Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Andes et les bouffons

Les Andes et les bouffons

Troisième volet de ma chronique pour y voir plus clair dans les Andes. A ceux qui me rejoignent sur les pentes escarpées de la cordillère : le I et le II.

Avec un peu de recul, il est aujourd’hui possible d’affirmer que la Colombie a réussi son pari de démontrer au niveau régional sa bonne foi ou, au moins, sa détermination légitime à en finir avec les Farc. Après l’orage et les grandes réunions un peu lâches ayant suivi l’heureuse élimination de Raul Reyes en territoire équatorien, Bogota a convaincu les plus mollassons des gouvernements latino-américains d’avoir au moins le bon goût de se taire, puisque réclamer leur aide est trop leur demander. Il ne reste aujourd’hui que le gouvernement équatorien, dont la complaisance pour la guérilla se précise de jour en jour et soulève des vagues croissantes, pour maugréer. Chavez a le bon goût de se faire discret. Gageons que les éléments dont disposent les autorités colombiennes sur sa complicité active avec la guérilla n’y sont pas pour rien. Chavez a sans doute compris, en parallèle, que son pays ne le suivait pas du tout dans sa folle politique d’alliance avec les terroristes colombiens. Et que plutôt que d’aller faire le malin en Colombie, il serait bien inspiré de mettre à profit les milliards qui tombent grâce aux cours internationaux du pétrole pour fidéliser son électorat qui commence à cesser de croire en ses promesses. Passons.

Restent Sarkozy et ses gourous, parmi lesquels figurent au premier rang la famille Betancourt : Astrid, Yolanda, Fabrice, Mélanie, Lorenzo, Daniel. J’ai déjà longuement évoqué le rôle néfaste de cette famille, que la malheureuse Ingrid voudrait sans doute ramener à la raison pour son propre bien. Ces informations sont connues, en particulier le conflit d’intérêts patent de Daniel Parfait, responsable des Amériques au ministère des Affaires étrangères et beau-frère d’Ingrid, mais rien ne bouge et la France se tait ou applaudit même !

Monaco n’agirait pas dans un tel dossier avec autant d’aveuglement et d’amateurisme crasse. A croire que la France ne sait plus rien de l’Amérique latine. La perpétuation de nos erreurs justifie un hara-kiri simultané de tous les diplomates français qui connaissent cette région, de tous les spécialistes de nos services secrets habitués par le passé proche à la gestion des prises d’otage et des rares universitaires qui consacrent leur énergie à comprendre l’Amérique latine.

La France s’enorgueillit à juste titre de la libération des otages du Ponant, au large de la Somalie et de l’arrestation de certains des auteurs de ce crime. En parallèle, elle propose un statut de réfugiés politiques aux responsables des Farc, dûment jugés et condamnés par la justice colombienne. Pire, aucune procédure judiciaire n’a été engagée par nos autorités ou par la famille contre ceux qui séquestrent Ingrid Betancourt, dont on nous répète pourtant qu’elle est une citoyenne française. A n’y plus rien comprendre. Dans les montagnes inaccessibles de Colombie, j’en connais qui rigolent. A en perdre leur français, une langue qui, jadis, était portée par un grand pays puissant et rationnel...

Vient le fiasco du Falcon et les déclarations grotesques de Kouchner affirmant, la main sur le cœur que jamais, ô grand jamais cet avion ne repartira de Colombie. Oui, Môssieurs, la France va montrer à ces métèques d’Amérique latine comment on dresse ces loqueteux qui ont pris en otage l’une des nôtres (sans parler des autres, dont personne ne se soucie). Le grand espion Noël Saez et son comparse suisse vont montrer de quel bois l’on se chauffe, à l’Elysée... Grotesque et misérable fiasco, qui devrait valoir des excuses publiques, voire une démission des instigateurs de cette coûteuse mission. Voilà tout ce qu’est capable de faire la cinquième puissance économique mondiale, membre permanent du Conseil de sécurité doté de l’arme nucléaire. A en chialer !

Alors, bien sûr, on va chercher les responsables, non pas dans la guérilla, vous pensez bien (c’est qu’ils sont susceptibles, dit-on !), mais plutôt chez les Machiavels de Bogota qui, pensait-on, seraient à notre plus complète disposition. Et puis, sublime astuce, on va demander à Chavez de bien vouloir jouer une nouvelle fois de ses talents de magicien. Hugo, mon coco, tu vas bien rendre service à Nico ?

Pitoyable...


Moyenne des avis sur cet article :  2.87/5   (47 votes)




Réagissez à l'article

34 réactions à cet article    


  • mi2nmi 18 avril 2008 13:18

    Pour y voir vraiment + claire..

    Ne pas oublier également les liens d’Uribe avec le Narco-trafic et le paramilitarisme
     
    de nombreux articles sur le sujet sur :
     
     
     
     
     
     

     


    • phiconvers phiconvers 18 avril 2008 20:52

      J’espère que vous avez lu mes articles précédents (cliquez sur mon profil). Vous y trouverez de nombreuses réponses sur les autres aspects de la situation colombienne.


    • phiconvers phiconvers 18 avril 2008 20:53

      Merci,Jacinto, bede et syrphe.


    • bede 18 avril 2008 16:19

      @l’auteur

      D’accord à 150%, comme on dit en Amérique Latine, encore bravo.

      On s’y perd un peu dans la famille de notre Ingrid. L’ex-mari, les enfants, la soeur, le nouveau mari, pas simple tout cela. Il me semble qu’il manque la mère qui a demandé au Pape de libérer sa fille et de faire tomber le gouvernement d’Uribe. Pas bien catholique de la part d’une mère désespérée.

      Pour les FARC je viens de lire, dans un journal vénézuelien, qu’elles embrigadaient de plus en plus d’enfants, çà devrait attirer l’attention de nos journalistes droit de l’hommards.

      Quand a Correa il semblerait que l’argent de la narco-guerilla des FARC ait subventionné sa campagne électorale, comme Chavez celle de Cristina Kirchner, l’affaire de la valise de dollars. Vive la révolution bolivarienne.

      On n’entend plus Renaud, curieux, il a perdu sa voix. Tout comme nos verts hexagonaux, elle était pourtant écolo notre Ingrid

      @ n2nmi

      On lit, tous les jours, dans la presse colombienne des comptes rendus sur des procés de paramilitaires, récemment des politiques locaux ont été embastillés pour participation à des activités para y narco.

      Ce jour on voyait la découverte d’un charnier suite aux interrogatoires d’un groupe de paramilitaires. Donc çà bouge aussi de ce côté-là en Colombie. Il semblerait, pour un observateur objectif, qu’Uribe fasse feu de tout bois, ELN, FARC, paramilitaires.

       


      • syrphe 18 avril 2008 19:45

        La France serait bien inspirée dans ce dossier de mettre la pression sur H.Chavez le souteneur des Farc

         


        • Jacinto Lopera 18 avril 2008 20:06

          http://jacquesthomet.unblog.fr/2008/04/02/vous-etes-passifs-dans-mon-blog/comment-page-3/#comments

           
           27 géraldine écrit :
          Bonjour à tous et à le gaulois
          Je voudrais partager quelques petites anecdotes sur les liens de la famille Delloye-Betancourt en 1992-1993.
          Tout d’abord je dément officiellement la belle broderie du divorce Fabrice-Ingrid racontée dans le livre “Ingrid” de Sergio Coronado.
          page 105 : “le couple désormais divorcé se construit une relation d’amitié”
          page 128 : “fabrice qui batît avec son ex-femme une relation d’amitié au cours de ces années de divorce”
          Ceci est archi-faux !!!!
          A l’époque Fabrice était furieux de s’être fait plaqué par Ingrid, qui de plus ne se gênait pas pour s’afficher avec ses novios (ex-guérillero by the way)(mais ca ca la regarde) en parallèle de sa nouvelle carrière politique (pistonnée par maman Yolanda, elles ne s’en sont jamais cachées d’ailleurs ; c’est la moindre des choses dans les familles de la haute bourgeoisie colombienne).
          Il passait son temps à l’insulter au téléphone, à la traiter de “perra” avec 2 R, et non pas de petit fruit sucré granuleux… et d’autres noms d’oiseaux !
          Tout l’étage du service commercial, dont Fabrice était responsable-adjoint, profitait de ses hystéries téléphoniques, ni très diplomates, ni très élégantes mais surtout très bruyantes !
          Lorenzo avait 1 an et Mélanie 4 ans : tout le monde était mis à contribution pour aider Fabrice à gérer ses enfants ; je parle de son chauffeur de l’ambassade (dont c’était loin d’être sa fonction première), voir des stagiaires ou VSN du service commercial….
          Leurs relations ont certainement évoluées avec le temps et c’est tant mieux pour tout le monde, tout particulièrement les enfants.
          Enfin, ca fait toujours sourire de n’entendre que la grande gueule l’ex-mari et tellement peu l’officiel (Leconte pourtant un nom presque bien de chez nous comme Betancourt sur lequel la famille joue depuis le début….)
          Lorsque vous êtes français, on vous explique bien au consulat de Bogota, que vous êtes dans un pays dangeureux (au cas où vous ne le sauriez pas malgré 50 ans d’événements de guerre civile) et que si vous êtes enlevé, le Consulat ne pourra et ne fera rien pour vous. C’est dit et redit à tous les étages de l’immeuble.
          C’est d’ailleurs exactement ce qui s’est passé pour Aida Duvaltier et Marc Beltra, car ils n’étaient que de simples citoyens français. Personne n’a bougé le petit doigt pour eux, et c’est bien triste voir rageant quand on voit la différence de traitement.
          Après avoir vécu 7 ans en Colombie, être parfaitement intégrée professionnellement et culturellement en milieu colombien (et non dans le milieu français de l’ambassade, que je trouve pour ma part ingrat et détestable), j’ai décidé avec mon mari colombien et ma fille de tout quitter dans ce pays magnifique, et de repartir de zéro en France à 35 ans où personne ne nous attendait, pour des raisons de sécurité, par peur d’être enlevés car française malgré tout et parce que je savais que, s’il m’arrivait quelque chose à moi ou ma fille, voir mon mari franco-colombien, personne de l’ambassade ne bougerait. Les consignes sont très claires et très suivies lorsque vous n’avez pas d’appui en haut lieu, comme un beau-frère Directeur des Amériques ou un ex-mari (collant) Conseiller Commercial du service Economique.
          D’ailleurs j’en suis toujours à me demander comment Ingrid peut-être française, puisque colombienne de naisance, mariée en 1984, séparée en 1989, divorcée (abandon de domicile et de ses enfants) en 1990 au bout de 5 ans de mariage et que la constitution colombienne n’a autorisé la double nationalité qu’à partir de 1991 grâce au président Gaviria.
          Donc normalement avant 1991 elle ne pouvait pas être colombienne et française. Et comme elle a divorcé en 1990, je doute qu’elle ait pu acquérir la nationalité française après.
          Je n’ose croire à un bluff aussi gros. Peut-être que les colombiens ont une explication à cette logique de passeport ?
          Donc oui j’appuie le blog de Mr Thomet, car tout ce qui est dit dans les médias français ne reflètent aucunement la vie en Colombie et encore moins l’opinion colombienne et sa réalité journalière. Ce blog a au moins le mérite de rapporter ce qui se publie en en Amérique Latine, au niveau local, avec les gens concernés par le problème et non par l’intelligentia française, calfeutrée à Paris.
          Hasta luego
          PS : d’où je tiens ces informations ? j’étais juste stagiaire pendant 9 mois au service commercial de bogota de 1993 à 1994, avec comme N+2, Fabrice Delloye…

          • bede 18 avril 2008 21:45

            @ Jacinto,

            Merci de l’info, çà éclaire des choses que je devinai dans une histoire pas trés claire.


            • morice morice 19 avril 2008 17:40

              « Chavez a sans doute compris, en parallèle, que son pays ne le suivait pas du tout dans sa folle politique d’alliance avec les terroristes colombiens. Et que plutôt que d’aller faire le malin en Colombie, il serait bien inspiré de mettre à profit les milliards qui tombent grâce aux cours internationaux du pétrole pour fidéliser son électorat qui commence à cesser de croire en ses promesses. Passons. »

              Non , justement : ne passons pas. Vous aviez déjà annoncé la couleur dans les numéros précédents et vous continuez ostensiblement à vanter les mérites d’un Uribe qui est responsable d’autant de morts sinon bien plus que les Farcs. Votre a-priori politique nuit depuis le début à votre pseudo-reportage, car il est fortement entâché de politique bien droitière et ultra-conservatrice : vous nous baladez dans un pays qui n’existe pas : celui d’Uribe, qui ne profite pas de la drogue et dit tout faire pour la combattre.. On avait déjà perçu votre manège :sous prétexte de « reportage » ce sont bien les salades mensongères d’Uribe que vous tentez maladroitement de nous vendre...

              « il est aujourd’hui possible d’affirmer que la Colombie a réussi son pari de démontrer au niveau régional sa bonne foi ou, au moins, sa détermination légitime à en finir avec les Farcs » osez-vous écrire : honte sur vous ! La bonne fois consistant à ne pas parler du soutien DIRECT des USA pour l’usage des Awacs nécessaire à l’opération. En fait de bonne foi, Uribe vient de condamner Bétancourt pour la seule raison que sa libération rapporterait plus en image de marque aux Farcs qu’ à lui-même : votre article est donc bien de la PROPAGANDE URIBISTE de bas étage, rien d’autre.

              « A n’y plus rien comprendre. » dites-vous : pour un mec de droite, très certainement : vous ne vous embarrassez pas beaucoup de nous parler de l’usage de l’agent orange dans le pays, car les gens qui y habitent vous n’en n’avez rien à faire : ce qui compte, c’est de cirer les pompes à un dictateur qui à utilisé des hommes de main, dont un que vous pouvez aller voir dans un de mes textes : Mr Klein, un marchand d’armes et un tueur auteur des basses œuvres du régime et dont Uribe rêve aujourd’hui de se débarrasser tant il a de choses à nous dire sur les magouilles uribiennes d’antan. Rien là dessus dans votre vision par un petit bout de lorgnette à l’aide d’un esprit bien étroit. Rien sur le commerce de coke, à partir d’avions US dûment protégés pare l’armée colombienne, qui fait elle-même son propre trafic et procède à de petits arrangements à plusieurs milliers de dollars... rien sur 4,5 tonnes de coke colombienne retouvées au Mexique à bord d’un Gulfstream ancien utilisateur de Guantanamo.. bref RIEN, que du vent Uribien, du service de presse d’ambassade colombienne, sans plus... et encore : ce derneir ne frotte pas autant la manche de so, propre président.

              Bref, votre énième livraison ressemble aux précédentes : sous prétexte de reportage, vous faites très bien le porte parole d’Uribe. Et lui seul. Vous avez clairement choisi votre camp : celui des ULTRAS qui soutiennent Uribe et ses escadrons de la mort. Pas vraiment de quoi être fier, je trouve..


              • phiconvers phiconvers 19 avril 2008 19:08

                Morice, vos logorrhées agoravoxiennes, tant que j’ai eu le courage de les survoler, m’ont convaincu de ce que votre anti-américanisme relève de la pathologie. Tout relève, dans votre esprit paranoïaque, du grand complot américain pour tuer les arabes, les pauvres, les noirs, les barbus, les imberbes, les femmes et bien sûr les malheureux paysans colombiens si dignement représentés par les FARC.

                Alors non, je ne me laisserai pas embarquer dans votre débat. Ce troisième volet de ma chronique, qui n’est pas un reportage mais un rappel de la situation colombienne, est consacrée à l’impéritie française dans le traitement de la détention tragique de Betancourt par les FARC.

                Une seule question : avez-vous déjà vécu en Colombie ? Y avez-vous mis ne serait-ce qu’un pied ? Pour votre gouverne, j’ai parcouru plus de la moitié des départements colombiens (et pas en blackhawk...).

                Fouillez un peu, l’oncle sam est en train de frapper quelque part, alors que vous me lisez...


                • ASINUS 20 avril 2008 21:55

                  bonsoir

                  le fait de ne pas etre allé sur le terrain permet peut etre a contrario une distanciation

                  sur le phenomene votre immersion vous implique et vous donne un "parti pris ou sentiment"

                  normal a mes yeux , si les farc ne meritent pas l aura qui les entourent ici en europe " d ailleurs

                  il semble que dans le contexte actuel ils perdent une partie de leur assises populaires , vous n etes

                  pas sans savoir que la Colombie restant un des derniers soutien des USA dans la région elle

                  bénéficie d une aide colossale " eu egard a son propre budget" de la part des usa , la caste oligarchique

                  militaire" puisque vous connaissez la société colombienne convenez que le terme prend la toute sa

                  realité" cette caste a donc peut etre interet a ce que perdure une situation conflictuelle pour de pas

                  tarir la manne yankee , n importe quel manuel geostratégique actualisé montre une totale disproportion

                  de la taille de l armée colombienne eu egard aux enjeux militaires locaux guerilla incluse.

                  Reste que votre vision est intérréssante et innovante dans le consensuel mou environnant.

                  Si vous me lisez a votre avis la societé colombienne peut elle se scinder ethniquement comme

                  en Bolivie ?

                   

                  Morice, vos logorrhées agoravoxiennes, tant que j’ai eu le courage de les survoler, m’ont convaincu de ce que votre anti-américanisme relève de la pathologie.

                  cette partie de votre intervention par contre ne souffre aucune contradiction


                • phiconvers phiconvers 21 avril 2008 08:23

                  Merci pour ce dernier commentaire, auquel je vous répondrai avec plaisir ce soir.


                • phiconvers phiconvers 21 avril 2008 21:30

                  Asinus, chose promise...

                  Je ne revendique pas une totale objectivité et j’accepte volontiers votre remarque sur la dimension sentimentale de mon intérêt pour la Colombie. Il n’en reste pas moins que les Français, de façon générale, voyagent peu et jugent beaucoup, ce qui n’est pas une démarche très honnête. Et que, pour compenser une absence de connaissance du terrain, il n’est pas inutile de se documenter solidement, en ne limitant pas ses références à quelques sites idéologiques (RISAL, Monde diplo et autres)

                   

                  Sur les assises populaires des FARC, cela fait un bon bout de temps qu’elles n’existent plus. Les derniers soutiens de la guérilla sont des doctrinaires marxistes ou des paysans condamnés à supporter l’influence de la guérilla, qui n’admet guère de dissidence là où elle est présente.

                  L’aide américaine est en effet substantielle (envion 600 millions de dollars par an). Elle est, à titre de comparaison, nettement moins importante que l’aide fournie par ce même pays à l’Egypte (sans parler d’Israël bien sûr). Dans le principe, cette aide se justifie par les intérêts mutuels des deux pays et par les besoins militaires très importants de l’armée colombienne, qui présente pour Washington l’immense avantage de faire la guerre contre les narcos à la place de celle que devrait mener la police US aux Etats-Unis. Il y a qqch qui s’apparente à de la sous-traitance. Du point de vue colombien, cette guerre se justifie par l’insécurité locale causée par le narcotrafic. Je ne partage pas votre analyse du surdimensionnement des forces de sécuité colombiennes. Avec un territoire aussi complexe et de tels défis sécuritaires, le volume et les moyens de l’armée et de la police sont à peine suffisants. Et je suis convaincu qu’une éventuelle pacification du pays, que je crois assez proche, entraînera un redéploiement de cet effort consenti par les Colombiens. L’alternative au dimensionnement actuel de la force publique est le paramilitarisme, dont tout le monde veut se débarrasser. Bien sûr, cela fera grincer certains généraux, mais il n’y a pas de tradition putschiste chez les militaires colombiens et il faut en outre espérer que le gouvernement colombien saura offrir une deuxième carrière aux militaires surnuméraires.

                  Il n’y a pas, grâce à Dieu, de véritable dimension ethnique dans le conflit colombien. Un scénario "à la bolivienne" me semble donc tout à fait improbable.

                  Je m’attacherai, comme prévu, à émettre quelques conjectures sur l’avenir de la Colombie dans le dernier volet de ma chronique.

                  Bonsoir,

                   


                • ASINUS 21 avril 2008 22:30

                  bonsoir , merci pour le complement d informations .Je ne doute pas que vos observations soient le

                  ressentit d une partie de la population colombienne les européens quels que soit leur bords

                  sont trop souvent convaincus de savoir ce que doivent penser et ce qui est bon pour les autres.

                  Avec aproximativement 45 millions d habitants face au 39 millions de venezueliens et d equatorians

                  les forces armées colombiennes déclarées pour 178000milles hommes mais plus proche des

                  200000a l orée 2009 sont pres du double a elles seules de leurs deux voisins les plus

                  "remuants" elles sont de plus bien équipées bien entrainées et bien conseillées. Je vous rassure

                  sur le coté " idéologique" de mes sources il s agit du rapport du Jane’s 2007.

                   


                • phiconvers phiconvers 22 avril 2008 08:10

                  Asinus, ce n’est pas vraiment vos sources à vous que je mettais en cause, je pensais plutôt à morice &co qui recrachent le jour durant du Monde diplo sur ce site.

                  Encore une fois, l’effectif de l’armée colombienne s’explique par la situation particuilère qui prévaut en Colombie. A la différence de ses voisins, en particulier le Venezuela, vous aurez en revanche constaté que l’armée colombienne n’investit pas dans de coucous joujous modernes et offensifs (avions de chasse dernier cri ou sous-marins modernes). Tout l’effort militaire colombien est consacré au conflit intérieur.


                • morice morice 19 avril 2008 22:07

                  Mr, votre remarque est ridicule : le fait d’y être allé ne vous donne qu’un seul droit : d’être objectif or vous ne l’êtes pas. En prime, votre remarque frise l’idiotie la plus profonde : un historien ne peut en ce cas prétendre à étudier les grecs, les romains ou les égyptiens. Or ils le fait : on peut donc avoir un avis TOUT AUSSI VALABLE que le vôtre sur la question sans jamais y avoir mis les pieds. Maintenant, mr le donneur de leçon, souffrez qu’in vous en donne quelques unes du même tonneau : vous vous êtes permis de parler d’Hugo Chavez et d’Ingrid Bétancourt : très bien. Les avez-vous seulement rencontrés ? NON ? Alors vous parlez donc de chose sans savoir ce qu’elles sont vraiment ? Etrange, selon vous on ne doit parler que de ce qu’on connaît.... Premier point, car les arguments de cons, voyez-vous ,ça se trouve au premier café du commerce venu, pas besoin de faire 10 000 km pour ça.

                  En deuzio, vous prétendez dans votre titre nous donner des "éléments d’explications sur les andes". Vaste programme, comme aurait pu dire DeGaulle. Seulement voilà : en fait d’explications sur les deux personnages cités, on a ceci :

                  Uribe : un phénomène dans son pays méconnu, qui continue d’atteindre une popularité supérieure à 70 % cinq ans après sa première élection à la présidence de la République. Et ceci malgré la guerre, atténuée, mais pas terminée, malgré les otages que les Farc ne lâchent pas, malgré les péripéties d’une vie politique viciée par la drogue, les alliances impardonnables des caciques locaux avec les groupes armés, malgré l’opprobre de la gauche et de certains démocrates américains. Le problème, c’est que les Colombiens savent que leur pays n’est pas la Suisse et jugent leur président à l’aune du possible et non de l’idéal. Et les progrès enregistrés par leur Alvaro Uribe leur semblent considérables. Et puis, les Colombiens, comme leur président, ils n’aiment pas les Farc, mais pas du tout. Et ils savent qu’il n’y a aucune négociation possible avec ces tarés. Ils espèrent seulement qu’un jour, lesdits tarés, affaiblis, isolés, menacés d’extradition vers les Etats-Unis, tenteront alors un compromis avec les institutions qu’ils combattent depuis plus de quarante ans.

                  Dans lequel il ressort que le Président Uribe est un gars bien, adoré de son peuple avec des chiffres sortis d’"un chapeau sans aucune référence. Chavez fait des scores meilleurs vous savez... mais moi je ne retiens aucun des deux : ils truquent ous les deux ce qu’il s veulent. Quand à l’"opprobe de la gauche et des démocrates US dont souffre selon vous Uribe, sachez qu’on peut la LIRE aussi ici dans CE journal qui n’est pAS DE VOTRE BORD :

                  The mission of Colombia Journal is to promote political, social and economic justice in Colombia by creating a greater awareness and understanding of U.S. foreign policy. To this end, Colombia Journal provides investigative reports based on field research conducted in Colombia and editorial analysis from a variety of perspectives on the left—from the moderate, center-left (social democrats) to the hard left (socialists)—as an alternative to the mainstream corporate media, which is over-dependent on official sources.

                  Congratulations to President Alvaro Uribe, the clear victor in Colombia’s election after garnering an impressive 62 percent of the vote. The election left no doubt that the majority of voting Colombians support Uribe and his Democratic Security Strategy, a fact that the Left both inside and outside of Colombia are going to have to accept. However, 62 percent of the vote does not constitute a mandate to violate the human rights of the political opposition and others critical of the government’s security and economic policies.

                  While many will claim that 62 percent of the vote constitutes a mandate for Uribe, the reality is that only 28 percent of eligible voters cast a ballot in favor of the president. Voter turnout was estimated to be 45 percent, about the same as four years ago and low even by Colombian standards. Consequently, Uribe only received the votes of 62 percent of those Colombians who bothered to cast a ballot.

                  Uribe a été élu avec 62 % des votes. Très bien belle victoire. Sur 45% de gens dans le pays qui n’ont pas voté... soit 28% de la population. Fort belle victoire en effet. Il dirige un paus avec moins d’1/3 des voix réelles. Et si aujourd’hui il est acclamé par vos 70% de ceux là, ça fait par 20% à tout casser du pays.

                  Nevertheless, Uribe clearly proved victorious at the polls and, despite the many flaws with Colombia’s electoral process—including coercion of voters by right-wing paramilitaries and threats against the leftist Democratic Pole

                  Sur 28% combien on reçu des pressions des paramilitaires  ? Savez-vous ce que sont ces pressions ? Le journal a déjà la solution :

                  Uribe represents the modern-day democratic authoritarian version of Chile’s Cold War military dictator Augusto Pinochet. During the 1970s and 1980s, a significant portion of the Chilean people supported Pinochet’s authoritarian policies that prioritized security and economic growth over the defense of human rights. And while Pinochet perfected the art of “disappearing” those critical of his government, the number of Colombians that were “disappeared” during Uribe’s first term exceeds the total number of Chileans that vanished during the 17-year military dictatorship.

                  Les disparus durant le premier terne du mandat d’Uribe DEPASSENT le nombre de disparus des 17 années de guerre civile en Colombie : il est sympa, votre président démocratiquement élu.. au tiers.

                  Résultat, cher Mr, votre "enquête" est entachée du plus élémentaire respect de l’équité. Vous êtes plus que partisan, vous faites la propagande pour un tueur. Un tueurs de.. syndicalistes.

                  Taken only at face value, it may seem rational when Colombian President Alvaro Uribe argues that that his country deserves a Free Trade Agreement as a reward for the decline in murders of trade unionists.

                  The reduction is dramatic. And the Bush and Uribe administrations, which want the FTA badly, are the first to tell you so. In 2001, the year before Uribe took office, 197 trade unionists were murdered. Last year, the number was 40.

                  But President Uribe made a disquieting comment during a meeting last week with an AFL-CIO delegation to Colombia that included Dan Kovalik, Associate General Counsel of the United Steelworkers. Uribe’s off-handed remark revealed that the murders will continue during his reign because he tacitly supports them, and for that reason, the FTA must remain comatose.

                  Son extrême droitisme, qui lui fait tuer des personnes aux idées de GAUCHE uniquement deviennent même un frein au développement économique de son pays... comme le note ici ce blog.

                  What he did not mention, of course, is that a goodly number of roses had remained in Colombia to cover the graves of the five trade unionists already gunned down this year, nearly one a week. He failed to say that more than 400 trade unionist have been killed during the Uribe administration, and fewer than 3 percent of their murderers tried and convicted.

                  What he didn’t bring up is that the murder numbers have declined before and risen again. In 1996, there were 275 killed, a number that slowly dropped over the next three years to 80 in 1999. Then, it was up again to 197 in 2001.

                  It’s true, the number of dead is down. For 2007. We don’t know what the future will bring.

                  Dénoncer un syndicaliste.. c’est le condamner à mourir :

                  In Colombia, if a unionist is accused of being a guerrilla, he’s being fingered as a member of a violent subversive group that’s trying to overthrow the government : a terrorist. For the paramilitaries, it’s a license to kill. Someone says a union activist is a guerrilla, then the paramilitaries might threaten or torture or murder him. And there’s no prosecution. That is just the way it has worked for decades in Colombia.

                  Uribe est un homme d’extrême droite pour qui tout homme de gauche doit être un homme mort :

                  Unfortunately, this was not the first time Uribe has endangered unionists by stigmatizing them guerrillas.

                  Discussing two trade unionists killed last year, he told Colombia’s leading newspaper, El Tiempo, it was because one of the men was a “terrorist,� ? in other words a member of one of the guerrilla groups.

                  This explains why the murders continue. This explains why they are not prosecuted. Uribe could stop the bloodshed and redress the crimes, but he chooses not to because he believes trade unionists are guerrillas.

                  Voilà celui dont vous parlez si bien mr, mais dont nous arrivons aussà parler en nous référant à des choses aussi valables sion plus que vos yeux )à œillères : nous nous INFORMONS, tout simplement, pour découvrir assez rapidement ici-même ce que vous n’avez pas été fichu de distinguer sur place.La prochaine fois, prenez plutôt un ticket pour Saint-Cloud,  ça vous coûtera moins cher et vous y verrez sinon les mêmes payages, du moins les mêmes IDEES.


                  • morice morice 19 avril 2008 22:12

                    "par Dom22 (IP:xxx.x1.188.74) le 19 avril 2008 à 19H20

                     
                    In the bab, morice."
                     
                    La prochaine fois, évitez les commentaires trop rapides DOM22 : vous me poursuivez et à CHAQUE FOIS ça vous retombe sur le nez : in the bab yourself, comme vous dites. En revanche que vous veniez applaudir un pro-Uribe, ça ne m’étonne en rien. Votre passion pour la dictature est telle que le simple fait de prononcer le nom d’un dictateur vous fait arriver comme une mouche sur le miel. Et je reste poli ; il existe des mouches toutes bleues...

                     


                  • phiconvers phiconvers 20 avril 2008 10:53

                    Toujours aussi touffu, diffus, confus et néanmoins incomplet, ce brave morice (Merci à Giscard pour la formule).

                    Merci en tout cas de me confirmer que vous n’avez jamais mis les pieds en Colombie. Cela ne vous ôte certes pas le droit de recracher ici les propos de vos maîtres à penser, mais devrait tout de même vous inciter à un peu plus de modestie et de prudence. Ou en tout cas à poser des questions plutôt que d’asséner vos (longues) diatribes. Vous êtes sans, surprise, un petit bonhomme.

                    A ceux qui auront lu vos coupés/collés, mes articles précédents et la lecture de la presse colombienne apporteront quelques éléments de réponse.


                  • italiasempre 19 avril 2008 23:06

                    @l’auteur

                    Felicitations pour vos trois articles, limpides, logiques et intelligents.

                     

                     

                     


                    • Jacinto Lopera 20 avril 2008 10:16

                      Petit mise au point et information sur la drogue sans eviter notre reponsabilité :

                      Il y a quelques années je lisais dans le journal français « Le Monde » une étude de l’ONU sur l’argent généré par le trafic de drogue, il disait plus ou moins :

                      Premièrement, que 75% des l’argent sale de la drogue était généré par les pays du nord, c’est à dire par les pays consommateurs.

                      Deuxièmement, que seulement 5% de l’argent sale de la drogue entrait aux pays andins, qui le reste, 95% restait dans les marchés internationaux. (Grâce à la baguette magique le 95% de l’argent sale de la drogue quand elle entre à ces marchés des pays riches devient par miracle propre, mais le 5% qui va aux pays pauvre sera toujours de l’argent Sale.
                       
                       
                       
                       
                       
                       
                      Troisièmement et le plus terrible pour moi, que de chaque 100 dollars, seulement un dollar va aux mains des paysans des pays andins.
                       
                      Enfin, nous souffrent de la Violence et devons supporter les morts et les pays du nord empochent l’argent.
                       
                      Quand je demande aux français quel est le premier pays producteur de marijuana, cannabis, ils me répondent le Maroc, l’Afghanistan, je leur dis que Non ! , qui sont les Etats-Unis et ils me répondent assez offense, « Impossible »

                      • syrphe 20 avril 2008 15:44

                        Morice,

                        Uribe veut en finir avec tous les groupes paramilitaires dont les Farc

                        Un décret paix et justice permet la démobilisation de ceux qui s’engagent a renoncer a la lutte armée et aux violences

                        Sur le terrain voici comment ca se passe

                        Desmovilizados 31 guerrilleros del frente 47 de las Farc

                         

                         


                        • morice morice 20 avril 2008 22:15

                           au fait, l’homme de terrain, n’oubliez pas dans votre prochain opus de nous parler d’un autre grand progressiste du coin. Il vient de mourir, c’est le moment d’en parler !! Ancien archévêque de Medellin, si c’était vous l’aviez peut être rencontré vous qui "allez sur le terrain"... au fait ceux qui vous applaudissent sont répertoriés ici comme d’extrême droite... 

                          Il a combattu pied à pied la théologie de la libération

                          Avant de fouler les marbres romains, le cardinal Lopez Trujillo fut successivement évêque auxiliaire de Bogota, puis archevêque de Medellin et, pendant une vingtaine d’années, dès 1972, secrétaire général du Conseil épiscopal latino-américain (Celam), puis président de cette instance clé du catholisme latino-américain, dont il connaissait les rouages, la plupart des évêques et a fortiori les vingt et un cardinaux. 

                          Là, celui qui avait longuement étudié (pour l’affronter) le marxisme, a combattu pied à pied la théologie de la libération, dont certaines grilles de lecture étaient d’inspiration marxiste et dont les années 1970 avaient marqué la grande époque.

                          • italiasempre 21 avril 2008 01:38

                            Vous n’etes qu’un pauvre jaloux

                            tout le monde trouve vos articles tendentieux et alambiqués, et on ne se prive pas de vous le faire savoir...

                            Donc, quand on complimente un autre redacteur, vous accourez avec vos mensonges...

                             


                          • phiconvers phiconvers 21 avril 2008 08:25

                            Oui, paix à l’âme de Lopez Trujillo, qui a eu l’intelligence, avec d’autres de combattre la tentative de récupération de l’Eglise par le marxisme qu’était la théologie de la libération.


                          • morice morice 20 avril 2008 22:48

                             

                             alors comme ça l’algérie aussi vous y êtes allé ???

                            Je vois en vous Mr. Phiconvers, une personne moralement instable par le faite que chaque personne qui n’est pas d’accord avec vous, est directement liée a un porteur de valise.....Bref, ce dérangement est clair et dangereux pour votre état mental, mais restant polie et parlons sérieusement.

                            Dis moi qu’es que ton papa a apporte’ positivement a l’Algérie Française, ne prenez pas les gens pour des cons, les colons vivent gratos au dos des algériens qui été votre main d’oeuvre, et je vais t’informer cher Phiconvers que la Kabylie est la région qui a paye’ le plus lourd prix pour son combat contre le colonialisme.

                            Juste une question :
                            Un algérien était t’il considérer de la même façon qu’un français ........trop tard. 

                            Maintenant, je suis d’accord pour dire que le FLN a des pages noires et moi aussi je voudrais savoir ou sont les disparus européens et pourquoi pas ouvrir une enquête sur les événements du 3 au 17 Juillet 1962, mais cela viendra avec une réconciliation entre les deux rives et que les leçons de cette période noir mais aussi très belles en souvenirs d’une Algérie cosmopolitiquement fausse.

                            vous êtes partout dites moi :

                            phiconvers

                            Jan 27th, 2008 à 14h23 Quote

                            que Carlos Holguin ne soit pas très fin, ce n’est pas un scoop. Cela n’empêche pas de se rappeler que P. Cordoba, après s’être répandue en insultes contre Uribe et son gouvernement, a été “mise en selle” par lui-même pour tenter une médiation. Et qu’elle a clairement choisi son camp, qui n’est pas celui de l’immense majorité des Colombiens.
                            En fait, ses propos la rendent passible d’une condamnation pénale au titre de la loi 599/2000 pour subversion et intelligence avec l’ennemi. Le pluralisme a ses limites et aucun Etat ne peut tolérer qu’une responsable politique aille plaider à l’extérieur pour la rupture des relations diplomatiques avec son pays (ce qu’elle a fait il y a quelques mois au Mexique) ou manifeste son soutien à quelqu’un qui menace son pays de guerre et reconnaît la légitimité de la guérilla.

                            D’ailleurs, j’observe que les menaces dont elle serait l’objet et qui lui permettent d’assurer son marketing international ne l’empêchent pas de vivre en Colombie et d’y circuler. Moi, je pense qu’elle devrait demander l’asile politique chez ses potes Chavez et Castro ou, si elle souhaite rester dans son pays, qu’elle réponde de ses délits devant la justice.

                             Mais dites-moi on vous trouve chez tous les progressistes, au fait ... celui là me parait coton...

                            onvers

                            Nov 11th, 2007 à 13h22 Quote

                            Tonio, il te faut renoncer à me coller telle ou telle étiquette. J’aime l’ordre et suis plutôt conservateur sur les questions de société. Cela étant posé, j’aime l’Amérique latine, et singulièrement la Colombie et je souhaite son bien, son développement et son épanouissement selon ses propres codes.
                            Sur le TLC, je fustige l’immense et aveugle égoïsme des EU. En ne cédant pas grand-chose sur les questions agricoles, ils rendent encore plus alléchante la culture de la coca et favorisent l’accélération d’un exode rural qui n’apportera que des problèmes en Colombie.

                            Alors comme ça VOUS AIMEZ l’ORDRE et êtes CONSERVATEUR... j’aurais pas imaginé à vous lire ici... àa porte quoi comme nom un mec qui est conservateur et qui aime l’ordre ???? 

                            mais c’est vrai que vous êtes euh.. conservateur.. d’ailleurs on vous retrouve là..

                            Puisse mon témoignage de colombianophile convaincu vous donner un autre éclairage sur ce triste jeu de dupes. Moi, je crois qu’un mandat d’arrêt contre les responsables des FARC et une coopération opérationnelle accrue avec le gouvernement colombien sont bien plus susceptibles de faire réfléchir les FARC et de les pousser à négocier.

                            Vous devriez dire Uribophile, ça serait plus clair.. ou dictateurophile.... ça le serait encore plus pour un "conservateur"... à part ça, ce que vous faites, c’est pas de la PROPAGANDE ???

                            et radio courtoisie, c’est une radio pluraliste mr le donneur de leçon d’extrême droite ?

                            propos tenus par vous là bas :

                            Bonsoir, je vous livre en avant-première cet article que je vais tenter de diffuser aussi largement que possible. Bonne semaine à tous. 

                            PROPAGANDE ça s’appelle ça... 

                            extrait :

                            La Colombie, au-delà des clichés. 

                            Alors que le président Uribe entame ce lundi une visite en Europe et que son pays ne fait provisoirement plus la une des journaux français, il m’a semblé utile de donner à tous les curieux quelques éléments d’information et de réflexion. En reprenant les questions lues ou entendues.

                            A quoi ça ressemble, la Colombie ? 

                            plus loin :

                            Alvaro Uribe Velez, un homme politique libéral, brillant mais plutôt effacé, mène campagne à la présidentielle comme candidat indépendant, gageure dans le paysage bipartiste du pays, sur le thème de la fermeté face à la guérilla et de l’affirmation de l’Etat. Et, devant le fiasco de la politique de conciliation menée par Pastrana, les Colombiens le portent à la présidence, où il est accueilli par une pluie de roquettes tirées par les guérilleros infiltrés dans la capitale, un jour d’été de 2002. 

                            C’est lui qui, une fois de plus, viendra porter la parole de l’immense majorité des Colombiens qui, bientôt six ans plus tard, le soutiennent et, surtout veulent faire comprendre que la guérilla est un cancer. 20%, on vous le rappelle, mr le
                            PROPAGANDISTE URIBIEN...

                            votre "conservatisme" crétin va même jusqu’à aller fustiger une expo sur le livre de Titeuf sur le zizi sexuel : à ce stade, mr le donneur de leçons, ce n’est plus du COSERVATISME c’est une pensée RETROGRADE...

                            Cela en dit long sur l’incapacité des parents à transmettre avec délicatesse et pudeur les "choses de la vie".

                            Je vois ça comme une flétrissure de plus pour l’âme des petits enfants.

                            Ecrit par : phiconvers | 21/10/2007

                            Quand à Che Guevara, vous semblez autant l’apprécier qu’un Jean Marie le Pen, dont la pensée n’est pas éloignée de la vôtre :

                            Rien d’étonnant à ce que ce boucher dépressif et incompétent soit une icône dans ton "milieu", Georges. Les turpitudes de Guevara sont trop documentées pour que tes louanges soient admissibles. Je les compare aux lamentables célébrations des tarés nazillons.

                            Sois sans inquiétude, Georges. Le cadavre de Guevara ou ce qu’il en reste ne me cause aucune "aigreur" et, globalement, je vais aussi bien que possible, grâce à Dieu ! Le Che fut un boucher sans âme, doctrinaire et incompétent. C’est un fait historique lamentable mais avéré.

                            Tu comprendras sans doute que je ne puise pas chez toi mes règles de croyant catholique et que tes conseils dans ce domaine me laissent plutôt sceptique. L’islam, qui est vraisemblablement une religion profondément régressive, ne me pose pas de problème tant qu’il est circonscrit au sud et à l’est de la Méditerranée. Dans mon pays tourmenté, il n’est pas bienvenu, voilà tout ! Et je prie Dieu qu’il nous évite des affrontements que rendra inexorable une expansion agressive et illégitime en Europe.
                            commentaire n° : 7 posté par : phiconvers le : 09/10/2007 23:15:14

                             

                             


                            • phiconvers phiconvers 21 avril 2008 08:27

                              Ah, morice, tu aurais été un parfait petit fonctionnaire de la stasi. Je t’imagine, me googueulisant fébrilement pour tenter de me disqualifier sur d’autres sujets, puisque tu n’as pas grand chose à dire sur la Colombie. J’imagine que tu t’es étranglé en découvrant l’étendue de mon insoumission à tes idées !

                              Pauvre type.


                            • morice morice 21 avril 2008 08:19

                               Pas bon pour vous ça.. les Andes versent à gauche...

                              Thomet ? : ah ah ah..

                               

                              Mais cette présentation de la situation colombienne, véritable panégyrique pro-Uribe, ne résiste pas à l’examen. Pour s’en convaincre, il faut revenir sur le parcours du président colombien. Car, contrairement à la thèse qu’avance Jacques Thomet, la violence politique qui ravage la Colombie ne se résume pas aux seules FARC. Depuis vingt ans, sous prétexte de lutter contre la guérilla, des milices paramilitaires d’extrême droite ont commis des crimes de masse contre la population. Ces derniers mois, des fosses communes ont été découvertes dans toutes les régions du pays. Le procureur général de Colombie a affirmé qu’elles pourraient contenir les restes de près 10 000 civils assassinés par ces groupes paramilitaires. 

                              Leaders populaires, syndicalistes, juges, défenseurs des droits de l’homme, journalistes : les paramilitaires se sont attaqués à toute forme d’opposition politique ou sociale avec une cruauté inouïe. La presse colombienne a révélé comment les chefs paramilitaires ont généralisé la torture en formant leurs hommes à démembrer vivantes leurs victimes. 

                              Les derniers rapports d’enquête d’Amnesty International, de Human Rights Watch ou de la FIDH montrent comment les forces de sécurité colombiennes ont encadré, coordonné, voire participé, aux massacres paramilitaires. Les témoignages des victimes sont concordants, massifs, accablants. Des officiers supérieurs de l’armée ont "sous-traité" aux milices le soin de mener cette guerre "sale" en toute impunité. 

                              pas le seul

                              massacres

                              En revanche, si vous venez ici, Mr Rapetout c’est bien pour deux raisons : car vous me pistez maladivement et pour soutenir quelqu’un du même bord que vous. je rappelle à ce moinseur que vous vous êtes ouvertement déclaré comme NAZI ici dans ce forum, ou pas ? Il ne le sait peut être pas et votre soutien va désormais le GENER, car on va lui rappeler à chaque fois maintenant : pas très malin de votre part...


                              • morice morice 21 avril 2008 08:22

                                 Mauvais aussi pour vous, ça.. c’est le soutien direct d’Uribe : les Awacs qui lui ont permis de repérer Reyes !


                                • Jacinto Lopera 21 avril 2008 10:02

                                  Viva, Les vacances arrivent.

                                  Moi Pierre-Henri, et la classe moyenne professionnelle salariés de l’Europe nous préparons, en visitant les agences de voyage où ils nous montrent de beaux catalogues avec des paysages fantastiques de ces pays lointain et sauvage du Tiers Monde.

                                  Je me suis décidé, cet été j’irai « en Colombie », Cartagena de Indias.
                                   
                                   
                                  Je Passerai mes vacances dans un de ces hôtels 5 étoiles que nos multinationales nous ont construits dans ces pays, où avec mes EURO je pourrais me sentir tellement riche, aussi riche que mes dirigeants, que notre Élite, qui eux peuvent se les payer dans les superbe 5 étoiles, mais de Paris, Monaco, ou New York.
                                   
                                  J’espère que ces deux semaines dans le luxueux hôtel de Cartagena de Indias, de mon habitation à la piscine, de la piscine à ma chambre, avec quelques sorties en Ville, soient tellement productives comme celles de l’année dernière dans le nord de l’Afrique.
                                   
                                  Ainsi quand je retrerai dans mon pays je pourrai expliquer à mes amis, « la Colombie », parce que moi Pierre-Henri le petit professionnel bourgeois français j’aurais déjà acquis toute une connaisance, un analyse politique, sociale, économique et culturelle, de ce pays que je connais très bien.
                                   
                                  ...... Des années plus tard assis dans le banc du Jardin public de mon quartier, je me suis rendu compte que la seule chose qu’on leur avait laissé c’était : LA PEDOFILIA

                                  • syrphe 21 avril 2008 10:33
                                    N’en déplaise a Morice et a tous les admirateurs du totalitarisme , de Chavez et de sa pseudo révolution bolivarienne vouée a l’echec
                                     
                                     Uribe a rappelé que grâce à la politique de Sécurité Démocratique, le pays a résolu une crise qui date
                                     
                                    "Le pays, il y a six ans, dans beaucoup de zones était sous la terreur astreignante de guérillas, paramilitaires, tous terroristes financés par le trafic de drogues. La Sécurité Démocratique a avancé La Sécurité Démocratique est la meilleure Réforme Politique. La Sécurité Démocratique est ce qui élimine finalement ces fenêtres par où le trafic de drogues, la guérilla, le paramilitarismo infiltrent la politique et infiltrent à la démocratie ",
                                     

                                    • mi2nmi 24 avril 2008 16:00
                                      Jorge Alvarado, Un diplomate bolivien : les USA promeuvent le séparatisme pour renverser Evo Morales
                                       
                                       
                                       
                                       
                                       
                                      Suite ici :
                                       
                                       
                                       
                                       

                                        • dom y loulou dom 25 avril 2008 00:48

                                          alors comme ça vous dites que Chavez serait derrière les farc d’extrême gauche ? Ah bon... et que Uribe serait derrière les farcs d’extrême droite alors ? Ah oui... très intéressant...

                                          je vois mal pourquoi des gens d’extrême gauche auraient quelquechose à reprocher à Mme Betancourt. 

                                           

                                           


                                          • Bleu Montréal 27 avril 2008 17:23

                                            Les réactionnaires se déchainent.

                                            Déchainez-vous ceux qui défendez l’oligarchie et l’ex-classe dominante de l’Amérique Latine. C’est fini pour vous, la gauche déferle et vous met au rancard.

                                            Bye bye ...


                                            • syrphe 28 avril 2008 20:44

                                              Le ministre de la Défence du Brésil a declaré que si le FARC entrent au Brésil, ils les recevront avec des balles ...

                                              http://babelfish.altavista.digital.com/babelfish/tr

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès