Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les centrales nucléaires

Les centrales nucléaires

Depuis les accidents de Three mile Island en 1979, en Pennsylvanie aux États-Unis et celle de Tchernobyl près de Kiev en Ukraine en 1986 l’opinion publique est inquiète de la sécurité dans les centrales nucléaires.
 
Au Québec nous aurons bientôt une décision à prendre. Nous devons décider du sort de notre seule centrale nucléaire, Gentilly-2 qui possède un réacteur nucléaire Candu pour Canada Deutérium Uranium. Située à une vingtaine de kilomètres de Trois-Rivières, cette centrale arrive en fin de vie en 2011.
 
Nous devons trancher entre un scénario de fermeture ou sa réfection ou tout simplement en construire une autre. Cette dernière n’a pas été retenue. Sa réfection permettra de continuer à produire de l’électricité jusqu’en 2035. Peu importe la décision qui sera prise, la facture sera salée. 1.4 Milliard de dollars pour le démantèlement ou 1.2 milliard pour sa réfection. Selon les estimations d’Hydro Québec.
 
Une centrale nucléaire fonctionne comme une centrale thermique conventionnelle. La seule différence, c’est qu’au lieu de brûler du charbon, du mazout, du pétrole ou du gaz naturel comme combustible pour chauffer l’eau, les centrales nucléaires utilisent au Canada de l’uranium 238. 
 
Nous faisons fissionner l’uranium qui provoque une chaleur. Cette chaleur chauffe l’eau. La vapeur fait tourner la turbine, qui elle fait tourner le générateur, qui lui fabrique l’électricité.
 
Les avantages de l’uranium sur les autres éléments fossiles. C’est qu’elle ne produit pas de gaz à effet de serre. Et surtout elle donne du travail à plus de 100 000 personnes au Canada. Mais là s’arrêtent les côtés positifs.
 
Car les centrales nucléaires rejettent des particules radioactives dans l’air, l’eau et l’environnement. Les micro-organismes, les plantes et les animaux sont sensibles aux radiations. Ces radiations modifient leurs codes génétiques. Ces modifications sont même transmises à tous leurs descendants. C’est toute la chaîne alimentaire jusqu’à l’être humain qui est affectée.
 
Personnellement ce qui me fait le plus peur, ce sont les déchets radioactifs. Après tant d’années de recherche et des centaines de millions de dollars investis, nous ne savons toujours pas quoi faire avec. Pour le moment, ils sont immergés dans d’immenses piscines. Nous songeons à les enfouir dans des caissons. À environ un kilomètre de profondeur, sous la nappe phréatique. Dans le granit du Bouclier canadien.
 
Le problème c’est que les caissons ont une durée de vie moindre que la matière radioactive qu’ils contiennent. Il faudra donc un jour les déterrer de nouveau. C’est encore une solution temporaire. Et c’est encore aussi une décision qui se prendra sans examen public. Au-delà des arguments écologiques, économiques ou sociaux reliés à la filière de l’énergie nucléaire. L’expérience récente démontre la nécessité absolue de questionner les choix en matière énergétique.
 
Notre besoin en énergie a été surévalué. Nous avons aujourd’hui un énorme excédent d’électricité que nous vendons aux Américains. Pourquoi ne pas en profiter pour encourager davantage le développement d’une énergie verte et sans danger. Ces enjeux sont trop importants pour demeurer l’apanage des seuls experts et des élus. Le moment est bien choisi pour dire oui aux énergies renouvelables et non aux énergies redoutables.
 

Moyenne des avis sur cet article :  3.33/5   (12 votes)




Réagissez à l'article

46 réactions à cet article    


  • manusan 7 août 2010 10:39

    C’est qu’elle ne produit pas de gaz à effet de serre. Et surtout elle donne du travail à plus de 100 000 personnes au Canada

    Et tout ça pour une seule centrale nucléaire ???? il y a pas une erreur ?

    En France, on a 59 centrales nucléaires (tranches) pour le même nombre d’emplois.


    • manusan 7 août 2010 12:54

      non, non, c’est bien autour de 100 000.

      http://www.sfen.org/fr/industrie/donnee.htm


    • Christopher Di Omen Christopher Di Omen 7 août 2010 19:19

      En parlant de 100 000 emploies, je parle de toute la filière nucléaire au Canada. En partant de l’extraction jusqu’à son réenfouissement, en passant par les centaines d’études. J’ai pris mes références dans mon livre scolaire de phusique nucléaire et j’ai reçu une note de 100/100 pour ce travail. J’ai même reçu une lettre de félicitation du directeur de l’école. Si je me suis trompé, alors ça commence a faire beaucoup de monde qui se sont trompé. Vous peut-être que je me trompe encore, mais vous n’avez pas de mine d’Uranium chez vous. Vous vous contantez de l’enrichir, ça prend pas des milers de personnes pour faire ça.


    • Daniel Roux Daniel Roux 7 août 2010 12:35

      Le risque mortel que fait courir une centrale nucléaire à la population, parfois plusieurs millions de personnes, habitant dans la zone à risque est suffisant pour refuser de poursuivre sur cette voie.

      D’autant que la zone à risque peut être très vaste comme l’a montré l’accident de Tchernobyl.

      Un homme politique est un homme de pouvoir, principalement préoccupé de son intérêt particulier, qui n’a en général aucune capacité particulière, ni scientifique, ni économique, ni philosophique, comme le montre l’histoire récente.

      Le nucléaire est l’exemple même de la nocivité des grandes entreprises multinationales. Inhumaines par nature, elles corrompent les hommes politiques et les médias afin que ces derniers non seulement favorisent leurs activités dangereuses pour l’humanité mais interdisent tout débat sur le sujet, camouflent la gravité des multiples accidents et disqualifient les énergies produites par des moyens pratiquement sans danger.

      Qui connait le propriétaire d’Areva ? ou d’EDF ? ou les hommes politiques qui les protègent ? En cas de catastrophe, le pdg sera peut-être mis en examen, mais les actionnaires, les politiques complices, s’en sortiront sans aucun problème et nommeront un autre pdg.

      L’irresponsabilité organisée des vrais décideurs est l’une des plaies de nos sociétés.


      • rastapopulo rastapopulo 7 août 2010 15:31

        oui, oui...

        C’est la France qui a développé le nucléaire pas une multinational !!!

        Les radiations sont à 99,99% d’autre origines dans la vie d’un homme (médicale, radon et sol bien avant l’industrie nucléaire).

        Tchernobyl a déjà été expliqué en long et en large (exercice militaire d’attaque magnétique sur une centrale sans sécurité comme maintenant).

        Bref, des beaux poncifs.

        Oui il y a des problèmes comme la privatisation (qui amène de concert avec les écolos a refuser d’investir dans la transmutation plus chère que l’enfouissement) mais non rien n’est pris à la légère.


      • Daniel Roux Daniel Roux 7 août 2010 20:27

        @ Rastapopulo

        Vous avez bien choisi votre pseudo, celui d’un marchand d’arme cynique et criminel.

        En niant la réalité du danger, vous confirmez cette impression que vous faites partie de ceux qui ne pensent qu’à s’enrichir au mépris de la vie et de la santé des populations.

        Ce n’est pas la France, c’est de Gaulle qui a décidé du développement pour des raisons principalement politiques et stratégiques car le pétrole était très bon marché à l’époque.

        Il ne savait pas ce qu’il faisait contrairement à ses successeurs d’aujourd’hui. Je le répète, les hommes politiques ne sont pas des surhommes, ils ont le pouvoir mais pas l’éthique, ni les connaissances nécessaires. On leur fait croire n’importe quoi surtout si on finance leur carrière.

        De Gaulle ne se doutait pas de l’étendue et de la mortalité d’une catastrophe nucléaire qui surviendrait par l’explosion d’une centrale.

        Il n’avait que les deux bombes lancées sur les populations civiles du Japon comme référence. C’était un officier qui avait connu 14/18 et ses massacres de masse de soldats considérés comme chair à canon par des généraux carriéristes.

        Il avait vu trop de morts pendant la 1ère et la 2ème guerre mondiale pour s’émouvoir de quelques uns de plus lors des expériences menées au Sahara. On l’avait persuadé que les ingénieurs pourraient contrôler le processus civil et que le développement de la bombe était une bonne assurance contre l’ennemi idéologique, les Russes à l’époque.

        Grave erreur de jugement.


      • rastapopulo rastapopulo 8 août 2010 17:10

        La catastrophisme sur le nucléaire civil dans un pays des plus contrôlés au monde (et heureusement) y compris médicalement avec des sécurités qui rendent impossible un nouveau Tchernobyl (parois de confinement qui descendent par pesanteur dans le réacteur) et l’amalgame entre tire militaire et application civil sont des aberrations.

        Je m’inquiète beaucoup plus des pesticides en quantités 1 milliards de fois plus grande, des rejets quotidiens de composant non-biodégradable (un bête dentifrice pour commencer) et des millier de tonnes de déchets par personne parce que ce ne sont pas les priorités des médecins et des écologistes type anglosaxons (pape du anti-nuc par son financement tout azimut ? Goldsmith, aristocrate financiers dans la pure tradition impérialiste malthusien qui a noyé dans son fric tout les mouvements).

        Crier à l’apocalypse sur un sujet aussi contrôlé et médiatiquement vendable pour l’écologie anglosaxonne malthusienne je me marre.

        Encore 10 ans et le thorium (moins radioactif) avec des centrales plus économique sera utilisé, encore 20 ans et la transmutation sera enfin là (après les palabres avec les écolo type anglo-saxon qui ont retardé le projet allié de la privatisation du secteur qui rend plus rentable l’enfouissement non réversible), encore 50 ans et la fusion sera tester et encore 70 ans et la fusion sera utilisé.

        Le mirage anglosaxon de la société post-industrielle (finance et service pour dominer la production quelle honte) doublé du malthusianisme (homme nuisible) n’influenceront pas les endroit où la production concrète a encore un sens (même si le dumping environnementale favorisé par le libre échange est stupide mais non-essentielle pour l’écologie anglosaxonne comme par hasard) . Ces machines outils dont nous ne savons plus nous servir (produire beeuuurk) ne fonctionneront pas avec plus de 20 % de renouvelable ce qui rend inutile le renouvelable. 

        Si vous êtes contre le nucléaire, vous êtes pour le charbon qui relâche plus de radioactivité qu’une centrale nucléaire dans le reste du monde.

        Il faut assumer. Et je suis loin d’être un grand consommateur mais je ne suis pas aveugle au point d’imposer l’abandon de la technique.

        Et même si hypothétiquement il le fallait, l’abandon du nucléaire serait la dernière chose à faire après du protectionisme (donc anti-anglosaxon) environementale pour empêcher le dumping, le passage au 99,9 % recyclable et à l’agriculture bio !!!! 

        Question de priorités et de mesure dans les quantités de pollution en jeux + rôle d’exemple capable de dynamiser la situation. 


      • jcm jcm 7 août 2010 13:17

        « Nucléaire : la France est-elle bien protégée ? » : toujours d’actualité...


        • joletaxi 7 août 2010 13:53

          cela fait toujours un petit pincement au coeur quand on voit resurgir une vieille carte postale, ou une vieille lettre, tout jaunie.

          j’ai eu la même impression en lisant ce billet.

          • Daniel Roux Daniel Roux 7 août 2010 15:29

            Comme d’évoquer le paludisme ou la tuberculose ? :->

            Que voulez vous dire ? Un risque mortel pour l’humanité, s’il est ancien et mille fois dénoncé, est une idée nostalgique ? Comme une vieille carte postale jaunie.

            Celui qui l’évoque serait donc tout aussi jauni, archaïque, dépassé ? Se taire et laisser faire, deviendrait une attitude moderne ?

            A moins que votre commentaire veuille dire autre chose que vous seul comprenez.


          • slipenfer 7 août 2010 14:29

            En cas d’irradiation, faire un tour d’ hélicoptère,
            et prendre une dose de Krolic 500. 


            • rastapopulo rastapopulo 7 août 2010 15:36


              Il y a des exemples concrets de rejets radioactifs au Canada parce qu’en France ce genre d’évènements sont rarissimes, archi-contrôlés (et critiqués) et moins radioactif que les radiations naturelles dans la plupart des cas ?

              Quand au Saint-Laurent c’est la région la plus polluée au monde... mais en métaux lourd !!!!!


              • slipenfer 7 août 2010 17:11

                @ rastapopulo
                slt : tu connais Bloom energy tu en pense quoi ?
                Bloom Energy promet des mini-centrales électriques pour tous

                La Bloom Box est une boîte de la taille d’un réfrigérateur, composée de milliers de petites piles à combustible - un peu plus épaisses qu’une carte de crédit - capables de produire de l’électricité à partir du gaz - naturel mais aussi du méthane - et d’alimenter 25 habitations aux États-Unis ou le double en Europe (un foyer européen consommant deux fois moins). Une production d’énergie présentée comme propre et économique mais qui remet surtout en cause la notion de réseaux électriques alimentés par des centrales.

                La technologie des piles à combustible, qui produit de l’électricité par une réaction électro-chimique associant hydrogène et oxygène, est pourtant connue depuis le milieu du XIXe siècle. Mais l’entreprise californienne a réussi à en fabriquer en se passant de métaux particulièrement onéreux comme le platine. Son matériau de base est le silicium, présent en abondance dans le sable.

                « Mes équipes me disent que cette technologie de pile à combustible, dévoilée par Bloom Energy, n’est pas vraiment nouvelle », souligne Philippe Martin, le directeur de la recherche et de l’innovation de Veolia, qui était cette semaine dans la Silicon Valley pour lancer son programme de partenariat avec les start-ups cleantech, Veolia Innovation Accelerateur.

                Un scepticisme également partagé par Dallas Kachan, le directeur du cabinet d’analystes Cleantech Group. « Les piles à combustible existent depuis plus d’un siècle et sont couramment utilisées au Japon pour chauffer les habitations ou bien dans certains prototypes de voitures électriques. Mais cela reste encore cher et manque parfois de fiabilité ».

                Aujourd’hui, une Bloom Box coûte près de 800.000 dollars et vient avec 10 ans de garantie et un contrat de maintenance. « D’ici 5 à 10 ans, chaque maison pourrait avoir sa Bloom Box à un prix qui ne dépassera pas 3.000 dollars », prédit K.R. Sridhar, le PDG-fondateur de la jeune pousse basée à Fremont.

                Mais alors que ce prix est encore prohibitif pour le grand public, les grandes entreprises se bousculeraient déjà. Google, bien sûr, mais aussi eBay, Fedex, Coca-Cola, l’électricien californien PG&E, etc. De quoi occuper les 300 employés de la start-up pour de nombreux mois, avec une cadence de production qui atteint une Bloom Box par jour.


              • sonearlia sonearlia 7 août 2010 21:25

                A propos de la bloombox, a lire 

                Quand a l’hydrogène faut du courant pour le fabriquer.

              • slipenfer 8 août 2010 14:55

                @ sonearlia

                le lien que tu as mis contredit tes affirmations smiley je te cite

                « Quand a l’hydrogène faut du courant pour le fabriquer. »

                La Bloom Box fourni de L ’hydrogène et fonctionne avec du méthane pour produire
                de l électricité d ’après son concepteur

                La Bloom Box est une pile à combustible. Si on suit les explications de K. R. Sridhar données au magazine de CBS, l’élément de base est une plaque de céramique (« faite à partir de sable  »), de quelques millimètres d’épaisseur, recouverte sur les deux faces par une couche d’un enduit coloré, vert d’un côté et noire de l’autre, dont la composition est secrète.

                Un empilement de ces éléments forme l’unité de base d’une Bloom Box. Alimentée par un carburant quelconque capable de fournir de l’hydrogène sur l’une des faces de chaque plaque (côté vert) et par de l’oxygène (côté noir), elle produit de l’électricité et de l’eau. Il s’agit donc d’une pile à combustible, plus précisément à électrolyte solide (SOFC, solid oxide fuel cell). Par rapport aux piles déjà existantes, la fabrication serait peu coûteuse, le rendement excellent et la production fiable dans le temps.

                Un mystère entretenu

                Les chiffres manquent cruellement pour se faire une idée des performances et donc de l’intérêt de l’engin. K. R. Sridhar affirme qu’une plaque à trois couches produit « suffisamment d’électricité pour alimenter une ampoule électrique » et que l’unité de base d’une Bloom Box (le cube noir) contenant 64 plaques serait capable de fournir l’énergie à un bar-restaurant (un « coffe shop »).

                Intox ou innovation ? K. R. Sridhar n’est pas un inconnu ni un inventeur farfelu. Son projet s’appuie sur une étude qu’il a lui-même conduite pour la Nasa pour mettre au point un appareil capable de produire de l’oxygène aux astronautes d’une mission longue et de l’hydrogène destiné à leurs véhicules d’exploration, par exemple sur Mars. Après l’abandon de ce programme, Sridhar a compris que son système pouvait fort bien fonctionner dans l’autre sens pour devenir une pile à combustible.
                Affaire a suivre (pour moi en tout cas)


              • rastapopulo rastapopulo 8 août 2010 16:33

                la Nasa pour mettre au point un appareil capable de produire de l’oxygène aux astronautes d’une mission longue

                C’est effectivement l’emploi rêvé pour la pile a combustible, qui est assez vielle comme découverte.

                Si elle est vraiment améliorée alors il y aura des débouchés.

                Il y a pas de secret.


              • sophie 7 août 2010 16:50

                Vous aller faire comme en France, quand la date de fin de vie arrive, on se réunit et on décide d’une nouvelle date de fin de vie, juste il faut serrer un peu plus les fesses.


                • slipenfer 7 août 2010 17:20

                  chaque maison pourrait avoir sa Bloom Box à un prix qui ne dépassera pas 3.000 dollars"
                  = 2,257.35 EUR
                  je prend..... smiley en plus le dollars dans 5 ans


                  • Clavdio 7 août 2010 19:05
                    Rastapopulo vous n’êtes quand même pas aussi naïf de croire tout ce que vous dites, vos campagnes pro nucléaires propres sont d’un autre temps. Même vos chefs viennent de faire une loi de reconnaissance sur le sujet, on ne vous a pas passer les consignes lors de la relève ? Vous êtes lassant au ministère de la désinformation, même le citoyen lambda sait ce qui se passe, surtout en France, le prendre pour un cornichon ne met pas en valeur votre professionnalisme, il est vrai que prendre la suite de vos aînés avec les affaires qu’ils ont laissés, voire celle du Rainbow Warrior.....
                    Lors des tirs SAHARA/POLYNÉSIE, vous savez les ultra propres pendant cinquante ans, devenus sales depuis la loi de juin 2010. Tous les exécutants touchés par le 00,01 restant ont vu les résultats sur leur descendance et les modifications génétiques de leur sang donné généreusement pendant tout ce temps par ces gens, collectes distribuées après dans les hôpitaux, après ne vous étonnez pas de l’augmentation du nombre de cancers civils. Pardon, les instances internationales n’en parlent pas me direz vous ? Dans ce cas je vous répondrai seulement celles consultées par les autorités Françaises, parce que, les Japonais eux, leurs instances internationales accusent l’atome sous toutes ses formes et reconnaissent non seulement les cancers mais aussi toutes les maladies y compris l’infarctus du myocarde. Alors voyez, il y a des gens sérieux d’une part et de l’autre pas. Vous en faites partie, mais comme votre fiche de paye affiche indirectement votre employeur vous le savez bien (« CEA » via « AREVA » le nouveau sportif entrain de se refaire une santé).
                     
                    Pour TCHERNOBYL, qu’est-ce qui se serait passé s’il s’était s’agit d’une attaque réelle, parce que pour un exercice ?... Au fait, pour vous a t-il été réussi où....
                     
                    Quand on retrouve 90 kg de plutonium non comptabilisés on ne peut vraiment pas soutenir que tout est parfait dans la sécurité. Que diriez vous d’un banquier retrouvant l’équivalant en lingots d’or dans son coffre ?
                    Les pannes, les arrêts, les fuites, les remises en marches qui ne se font pas ne vous autorise pas à dire ce que vous dites.
                    Claude SAINT ETIENNE un vétéran de Mururoa touché là-bas, lui et sa descendance et ancien donneur de sang.

                    • rastapopulo rastapopulo 8 août 2010 03:23

                      Voyez désolée mais déjà si vous confondez tire atomique et nucléaire civil je ne vous suis plus.


                    • rastapopulo rastapopulo 8 août 2010 03:31

                      Reste Tchernobyl dont l’histoire est admirablement comté par Krolik ici.

                      Et le désastre de la privatisation je suis très enclin à en parler, de là à tous mélanger.

                      Belle envolé, dommage que ce soit si peu concret.


                    • sonearlia sonearlia 7 août 2010 20:53

                      « Car les centrales nucléaires rejettent des particules radioactives dans l’air, l’eau et l’environnement. »

                      La prochaine essayer de vous renseigner, ça vous évitera d’écrire des idiotie pareil.

                      • sonearlia sonearlia 7 août 2010 20:57
                        J’ai oublier ceci :
                        « Les avantages de l’uranium sur les autres éléments fossiles. »


                      • Christopher Di Omen Christopher Di Omen 7 août 2010 21:18

                        Contrairement à vous je m’assume entièrement dans mes écrits et J’écrit mon vrai nom et je je met ma vrai photo à coté de ce que j’écrit. Sur ce n’ayez crainte, je ne vais pas masquer votre commentaire désobligent. Tous le monde à droit à son opinion, même les abrutis comme vous.


                      • tinga 7 août 2010 21:27

                        Renseignez vous aussi, ces rejets existent, même si ils sont faibles.Sans parler des tonnes de matériaux faiblement radioactifs lors d’un démantèlement de centrale dont la plupart sont éparpillés sans qu’ils soit possible d’en retrouver la trace. 


                      • sonearlia sonearlia 7 août 2010 21:28

                        Vous écrivez avec votre vrais nom et votre photo, donc vous avez raison ?

                        pas mal le raccourcis.

                      • sonearlia sonearlia 7 août 2010 21:29

                        Je me suis bien renseigner, certains sont même aller jusqu’a mesurer eux même la radioactivité aux abords des centrales...


                      • sonearlia sonearlia 7 août 2010 21:32

                        « Sans parler des tonnes de matériaux faiblement radioactifs lors d’un démantèlement de centrale dont la plupart sont éparpillés sans qu’ils soit possible d’en retrouver la trace. »

                        Jamais entendu parler, c’est dans quel pays qu’un truc pareil est arriver ?

                      • Christopher Di Omen Christopher Di Omen 7 août 2010 21:49

                        Non je dis seulement que je m’assume. Regarder les autres commentaire vous êtes seul dans votre gang. On dirait bien que c’est votre cerveau qui est raccourci. Travaillez-vous dans une centrale nucléaire. C,est peut-être la cause de votre étroitesse d’esprit. smiley


                      • sonearlia sonearlia 7 août 2010 22:03

                        Et sinon sur le fond, vous avez quelque chose a dire sur mes commentaires ?


                      • Christopher Di Omen Christopher Di Omen 7 août 2010 22:25

                        Non tinga l’a déjà fait !  smiley


                      • tinga 7 août 2010 23:16

                        La france par exemple, des taux de radioactivité anormaux ont été détecté par exemple sur des parkings, ont avait utilisé ce type de déchets pour les remblais...


                      • Christopher Di Omen Christopher Di Omen 7 août 2010 23:36

                        Je vous demande pardon de vous avoir traité d’abruti, mais avoué que vous m’avez un peu tordu le bras en disant dès le départ que j’était un idiot. Avant mon cours sur la physique nucléaire qui comprenait un livre de 3800 pages, je croyais comme vous que le nucléaire n’était pas plus sale que les autres energies fossiles et surtout que c’etait économique et qu’on métrisait bien cette force. La différence des autres energies c’est qu’elles disparaissent au bout d’un moment plus ou moins long et ne modifit pas le code génétique des animaux. L’uranium que l’on extrait aujourd’hui existait au moment de la création de l’univers il y a 13.7 milliard d’année et met des milliers, voir des millards d’années a disparaitre et change completement les futures générations. J’ai pas envie d’avoir un enfant à deux tête. Je dis dans mon article qu’ici au Québec on a un suplus d’énergie et que l’on devrait en profiter pour chercher des alternatives. Oublié ma remarque, je ne vous connais même pas. Passé une bonne journéé !


                      • sonearlia sonearlia 8 août 2010 01:11
                        @tinga
                        Les remblais sont bien fait par des entreprise privée, comment elle ont pu se retrouver avec des déchets nucléaires ? Le problème du nucléaire, c’est sa privatisation.
                        Comme beaucoup, j’aime pas voir le nucléaire dans les mains de boite privée.

                        @Christopher Di Omen
                        Faut pas se s’énerver pour un mot de travers, idiotie, c’est pas une insulte, du moins pour moi, c’est quelque chose qu’on fait dans un moment d’égarement ou de fatigue...

                      • slipenfer 8 août 2010 15:04

                        @ sonearlia En France

                        Déchets nucléaires
                        On risque de les avoir chez soi

                        Que choisir - Janvier 2010 page 4
                        C’est un arrêté qui était passé inaperçu, remercions la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité) de l’avoir dénoncé et attaqué devant le Conseil d’Etat, car il pourrait entraîner une augmentation sensible de notre exposition à la radioactivité. En mai dernier, le gouvernement a publié un arrêté autorisant l’ajout de substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction.

                        Des substances radioactives dans les vélos, meubles, vêtements ?
                        Depuis les craintes exprimées par Que Choisir sur la question en 2000, lorsque la directive Euratom était en cours de transposition (QC n° 371), on croyait pourtant le risque d’introduction de déchets nucléaires dans les produits grand public écarté. En 2002, en effet, le code de la santé publique a réaffirmé l’interdiction d’ajouter des substances radioactives ou des déchets provenant d’une activité nucléaire dans les aliments, biens de consommation et produits de construction. Mais l’arrêté de mai 2009 autorise des dérogations pouvant conduire à une dissémination de déchets radioactifs. Consultée sur ce texte, l’autorité de sûreté nucléaire (ASN) a d’ailleurs émis un avis défavorable, rappelant que la loi du 28 juin 2006 sur la gestion des matières et déchets radioactifs « confirme l’absence de seuils de libération des radionucléides et interdit la dilution comme mécanisme d’élimination ». Le gouvernement est passé outre. Si l’arrêté n’est pas annulé, vélos, meubles, vêtements pour adultes et voitures pourront bientôt contenir des métaux, plastiques, ciments issus du démentèlement d’installations nucléaires.

                        Substances radioactives dans les biens de consommation : la Criirad proteste

                        AFP - 17 novembre 2009 - PARIS - La Criirad a lancé mardi une campagne contre l’ajout de substances radioactives dans les biens de consommation et les matériaux de construction, demandant l’abrogation d’un arrêté du 5 mai dernier, a-t-elle annoncé dans un communiqué. Cet arrêté a ouvert la possibilité de dérogations au code de la santé publique, permettant l’addition de radionucléides à des biens de consommation ou produits de construction.

                        Selon la Criirad (Commission de recherche et d’information indépendantes sur la radioactivité), cinq produits seulement sont exclus des dérogations : aliments, produits cosmétiques, parures, jouets, matériaux en contact avec les aliments et les eaux.

                        Voici un an, le 19 novembre 2008, l’Autorité de sûreté nucléaire avait émis un avis défavorable sur le projet d’arrêté. Elle avait notamment fait référence à la « position constante de la France en matière de gestion de déchets nucléaires » visant à « éviter la dilution des déchets comme mécanisme d’élimination, notamment en les ajoutant à des biens de consommation ».

                        La Criirad, qui conteste devant le Conseil d’Etat la légalité de cet arrêté, appelle les consommateurs et associations à solliciter les ministres compétents.

                        Dans une lettre ouverte adressée le 6 novembre à Jean-Louis Borloo, Roselyne Bachelot et Christine Lagarde, la Criirad relève qu’il leur « incombait de limiter l’octroi de dérogations à des applications indispensables, apportant des bénéfices en terme de sécurité ou de santé, à la condition expresse qu’il n’existe pas d’alternative moins nocive et sous réserve de garantie sur la traçabilité des produits et leur récupération ».

                        « Il n’est pas acceptable, ajoute la Criirad, que des dérogations soient sollicitées pour commercialiser des gadgets (des montres aux aiguilles luminescentes par exemple) ou pour permettre aux producteurs de déchets radioactifs de s’en débarrasser à moindre coût en les diluant dans du ciment ou de l’acier »


                      • slipenfer 8 août 2010 15:08

                        MOBILISATION CONTRE l’AJOUT de SUBSTANCES RADIOACTIVES
                        dans les BIENS DE CONSOMMATION et les MATERIAUX DE CONSTRUCTION.

                         - En 2002, deux garanties essentielles pour la protection du public contre les dangers des rayonnements ionisants ont été inscrites dans le CODE DE LA SANTE PUBLIQUE (CSP) :

                        o L’INTERDICTION D’AJOUTER délibérément des substances radioactives dans les aliments, les biens de consommation et les produits de construction (cf. article R.1333-2) ;

                        o L’INTERDICTION D’UTILISER des matériaux et des déchets provenant d’une activité nucléaire – et qui sont CONTAMINES ou susceptibles de l’être – pour la fabrication de biens de consommation et de produits de construction (cf. article R.1333-3).

                        - Le 5 mai 2009, un ARRETE INTERMINISTERIEL a instauré une procédure de DEROGATION à ces interdictions, une procédure particulièrement laxiste. Cet arrêté a été publié en dépit d’un AVIS DEFAVORABLE de l’Autorité de Sûreté Nucléaire.

                        Cinq produits seulement sont exclus des dérogations et protégés des contaminations radioactives :
                        1/ les aliments ; 2/ les produits cosmétiques ; 3/ les parures ; 4/ les jouets ; 5/ les matériaux en contact avec les aliments et les eaux.

                        - Le 10 juillet 2009, la CRIIRAD a adressé au Conseil d’Etat un RECOURS pour excès de pouvoir. La demande d’annulation de l’arrêté est basée sur des ARGUMENTS de légalité interne et externe.

                        - Le 6 novembre 2009, sans attendre le résultat de la procédure contentieuse, la CRIIRAD adressait une LETTRE OUVERTE aux 3 ministres compétents : Mme BACHELOT, ministre en charge de la santé, Mme LAGARDE, ministre en charge de la consommation et M. BORLOO, ministre en charge de la construction, leur demandant d’abroger l’arrêté du 5 mai 2009 sans attendre l’issue de la procédure contentieuse.

                        - En complément de ces démarches, la CRIIRAD appelle les consommateurs et les associations à se mobiliser et à demander aux autorités le maintien des interdictions et l’abrogation de l’arrêté du 5 mai 2009. Des MODELES DE LETTRES sont à la disposition de tous ceux qui souhaitent participer à la campagne. Le recyclage des matériaux radioactifs doit rester confiné dans les filières nucléaires (CENTRACO et D’HUART INDUSTRIE), sans possibilité de diffusion dans le domaine public.


                      • slipenfer 8 août 2010 15:22

                        Après la grave fuite d’uranium a Tricastin

                        Après la grave fuite d’uranium du 8 juillet, et de nombreux autres événements au cours de l’été (au Tricastin, ailleurs en France, et dans divers pays étrangers), le site nucléaire du Tricastin s’est à nouveau retrouvé au coeur d’une nouvelle affaire grave : deux barres de combustibles sont restées suspendues accidentellement, du 8 septembre au 26 octobre, au-dessus du coeur du réacteur n°2.

                        Un accident pouvait se produire à chaque instant et en particulier lors des tentatives de récupération de ces barres. Heureusement, après un premier échec, cette affaire sidérante s’est bien terminée (d’après EDF) : les barres de combustible ont pu être récupérées sans causer d’accident.

                         

                        Néanmoins, cette affaire pose de graves questions pour la suite, au Tricastin et dans les 30 autres réacteurs de 900 MW que l’on trouve en France : d’autres barres de combustible ne vont-elles pas "jouer les filles de l’air" lors des ouvertures de cuve ? Si c’est le cas, est-ce que la chance sera encore de mise et permettra d’éviter un accident nucléaire ?


                      • tinga 7 août 2010 21:18

                        La filière nucléaire a été développé pour faire plaisir aux militaires, résultat, on se retrouve avec des tonnes de déchets que l’on devra gérer pendant des millénaires, pari totalement stupide et irréaliste, qui implique qu’il y aura une continuité dans notre civilisation pendants des dizaines de milliers d’années. Après avoir piller la planète, on laisse aux générations futures de quoi altérer de manière monstrueuse leur patrimoine génétique, ça fait quarante ans que j’entends dire qu’on trouvera bientôt une solution pour ces déchets, on a toujours rien trouvé, mais tant pis, on continue, la centralisation de l’énergie n’a pas de prix, contrôler l’énergie, c’est contrôler les populations.

                        Les militaires quant à eux ont trouvé le moyen de recycler certains déchets, l’uranium appauvri, utilisé sur les obus et missiles (et mêmes certaines balles) pour percer les blindages, très efficace, juste un léger problème, l’utilisation de ce type de munitions libèrent dans l’atmosphère des milliards de nano/microparticules qui ont une période radioactive de plusieurs millions d’années, tout comme à Tchernobyl, en Irak, de nombreuses zones sont inhabitables.
                        Rappelons que c’est la mafia italienne qui s’occupe de la gestion de certains déchets radioactifs, et pour eux la recette est simple, on prend un vieux rafiot, on le rempli à ras bord de saloperies, et on le coule ni vu ni connu au milieu de la méditerranée.
                        L’industrie du cancer a de beaux jours devant elle.
                         

                        • Jojo Jojo 7 août 2010 23:23

                          Une centrale nucléaire est une immense chaudière à vapeur la plus meurtrière au monde !

                          Les victimes ne se comptent pas immédiatement , mais dans quelques années ou décennies .

                          Les déchets radioactifs seront mortels pendant des DIZAINES DE SIECLES  !

                          La France est polluée par une soixantaine de ces monstres , qui fuient régulièrement , et dont on minimise la toxicité.

                          Pour la question de la durée de vie d’ une centrale , la France a mis en place un système imparable : à la fin de vie d’ une de ces centrales , on rajoute simplement une nouvelle période de 10 ANS , et le tour est joué ! Et celà ne coûte pas un sou ! !

                          On nous vante l’ absence d’ émission de CO 2 , la bonne blague !

                          Nos pollueurs nationaux vont bientôt repeindre les centrales en vert pour obtenir une énergie ECOLO ! 


                          • tinga 7 août 2010 23:43

                            L’avantage pour les autorités, c’est que la pollution radioactive tue a retardement par le déclenchement de multiples pathologies, on ne pourra jamais chiffrer le nombre de morts dus à tchernobyl, on a déjà dépassé 100 000, bien que ce soit nié par les autorités. (le lien wikipedia est seulement pour les liquidateurs liquidés dans le silence et l’oubli)

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès