Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les albinos africains : une manne blanche à abattre

Les albinos africains : une manne blanche à abattre

Parallèlement, un commerce sordide se développe. En Tanzanie, un bras d’albinos se vendrait 2.000 dollars.

***

Plus de 50 albinos ont été tués et démembrés depuis deux ans en Tanzanie et au Burundi, et des parties de leurs corps vendues pour des milliers de dollars à des sorciers qui confectionnent des « grigris » prétendument miraculeux. Cyberpresse

***

Alerté par ses voisins, Richard, 19 ans, a fui. Une bande de tueurs à ses trousses, il s’est caché deux jours dans la forêt. « On dit que les parties du corps prélevées sur les albinos sont vendues en Tanzanie. On les met sur des mines d’or et cet or remonte à la surface et on n’a plus qu’à le ramasser. Ou alors des pêcheurs les utilisent pour appâter de gros poissons qui ont de l’or dans leur ventre », explique-t-il. Richard bénéficie désormais de la protection des autorités, qui ont décidé de regrouper les 45 albinos recensés de la province pour leur épargner le sort tragique.(lien)

***

Anseleme Katyunguruza évoque une “campagne de chasse aux albinos” qui aurait démarré en août 2008. La “demande”, venue de Tanzanie, est étroitement liée au boom de l’industrie de la pêche et à la ruée vers l’or en cours sur le lac Victoria et ses rivages.

“Bien décidés à tirer profit de cette manne, des sorciers ont ranimé la vieille superstition selon laquelle les membres et les parties génitales d’un albinos favoriseraient et accéléreraient le succès des entreprises commerciales”, explique le secrétaire général. Il en a résulté un ignoble trafic qui rapporterait aux criminels entre 200 et 5000 dollars pour chaque meurtre commis. “Nous dénonçons et combattons sans réserve cette effroyable forme de discrimination”, poursuit Anseleme Katyunguruza.

Les volontaires de la Croix-Rouge ont aidé les familles endeuillées à assurer des funérailles décentes aux victimes mutilées. Les choses sont allées si loin qu’il a parfois fallu bétonner les sépultures afin d’empêcher que des pillards ne viennent nuitamment exhumer les corps pour en prélever les ‘organes magiques’. IFRC

« On ne compte plus les légendes africaines qui entourent les albinos, victimes d’une maladie génétique qui se caractérise par une absence de pigmentation de la peau, des poils, des cheveux et des yeux. Mi-hommes, mi-dieux, selon les régions, leur « blancheur » pourrait apporter toutes sortes de pouvoirs, bénéfiques ou maléfiques. Au Cameroun, au Mali et dans d’autres pays du continent, on attribue à ces « enfants blancs » nés de parents noirs des forces surnaturelles. « Ici, dans la région des Grands Lacs, nous sommes considérés comme les enfants du soleil, de la chance, explique avec un air de dégoût Cassim Kazungu, président de l’Association des albinos du Burundi. Alors, certains sorciers, principalement originaires de Tanzanie, racontent que s’ils mélangent nos os et notre sang à certaines potions magiques, ils seront capables de confectionner des gris-gris pour obtenir de l’or, de la chance ou une éternelle jeunesse. On nous assassine pour des histoires de sorcellerie… » C’est principalement sur les bords du lac Victoria que seraient nées ces légendes. Autour du plus grand lac africain, on raconte, par exemple, que verser du sang d’albinos sur une mine d’or pourrait suffire à faire jaillir des pépites, sans même avoir à creuser la terre. Chez les pêcheurs, on soutient que le fait d’appâter les eaux du lac avec un bras ou une jambe découpée sur un corps d’albinos permettrait d’attraper de gros poissons, le ventre gorgé d’or… » Burunditribune

***

Un jeune albinos de douze ans, à qui des bandits avaient coupé un bras, a succombé à ses blessures dans le centre du Burundi, a appris l’AFP samedi de sources concordantes.

« Quatre bandits armés de fusils et de machettes ont attaqué une famille où se trouvaient trois enfants albinos sur la colline de Gahweza dans la nuit de jeudi à vendredi. Ils ont coupé le bras gauche d’un garçon de 12 ans avant de s’enfuir parce que la famille s’était mise à crier« , a annoncé à l’AFP l’administrateur de la commune de Kiganda, Joseph Ntahuga.

La commune de Kiganda dépend administrativement de la province de Muramvya, au centre du Burundi.

« Le petit Ephraïm Havyarimana a succombé à sa blessure quelque temps après, alors que l’ambulance arrivait sur place pour le conduire à l’hôpital« , a-t-il poursuivi.

En octobre 2010, deux garçons albinos ont été tués et démembrés dans le sud-est et dans le nord du Burundi, alors que les autorités burundaises pensaient avoir mis fin à ces crimes rituels qui avaient frappé jusqu’ici la province de Ruyigi, frontalière de la Tanzanie.

Huit personnes accusées d’assassinats et tentatives d’assassinats d’albinos ont été condamnées par la justice du Burundi à des peines allant de un an de prison à la perpétuité en juillet 2009.

« Il s’agit du 16ème albinos tué dans des conditions inhumaines au Burundi depuis le début de cette vague de crimes odieux en 2007 et cela touche désormais tout le pays« , a dénoncé à l’AFP samedi le président d’Albinos sans frontière, Kassim Kazungu.

« Les albinos de ce pays vivent dans l’angoisse d’être tués à tout moment et dans une terreur permanente, nous demandons au gouvernement de ce pays de rétablir la peine de mort dans ces cas pour y mettre fin« , a-t-il plaidé, en donnant pour exemple le cas de la Tanzanie, « où les assassinats d’albinos ont cessé parce que leurs assassins sont tués« .

« Ils se rabattent au Burundi où ils risquent seulement la prison dont ils vont s’échapper par la suite« , a ajouté M. Kazungu.

Ces albinos sont victimes d’un trafic d’organes vers la Tanzanie voisine où certaines parties de leurs corps serviraient à confectionner des charmes censés apporter la richesse à leurs possesseurs, selon la justice burundaise. RTBF


Moyenne des avis sur cet article :  4.76/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

25 réactions à cet article    


  • vergobret 4 janvier 2011 14:14

    Ce qu’il y a dans les gri-gri, ce sont des versets du coran, insérés très serrés dans un carré de cuir porté au biceps ou à la taille. Rien à voir avec des restes humains que l’on porterai sur soi, donc, une horreur. Le gri-gri ne fait pas jaillir les diamants, ce sont des morceaux de « bible ».

    Je suis bien placé pour le savoir, j’en ai ramassé souvent sur le sable, rapportés par le courant, signes de tragédies passées en haute mer...

    Votre histoire me rappelle celle qui tournait au collège à propos des diamants de Bokassa mis en culture sur les têtes sans corps conservées dans ses frigos... Une histoire pour enfants crédules.
    Bokassa possédait certes des diamants, et certes avait dû couper quelques têtes. A savoir s’ils partageaient le même coffre...
    Si des enfants sont assassinés je doute qu’ils s’agisse de rituels. Les Africains ne sont pas plus portés aux sacrifices infantiles que les européens...

    De plus, j’ai toujours constaté que les albinos étaient très respectés dans les pays d’Afrique où j’ai séjourné. Mais je veux bien croire que le Burundi est un pays à part.
    Je trouve que prêter aux Africains des rituels sordides sur la base de déclarations de l’afp est un pari risqué.

    Pour finir cette diatribe, je dirai que les africains sont bien placés pour savoir que les diamants ne poussent pas sur les têtes des humains, mais profond dans la terre ; ce sont eux qui vont les extraire pour la plus grande joie des amoureux du monde...

    Ps, on vient de trouver en Autriche un fosse, près d’un hp, de gens euthanasiés entre 42 et 45.
    Des handicapés que des élites européennes ont liquidé pour faire faire des économies à leurs concitoyens. Economies massives...


    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 15:01

      Ps, on vient de trouver en Autriche un fosse, près d’un hp, de gens euthanasiés entre 42 et 45.
      Des handicapés que des élites européennes ont liquidé pour faire faire des économies à leurs concitoyens. Economies massives...

      @Vergobret : travail (sic) de nazis ?
      Oui, les albinos sont respectés dans certains pays d’Afrique... Ne serais-ce que quelques cas d’exception...
      Tout est tiré de journaux africains... Je ne compte pas aller vérifier
      Bonne journée !


    • vergobret 4 janvier 2011 17:17

      Travail de na...« Les termes de la dilution des responsabilités quand exactions commise sous ce régime sont connus. Je ne doute pas que vous me comprendrez facilement.

       »Tiré de journaux africains« Lesquels ? Votre source ici c’est burundinews.
      Ce qu’il décrit est une situation de pays en crise ou en guerre civile larvée.

       »Oui, respect des albinos dans certains pays d’afrique" ; Le burundi n’est pas l’afrique, et si une vendetta sur les albinos y est perpétrée, il faut se garder de telle assurance, d’autant plus si vous n’êtes pas allé le vérifier... Avec cette logique vous risqueriez d’être responsable des crimes de votre voisin.

      Les journalistes qui utilisent le terme de gri-gri dans le journal que vous liez ne savent pas qu’il est inapproprié aux pays de l’est, et aussi, inapproprié pour décrire l’usage d’un reste humain. Ce terme appartient aux musulmans de l’ouest, qui ne partagent cette utilisation des restes humains.
      Il faut être européen pour attribuer le port du gri-gri à tous les africains.

      Je ne dis pas qu’il n’y a pas un reseau de sorciers fous localisé, mais que les cause de ces massacres n’ont pas d’origines superstitieuses.


    • vergobret 4 janvier 2011 17:31

      quant aux exact...


    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 18:12

      @vergobret,

      http://www.afrik.com/article13520.html
      Malgré des campagnes de sensibilisation, les sacrifices humains ont toujours cours sur le continent [1]. Ainsi, il n’est pas rare de voir dans les journaux africains, à la rubrique des faits divers, le meurtre d’un albinos.
      http://observers.france24.com/fr/content/20090413-chasse-albinos-ouverte-afrique-sorcellerie-tanzanie-cameroun
      J’ai quitté mon pays pour échapper aux discriminations dont sont victimes les albinos comme moi. On parle de plus en plus de la souffrance des albinos de Tanzanie, mais la situation est la même au Cameroun. Les gens pensent que certaines parties de nos corps ont des pouvoirs miraculeux, qu’elles peuvent apporter la richesse, faire gagner des élections ou être utilisées dans les élixirs d’amour. Dans le Sud-Ouest du Cameroun, où j’ai fait mes études, une vieille croyance dit que, lorsque qu’il y a une éruption volcanique, seul le sang des albinos peut calmer le dieu de la montagne.
      http://www.come4news.com/albinos-en-afrique-une-tare-mortelle-887533

      Le chanteur Salif Keita, lui même atteint de cette maladie, qui a créé une fondation en faveur de la reconnaissance des droits des albinos, tente tant bien que mal de faire changer les mentalités au sein d’ethnies dont les convictions sont ancrées dans l’Histoire.
      http://www.legriot.info/876-afrique-les-albinos-victimes-de-l%E2%80%99ignorance/

      Celui-là date d’hier. 3 janvier 2011

      Ephraim Havyarima, albinos burundais de 12 ans, n’est plus. Dans la nuit du jeudi au vendredi dernier, ces malfaiteurs avaient attaqué le domicile de sa famille à Gahweza, laquelle comptait 3 enfants albinos. Munis d’armes à feu et blanches, ces malfrats ont amputé sauvagement un membre supérieur au jeune lui causant ainsi une blessure fatale, avant de déguerpir suite aux appels à l’aide des victimes.

      ***Votre histoire me rappelle celle qui tournait au collège à propos des diamants de Bokassa mis en culture sur les têtes sans corps conservées dans ses frigos... Une histoire pour enfants crédules.
      Bokassa possédait certes des diamants, et certes avait dû couper quelques têtes. A savoir s’ils partageaient le même coffre...
      Si des enfants sont assassinés je doute qu’ils s’agisse de rituels. Les Africains ne sont pas plus portés aux sacrifices infantiles que les européens...

      De plus, j’ai toujours constaté que les albinos étaient très respectés dans les pays d’Afrique où j’ai séjourné. Mais je veux bien croire que le Burundi est un pays à part.
      Je trouve que prêter aux Africains des rituels sordides sur la base de déclarations de l’afp est un pari risqué.
      LE PARI
      P.S. : Si on pari sur votre expérience (sic) et votre jugement (sic) on risque encore plus.
      Le Burundi est un pays de 8.6 millions, situé en AFRIQUE.
      http://www.ffl.lu/mmp/online/website/menu_vert/270/338/485/index_FR.html

      TANZANIE

      En Tanzanie par exemple, ces dernières années, il y a eu énormément d’assassinats sur la population d’albinos estimée à environ 200.000 sur une population totale de 40 millions de personnes.
      En avril 2009, un jeune garçon albinos de 18 ans est arrivé à Ténériffe sur un navire de fortune car il avait peur pour sa vie au Bénin. L’Espagne, qui refuse en principe 95% des demandes d’asiles politiques a heureusement accepté de l’aider pour ne pas qu’il doive retourner au Bénin.

      Bon ! Je suis un peu las de jouer au prof. Prenez Google, tapez « albinos Afrique », ça vous occupera pour un an.
      On se reverra en 2012...
      Bonne journée !


       


    • vergobret 4 janvier 2011 19:07

      Le Burundi et la Tanzani ne contiennent pas l’afrique mais l’inverse. C’est ce que j’écris, problème de lecture ?

      J’écris bien que le burundi n’est pas l’afrique et non qu’il n’est pas en afrique, vous emballez pas et prenez le temps de lire.
      Pour les prof, laissez moi en choisir un qui s’énerve pas et qui lise bien ; et je prends pas à moins de doctorat. Et pas tous les doctorats, bien sûr.

      2 pays sur 48 que contient l’afrique, c’est pas certains pays qui respectent les albinos, mais le contraire, certains qui ne les respecte pas, si on a les même notions de calcul. C’est sur cette sémantique que j’achoppe avec vous. Votre généralisation.
      Vous pouvez tjrs condescendre à me proposer des cours...

      Tanzanie, 58 meurtres, 2 jugés. 170 000 albinos (contre 150 au burundi). Sur le net on voit tonne chiffres non prouvés concernant le prix des membres, j’accorde une confiance très relative à ces déclarations. 58 meurtres, c’est pas le fait d’une population dégénérée ou ignorante, c’est un réseau organisé et localisé.

      Vous ne connaissez de l’afrique que ce que vous lisez sur le net, et je n’ose pas vous dire : rien.
      Vous pouvez tjrs tenter de m’impressionner à jouer les profs avec vos liens auto-alimentés, qui mettent d’ailleurs au conditionnel ce que vous vous affirmez...
      salut


    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 19:21

       smiley
      Moi, tenter de vous impressionner. Jamais.

      J’ai dit « faire le prof ». J’ai pas dit que j’étais prof. Trouvez vous un doctorisé sur mesure. Et pas n’importe lequel...
      Les Dr sont impressionnants ?


    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 19:23

      Vergobret,
      J’ai nommé deux pays.
      Vous faites exprès, ou bien c’est dans votre nature de vous contrarier vous même ?


    • vergobret 4 janvier 2011 19:45

      ah, voilà un humour qui me plait plus.

      Je fait exprès de rien, j’ai banni la mauvaise foi quand j’avais 20 ans.
      Et, oui, j’ai bien vu que vs n’étiez pas prof, je les pratique depuis tout petit. C’est pourquoi j’utilise les mots jouer au, qui est la réciproque des vôtres ; faire le...
      J’ai l’ouïe fine...

      Et oui, docteur, en terme de connaissance, c’est impressionnant. J’avais un pote tunisien en fac au mirail (lui, pas moi) qui modélisait sur la ionisation plasma en sujet de thèse. Et oui, ses feuilles d’équations m’impressionnaient beaucoup...

      Quant à votre 2ème com concernant les pays, je ne l’ai pas compris. Voulez-vous dire que vous n’avez cité que 2 pays ?


    • Massaliote 5 janvier 2011 11:32

      Cela relève de la tradition du « muti ». En vigueur dans nombre de pays africains le « muti(remède) » demande à ce que le parties prélevées le soient sur des victimes vivantes pour vraiment agir efficacement. Cette tradition est très active et combattue par les autorités notamment en Afrique du Sud. Les autorités reconnaissaient un crime-muti tous les 3 mois. Dans un cas cité, des personnes ont entendu pleurer un bébé au bord d’une voie ferrée, le tout petit avait été émasculé et portait une incision près de l’oeil. Il n’a pas été énucléé parce que son agresseur a pris la fuite. Toutes les parties du corps peuvent être prélevées pour le muti. La police patrouille sous le pont de l’autoroute de Prétoria pour vérifier ce que proposent les « guérisseurs ».


    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 5 janvier 2011 13:24

      @Massa,
      Intéressant votre commentaire. Grand merci pour ces précisions et détails.
      Bonne journée !


    • NeverMore 4 janvier 2011 15:26

      Au Rwanda, on a aussi trouvé de nombreuses fosses. Ce sont en fait d’anciens nazis en fuite, maintenus en vie par des gris-gris à base d’albinos, qui ont garni ces fosses.

      Même au Cambodge, c’était aussi des blonds au yeux bleus d’origine indéterminée qui ont tout fait.

      Et je ne parle pas des croisades ou de ce salaud de Charles Martel.

      De toutes façons, c’est la faute des autres (au Zimbabwe, au Libéria, en Centre-Afrique, en Ouganda, au Soudan/Darfour, au Nigéria ... entres autres et notamment).


      • vergobret 4 janvier 2011 17:19

        Vous avez des problème de lecture, ou d’interprétation de texte ?
        Vous remarquerez que kje ne vous ai ni moins-ni-plussé... salut


      • NeverMore 4 janvier 2011 19:38

        Je ne réagissais pas à votre article, mais à une de vos réponses, très éclairante. Simple erreur d’aiguillage.


      • vergobret 4 janvier 2011 19:52

        non, non, j’avais bien compris que vous traitiez mon com. Avec un certain humour, dont j’avoue n’avoir pas compris tout à fait le sens. Je ne sais si c’est de la dérision (très acceptable) ou de l’amalgame raciste (plus critiquable), ce qu’à priori je refuse de vous attribuer.
        D’ailleurs je n’ai pas écris d’article.


      • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 19:46

        Nevermore,
        O.k" Merci ! désolé de l’entremêlement. S’il y en a eu...
        Bonne journée !


        • Yohan Yohan 4 janvier 2011 19:55

          Merci à l’auteur pour ce papier fort utile

          Quel drôle de respect. Les superstitions, qui ne sont rien d’autre que des religions mal dégrossies, conduisent toujours à massacrer en masse ici ou là selon les humeurs du débile en chef, le requin pour son aile, le mouton pour fêter son dieu, le poulet pour lire dans son sang, le rhinocéros pour sa corne et maintenant l’ albinos pour ses testicules. La connerie humaine n’a pas de limite.


          • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 19:59

            Ver,
            Oui, je n’ai cité que deux pays. Cet état de fait, concernant les albinos, touchent surtout deux pays : Burundi et Tanzanie. Ce qui fait pas loin de 50 millions H.
            Je ne parle pas de l’Afrique au complet.

            Au fait, c’était une blague : je suis prof. ( Et aussi musicien.. )
            Anglais, langue seconde et littérature. Ce n’est pas impressionnant, mais j’adore ça.
            Je comprends que vous soyez impressionné par tous ces savants. Je le suis aussi.
            Mais je suis plus impressionné par les humains que par les feuilles d’équation.
            Et la poésie...
            Je verse plutôt dans l’humanisme que dans les équations...
            Sinon, je me serais attardé au phénomène du point de vue scientifique des albinos. Humains ou animaux...
            En fait, cet « article » est là pour ceux qui ne connaissent pas le phénomène , ou les faits se passant dans certains pays, tribus, ou simplement des « humains » qui pratiquent encore certaines coutumes.
            Passons une belle journée bien calme et ne nous énervons pas trop smiley


            • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 20:01

              Yohan,
              Non, pas de limites...
              Je ne vous apprendrai rien au sujet des religions et des superstitions depuis le début de l’humanité.
              On en massacre encore dans toutes les religions en « bloguant » sur les dieux.
              « C’est qui qui a le »meilleur" ?
               smiley


              • vergobret 4 janvier 2011 20:49

                l’un n’empêche pas l’autre.
                On peut être matheux, mathématicien, et humaniste.
                Et poète. Ou poète et aimer les maths, c’est pas incompatible. Chateaubriand savait ses tables de logs par coeur. Bobby Lapointe (elle était Antibaise, et moi plutôt pour...) résolvait des équations complexes et énigmes matheuses.

                « plus impressionné par les humains que par les feuilles d’équation », rien ne vous permet dans mon texte de noter que je suis moi plus impressionné par les chiffres que par les hommes sinon que votre goût, légitime et partagé, de la spéculation... votre précision est donc inutile.

                 Biologie des albinos ; glissement qui n’appartient qu’à vous ; vous semblez m’attribuer une insensibilité ou de la dérision que mon goût pour l’exactitude n’induit pas logiquement...

                Si vous n’attribuez pas un comportement général à l’afrique (le danger d’y être albinos) ce qui semble être le fait d’une poignée d’individus et seulement dans ces deux pays, pas de risque que je me braque.

                Oui, Tanzanie : 50 millions d’h., 58 meurtres d’albinos.

                Je souligne bien dans mes précédents ce qu’une recherche rapide m’a fait noter : les faits ne touchent que ces deux pays.
                D’où mon insistance devant la vôtre, certains pays respectent les albinos. Non,  tous les respectent sauf une poignée d’individus logés au burundi et tanzanie...
                ciao


                • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 4 janvier 2011 21:34

                  Cher Vergo,
                  On dirait les palles d’une éoliennes...
                  Quant à votre « insistance »... continuez d’insister de tourniquer. Vous allez finir votre carrière comme tourniquet dans une bouche de métro.
                  « L’un n’empêche pas l’autre ».
                  Seigneur ! Vous vous décoiffez pour pas grand chose. C’est d’un évidence criante...
                  Bonne nuit !


                  • vergobret 5 janvier 2011 02:25

                    Les informations mainstream dont vous vous inspirez posent elles-mêmes un conditionnel à leurs assertions. Mais vous n’êtes pas si prudent.

                    Vous n’êtes pas non plus en mesure de faire un quelconque lien entre ces meurtres et une religion, dont vous seriez bien embarrassé de me dire laquelle est en cause...

                    Des coutumes que vous prétendez décrire, vous semblez n’en connaître aucune.

                    Je vous cite, "il y a eu énormément(*) d’assassinats sur la population d’albinos estimée à environ 200.000« . 53 meurtres pour l’année 2010 sur les 170 000 albinos de tanza. Nous n’avons pas la même façon de mesurer les mots, c’est d’une criante évidence. Enormement.
                    Si les mots ont un sens, il est ici reversible. Elastique. D’une souplesse de chinois.

                    Vous dites seuls »certains pays respectent ces albinos« .
                    Je cherche et je trouve 2 pays sur les 48 subissant ces meurtres ; 58 en tanza, 5 au burundi. A cela vous répondez :  »Je ne parle pas de l’Afrique au complet.« 
                    Vous avez une mémoire de poisson rouge. Et en plus vous vous plaignez de mon insistance...

                     »Je ne vous apprendrai rien au sujet des religions et des superstitions depuis le début de l’humanité.", solide argument de paléoanthropo... 
                    Et, ce sont ces ancêtres là qui vous ont fait, vous n’en avez pas d’autres.
                     
                    Bref, le nombre de ces meurtres montre que ce n’est pas une population ignorante qui en est responsable, la thèse défendue dans vos vos liens et par vous-même, mais des criminels localisés.
                     Vous faites passer une entreprise criminelle pour un pogrom(*) entre africains.

                    Vous noterez donc que ma ma critique portait sur le fond, je me gardais de toute généralité vous concernant.
                    Vous pourriez donc faire de même et critiquer mes arguments en évitant de spéculer sur ce que je suis ou sur ma supposée carrière, ce serait plus judicieux et surtout plus courageux.
                    Ne me dites pas que je perds mon temps, je le sais déjà.

                    Vous n’êtes pas très sérieux quant à ce que vous écrivez.


                    • Gaëtan Pelletier Gaëtan Pelletier 5 janvier 2011 03:53

                      Ver,
                      Ce que vous êtes combatif ! Un véritable intello...


                    • Massaliote 5 janvier 2011 15:17

                      « un quelconque lien entre ces meurtres et une religion » Il ne s’agit pas de religion dans le sens où il n’y a pas de divinité révérée mais de croyance dans le fait qu’il est possible d’acquérir certaines propriétés ou pouvoirs en absorbant des « remèdes » élaborés à partir de membres « prélevés » de certains individus (pour les albinos) et de certaines personnes ou animaux (dans le cas plus général du muti) C’est comme la croyance tenace dans certains pays d’Afrique qui veut que le sida d’un homme soit guéri en ayant des rapports avec une vierge. Rien de religieux dans tout ça.


                    • cmoy patou 5 janvier 2011 10:17

                      Bonjour l’auteur,

                      Merci de rappeller que hélàs le racisme existe partout a travers le monde et que malheureusement nous ne sommes pas prêts d’en voir la fin.


                      Nous avons beaucoup de nostalgiques chez nous aussi.
                      Cdt

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès