Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les dissident cubains sont bien décevants

Les dissident cubains sont bien décevants

Les 7 premiers ex-prisonniers « Dissidents » qui sont arrivés en Espagne y ont fait les déclarations publiques qui ont laissé les Espagnols, comme on dit, « sur le cul » . Ceux-ci attendaient au moins des mots de reconnaissance au lieu des critiques dont ils ont été l’objet de la part des nouveaux arrivants. Cela devrait un peu nous aider à réfléchir sur ces « campagnes » montées de toutes pièces sous couvert de défense des droits de l’homme, sur leur origine, leur finalité. Réfléchir également sur la manière dont elles imposent à leurs bénéficiaires « une surenchère » permanente pour continuer à demeurer acteurs dans ce que l’on peut appeler l’industrie de la désinformation avec subsides de la CIA , mobilisation du système de propagande et donc un auto-entretien de la dite désinformation. Il s’agit d’ un modèle éprouvé qui semble dirigé en priorité vers la gauche même si les « héros » défendus sont souvent d’extrême-droite… Résultat autant sont bruyantes, simultanées sur plusieurs fronts à la fois, les campagnes en faveur des « héros du monde libre » autant le silence est fait sur d’autres cas, parmi eux les 5 Cubains ou le Français emprisonné en Israël Salah hammouri. Nous sommes devant de véritables montages, le mensonge érigé comme un des beaux arts autour de cas qui bénéficient de publicité pour être utilisé contre un pays qui a le tort de revendiquer sa souveraineté. Le produit d’ une « industrie » que l’on pourrait qualifier de « culturelle » tant elle semble obéir à des règles de mise en scène, si la culture n’était pas le cadet des soucis de ceux qui sont impliqués dans la réalisation des scénarios.

Une conférence de presse étonnante

Mais revenons aux « dissidents cubains », les 7 premiers du lot sont arrivés à Madrid où ils ont tenu une conférence de presse. D’abord disons et la photo en témoigne , que l’apparence des ces gens n’est pas celle de prisonniers amaigris par des conditions de détention terribles mais qu’ils paraissent au contraire jouir d’une forme qui fait honneur à l’excellence bien connue du système de santé cubain. Notons qu’on retrouve la même santé resplendissante chez d’autres martyres de la liberté cubains que sont les épouses, les dames en blanc, qui en général font plaisir à voir tant elles sont grasouillettes. Les prisonniers libérés sont rondelets à souhait, fringants et en « descangayados »(1) non faméliques comme la presse les décrivait avant qu’ils ne soient mis en liberté .

Malgré ce bon état visible, les « élargis » ont décrit des prisons cubaines à faire frémir : "Nous avons vécu parmi les rats, les blattes, les scorpions et les excréments" , a déclaré Julio Cesar Alvarez, journaliste de radio havanais de 65 ans, qui purgeait, avant sa libération, une peine de 15 ans de prison pour avoir collaboré clandestinement avec des médias américains et avoir diffusé de fausses nouvelles sur l’île soumise à une guerre de fait avec blocus. C’est ce même Julio César Gálvez, qu’ un journaliste a interrogé « Comment vous sentez-vous à Madrid ? » la réponse espérée était sans doute une larme de reconnaissance sur une joue amaigrie et la voix enrouée d’émotion balbutiant quelques phrases de reconnaissance pour ses « libérateurs »d’une telle abomination, mais non cet homme en pleine forme mais mal embouché à rétorqué : "ici en Espagne je ne suis pas un homme libre parce que MON avenir ne dépend pas de moi mais des fonctionnaires qui m’imposent leurs décisions" .

Un titre du journal espagnol El Mundo dit aujourd’hui dans sa une : « Les Dissidents cubains dénoncent le fait qu’en Espagne ils ne sont pas libres« .

Un autre « élargi » Normando Hernández 40 ans a renchérit sur les conditions terribles.Il aurait vu un prisonnier s’immoler par le feu, d’autres se mettre de l’urine dans les yeux, du pétrole sur le corps pour qu’on s’occupe d’eux, qu’on les soigne ou simplement pour qu’on réponde à leurs demandes.Ces conditions, selon lui, entraînent des maladies chroniques chez les détenus, avec des épidémies de tuberculose et de dengue. Cet homme paraissait pourtant dans d’excellentes conditions mais le plus frappant est que dans la foulée de cette horrible description, il a dénoncé l’hospitalité espagnole : « Nous sommes dans un hôtel avec d’autres immigrants. Dans cet hôtel nous n’avons pas de bains privés. Dans ce lieu il n’y a pas d’intimité et ils me disent qu’ils vont nous déplacer vers un village proche de Valence pour vivre dans quelques baraquements où j’aurai à cohabiter avec environ 40 personnes« . Après il a lancé une revendication lourde d’ingrats ressentiments : « Je Crois que le Gouvernement de Zapatero s’est engagé à nous accueillir, il aura aussi nous fournir ce que nous nous méritons comme réfugiés, en ajoutant aussitôt que là où il voulait vivre était Miami.
 
Omar Saludes, un autre des « libérés » s’en est pris au Ministre des Relations Extérieures de l’Espagne, l’un des maître d’oeuvre de leur délivrance : « Il est inacceptable que le Ministre Moratinos demande que l’Europe lève la » position commune contre Cuba « , a dit Saludes, provocant et malgracieux. Vous noterez que ces gens en général – c’est une constante- libérés après une active propagande et intervention de la gauche n’ont rien de plus pressé que de soutenir la position de l’extrême-droite. Ce sont des gens de droite, des gens proches des idées qui fleurissent à Miami où un terroriste auteur d’assassinats dans toute l’Amérique latine peut être considéré comme un héros national. Qu’espère exactement la gauche en se lançant dans la promotion de tels héros ?

La passion politique se double le plus souvent d’un intérêt personnel manifeste et les deux sont consubstantiels. Ce qu’il faut bien comprendre c’est que ces gens savent tous qu’un avenir confortable pour eux dépend de la manière dont ils vont vendre leur histoire en continuant à nuire à Cuba, ils sont en quelque sorte condamnés à en rajouter même si la manière dont ils ont remercié les Espagnols ont choqué l’opinion publique, il est clair qu’ils vont tout faire pour obtenir des moyens financiers et une situation confortable qui passe par leur capacité à continuer le combat pour la mafia de Miami, elle-même totalement imbriquée dans la CIA. Mais il faut bien mesurer que l’atmosphère, le microclimat qui se développe autour de cette mafia et de ses stipendiés est totalement irréelle, il se créé un phénomène d’auto-conviction autour des rumeurs les plus folles, ainsi selon eux Fidel castro est soit mort depuis longtemps, soit complètement en état d’incapacité mentale et ses réflexions seraient écrites par quelqu’un d’autres. On hurle de joie à l’annonce de sa mort, le paradoxe étant que ceux qui sont en Europe adoptent la même ligne d’irréalisme et de surenchère. Ainsi Zoe valdes disait lors de la chute de Fidel castro qu’il était mort mais que les Cubains le cachaient. Ce fantasme permanent est consubstantiel aux avantages espérés, c’est une sorte de bulle , comme la mappemonde, avec laquelle on joue Chaplin dans le « dictateur ». Avoir droit à rejoindre le paradis, avoir tous les droits fait partie de cette vision. Miami, une belle voiture, une villa paradisiaque, une bimbo comme fiancée est l’ultime paradis des plus innocents et les photos envoyées aux familles restées au pays sont sur ce modèle. Mais quand « l’information » repose sur cette capacité à fantasmer on s’interroge. On peut dire que 80% des nouvelles qui sont publiés dans notre presse proviennent de sources aussi peu fiables.

Les commentaires des Espagnols devant les propos des « dissidents » ne se sont pas fait attendre. L’un d’eux a écrit une Lettre au journal El Mundo de Madrid en expliquant qu’il parlait au nom des Espagnols indignés par la conduite de ceux qui venaient d’arriver : « Je crois que, les renvoyer dans leur pays, est le mieux à faire, là le monsieur avec ses problèmes de bain privé n’aura pas à se plaindre et ils pourront raconter à leur président tous leurs problèmes et dire leurs plaintes ainsi que toutes leurs idées si merveilleuses de la liberté aux dépens des autres« .

Le commentaire fait par le journal en ligne Mompox dont le correspondant a assisté dans la capitale espagnole à la conférence de presse des Dissidents libérés arrivés depuis la havane à Madrid « Si c’est ça l’échantillon, comment sera le paquet  ? »

Le mode de fonctionnement des « campagnes » pour la « liberté »

En lisant ces compte-rendus, on ne peut s’empêcher de penser à quelques cas , d’abord à l’éternelle Zoé Valdes qui bien qu’ayant été une enfant chérie du gouvernement de son pays, et étant venu ici en parfait accord avec le gouvernement, ne cesse d’inventer qu’elle a subi une répression, et depuis des années vend aux médias un martyre qu’elle n’a jamais subi. Elle sait sans doute à quel point sa notoriété usurpée sur le plan littéraire et qui relève plus de la littérature de gare que de tout autre chose, a besoin de cette fable de sa dissidence. j’ai déjà noté à quel point elle est dans l’excès, on peut même être assuré que 90% des informations qu’elle donne relèvent de l’affabulation pure et simple, cela ne l’empêche pas d’être invitée sur les plateaux de télévision, d’être considérée comme experte cubanologue, y compris et surtout par la gauche. est-ce que quelqu’un vérifie la crédibilité des sources ?
 
On peut également penser au cas de Valladeres le pseudo poète paralytique qui n’était ni poète, ni paralytique et qui a peine descendu de l’avion a abandonné la chaise roulante et depuis s’est révélé un agent zélé de la CIA. Si Zoe valdes écrit de la littérature de gare, lui n’a jamais écrit la moindre rime, alors que nous avions eu droit à une campagne extraordinaire sur le poète paralysé, et que Mitterrand lui-même par l’entremise de Regis Debray était intervenu pour le faire libérer. Les Cubains avaient prévenu le président socialiste français "vous avez à faire à un espion de la CIA affabulateur". Ce qu’il faut souligner à travers ce cas, c’est la permanence d’une stratégie, ceux qui sont sollicités en priorité pour prendre la défense de ces pseudos martyrs ce sont des gens de gauche (le maire de Paris est un puits sans fond pour opération de ce type) et si on peut trouver des « repentis » du communisme c’est encore mieux, voir des partis communistes particulièrement décadents comme l’euro-communisme en a produit. Il faut relire ce qu’à l’époque écrivait Yves Montand en se posant comme « conscience de la gauche » : Yves Montand disait, lors d’une interview : « Castro garde son ami intime [valladarès est devenu même intime] Valladarès en prison depuis plus de 20 ans maintenant. On l’a torturé et on lui a brisé les jambes. Valladarès a écrit un livre admirable, tragique, que j’exhorte les jeunes du Québec à lire. Il s’agit de Prisonnier de Castro. Ce livre a été introduit en France grâce à Monsieur Golendorf, un ami du cinéaste Chris Marker et de moi-même. Monsieur Golendorf a été trois ans [18 mois selon d’autres sources] durant dans les prisons castristes. Ce sont des documents authentiques, écrits de la main du prisonnier Valladarès lui-même.Il nous explique comment on torture, et comment on fait de la dissection sur des êtres humains (sic) à Cuba. Il nous dit où cela a lieu précisément. C’est affolant quand même de lire ça. J’ai eu du mal à l’admettre. » dans Interview de Yves Montand (2). Non seulement Valladeres était un policier sous Batista mais il avait en 1960 accompli des attentats meurtriers contre la population cubaine, comment la gauche française s’est-elle trouvée embringuée dans la défense de ce « poète paralytique » qui est devenu à sa sortie un fonctionnaire des Etats-Unis ? Mystère, comme il s’avère mystérieux que les meilleurs propagandistes de ce genre de « causes » soient des journaux dits de gauche comme El païs et le Monde.

Ce qu’il y a de commun entre Valladarés et les nouveaux libérés est le fait que la plupart n’étaient pas journalistes, ils avaient simplement été intronisé par reporters sans frontières ou du moins son porte-voix lui-même financé par la CIA, lié étroitement à la mafia de Miami, Robert Ménard. Et celui d’entre eux qui avait un passé de journaliste et les qualités requises était en fait un agent des renseignements cubains qui a établi sur eux le dossier qui a permis de les juger pour accepter de l’argent en temps de guerre de l’ennemi. Il est clair que les pseudo-journalistes arrivés en Espagne vont devoir gagner leur pitance non par leurs qualités journalistiques mais en pratiquant la surenchère. Ils ont déjà commencé et ont déclaré qu’ils allaient continuer pour empêcher que l’Europe change de « position commune » celle défendue par Aznar.

Le prisonnier glisse au statut d’otage d’une dictature

Le cas Ingrid Betancourt, plus récent avait soulevé les masses. Il ne devrait y avoir rien de commun entre une campagne du type de celle pour la libération d’ingrid bétancourt et celles en faveur des « dissidents cubains », puisque dans ce cas il s’agissait d’une otage et pas d’un prisonnier après jugement en fonction de lois. On ne peut pas confondre ou on ne devrait pas confondre le cas d’otages ou l’arrestation de gens que l’on maintient en prison sans jugement ce qui est le cas des prisonniers nord-américains à Guantanamo et dans d’autres lieux avec celui de gens ayant été jugés en fonction de lois. Le cas des élargis cubains est celui d’espions financés par une puissance ennemie et il faut noter que le fond des campagnes de soutien à des « dissidents cubains » est que l’on va dénier ce jugement, en faire des sortes d’otages d’un gouvernement dictatorial, ce qui est totalement invraisemblable mais est destiné à brosser un portrait de l’Etat cubain délinquant et pas un Etat de droit. Alors que l’Etat de droit cubain est en fait victime des Etats-Unis qui lui imposent blocus et terrorisme en violation de toute légalité internationale. C’est pourquoi on peut noter le parallélisme du traitement des pseudo- dissident cubains et des otages à libérer dans les médias.

Ce qui rapproche le cas Ingrid Betancourt de celui des « prisonniers » est alors la manière dont les médias montent une « héroïne » en grand danger, nous font pleurer sur son sort alors que les mêmes médias peuvent n’avoir pas un mot pour dénoncer le sort fait au cinq cubains. Ce déni peut atteindre des sommets quand lors de la Conférence de presse des septs « dissidents » libérés, Normando Hernández particulièrement prolixe sur l’atrocité des prisons cubaines s’est plaint du fait que les prisonniers étaient enfermés loin de leurs lieux d’origine, ce qui rendait difficile la visite de leurs proches, ceux qui ont rapporté de tels propos n’ont pas eu un mot non seulement pour les prisonniers de Guantanamo, mais même sur les 5 Cubains et aux visas d’entrée sur le territoire nord-américain qui est refusé à leurs familles. Aller de la havane à Santiago même si l’on prend deux points extrêmes de l’île est tout de même moins difficile, mais personne n’a songé à rapprocher les cas. Parce que le fond est que tout repose sur la définition a priori de qui est « démocrate » donc légal et qui ne l’est pas. Les Etats-Unis , la Colombie sont des démocraties, Cuba est délinquant a priori.

Un élément important de la dramatisation des « prisonniers cubains » est que bien que relevant d’un système légal où il n’y pas de torture ni mise en danger de la vie, il faut en faire des otages sur lequel on laisse planer l’inconnu de leur traitement… ce qui n’est jamais dit est que le dit prisonnier est soit un simple droit commun comme dans le cas de Zapata, ou quelqu’un qui a accepté de l’argent de la puissance qui organise blocus et terrorisme contre son pays. Nous avons exécuté Mata Hari pour moins que ça… Donc le flou angoissant qui plane sur le sort de l’individu fait partie du scénario…

La manipulation ne date pas d’aujourd’hui, on l’a vu pour Valladares, mais en ce qui concerne Ingrid Bétancourt, on nous l’annonçait à l’article de la mort, des photos la montrant à l’agonie étaient publiées partout, on avait vu sortir une rondelette personne en pleine forme, et il faut également souligner qu’après une telle publicité, l’intéressée paraît condamnée à en rajouter ne serait-ce que pour bénéficier d’avantages financiers. Ainsi récemment à la stupéfaction de tout le monde elle a exigé des dommages intérêts de l’Etat colombien pour ne pas avoir été protégée alors qu’elle était candidate à la présidence et que pour assurer sa publicité elle s’était rendue dans la zone des FARC, ce qui a été vécu avec quelques indignations quand on se souvient du coût financier et surtout humain de sa libération avec en particulier l’assassinat en territoire équatorien de ceux qui avec le commandant Reyes négociaient sa libération.

parce que le problème est non pas seulement de dénoncer le malheureux sort de l’otage (sic pour les élargis cubains) mais à travers son cas brosser l’image d’un Etat voyou méritant sur le fond les traitements les plus iniques qu’on lui réserve. CQFD les véritables criminels sont blanchis et la véritable injustice est acceptée. Il est vrai qu’il est difficile de faire mieux dans le genre avilissant que ce qu’ont réalisé les marines à Abu Grhaib, où rien ne vaut un bon bain de merde pour se régénérer, par quel miracle ceux qui sont capables de ça, ont-ils un quelconque droit à lancer des campagnes sur les prisons cubaines, pourtant les faits sont là….

Un buen baño de mierda a los prisioneros de Abu Ghraib es lo que utilizan los marines para enseñar democracia en Iraq.

Oui, voilà pourquoi la presse est muette…

Il n’empêche le prisonnier politique héroïque que fabriquent les médias est souvent bien décevant, et les nouveaux « prisonniers dissidents » cubains, héros de nos médias visiblement font partie de cette tradition des enquiquineurs ingrats si on en croit la presse espagnole.

Danielle Bleitrach

(1) je suis incapable de traduire ce terme

(2)http://agora.qc.ca/reftext.nsf/Documents/Montand


Moyenne des avis sur cet article :  4.5/5   (48 votes)




Réagissez à l'article

132 réactions à cet article    


  • anty 20 juillet 2010 13:38

    Cuba est l’exemple d’une île convoitée par une clique fasciste et réactionnaire qui a son quartier général à Miami ( Floride- USA ).

    Et dans ce cas là tu peux me croire le fameux« fasciste » vont gagner .
    Je tiens le pari
    Ce n’est plus qu’une question de temps...


  • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 juillet 2010 16:13

    Ce sont les "gusanos’ troisième génération. Moins riches, mais plus bêtes que ceux de la première. Cela dit, oui, bien sûr, Fidel va mourir et oui, bien sûr, les Cubains de Miami vont revenir a Habana, bourrés de fric, pour remettre l’injustice en selle… Cuba sera un état des USA au plus vite et ce sera la passe immobilière du siècle… 



    Pierre JC Allard



  • Peachy Carnehan Peachy Carnehan 20 juillet 2010 22:54

    Avant sa révolution Cuba était le bordel et le casino des Etats-Unis. On y trouvait essentiellement des mafieux, des croupiers et des putes. Tout ce joli monde bossait pour les gros touristes américains qui venaient s’offrir le cul de gamines et de gamins déscolarisés en sous-nutrition.

    Soixante ans plus tard Cuba est classé à égalité avec les Etats-Unis dans le classement OMS de la santé (Lien), et même devant dans le classement UNESCO de l’éducation (Lien). 

    Moralité, il ne faut jamais croire sur parole la CIA et les médias US. Quant aux gangsters exilés cubains bling bling qui attendent leur heure en Floride, ils risqueraient bien de renvoyer l’île à l’âge de pierre (ou à celle du néolibéralisme, ce qui est la même chose). 

  • asterix asterix 20 juillet 2010 12:00

    Vous imaginez-vous un seul instant que Fidel les aurait fait libérer s’il n’avait pas eu les moyens de les discréditer aux yeux de l’opinion ? Soit il a dû leur dire : vous êtes sept et les autres suivront si... Soit il dispose de moyens de pression sur le reste de la famille qui ne pourra jamais quitter Cuba. Premiers expulsés, des gens qui ne veulent que rejoindre Miami, l’Espagne ne les intéresse pas, c’est clair et net.
    Encore une fois, Fidel gagne la guerre de l’opinion ! Un génie du mal.


    • danielle bleitrach danielle bleitrach 20 juillet 2010 13:44

      je vous signale que leurs familles sont avec eux, que l’accord stipule que si eux devront pour revenir faire une demande, il n’en sera pas de même de leur famille qui reviendra à Cuba quand elle veut. l’accord stipule en outre qu’ils conservent tous leurs droits et leurs bien à Cuba (les Cubains sont dans leur grande majorité propriétaires de leur maison).

      Quant à Fidel génie du mal ? Pourquoi parce que depuis plus de quarante ans il fait face à l’empire le plus puissant  ? parce que son île a un meilleur système de santé et d’éducation (malgré le blocus) que celui des Etats-Unis ? Parce qu’il s’impose à son peuple ? la preuve est faite d’une chose : quand un peuple ne soutient plus le socialisme celui-ci s’effondre... Donc si Cuba à 150 Km des Etats-Unis tient ce doit être parce que le peuple le veut... Autre preuve, chaque Cubain fait constamment des exercices militaires, il sait en cas d’invasion ce qu’il a à faire et où prendre les armes, il serait facile de les prendre contre les dirigeants. Enfin, il suffit de voir comment Fidel est acclamé par les gens qui se rassemblent spontanément quand ils savent qu’il est quelque part et l’entourent amicalement, rien à voir avec la troupe autour de Sarkozy...
      Fidel Génie certes honnêtement même ses adversaires le reconnaissent, vu la bande de nullards nocifs que nous avons sous nos climats un génie ne serait pas de trop.. ;

      Danielle bleitrach


    • Jean-paul 20 juillet 2010 15:20

      @l’auteur pro Castro qui certainemant n’a jamais mis les pieds a Cuba .
      Pour les discours de Fidel les Cubains etaient obliges d’aller sur la place de la revolution sinon ils etaient traites d’antisocial et pouvaient perdre leur travail .


    • danielle bleitrach danielle bleitrach 20 juillet 2010 15:37

      non seulement l’auteur ne cesse de mettre les pieds à Cuba mais il vit aux côtés des Cubains, dans les cités populaires comme San Agustin où chez ma copine Carmen qui est fauchée, quand j’arrive je lui demande « ça va », elle me répond : « plus ou moins mais Bush est aux Etats-Unis et pas chez nous ! » Elle est un peu anarxhiste et elle refuse d’aller aux grandes réunions sur la place de la révolution et même aux réunions du quartier, elle fout dehors celui qui vient lui répandre de la fumée anti-moustique en lui disant : « ma maison est propre, tu ferais mieux de t’occuper des poubelles qui n’ont pas été relevées depuis trois jours ! » mais dans le même temps un soir nous rentrions par la cinquième avenue, un homme a arrêté la circulation qui était nulle, et Carmen m’a dit « Fidel est là ! », effectiveemnt quelques minutes après j’ai vu passer une ambulance, deux mercédes noires dans lesquelles il y avait deux silhouette de Fidel (le tout parce qu’il y a eu six cent attentats fomentés par les Etats-unis contre lui. J’ai dit à Carmen : « mais comment tu savais que Fidel allait passer , elle m’a regardé dans les yeux et m’a dit »je suis cubaine, je sens quand Fidel est là !« ...
      J’ai fait toute l’ile de long en large, y compris Guantanamo, et partout j’ai retrouvé ce que décrit Alain Girard : un peuple magnifique, dénué de chauvinisme anti-américain mais prêt à se battre jusqu’au bout. Comme me le disait un coupeur de cannes à sucre descendu de sa machine mais ayant la machette aux côtés : »pour eux comme pour nous il vaut mieux que les yankees ne viennent pas, mais si ils viennent nous les attendons".. ;
      Ce peuple est fabuleux, d’une dignité, d’une chaleur humaine incroyable, d’un haut niveau culturel... Je dis toujours quand on connaît Cuba toute sa vie on a Cuba comme une écharde dans le coeur... Parce que ce peuple est fier, dis ce qu’il pense... Il est tout sauf la bande d’esclaves résignés, abruttis tremblant de peur devant un méchant dictateur... Amllons donc quel pouvoir tiendrait à 150 km du pire ennemi qui se puisse imaginer, comme le dit son héros de l’indépendance (au XIXe siècle) José marti : tranchées d’idées vaut mieux que mur de pierre...
      Danielle Bleitrach


    • Jean-paul 20 juillet 2010 16:06

      L’auteur est pro castro .On croirait lire le journal granma .


    • Massaliote 20 juillet 2010 16:45

      «  »je suis cubaine, je sens quand Fidel est là !"... smiley smiley smiley C’est aussi grandiose qu’un discours de Sarkozy ! Une chose est sure le ridicule ne tue pas ! Longue vie à l’auteur, Morice, notre grand absent, est avantageusement remplacé. Surtout n’hésitez pas à nous en sortir d’aussi bonnes. smiley smiley smiley


    • le naif le naif 20 juillet 2010 16:50

      @ Jean-paul 

      L’auteur est pro castro .On croirait lire le journal granma .

      Le fait de rappeler quelques évidences comme l’embargo injustifié dont souffre Cuba depuis 50 ans ( ils ne veulent pas la bombe atomique, ils n’ont pas menacé d’envahir les USA ou de rayer Israël de la carte que je sache) De plus pour une soit-disant dictature, il est tout de même surprenant d’y trouver un taux d’alphabétisation supérieur au notre et une médecine de pointe..

      En fait, ce n’est pas le manque de démocratie qui gène les détracteurs de Cuba ( pas plus que la junte Birmane ne les préoccupe ou le sort actuel des Haïtiens), c’est l’expérience menée par Castro qui n’a pas échouée malgré le fait que les américains ont tout essayé pour saper et discréditer le régime cubain sans y parvenir, jusqu’à, installer le camps de Guantanamo et on ose parler des prisons cubaines et d’atteinte aux droits de l’homme..... De qui se moque t-on ???

      Balayons devant notre porte et laissons les Cubains s’occuper des affaires cubaines en demandant la levée de l’embargo.

      PS : Ce qui m’inquiète le plus pour eux aujourd’hui, ce sont les conséquence de la marée noire dont ils seront les premiers touchés...


    • Heil Cartman Heil Cartman 20 juillet 2010 17:41

      @Jean Paul

      Ah ouais okay, a part vous en prendre à l’auteur vous n’avez en fait aucun argument.

      C’est moche d’être un troll.


    • ELCHETORIX 20 juillet 2010 12:06

      Viva CUBA
      hASTA LA VICTORIA SIEMPRE
      EL FACISMA NO PASARA !
      De nos jours et depuis longtemps l’EMPIRE , comprenons les « élites » financières , les politiciens conservateurs et sionistes , leurs multinationales de l’armement et de l’énergie sans oublier l’agro-alimentaire , et l’industrie pharmaceutique des USA de l ’ UE , de la GB et d’ ISRAEL asservissent les peuples de la planète pour leurs plus grand profits .
      Heureusement des nations résistent , celles du BRIC , l’ IRAN , le VENEZUELA , le PEROU et CUBA , puis le plus grand nombre des citoyens des nations « occidentales » , comme l’UE , et les pays d’ASIE et ailleurs .
      Mais la propagande fait rage et la désinformation des médias continue de plus belle , heureusement qu’il y a des contre-infos sur le WEB .
      Résistance est le maître mot , encore faut-il que les citoyens se rendent compte de cette manipulation éhontée faite par les politiciens corrompus et démagogues !
      RA .


      • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 12:41

        Je te rassure , on s’en rend compte......viva Chavez !!


      • ELCHETORIX 20 juillet 2010 13:05

        oui toi , et ceux qui surfent sur le web , mais la majorité des citoyens-lambdas , accablés par leurs soucis quotidiens et manipulés par les médias télévisuels et écrits ne s’imaginent , ni ne veulent regarder la réalité en face , pour preuve , mon épouse qui me dit que je perds mon temps en essayant de voir la vérité des informations sur le web !
        RA .


      • le naif le naif 20 juillet 2010 13:11

        @ ELCHETORIX

        Je suis d’accord avec vous à la nuance près, qu’il n’y a pire aveugle que celui qui ne veut pas voir, le net est une source d’infos sans pareil, mais combien, utilisent réellement cet outil formidable à cet fin ???
        A l’époque du minitel 80% des connections concernait les sites de cul !!! je ne suis pas sur, que le % ait tellement changé, même sur AVOX lorsqu’on regarde le palmarès des sujets les plus lu, il y a de quoi être perplexe.....

        Cordialement


      • ELCHETORIX 20 juillet 2010 13:39

        oui ceux qui continuent à se gaver de pornos veulent dévier de la réalité , puis quand on en a vu un ou deux c’est toujours la même chose , le reél c’est mieux surtout en période d’été au bord de l’eau , il n’y a qu’à sortir du «  barratin » et assurer pour emballer de la femelle de tout âge et de toutes conditions sociales
        il y a même des couples dont le mari offre leur femme - de la décadence le la civilisation occidentale dans toute sa misérable « splendeur » - tiens cela me rappelle la chute de l’empire ROMAIN .
        A quand la chute de l’EMPIRE ultra-libéral et capitaliste financier ?
        RA.


      • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 14:43

        Même si beaucoup n’ont encore vraiment pris conscience de la réalité du monde actuel, ils se doutent forcément qu’on les manipule et qu’on leur ment, la confiance est brisée et la vérité fait son chemin exponentiellement et inexorablement , grâce au net justement, pas étonnant qu’on veuille le museler en le traitant de « fasciste », la peur change de camp......


      • Jean-paul 20 juillet 2010 15:22

        ELCHETORIX revolutionnaire marxiste en pantoufles devant son ordinateur vivant tranquillement en France ( attendant la retraite )qui lui non plus n’a jamais mis les pieds ni a Cuba ni aux USA .


      • foufouille foufouille 20 juillet 2010 15:30

        les usa sont grand
        dans certains coins ya plein de bidonvilles


      • ELCHETORIX 20 juillet 2010 16:03

        Jean-paul , l’immonde gringo , viens me le dire en face , tu es un lâche doublé d’une lopette !
        viens à Lyon , je t’attends , satrape adorateur de l’ultra-libéralime et son « paradis »
        infernal !
        Qu’en-sais-tu si je ne connais pas CUBA , pauvre personnage , encore une fois viens me dire en face tes litanies sans preuves ni références !
        cabron , tu n’es qu’un âne bâté de la pire espèce !
        Que le ciel et la terre te maudissent , infâme personnage !
        RA .


      • Jean-paul 20 juillet 2010 16:12

        @ELCHETORIX
        Facile de jouer au caid sur internet ,comme je le repete revolutionnaire marxiste en pantoufle ,Je sais que vous n’avez jamais mis les pieds a Cuba parce que vous l’avez dit vous meme dans d’autres articles .
        Au fait tout etranger en Amerique latine comme a Cuba est traite de gringo et comme vous etes francais .......


      • ELCHETORIX 20 juillet 2010 16:27

        Nn gringo , révolutionnaire tout court , tu verras dans les mois ou années qui viennent si je ne suis capable que de m’exprimer qu’au clavier , les ceusses de ton genre passeront de mauvais moments .
        La lutte contre l’impérialisme durera toujours , tant que cet EMPIRE ne sera pas détruit , puis je suis très disponible car jeune retraité et en pleine possession de mes moyens - dis-moi , Paolo , tu ne m’as pas répondu , que dis-tu de bavarder face à face , tu as peur , hein , ben tu as raison car si tu me tenais de tels propos , jamais tu ne retournerais tranquille chez-toi - pauvre personnage , tu es vide , le néant te distingue !
        RA .


      • Pierre JC Allard Pierre JC Allard 20 juillet 2010 16:29

        @ Elchetorix :


        Pourquoi perdre une minute a répondre à Jean Paul, qui n’a jamais écrit un article, n’a jamais soumis une description et en est a 1 800 commentaires de la même eau… ? Laissez les pigistes pro américains s’exprimer… Rien de mieux pour que tout le monde comprenne que même la propagande de ce pays est à bout de souffle…


         Pierre JC Allard



      • ELCHETORIX 20 juillet 2010 17:14

        bonjour P j c Allard
        bon , moi aussi je n’ai pas écris d’articles , à quoi bon - personne ne changera de conviction .
        Au contraire la désinformation et l’abrutissement général voulu par les « élites » ont l’air de marcher car il y a toujours autant sinon plus de réactionnaires donc de pro-impérialistes !
        puis cet énergumène m’indispose au plus haut point , mais vous avez raison la meilleure réponse à ses écrits si pauvres sera le mépris et l’indifférence !
        Merci , pour votre intervention .
        Cordialement .
        ra ;


      • Jean-paul 20 juillet 2010 19:23

        @Allard
        Par principe je defends la democratie en tant que francais ne dans un pays libre .
        Vous les goooooochistes vous choisissez de defendre la dictature castriste parcequ’elle est de gauche .
        Mais ce n’est pas vous qui subissez cette dictature .


      • Pyrathome pyralene 20 juillet 2010 20:25

        Mais ce n’est pas vous qui subissez cette dictature .....

        Quelle dictature à Cuba ?.....celle de ta propagande ?? non ! Cuba est libre, bien plus qu’en occident....
        nous , on subit tous les jours la dictature du marché....et celle-là est une réalité !!


      • phiconvers phiconvers 21 juillet 2010 03:25

        voyez, Allard, je vous avais traité de communiste dans un commentaire précédent sur un autre post. Votre défense du castrisme confirme mon accusation, il est proprement scandaleux de tenter de chercher une quelconque justification à un régime totalitaire sévissant depuis plus de 50 ans.


      • alain girard 20 juillet 2010 14:42

        Cuba socialiste et Fidel c’est un peu et même beaucoup une histoire qui demeure incompréhensible au commun des donneurs de leçons que sont, que nous sommes, nous les héritiers des « Lumières » dont pourtant quelques unes furent d’ardents défenseurs du droit à l’esclavage ce qui devrait nous amener à plus de circonspection.
        Pour être alléà Cuba lors du premeir Mai 2009 , celui du triomphe de la Révolution, je dis, j’affirme que pour comprendre Cuba et les cubains il est indispensable de faire pièce d’idées reçues mais également entretenues par des médias au service d’une classe dominante hostile au socialisme et si vous ignorez pourquoi, posez la question à Monsieur Woerth ou à Madame Bettencourt, eux le savent ce qu’ils risquent avec des Fidel...
        Donc j’ai vu à la Havane, un homme, un aficain qui dégustait son mojito à une terrase où nous buvions nous aussi un mojito. Cet homme était entouré de miltaires cubains, au masculin et au féminin, bardés de barettes, de hauts de très hauts de l’appareil militaire...
        J’ai vu ces militaires, au féminin comme au masculin produire les premiers pas puis les suivants d’une savoureuse salsa jouée ar un groupe à proximité.
        J’ai contemplé cet invité évident des cubains, se lever, danser, partager son plaisir non feint, j’ai lu une amitié profonde entre celles et ceux là.
        J’ai pris des photos, on ne sait jamais...
        le lendemain j’ai su, oui j’ai enfin su de qui il s’agissait.
        Des militaires cubains qui avaient combattu, armes à la main, l’Apartheid, qui avaient mis la raclée à la suprématie blancet et avaient ainsi de manière décisive vaincu le régime raciste d Prétoria et l’homme dans sa tenue d’africain, parce qu’africain n’était que le Ministre de la Défense nationale d’Afrique du Sud.
        Quel rapport avec Fidel, hé bien connaissez-vous beaucoup de pays où un homme de ce rang peut , au milieu de tous, danser, affirmer son plaisir, connaissez-vous un pays où des militaires ont poiur seules protection leurs lunettes de soleil et j’invite chacun d’entre nous à imaginer Morin ou Alliot Marie dansant la salsa à la Bastille ou ce qui vous sied au milieu du peuple de France, allez je devine votre incrédulité et vos sourires, il est vrai que MAM dansant cela relève du lèse Elysée.
        Me promenant avec mon tee-shirt du Che j’étais très surris de l’absence d’images de Fidel et une vendeuse de ces tee-shits m’a confié Fidel refuse de vendre son image, Fidel refuse de vendre son image cela pouvons-nous le concevoir quand ici Carla vend jusqu’au bout de ses seins.
        Lorsque après une embrouille entre un jeune cubain , moi-même et 3 policiers pas rigolos, je dialoguais en français avec ce jeune qui pardonnez-moi, s’exprimait dans une langue toute en qualitude, donc je lui expliquais que dans mon quartier il y a un truc qui se nomme Bac et qui est armée, il ne me croyait pas, vraiment pas, inconcevable pour lui, vraiment nous lui mentions mais quand je il me demandat si en France les jeunes étaient contrôés par la police, je ne pus que sourire puis me rappeler Malik Oussékine.
        Devant sa détestation de toute police j’interrogeais ce jeune en une question très simple et très claire« et si les américains venaient te libérer ? » il a tourné la teête vers moi comme si il avait un fou à ses côtés et me répondit« on les jetterait à la mer ».
        Penser à ces mots, voila la Révolution cubaine, celle d’un peuple exceptionnel et d’hommes d’exception.
        Le Che, Camillio, Raoul et Fidel pas un seul qui détiennent de compte en Suisse, pas un seul qui ait renoncé à son idéal de révolutionnaire y compris quand tout s’écroulait ailleurs.
        Un chirurgien, fils d’un dirigeant du parti communiste cubain, qui s’exprimait en un français qui , là encore, démontre que Victor Hogo est bien chez lui à la Havane, me confiait quand je lui demandais de manière très provocatrice : « tu es fils de dirigeant, tu peux tout avoir » il m’apporta
        une réponse similaire à celle de ce jeune cubain« si un communiste cubain est corrompu, si un dirigeant est failli, le peuple cubain est prêt à tout accepter poiur prix de sa liberté et de son indépendance, mais si nous le trahissons, il nous jettera à la mer »
        Voila une histoire d’un homme qui n’a jamais failli et d’un peuple qui le sait au plus profond de sa conscience collective.
        Alors quand des hommes se laissent acheter, car la critique est libre à Cubaa, comme CNN l’est tout autant au grand désespoir de mes oreilles d’ailleurs, pour peu que cette critique ne soit pas prononcé dans la langue de l’éternel envahisseur, par des mots dont Enola Gay sont si représentatifs.
        Nulle nation ne saurait accepter qu’une autre rémunère , organise, et blanchisse des poseurs de bombes comme c’est le cas dans l’Amérique de Bush et malheureusemtn d’Obama.
        Tentez d’imaginez si vous accepteriez qu’ l’Iran finance organise et pose des bombes dans notre pays. En bonne intelligence nous savons tous la réponse.
        Cuba socialiste a tenu bon, tout comme des centaines, oui des centaines de cubains ont combattu au sein des Brigades Internationales d’Espagne, Fidel est de cette veine, le peuple cubain est cette histoire qui en 1959 vit s’enfuir Battista l’e fils de pute de l’Oncle Sam.
        Aujourd’hui à Cuba tout un peuple sait lire, écrire et pas n’importe quoi, non, il écrit sa propre histoire, à son rhytme, que cela plaise ou non, mais permettez-moi d’en finir en pensant à ces 115 prisonniers d’une politique qui ont mis fin à leurs jours, c’est à Fresnes, à Loos et aux Baumettes.
        Alors notre pays qui rejoint peu à peu les pays tiers par un recul de civilisation sans précédent mérite toute notre attention et Cuba socialiste toute notre solidarité ou tout au moins, notre intelligence et notre respect.


        • Jean-paul 20 juillet 2010 15:28

          @alain Girard
          Je suppose ne parlant pas espagnol que vos vacances a Varadero et dans les rues de la Havane reservees aux touristes ont ete magnifiques .En plus arborant fierement le teeshirt du Che ( sans connaitre l’histoire )


        • oncle archibald 21 juillet 2010 09:27

          Ah que c’est beau ! on en pleurerait de joie !! Au paradis sur terre ils y sont déjà ... et d’ailleurs ils en ont tellement marre de cette belle vie qu’ils ne cherchent qu’une chose : se barrer ailleurs .... Des amis communistes et syndicalistes convaincus qui y sont allés il y a deux ans, pour visiter le paradis que vous décrivez, ne sont pas revenus avec les mêmes souvenirs que vous .. 

          Eux ils ont vu à la havane de la prostitution limite pédophile, de très jeunes et très jolies filles vivant avec de riches allemands pour faire vivre leur famille, des gens qui manquent quasiment de tout, ils sont tombés dans un gros piège quand on leur a proposé d’assiter à un mariage, en leur faisant payer « la tournée générale », et ils n’ont jamais pu avoir deux mots de conversation avec un autochtone sans qu’il y ait un « commisaire du peuple » pour les écouter ...

        • Massaliote 21 juillet 2010 11:47

          « Nulle nation ne saurait accepter qu’une autre rémunère , organise, et blanchisse des poseurs de bombes ». C’est pourtant ce qui se passe en France où les fellouzes obtiennent des pensions et où les merdias extasiés cirent les pompes d’Ighilhariz, la terroriste mythomane. Où Danielle Minne, poseuse de bombes qui a du sang sur les mains, titulaire d’une chaire à l’Université de Toulouse, dispose d’une chambre et d’un chauffeur au George V. Cher monsieur, il y a des terroristes et des assassins respectables, voyez vous. Il suffit qu’ils aient du sang français sur les mains.


        • Le péripate Le péripate 20 juillet 2010 14:49

          Ca a l’air tellement bien d’être emprisonné par les Farc ou par Fidel que je me demande s’il ne faudrait pas, après le terro-tourisme organisé par le Hamas, lancer un autre produit : passer quelques années dans les geôles communistes pour vous refaire une santé. Une cure themalo-communiste en quelque sorte.
          On n’arrête pas le progrès.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès