Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Etats-Unis ne sont pas morts

Les Etats-Unis ne sont pas morts

La récente crise financière a été l’occasion pour tous ceux qui le désiraient d’annoncer la fin tant souhaitée des Etats-Unis comme grande puissance. Malgré la crise récente, les qualités qui ont permis à l’Amérique d’être au premier rang économique et politique pendant plus d’un siècle n’ont pas disparu.
Déjà, il y a quinze ans, après l’éclatement de la bulle immobilière japonaise, nos sages journalistes enterraient de façon hâtive le pays du soleil levant. Celui-ci est pourtant toujours la deuxième puissance mondiale, avec des entreprises à la pointe de la technologie, et une diplomatie de plus en plus assurée. Quinze ans après que l’on annonce la fin du Japon, l’entreprise Toyota est en passe de devenir le premier constructeur automobile mondial. Sa capitale Tokyo est aussi toujours à la pointe des tendances et de la mode. Plus qu’une analyse sérieuse des forces et des faiblesses du pays, ces jugements hâtifs avaient leur source dans les préjugés et les rancœurs envers le premier pays de culture non européenne et non chrétienne à devenir une grande puissance depuis plus de 300 ans.
 
Il est probable qu’aujourd’hui, les annonces de la chute des Etats-Unis soient aussi nourries de préjugés et de rancœur. Ceux-ci sont amplifiés par la variété du pays, et la liberté qui y règne. De la pornographie la plus décadente au puritanisme le plus conservateur, tout le monde peut trouver des raisons, souvent contradictoires de détester le pays. Pourtant, cette liberté, qui est aussi celle d’entreprendre, est un des grands atouts américains, il explique pourquoi une grande majorité des nouvelles idées naissent là-bas d’initiatives individuelles. Dans cet esprit, Agoravox, en donnant la parole à des anonymes, est beaucoup plus américain que français.
 
Cette liberté n’exclut évidemment pas le sens de la communauté. S’il existe de vraies poches de pauvreté, la majorité de la société américaine n’est pas une jungle, mais une société moderne avec une vraie vie sociale et une collectivité importante : l’Etat évidemment dont les dépenses représentent en proportion les deux tiers du budget français, mais aussi les nombreux associations et groupes caritatifs, depuis la célèbre fondation « Gates » jusqu’aux bourses permettant à quelques étudiants peu fortunés de continuer leurs études dans les meilleures universités. Si les Américains favorisent l’initiative individuelle, et les Européens préfèrent les institutions, les deux se retrouvent finalement sur des solutions pragmatiques plus proches qu’on ne l’imagine.
 
Les Américains s’adapteront probablement très bien au monde d’après la crise quel qu’il soit. D’autant qu’ils peuvent compter sur de vrais atouts uniques dans le monde. Le premier est leur espace naturel. Les Etats-Unis possèdent un vaste territoire largement favorable à la présence humaine et encore très peu peuplé. D’autres pays ont des espaces de taille voisine, mais ils sont constitués en majorité d’étendues glacées, de montagnes impraticables ou de steppes arides. L’Europe pourrait prétendre à un environnement comparable, bien que beaucoup plus peuplé, mais le nouveau monde a d’autres atouts.
 
Les 300 millions d’habitants qui occupent ces terres hospitalières ont aussi suffisamment d’enfants pour faire face à l’avenir (plus de 2 enfants par femme). Alors que l’Allemagne, le Japon ou l’Italie auront comme principal souci dans les décennies qui viennent la gestion de leurs retraites et de leurs personnes âgées, les Américains garderont une population jeune qui continuera à innover. Ce dynamisme est encore amplifié par une immigration de qualité qui vient renforcer les forces vives du pays en s’intégrant de façon remarquable. Pour un Français, le spectacle d’une grande entreprise américaine qui mélange immigrés de toutes origines, et Américains de tous les groupes ethniques, un résultat de la discrimination positive, est tout simplement impressionnant.
 
Les Européens aiment à montrer les défauts du système politique américain. Mais si on les compare à la construction européenne inachevée, les Etats-Unis ont des institutions solides et démocratiques. C’est peut-être aussi pour cela que la crise économique, même si elle est d’origine américaine, a vu l’euro baisser et le dollar monter. On peut penser tout le mal que l’on veut de l’administration actuelle, elle a en tout cas perdu les élections législatives il y a deux ans, et le parti du président va sans doute perdre les élections, un signe que la démocratie est en bonne santé.
 
Enfin, les Américains ont encore le courage d’être une puissance militaire. Celle-ci n’a peut-être pas été toujours employée à bon escient, et les Américains ont essuyé des revers de la part de guérillas, la hantise des armées de tout temps. Il n’en reste pas moins que les Etats-Unis ont encore le courage d’investir en moyens humains et matériels dans leur armée, la première du monde. Cela leur donne incontestablement des clés pour l’avenir, d’autant que leur territoire est à l’abri de toute invasion.
 
Les meilleures terres du monde à l’abri de tout voisin envahissant, avec une population jeune, cosmopolite, intégrée en entreprenante, des institutions sérieuses et une forte armée : tout ceci existera encore quand la crise financière actuelle ne sera plus qu’un souvenir, et les Etats-Unis seront probablement toujours, à ce moment-là, une des toutes premières puissances.

Moyenne des avis sur cet article :  2.04/5   (50 votes)




Réagissez à l'article

85 réactions à cet article    


  • Trashon Trashon 27 octobre 2008 11:53

    Rhoo, à la lecture de cette déclaration d’amour, je ne peux m’empêcher de vous faire ce petit cadeau :

    I love ......  :-P


    • impertinent3 impertinent 27 octobre 2008 19:52

      Je crois que l’auteur n’a jamais mis les pieds aux States. J’y ai vêcu et travaillé plus de 20 ans.

      Lorsqu’il parle de "quelques poches de pauvreté" j’aurais envie de rire si le sujet n’était pas si triste.

      Je vais simplement parler de quelques faits.

      Plus de 50 millions d’étatsuniens n’ont strictement aucune couverture médicale et ne peuvent pratiquement pas se soigner. Aux USA, tous les jours des gens meurent faute de pouvoir se soigner. Quant aux soins dentaires, il suffit de constater, dans la rue le triste état de la dentition de la majorité des gens pour s’apercevoir que le dentiste est un rêve pour eux.

      Aucune sécurité de l’emploi, licencié du jour au lendemain, le vendredi, en recevant son chêque, on peut se voir dire qu’il est inutile de revenir lundi, sans aucune justification, même après être resté plusieurs années dans la boite. Pratiquement pas d’assurance chômage, et l’on peut se retrouver clochardisé très rapidement, parfois quelques mois suffisent.

      Des montants de retraites misérable, c’est pour ça que l’on voit tellement de personne agées travailler, à cet égard, il me revient le cas de ce laveur de voiture de 74 ans, dont la femme était en train de mourir du cancer (sans être soignée, trop cher) et qui avait le dilemne entre arrêter son travail pour rester près de sa femme les derniers moments mais alors ne plus pouvoir manger ou aller travailler et laisser sa femme mourir comme un chien.

      La recherche, parlons en. Elle est en grande partie le fait d’étrangers venu aux USA pour un post-doc (je sais personnellement de quoi je parle). Elle est en partie en perte de vitesse (dans un domaine que je connais bien, l’informatique) par la faute de Bush qui a découragé (voire expulsé) pas mal de chercheurs de bon niveau qui avait le tort de venir de pays avec lesquels les USA ne sont pas forcément copains.

      Il y a plus de 2 millions de personnes en prison, c’est-à-dire que c’est le pays du monde où il y a la plus forte proportion de la population incarcérée (ça doit être que que l’on appelle le pays de la liberté ...), et pourtant l’insécurité règne dans les rues. S’il y avait la même proportion de détenus en France, ils seraient non pas 60.000 mais 600.000, c’est-à-dire dix fois plus. Et pourtant la France n’est pas connue comme un pays laxiste en matière de prison.
      Pourquoi autant de prisonniers aux USA ? La société US est-elle à ce point criminogène ? Alors, pourquoi est-elle criminogène ? À moins que les prisons privatisées soient d’un très bon rapport (c’est le cas) et qu’y maintenir plusieurs années un pauvre diable qui a pissé sur une pelouse est une excellent affaire. Bon, moi j’appelle cela de l’esclavage déguisé.

      Bon, je vais arrêter là et laisser l’auteur à son rêve, tout en lui répétant que le rêve américain est plus proche du cauchemar que du paradis.


    • philbrasov 28 octobre 2008 12:37

      La plupart des blogueurs, ici ou là, nous font part de la fin du monde, d’une Amérique en faillite, et pour tout dire, la fin du capitalisme. La révolution est proche, et certains se frottent les mains.
      L’Antiaméricanisme a encore de beaux restes dans notre beau pays qu’est la France.

      Malheureusement, tous ces prédicateurs à la petite semaine de l’économie mondiale, ne voient pas plus loin que le bout de leur nez, ou de leurs fantasmes.

      Car enfin que signifie la mise en faillite d’un état... Nous l’avons vu dans les années 17 et 30, c’est la porte ouverte à la dictature rouge ou brune.
      Peut être que certains ici le souhaitent, mais je ne crois pas que leur rêve se réalise.

      Pourquoi cette hypothèse ne peut voir le jour.
      Reprenons quelques chiffres sur l’économie US, et dont peu de "spécialistes" ne parlent.
      La dette de "l’ETAT US" se monte actuellement à 9500 milliards de $,  sources wikipedia , ce qui représente 65% du PIB américain.
      Comparée aux dettes de nos pays européens, cette dette n’a rien d’extraordinaire.
      En France la dette de l’état Français est de 64%, en Italie 104%, en Allemagne 63%.
      Cependant, il y a une ENORME différence entre la dette de nos pays européens et la dette de l’ETAT américain, c’est la nature de cette dette.
      La structure de la dette de l’ETAT US présente un énorme avantage, par rapport à nos pays européens. Près de la moitié de cette dette est détenue.... par l’état lui même et plus précisément par des fonds de garantie des retraites, qui ont accumulé des réserves sous forme de bon du trésor. En d’autres termes, la dette nette réelle (ce que l’ETAT US doit aux acteurs économiques extérieurs à lui) s’élève seulement à 38% du PIB en 2008. Ce qui fait de l’ETAT US un des états les moins endettés des pays développés. La France en comparaison, n’est pas dans ce cas de figure, car la plus grande partie de sa dette est dû à des agents extérieurs à ELLE.

      Certains d’entre vous vont répondre que les engagements de l’état en matière de protection sociale pour les années et décennies à venir représentent une dette « virtuelle » astronomique. Malheureusement, cet argument ne tient pas : Il en va de même pour tous les autres pays, et l’état US a toujours la possibilité en cas de problèmes d’adopter un régime de protection sociale à l’européenne avec un système par répartition dominant, par exemple.

      Il s’agit de choix de politiques internes, à ce pays, qui ne concerne pas les créditeurs de l’ETAT US.

       

      Tout le monde sait que  les « engagements » d’un ETAT,  en matière de protection sociale sont des promesses politiques, qui n’engagent que ceux qui y croient, et qui sont faites pour être « révisées » (nous l’avons vu avec les « changements » sur les durées de cotisations nécessaires et le niveau des prestations sociales et de retraites dans divers pays d’Europe, notamment en France) :

       Les « engagements » de l’état ne l’engagent dans le monde réel...à rien !

       

      Ce faible niveau actuel de la dette publique US explique l’excellente résistance des bons du trésor depuis le début de la crise, et le niveau très bas des taux d’intérêt que les détenteurs de ces bons sont prêts à obtenir (3,7% seulement sur le 10 ans actuellement).

      Au cours des 60 dernières années, cette dette publique nette (article de wikipedia sur le sujet) a été parfaitement maîtrisée, contrairement à la dette privée.

       

      La dette privée :

      La dette totale privée atteint 51 019 milliards de $, le ratio dette totale / PIB est donc passé de 343% en 2007 à 357% en 2008 (2ème trimestre).

      Cela représente 167 000 $ par citoyen américain, ou encore 669 000$ pour un ménage standard (couple avec deux enfants)...Le ratio dette totale / PIB représente aussi plus du double de celui atteint à la fin de 1929.

      Si la récession fait chuter le PIB de façon importante (hypothèse à mon avis réaliste), ce ratio augmentera encore, comme sur les années 1931-1932 (dénominateur plus petit = ratio plus grand), même si la dette totale commence à se contracter : des ratios supérieurs à 400 ou 450% dans les années à venir sont envisageables.

      C’est la raison pour laquelle, les USA se sont lancés depuis avril 2008, à une véritable guerre financière avec le reste du monde.

      On ne tombe pas sans faire tomber les autres, avant.

      La plupart des économies mondiales, ont financé, non pas la dette de l’ETAT US, mais la dette des américains, ce qui n’est pas la même chose.

      Ainsi, les créanciers étrangers de l’Amérique, détiennent des créances auprès de l’américain, pas de l’ETAT US.

      Il sera alors extrêmement difficile à ces créanciers de recouvrer leurs créances, auprès de JOE le Plombier, et non auprès de l’ETAT US.

       

      En plus l’ETAT US ne dilapide pas ses réserves sans compter.

      La réalité est que les autorités US interviennent effectivement, mais elles ne décident pas de leur marge de manœuvrer : celle-ci est dictée par le marché ( donc des détenteurs de bons du trésor)

      Leur refus (jusqu’ici) d’engager les fonds publics pour sauver Lehman est révélateur ». 
      Ces « problèmes » étant les faillites à venir de nombreuses banques régionales ou même nationales, qui nécessiteront des renflouements répétés du fonds de garantie US.

      Les autorités US viendront  en aide aux banques les plus essentielles du système, mais elles le feront au compte-gouttes, sans faire de plans de relance économique ayant un impact significatif (sur le long terme) face à la contraction du crédit.

       

      Ainsi la récession et la déflation AURA LIEU, et non la faillite du système.

       

       

      La déflation.

      Contrairement à ce que tout le monde dit, l’inflation n’aura pas lieu, le dollar restera la monnaie forte mondiale. Et les pays continueront à acheter des obligations US, parce que l’économie de l’ETAT US est en meilleure santé que le reste de l’économie mondiale.

      Un exemple le YEN japonais.

      La baisse des taux d’intêret.

      L’exemple du Japon et des USA aujoud’hui,  le montrent.

       

      Tout  cela a déjà été réalisé au Japon, en version encore « plus énergique », avec des taux abaissés sous les 0,5%, des relances keynésiennes qui ont fait flamber le déficit public japonais à plus de 160% du PIB (le double de celui des USA)…

      Bilan : aucune inflation pendant deux décennies, au contraire une déflation rampante, et encore plus étonnant : un YEN qui a augmenté de plus de 80% entre 1990 et 1995, donc au plus fort de la crise japonaise, malgré les baisses de taux et malgré la flambée des déficits publics japonais !

       

      Ainsi ceux qui pensent enterrer le $ aujourd’hui et croient dans une inflation à 10% ou plus devraient réfléchir à cet exemple japonais, en apparence si paradoxal, et pourtant logique…dès qu’on considère qu’en situation de crédit crunch

      (Phénomène selon lequel les banques rationnent quantitativement leur offre de crédit, quel que soit le taux auquel l’emprunteur est prêt à prendre le crédit et indépendamment de toute politique officielle.), c’est l’évolution de la dette privée qui est pratiquement la seule chose qui compte (dans un premier temps au moins), le reste étant « anecdotique » (y compris les « gesticulations » des banques centrales).

      Une poussée d’inflation à 10% supposerait des taux longs à 12-14%…donc une hausse de 60 à 80% des mensualités des emprunteurs immobiliers.

      Cette hypothèse ne ferait qu’accélérer le crédit crunch et la déflation par la dette.

      Dans les années 90, les japonais ont liquidé leurs actifs pour rembourser leurs dettes (en yens)…et malgré les fondamentaux très mauvais de l’économie japonaise à l’époque, c’est le yen qui a tiré les marrons du feu.

      Il en sera de même pour le dollar.

      La bulle sur l’OR, va éclater, dans très peu de temps.

      Les valeurs refuges seront les BONDS US le dollar, ou la caisse d’épargne française. Les créanciers de JOE le plombier, n’auront que les larmes pour pleurer.

      La déflation va entrainer, un énorme ralentissement de l’économie mondiale. Certains pays seront plus touchés que d’autres.

      Notamment la Chine, la Russie, et tous les pays producteurs de matières premières.

       

      La faillite de l’ETAT US n’aura pas lieu. L’économie US se portera sans doute mieux que certaines autres économies européennes.

      Les économies mondiales vont rentrer en récession pour une dizaine d’année. Et seulement à partir de ce moment notre économie reprendra son souffle.

      La fin du monde capitaliste et des USA n’est pas pour demain.

       


    • ZEN ZEN 27 octobre 2008 12:01

      Un récit hagiographique . On croit rêver...
      Continuation de rêve américain....

      "Il n’en reste pas moins que les Etats-Unis ont encore le courage d’investir en moyens humains et matériels dans leur armée, la première du monde. Cela leur donne incontestablement des clés pour l’avenir,,"

      "Courage" ou intérêt . ?
      Le mot "investir" convient bien , il s’agit de consolider l’empire et de préserver l’american way of live , le pétrole étant la clé de cette hégémonie aujourd’hui en question...



      • Alpo47 Alpo47 27 octobre 2008 12:06

        Difficile pour un auteur de faire mieux, ou pire, dans le pro-américanisme.

        Plutôt que d’argumenter devant de "tels arguments", je préfère donner RDV à l’auteur : dans 6 mois pour en reparler.


        • dom y loulou dom 27 octobre 2008 12:43

          "les Etats-Unis ont des institutions solides et démocratiques."

          mdrrr


          • Yvance77 27 octobre 2008 12:44

            Manque plus que le Stetson, le petit refrain country Texan, une carte postale Road 66 et la terre rouge de Monument Valley que l’on emporte dans ses bagages à souvenir, et on à un des posts le plus naze du jour.

            Trop d’amour rend aveugle cher Monsieur !!!!

            A peluche
             


            • JoëlP JoëlP 27 octobre 2008 12:49

              Dommage qu’il n’y ait pas de case pour voter pour l’article le plus drôle de l’année, vous auriez gagné sans conteste. Merci pour ce moment d’humour !


              • Warhouha Warhouha 27 octobre 2008 13:21

                Mouais....
                Il y a une différence fondamentale entre le Japon et les US. Les uns produisent, les autres consomment.
                Que les USA jettent de l’argent dans leur armée est normal. Que faire d’autre quand on est un prédateur économique gavé par le travail des autres ?


                • uchimizu uchimizu 27 octobre 2008 14:01

                  Bonjour,

                  il me semble très réducteur de dire que les américains ne produisent pas du tout. Je pense effectivement que le niveau de consommation des USA ces dernières années était artificiellement haut, et que celui-ci va baisser, et mécaniquement, rééquilibrer la balance commerciale.

                  Les marques japonaises sont plus visibles dans le grand public (Hi-Fi, électronique...), mais de nombreux produits américains sont présents dans la vie de tous les jours : avions (Boeing) et équipementiers (General Electric), logiciels (presque tous les logiciels à l’exception de SAP, Dassault Systems et Skype), matériel médical & médicaments (GE encore ...) hardware (iPOD, microprocesseur Intel), sans compter les services (voitures de location Hertz et Avis, cartes de crédits VISA et Amex). La liste est incomplète et un peu fastidieuse, mais il est carricatural de dire que les américains ne produisent rien.


                • kolymine 27 octobre 2008 16:57

                   l’auteur
                  Airbus.
                  EDF.
                  Dassautl system comme vopus l’avez si bien dit.
                  IPOD ? pkoi pas sony, et autre ? y a pas qu’une marque de lectur mp3
                  service de location de voiture hertz, les voitures elles sont produites ou ?
                  pareil pour tout le reste, la question c’est ou est ce produis ?
                  par sur le sol americain.


                • uchimizu uchimizu 27 octobre 2008 17:09

                  Evidemment, les américains ne sont pas les seuls à produire des biens de qualité. Toutefois, ils ont encore de vraies entreprises industrielles au plus haut niveau : Boeing et General Electrics me semblent de bons exemples. 

                  Il me semble de plus très naïf de considérer la production physique comme la seule tâche ayant vraiment une valeur, d’autant que ces tâches sont de plus en plus automatisées.

                  Avant de produire physiquement un I-Pod (en l’occurence fabriqué je crois en Asie), il faut faire la recherche fondamentale (stockage d’information sur disque dur par exemple), trouver un positionnement pour le produit (marketing ...), faire le développement (plans précis du produit et du processus de fabrication), et aussi assurer la distribution. Tout cela prend souvent plus de temps et d’effort que la production pure.


                • Warhouha Warhouha 28 octobre 2008 10:12

                  Bonjour.

                  Caricaturale, c’est juste, mais si peu. Rééquilibrer la balance commerciale US suppose qu’ils se mettent à produire d’avantage que les exemples que vous citez, tout en réduisant leur niveau de consommation.
                  Hors, chacun le sait, l’American Way Of Life n’est pas négociable (ce sont presque les mots de Bush, celui que les US ont mis 2 fois à leur tête).
                  Vous parlez d’un pays qui est aujourd’hui en guerre avec des états militairement insignifiants qui ne le menaçaient en rien. Un pays qui envoie ses pauvres mourir contre un ennemi inventé, afin de faire au monde la démonstration de son utilité. Et vous voudriez que l’on table sur sa capacité à se montrer raisonnable ?!

                  Pourquoi les US rétabliraient-ils leur balance commerciale s’ils n’y sont pas contraints ? Et c’est bien pour ne pas y être contraints qu’ils investissent avec frénésie dans l’armement.

                  Ce sont des prédateurs économiques. Dans la mesure où l’économie permet à mes enfants de manger, je les craint, et ne les respecte pas.


                • uchimizu uchimizu 27 octobre 2008 13:50

                  Bonjour

                  merci d’avoir publié, lu et commenté mon premier article sur Agoravox. J’avoue rester un peu sur ma faim car dans vos commentaires, il y a peu de discussions argumentées sur les points dont je parle. 

                  Vous remarquez à juste titre que l’investissement militaire des Etats-Unis est fait principalement pour intérêt, ce qui est certainement vrai, et que les guerres menées par les Etats-Unis récemment ont fait de nombreuses victimes civiles. Cela est aussi incontestable. Je ne souhaitais pas porter ici de jugement moral, mais juste atirer l’attention des lecteurs sur le fait que l’armée américaine est la plus puissante, notamment grâce à son armement sophistiqué conventionnel et nucléaire, mais aussi grâce à l’expérience opérationnelle acquise durant les dernières guerres. Cela donne à ce pays des atouts pour le futur. Je serais ravi de discuter avec vous sur le fait que l’Armée américaine soit, ou pas, la plus puissante actuellement.

                  Je serais aussi ravi de connaitre plus en détail votre opinion sur la démocratie et les institutions américaines. Il m’a semblé que les primaire américaines et les élections de cette année étaient fort intéressantes, avec 3 candidats de qualité : Clinton, Obama et McCain. Certes, le système n’est pas parfait, mais me semble plus sain que les opaques institutions européennes. Là encore, je serais ravi d’avoir vos opinions sur ces points.


                  • kolymine 27 octobre 2008 16:59

                    hum a l’heure actuelle c’est l’armée russe la plus puissante ...
                    non seulement parcequ’elle est grande, mais qu’elle a remporté sa derniere guerre. et qu’elle a recuperé du maeriel americain, et des codes americains dans celle ci...
                    quant au systeme democratique laissermoi rire, y a rien de moins democratique que le systeme americains déjà de base, et une fois qu’il l’applique c’est encore pire ... 


                  • eric 27 octobre 2008 20:42

                    Hilarant ! L’armée russe a ecrasé les 11 000 soldats georgiens ( en gros 6 fois moins de monde que les services de securites de l’administration pressidentielle russe) mais elle a mis des année a venir a bout des tchetchen.....
                    Quant a la democratie ; les russes votent avec leurs pieds ; ils y en a plusieurs centaines de milles aux EUA et l’inverse n’est pas vrai


                  • eric 27 octobre 2008 21:12

                    Merci pour cet article qui rappele quelques évidences.

                    On pourrait rajouter qu’en plus gros, en plus jeunes, en un plus dynamique et en un peu plus démocratique ils sont essentiellement semblables a nous si on nous compare au reste du monde

                    Je ne sais plus qui a dit que l’antiaméricanisme était la marque d’un inconscient anti démocratique.

                    Il pourrait y avoir un joli article à faire sur un décryptage des émotions violemment anti américaines qui transparaissent ici…


                  • Zalka Zalka 27 octobre 2008 13:52

                    L’article est un défilé d’évidences, mais vu le niveau d’anti américanisme primaire, il n’est peut être pas malvenu de les rappeller sur ce site.

                    L’auteur aurait pu se passer de casser du sucre sur le vieux monde car cela le fait passer pour un pro atlantiste primaire.

                    Toutefois, l’article ne mérite pas forcément ce lynchage.


                    • Zalka Zalka 27 octobre 2008 14:08

                      Il y a tout de même un côté pathétique dans ce fil de discussion : cette sorte de guéguerre entre pro et anti américain.

                      Soit les USA sont la panacée absolue, soit c’est l’enfer tout aussi absolu. Bref, un défilé d’idiots ayant tous choisis un camp et s’y cramponnant comme si leurs vies en dépendait. Dommage qu’ils s’abstiennent de réfléchir.


                    • Warhouha Warhouha 28 octobre 2008 10:18

                      Il se trouve que nos vies peuvent éventuellement en dépendre.
                      Vous subissez actuellement, tout comme nous, une crise artificielle produite par l’American Way Of Life. Permettez, je vous prie, que l"on ne soit pas jouasse d’être ainsi économiquement dépendant de ce pouvoir.

                      Celà dit, toute ma sympathie va à la plèbe américaine qui va nous devancer de peu dans la galère à venir. Courage, guys.


                    • Julius Julius 27 octobre 2008 13:52

                      Nous avons déjà vu tant de gens prédire la fin de l’Amérique. Tous ces prophètes ont disparu avec leurs idéologies. L’Amérique est toujours là. Si le poids (relatif) des États-Unis a diminué, ce n’est pas en raison du succès de "Alternatives". Tous les « Alternatives » ont disparu. Le poids de l’Amérique a diminué parce que d’autres pays ont adopté système économique américain à l’énorme succès - Japon, Chine, Inde, ...


                      • kolymine 27 octobre 2008 17:00

                        cuba, chavez ?
                        toute l’amerique du sud ?


                      • hihoha 27 octobre 2008 13:59

                        Bravo pour votre article qui est contre la pensée unique Européenne et Française en particulier.

                        Les U.S.A sont et seront une très grande puissance économique pour le bien du monde libre.


                        • Ombre 27 octobre 2008 14:00

                          J’ai cessé de vous lire lorsque j’ai lu que la 2nd puissance mondiale était le Japon. Désolé mais ce serait plutot Europe suivie des Etats-unis puis du Japon. Vous avez alors perdu toute crédibité à mes yeux.


                          • uchimizu uchimizu 27 octobre 2008 14:04

                            Effectivement, cela peut prêter à confusion : si l’on compte l’Europe comme une puissance (bien que ce ne soit pas un état), l’Europe est la seconde puissance économique, devant le Japon. Si l’on compte seulement les états, leJapon est la seconde puissance économique mondiale.

                            Je suis assez nouveau sur ce site : est il possible de corriger les coquilles d’un article déjà publié ? 

                            >>J’ai cessé de vous lire lorsque j’ai lu que la 2nd puissance mondiale était le Japon. Désolé mais ce serait plutot Europe suivie des Etats-unis puis du Japon. Vous avez alors perdu toute crédibité à mes yeux. 


                          • Zalka Zalka 27 octobre 2008 14:08

                            Depuis quand l’Europe est elle un pays unique ?

                            Effectivement, la somme des économies européennes nous place premier, mais pour être valable il faudrait une véritable unité. L’article n’a donc rien de faux ou de non crédible.


                          • kolymine 27 octobre 2008 17:01

                            compter donc les 52 etat etats unien comme etat independant alors :) techniquement ils sont presque plus independant du pouvoir federal, que paris de bruxelle..


                          • Gilles Gilles 27 octobre 2008 17:51

                            "si l’on compte l’Europe comme une puissance (bien que ce ne soit pas un état), l’Europe est la seconde puissance économique,"

                            Non, la première en terme de PIB.
                            Seulement comme elle n’a aucune direction commune et des entités qui en sont à se battre, pardon "libre concurencer", entre elles sans coordination, ça n’en fait pas une puissance


                          • dom y loulou dom 28 octobre 2008 12:30

                            en voilà une vision bien lointaine de ce que ce pays fut autrefois... quand les leurres étaient bien en place et ces fascistes pas encore au pouvoir.

                            Aujourd’hui les americains vivent déjà sous loi martiale et ces pourritures de médias satanistes ne nous le disent même pas.

                            Connaissez-vous le patriot act ou la dictature fasciste vous sied à merveille pour ne pas le considérer ?

                            savez-vous que Bush a imposé un vote, la nuit, au congrès sous menace de loi martiale pour donner à son administration le pouvoir d’incarcérer "tout citoyen americain jugé ennemi combattant ou soutenant ceux-ci" ?

                            elle vous fait encore baver cette amérique -là ? vous aimez vous arrêter devant ce paravent publicitaire de l’élection bidon en cours ? Obama le sioniste ou McCain le KuKluxKlaniste sénile ? Vous aimez le muppet show ? parce que cela ne vaut rien de plus, absolument rien !!! Les GIs sillonent déjà les rues des villes et des villages americains comme s’ils étaient en Irak ! 

                            le savez-vous ou vous ne prenez que les susucres que les médias vous servent au compte-gouttes, comme si nous étions des idiots terminaux ?


                          • dom y loulou dom 28 octobre 2008 12:32

                            mon commentaire allait à kolymine


                          • philbrasov 28 octobre 2008 12:36

                            comme disait staline combien de divisions. ???
                            vous me faites rire avec votre europe et le PIB de l’Europe.... ; dans ce cas rajoutez le PIB des USA du Canada, et du Mexique......

                            faut arreter de manipuler les chiffres, les USA sont un seule et même pays... ; l’Europe NON.



                          • philbrasov 28 octobre 2008 12:45

                            le congrès est à dominante démocrate.

                            vous répondez quoi ????
                            anti -bush primaire aucune valeur.


                          • Céphale Céphale 27 octobre 2008 14:13

                            @ l’auteur

                            Mon opinion ? J’ai travaillé plusieurs fois et plusieurs mois aux States, où j’ai pas mal d’amis. Les mentalités sont très diverses, avec comme point commun un nationalisme très développé. Fondamentalement, c’est une nation d’immigrés, avec une culture assez superficielle.

                            J’ai lu quelque part que la constitution (We, the People...) a été écrite dans l’esprit de favoriser une aristocratie destinée à endoctriner le peuple, ce qui me semble exact. Il faut distinguer l’Amérique d’en haut, avec une volonté hégémonique détestable (voyez Roosevelt qui voulait nommer un proconsul en France à la fin de la guerre), et l’Amérique d’en bas, avec beaucoup de personnes de bonne volonté.

                            Ce que deviendra cette nation ? La mondialisation portera certainement un coup fatal à sa politique dominatrice. Mais elle peut rester une grande puissance à condition que ses citoyens s’ouvrent au monde.


                            • Pure haleine 27 octobre 2008 14:30

                               Un quart d’heure avant sa mort,il était encore en vie....De même que l’URSS était encore vivante ,quelques mois avant sa mort smiley Un pays pratiquement ruiné,des guerres coûteuses et inutiles totalement enlisées,un pays en proie à l’obscurantisme et le fanatisme religieux,une population meurtrie,une montagne de mensonges ignobles,une sympathie mondiale en ruine...Les USA sont en phase terminale de cancer généralisé,il ne reste plus qu’un miracle pour "requinquer" le patient,ou l’euthanasie pour mettre fin à son agonie !
                               Mais il reste encore des gens pour croire que tout peut recommencer comme si rien ne s’était passé,l’Amérique de demain ne ressemblera plus jamais à ce qu’elle a été ! l’empire du mal absolue !
                               Une autre Amérique va naitre sur les cendres de la bête immonde,combien de temps faudra t-il encore attendre ? 10 ans ,20ans ? Je suis au moins d’accord sur un point de l’article,les Américains ont de la ressource,mais ils devront "purger" et juger la racaille qui ont mis leur pays dans ce gouffre d’infâmie !!


                              • icar 27 octobre 2008 16:28

                                Je pense que notre choniqueur n’a pas compris, en l’occurence que Septembre 2008 marque l’explosion majeure du "détonateur financier" de la crise Systémique globale. En effet ce mois plonge le monde au coeur de la phase de la crise systémique.Ce qui veut dire que le monde entre en phase dite de "décantation" c’est à dire ou l’on voit les conséquences du choc se mettre en place.
                                C’est l’étape qui va affecter directement le plus grand nombre de personnes et de Pays dont les USA.
                                Elle va permettre également de dégager les composantes des nouveaux équilibres mondiaux.
                                Historiquement, nous sommes tous les premiers acteurs,témoins,et/ou victimes d’une crise qui affecte toute la planète,avec un degré sans précédent d’interdépendances des pays( du fait de la globalisation de ces 20 dernières années) et des personnes ( le degré d’urbanisation, et donc de dépendance pour les besoins de base- eau,nourriture,énergie... est aujourd’hui sans précédent dans l’histoire).
                                Cependant, le précédent des années 30 et ses terribles conséquences destructrices semblent assez présent dans les mémoires pour nous permettre, si les CITOYENS sont VIGILANTS, et les dirigeants LUCIDES, d’éviter un bis repetita conduisant à une conflagration majeure.
                                L’europe, la Russie, la Chine, le Japon.... constituent sans aucun doute les ACTEURS collectifs pouvant s’assurer que l’implosion en cours de la puissance américaine, ne conduise pas la planète dans une catastrophe.
                                En effet, à l’exception de l’URSS de Gorbatchev,les empires ont tendance à tenter vainement d’inverser le cours de l’histoire quand ils sentent leur Puissance s’effondrer.
                                C’est aux puissances partenaires de canaliser PACIFIQUEMENT le processus,ainsi qu’aux citoyens et élites du pays concerné de faire preuve de LUCIDITE pour affronter la période très pénible qui se prépare.





                                • Antoine Diederick 27 octobre 2008 22:37

                                  a Icar,

                                  d’accord avec vous...


                                • garibaldi15 28 octobre 2008 01:34

                                  Alors ICAR, on va faire ses petites ’’emplettes’’ sur LEAP2020.EU !

                                  Communiqué GEAB n°28 (15 oct 2008).
                                   
                                  Extrait ) :

                                  ’’Ainsi, comme nous l’avons répété à plusieurs reprises depuis 2006, cette crise est beaucoup plus importante, en termes d’impact et de conséquences, que celle de 1929. Historiquement, nous sommes tous les premiers acteurs, témoins et/ou victimes d’une crise qui affecte toute la planète, avec un degré sans précédent d’interdépendance des pays (du fait de la globalisation de ces vingt dernières années) et des personnes (le degré d’urbanisation, et donc de dépendance pour les besoins de base - eau, nourriture, énergie, ... - est aujourd’hui sans précédent dans l’Histoire). Cependant, le précédent des années 1930 et ses terribles conséquences destructrices semblent à nos chercheurs assez présents dans les mémoires collectives pour nous permettre, si les citoyens sont vigilants et les dirigeants lucides, d’éviter un bis repetita conduisant à une (ou des) conflagration(s) majeure(s).’’


                                  C’est pas beau Icar ! C’est du plagiat ! La prochaine fois, n’oubliez pas de faire mention de la source !


                                • Daniel Roux Daniel R 27 octobre 2008 16:39

                                  Les américains sont prêt à tout sauf à se serrer la ceinture. L’avenir s’annonce douloureux pour les classes moyennes comme il l’est déjà pour les classes pauvres.

                                  Les délocalisations dans les pays à bas coûts et les indécentes rémunérations des actionnaires ont réduit la masse salariale globale de façon drastique tant et si bien que pour continuer à paraître riche auprès de leur voisin, ils se sont endettés et surendettés.

                                  D’où la crise qui sévit actuellement.

                                  "les Américains ont encore le courage d’être une puissance militaire", écrivez-vous. Certes, quel courage ! Massacrons, massacrons allégrement, Dieu reconnaitra les siens.

                                  De combien de morts et de blessés, civils innocents, les américains sont-ils directement responsables. A quand un LIVRE NOIR qui leur soit consacré ?






                                  • kolymine 27 octobre 2008 17:04

                                    faudra commencer par le genocide indiens :) fondateur de l’identité des Etats-Unis.
                                    puis par les coups d’etat qu’ils ont soutenus etc etc...
                                    ca va chiffrer un max ma foi

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès