Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les bombes, les brutes et les truands

Les bombes, les brutes et les truands

Il me semble que pour bien comprendre la tragédie qui se joue en Libye, il faut partir de l'objectif initial de cette intervention qui bien entendu n'a rien à voir avec la démocratie.
 
Il y la volonté d’accaparement des avoirs et des ressources, mais je crois que les choses vont bien au-delà et sont bien plus graves.
 
L'objectif était la dislocation d'une Nation et d'un État souverain pour en faire la proie de bandes armées et de chefs de guerre et devenir un foyer de déstabilisation de toute la région.
 
Compte tenu de la configuration politique et géographique de la région, l'intrusion des bandes armées n'a pu se faire qu'avec la complicité des généraux égyptiens sous le contrôle direct des puissances occidentales et de leurs services de renseignement.
 
Pour la première fois et le fait est important, les groupes terroristes salafistes combattent ouvertement sous les ordres d"Obama, après la mort de Ben Laden, il apparait ouvertement que les véritables chefs d' Al Qaïda se trouvent à la Maison Blanche et au Pentagone, c'est toute une longue période de l'histoire de cette organisation criminelle qui s'achève et une autre qui commence, celle où les masques tombent.
 
Il faut accorder la plus grande importance au fait qu'en Syrie la même stratégie d'infiltration de groupes terroristes a été mise en œuvre dans le but d 'exploser le pays entre ses différentes composantes ethniques et religieuses.
 
Si les sbires salafistes constituent la piétaille et la chair à canon des Vendées arabes, ils ne disposent ni de la base sociale ni de l'enracinement leur permettant de jouer le moindre rôle politique.
 
Regardons vers Damas, Le Caire ou Benghazi, nous voyons que la confrérie des Frères musulmans a mis toute sa puissance sociale et tous ses réseaux d'influence au service des plans de l'impérialisme, dont cette organisation est l'une des plus anciennes créations.
 
Ses plus hauts responsables multiplient les rencontres, sont de toutes les réunions, à Washington, à Paris ou à Antalya, partout où les chefs politiques et militaires de l'Otan planifient la destruction, le pillage et la guerre contre les Nations.
 
Il y a pourtant un fait politique majeur qui a une profonde signification pour tous les peuples du monde, pour tous les hommes de bonne volonté, pour tous ceux qui sont amis de la paix, ces plans de mort et de destruction sont partout mis en échec et se heurtent à la volonté farouche de résistance des peuples.
 
Beaucoup éprouvent un sentiment justifié de nausée devant le déchainement de la propagande et des mensonges sur la situation en Libye et le silence sur la déroute politique et militaire des prétendus rebelles, mais le plus important est la signification politique profonde de ces mensonges et de ce silence.
 
Des nains politiques comme Sarkozy ont beau plastronner, ils ont perdu leur guerre des lâches, la Libye est toujours debout et vivante et leur CNT est aujourd'hui comme un corps étranger que tout un peuple est en train de vomir et de rejeter.
 
Il ne faut pas que le monde apprenne et sache que malgré les bombardements de terreur, la souffrance des populations livrées à des bandes terroristes, la coalition vient de subir un échec militaire et politique dont l'onde de choc va se répandre jusqu'à à Bagdad et Kaboul.
 
Il ne faut pas que le monde sache que dans aucun des pays de la coalition les gouvernements sont capables de réunir le consensus et les conditions politiques qui leur permettraient l'envoi de milliers de soldats pour des combats au sol.
Partout, à Washington, à Londres ou à Paris, ils craignent la colère et la mobilisation des peuples contre la guerre.
 
Lequel de ces gouvernements oserait se lancer dans un affrontement au corps à corps contre la population insurgée et les combattants défendant Tripoli, au prix de milliers de morts dans leurs rangs.
 
C'est une mauvaise nouvelle pour les maîtres du monde, mais pour gagner une guerre il faut parfois affronter des hommes courageux et capables de se défendre, il faut parfois affronter les couteaux, les fusils et les grenades et cela fait beaucoup plus de morts, des images plus atroces et des communiqués moins triomphants que des bombes larguées à 6000 m d'altitude.
 
Chacun peut faire semblant de ne pas comprendre la signification réelle des évènements en cours et pourtant il y a bel et bien une crise majeure qui déchire les sommets des grandes puissances et des plus petites
 
Quoi de plus ridicule et dérisoire que d'entendre un Baroin intervenir pour calmer les marchés, un homme dont strictement personne dans ce pays et probablement à la Maison Blanche ne sait au juste de quoi il est ministre.
 
Les commentateurs ont été bien injustes avec les agence de notation, pour une fois qu'elles disaient la vérité, mais il est sans doute des vérités qui ne doivent pas tomber dans toutes les oreilles, les peuples ont beau être stupides, ils finissent toujours par comprendre.
 
Standard and Poor's l'a pourtant clairement indiqué dans son communiqué, l'abaissement de la note des États-Unis est motivé par un doute politique sur la capacité de l'Administration Obama a imposé la politique de réduction des déficits publics.
 
Les pires canailles n'en sont pas moins hommes et leur excès de pudeur nous contraint à un petit travail de traduction en langage simple et compréhensible par tous.
 
Le Congrès américain vient d'adopter un plan de réduction des déficits publics qui est une déclaration de guerre adressée au peuple américain par les Républicains qui n'en sont plus et les Démocrates qui ne l'ont jamais été.
 
Ce sont toutes les conditions d'existence, toutes les garanties d'une vie à peu près décente et normale qui vont être pulvérisées, des millions de familles qui vont rejoindre les 14 millions d'américains déjà chassés de leurs maisons, salaires, protection sociale, écoles publiques, tout est menacé, tout est condamné.
 
Tous, républicains ou démocrates se posent la même question qui sous une autre forme se pose dans tous les pays d'Europe ;comment se préparer au choc inévitable avec la colère et la révolte sociale de millions et de millions, d'hommes et de femmes, comment affronter ceux qui ne voudront pas sacrifier leurs familles ou l'avenir de leurs enfants pour sauver les banques et les marchés financiers.
 
Autour de la nébuleuse que l'on appelle le Tea Party, une fraction importante des classes dirigeantes se dispose pour la guerre civile et pour l'affrontement brutal avec les travailleurs et les syndicats, pour la première fois se constitue aux États-Unis et au sein même de l'un des 2 grands partis institutionnels, l'embryon d'un parti de type fasciste.
 
La complexité et la difficulté de la position d'Obama tient à la nature même du Parti Démocrate et de ses liens avec l'AFL CIO, la grande centrale syndicale américaine.
 
Sur le plan personnel, il est certain que lui et les dirigeants de son Parti n'auraient aucune hésitation à plonger des millions d'hommes dans la déchéance, ce qu'il ont largement commencé à faire.
 
L'opposition à Obama ne se trouve pas au sein du Parti Démocrate, l'opposition à Obama ce sont les millions de syndiqués qui cherchent la voie de la rupture avec le Parti Démocrate, ce sont les responsables syndicaux, y compris au plus haut niveau qui ne supportent plus la soumission imposée au mouvement syndical.
 
Les millions qui ont porté Obama au pouvoir, les militants des organisations noires, les militants pour les Droits civiques et contre la guerre, c'est avec ceux là qu' a commencé un choc frontal avec la politique d'Obama.
 
Tout ce qui fondait le conservatisme politique du peuple américain, son attachement à l'american way of life, sa croyance au rêve américain, son attachement à ses institutions démocratiques, tout ce fatras confus d'illusions va se heurter avec la plus grande violence à la politique brutale des fossoyeurs de l'Amérique.
 
Le drapeau levé par Jefferson, son héritage, celui de Lincoln et de Martin Luther King, seuls les travailleurs américaine sont aujourd'hui dignes de les recevoir et capable de les défendre.
 
Dans des conditions terriblement difficiles, face à toutes les formes de la ruse et de la violence que les classes dirigeantes n'hésiteront pas à employer, des millions d'hommes s'éveillent à la conscience politique, c'est cela la grande nouvelle de notre temps
 
Nous pourrions prendre de multiples exemples de cette situation politique nouvelle qui sera de plus en plus marquée par la marche au chaos et des provocations sanglantes qui vont se multiplier pour terroriser les peuples et les faire reculer.
 
Le 11 Septembre n'a pas été suffisant et le Diable prépare sûrement une nouvelle tragédie à une échelle que le monde n'a sans doute jamais connue, d'une ampleur telle qu'elle puisse justifier toutes les attaques contre la démocratie, toutes les mesures d'exception.
 
Il suffira d'attendre, dans le crime ces barbares ne nous ont jamais déçu.
J'ignore si comme le dit la Bible Jérusalem est au centre du monde, mais c'est ici et dans cette région, dans ce vieux foyer de civilisation plusieurs fois millénaire que va se jouer une grande partie du destin de notre monde.
 
Le mouvement en cours en Israël est pour beaucoup une découverte de ce qui est pourtant une évidence, il y a dans ce pays, comme dans tous les pays du monde, des exploiteurs et des exploités dont les intérêts sont inconciliables.
 
Comme partout dans le monde, un groupe de capitalistes s'est accaparé la richesse nationale ré duisant la population à la misère sociale.
 
Derrière Natanyahou et la bande de fanatiques qui lui sert de gouvernement, derrière sa politique brutale de colonisation, l'enrichissement d'une dizaine de familles et la spoliation de tous, juifs ou arabes
 
Mais le mouvement en cours a une signification qui dépasse de loin la simple question des revendications de justice sociale, les travailleurs juifs que le sionisme voulu enfermer dans une unité fictive entre exploiteurs et exploités ont commencé à faire leur jonction avec les travailleurs du monde, à combattre enfin sur le terrain de la lutte des classes
 
Pour la première fois à une telle échelle, la jonction commence à s'opérer entre travailleurs juifs et arabes
 
Natanyanou a pris d'ailleurs une bonne mesure de la menace que représente une telle jonction, il n'a rien trouver de plus infâme à proposer que la construction de logements sur des terrains volés aux Palestiniens à l 'Est de Jérusalem, le mur de haine qu'ils veulent maintenir entre juifs et arabes est le principal rempart que l'impérialisme a dressé pour maintenir sa domination dans toute cette région du monde.
 
Nous sommes seulement au commencement d'un long processus encore fragile, des guerres, des nouveaux massacres et des attentats sont sans doute en préparation pour que la haine et la guerre fassent à nouveau obstacle à l'unité de combat des peuples, à la jonction de leurs mouvements
 
Pourtant, il va falloir choisir entre un budget et une économie de guerre et la satisfaction des besoins sociaux, entre le financement de la colonisation et la construction des logements et des écoles publiques.
 
La Histadrout, qui n'est pas une organisation syndicale indépendante mais l'une des principales institutions du sionisme fondée sur l'exclusion des travailleurs arabes s'est montrée incapable de défendre les intérêts des travailleurs juifs eux-mêmes.
 
Aucune victoire ne sera possible sans une organisation de classe indépendante, sans le combat contre l'oppression et l'égalité des droits, telle est la leçon principale du Printemps de Tel Aviv.
 
En Septembre, des millions vont se rassembler dans toute les villes de Palestine dans des manifestations pacifiques pour la fin de l'occupation et soutenir la proclamation le 20 Septembre d'un État palestinien indépendant et ce mouvement ne pourra que mettre à l'ordre du jour la grande question, celle de l'unité de la Palestine, celle d'un État unitaire et démocratique rassemblant chrétiens, juifs et musulmans dans l'égalité des droits.
 
En attendant, la vie continue, les Bourses mondiales s'effondrent, Obama, Sarkozy et Cameron menacent, confisquent les avoirs des États et dépouillent les peuples, comme des bandits de grand chemin, le principe de leur politique est devenu l'attaque de la diligence.
 
Dans cette situation dangereuse, fluctuante et menaçante, la puissance sociale des travailleurs et des peuples du monde est la seule garantie contre le chaos et la barbarie qui vont surgir, cette puissance sociale qui leur tient encore la peur au ventre, malgré ce qu'ils en disent et l'arrogance et la morgue qu'ils affichent

Moyenne des avis sur cet article :  4.31/5   (87 votes)




Réagissez à l'article

181 réactions à cet article    


  • Alpo47 Alpo47 20 août 2011 13:31

    Effrayant, mais je le crains se rapprochant beaucoup de la réalité.

    Les Libyens ne sont pas prêts de revoir leurs fonds déposés dans les banques occidentales, et leur avenir est bien compromis, 
    Les Américains, auront le choix de ré-élire le président actuel ou un extrémiste fanatique,
    Les Français entre la peste et le choléra,
    Les Israeliens, booofff ... n’ont que la tragédie fanatique pour horizon,
    Et les pays « en voie de développement » ... n’ont aucun choix.
    Et 99% de la population du monde de voir sa situation se détériorer ....
    .....
    Une certitude personnelle, le pire est quasi certain ... DANS UN PREMIER TEMPS parce que je crois que l’HOMME aura toujours, du plus profond de lui, la possibilité de s’éveiller et se relever et ... C’EST CE QUI VA SE PASSER .

    La plupart d’entre nous ignorent la force immense qui repose en eux, l’opportunité de la crise va leur permettre de l’éveiller.


    • Esperanza Esperanza 22 août 2011 09:30

      ... pour la première fois se constitue aux États-Unis et au sein même de l’un des 2 grands partis institutionnels, l’embryon d’un parti de type fasciste. Ecrit l’auteur

      Pfff ! je me suis arrêtée là. Relire l’Histoire des Etats-Unis.

      Aux Etats-Unis, le fascisme s’est graduellement développé, notamment en réponse aux tensions et aux conflits engendrés par l’avènement rapide d’un système industriel de production.

      Les mouvements radicaux ont le vent en poupe avant l’entrée en guerre du pays en avril 1917. Du socialisme électoraliste au syndicalisme révolutionnaire des IWW, les partis, groupes et syndicats se définissant comme anticapitalistes progressent.  C’est aussi l’époque où un mouvement dit « progressiste » influence la vie politique américaine. Un mouvement de réforme sociale contre les abus intolérables d’une économie capitaliste pour laquelle le mot « sauvage » est approprié. La pression sur les patrons et le gouvernement est croissante pour améliorer les conditions de vie, de travail, le logement, pour limiter la concentration industrielle, sanctionner la corruption et réglementer le monde des affaires.

      Jusqu’à la fin des années 1930 et au début de la Seconde Guerre Mondiale, la Légion américaine est le groupe paramilitaire fascisant de droite le mieux organisé et le plus actif au plan national. L’organisation, composée d’anciens combattants et calquée sur le modèle des chemises noires de Mussolini, prône et pratique ouvertement la répression de tout mouvement contestataire en toute impunité. Les membres de la Légion opèrent en uniforme de l’armée états-unienne. En 1937, leur commandant, Harry Colmery, donne la consigne de ne plus opérer sous l’uniforme. Le climat change en effet sous la présidence de Franklin D. Roosevelt. Mais la Légion poursuit ses actions… Mais sans l’uniforme militaire.

      Le fascisme n’est pas seulement un problème d’idée ou de complots élitaires. Toutes les classes et les catégories sociales sont réceptives aux appels autoritaires dans les moments de crise. Les travailleurs et les laissés-pour-compte, assujettis aux structures familiales ou institutionnelles, sont transformés pour beaucoup en chair à canon ou en collaborateurs. La « servitude volontaire » persiste dans les grands bouleversements sociaux. Dans les années 1930, Wilhelm Reich explique pourquoi l’appauvrissement des « masses » ne débouche pas forcément sur la conscience de classe politique et révolutionnaire attendue des marxistes doctrinaires.


      Pour les intellectuels — journalistes, professeurs, managers et « professions libérales » —, l’attirance envers l’autorité se fait presque automatiquement car, mentalement et en raison de leur formation, les « classes intermédiaires » sont respectueuses de l’ordre. Leur travail consiste, d’une façon ou d’une autre, à « rationaliser » un processus ou à discipliner leurs subalternes. Quant à leur position hiérarchique, elle repose sur leur capacité à contrôler une situation donnée. En bref, les intellectuels constituent une élite managériale qui peut considérer les solutions autoritaires comme une nécessité rationnelle au désordre et à l’instabilité. Pour les industriels, les financiers et leurs représentants dans les institutions administratives et politiques, un tel raisonnement est secondaire car le recours à la force et à l’intimidation leur paraît naturel.

      A lire ---> Histoire du fascisme aux Etats-Unis de Larry Portis

      Voir également sur wikipedia


    • rakosky rakosky 20 août 2011 13:39

      La plupart d’entre nous ignorent la force immense qui repose en eux, l’opportunité de la crise va leur permettre de l’éveiller.....Vous avez raison,nous allons devoir apprendre beaucoup de choses et très vite
      On dirait qu’ils nous préparent une nouvelle petite guerre au Moyen Orient,histoire d’en finir avec la révolution égyptienne et le mouvement social en Israël....Ils sont devenus tellement prévisibles ,le pire avec eux est toujours le plus probable


      • rakosky rakosky 20 août 2011 17:47

        Monsieur ,je ne mets rien sur le même plan,pour moi des Nations comme l’Egypte ;la Syrie ou l’Irak ont une légitimité historique que je ne reconnais pas à l’Etat d’Israël
        J’essaie simplement d’expliquer l’impasse dans laquelle se trouve le sionisme et le fait que même si il est en premier lieu un instrument d’oppression et de spoliation du peuple palestinien,il est AUSSI contradictoire aux interets des travailleurs juifs
        Pour moi ,mais c’est mon opinion,toute paix durable et tout développement repose sur la garantie donnée à toutes les composantes religieuses et etthniques de la région (sunnites ,chiites ,coptes ,chaldéeens ,druzes ....et juives) de vivre dans un cadre où seront assurées l’égalité des droits et la liberté de tous


      • LeSoufflet LeSoufflet 20 août 2011 21:15

        Il fut un temps ( c’est à dire il y 3 mois ) où j’aurai réagi comme toi. Mais hélas on oublie trop souvent cette vérité, le prolétariat est le prolétariat et quand le nuage idéologique, poussé par le vent des conditions objectives, se dissipe , il ne reste que les réalités économiques et sociales .


      • rakosky rakosky 21 août 2011 01:00

        Il y a un aspect que vous n’abordez pas c’est le sort des minorité chrétiennes ,je pense que le projet islamique est l’un des instruments ,avec le sionisme pour provoquer l’éclatement des Nations arabes,c’est l’une des raisons du soutien apporté par les puissances à la monarchie saoudienne.
        Plusieurs tentatives ont été faites pour provoquer des troubles entre Coptes et musulmans au Caire,les témoins présents racontent que l’armée présente a volontairement laissé se commettre les exactions et le meurtre de dizaines de chrétiens
        Le lendemain,un immense rassemblement s’est tenu Place Tahrir sous une immense banderole "Coptes ,musulmans ,nous sommes tous des Egyptiens
        De même en Irak tout a été fait pour dresser les uns contre les autres chrétiens chiites et sunnites
        Seuls des états laïques peuvent garantir les droits de chacun et l’égalité de tous.
        Rétablir le statut de Dhimis,c’est à dire un statut d’infériorité ,de protégés de l’Islam, c’est ouvrir la voie à l’éclatement des nations et à la guerre de tous contre tous.


      • rakosky rakosky 21 août 2011 23:01

        L’Islam est simplement une religion,ni pire ni meilleure que les autre,le reste c’est les hasards de l’Histoire et la politique
        Le monde ne se divise pas entre croyants et incroyants ,chrétiens ou musulmans,il y a aussi la lutte des classes et tellement d’autres choses choses qui peuvent rassembler ou diviser les hommes


      • Ariane Walter Ariane Walter 20 août 2011 15:21

        Excellent article et bon retour sur la terre des hommes !


        • rakosky rakosky 20 août 2011 15:59

          Sur le plan strictement militaire le principal facteur me semble l’absence totale de toute base sociale sur laquelle pourrait s"appuyer le CNT,ses troupes sont composés de mercenaires,souvent des bandits et des jihadistes que la population voit à juste titre comme une force d’occupation étrangère
          En Irak,au cours deux guerres,la stratégie de Saddam Hussein a permis à l’ armée américaine de combattre dans les conditions les plus favorables pour elle,celles d’une guerre conventionnelle
          La Garde Républicaine a été anéantei sans même avoir pu combattre,ses divisions blindées ont été exposées volontairement aux frappes aériennes et à la terrible puissance de feu de l’Us Army.
          Saddam Hussein avait le même problème que beaucoup de dictateurs,il avait trop peur de son propre peuple pour oser la guerre révolutionnaire .
          Mettre les villes en état de défense,,organiser l’armement général de la population,son organisation en milices,la dispersion des armes et des unités militaires dans les centres urbains ,,faire de Bagdad un nouveau Leningrad
          Je pense qu’un homme comme Hugo Chavez ferait ce choix,mais je doute de cette volonté de la part de Khadafy qui jusqu’au bout recherchera un compromis évitant la la bataille de Tripoli que tous redoutent parce qu’elle serait le tombeau des « rebelles » sans l’intervention de troupes au sol de l’OTAN,qui cette fois ne pourrait plus gagner une guerre des lâches et devraient combattre maison par maison et subir des pertes importantes
          Ni Sarkozy ni Obama n’ont les coucougnètes et les moyens politiques de faire un tel choix


          • papi 20 août 2011 16:06

            @ rakoski

            Oui un excellent article, plein de vérités terrifiantes, et je pense un peu prémonitoire, oui notre avenir est sombre, mais ne vaut-il pas mieux pour nous que la tour de Babel s’effondre vite pour que nous puissions enfin vivre en paix !! Au moins aurons -nous l’espoir de jours meilleurs pour nos enfants ,même si pour nous doit s’ouvrir une période noire..


            • rakosky rakosky 20 août 2011 16:18

              De toutes façons ,elle va s’effondrer,je crois que les gens ordinaires de tous les pays du monde ont horreur de la violence,et du chaos et n’aspirent qu’à une existence paisible .
               Cette guerre sociale qui vient, ce sont les capitalistes qui ont décidé de l’ouvrir et ce sont eux qui comme toujours feront couler le premier sang....


            • Mor Aucon Mor Aucon 20 août 2011 17:19

              « Pour la première fois et le fait est important, les groupes terroristes salafistes combattent ouvertement sous les ordres d"Obama, après la mort de Ben Laden, il apparait ouvertement que les véritables chefs d’ Al Qaïda se trouvent à la Maison Blanche et au Pentagone, c’est toute une longue période de l’histoire de cette organisation criminelle qui s’achève et une autre qui commence, celle où les masques tombent. »

              Je vous le dis tout de go, vous êtes complètement malade. Croyez-vous être dans un roman de Dan Brown ? Pendant que vous élaborez vos délires l’armée syrienne fait le ménage. Oh bien sûr, c’est encore un coup fourré des salafistes aux ordres de Obama, non ? Pauvre monde...


              • Pierre-Joseph Proudhon Pierre-Joseph Proudhon 20 août 2011 21:43

                Cher Mor Aucon,

                Il faut avoir une sacrée épaisseur de peau de saucisson devant les yeux pour ne pas voir l’évidence !!!

                A qui profite le crime ? Qui sont les bénéficiaires de cette « montée brutale du terrorisme » ?

                Surtout lorsque de plus en plus de fuites très sûres démontrent que Ben Laden était dans l« impossibilité de préparer les attentats du 11/09 car il était mourant, victime du syndrome de Marfan. Il en serait même mort avant les attentats du 11 septembre, et son cadavre conservé pour une utilisation ultérieure... On ne sait jamais, c’est toujours utile pour calmer les les couillons.

                Connaissant ses antécédents (prouvés) d’appartenance à la CIA, et les liens étroits qui étaient tissés entre les familles Bush et Ben Laden (l’avion privé de la famille Ben Laden a été LE SEUL à obtenir l’autorisation de décoller le jour des attentats - étrange non ?), l’hypothèse d’un noyautage d’Al Qaida par la CIA et les lobbies antidémocratiques US est évidente.

                N’oubliez-pas que ces attentats, sur lesquels plane toujours des doutes sérieux (sans tenir compte des sites ubuesques de la »théorie du complot« ) ont permis d’ouvrir la boîte de Pandore de la dictature aux États-Unis...
                Avec en premier lieu le »Patriot Act« , puis sous Obama le »Military Act" à côté desquels notre loi LOPPSI2 ressemble à une utopie de hippie qui a trop fumé...
                Puis l’invasion de l’Afghanistan - n’oubliez pas que les Talibans ont été portés au pouvoir sur décision des USA contre la promesse du passage d’un oléoduc en provenance du Tadjikistan et de l’exploitation des ressources minières locales, promesse annulée par les Talibans une fois au pouvoir qui a été la causé réelle de la colère US. Le Commandant Massoud, homme intègre qui était le seul à pouvoir pacifier l’Afghanistan sans recourir à une dictature nous avait prévenu, mais son intégrité et son refus de compromission vis à vis des USA avaient entraîné son bannissement par la communauté internationale. Chose étrange, il a été assassiné 2 jours avant les attentats du 11/09 par Al Qaida (? ??) - il aurait pu être gênant pour les USA dans l’établissement de leur projets de mettre au pouvoir ce pourri de Karzaï qui chaque jour rallie encore plus d’Afghans aux Talibans...
                Puis ça a été le mensonge sur l’Irak, pour aller piller les ressources pétrolières de ce pays (et foutre accessoirement le bordel en montant les communautés les unes contre les autres - une boucherie ignoble).
                Maintenant la Lybie, la Syrie, le Yémen et l’Arabie Saoudite (les peuples affamés en colère massacrés par l’armée dans l’indifférence la plus totale - Oups ! Pardon, ces états sont alliés des USA)...

                Si vous continuez à être persuadé qu’Al Qaida n’est pas un outil utilisé par les services secrets US pour semer la terreur et foutre le bordel de partout afin de servir leurs intérêts (ou plutôt les intérêts de l’oligarchie qui tire les ficelles), précipitez-vous chez votre ophtalmologiste, vous avez de sérieux problèmes de vue.

                Cordialement.


              • Mor Aucon Mor Aucon 20 août 2011 22:59

                Oui, les problèmes de vue et tout ça... Relisez-vous, c’est du pur délire, votre clairvoyance.


              • Login Login 21 août 2011 10:07

                Vous avez lu et réfléchi à l’histoire « officielle ». Si vous ne l’avez pas fait et que vous rejetez toute critique, interrogez-vous sur vos motivations. 

                Si vous l’avez fait et que toute l’histoire vous parait sans faille alors pourquoi n’argumentez vous pas au lieu de d’insulter l’auteur ? 


              • Gyges 21 août 2011 13:07

                Merci Mor aucon !!

                A chaque fois que tu la ramènes, on a la chance d’avoir de nouvelles réponses et de nouvelles précisions de la part des gens intelligents !!

                Donc MERCI ! Et surtout CONTINUE  !!

                Cela dit, en ce sens, par rapport à ton objectif, tu devrais te rendre compte que tu es vraiment très con..


              • Valas Valas 21 août 2011 16:29

                Mor Aucon...

                Toujours vivant ? Vous vivez sur quelle planète ?


              • non667 22 août 2011 13:54

                à login
                mor au con = troll sioniste .
                puisse son pseudo se réaliser il en serait la 1° victime !  smiley smiley


              • Mor Aucon Mor Aucon 22 août 2011 15:24

                L’auteur s’insulte tout seul en pondant sa salade pro-Khaddafi, la veille du jour où les insurgés entrent dans la capitale. Quant aux trolls et autres désinformateurs, les meilleurs sont le fourbe et le couillon, clairement favoris pour le prochain Pullitzer (iranien).


              • Latigeur Latigeur 24 août 2011 17:26

                On avait les célèbres sources sûres (de la mère Taboui)

                On a maintenant les fuites sûres (« de plus en plus »).
                La seule chose sûre dans tout ça
                c’est que les propos de Pierre Joseph sont la fuite de la raison et la source du mensonge.

              • rakosky rakosky 20 août 2011 17:34

                Monsieur ,malgré la présence à Benghazi et dans les autre villes « libérées » des caméras de toutes les chaines de télévision , j’attends toujours les images de foules en lisse accueillant leurs « libérateurs ».
                La présence massive de troupes d ’AL QAIDA sur le sol libyen n’est même pas démentie par les responsables de l’Otan
                Quant au fait que cette organisation soit une création des services secrets américains pour combattre l ’ URSS en Afghanistan,c’est un fait historique qui n’est plus nié par personne,comme le fait que le gouvernement des Etats-unis avec les réseaux Stay behind et autre Gadio utilise le terrorisme comme un moyen ordinaire de sa politique


                • Mor Aucon Mor Aucon 20 août 2011 17:45

                  Les salafistes une création des américains et en Afghanistan en plus ? Tout est dit. Vous délirez complètement et inventez l’histoire. Une chose est qu’il furent appuyés et armés par les américains pour résister aux soviétiques, une autre est que ce soit leur création, une autre encore est que ce soit le fait des américains que les salafistes aient décidé que l’Afghanistan serait le terrain choisi pour y déployer une Jihad militaire.


                • nilasse nilasse 20 août 2011 23:18

                  il ne délire absolument pas. l’extrémisme musulman a été flatté,armé et subventionné par les américains des les années 50 pour déstabiliser les régimes un peu trop indépendant,le clou du spectacle étant al qaida en Afghanistan pour défaire l’armée russe. d’ailleurs,le pays le plus extrémiste,l’arabie saoudite,dont le régime n’a aucune légitimité,est soutenu a bout de bras par les USA. tout ceci n’est plus un secret pour personne. les djihadistes sont bien pratiquent,car jouant sur deux tableaux,d’un coté pour justifier un clash civilisationnel,de l’autre pour combattre les régimes un peu trop laique et surtout trop indépendant de washington.


                • rastapopulo rastapopulo 20 août 2011 23:37

                  Selon David Shayler, un ancien agent du MI5, les services secrets britanniques auraient eu recours aux hommes de Ben Laden pour effectuer certaines opérations. Al-Qaida aurait notamment été payé par la Couronne britannique pour assassiner Mouammar Kadhafi[101].

                  Besoin de remonter jusqu’au Saoud’s ?


                • Gyges 21 août 2011 13:10

                  « AL QAEDA » veut dire « Base » (« base de données »)

                  Explication de Pierre Henri Bunel ici :
                  http://www.dailymotion.com/video/xjoa31_terrorisme-d-etat-anatomie-de-la-mascarade-al-qaida_news


                • chapoutier 21 août 2011 16:02

                  gyges et rastapoulo
                  quelques éléments sur alqaida et faisant le lien avec le gladio (parfois contradictoires)


                  al-Qā’ida, « la Base ») est un mouvement islamiste fondé par le cheik Abdullah Yusuf Azzam et son élève Oussama Ben Laden en 1987. D’inspiration sunnite fondamentaliste, il prend ses racines dans l’idéologie de Sayyid Qutb et celle de l’activiste kharidjite Abdel Salam Faraj, et considère que les gouvernements « croisés » (occidentaux), avec à leur tête celui des États-Unis, interfèrent dans les affaires intérieures des nations islamiques et ce dans l’intérêt unique des sociétés occidentales. Il recourt au terrorisme pour faire entendre ses revendications.

                  Al-Qaida a émergé de l’organisation Maktab al-Khadamāt, constituée pendant la première guerre d’Afghanistan par Azzam pour alimenter la résistance afghane contre les forces armées d’URSS. Maktab al-Khadamāt servait à relayer de multiples dons en provenance de pays islamiques, mais aussi du gouvernement américain3 qui, dans le contexte de la guerre froide, contribua à la formation de moudjahiddins pour contrer l’expansionnisme soviétique (« programme afghan » de la CIA).

                  Selon Alain Chouet, ancien directeur du service de renseignement de sécurité de la DGSE, « comme bon nombre de mes collègues professionnels à travers le monde, j’estime, sur la base d’informations sérieuses, d’informations recoupées, que Al Qaida est morte sur le plan opérationnel dans les trous à rats de Tora Bora en 2002 »1

                  Le rôle de la CIA fait l’objet d’un débat, notamment dans le monde du renseignement96 : l’agence américaine aurait entraîné et donc donné naissance à l’organisation terroriste pour combattre les Soviétiques. Cette hypothèse fut défendue et développée le 8 juillet 2005 par Robin Cook, ancien ministre des affaires étrangères et député travailliste qui s’opposa violemment à l’intervention en Irak et à la politique pro-américaine de Tony Blair. Il affirma dans le Guardian « Ben Laden fut le produit d’une erreur de calcul monumentale de la part des agences de renseignements occidentales. Il fut armé par la CIA pendant les années 1980 et financé par l’Arabie saoudite pour porter le jihad contre l’occupation russe en Afghanistan. Al-Qaida, qui signifie littéralement la "base de données", était originellement les fichiers informatiques regroupant les milliers de moujahidines recrutés et formés par la CIA pour vaincre les Russes »97. D’autres vont encore plus loin, comme Antoine Sfeir qui a déclaré fin novembre 2008 que : « Al-Qaïda sert les intérêts des Américains. Washington joue une partie de poker-menteur avec les Arabes, car Al-Qaida n’existe que dans l’imaginaire et est uniquement destinée à détruire le monde arabe et à l’empêcher de se moderniser. Ainsi, l’émiettement des pays arabes sur la base ethnique et confessionnelle permettra à Israël de progresser et de diriger la région »9

                  le colonel LeWinter a affirmé avoir participé, au sein de la CIA et aux côtés du MI6, à la création d’Al Qaïda sur le modèle du Gladio. Des groupes islamiques auraient été infiltrés ; des mercenaires auraient été recrutés dans d’autres milieux musulmans ; et des opérations commanditées par les services secrets anglo-saxons seraient attribués aux premiers alors qu’ils seraient exécutés par les seconds. Cependant, à la différence des groupes européens des années 70 et 80, tous les groupes de façade islamiques auraient été regroupés sous un label unique, Al Qaïda.
                  Le colonel LeWinter a affirmé avoir eu un dernier contact avec Oussama Ben Laden, en 2003 ; un épisode dont la presse portugaise s’était fait l’écho à l’époque.


                • Latigeur Latigeur 24 août 2011 17:32

                  rakosky,

                  Aucun responsable de l’Otan ne prendra la peine de répondre à de telles invraisemblances, ces délires n’agitent qu’une minorité de personnes et n’ont aucune incidence sur le déroulement de l’histoire.

                • Hijack Hijack 20 août 2011 17:39

                  Au début, en lisant ce article, je me disais qu’il partait bien, le trouvais intéressant ... jusqu’à ce que je lise :

                  ... « sous les ordres d »Obama, après la mort de Ben Laden, il apparait ouvertement que les véritables chefs d’ Al Qaïda " ...

                  En effet ... comment peut-on comprendre l’affaire libyenne en partant avec de si mauvaises bases !!!

                  - car : Qui a vu Ben Laden mort ??? 
                   smiley


                  • rakosky rakosky 20 août 2011 17:49

                    Vous avez raison sur ce point ,j’aurais du mettre des énormes guillemets en parlant de la « mort » de Ben Laden


                  • Pallas Pallas 20 août 2011 17:52

                    @rakosky,
                    Super article !
                    quand vous dites : « Pour la première fois à une telle échelle, la jonction commence à s’opérer entre travailleurs juifs et arabes. Natanyanou a pris d’ailleurs une bonne mesure de la menace que représente une telle jonction... », je ne peux m’empêcher de rapprocher ça des attentats du 18 ou 19 aout dernier (voir l’article d’haaretz : « Coordinated attacks in south Israel kill 8 »).
                    En somme, faites pas chier avec vos revendications, la patrie est en danger !
                    Je crois bien qu effectivement « la bande de fanatiques » a bien pris la mesure du mouvement, et tous les moyens sont bons pour l’enrayer ! Pour ça, rien de tel qu’une bonne peur viscérale -et justifiée- du terrorisme, juste que les terroristes ne sont généralement pas ceux qu’on montre du doigt !

                    Ah, et puis comme vous avez mis le même commentaire sur votre propre article et sur l’article de Michel Collon, je me sent autorisé à faire pareil, alors voilà, pour la guerre en Lybie, mon commentaire :

                    j’ai tristement constaté à quel point des gens d’un niveau social aisé (donc avec des possibilités de se renseigner ailleurs qu’à TF1...), avec un niveau « études supérieures », gobaient à fond la propagande va-t-en-guerre et anti Kadhafi !
                    Mais bon sang à quoi leur sert, à ces gens, leur processeur qui fonctionne assez bien pour remplir un emploi d’ingénieur, faire des calculs, mais qu’ils refusent d’utiliser dès qu’il s’agit de bon sens et d’humanité, pourquoi s’empressent-ils ainsi d’avaler les mensonges et manipulations de notre « élite » affairiste ?
                    Admettre qu’on leur sert des bobards à longueur de journaux télévisés remettrait sans doute trop en cause leurs certitudes... Et puis c’est plus confortable que de se dire qu’on cautionne des crimes et qu’on ne fait rien pour les empêcher !
                    Et les pilotes Français qui envoient des bombes sur le Lybie, je veux bien croire qu’ils sont abreuvés de propagande, mais quand même, ils ont un niveau scolaire type « classes préparatoires », à quoi leur sert donc leur cerveau ??? juste des gamins trop contents de faire joujou avec leur gadgets ?
                    Le bruit de fond médiatique est maintenant lancé sur la Syrie, prochain objectif, ils ont juste un peu de mal à entrainer l’adhésion des autres membres du conseil de sécurité.
                    Mais soyéz sûrs que c’est le même refrain, l’empire suit toujours le même processus, et il n’y a même pas besoin d’avoir des infos de premières main sur place pour se faire une idée, la méthode médiatique employée constitue à elle seule une véritable signature !
                    -Provoquer sur place de l’agitation (plein de trafics Twitter dans des zones très peu équipées internet, (c’est pas un problème, l’abruti moyen en occident imagine que le monde entier à un abonnement internet illimité pour30€ par mois en gagnant le salaire d’un Français moyen !).
                    -envoyer des vidéos amateurs prouvant une répression, grâce à quelques personnes judicieusement placées, ou des ONG coiffées par le NED,
                    -Les médias aux ordres reprennent tous en cœur le credo « allons sauver ce pauvre peuple de la tyrannie », comme ils reprennent la moindre imbécilité proférée par un BHL en France...
                    -On fait voter une résolution Onuesque par le conseil de sécurité, quitte à forcer un peu la main d’éventuels récalcitrants.
                    Et le bon peuple abruti se réjouit que l’état dépense l’argent qu’il n’a pas pour aller massacrer des innocents pour le compte des marchands d’armes, des marchands de pétrole et des banquiers rapaces !
                    Jusqu’à quand continueras-t-on à jouer à ça ??


                    • rakosky rakosky 20 août 2011 18:31

                      @pallas La résistance à l’oppression,y copris par les armes ,est un droit reconnu par les Constitutions des peuples libres du monde,je ne me sens aucun droit moral à condamner la lutte armée contre ceux qui occupent votre terre .
                      Ma condamnation est politique ,parce que comme vous le dites le terrorisme est une impasse qu’il sert de pretexte pour justifier les répressions les plus sanglantes,en dernière analyse il est le plus grand service qui puisse être rendu à Netanyahou.
                      Je crois à la lutte politique,aux moyens traditionnels du mouvement ouvrier et des peuples,la grève,les manifestations,à tout ce qui renforce l’unit" de combat des peuples de la région
                      Je crois que le gouvernement israelien a peur plus que tout d’un immense mouvement pacifique pour les droits civiques,de manifestations de masse dans toutes les grandes villes de Palestine ,mais aussi à Tel Aviv pour l’égalité des droits ,contre l’occupation et la colonisation,pour la paix et la fraternité
                      Comme vous ,j’entends les bruits de bottes et je vois de nouvelles exactions qui se préparent et je crois que nous avons la même idée sur les responsables de cette brusque montée de tension...


                    • bernard29 bernard29 20 août 2011 22:30

                      je crois que les Collon, et autres Rakoski ont l’air de plaire beaucoup aux modérateurs d’Agoravox et au rédacteur en chef qui les placent en une régulièrement. C’est trés dommage et cela s’assimile a de la propagande en faisant croire qu’ils combattent la propagande officielle. Mais un article ça suffit parce qu’ils sont tous copiés collés et reproduit qusi dans la même veine . Sauf aujourd’hui, car Barouin a fait son appariotion la dedans, on se demande bien pourquoi et comment ?? . Enfin c’est l’actualité sans doute.... ça fait vrai peut être. 

                      «  j’attends toujours les images de foules en lisse accueillant leurs » libérateurs« . » Cette phrase est révélatrice d’une méconnaissance profonde et d’un irrespect total pour des populations qui souffrent et sont sonnées par les sacrifices qu’il faut faire pour renverser des dictatures surarmées en place. Au contraire, je trouve que c’est plutôt une preuve de maturité de ne pas avoir de foule en liesse. En général, c’est plutôt mauvais signe, parce que normalement c’est après que tout commence.


                      • rakosky rakosky 20 août 2011 22:59

                        Ne soyez pas trop GOURMAND ,vous avez CNN FOX NEWS FRANCE 24 TFI, ,les chaines publiques et privées de radio et de télévision,l’armée ,la police ,les institutions,les banques,l’Otan le FMI la BCE et tant d’autres que j’en oublie
                        Les partis censés nous défendre rampent et sont ralliés à tous vos plans et même avec tout ça vous n’êtes pas sur de gagner
                        La force que nous avons avec nous,c’est celle qui fait l’Histoire et parfois balaie les gouvernements
                        J’imagine même dans mes rêves les plus fous voir un jour Sarkozy,Cameron ou BHL répondre de leurs crimes devant une Cour souveraine,Bagdad ,Kaboul ou Trpoli je n’ai pas de préference ,le plaisir sera le même
                        Bien cordialement Monsieur il n’y a pas face à vous que des Papandréou


                      • bernard29 bernard29 20 août 2011 23:25

                        mais Monsieur, ,

                        Je n’écoute pas vos sources « CNN FOX NEWS FRANCE 24 TFI, ,les chaines publiques et privées de radio et de télévision,l’armée ,la police ,les institutions,les banques,l’Otan le FMI la BCE... » ; ce ne sont pas mes propres sources... je lis les journaux, les livres et internet.


                      • rastapopulo rastapopulo 20 août 2011 23:42

                        Commence par comparer la souffrance des libyens au reste de l’Afrique...

                        Souffrance en Libye n’avait pas le même sens qu’en Tunisie ou en Egypte avant les bombardements.

                        Mais seriez vous seulement capable de reconnaitre cette géométrie variable tout à fait surprenante ?

                         


                      • Valas Valas 21 août 2011 16:42

                        Continuez à vous documenter Bernard, vous n’avez visiblement pas l’air de réaliser se qui se passe vraiment et surtout comment fonctionne l’INFORMATION à travers la planisphère car les monarques modernes sont très loin d’être des abrutis et savent ce qu’ils font pour leurs « congénères » qu’ils estiment être de la race « Supérieure » !

                        Et n’oubliez pas que les collabos ne sont rien que des petits moutons sans avenir...


                      • bernard29 bernard29 22 août 2011 10:06

                        il y en a un qui n’a plus trop d’avenir c’est Kadhafi, comme ses fils d’ailleurs. 

                        je donne raison à Collon, le dictateur et ses fils se sont faits avoir par leur peuple. Et c’est trés bien.
                        aujourd’hui 22 août 2011, enfin le préalable Kadhafi est tombé.

                        remarquable intervention d’OBAMA cette nuit.


                      • SEPH 20 août 2011 22:44
                        Qui peut sauver la Libye de ses sauveurs occidentaux ? Pas la gauche française. ( nr : elle est inexistante, certains sont-ils des pleutres ?)

                        Jean BRICMONT, Diana JOHNSTONE



                        En mars, une coalition de puissances occidentales et d’autocraties arabes se sont unies pour soutenir ce qui était présenté comme une sorte de petite opération militaire pour « protéger les civils libyens ».

                        Le 17 mars, le conseil de sécurité de l’ONU a adopté la résolution 1973 qui donnait à cette « coalition de volontaires » un peu particulière le feu vert pour commencer leur petite guerre, en contrôlant d’abord l’espace aérien libyen, ce qui permit ensuite de bombarder ce que l’OTAN a choisi de bombarder. Les dirigeants de la coalition espéraient manifestement que les citoyens libyens reconnaissants sauteraient sur l’occasion fournie par cette « protection » vigoureuse pour renverser Mouammar Kadhafi qui, prétendait-on, voulait « tuer son propre peuple ». En se basant sur l‘idée que la Libye était divisée de façon nette entre « le peuple » d’un côté et « le mauvais dictateur » de l’autre, on s’attendait à ce que ce renversement se produise en quelques jours. Aux yeux des occidentaux, Kadhafi était un dictateur pire que Ben Ali en Tunisie ou Moubarak en Égypte qui étaient tombés sans intervention de l’OTAN et donc Kadhafi aurait dû tomber beaucoup plus vite.

                        Cinq mois plus tard, il est devenu évident que toutes les suppositions sur lesquels cette guerre se fondait étaient plus ou moins fausses. Les organisations de défense des droits de l’homme ne sont pas arrivées à trouver des preuves des « crimes contre l’humanité » soi-disant commis par Kadhafi contre « son propre peuple ». La reconnaissance du Conseil National de Transition (CNT) comme « seul représentant légitime du peuple libyen » par les gouvernements occidentaux, qui était pour le moins prématurée, est devenue grotesque. L’OTAN s’est engagée dans une guerre civile, tout en l’exacerbant, et sans la faire sortir de l’impasse.

                        Mais aussi absurde et dénuée de justification que cette guerre puisse être, elle continue. Et qu’est ce qui peut l’arrêter ?

                        Un des meilleurs livres à lire cet été était l’excellent nouvel ouvrage d’Adam Hochschild To End All Wars, sur la première guerre mondiale et les mouvements pacifistes de cette époque. Il y a beaucoup de leçons d’actualité que l’on peut trouver dans ce livre, mais la plus pertinente est sans doute le fait que, une fois qu’une guerre est commencée, il est très difficile de l’arrêter.

                        Les hommes qui ont commencé la première guerre mondiale pensaient aussi qu’elle serait courte. Mais même lorsque des millions de gens furent pris dans la tourmente meurtrière et que le caractère absurde de toute l’entreprise devint clair comme de l’eau de roche, la guerre a continué pendant quatre tragiques années. La guerre elle-même engendre la haine et une volonté de revanche. Une fois qu’une grande puissance commence une guerre, elle « doit » la gagner, quelque en soit le coût - pour elle-même mais surtout pour les autres.

                        Jusqu’à présent, le coût de la guerre contre la Libye pour les agresseurs de l’OTAN est purement financier, et cela est compensé par l’espoir d’un pillage du pays, lorsqu’il sera « libéré » et qu’il payera pour rembourser ceux qui l’ont bombardé. Ce n’est que le peuple libyen qui perd des vies ainsi que son infrastructure.

                        Pendant la première guerre mondiale, il existait un courageux mouvement d’opposition à la guerre qui a affronté l’hystérie et le chauvinisme de cette période et qui plaidait en faveur de la paix. Ses membres risquaient des attaques physiques ainsi que la prison. La façon dont Hochschild raconte la lutte pour la paix de ces hommes et de ces femmes en Grande-Bretagne devrait servir d’inspiration - mais pour qui ? Les risques impliqués par l’opposition à la guerre en Libye sont minimaux en comparaison de ce qu’ils étaient lors de la guerre de 1914 - 1918. Mais pour le moment, une opposition active est à peine visible.

                        Ceci est particulièrement vrai en France, pays dont le président Nicolas Sarkozy a pris l’initiative de commencer cette guerre.

                        Les témoignages s’accumulent de la mort de civils libyens, y compris d’enfants, causée par les bombardements de l’OTAN (voir par exemple la vidéo http://www.youtube.com/watch?v=vtS2qJeeXUA ). Ces bombardements visent l’infrastructure civile, afin de priver la majorité de la population qui vit dans la partie du pays loyale à Kadhafi des biens de première nécessité, de la nourriture et de l’eau, afin de pousser le peuple à renverser Kadhafi. La guerre pour « protéger les civils » est déjà devenue une guerre pour les terroriser et les tourmenter de façon à ce que le CNT soutenu par l’OTAN puisse prendre le pouvoir.

                        Cette petite guerre en Libye montre que l’OTAN est à la fois criminel et incompétent.

                        Mais elle montre également que les organisations de gauche dans les pays de l’OTAN sont totalement inutiles.

                        Il n’y a probablement jamais une guerre à laquelle il était plus facile de s’opposer. Mais la gauche en Europe ne s’y oppose pas.

                        Il y a trois mois, quand l’hystérie médiatique à propos de la Libye fut lancée par la télévision du Qatar Al-Jazeera, la gauche n’a pas hésité à prendre position. Quelques dizaines d’organisations de gauche françaises et nord-africaines ont signé un appel pour « une marche de solidarité avec le peuple libyen » à Paris le 26 mars (http://menilmontant.typepad.fr/7avous/2011/03/solidarite-ave...). En montrant leur absence totale de cohérence, ces organisations ont simultanément exigé, d’une part, « la reconnaissance du CNT, seul représentant légitime du peuple libyen », et d’autre part « la protection des résidents étrangers et des migrants » qui, en réalité, devaient précisément être protégés des rebelles représentés par ce conseil. Tout en soutenant implicitement des opérations militaires d’aide au CNT, ces groupes appelaient aussi à la « vigilance » à propos de « la duplicité des gouvernements occidentaux et de la ligue Arabe » ainsi que d’une « escalade » possible des opérations militaires.

                        Les organisations qui signaient cet appel incluaient des groupes d’oppositions en exil libyen, syrien, tunisien, marocain et algérien, ainsi que les Verts français, le NPA, le parti communiste français, le parti de gauche, le mouvement antiraciste MRAP, le parti des Indigènes de la République et ATTAC. Ces groupes représentent pratiquement tout ce qu’il y a d’organisé à la gauche du parti socialiste – qui, de son côté, (à l’exception d’Emmanueli) soutenait la guerre sans même faire appel à la « vigilance ».

                        Alors que le nombre des victimes civiles des bombardements de l’OTAN augmente, il n’y a aucun manifestation de la vigilance promise « à propos de l’escalade de la guerre » qui sortirait du cadre des résolutions du conseil de sécurité de l’ONU.

                        Les militants qui, en mars, insistaient pour dire que « nous devons faire quelque chose » pour arrêter un massacre hypothétique ne font rien aujourd’hui pour arrêter un massacre qui n’est pas hypothétique mais bien réel et visible, et perpétré justement par ceux qui « ont fait quelque chose ».

                        L’erreur fondamentale de ceux qui, à gauche, disent « nous devons faire quelque chose » réside dans l’ambigüité du mot « nous ». S’ils veulent dire « nous » littéralement, alors la seule chose qu’ils pourraient faire serait de mettre sur pied des sortes de brigades internationales pour combattre avec les rebelles. Mais bien sûr, malgré les grandes déclarations selon lesquelles « nous » devons « tout » faire pour soutenir le « peuple libyen », cette possibilité n’a jamais été sérieusement envisagée.

                        Donc le « nous » signifie en pratique les puissances occidentales, l’OTAN et, avant tout, les États-Unis, qui sont les seuls à posséder les « capacités uniques » nécessaires pour mener une telle guerre.

                        Les gens qui crient « nous devons faire quelque chose » mélangent en général deux sortes d’exigences : l’une dont ils peuvent s’attendre de façon réaliste à ce qu’elles soient acceptée par les puissances occidentales - soutien aux rebelles, reconnaissance du CNT comme seul représentant légitime du peuple libyen - et une autre dont ils ne peuvent absolument pas s’attendre de façon réaliste à ce que les grandes puissances les acceptent, et qu’ils sont eux-mêmes totalement incapables de mettre en oeuvre : limiter les bombardements à des cibles militaires et à la protection des civils, et rester scrupuleusement dans le cadre des résolutions de l’ONU.

                        Ces deux types d’exigences se contredisent l’une l’autre. Dans une guerre civile, aucune des deux parties n’est principalement préoccupée par les subtilités des résolutions de l’ONU ou par la protection des civils. Chaque partie veut tout simplement gagner et la volonté de revanche mène souvent à des atrocités. Si l’on « soutient » les rebelles, on leur donne en pratique un chèque en blanc pour faire ce qu’ils jugent nécessaire afin de gagner.

                        Mais on donne également un chèque en blanc aux alliés occidentaux et à l’OTAN, qui sont peut-être moins avides de sang que les rebelles mais qui ont de bien plus grands moyens de destruction à leur disposition. Et l’OTAN est une immense bureaucratie, dont un des buts essentiels est de survivre. Elle doit absolument gagner, sinon elle a un problème de « crédibilité », ainsi d’ailleurs que les politiciens qui ont soutenu cette guerre ; et ce problème pourrait mener à une perte de financement et de ressources. Une fois que la guerre est commencée il n’y a simplement aucune force en Occident, en l’absence de mouvements anti-guerre déterminés, qui peut obliger l’OTAN à se limiter à ce qui est autorisé par les résolutions de l’ONU. Par conséquent, la deuxième sorte d’exigences de la gauche tombe dans l’oreille d’un sourd. Ces exigences servent simplement à prouver que la gauche pro-intervention elle-même a des intentions pures.

                        En « soutenant » les rebelles, cette gauche a de fait tué le mouvement anti-guerre. En effet, cela n’a pas de sens de soutenir un camp dans une guerre civile, camp qui veut désespérément être aidé par des interventions extérieures, et, en même temps, de s’opposer à de telles interventions. La droite pro-intervention est bien plus cohérente.

                        Ce que la gauche et la droite pro-intervention ont en commun est la conviction que « nous » (c’est-à-dire « l’Occident démocratique civilisé « ) avons le droit et la capacité d’imposer notre volonté à d’autres pays. Certains mouvements français (comme le MRAP) qui vivent littéralement de l’exploitation de la culpabilité à propos du racisme et du colonialisme, semblent avoir oublié que beaucoup de conquêtes coloniales se sont faites contre des satrapes, des princes indiens et des rois africains qui étaient dénoncés comme autocrates (ce qu’ils étaient) et ils ne se semblent pas se rendre compte qu’il y a quelque chose d’un peu incongru, pour des organisations françaises, de décider qui sont les « représentants légitimes » du peuple libyen.

                        Malgré les efforts de quelques individus isolés, aucun mouvement populaire en Europe n’est capable d’arrêter ou même d’affaiblir l’attaque de l’OTAN. Le seul espoir pourrait être un effondrement des rebelles, ou une opposition aux États-Unis, où une décision de la part des oligarchies dominantes de limiter les frais. En attendant, la gauche européenne a raté une occasion de renaître en s’opposant à une des guerres les plus manifestement injustifiables de l’histoire. L’Europe tout entière souffrira de cet échec moral.

                        Jean Bricmont et Diana Johnstone


                        • Ariane Walter Ariane Walter 21 août 2011 10:09

                          Les militants qui, en mars, insistaient pour dire que « nous devons faire quelque chose » pour arrêter un massacre hypothétique ne font rien aujourd’hui pour arrêter un massacre qui n’est pas hypothétique mais bien réel et visible, et perpétré justement par ceux qui « ont fait quelque chose ».

                          C’était tellement facile alors de jouer les héros humanitaires...La posture...c’est à dire l’imposture.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

rakosky

rakosky
Voir ses articles






Les thématiques de l'article


Palmarès