Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Etats-Unis à majorité hispanique et non blanche en 2042

Les Etats-Unis à majorité hispanique et non blanche en 2042

Les Etats-Unis ont toujours été un pays de forte immigration puisque c’est ainsi qu’il s’est constitué à l’origine à partir d’immigrants blancs en provenance d’Europe auxquels est venue s’ajouter une population noire d’origine africaine "importée" comme esclave. Par la suite, ce sont des immigrations en provenance d’Asie puis d’Amérique du Sud et en particulier du Mexique qui sont venues compléter ce kaléidoscope de populations.

Une étude du Bureau des recensements américains montre aujourd’hui qu’une évolution très sensible à terme de ce mélange de populations est en train de se produire en particulier du fait d’un accroissement lent de l’immigration qui est prévu passer d’1,3 million de personnes par an actuellement à plus de 2 millions par an vers les années 2050. Autre impact significatif, le taux de fécondité des populations immigrées est significativement plus élevé que celui des populations résidentes.

La tendance était connue qui prédisait un passage d’une majorité d’habitants blancs et non hispaniques à une majorité d’immigrés (Hispaniques, Noirs, Asiatiques Hawaiiens et natifs des îles du Pacifique) vers les années 2050. L’étude met l’accent par contre sur son accélération et prévoit désormais que ce changement de majorité ethnique et raciale se produira dès l’année 2042 du fait des facteurs cités ci-dessus. Autre effet, la population jeune, les moins de 18 ans, sera à majorité d’immigrés non blancs et hispaniques dès 2023 et celle des personnes en âge de travailler dès 2039.

C’est un changement racial et ethnique très rapide comme il ne s’en est jamais produit dans aucune autre population du monde.Comment la société américaine globale dans son ensemble s’y adaptera et l’acceptera est une question dont nous verrons l’impact en vraie grandeur dans les cinquante ans à venir. D’ores et déjà, si vous allez dans le sud des Etats-Unis, le pourcentage croissant des Hispaniques fait que, dans certaines zones et certains métiers, la langue de travail est devenue l’espagnol. Dans cette "expérimentation" en vraie grandeur de l’établissement d’un melting pot ethnoracial, l’histoire et la culture américaine d’acceptation de la diversité devraient favoriser l’établissement d’un mode de vie diversifié acceptable par tous, mais rien n’est certain dans un domaine aussi délicat et il est possible que des soubresauts parfois violents surviennent avant d’en arriver à un équilibre ethnique, culturel et économique acceptable par tous.

Les Etats-Unis comptent 305 millions d’habitants de nos jours qui devraient devenir 400 millions en 2039 et 439 en 2050. A cette date, les Hispaniques représenteront 15 % de la population comme les Noirs et les Asiatiques en représenteront 9 %. Quant aux Blancs non hispaniques, ils seront passés de 66 % de la population à l’heure actuelle à 46 % seulement en 2050. De plus, ce seront les plus âgés.

L’intérêt d’une telle étude, c’est bien sûr de réfléchir aux conséquences de telles variations rapides de populations, d’en prévoir l’adaptation nécessaire des services publics et des politiques publiques et de faire en sorte de rendre la vie acceptable pour un tel mélange qui peut devenir explosif.

Vous vous demandez peut-être si, en France, nous disposons d’études similaires. La réponse est négative car nous nous interdisons tout traçage ethnique ou religieux dans les statistiques officielles pour ne pas susciter de tension interethnique et religieuse. C’est sans doute à court terme une bonne politique, mais comment traiter les problèmes sans s’être donné les moyens de les identifier et de les quantifier ?


Moyenne des avis sur cet article :  4.18/5   (49 votes)




Réagissez à l'article

35 réactions à cet article    


  • ZEN ZEN 25 août 2008 11:50

    Un article bien léger pour un problème assez complexe

    Le melting pot n’est pas ce que l’on croit et il y a bien des mythes à dissiper :

    « Depuis plus d’un siècle, l’euphorie bien-pensante sur le melting-pot américain oublie que, si le creuset peut bien comporter un nombre croissant d’ingrédients à mesure que les vagues d’immigrés se succèdent, il ne les fusionne pas plus qu’avant. Il en laisse toujours un à l’écart des autres ». (S.Halimi)

    Etats-Unis : le mythe du melting-pot :

    "Une dépêche de l’agence Associated Press (AP) rédigée par Stephen Ohlemacher, en date du 14 août, rapporte que le Bureau du recensement américain a publié cette semaine de nouvelles projections d’évolution démographique qui montrent que la population blanche des Etats-Unis passerait sous la barre des 50% en 2042, et deviendrait donc minoritaire ! Ces changements dans la composition de la population seraient donc plus rapides que prévu, puisque les estimations publiées en 2004 (et disponibles sur le site Internet de l’agence gouvernementale) montraient un basculement seulement en 2050, soit huit ans plus tard.

    La population blanche non hispanique, qui représente aujourd’hui environ 65 % de la population, ne sera plus que de 46% en 2050. La population noire passera de 12 % en 2008 à 15 % en 2050, et la population d’origine asiatique de 5 % en 2008 à 10% en 2050. La progression la plus spectaculaire sera celle de la population hispanique, qui passera de 15 à 30 %.
    Selon ces chiffres, la population des Etats-Unis est aujourd’hui d’environ 305 millions et atteindra un peu moins de 440 millions de personnes en 2050. Elle va aussi considérablement vieillir, puisque les plus de 65 ans passeront de 12 % aujourd’hui à 20 % en 2050, soit de 40 à 90 millions !Ce qui fera la différence, c’est l’immigration — qui reste importante — et les taux de natalité plus forts au sein des minorités. La population américaine est de plus en plus diverse, mais les communautés restent relativement peu mélangées : peu de mariages mixtes, et une étonnante concentration de la distribution géographique de la population par origine, ce qui met à mal l’image trop souvent véhiculée d’une Amérique du melting-pot : ce mythe de la fusion des populations ne résiste pas à l’analyse géographique et statistique..."

    Culture:melting pot en échec


    • Lapa Lapa 25 août 2008 11:54

      votre article mélange ethnies, origines et races (qui d’ailleurs n’existent pas, m’enfin faut bien un moyen "simple" de classifier on dira)

      les hispaniques sont blancs.

      peut être vouliez-vous dire "type caucasien" à la place de blanc. Dans ce cas là, mettre d’un côté les types caucasiens et de l’autre tout le reste dans l’appelation "noirs et hispaniques" (qu’en est-il des métis, des diffrérentes autres éthnies et des asiatiques, des méditérannéens..etc...) ; la minorité à partir de 2050 devient tout de suite bien moins étonnante. le titre pseudo provoc’ tombe de fait un peu à l’eau...

      Quant à l’analyse elle mériterait d’(être approfondie. Par exemple en quoi est-ce important de savoir pour le service public que la population est hispanique plutôt que caucasienne ou noire ? Les autobus seront différents ? C’est ça qui mériterait explications et réflexions.


      • roberto 26 août 2008 13:13

        Bonjour,

        Les hispaniques ne sont pas tous blancs !

        Ils peuvent mêmes êtres fortement métissés blancs ou/et indiens ou/et noirs.

        Mais en vérité,cela n’a aucune importance. Au contraire même ce "renouvellement " ne peut qu’être bénéfique à l’Amérique .

        Le terme "Caucasiens" désigne un individu de race blanche qu’il soit suédois ou libanais par exemple et pas exclusivement un Anglo-Saxon


      • Bois-Guisbert 26 août 2008 18:20

        Mais en vérité,cela n’a aucune importance. Au contraire même ce "renouvellement " ne peut qu’être bénéfique à l’Amérique .

        C’est certain.

        Et pour finir de s’en convaincrre, il n’y a qu’à regarder dans quel état les Hispaniques tiennent leurs pays d’origine...


      • roberto 26 août 2008 19:24
        Mais en vérité,cela n’a aucune importance. Au contraire même ce "renouvellement " ne peut qu’être bénéfique à l’Amérique .

        C’est certain.

        Et pour finir de s’en convaincrre, il n’y a qu’à regarder dans quel état les Hispaniques tiennent leurs pays d’origine...
         

          --------------------------------------------------------------------------------------------


        Un hispanique qui devient citoyen américain peut être utile à sa nouvelle nation.En France, il y a bien des maghrebins d’origine qui reussissent ?

        Si on va bien chercher, un candidat à l’émigration a un "ressort" de plus que celui qui reste dans sa misére sans réagir.

        Les irlandais et les italiens à l’époque de leurs émigration aux USA, venaient ils de pays "bien tenus" ?

         

      • Bois-Guisbert 26 août 2008 23:07

        Les irlandais et les italiens à l’époque de leurs émigration aux USA, venaient ils de pays "bien tenus" ?

        Les Irlandais étaient maintenus dans un état de grande pauvreté par l’occupant britannique, quant à l’Italie, elle était ni plus ni moins mal tenue que n’importe quel pays européen à la même époque, avec des villes prospères et des campagnes peu développées.

        Il en va donc très différemment de l’Amérique latine qui reste désespérément arriérée tout en ayant à sa disposition les moyens et les connaissances du XXIe siècle. Preuve que cette région du monde est sinistrée par la désastreuse médiocrité de ses ressources humaines. Médiocrité que les voyageurs observaient déjà au XIXe siècle.

        Cent cinquante ans plus tard, ses immigrés ne sont aptes qu’aux travaux requérant le moins de qualification et si certains « issus de l’immigration » réussissent, ils sont comme les descendants d’Africains, une infime minorité. En vertu de cet adage qui veut que les chiens ne fassent pas des chats.

      • ZEN ZEN 25 août 2008 12:36

        @ Philippe

        J’ajoute : des articles produits au Kilomètre , dont la plupart se ramènent à des communiqués de presse un peu délayés...


      • Martin sur AgoraVox Martin sur AgoraVox 25 août 2008 12:30

        Une façon de nier l’existence des races humaines consiste à affirmer que seules les différences ethniques existent entre les groupes humains. À cela il faut répondre que quel que soit le nom que l’on donne à l’ensemble des différences morphologiques, culturelles, etc., à partir desquelles se reconnaissent mutuellement les groupes humains, ces différences entre les groupes humains existent. On peut ensuite leur donner le nom que l’on veut.

        Parmi les races, les Blancs sont actuellement en déclin, même en voie d’extinction, partout sur la planète et pas uniquement aux Etats-Unis d’Amérique ou en Europe. La biodiversité de l’espèce humaine est menacée.

        L’existence des races est un fait indéniable, observable statistiquement.

        Comme le signale l’article « Les Etats Unis à majorité hispanique et non blanche en 2042 », aux États-Unis d’Amérique, les projections du Census Bureau (le service gouvernemental du recensement) montrent que les Blanc deviendront minoritaires aux États-Unis d’Amérique à partir de 2042. Ce déclin de la race blanche est doublement accéléré d’une part par le fait que les autres races sont majoritaires parmi les immigrant et d’autre part parce que les autres races ont un taux de natalité plus élevé.

        La même tendance est observée là où les flux d’immigration sont négligeables. Au Brésil, où les flux d’immigration se sont taris à partir du milieu du XXème siècle, les Blancs représentaient 62 % de la population en 1950. Parmi les groupes raciaux brésiliens, les Noirs maintiennent le taux de natalité le plus élevé ce qui explique qu’à partir de 2008 ils forment désormais la majorité de la population brésilienne. C’est ce que montrent les recensements effectués par IBGE (Instituto Brasileiro de Geografia e Estatística).

        En Europe, si rien n’est entrepris pour inverser les tendances actuelles, les Blancs deviendront minoritaires d’ici quelques dizaines d’années. Cela est détaillé et argumenté dans l’article « Démographie et immigration : suicide collectif des Européens » qui a été publié sur AgoraVox.

        Les tendances de l’idéologie du mondialisme, qui poussent au métissage dans tous les sens du terme, pas uniquement biologique mais aussi sur le plan des civilisations et sur le plan culturel, si elles ne sont pas arrêtées, conduiront à la disparitions des spécificités des divers groupes humains.

        Le processus de mondialisation, imposé par l’idéologie du mondialisme, est nuisible à la sauvegarde de la diversité des groupes humains mais est en priorité nuisible aux Blancs.

        Les migrations de masse s’accroissent dans le contexte de la globalisation planétaire imposée par l’idéologie du mondialisme qui vise à uniformiser l’humanité, mais actuellement on est fondé à croire que le mélange ne se produira peut-être pas dans toutes les régions de la planète. En effet le continent Africain n’est pas un territoire qui reçoit de forts flux d’immigration en provenance d’autres continents. C’est au contraire un territoire de forte émigration dirigée quasi exclusivement vers l’Europe. L’Extrême Orient asiatique est dans le même cas : le territoire chinois est exportateur des flux migratoires, il ne s’y produit pas de mélange avec des forts flux d’immigration qui viendraient s’installer en Chine en provenance d’autres continents. Le Japon est depuis toujours fermé à l’immigration massive. Les populations sur ces territoires sont donc en position de conserver leurs spécificités. L’Europe par contre est un territoire où ceux qui sont au pouvoir  les politiques et les lobbies qui les entourent  permettent que se créent des conditions qui favorisent l’immigration forte en provenance d’autres continents. D’après les faits actuellement observés, les Blancs européens sont les premiers auxquels on demande ouvertement de disparaître dans les processus imposés par la dictature du mondialisme et peut-être qu’en fin de compte ils seront les seuls à avoir disparu dans ces processus de globalisation mondialiste.

        Quoi qu’il en soit, le mondialisme détruit ce qui constitue la véritable richesse de l’humanité : le mondialisme conduit à la destruction de la diversité des civilisations et des cultures ainsi qu’à la destruction de la biodiversité de l’espèce humaine.



        • Lapa Lapa 25 août 2008 14:32

          On ne nie pas l’existence de races humaines. C’est vous qui niez un fait reconnu et prouvé que le terme race pour l’être humain n’est pas adapté. (en comparaison avec l’utilisation et la signification du terme race pour les autres animaux par exemple).
          ce que vous appelez race blanche devrait englober les hispanniques et les arabes (entre autre) qui sont blancs. Les asiatiques sont jaunes et les noirs sont... noirs...

          donc soit on englobe en trois "races" ; disons plutôt trois couleurs et dans ce cas la "race blanche " n’est absolument pas menacée par la mondialisation. soit on affine un peu et on parle en terme de type ethnique et dans ce cas la chose devient plus complexe même s’il semble évident que le type caucasien ne peut rivaliser avec l’ensemble du reste des types etniques de la planète... 

          De toute façon n’oubliez jamais que ce qui fait d’un Homme un Homme n’a absolument rien à voir avec la couleur de peau qui semble vous tenir à coeur.


        • Pie 3,14 25 août 2008 21:55

          Martin toujours égal à lui même.

          La biodiversité au service du racisme ... il fallait y penser.
          l’écolo d’extrème-droite est de retour.


        • fonzibrain fonzibrain 25 août 2008 12:32

          à l’auteur
          c’est le même article que dans le figaro


          • Sahtellil Sahtellil 25 août 2008 15:06

             smiley smiley smiley

            Caustique et drôle, Constant reloaded.

            Salam sahbi

            BMD


          • ZEN ZEN 25 août 2008 15:32

            @Constant

            Effayant !  smiley
            Je pars en Tasmanie... smiley


          • ZEN ZEN 25 août 2008 20:27

            Constant
            Merci pour le cadeau !


          • Sahtellil Sahtellil 26 août 2008 02:24

            Constant,

            Il m’a bien eu le bougre. Il se trouve que je n’ai pas reconnu le zozo xénophobe primaire, jusque là pour moi inconnu au bataillon. Mea culpa.

            PS. J’ignore ce que vous en pensez, mais ça me fait bizarre de vouvoyer quelqu’un comme vous. (Dommage que l’on soit au terme de la période vacances, autrement j’aurais proposé que l’un de nous se dévoue pour traverser "physiquement" la ligne virtuelle tracée par "qui de droit". C’aurait été un privilége.

            Bien à vous.

            BMD


          • Internaute Internaute 25 août 2008 14:11

            Dans plusieurs Etats des USA les blancs sont déjà minotaires. Par exemple en Californie ils ne sont plus que 42%. Les USA vont disparaître assez rapidement sous l’immigration, comme nous d’ailleurs. Pour ceux qui lisent l’anglais, le problème général du changement de civilisation suite à une immigration est trés bien traité dans l’article dont le lien est donné ci-dessous.

            Il y a deux cas d’école. Le changement de civilisation par la force. C’est le cas de la civilisation indienne qui en l’espace d’une centaine d’années a été remplacée en amérique par la civilisation européenne suite à l’afflux d’européens sur ce continent et au massacre des indiens, causant une disproportion de peuplement. L’israël procède du même exemple.
            L’autre cas est celui de l’Afrique du Sud où l’immigration est provoquée par l’occupé pour avoir une main d’oeuvre étrangère bon marché. Les blancs ont perdu la partie car ils ne représente plus que 15% de la population et vont disparaître dans les oubliettes de l’histoire ainsi que leur civilisation. Les USA et l’Europe rentrent aujourd’hui dans le cas Sud Africain.

            Chaque fois qu’une population devient minoritaire, elle cesse de gouverner et d’imposer ses règles à la société. C’est une règle absolue qui ne souffre aucune exception.

            http://www.davidduke.com/general/white-western-nations-what-is-going-wrong_4236.html#more-4236


            • Vilain petit canard Vilain petit canard 25 août 2008 14:52

              Article un peu léger, qui oublie une distinction de taille : ceux que les statistiques américaines appellent "hispaniques" ne sont pas espagnols pour deux sous. Cette dénomination discutable recouvre d’un blanc manteau tous ceux qui viennent des pays hispanophones, à savoir majoritairement des Indiens et des métis de différentes origines (Mexicains, Cubains, etc.). 

              Le vrai problème en 2042, ce ne sera pas l’origine des Américains, comme le laisserait supposer cet articulet, mais leur langue. L’anglais est en passe de venir minoritaire aux USA, et déjà dans certains Etats (Californie, N. Mexique, etc.), on recrute directement des fonctionnaires hispanophones.

              En revanche, toujours aucune percée du français aux Etats-Unis, malgré les efforts de la Francophonie.


              • LE CHAT LE CHAT 25 août 2008 15:31

                Ce jour là , on remplacera chez mc Donald ( qui s’appelera peut être ramon gomez ) , les burgers par des tacos ! smiley


                • Vilain petit canard Vilain petit canard 26 août 2008 09:45

                  Et on verra s’affronter les deux candidats Barracos de Obamas contre Juan Macacaiños !


                • plume plume 25 août 2008 19:29

                  vous rigolez , mais si rien n’est fait , c’est nos enfants ou petit enfant qui devront se battre pour faire vivre ou survivre leur culture , leur idées et leur aquis (votre memoires aussi )
                  et quand on voit comment ça se passe en afrique ou en asie ...


                  • Pie 3,14 25 août 2008 20:12

                    Je voudrais être un noir , noir , tout noir.

                    Merci Nino.


                    • K K 25 août 2008 21:48

                      Ca ne dérange pas du tout... C’est un retour de l’histoire. Le Texas, la Californie etc étaient des Etats à population hispanique et indigène avant leur conquète par les colons blancs.


                      • roberto 27 août 2008 10:09

                        Moi non plus, cela ne me dérange pas du tout !

                        Et ceux que cela dérange, je voudrais bien savoir pourquoi, dans une explication rationnelle.

                        A+


                      • jak2pad 26 août 2008 00:23

                        encore un triste exemple de dérapage

                        l’article est intéressant, et demanderait une discussion, mais immédiatement un individu qui se fait appeler Philippe Renève, à l’évidence un nom d’emprunt, demande une réaction personnalisée à ses idées de Café du Commerce, et ça dérape ! et tout le monde met son grain de sel.....

                        c’est attristant


                        • 26 août 2008 01:35

                          Samuel P. Huntington pense que le danger pour les Etats Unis vient de l’ immigration hispanique notamment mexicaine car le Mexique est composé de 10% de Blancs, 60% de métis et 30% d’ Indiens : Les Etats Unis resteront la première puissance mondiale en 2100 d’ autant plus qu’ à cette date, les Etats Unis compteront 1 milliard d’ habitants : http://forum.skyscraperpage.com/showthread.php?t=150206 "The U.S. would have 1 billion people and be about 30% white, of course." L’ immigration en Europe est essentiellement de personnes de types caucasiennes, essentiellement des Maghrébins et des Européens de l’ est. Par contre, l’ immigration aux Etats Unis est très métissée.
                          http://www.ladocumentationfrancaise.fr/cartotheque/origine-repartition-populations-hispaniques-aux-etats-unis.shtm


                          • Bois-Guisbert 26 août 2008 12:16

                            Désolé, mais les Maghrébins sont de type méditerranéen !

                            Si les flics recherchaient, un jour, les sosies des dénommés Smaïn, Djamel, Naceri, voire Macias, il est douteux qu’ils les portraitureraient avec l’expression "de type caucasien" smiley


                          • Bois-Guisbert 26 août 2008 12:21
                            Les Etats Unis resteront la première puissance mondiale en 2100
                            Pour rester la première puissance mondiale, la condition sine qua non, c’est d’en avoir la volonté inébranlable. Or, on ne voit pas une majoritaire métisserie de type mexicano-honduro-guatémaltèque aspirer à être la première puissance du monde et, surtout, à faire ce qu’il faut pour ça…

                          • Gilles Gilles 30 août 2008 10:02

                            Bois Guibert

                            "Or, on ne voit pas une majoritaire métisserie de type mexicano-honduro-guatémaltè ;que aspirer à être la première puissance du monde"

                            lLe prototype le pire de la sal
                            e race des racistes, Trés con et inculte en plus. J’ai honte pour mon pays que de telles racailles vivent

                            Sachez vieux gland que les
                            mexicano-honduro-guatémaltè que ont édifiés parmi les plus grande civilisation connues. Les Mayas ça vous parle ?

                            A l’envirse de ce que vous dîtes, ils ne sont pas inapte par nature à la grandeur


                          • Bois-Guisbert 26 août 2008 11:52
                            "L’important n’est-il pas d’avoir su construire une civilisation ? Peut importe qu’elle crève de sa belle mort."

                            Peut-être bien, mais d’imaginer les châteaux de la Loire squattés par des Subsahariens, le mont Saint-Michel transformé en mosquée, le château de Versailles en souk remugleux et Molière, Delibes, Caillebotte et Céline épurés ethniquement, ça fout quand même la colique...

                          • roberto 27 août 2008 12:25

                            V ous pensez sincerement ce que vous avez écrit ? (Je n’ai pas vu "lol")


                          • Bois-Guisbert 29 août 2008 18:21

                            Tu t’adresses à qui ?


                          • Gilles Gilles 30 août 2008 09:58

                            C’est vrai que c’est malheureux de voir les pyramides squattées par des sous développés mahometant. Quelle décadence !

                            Trève de plaisanterie douteuse :

                            Voir le Machu Picchu envahit de hordes de touristes "blanc" aurait de quoi effrayer les indiens d’alors....qui auraient tenu vos propos, Bois Guibert

                            Remarquez que Louis XIV s’il voyait que le chateau de Versaille était devenus un "souk à touristes du tiers état", (et pire : anglais, espagnols, maures, esclaves noirs...... que des ennemis et des soushommes), une pompe à fric qui défilent à la chaine, aurait été probablement horrifié et aurait tenu le même genre de propos de Bois-Guiberts

                            Navrant comme commebntaire ! Sachez gros plouc que dans trois siècle la population de la France sera trés différente, surement plus colorée. Vos descendant seront aussi de cette couleur que vous haïssez. Ce qui ne l’empêchera pas d’être fier de l’histoire de SON pays et de la révolution française.


                          • Gilles Gilles 30 août 2008 09:43

                            Il est quelque peu absurde de réduire les hispaniques à une unique communauté. Un hispanique dominicain est aux antipodes d’un argentin ou d’un équatorien. Seul la langue et un fond culturel les lie

                            Ensuite, il y a des hispaniques noirs issus des mêmes esclaves qu’aux USA, des blancs issus de l’émigration européenne, des indiens et des métis.

                            Un hispano noir est-il hispano ou noir ?

                            Un hispano blanc d’ascendance italienne ou espagnole est-il blanc ou hispano ?

                            Et au bout de la troisème génération est-on toujours hispano même si one st grand, blond aux yeux bleus ?

                            Les haitiens de langue française sont-il des hispanos ? Apparemment non, mais leurs voisins dominicains avec qui ils partagent la même petite île, eux sont des hispanos....... ridicule !

                            Et les hispanos de souche, cad ceux qui ont toujours été présent aux USA du temps de la domination mexicaine avant 1848, avant les blancs, sont-ils hispano ou les mêmes hispanos que les immigrés de fraiche date ?

                            A vouloir tout communautariser sous prétexte d’identité, de racines profondes, on tombe dans le granguignolesque


                            • Gilles Gilles 30 août 2008 09:48

                              ça en devient tellement ridicule, que dans mon commentaire précédent, je ne peux m’empêcher de m’enmêler les pinceaux entre "blanc", "noir", "hispano"...on ne sait même plus quel terme utiliser tellement les sens et les "identité" peuvent s’entremêler

                              Une solution : créer des communauté en fonciton de la généalogie (avec carte généalogique obligatoire), avec pourcenbtage d’ascendance blanche, noire, hispanique-blanc, hispanique-noir, indien, ..... comme au bon vieux temps de l’esclavage

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès