Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les électeurs japonais plébiscitent les Abenomics

Les électeurs japonais plébiscitent les Abenomics

Les commentateurs un peu myopes avaient fait des prévisibles mauvaises statistiques des deux derniers trimestres un signe de l’échec de la politique de Shinzo Abe. Non seulement ces raisonnements sont à très courte vue, mais les électeurs japonais viennent de les remettre à leur place.

Plébiscite démocratique
 
Bien sûr, l’opposition ne semblait pas vraiment à même d’affronter les urnes face aux élections anticipées et le taux de participation est très faible, à 52%. Mais l’ampleur du succès du Premier Ministre japonais et de son parti, le PLD, représente un vrai triomphe démocratique. Le PLD ne passe tout simplement pas loin de son record du nombre de députés élus depuis sa création en 1955  ! Avec près de 290 élus sur 475 sièges, il conserve avec son allié la majorité des deux tiers qui lui permet de passer des lois malgré le désaccord du Sénat, qu’il domine de toutes les façons aujourd’hui.
 
Ce succès montre que les électeurs Japonais approuvent le retour du politique dans leur pays. Ce faisant, Abe fait encore mieux que Koizumi, l’autre Premier Ministre des dernières décennies qui avait montré à son pays qu’il est parfaitement encore possible de faire de la politique et que les dirigeants politiques peuvent ne pas se contenter de simplement faire de la gestion à la petite semaine, en affirmant souvent faussement que l’on ne pourrait pas faire autrement, alors qu’ils ne font que théoriser leur manque de volonté d’agir sur le fond. Merci donc aux électeurs Japonais pour ce message.
 
Pour une réussite économique

Bien sûr, le PIB Japonais a accusé une forte baisse au second trimestre (-1,9%) et a encore perdu 0,4% au troisième, mais il ne faut pas oublier qu’il avait progressé de 1,5% au premier et que l’année 2013 avait été largement positive. Déjà, cela relativise les nuages des derniers mois, provoqués par la forte hausse de la TVA, d’autant plus que la population du pays diminue, ce qui rend délicat toute comparaison avec d’autres pays. En outre, l’économie japonaise n’est pas sans faiblesse, comme sa démographie, et il serait illusoire de penser que la direction prise par Shinzo Abe est parfaite.

Néanmoins, faute est de constater que, comme Shinzo Abe le disait pendant sa campagne : « le taux de chômage a baissé, les salaires ont commencé à augmenter, pensez-vous qu’il faille que l’on arrête, ou faut-il continuer ? ». Pour la première fois, le pays semble enfin sortir de la déflation dans laquelle il était enfermée par le biais d’une politique volontariste et complète, jouant sur les leviers monétaires, budgétaires et fiscaux, tout en poussant les entreprises à changer de politique salariale. Et le Japon montre que l’on peut vivre avec une dette de 245% du PIB, quand on a maîtrise sa monnaie.
 
Le message envoyé par les électeurs Japonais est extrêmement positif. Il montre que les électeurs ont bien compris la pertinence de la politique menée par le Premier Ministre. Tout ceci montre qu’il faut avoir foi dans la démocratie, que tôt ou tard, un bon chef se présente et les citoyens le suivent.

Moyenne des avis sur cet article :  2.5/5   (8 votes)




Réagissez à l'article

1 réactions à cet article    


  • doslu doslu 17 décembre 2014 14:29

    Le Japon un pays de vieux gouverné par des cons
    bientôt le grand crash annoncé

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès