Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Farc égorgent un gouverneur colombien

Les Farc égorgent un gouverneur colombien

 

DON_LUIS

Lundi 21 décembre à 22 heures, un commando des FARC s’est introduit dans la maison du gouverneur du département de Caqueta. Lançant une grenade, les guérilleros ont tué un policier et en ont blessé deux autres avant de capturer le gouverneur Luis Francisco Cuellar agé alors de 67 ans. Amené en voiture dans une direction inconnue, il fut égorgé le lendemain.

Cela faisait 7 ans qu’un ‘enlèvement d’un haut représentant de l’État n’avait pas eu lieu en Colombie. Alors que la politique du président Uribe se base essentiellement sur la « Sécurité Démocratique » qui vise à mettre un terme aux activités terroriste des Farcs et aux narcotraffics , elle se voit aujourd’hui mise en déroute par cette opération.

La Colombie est en guerre avec les FARC depuis 40 ans. Ces derniers et détiennent encore au moins 24 otages dits politiques qu’elle souhaite échanger contre plusieurs centaines de leurs combattants emprisonnés.

D’une autre part, cette attaque pourrait confirmer la nécessité d’aide étrangère pour la lutte contre les FARC, et légitimerait presque, la présence des bases américaines en Colombie. Espérons que la Colombie ne prenne pas une position de victime du terrorisme pour recueillir de la sympathie sur le plan international mais qu’elle va plutôt réagir efficacement sur un plan national.

Le président colombien Alvaro Uribe avait demandé mardi à l’armée d’intervenir pour libérer le gouverneur du département de Caqueta dans le sud de la Colombie, Luis Francisco Cuellar, et avait même proposer 350 000 euros à celui qui donnerait des informations sur la localisation du gouverneur.

« J’ai demandé aux forces armées qu’elles fassent tous les efforts possibles pour sauver le gouverneur de Caqueta et les autres otages qui sont aux mains de ces bandits. Il faut tout faire sur les plans militaire et policier pour la libération. Nous ne pouvons pas dépendre des caprices des terroristes« , a déclaré M. Uribe

Auteur : Serge Sedille

Équipe : Unasur.fr


Moyenne des avis sur cet article :  3.4/5   (10 votes)




Réagissez à l'article

7 réactions à cet article    


  • MICHEL GERMAIN jacques Roux 24 décembre 2009 12:11

    Les autres informateurs sur cette sordide affaire emploient le conditionnel concernant la revendication par les FARC...
    Il est étonant que ce soit ce sénateur (voir son appartenance politique sur les sites dédiés) qui ait été choisi et si vite exécuté par les FARC aprés son enlèvement sans que de vraies négociations soient engagées. Il aurait été exécuté par balles avant son égorgement.
    Ne pas oublier que la Colombie vit une situation socio-économique assez difficile à comprendre vue de l’Europe. Que Uribe (le Président élu très majoritairement) est fortement soupçonné d’avoir eu dans son entourage des amitiés para-militaires d’extrême droite. Il collaborerait assez visiblement avec la CIA qui verrait dans cet ancien avocat une ouverture à la lutte contre le voisin Chavez.
    Rien dans ce que j’écris ne justifie ce crime mais je tenais à vous proposer de bien prendre garde de faire la différence entre l’information (au sens du journalisme d’investigation) et la communication (au sens de propagande). La ligne de démarcation entre ces deux approches journalistiques antagonistes devrait être nette. La première demande un travail long, de fond, toujours en doute, la seconde tente juste de conforter ses a priori.

    Cordialement.


    • wesson wesson 24 décembre 2009 12:56

      Bonjour M. Roux,
      je m’associe totalement à votre propos. Il convient de prendre pas mal de recul sur toute information en provenance de la Colombie. En effet, ce pays semble être la tête de pont d’une certaine volonté de reprise en main de l’Amérique du Sud par l’Amérique du Nord. En effet, des gouvernements de gauche s’y sont installés pendant que l’administration des USA regardait en direction du moyen orient.

      Les évènements récents pris dans leur globalité indiquent bien cette volonté de retour en force des USA dans leur pré carré. Le coup d’état du Honduras qui a finalement réussi, les bases en Colombie à 2 pas du Venezuela, autant de signes qui ne trompent guère.

      Dans ce contexte, l’assassinat d’un homme politique de son propre camp - mais prêt à discuter avec son ennemi pour régler les problèmes - peut présenter bien des avantages. D’une part, on stigmatise les FARCS pour justifier la nième campagne de répression et l’escalade militaire, et d’autre part on fait disparaitre un concurrent potentiel.

      Bref, cet assassinat présente bien trop d’avantages pour le pouvoir en place pour balayer du revers de la main l’hypothèse d’une opération sous false flag. D’autant que les paramilitaires Colombiens - qui faut il le rappeler tuent bien plus dans le pays que les FARCS, n’ont jamais hésité à monter ce genre de bidonnage.

      Bref, effectivement cette information mériterai un analyse un peu plus approfondie que de s’en tenir aux apparences.


    • MICHEL GERMAIN jacques Roux 24 décembre 2009 22:20

      J’ajouterais deux choses (1) A qui profite le crime ? (2) pourquoi n’y a t il jamais de réponses ou de précisions des rédacteurs d’Unisur aux interpellations des intervenants sur Agoravox ?

      Par ailleurs un article de Unisur de Septembre montrait comment Uribe s’était isolé au sein de Unisur. Un soutien national raffermi serait le bien venu semble-t-il.


    • Radix Radix 24 décembre 2009 13:57

      Bonjour

      Je suis d’accord avec les deux commentaires précédents !

      Cet homme a été enlever quatre fois par les FARCS et relâché à chaque fois contre rançon. Il me paraît un tantinet bizarre qu’il ait été exécuté aussi rapidement après son enlèvement.

      Avant de conclure dans un sens ou dans l’autre il faudrait un peu plus d’information et Uribe ne me paraît pas être un parangon de la démocratie !

      Radix 


      • QuidNovi QuidNovi 24 décembre 2009 14:13

        Uribe a tant de sang sur les mains qu’effectivement, c’est une opération qui peut lui servir politiquement.
        Il n’en n’est plus à un coup tordu de plus.
        La CIA contrôle de bout en bout cet Etat colombien qui n’en est plus un, ou peut être un Etat vassalisé des USA.
        Uribe est un pion qui peut servir de marche-pied aux USA pour attaquer Chavez..

        http://www.legrandsoir.info/Campagne-pour-la-liberation-des.html


        • nilasse nilasse 24 décembre 2009 19:57

          les farc n’agissent pas de cette manière pour rien,si l’info est confirmé. de plus vu le cloaque colombien,narco etat entre les mains d’une droite servile qui mange dans la main des américains,les informations de ce style sont a prendre avec des pincettes. ce ne serait pas la premiere fois que l’on assiste a une manipulation ou une mise en scene de uribe.


          • Fredon 28 décembre 2009 19:08

            D’accord avec toutes les réserves émises sur cette « info » ici reprise comme si les Farc étaient les seuls accusés possibles et sans évoquer le contexte de terreur qu’Uribe et les paramilitaires font régner sur le pays.
            Le texte de Sedille affirme comme beaucoup de journaux. Quelques-uns, plus prudents, prennent la peine de dire « attribué par Uribe aux Farc ».
            Il faut savoir que le 11/12 Uribe avait réaffirmé son refus de dialoguer avec les Farc, le 17/12 selon Romandie.news, un commandant des Farc, Ruben Garcia et neuf de ses hommes ont péri suite à un raid aérien de l’armée colombienne dans le Nord-Ouest, le 23/12 le cardinal Dario Castrillon qui réside au Vatican, aurait proposé d’ouvrir un dialogue avec les Farc, en Europe <http://www.la-croix.com/afp.static/pages/091225170359.9wjwda6hhtm&gt ;Il attendait la réponse. Info confirmée sur Radio Canada.
            Seconde série d’interrogations, l’Unasur.fr, une ambiguïté avec le même sigle qui correspond à la création en 2008 d’une entité économique des 12 grands pays d’Amérique latine pour échapper à la tutelle des USA...
            Il s’agit d’une association d’anciens de l’école de guerre économique -qui a vu le jour en 1997 pour former des spécialistes en intelligence économique-, étroitement liée à la délégation aux affaires stratégiques du ministère de la Défense. Autrement dit renseignements économiques et stratégiques. Pas de quoi se cacher mais autant le savoir.
            Sauf erreur, je ne crois pas que l’unasur.fr participe à la campagne européenne pour la libération des prisonniers politiques en Colombie, estimés à quelques 7 500 victimes de la chasse à l’homme impitoyable que livre Uribe, à travers son « plan Colombie », sans compter les dizaines de milliers de familles déplacées chaque année pour faire place aux intérêts privés « protégés » par les paramilitaires, formés, armés, financés, comme le gouvernement par les Etats-Unis qui tardent beaucoup à changer de politique sud-américaine.
            Les Farc ne sont pas la cause mais la conséquence d’une répression qui tourne le dos à un processus de paix civile dont la Colombie aurait grand besoin.
            Il ne s’agit pas d’approuver ou de désapprouver telle ou telle forme d’action de cette résistance armée de 40 ans. Mais d’essayer de comprendre le contexte colombien que le livre de Hernando Calvo Espina « Colombie : derrière le rideau de fumée, le terrorisme d’Etat » contribue à éclairer.

            René Fredon
            On peut lire utilement le rapport 2009 d’Amnesty international

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès