce qui ne fait pas partie de leur « patrimoine » (on va dire ça comme ça).

            Donc oui, c’est vrai que le Kosovo actuel ressemble à la Turquie... D’ailleurs seuls les turcs ont le droit de s’y promener librement, pour les autres, à moins de vivre dans des ghettos, c’est nettoyage ethnique.

            @njama Un autre rappel, il y a un siècle de cela, Serbie, Grèce et Bulgarie ont chassé les « envahissants turcs » des Balkans.


          • Cem38 Cem38 12 novembre 2013 14:03

            Source wikipedia sur la Hongrie :


            La principauté de Transylvanie (agrandie du nord-est de la Hongrie royale, lepartium) a le choix entre deux vassalités : envers les Autrichiens, ou envers les Turcs : les voïvodes choisissent la seconde option, qui leur laisse plus d’indépendance, tant politique que religieuse.

            Ce sont dons les massacres et le fait que les turcs aient tout rasé qui les ont poussé à se soumettre aux ottomans, hmmmm.......

          • Jelena XCII 12 novembre 2013 17:11

            A l’époque pour les voivodes, choisir entre les autrichiens ou les ottomans, c’était grosso-modo choisir entre l’extermination ou la conversion à l’islam... Mais qu’importe, c’est au Kosovo que les albanais ont tout rasé, la Voivodine, c’est une autre histoire.


          • Cem38 Cem38 12 novembre 2013 18:08

            Nan mais je crois que t’as pas compris, il n’y a pas eu conversion forcé à l’Islam. Relis bien :

            les voïvodes choisissent la seconde option, qui leur laisse plus d’indépendance, tant politique que religieuse.


          • Jelena XCII 12 novembre 2013 19:05

            T’es gentil tout plein mais à l’origine les albanais ce sont des orthodoxes qui étaient assez proches des grecs. Idem pour les bosniaques (à ne pas confondre avec les bosniens), ce sont des slaves qui ont été convertis à l’islam par les ottomans.

            Rien que dans la région de Beograd, il y avait plus de 250 mosquées « made in Turquie ». Aujourd’hui, il n’en reste plus qu’une (un souvenir).


          • Pyrrhos 13 novembre 2013 22:27

            njama, vous êtes ce qu’on appelle un négationiste.

            Les missions, parlons-en, c’était simplement des écoles pour les enfants. Des écoles chrétiennes pour des enfants chrétiens, les turcs n’étaient pas concernés.

            Il faut lire ça : http://books.openedition.org/editionscnrs/2514


          • Pyrrhos 13 novembre 2013 22:33

            Quant à Cem, je lui propose d’aller relire son histoire roumaine ! Il y trouvera plein d’information sur Vlad l’Empaleur, sur Etienne le Grand et sur Michel le Brave, tous des Voïvodes (monarques) roumains importants... et tous des ennemis jurés des turcs !


          • Pere Plexe Pere Plexe 11 novembre 2013 12:15

            Je veut bien entendre la responsabilité US .

            Pour autant le vrai problème est la démocratie.Ou plus exactement les conditions nécessaires à ce qu’elle s’exerce .Éducation , information loyale, liberté et système politique crédible en sont les piliers indispensables.En Turquie comme ailleurs.

            L’attitude de l’UE qui fait miroité une adhésion depuis 26  ans est elle de nature à aider les laïcs ?Comment l’UE qui n’a jamais fait de la laïcité une priorité ou simplement un critère pourrait elle faire grief à pays de choisir la voie d’une théocratie ? . L’attitude générale de l’occident ,prompt à bombarder, n’est elle pas du pain bénit pour les islamistes de tout poil ? 


            • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2013 17:24

              Père Plexe

              Si la démocratie était en vigueur dans l’ UE, les donneurs d’ordre de la Commission européenne seraient élus, la BCE ne serait pas ...indépendante du vote des citoyens, et elle aurait respecté les referendum comme celui de 2005...

              Il s’agit donc d’autre chose que de démocratie...

              Quant aux islamistes, les USA les recycle très bien en dirigeants comme les Frères Musulmans, en Talibans pour contrer les Russes, et en mercenaires pour jouer « aux rebelles » en Libye ou en Syrie...

              « Al-Qaïda serait une émanation des services secrets ... »

              Les USA sont en guerre permanente depuis la fin du 19e siècle, ils ont l’art de s’inventer des ennemis, quand ils n’en n’ont pas.

              Le général Wesley Clark : les origines des guerres...


            • cblacquebelair 11 novembre 2013 12:18

              Il semblerait que les « Frères », petit à petit, s’affaiblissent dans les pays d’Afrique du Nord.

              De leur côtés, les pays Baltes continuent de frapper à la porte de l’Europe .

              Prenant le contre-pied, Erdogan remet en cause le processus de laïcisation de la Turquie. 
              Ainsi la Grande Porte, ce passage de l’Occident vers l’Orient, ne pourra pas impunément continuer de revendiquer son adhésion à l’Europe. 

              Que pensent les Turques de ce recul de la démocratie ? Les jeunes vont-ils accepter d’abandonner leurs droits ? L’Europe doit-elle les abandonner.

              Erdogan joue avec le feu à vouloir entrer dans une Union Européene laïc et retourner dans une islamisation forcenée .

              • Fifi Brind_acier Fifi Brind_acier 11 novembre 2013 17:31

                rodier,
                « La Turquie est une puissance économique », quand on voit l’état des ex- puissances économiques comme la France, monter à bord de ce Titanic européen, c’est du masochisme...

                L’Islande a compris, elle n’était ni dans l’UE, ni dans l’euro. En tant que pays souverain, elle a laissé ses banques faire faillite et mis les responsables en prison.

                La croissance a repris, son taux de chômage est à 5%, alors qu’il est de 12,2 dans la zone euro.
                Elle vient de supprimer la Commission d’adhésion à l’ UE.

                Si la Turquie entre dans le l’UE, l’euro fort la ruinera comme il ruine tous les pays du sud.


              • antyreac 11 novembre 2013 13:00

                Les turcs semblaient être il y a un certain temps comme des modérés

                Maintenant à l’évidence ils se radicalisent
                Il n’y a donc pas de l’islam modéré

                • OMAR 11 novembre 2013 17:58

                  Omar 33

                  Donc, selon vos sous-entendus, il faut rester matou toute son existence et accepter que ce soit l’Autre qui , tout en vous méprisant, modélise totalement votre existence...


                • Esprit Critique 11 novembre 2013 16:54

                  Non il ne s’agit pas d’un virage, Erdogan depuis le premier jour ou il a cherché a prendre le pouvoir promet une « république » islamique.

                  Je met le mot "république entre parenthèse, car l’islam qu’il propose est une idéologie t(totalitaire, et absolument pas une religion, 
                  Pourquoi d’ailleurs s’inquiéter du sort de la Turquie puisque l’on a le meme islam chez nous !

                  • Xenozoid Xenozoid 11 novembre 2013 17:01

                    vous voyez, le pouvoir, il aime vous prender pour des cons


                  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 11 novembre 2013 19:11

                    Le pouvoir nous prend pour des cons. ? Bien sûr : c’est sa meilleure chance d’avoir enfin raison.


                    PJCA

                  • Xenozoid Xenozoid 11 novembre 2013 19:58

                    pjca, surtout quand les memes cité ne bougent jamais


                  • Xenozoid Xenozoid 11 novembre 2013 17:12

                    Non il ne s’agit pas d’un virage, holland depuis le premier jour ou il a cherché a prendre le pouvoir promet une « république » gauchist

                    Je met le mot "république entre parenthèse, car la gauceh qu’il propose est une idéologie(totalitaire, et absolument pas une religion, 
                    Pourquoi d’ailleurs s’inquiéter du sort de la Turquie puisque l’on a la meme chez nous !

                    c’est marrant je vais déconstruire a fond


                    • Crab2 11 novembre 2013 17:18

                      L’identité heureuse


                      L’identité française,

                      n’en déplaise aux chantres du différencialisme se fonde sur des valeurs dont l’universalisme dérange tous ceux qui se servent fallacieusement des outils de la démocratie dans le seul, l’unique but de maintenir en milieux musulmans ou d’installer, dans notre pays, l’abaissement du statut de la femme ( complémentaire de l’homme et non son égale selon l’idéologie musulmane )

                      Suites :

                      http://laicite-moderne.blogspot.fr/2013/11/lidentite-heureuse.html




                      • OMAR 12 novembre 2013 00:27

                        Omar 33

                        Il n’y a pas que les ciseaux qui coupent, qui censurent...

                        Les pinces de Crab2, aussi.....

                        Une preuve que le lobby qui n’existe pas, éh bien, il n’existe pas bezef....


                      • OMAR 11 novembre 2013 17:31

                        Omar 33

                        Bonjour Lahcen : "Mustafa Kemal Atatürk, .............., doit aujourd’hui se retourner dans sa tombe« .

                        Il n’est pas le seul, mais il y a aussi ces centaines de millions de musulmans qui ont cru en cette Turquie moderne, laïque et démocrate, et qui se sentent aujourd’hui, trahis par cette agression contre l’Islam...
                        Et vous avez bien fait de dénoncer ces décisions obscurantistes, voire fascistes.
                         
                        Aussi, merci de changer le titre de votre article car il peut prêter à l’amalgame.

                         »Le virage wahhabite (ou salafiste) de la Turquie" aurait été plus approprié.

                        Cordialement


                        • Cem38 Cem38 11 novembre 2013 18:09

                          Omar, quel rapport avec le wahabisme et la Turquie ? J’aimerai une réponse claire s’il te plait car je vois que depuis le départ tu e poses en expert de l’islam mais ce rapprochement prouve ton ignorance la plus totale.


                        • MuslimADieu MuslimADieu 11 novembre 2013 18:48

                          @omar

                          j’aurais opté simplement pour « islamiste » au lieu de islamique.
                          il y a une volonté d’amalgame dans le titre. Visiblement, il est diffcile de mettre tous les musulmans sous un même label. Les islamistes sont ceux qui considèrent avoir le droit d’imposer aux autres des lois issus de leurs « croyances ».
                          Erdogan a toujours été islamiste. Sa modération a toujours été « contrainte ». Aucun islamiste ne peut échanger le califat contre la démocratie. C’est trop enraciné dans leurs « livres sacrés » autre que le coran.

                          @cem38 :
                          le rapport ? les saloperies de Bukhari, Muslim&co. Ils ont des bibliothèques de cochonneries en rapport. Ils bouffent la même merde.

                          @prochain commentateur qui va faire dire au coran ce qu’il ne dit pas.
                          Merci de tenter, dans la mesure du possible, de modérer ta bibine et de ne pas nous la présenter comme science et fait indiscutable. Je recommandes fortement l’utilisation d’un « je crois » ou « je penses » en introduction. Prière prendre exemple sur le Merci que j’ai placé par politesse en début alors que je sais bien que ce je demandes est impossible.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès