Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Le vote électronique n’est pas suspendu au Québec

Le vote électronique n’est pas suspendu au Québec

Contrairement à ce qu’il semblait, le vote électronique n’est pas suspendu au Québec. Le moratoire ne concerne que de nouvelles ententes. Les protocoles actuellement en vigueur sont toujours valides, m’a-t-on confirmé à la Direction générale des élections du Québec, ajoutant que le ministère des Affaires municipales et des Régions, responsable du dossier, étudie présentement la possibilité de les suspendre.

C’est une nouvelle parue au début du mois de novembre dernier et qui m’avait alors échappé qui m’a mis la puce à l’oreille. Le directeur général de TM Technologies, François Nadeau, déclarait à un journaliste de Radio-Canada : « À cause du moratoire, seules les quelque vingt municipalités du Québec qui ont déjà une entente avec nous peuvent utiliser Votex. Il nous faut donc aller voir ailleurs ! ».

TM technologies vient d’obtenir du gouvernement canadien une subvention pour faire la promotion de son système de vote électronique à l’étranger, notamment en France où l’entreprise dit avoir eu des contacts prometteurs.

Toutefois, selon Pierre Muller (ordinateurs-de-vote.org), la procédure de certification, bien que pas très exigeante, prend un certain temps, de sorte qu’il doute fort que le système Votex puisse être utilisé lors des élections présidentielles de 2007.

L’entreprise vise aussi le marché des élections municipales de 2007 en Alberta et entend également approcher le Nouveau-Brunswick et la Colombie-britannique, deux autres provinces canadiennes.

Dans son rapport sur le déroulement du vote électronique dans les municipalités du Québec en novembre 2005, le directeur général des élections du Québec n’avait pas été tendre envers différents systèmes utilisés. Votex de TM technologies « semble être le seul système de votation électronique à ne pas avoir obtenu une mauvaise note », écrit toutefois Radio-Canada.

Le directeur général des élections avait affirmé dans son rapport paru le 24 octobre dernier que « le vote électronique est si hasardeux et vulnérable qu’il ne devrait plus être utilisé à moins que des mesures très exigeantes ne soient mises sur pied ».

Pour sa part la ministre des Affaires municipales du Québec, Nathalie Normandeau, affirmait que le moratoire sur le vote électronique serait maintenu « aussi longtemps que nous n’aurons pas des garanties fermes et blindées » que les ratés du 6 novembre 2005 ne se reproduiront pas.

La ministre ajoutait même : « À partir des recommandations du DGEQ, je pense que nous pouvons nous questionner sur la pertinence de faire appel à ce mode de votation. »

Pourquoi alors ne pas avoir suspendu jusqu’à nouvel ordre tous les protocoles autorisant le vote électronique ?

Radio-Canada. TM Technologies courtise l’Alberta. 11 novembre 2006.
Tommy Chouinard. La Presse. Le vote électronique n’a pas tenu ses promesses. 25 octobre 2006.
Directeur général des élections du Québec. Rapport sur l’évaluation des nouveaux mécanismes de votation . 24 octobre 2006.


Moyenne des avis sur cet article :  4.64/5   (11 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Droopy (---.---.162.39) 6 décembre 2006 16:14

    Personnellement, le jour où le vote électronique m’est imposé, je cesse de voter. A mon avis, c’est le meilleur moyen de frauder. Avec un papier, on peut contrôler personnellement la chaîne du vote de bout en bout : de l’urne où on le glisse jusqu’au comptage des voix. Comptage qu’on peut réitérer en cas de doute. Avec un enregistrement dans un fichier informatique, c’est la porte ouverte à la perte de controle des institutions par les citoyens. Quand on voit déjà les tripatouillages qui ont eu lieu lors des votes normaux, on s’imagine la suite ......


    • Aeglin (---.---.32.236) 6 décembre 2006 16:32

      Je suis tout a fait d’accord. Je suis fondamentalement hostile au principe du vote electronique. La ou avant il fallait plusieurs complicites, une seule personne suffit pour programmer la machine et donner le resultat que l’on souhaite. Je sais, on me dira que c’est un progres, que les gens n’auront peut etre plus a se deplacer, que la participation sera plus eleve, etc... Neanmoins, un principe elementaire de securite et de controle me fait dire que pour une chose aussi importante qu’une election, le faire « a l’ancienne » me parait etre la facon la plus juste.


      • (---.---.140.25) 8 décembre 2006 06:59

        Déjà qu’avec le papier, nous arrivons à faire voter les morts, alors avec le vote informatique, bonjours les citoyens virtuels !

        Pauvre démocratie, tu t’es fait bouffer par les mafieux, et tu as du mal à trouver le meilleur d’entre eux !

        Allez, ne le cherche plus, grâce à l’info, ils pourront s’élire entre eux.

        Bienvenu dans l’Homocratie virtuel et son univers pitoyable !.

        Enfin, ils n’ont plus besoin de nous pour justifier leurs malhonnêtetés ! Je commençais à culpabiliser d’en être responsable par procuration...

        Merci, de m’éliminer cette corvée masturbatoire, de ce jeu des sept erreurs d’un programme fictif qui, de surcroît, n’engage que celui qui aime les promesses non tenues, ne pouvant pas tenir les siennes...

        Philgri, voyant clair à défaut d’être clairvoyant...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès