Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Etats-Unis échouent à tarir les sources de financement de Boko Haram : (...)

Les Etats-Unis échouent à tarir les sources de financement de Boko Haram : la France en partie responsable ?

Une fois n’est pas coutume, les médias français n’ont pas repris un fil de Reuters. Cette absence inhabituelle d’écho réside peut-être dans le fait que l’agence de presse anglaise égratigne la France en affirmant à nouveau qu’une rançon a été versée pour la libération de la famille Moulin-Fournier en février 2013.

Retour sur la controverse

Fin avril 2013, la polémique n’a pas vraiment pris. Reuters a alors révélé que la somme de 3,15 millions de dollars avait été remise à Boko Haram par les négociateurs français et camerounais. Jean-Marc Ayrault s’est empressé de démentir, ce qui a eu pour effet de désenfler immédiatement la controverse. Pourtant plusieurs journalistes, à commencer par Olivier Ravanello, ont continué de soutenir que la libération des otages n’avait pas été gratuite.

Les estimations du montant de la rançon ont atteint les 25 millions d’euros, un nombre largement supérieur à celui évoqué par Reuters. Au-delà de la somme exacte versée à la secte, le problème éthique soulevé par cette affaire réside dans l’attitude du gouvernement. Ce dernier affirme qu’il ne paye jamais de rançon, mais les actes ne semblent pas suivre la parole.

Brice Couturier, dans sa chronique du 31 octobre 2013 sur France Culture, reprend les arguments de Kant et Benjamin Constant à propos du mensonge d’Etat. Il estime ce dernier légitime dans la mesure où il permet « d’éviter la multiplication des enlèvements », et conclut en s’interrogeant :

« Ce dont on voudrait être sûr, c’est que l’argent qui a permis à racheter ces vies – qu’il provienne d’Areva ou de la DGSE – ne servira pas, demain, à se procurer les armes avec lesquelles seront tués nos soldats, quelques dizaines de kilomètres plus loin… Sinon, le mensonge d’Etat perdrait une bonne part de sa justification. Mais comment s’en assurer ? »

Pourquoi M. Couturier n’évoque-t-il pas le peuple nigérian dans les victimes possibles ? Cet oubli me paraît révélateur. Quoi qu’il en soit, suite à la série impressionnante d’attentats dévastateurs et d’enlèvements que le Nigeria a connue ces derniers mois, ne peut-on pas se poser à nouveau des questions ?

Comment Boko Haram se finance et échappe aux mailles du filet étasunien

Le fil d’actualité de Reuters que j’évoque en introduction de l’article n’accuse pas la France directement. Il souligne surtout le fait que les finances de Boko Haram sont florissantes grâce à leur activité d’enlèvement, Al-Qaïda ne fournissant à la secte qu’une aide mineure : quelques centaines de milliers de dollars, une goutte d’eau comparée aux millions de dollars que rapportent les kidnappings.

L’affaire Moulin-Fournier est tout de même citée en premier par Reuters, mais elle n’est qu’un exemple d’enlèvement parmi d’autres. L’administration américaine estime qu’une rançon d’un million de dollars est versée à Boko Haram pour chaque nigérian fortuné relâché. Il semblerait aussi que la secte ait reçu un soutien de la part de sympathisants religieux à l’intérieur du pays, notamment d’hommes d’affaires en froid avec l’Etat nigérian. Mais aucune preuve sérieuse n’a pu soutenir cette allégation.

Malgré les millions amassés, Boko Haram s’offre des AK-47, quelques lance-roquettes et de quoi confectionner des bombes artisanales. Selon l’expression d’un membre du think tank Atlantic Council, la secte mène une « opération low-cost ». Elle vole aussi une bonne partie de son matériel à l’armée nigériane. Elle effectue des raids ciblés sur des bases militaires excentrées.

Pour se protéger de la traque occidentale, Boko Haram fuit le système financier traditionnel, rendant inopérantes les méthodes de la NSA qui font trembler les puissances technologiques. De plus, le groupe terroriste n’utilise les moyens modernes de communication qu’à très faible dose, préférant se reposer sur des contacts en face-à-face et des courriers humains.

Selon l’article de Reuters, les Etats-Unis échouent à tarir le financement de Boko Haram pour deux raisons majeures : la secte récolte de l’argent grâce aux kidnappings et elle n’utilise pas ou peu les nouvelles technologies qui permettraient de la localiser. Etant donné que le groupe terroriste ne fait pas montre de richesses, je me demande d’autant plus quelle peut être la part de responsabilité de la France dans la santé financière de Boko Haram.

Joaquim Defghi

Blog : actudupouvoir.fr

Twitter : @JDefghi


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • claude-michel claude-michel 3 juillet 2014 09:09

    Otage = Argent...les politicos-menteurs tentent de faire gober par le peuple qu’il ne verse jamais de rançon...mais la mixture ne prend plus depuis longtemps... !


    • sirocco sirocco 3 juillet 2014 11:32

      Boko Haram est un produit de l’entreprise de déstabilisation menée par les USA dans le premier pays producteur de pétrole en Afrique.

      Cette organisation terroriste sert parfaitement les intérêts américains au Nigeria, tout comme les djihadistes qui sévissent actuellement en Irak et en Syrie servent ces mêmes intérêts au Moyen-Orient.

      Maintenant, ce que les médias racontent ou veulent faire croire, c’est une autre histoire.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès