Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les fameuses relations franco-africaines

Les fameuses relations franco-africaines

Pour faire oublier la Françafrique tant décriée à juste titre, caractérisée par l’affairisme sur fond de pillages des matières premières et de soutien aux régimes dictatoriaux, voire de déstabilisation, une certaine classe politique française a souhaité privilégier, dans les les futures relations entre la France, les intérêts des peuples. Ainsi a-t-elle fait la promesse solennelle de réduire, sur le plan militaire, le nombre de bases permanentes dans le continent africain. Mais elle a sous-estimé le poids considérable du lobby militaire et la crise qui frapperait de plein fouet les pays occidentaux.

Les bonnes intentions

Deux constats s’imposent. Primo, à travers le continent africain, la présence militaire française s’est accrue. En effet, au moins 20 900 soldats français sont déployés sur 11 bases qui permettent un déploiement rapide et efficace sur les différentes zones de tension. Secundo, la croissance économique sourit à l’Afrique au moment où la conjoncture est de plus en plus médiocre en Occident. Après les interventions militaires de la France au Mali, ainsi qu’en Libye et en Côte d’Ivoire, et en pleins préparatifs d’une nouvelle escalade en Centrafrique, le sommet de l’Elysée pour la paix et la sécurité en Afrique, lequel s’est tenu le 6 décembre 2013 à Paris, a pourtant mis l’accent sur un vaste programme pour aider le continent africain à se doter des moyens de sa défense. Plus récemment, à la demande d’Abuja, quelques présidents africains[1] se sont retrouvés à Paris dans le cadre d’un sommet extraordinaire sur la sécurité au Nigéria[2]. Il fallait donc améliorer la coopération entre ces pays que les djihadistes utilisent comme bases de repli, viviers d’otages et zones de transit pour le trafic d’armes et de drogue. Cela éviterait une éventuelle déstabilisation régionale, et une jonction entre Boko Haram et des groupes extrémistes en Centrafrique, au Soudan, au Congo-Brazzaville et au Congo-Kinshasa. Evidemment, grâce à ses points d’appuis militaires, seule la France peut intervenir dans le meilleur délai dans les différentes zones de conflits en Afrique.

Les outils de la dissuasion

Le puissant dispositif militaire déployé en Afrique appuie de manière efficace la diplomatie française dans les tractations, et aussi le rapport de force, avec les pays concernés. En tout cas, près de la moitié de 20 900 militaires français cantonnés à travers le continent africain appartient aux forces prépositionnées, lesquelles sont réparties sur quatre bases permanentes : à Djibouti pour contrôler la mer Rouge, sur la base maritime au Sénégal pour mieux surveiller une partie de l’océan Atlantique ainsi que les pays environnants, au Gabon pour avoir un droit de regard à la fois sur le golfe de Guinée et les zones pétrolifères longeant les côtes gabonaise, congolaise et angolaise. Enfin, à Mayotte pour mieux contrôler l’océan Indien. Les autres militaires participent à des Opex[3] comme au Tchad, au Mali et en Centrafrique[4]. Par ailleurs, l’installation de chaque base militaire française dans un pays africain est accompagnée d’une assistance technique[5] permettant, en cas de crise, de voler au secours du pouvoir en place en matière de réforme constitutionnelle, voire de modification du système administratif, pour museler l’opposition – qu’elle soit politique ou armée. Bien entendu, tout cela est couronné par des missions de coopération militaire en vue de la création, de l’équipement et de la formation des gardes prétoriennes et des polices secrètes en mesure de surveiller les opposants séjournant dans le territoire français.

Ce dispositif a toujours permis à Paris de pratiquer avec habileté, au regard de ses partenaires africains, la politique de la carotte et du bâton. Ainsi parvient-on à faire chanter les Chefs d’Etat d’Afrique, en faisant subtilement émerger des oppositions non conscientes, armées ou politiques, que l’on manipule à souhait – la finalité consistant, dans l’absolu, d’affaiblir encore plus les potentats en place dans le but de leur faire signer les contrats que l’on veut obtenir. Les dirigeants africains qui s’opposent au diktat des forces étrangères finissent souvent comme le président Laurent Gbagbo, ou le colonel Mouamar Kadhafi.

La raison du plus fort

« Les Etats n’ont pas d’amis. Ils n’ont que des intérêts », ne cessait de répéter le général De Gaulle. Dans les relations entre les forces étrangères et les pays d’Afrique, les dictateurs ont toujours été les dindons de la farce. Le cas du maréchal Mobutu Sese Seko est une parfaite illustration. Ne jette-t-on pas la peau, après avoir pressé le citron ? Il est très difficile pour les pays occidentaux, lesquels ont toujours agi en tant que dominants, d’œuvrer en faveur de l’épanouissement des pays qu’ils ont constamment exploités, pendant qu’eux-mêmes sont en proie à la crise économique. La raison du plus fort étant toujours la meilleure, l’appât du gain les incitera sans arrêt à se justifierer, en période de récession, en expliquant la main sur le cœur que l’enfer est pavé de bonnes intentions. Il revient donc aux acteurs politiques africains, de la majorité comme de l’opposition, de comprendre enfin que l’on ne bâtit pas une Nation au détriment des populations qui la composent. L’Afrique ne retrouvera la paix et ne connaîtra la prospérité que le jour où ses Chefs d’Etat seront réellement élus par les peuples et non imposés par les étrangers.

Gaspard-Hubert Lonsi Koko

[1] Le Nigérian Goodluck Jonathan, le Nigérien Mahamadou Issoufou, le Camerounais Paul Biya, le Tchadien Idriss Déby et le Béninois Yayi Boni.

[2] Plus précisément autour de la question du groupe islamique Boko Haram.

[3] Opérations extérieures.

[4] Dont les principales sont les opérations Licorne en Côte d’Ivoire, Epervier au Tchad, Eufor au Tchad et en Centrafrique, Boali en Centrafrique, Léopard au Zaïre, Serval au Mali et Sangaris en Centrafrique.

[5] Par le recours à un agent des services secrets et un conseiller juridique.

 


Moyenne des avis sur cet article :  5/5   (5 votes)




Réagissez à l'article

4 réactions à cet article    


  • asap 24 mai 2014 08:59

    Bien vu, bien dit. 

    Quand on constate la menace des chefs de nos armées menacer de démissionner en bloc pour cause de restrictions budgétaires et sous le prétexte que si l’on rabote encore le budget militaire, c’est la politique étrangère de la france qui pourrait en pâtir, on se demande qui gouverne dans notre démocratie dite « modèle ». 
    Bref, ces messieurs, serviteurs de l’état, estiment que la France ne se justifie que si elle a un pouvoir d’intervention militaire extérieure, de diktat politique en dehors de ses frontières et d’impérialisme affirmé. 
    Donc, selon ces messieurs, toute remise en question par les politiques élus de cette orientation malsaine s’apparente à de la haute trahison à l’égard de notre égémonie sacrée.
    Personnellement, j’applaudis cette politique, bien qu’encore trop timide, et demande à ces sagouins de retourner balayer devant leurs casernes. Il est temps que la capacité de nuisance de notre pays soit muselée. 

    • mmbbb 24 mai 2014 12:59

      toute situation est ambivalente et la France est quand meme la seule a faire le sale boulot au Mali et en Centrafrique les autres pays europeens apportent un soutien tres modere Quant au Chinois ils ont lu notre histoire et agissent differemment sans etat d ame et ils sont en train de torpiller ce continnent en ne trainant pas ce si lourd passe colonial In fine nous le payons cher ce passe colonial et il y des petits pays en europe n’ ayant pas d’anciennes colonies qui s’en sortent plutot mieux en n’aynt pas cette pretentention francaise 


    • nos parlementaires sont ils tous arrivés au seuil de PETER (maxi d’incompétence)
      POUR AVOIR DES FORCES SPECIALES FORTES POUR CHASSER LES FOUS DE DIEU IL FAUDRAIT QUE NOUS AYIONS DU POGNON ET DES DES SERVICES DE RENSEIGNEMENT VALAbLES ( voir 2ème affaire MERAH !!!!)

      LE POGNON :
      supprimons L ’ARME ATOMIQUE QUI SOIT EXPLOSE EN VOL OU NE SERT PLUS A RIEN

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès