Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Etats-Désunis : plan mondialiste ?

Les Etats-Désunis : plan mondialiste ?

Une vingtaine d’états américains sur cinquante actuellement espèrent plus ou moins activement une sécession prochaine. L’Etat fédéral n’étant plus perçu que comme une maffia de banksters qui soigne ses propres intérêts, le citoyen cherche une solution adaptée. Le divorce !

L’indépendance (1) de 21 états initierait une balkanisation de la fédération. Ce qui aurait pour conséquence d’éviter de payer une dette internationale impayable et de garder les banksters au chaud de leurs multiples résidences offshore. Et surtout d’affaiblir une grande puissance belliqueuse dont les soldats sont utilisés à garder des puits de pétrole privés.

Cet éclatement voulu est-il une fatalité, l’aboutissement logique de la déraison humaine ? Est-ce un énième complot des mondialistes, le dernier peut-être ? Une minorité sans frontières y trouverait peut-être avantage, vaguant d’un désert à l’autre, en quête d’éternels troupeaux. Peut-elle cependant vivre d’autre chose que de la prospérité des nations ? Si cette prospérité ne trouve plus les moyens d’exister, si les nations se désintègrent les unes après les autres, de quel pis les nantis, les comploteurs, les profiteurs tireront-ils le lait de l’abondance ?

La carte des Etats-Unis expose en vert les états qui pour l’instant du moins ne s’opposent pas à leur maintien dans la fédération, en rouge sombre les états qui ont entrepris des démarches légales pour leur indépendance, droit que leur accorde la constitution (2) ; en rouge clair les états qui étudient la possibilité de les imiter sans avoir encore agi en ce sens. Le Texas, coloré en rose, est un cas à part. Il a toujours été indépendant dans sa façon de réagir mais ne figure pas dans les états sécessionnistes. Agricole et pétrolier, stratégiquement situé plein sud, cet état craint peut-être plus ou moins consciemment une annexion mexicaine de revanche. Le plus probable c’est que sa classe politique est aux ordres de Washington et ne bougera pas, au moins pour le moment.

Il n’y a pas que les Américains, réels ou cosmopolites, pour désirer une certaine atomisation de l’Amérique. Le professeur russe Panarin pense quant à lui que les Etats-Unis se retrouveront en 2010 explosés en six blocs délimités par leurs fractures ethniques et économiques. Agé de 50 ans, il est loin d’être un personnage en marge. Invité fréquent des réceptions du Kremlin, auteur de plusieurs ouvrages, ancien agent du KGB, il chapeaute l’académie russe des futurs diplomates. Les médias américains le considèrent comme un expert des relations russo-états-uniennes.

"J’estime à 55 sur cent les chances d’une désintégration de la fédération américaine, dit-il. "On pourrait ’en réjouir, ajoute-t-il pince sans rire. Mais raisonnablement, ce n’est pas le meilleur scénario - pour la Russie bien sûr ; laquelle augmenterait sa puissance au niveau mondial mais souffrirait économiquement du fait de sa dépendance au dollar et au commerce avec les Etats-Unis."

D’après Mr. Panarin, l’immigration de masse, le déclin économique, la dégradation morale sont destinés à aboutir en guerre civile l’an prochain, ce qui achèvera le dollar. Vers juin 2010 les USA se seront désintégrés en six blocs dont l’Alaska, qui reviendra dans le giron russe. Le professeur garde dans son bureau une image satellite du détroit de Béring qui sépare de la Russie cette froide et riche région, autrefois possession du tsar.

"Il serait rationnel que la Russie fasse valoir ses droits sur l’Alaska, longtemps partie de l’empire russe" dit-il en souriant à peine.(3)

Il découpe à son gré "l’apple pie" américain en cinq autres morceaux inégaux. La Californie est ainsi appelée à former le noyau de ce qu’il a baptisé la "République de Californie" qu’il imagine sous influence chinoise. Le Texas deviendra le coeur de la "République du Texas" un ensemble d’états qu’il voit carrément mexicains ou colonisés par ce pays voisin. Alors que l’état et la ville de Washington, ainsi que New York formeront l’axe d’une "Amérique Atlantique" qui pourrait rejoindre l’Union Européenne, le Canada s’emparera d’un groupe d’états du nord que le professeur nomme la "République du Centre-Nord Américain" . Quant à Hawaï, cet archipel deviendra un protectorat du Japon ou de la Chine. Exit la fédération.

Pour d’autres analystes toutefois, ce qui détruit l’Amérique mieux encore que l’invasion de populations totalement étrangères à son substrat ethnico-culturel, c’est le FMI, la banque mondiale, Wall Street : en bref, le pillage des banksters, les opérations pyramidales et la mise à feu du système traditionnel de gestion "en bon père de famille". Les USA expérimentent de ce fait une faiblesse généralisée, du type de celle qui en a fini avec l’URSS. Le Wall Street Journal ne l’admettra pas ouvertement, mais d’autres analystes l’évoquent de plus en plus, à mots de moins en moins couverts. Pour eux, la "crise financière globale ” et l’instabilité au Moyen Orient ne sont que des jalons en attendant le gouvernement mondial. Et ce plan à l’insu des populations invitées à le soutenir sans explication, ne date pas de l’élection de Barack Obama, il lui est bien antérieur. (4)

La responsabilité populaire dans la décadence généralisée de l’Amérique est sans doute bien moindre que les attaques qu’elle subit par le viol récurrent de la charte de ses droits fondamentaux, inscrite dans la constitution. Les individus ignorent de plus en plus souvent l’existence et la formulation de ces droits (5) élémentaires, particulièrement le 10e amendement. Celui-ci a été ratifié dans la Charte le 15 Décembre 1791. Il établit que les pouvoirs qui n’ont pas été accordés par les assemblées constituantes des états (et non par la somme des bulletins de vote de tous les électeurs) au gouvernement fédéral et qui ne leur ont pas été interdits, sont réservés aux états et au peuple. Ni le président ni le Congrès ne peuvent s’y opposer. Ils ont prévus par la constitution qui a pour fonction de les maintenir sous surveillance, comme des serviteurs du peuple. Il faut bien retenir qu’aux Etats-Unis, un soldat ou un fonctionnaire ne jurent pas fidélité ni obéissance au président, mais bien à la Constitution. Originellement, ce sont les délégués des assemblées constituantes des états qui décident ; jamais le suffrage universel, parfait pour noyer la véritable souveraineté populaire sous le clientélisme.

En voici la formulation officielle dans le texte original :

“Each state retains its sovereignty, freedom, and independence, and every power, jurisdiction, and right, which is not by this Confederation expressly delegated to the United States, in Congress assembled.”

Les mondialistes de toute tendance, du rouge vif au bleu UE, semblent se lécher les babines à la perspective d’un éclatement de la grande puissance à crédit et en souffrance :

“Nous devons utiliser la crise, disent-ils à l’instar de Luiz Inácio Lula da Silva le président brésilien, pour corriger ce qui n’allait pas avant cette crise et renforcer les corps multilatéraux. Dans un monde globalisé, nous aurons besoin de forums sérieux et représentatifs pour prendre les décisions globales.” (6)

Pour les raisons opposées, bon nombre de citoyens souhaitent eux aussi la séparation d’avec un état fédéral rapace et non fiable.On a donc une volonté de sécession qui rassemble dans une alliance contre nature les plus cyniques des mondialistes et des citoyens justement outragés par le degré de corruption et d’insolence de la ploutocratie aux commandes appelée "gouvernement fédéral".

"Les Etats devraient faire sécession, suggère Glenn Beck, pour protester contre les renflouements aux banques. C’est notre droit constitutionnel de faire sécession si le gouvernement ne se préoccupe plus des intérêts du peuple." (7)

"Restons entre gens de bonne compagnie, s’écrie le citoyen en renfort. Une terre, un peuple ! Je veux vivre avec ceux qui me ressemblent, et avec lesquels je pourrai ré-organiser la vie économique, politique, culturelle et sociale voire religieuse de mon nouveau pays à échelle humaine et contrôlable. Et ce, conformément à la constitution de la charte de cet Etat qui est le mien."

Noble but auquel l’état fédéral répond par un redécoupage qui l’arrange : le territoire cohérent, homogène, où on parle la même langue et partage la même constitution, devient une fois pillé donc ingérable, la proie de puissances étrangères. Objectif du ploutocrate ; conserver ses profits indus et morceler le contrôle populaire de ses activités. Quand éclate aux yeux de tous la preuve qu’elles sont délictueuses, l’escroc sait qu’un Etat fort et sain réagira. Il lui importe que cet Etat ne soit pas fort. Pour cela, on en fera une mosaïque de provinces dont le ploutocrate encouragera la rivalité génératrice de conflits

Des provinces avec gouverneur qui se ré-organiseront tant bien que mal, dépourvus d’armée redoutable. Alors seulement, échappant au feu du combat et à la punition du bankster, l’escroc se faufilera entre les feux croisés vers ses édens offshore.

Ce n’est pas, j’imagine, ce que désirent les Américains parmi ceux qui aiment encore leur liberté et chérissent le souvenir du Far West. Dire au Texan qu’il va devenir mexicain en 2010, lui qui se souvient encore de Palo Alto et du général Santa Anna ! On risque un bon coup de lasso. Ou au Californien, devenu à 50% latino, qu’il lui faudra s’exprimer en chinois pour obtenir un moyen d’existence, ça paraît surréaliste.

Quant aux états de la côte Est avalés dans cette union européenne de plus en plus obèse et malade, ah quelle perspective ! un Politburo de quinze ronds-de-cuir décideront désormais de leurs destinées. Des Sarkozy et des Merkel en représentation leur renverront d’eux une image atterrante, minuscule ou en surpoids. Les seuls dans le schéma qui pourraient s’estimer ni lésés ni chanceux, seraient les états du centre-nord : devenus canadiens, ils ne verront pas trop la différence. L’Alaska s’adapterait-il dans sa glaciale indifférence à l’annexion ou au retour à la nouvelle puissance montante ?

Croyons quant à nous à un sursaut du peuple américain. S’il maigrit dans les privations, on ne pleurera guère, il y puisera une énergie nouvelle. S’il n’a plus les moyens d’entretenir ses base militaires, on fera avec cette nouvelle donne internationale, à condition bien sûr de ne pas remplacer ses soldats par les nôtres. Car si ce projet-là se concocte à haut niveau sur talonnettes et morinades, il nous incombe à nous Français d’appuyer de notre mieux Aymeric Chauprade dans le procès qu’il fait aux autorités pour soumission à des intérêts étrangers. Nous avons une constitution, nous aussi, même tiraillée, déchirée, ignorée, recopiée à la sauce ploutocratique.

Si l’Amérique est menacée d’implosion territoriale pour cause de direction bankstérique, il est hors de question que nous devenions le continent de substitution, à son tour exploitable jusqu’à la désintégration. C’est ce qu’il faut bien dire à ceux qui nous "gouvernent".
 

RÉFÉRENCES

(1) L’article de Prison Planet présente la possibilité de sécession des états nord-américains.

(2) Pour mieux comprendre la constitution américaine Gary Alder en explique les 15 principes.

(3) Igor Panarin prédit l’éclatement des Etats-Unis en 2010.

(4) Les Hommes politiques dans l’histoire des Etats-Unis qui ont détruit la constitution, selon Di Lorenzo.

(5) Les 5 principes fondamentaux de la constitution ignorés par les Américains.

(6) Un nouvel ordre mondial émerge, gommant la prééminence euro-américaine, selon les mondialistes.

(7) Glenn Beck suggère que les Etats devraient faire sécession pour protester contre les renflouements aux banques.

(8) Des législateurs et avocats du New Hampshire expliquent que les projets d’Obama videraient la constitution de son sens.

(9)L’Acte de Sécession de la Géorgie en 1861


Moyenne des avis sur cet article :  3.76/5   (55 votes)




Réagissez à l'article

60 réactions à cet article    


  • foufouille foufouille 14 février 2009 11:05

    hypothese qui oublient que les talibanquiers sont dans tous les pays


    • John Lloyds John Lloyds 14 février 2009 11:45

      Excellent article, la désintégration des US en 2010 est une prévision que j’avais déjà lue, et elle me semble très bonne. Le non-paiement de la dette est aussi une des deux hypothèses évoquées, l’autre état l’hyperinflation. Nous assistons tous les jours à la rapide chute des US, le gros souci étant que le monde sera entraïné avec eux.


      • non666 non666 14 février 2009 19:41

        Franchement, c’est une hypothèse qui me ferait encore plus chier que les autres.

        Cela signifierait que les etats unis , eux aussi, font parti des victimes du grand complot et que les coupables ne serait "aque" des groupes d’interets privés qui préparent lère des "Corpos".


      • appoline appoline 15 février 2009 13:23

        @ Dalamix,
        Cela n’a rien de la science-fiction, les démarches ont déjà commencé, apparemment. Que croyez-vous, que votre petit confort va pouvoir perdurer ? Monsieur est un grand comique. Aux USA, les gens ont faim, n’arrivent plus à se loger, pensez-vous que cette situation va continuer ainsi ? Non, les américains vont descendre dans la rue, c’est ce qui se produit quand le peuple se rebelle.
        Alors, gambergez un peu, vous avez encore quelques mois pour le faire ; plus, m’étonnerais beaucoup.


      • lisca lisca 17 février 2009 17:17

        "Franchement, c’est une hypothèse qui me ferait encore plus chier que les autres. Cela signifierait que les Etats Unis, eux aussi, font partie des victimes du grand complot et que les coupables ne seraient "que" des groupes d’intérêts privés qui préparent la lère des "Corpos"."
        Oui c’est vrai, ça pose le problème de la responsabilité des peuples dans leurs gouvernements pourris. S’ils sont coupables, nous aussi avec notre U-Euh. S’ils se battent contre ce gouv, ils se sauvent.
        Moi j’aime bien une certaine Amérique, dixieland, la country, les truthers contre les détrousseurs. Elle existe encore, dispersée. Espérons qu’elle se manifeste, pour que eux et nous ne devenions pas la Chine, le Mexique, Haïti ou quoi que ce soit d’autre que nous-mêmes.


      • idoric 14 février 2009 12:38

        > « en rouge sombre les états qui ont entrepris des démarches légales pour leur indépendance »

        Serait-il possible d’avoir des précisions sur ce point qui sous-tend l’intérêt à porter à l’ensemble de la thèse ?

        Déjà, quelles sources accessibles viennent appuyer les couleurs de la carte ? (1)

        Est-ce nouveau ou est-ce qu’en fait il est déjà arrivé par le passé que certains états brandissent cette menace dans les périodes sombres ? Peut-être n’ont-ils jamais été aussi loin dans les démarches ? Est-ce une volonté au sommet des états concernés ou est-ce que le quidam moyen est au courant et pour ? En particulier, j’ose présumer qu’au moment fatidique il faudra leur demander officiellement leur avis ?

        J’espère ne pas effrayer l’auteur par le trop enthousiaste intérêt que je porte à son article ;)

        (1)Ça fait bien longtemps que je n’en suis plus à me dire « mais si c’est vrai on en aurait parlé à la télé », et encore moins « c’est trop gros, c’est forcément faux », mon opinion n’est tout simplement pas encore faite quant à la véracité de ce fait que je découvre mais qui serait alors essentiel.


        • lisca lisca 14 février 2009 14:15

          Voici en lien les déclarations d’indépendance intreprises par les états cités. Pour le Vermont, j’ignore si l’indépendance a été demandée formellement.
          L’indépendance du Vermont ressemble plutôt à une annexion canadienne, a priori. Cet état est trop petit pour s’ebn tirer.
          Je me suis beaucoup appuyée sur l’article de prisonplanet cité dans les sources, qui renvoie à de nombreux liens.
          1. Washington, http://apps.leg.wa.gov/billinfo/summary.aspx?year=2009&bill=4009
          2. New Hampshire, http://www.gencourt.state.nh.us/legislation/2009/HCR0006.html
          3. Arizona, http://www.azleg.gov/FormatDocument.asp?inDoc=/legtext/49leg/1r/bills/hcr2024p.htm
          4. Montana, href="http://data.opi.mt.gov/bills/2009/billhtml/HB0246.htm
          5. Michigan, http://www.legislature.mi.gov/(S(edazml45sgk1qp55cgnt0tvo))/mileg.aspx ?page=GetObject&objectname=2009-HCR-0004
          6. Missouri, http://www.house.mo.gov/content.aspx?info=/bills091/bills/HR212.HTM
          7. Oklahoma, http://axiomamuse.wordpress.com/2009/01/07/state-legislator-charles-key-wants-to-limit-federal-power/
          8. California, http://www.leginfo.ca.gov/pub/93-94/bill/sen/sb_0001-0050/sjr_44_bill_940829_chaptered
          9. Georgia, http://www.legis.state.ga.us/legis/1995_96/leg/fulltext/sr308.htm


        • Fergus fergus 14 février 2009 12:51

          Le plus drôle est que cette balkanisation des USA serait facilitée par les réflexes d’égoisme nés de l’économie de marché à l’américaine et exacerbés, tant au niveau des individus qu’à celui des états, par le libéralisme sauvage de ces dernières années. D’une certaine manière manière ce phénomène, s’il voit le jour (et ce n’est pas totalement absurde) relèverait de l’implosion.


          • lisca lisca 14 février 2009 22:30

            Oui, mais le gouvernement fédéral des Etats-Unis affaiblis dispose d’une force répressive considérable.
            La déclaration d’indépendance des états semble relever d’une fronde contre le gouvernement fédéral qui n’observe plus la constitution et est donc considéré comme « nul et non avenu ». Mais comme la force armée reste dans les mains de l’état fédéral, qui semble s’affirmer soviétoïde, dépensier et ami des banquiers en faillite, les frondes des états seront soit douloureuses, soit vouées à léchec et laminées par la globalisation tiers-mondisante. J’ai traduit des extraits de la déclaration d’indépendance (relative, et connue sous le nom de HCR006) du New Hampshire, que voici et qui pourrait bien rester lettre morte, faute de moyens militaires. C’est cependant une sorte d’appel au soulèvement.

            HCR006

            ÉTAT DU NEW HAMPSHIRE

            En l’an de grâce 2009

            Une Résolution affirmant les droits de l’Etat, basée sur les principes de Jefferson

            La Constitution, Part. 1, article 7 déclare que le peuple de cet état a le droit exclusif et unique de se gouverner en tant qu’état souverain, libre et indépendant ; que le New Hampshire met ce droit en application et que désormais il l’exercera, par tout pouvoir, toute juridiction et tout privilège pertinents qui ne sont pas et ne peuvent être désormais expressément délégués aux Etats-Unis d’Amérique assemblés en Congrès.

            La Constitution, Part. 2, article 1 déclare que les habitants vivant sur le territoire anciennement appelé PROVINCE du New Hampshire se sont mis d’accord solennellement pour se constituer en corps politique libre, souverain et indépendant, ou ETAT, nommé New Hampshire

            Les différents états qui composent les USA ne sont pas unis sur le principe de soumission illimitée au Gouvernement Général mais à la Constitution (…) Chaque fois que le Gouvernement Général assume des pouvoirs qui ne lui ont pas été délégués son autorité devient nulle et sans force (…)

            La Constitution des Etats-Unis a délégué au Congrès les pouvoirs de punir la trahison , la contrefaçon monétaire, la fraude, le piratage et la félonie commis en haute mer, les offenses contre la loi des nations, l’esclavage ; le Congrès n’a pas d’autres pouvoirs délégués. Les autres pouvoirs sont le privilège des états agissant sur leurs territoires respectifs.

            Les états retiennent pour eux-mêmes le droit de juger des limites de la liberté de parole et de presse permissibles sans enfreindre les droits d’expression nécessaires (…) Par conséquent, tout acte du congrès qui limite la liberté de religion, de parole, de publication n’a pas force de loi.

            Le droit constitutionnel exercé par le Gouvernement Général de “lever et collecter les impôts, de payer les dettes, faire respecter la loi, et de pourvoir à la défense et au bien-être du peuple américain” ne l’autorise pas à faire tout ce qu’il veut.

            Le jugement des calomnies, déclarations mensongères et de la diffamation, de même que de l’hérésie et de la fausse religion n’entre pas dans les attributions des tribunaux fédéraux. Le tribunal de l’état est le seul compétent.

            Nous créerons un comité de Conférence et de Communication pour les relations avec les autres états.

            Ôter aux états de la fédération toute autonomie de gouvernement n’est pas dans l’intérêt du bonheur, de la paix ni de la prospérité des Etats-Unis. Si le Gouvernement Général prétend exercer des pouvoirs non délégués, le New Hampshire est déterminé, comme le veut le droit naturel et faute de pouvoir à lui seul le renverser, à le considérer comme nul et non avenu et donc à ne respecter aucune de ses décisions et ordres.

            Voici les actes du gouvernement fédéral qui seront considérés comme nuls et non avenus :

            - Loi martiale non décidée par le New Hampshire

            - servitude civile forcée en temps de guerre

            - servitude civile pour les moins de 18 ans, sauf en cas de condamnation pour délit

            - la collusion avec et remise des pouvoirs de la nation à un gouvernement étranger ou à une grande corporation

            - l’atteinte à la liberté d’expression

            - toute atteinte au droit de porter des armes et des munitions sur soi (2e amendement)

            Si le gouvernement fédéral avait recours à la force armée pour affirmer des droits qui ne lui ont pas été délégués, tous les états devraient se retirer de l’Union. Toute Union créée par la suite devrait avoir l’accord des trois quarts des états et n’en privilégier aucun.

            Cette résolution a été envoyée au Président des USA, à chaque membre du Congrès et des législatures des états de l’Union.


          • Yannick Harrel Yannick Harrel 14 février 2009 13:08

            Bonjour,

            Il est évident que les forces centrifuges prennent toujours plus d’ampleur dans un contexte de crise que dans un contexte de croissance partagée.

            Toutefois je suis étonné de ne pas trouver le Vermont sur la carte des états voulant prendre du recul par rapport au fédéralisme. Il y avait eu d’ailleurs un article à ce sujet sur Agoravox.

            Je me demande si ce n’est pas Lincoln qui avançait que le pire ennemi des Etats-Unis viendrait moins de l’extérieur que de l’intérieur ? America will never be destroyed from the outside. If we falter and lose our freedoms, it will be because we destroyed ourselves.

            Maintenant, imaginons que les Etats-Unis implosent : qu’adviendra-t-il du plus gros parc d’ogives nucléaires sur la planète ? Cela ne risque-t-il pas de finir comme avec l’effondrement de l’URSS où une partie de la technologie comme des matériaux se sont vendues à l’encan ?

            Il serait tout de même assez piquant d’assister à l’implosion des Etats-Unis selon le même modus operandi que l’URSS : un complexe militaro-industriel plombant l’économie nationale jusqu’à l’ingérable.

            Cordialement


            • lisca lisca 14 février 2009 14:28

              Les idées de découpage des Etats-Unis sont une projection mentale d’un Russe, jusqu’à présent. Le pouvoir américain s’en gausse, comme d’une fantaisie arrosée de vodka. D’ailleurs, on peut contester son découpage, si on connaît un peu les Etats-Unis. Les états du sud ont une histoire commune, farouchement indépendantiste, qui verrait le Texas, la Géorgie, l’Arizona ensemble, avec peut-être la Californie, après une bonne guerre civile (ou de reconquête). Ceux du centre, agricoles, ont également une cohérence culturelle, et ceux de la côte Est, atlantistes, une autre. Les états industriels du nord peuvent être absorbés par le Canada ou fromer un nouvel état.
              La force latina de conquête semble largement surestimée par Igor Panarin. Le Colorado est peuplé d’Américains disposés à en découdre. Le niveau d’instruction des latino-américains est trop bas pour lutter contre un peuple qui s’estime légitime et se battra pour sa terre Il se pourrait cependant que les états créditeurs des USA veuillent et puissent à un moment donné se payer sur le territoire US. C’est la grande inconnue.
              Voici une info inquiétante : La raison de la sécession peut aussi être beaucoup plus pragmatique : la banqueroute qui ne permet plus de payer les taxes ni les factures et oblige chaque état à se ré-organiser localement. Actuellement 46 états sur les 50 de l’Union pourraient prochainement se déclarer en faillite, à cause de déficits abyssaux. En Arizona par exemple, le récent gouverneur Jan Brewer a un gros souci sur les bras. Dans quatre mois maximum, il n’y aura plus un sou dans ses caisses. Jamais dans l’histoire des USA un état ne s’est déclaré en faillite. Ce serait une première, et la situation serait bien pire que lors de la Dépression des années trente.
              http://www.infowars.com/46-of-50-states-could-file-bankruptcy-in-2009-2010/




            • Gonzague gonzague 14 février 2009 14:12

              L’auteur sait-il que "prisonplanet", cité en source, est le site d’Alex Jones, un des conspirationnistes les plus allumés des Etats-Unis ? (et encore, je reste poli). Si oui, je comprends mieux l’intérêt de cet article.

              Je souhaiterais en outre avoir une définition de mondialiste. Est-ce un terme péjoratif ? Et si oui, l’opposé de mondialiste étant nationaliste, ce dernier est-il considéré par l’auteur comme positif ?
              Merci de m’apporter quelques éléments de réponses,


              • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 14 février 2009 14:35

                "...un des conspirationistes les plus....." "....est encore je reste poli....."

                Gonzague un des citoyens le plus naif de la terre ???

                je ne l’affirmerais pas.......



              • lisca lisca 14 février 2009 14:42

                Le mondialisme ne nous apporte rien de bon, jusqu’à présent. Délocalisations, tiers-mondisation, uniformisation, enlaidissement...
                La nation protège l’individu, pauvre ou riche. C’est le seul bien de celui qui n’a pas de compte en banque très fourni. On y revient, peu à peu : Guadeloupe, sidérurgie, travailleurs britanniques... . Mais il ne faut pas qu’elle soit trop petite, sinon c’est le Kosovo.
                Il faut qu’elle ait une économie, une armée, un peuple, une terre, une histoire, une constitution, une direction bienveillante, une langue.
                Dans la nation, comme disait à peu près Haussmann sous Napoléon 3 en entreprenant des grands travaux pour un Paris de la splendeur et des grandes avenues, chaque citoyen même le dernier des pauvres, est un prince. Le bien public lui appartient autant qu’au riche. Les buts de Haussmann : aérer, unifier, embellir.
                Pas vraiment la mission ni les plans des Davos : exploser, morceler, enlaidir.
                http://www.wmaker.net/opcc/Napoleon-III-et-sa-volonte-pour-Paris_a18.html


              • Philou017 Philou017 14 février 2009 15:54

                Alex Jones est souvent quelqu’un de tres bien informé. Il avait annoncé le 11 Septembre 2001 un peu avant que ca arrive.

                Mais je regrette qu’il ait trop tendance à employer le catastrophisme comme argument.


              • lisca lisca 14 février 2009 22:37

                En fait, comme je l’ai dit plus haut, ce n’est pas tant une sécession armée qu’annoncent les états (qui serait immédiatement accueillie par l’incarcération des citoyens dans les camps de la FEMA) qu’une protestation face aux abus du gouvernement fédéral carrément perçu comme ennemi (bailouts bancaires, inconstitutionnalité des décisions, corruption des gouvernants, importance des sociétés secrètes, collusion avec au moins un gouvernement étranger).
                Les citoyens américains, contrairement aux Européens sont individuellement armés.
                Ils pourraient, le jour où la privation devient trop flagrante, se lancer dans une guerre civile. Ce n’est pas du catastrophisme mais de la logique. smiley


              • appoline appoline 15 février 2009 13:47

                @ L’auteur,
                Tout juste. Le peuple poussé à bout aura des réactions très violentes. C’est tellement "humain" qu’il n’y a pas à avoir le moindre doute là-dessus.
                Quand vous êtes chez vous et qu’il n’y a plus rien dans le frigo, vous allez faire les courses. Là, c’est exactement ce qu’il va se produire : violence en sus.


              • Marco Marco 14 février 2009 14:41

                Ne peut-on pas bannir de ce site les personnes qui professent des insultes au lieu de répondre sur le fond du problème ?

                L’article est très intéressant mais malhereusement encore gaché par certains commentaires d’aigris, ce site devient vraiment une poubelle... smiley


                • snowballing snowballing 14 février 2009 14:50

                  Le fonds du problème, c’est que cet "article" ne fait que reprendre la bonne parole du web-évangéliste Alex Jones, sans apporter quoique ce soit de solide. Désolé que nos aigreurs viennent gacher votre petite fête...


                • jacques jacques 14 février 2009 15:10

                  				par John Lloyds 								 (IP:xxx.x2.183.243) le 14 février 2009 à 11H45""l’autre éta(n)t l’hyperinflation"" tu as des infos sur cette solution qui ramenerait a la solution de l’argent qui rouille et qui théoriquement solutionnerait peut être les dettes gigantesques dans le monde. 				


                  • Philou017 Philou017 14 février 2009 15:52

                    Je pense que ces "propositions" de souveraineté en sont pour l’instant au stade de la pétition. Difficile de dire si ca peut venir au premier plan. Je ne crois pas. C’est aussi un moyen de faire pression sur Washington. Liens :

                     States’ Rights Ride Again ?
                    www.sovereignsociety.com/2009Archives1stHalf/021309StatesRightsRideAga in/tabid/5310/Default.aspx

                    How do we really get out from under the financial crisis ? No, really ? State Sovereignty.
                    www.examiner.com/x-2323-LA-Gun-Rights-Examiner y2009m2d12-How-do-we-really-get-out-from-under-the-financial-crisis-No-really-State-Sovereignty

                    Lawmakers in 20 states move to reclaim sovereignty
                    worldnetdaily.com/index.php
                    www.wnd.com/news/article.asp


                    • Jason Jason 14 février 2009 16:43

                      Intéressant scénario de politique fiction. La motivation des états sécessionistes semble être essentiellement la dette de l’état fédéral. Mais, jusque-là tous les états sont solidaires de cette dette, un peu comme dans une entreprise en commandite. Qui serait responsable des obligations émises par le gouvernement fédéral ? On est là en pleine fiction.

                      Il semble facile et très naïf de vouloir quitter le bateau quand il y a une sévère avarie. A moins qu’il y ait une annulation partielle de la dette, comme c’est le cas pour les pays en difficulté. Mais aux dépens de qui ? Et puis, les difficultés pratiques sont innombrables : circulation des personnes et des biens, concurrence entre les nouveaux états, création de nouvelles monnaies, crédibilité des nouveaux instituts financiers, écrasement économique des petits états par les grands (comme c’est le cas dans le monde en ce moment), etc. Le retour aux moeurs des Amish ou des Mormons peut avoir du charme pour certains, mais, vraiment...

                      La devise des Etats-Unis n’est-elle pas "e pluribus unum", et "United we stand, divided we fall" ? Non, tout cela est vraiment chimérique. On devrait peut-être en faire un film... dans quel état ? Et Hawaï, là-dedans ? Ce seraient les seuls qui seraient heureux de voir leur pays retourner aux temps paisibles de leur roi.


                      • lisca lisca 14 février 2009 22:52

                        C’est vrai, c’est très fictionnel et sans doute optimiste comme vision. Mais ce qui arrive dans un futur proche est tellement soviétoïde et orwellien qu’on essaie de se raccrocher à d’autres hypothèses, peut-être une reprise du pouvoir par l’Américain de l’Amérique ? suivie d’un sursaut de l’Européen pour son pays historique ? Parce que le goulag, la Dépression, les années trente.. ça n’est pas gai ! Et ce qui leur arrive nous arrivera.
                        L’intérêt c’est aussi de comparer leurs revendications vis à vis de l’état fédéral avec celles qui nous pourrions faire à l’UE. Beaucoup de points communs, si toutefois l’UE et les USA ne sont pas le même gros corps d’hydre venimeuse à plusieurs têtes, dirigé par les mêmes Soros.


                      • John Lloyds John Lloyds 14 février 2009 16:53

                        @Jacques
                        Vous trouverez le lien qque part en début de mon article

                        @Snow
                        Grotesque, comme d’hab, la source à retenir ici est la russe. Pour ce qui est d’Alex Jones, la plupart de ses articles sont des commentaires d’articles de la presse quotidienne ou financière.


                        • snowballing snowballing 14 février 2009 17:34

                          Où avez-vous vu une source, John ? J’ai vu pour ma part une analyse très personnelle d’un expert russe, que l’auteur lui même qualifie de projection mentale


                        • John Lloyds John Lloyds 14 février 2009 17:50

                          Le lien sur cet article est mort, mais on retrouve facilement l’analyse de Panarin par ex sur Bloomberg. Ce mec là, c’est pas un illuminé, il bosse à l’académie russe des affaires étrangères.


                        • lisca lisca 14 février 2009 23:06

                          Merci pour le lien sur Panarin John ! smiley


                        • Pierre Pierre 14 février 2009 16:58

                          Bonjour,

                          Voici un article qui ressemble à une fiction que peuvent souhaiter quelques adeptes de l’effondrement des Etats-Unis mais dont les chances de réalisation sont proches de zéro.

                          Dans leur Histoire, les Etats-Unis ont toujours trouvé des forces pour se ressaisir et il en sera sans doute de même cette fois-ci, même s’il s’agira peut-être d’une fuite en avant, c’est-à-dire de l’élimination du président actuel, de nouveaux attentats sanglants ou de nouvelles invasions. Le problème de la scission du pays a été réglé lors de la Guerre de Sécession.  Je me souviens d’avoir lu en anglais l’Histoire des Etats-Unis.  Beaucoup de gens croient que cette guerre a été déclenchée parce que le Congrès des Etats-Unis avait voté l’abolition de l’esclavage dans tout le pays alors qu’il n’en est rien. Il suffit de comparer les dates.  Cette abolition a été votée après la mort d’Abraham Lincoln et après la fin de la guerre.  Les Etats du Sud,  anticipant l’inéluctable abolition de l’esclavage, décidèrent de faire sécessions. L’interprétation de la Constitution par les Etats du Nord fut que personne ne peut quitter l’Union et ils réglèrent le problème comme on sait.  Depuis, même si cela n’est pas clairement inscrit dans les textes, tout le monde sait qu’aucun état n’autorisé à reprendre son indépendance. Imaginons même que cela arrive, cet état devrait aussi reprendre sa part de dette.  Qu’aurait-il gagné !

                          Je sais que cette réponse ne va pas dans le sens de l’auteur de l’article mais soyons quand même réaliste.  


                          • John Lloyds John Lloyds 14 février 2009 17:12

                            "Dans leur Histoire, les Etats-Unis ont toujours trouvé des forces pour se ressaisir et il en sera sans doute de même cette fois-ci, même s’il s’agira peut-être d’une fuite en avant, c’est-à-dire de l’élimination du président actuel, de nouveaux attentats sanglants ou de nouvelles invasions."

                            Ou d’une guerre mondiale ? Bien les pro-américains, justifier le "resaisissement" par des "attentats sanglants", excusez-moi, mais vous êtes mentalement atteint.


                          • vincent p 14 février 2009 17:26

                            Dans leur Histoire, les Etats-Unis ont toujours trouvé des forces pour se ressaisir et il en sera sans doute de même cette fois-ci, même s’il s’agira peut-être d’une fuite en avant, c’est-à-dire de l’élimination du président actuel, de nouveaux attentats sanglants ou de nouvelles invasions.

                            Vous appelez ce genre de procédé se ressaisir, hélas c’est bien là le grave problème de l’Amérique, vouloir toujours prendre le contrôle des événements, et cela par le bien de n’importe quel procédé militaro-industriel de plus histoire de moins perdre la face ...


                          • lisca lisca 14 février 2009 22:57

                            Mais moi aussi, j’espère un sursaut de l’Amérique, et de l’Europe, et je suis d’accord avec vous. Les états du sud, la moitié quasiment de l’Union actuelle ont une histoire de pas commodes, de durs à cuire. C’est malheureux qu’ils aient perdu. A charge de revanche !
                            J’espère bien que les Américains vont envoyer bouler leur gouvernement, et qu’ils ont encore la ressource et la force morale pour le faire. Ils nous rendraient un fier service ! et pas qu’à nous !
                            Le danger bien sûr, c’est que les davos et soros chassés se précipitent chez les Européens pour les démolir à leur tour, encore plus, et en faire des pays d’esclaves et de mercenaires.



                          • Mr.K (generation-volée) Mr.K (generation-volée) 14 février 2009 17:09

                            " Le problème de la scission du pays a été réglé lors de la Guerre de Sécession. Je me souviens d’avoir lu en anglais l’Histoire des Etats-Unis."
                            Si je l’ai lu , c’est que c’est vrai !!!


                            Je me souvient avoir lu dans la plupart des livre et medias que le systeme du libre marché etait le meilleurs !!

                            Je me souvient avoir lu qu’une crise d’une telle ampleur n’est pas possible de nos jours !!

                            Je me souvient avoir lu que le libre marché apporterait paix et prosperité à tous !!!!

                            Je me souvient avoir lu que la france etait un pays ou les hommes naissent libre et egaux en droit !!!

                            Je me souvient vaguement avoir lu que la france respectait les droits au logement , a l’eduction , a la santé !!!!


                            • Asp Explorer Asp Explorer 14 février 2009 17:22

                              Question : comment se fait-il que la majorité des commentateurs de cet "article" soient plus ou moins d’accord avec l’auteur, qui ne dispose de toute évidence pas de toutes ses facultés mentales ?

                              Réponse : il faut censurer tous les commentaires n’allant pas dans son sens.

                              Il serait temps que les modérateurs d’Agoravox passent un peu plus de temps à vérifier la qualité des articles, et un peu moins celle des commentaires.


                              • John Lloyds John Lloyds 14 février 2009 18:26

                                A force de lire les bouffons, on comprend que la bouffonerie est le fard (bien disgracieux) des ignorants


                              • Zalka Zalka 16 février 2009 10:07

                                Salut Asp,

                                Va faire un tour sur le dernier article de Johnny, j’ai atteint des records d’impopularité. Et pourtant son article était bien plus débile que celui ci.

                                 @L’auteur : au moins votre référence a plus de sérieux que celle de johnny (l’illuminé qui voit la main de satan derrière le gouvernement US et l’Europe).

                                Ceci dit, il passe sur un fait important : le patriotisme des américains qui est bien plus fort que ce nous imaginons. Même en cas de grave désaccord avec la "mafia" de Washington, beaucoup d’américains ne renonceront jamais à leur chère bannière étoilée.


                              • Asp Explorer Asp Explorer 17 février 2009 07:55

                                J’étais allé y faire un tour. J’avais même témoigné de mon avis. Bizarrement, ça a disparu...


                              • Τυφῶν בעל Perkele winkiesman 19 février 2009 22:26

                                Le système agoravoxien est pourri, sur le plan technique, avec ce forum anarchique, bourré de bugs, et sur le plan hiérarchique. Agoravox, ça n’est jamais qu’un petit site minable et nombriliste, la grenouille qui veut se faire plus grosse que le beuf, en somme.

                                Typhon


                              • lisca lisca 20 février 2009 12:05

                                Lien instructif donné par le dernier intervenant sur l’histoire du Mexique et ses déboires avec le Texas. En voici la conclusion que je cite  :
                                "Moralité : l’immigration peut être dangereuse. Lorsque des gens s’installent dans un coin qui t’appartient et font comme chez eux, si tu n’y fais rien, tôt ou tard, ça devient chez eux. D’ailleurs, regardez tout ces Mexicains qui s’installent dans les régions frontalières... Bon, cela dit, c’est aussi la faute des Mexicains : quand on n’est pas foutu d’avoir un régime stable, et qu’il y a une révolte toute les deux minutes, et qu’on a des frontières poreuses comme c’est pas possible, faut pas s’étonner. Cette petite histoire explique aussi, du fait des dix ans d’indépendance, la force de l’identité texane. Malgré le peu de reconnaissance (la France et l’Angleterre, c’est déjà pas mal, mieux que la confédération), ces zozos là ont su tirer l’épingle du jeu."

                                En effet, les pionniers américains étaient bourrés de dynamisme et de courage, même si la morale ne suivait pas forcément. Comme c’est naturel, le plus fort ( techniquement, intellectuellement, physiquement) a gagné. Le Mexique était vaste et riche, pourtant il a perdu sa partie nord dont il s’occupait fort peu.
                                La situation n’est pas la même à présent. Le Texas était trop peu peuplé avant 1820. Il a été mis en valeur par les pionniers, puis réclamé par le Mexique inquiet. Trop tard ! Qui en avait fait quelque chose ?
                                A présent, l’immigration/invasion mexicaine dans les états du sud arrive sur du terrain développé, pourvu de lois masochistes favorables aux migrants, et déjà bien peuplé, terrain qu’elle contribue à appauvrir tant qu’elle reçoit des subsides plutôt que du travail.
                                Cette population migrante est-elle assez forte dans ces conditions pour prendre le pouvoir ? Une natalité forte est-elle une condition suffisante ? Le Mexique, accablé de trois guerres simultanées sur son territoire : mafias drogue contre mafias drogue pour le contrôle des interstates américains, police contre mafias, mafias et police contre la population, es-il capable d’exporter ce modèle de société et de l’imposer aux States ?
                                La population américaine est-elle trop faible, trop grasse, trop mal habituée, trop ramollie en bref, pour résister à la loi de la jungle ?
                                L’avenir nous le dira. Mais nous n’allons pas, ni le Mexique, ni les USA ni l’UE ni la France vers la prospérité, ça c’est certain. smiley


                              • Pierre Pierre 14 février 2009 17:37

                                 Désolé que certains croient que ce que j’écris est ce que je souhaite.  Nous pouvons voir le problème d’un point de vue géopolitique et deviner ce qui risque de se passer sans pour cela être proaméricain.  Si un président montre des signes de faiblesse, et accepter la scission du pays en serait un, il risque d’être éliminé.  Un nouvel attentat ou de nouvelles guerres ressouderaient à nouveau le pays. C’est cynique mais c’est ainsi que certains pensent sans doute et cela a plus de chance de se réaliser que le scénario fiction de l’article qui a, je le reconnais, le mérite de présenter une idée originale.

                                Pour « Je me souviens », chacun est libre de faire les recherches de dates et d’en tirer les conclusions ou de naïvement croire ce que tout le monde dit.  


                                • ASINUS 14 février 2009 20:08

                                  yep je ne sais quoi penser de la " realité " de toutes les affirmations de l auteur ce qui est réel d apres les spécialistes U c est que le nouveau president us grace aux menées du précedent dispose de l appareil legislatif et coercitif federal dont le seul précedent remonte a Lincoln, laissera t il l empire se decomposer ?

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès