Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les déficits et la pauvreté démontrent l’échec de Londres

Les déficits et la pauvreté démontrent l’échec de Londres

Le regain de croissance et la baisse du chômage refont de nouveau de Londres un modèle pour cette vieille Europe qui ne serait pas assez ouverte aux réformes. Mais outre le fait d’être bien rapide et oublieux du passé récent, le niveau des déficits et de la pauvreté relativise ce jugement.

 
Reprise certes, mais reprise néolibérale
 
La situation outre-Manche peut sembler paradoxale. Les myopes néolibéraux ne retiennent que le fort taux de croissance, à 3% cette année, et la baisse du taux de chômage, à 6%. Il est sûr que de telles statistiques sont enviables pour le reste des pays européens, coincés dans la dépression et un chômage de masse qui s’incruste. Mais, comme le rapporte le Monde dans un papier bien argumenté, la reprise britannique est très déséquilibrée. En effet, les emplois créés outre-Manche sont précaires et peu payés. Du coup, les recettes fiscales progressent moins rapidement que la croissance, avec des recettes d’impôts sur le revenu qui sont carrément en légère baisse depuis le début de l’année !
 
D’où le paradoxe qui voit la Grande-Bretagne dans une situation budgétaire moins bonne que la France puisque son déficit ne devrait pas baisser cette année, alors qu’il est à un niveau bien plus élevé que chez nous (5,9% du PIB pour le dernier exercice, contre un peu plus de 4% dans l’hexagone). Et dire que David Cameron avait promis l’équilibre à la fin de son mandat, qui arrive l’an prochain ! Pour un peu, François Hollande et Michel Sapin paraissent de meilleurs prévisionnistes que leurs homologues britanniques. Pire, comme le rapporte le Figaro, c’est la faim qui se développe le plus vite outre-Manche : une multiplication par sept des personnes aidées par les Restos du Cœur locaux…
 
Mais pourquoi 3% de croissance ?

La question qui se pose logiquement ensuite, c’est comment un pays peut croître de 3% par an avec une stagnation du pouvoir d’achat moyen et une telle augmentation de la pauvreté ? La réponse est tristement simple : l’addition d’inégalités et de bulles. En effet, la croissance britannique semble être très inégale, comme aux Etats-Unis, où plus de 90% de la croissance depuis 2009 est allée au 1% le plus riche. Donc, la situation peut se dégrader pour la majorité si seulement une infime minorité concentre tous les bénéfices de la croissance. Il y a fort à parier que les statistiques britanniques sont proches de celles des Etats-Unis. Pire, David Cameron a baissé le taux d’imposition des plus riches.

Mais la croissance du pays vient également d’un classique phénomène de bulle immobilière et financière. En effet, après avoir bien baissé, les prix de l’immobilier sont fortement repartis à la hausse outre-Manche, au point que The Economist a plusieurs fois annoncé le risque d’une bulle. Les prix ont déjà surpassé le plus haut atteint avant la grande crise de 2008, ce qui devrait rappeler à certains que les modèles d’un jour ont pu être les modèles d’un autre jour avant de se révéler n’être que des baudruches proches de l’explosion, au point d’imposer une nationalisation massive du secteur bancaire au pays qui a enfanté Margaret Thatcher ! C’est aussi sans doute le fruit de la politique de la banque centrale.
 
Bref, ceux qui font de Londres le modèle que Paris, Rome ou Madrid devraient suivre, devraient prendre un peu de recul. Se souvenir que ce modèle a fini dans le mur il y a six ans et que les statistiques du moment ne sont pas à sens unique. Et pas besoin de beaucoup creuser pour trouver des failles.

Moyenne des avis sur cet article :  4.06/5   (17 votes)




Réagissez à l'article

9 réactions à cet article    


  • Spartacus Spartacus 10 décembre 2014 19:25

    Que les gauchistes sont de « mauvaise foix ». 

    Que leurs arguments sont cons ! Mensongers

    Tellement il sont dans un déni d’avouer que le libéralisme Anglais écrase le socialo*communisme Français.

    « les emplois créés outre-Manche sont précaires et peu payé » C’est vrai que les « non-emplois » et les « emplois aidés » Français sont For-mi-dable. C’est sur y’a de quoi se moquer......

    « recettes d’impôts sur le revenu qui sont carrément en légère baisse » 
    Faux faux et faux En valeur absolue ils ont progressé de 1.1%. Le gauchite ment par « ommission » en fait c’est le revenu moyen d’impôt qui est en baisse, logiquement puisque les plus précaires trouvent du travail mais font baisser logiquement la moyenne.son déficit ne devrait pas baisser cette année, 

    « leur déficit est à un niveau bien plus élevé que chez nous » 
    L’impot en Angleterre finance la protection sociale alors que la France il le social est une dette cachée et les retraites des fonctionnaires ne sont pas provisionnées....Et Cameron est parti de bien plus bas que Hollande.

    « 90% de la croissance est allée aux 1% le plus riches » 
    Le vrai Marxisme coco bobo ! Sauf que les 5 plus riches Anglais étaient des gens qui ne l’était pas il y a 10 ans et ne faisaient pas partie des 1%. C’est vrai qu’en France la croissance socialiste ne rivaliser. Il n’y en a pas elle ne risque pas d’aller vers quelqu’un !

    Dramatiques gauchiste dans le déni de la supériorité des modèles libéraux.

    Chez les gauchistes, les profiteurs doivent être les statutaires et tout le monde pauvre.....

    Chez les gauchistes tous réfugiés chez les protégés statutaires, la rente c’est la retraite d’état. Mieux que le capitalisme. Mieux que les dividendes. Le cash sans le risque. La coercition de l’impôt pour voler l’argent aux contribuables.

    Cameron écrase Hollande......Mais rassurez vous Hollande écrase Cameron dans la rente d’état. 3 ans de travail et 35 ans de retraites. 

    Gauche de merde. Jalouse, incapable et méprisante des réussites des autres.



    • bourrico6 11 décembre 2014 09:54

      Y encore des gens pour lire ce nez de boeuf de Spartacul et sa propagande pour décérébrés ?

      C’est inutile, ça se résume à Gauche=Enculés.


    • Spartacus Spartacus 11 décembre 2014 17:23

      @taunimarus

      Je ne fait que dire une vérité qui vous dérange.

      Sur les 100 plus riches Anglais 39 ont étés naturalisés dans les 10 dernières années. Il donc pas dans le classement des 1% il y a 10 ans.
      Il sont amené leur fortune dans ce pays ce qui fait que les chiffres sont faussés...


      Les 5 plus riches n’étaient pas dans les 1% il y a 10 ans.
      Il est donc stupide de dire que les 1% sont plus riches. Ce ne sont tout simplement pas les mêmes.
      Alisher Ousmanov, Laskmi Mittal, Roman Abramovitch etc...dans le top 5 n’étaient pas anglais il y a 10 ans.


    • Le Corbeau Magnifique Le Corbeau Magnifique 10 décembre 2014 20:28

      On devrait interdire les resto du coeur et couper les subsides aux pauvres.

      Comme ça, y mourraient de faim et... y’aurait plus de pauvre !

      On aurait vaincu la pauvreté !


      • Emmanuel Aguéra Emmanuel Aguéra 10 décembre 2014 21:02

        Vous êtes absolument désopilant, très cher.
        Désopilant comme un repus.


      • BA 11 décembre 2014 07:16

        A propos du suicide de l’Europe :

        La BCE veut réenclencher la machine du crédit - et par ricochet l’inflation et la croissance - sur le Vieux Continent en mettant des liquidités en abondance à disposition des établissements de crédit.

        A cet effet elle a annoncé en juin huit prêts géants de long terme (ou TLTRO pour "Targeted Long-Term Refinancing Operations") aux banques d’ici 2016, dont deux cette année.

        Lors du premier prêt, 255 établissements de la zone euro ont emprunté 82,6 milliards d’euros, nettement sous les espérances des acteurs de marché.

        http://www.romandie.com/news/Zone-euro-BCE-risque-de-deconvenue-avec-un-nouveau-megapret-aux/545030.rom

        C’est ça, le suicide de l’Europe.

        Le système actuel a pour obsession de précariser toujours plus les peuples européens.

        Le système actuel a pour obsession de proposer toujours plus de contrats précaires, toujours plus de contrats à durée déterminée, aux peuples européens.

        Le système actuel a pour obsession de baisser toujours plus le coût du travail pour que les peuples européens soient « compétitifs ».

        Le système actuel a pour obsession de baisser toujours plus les salaires des peuples européens.

        Mais comment voulez-vous qu’un individu toujours plus précarisé ait envie de prendre un nouvel emprunt à sa banque ?

        Comment voulez-vous qu’un individu toujours plus précarisé ait envie de prendre un nouvel emprunt pour acheter une voiture ?

        Comment voulez-vous qu’un individu toujours plus précarisé ait envie de prendre un nouvel emprunt pour acheter une maison ?

        Plus vous précarisez un individu, moins il consomme.

        Plus vous précarisez un individu, moins il emprunte.

        ET DONC plus vous précarisez un individu, plus vous détruisez la croissance économique.

        Conclusion :

        Le système actuel est en train de s’auto-détruire.


        • Gauche Normale Gauche Normale 11 décembre 2014 13:55

          Comme le démontre le comportement des rares défenseurs de la prétendue « sortie de crise » du Royaume-Uni sur ce fil, la seule manière de défendre ce faux modèle est surtout de faire diversion (« et vous croyez qu’en France, c’est mieux ? ») et de traiter tout le monde de gauchiste. Il est des signes de désespoir et d’agressivité qui ne trompent pas.


          Surtout, ne pas parler du scandale du travail forcé et de la précarité qui font artificiellement baisser les statistiques du chômage :


          Et l’auteur a bien raison de rappeler que 2% de croissance avec un déficit de 6% (comme la Grèce...), cela reste largement récessif.

          • Pascal L 11 décembre 2014 18:06

            Les mêmes méthodes produisent les mêmes résultats.


            L’Euro, la Livre ou le dollar, c’est du pareil au même. On donne (presque) de l’argent au financiers pour qu’ils l’injectent dans l’économie. Le problème est que l’économie réelle n’est pas compétitive par rapport aux places de marché et l’argent file dans les 98% des transactions qui ne participent pas au développement économique. Les 2% qui restent profitent à 98% de la population mais ce n’est même plus visible.
            Si nous voulons partager de la richesse, encore faut-il en créer mais la création de richesse, c’est du travail et du temps. Si nous devons attendre plusieurs années avant d’en voir les fruits et que pendant ces années, nous devons rembourser capital et intérêts, le coût financier de l’opération devient exorbitant. Ne peuvent réellement emprunter que ceux qui peuvent rembourser en un temps très court. Aujourd’hui, la milli-seconde est une unité de temps pertinente. Celui qui a de l’argent n’a pas à se préoccuper aujourd’hui de son usage.

            Si nous voulons renverser ce mouvement, il faut changer les règles de création et de destruction de la monnaie et baser l’émission monétaire sur des actifs qui ont du sens pour la population.

            • ecolittoral ecolittoral 13 décembre 2014 14:02

              Vous avez la même chose en Allemagne avec 15% de pauvres en augmentation. Dans ces pauvres, aux R.U et en Allemagne, vous avez des patrons de PME, des cadres et tout un lot d’ouvriers et techniciens expérimentés et compétents. Un pauvre... n’est pas un incapable !

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès