Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Dongria luttent contre l’entreprise Vedanta qui veut détruire (...)

Les Dongria luttent contre l’entreprise Vedanta qui veut détruire leur habitat millénaire pour du Bauxite

Les Dongria sont une tribu originelle d’Inde, ils vivent dans les forêts reculées d’Orissa au sud-est de l’Inde. Ce peuple d’Adivasi (premier en Inde) vit depuis des millénaires dans ses collines boisées riches en rivières. Le problème est que leurs collines sont aussi riches en Bauxite, minerai indispensable à la fabrication d’aluminium, ce qui a éveillé la convoitise de l’entreprise Vedanta. Depuis le combat entre le pot de terre et le pot de fer fait rage…

Dongria vient de dongar, un mot de la langue oriya parlée dans cette région, qui désigne les pentes des montagnes où vit ce peuple. Eux-mêmes préfèrent être appelés Jharnia, un mot de leur langue qui signifie “ceux qui vivent près des ruisseaux”. D’une manière générale, en Inde, on les désigne comme des Adivasi, ou “premiers habitants”. Il étaient plus de 400 groupes qui occupaient les différentes régions de l’Inde avant l’arrivée des populations indo-aryennes venues par le nord vers 1500 avant J.C. Ils sont environs 8000 à vivre paisiblement jusqu’à aujourd’hui. Les Dongria Kondh considèrent le sommet de la montagne comme sacré. C’est le siège de leur dieu Nyam raja, dont ils sont tous les descendants. C’est dire si la montagne est sacrée pour eux. “Les Kondh comprennent mieux que n’importe quel scientifique que la montagne est leur source de vie ». (pour plus d’informations sur ce peuple, voir ce site)

dongria1Malheureusement pour ce peuple, leur montagne est riche en bauxite, et l’entreprise Vedanta le sait. Cette entreprise est détenue par un milliardaire indien vivant à Londres. Cette entreprise veut creuser et exploiter une vaste complexe minier pour extraire de la bauxite des monts Niyamgiri, qui sont une montagne sacrée pour les Dongria Kondh. Ces derniers s’y sont opposés début 2008, au motif que la mine détruira à jamais une partie de leur territoire, notamment en asséchant ou dégradant deux fleuves importants et 36 rivières, mais surtout leur mode de vie. En 2008, de nombreux membres de la tribu ont manifesté leur opposition au projet et en juillet 2008, une partie de la tribu a bloqué une route traversant leur forêt vers la zone du projet de mine. En août 2008, La Cour Suprême indienne a confirmé le droit du propriétaire à exploiter la montagne sacrée. Les Dongria Kondh ont annoncé vouloir déposer une nouvelle plainte contre la mine à propos de la violation de leurs droits culturels et religieux. Jitu Jakesika, leur porte-parole a dit mi-2008 : « Si la compagnie détruit notre montagne et notre forêt pour son seul profit, nous serons transformés en mendiants. Nous donnerons nos vies pour notre montagne ». L’association Survival a estimé que la décision du tribunal était « un coup foudroyant porté non seulement aux Dongria Kondh, mais aussi à tous les peuples indigènes de l’Inde. Le droit international et la Constitution indienne sont piétinés pour le seul profit d’actionnaires lointains », ajoutant que « les Dongria Kondh ne renonceront pas à leur terre et que Survival continuera à soutenir leur mouvement de résistance ». Le 1er août 2008, le Président de Vedanta a annoncé qu’il n’exploiterait pas la mine sans l’accord de la cour suprême d’Inde, ni sans l’accord des Dongria eux-mêmes, mais Amnesty International dénonce des pressions et menaces exercées à l’encontre des membres de la tribu, de la part des porteurs locaux du projet.

dongriaLeur espoir n’est peut-être pas vain, en effet l’Inde a souvent prouvé que son peuple pouvait changer des décisions prises par de grands financiers. Des villageois regroupés peuvent se révéler plus puissants que de puissants conglomérats. Il n’est donc pas illusoire de supporter la lutte de ce peuple. Dans leur intérêt, mais aussi dans le notre puisque les Dongria représentent nos origines. Dans une époque où les humains prennent à nouveau conscience qu’on ne peut agir sans la nature il est bon de garder ces exemples efficaces de vie respectueuse. Bien sûr je ne suggère pas que nous vivions nus dans la foret (quoique) mais ce peuple est la preuve vivante de nos capacité à vivre de cette manière. De plus ces populations primaires indigènes sont en voie d’extinction dans le monde. Au même titre que pour nos animaux, il est important de ne pas détruire ce qui nous reste de naturel. Les peuples indigènes de notre planète sont notre richesse commune, bien plus que l’aluminium.

dongria5Soutenons leur action de lutte contre le grand capitalisme déhumanisé, soutenons les Dongria

source : LGV


livre à ce sujet : Histoire de l’Inde


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • fonzibrain fonzibrain 18 novembre 2009 15:03

    merci à l’auteur de nous faire part de ce drame.

    pauvres gens, on détruit ceux qui respectent encore notre planète.
    Espérons que la mobilisation populaire arrive à stopper ce carnage.


    • pigripi pigripi 18 novembre 2009 16:00

      Est-ce que l’entreprise Vedanta a un lien avec la secte du meme nom ? laquelle a un domaine dans la region parisienne, une sorte de boudhisme avec gourous qui rassemble de riches personnes ?


      • fourreau 19 novembre 2009 03:12

        un lien intéressant sur ce peuple ici


        • ASINUS 19 novembre 2009 11:22

          yep pauvres gens , anecdotiquement c est le pays de mowgli , kipling a situé le livre de la jungle dans les forets de l orissa

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON







Palmarès