Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les FDLR se rapprochent de la frontière rwandaise

Les FDLR se rapprochent de la frontière rwandaise

Alerté en début de semaine, par l’imminence d’une attaque sur son territoire, l’armée rwandaise, paniquée, à décidé de mettre le feu au parc des volcans. Cette tactique n’est pas nouvelle, vers la fin des années 90 lorsque les attaques des FDLR se faisaient de plus en plus nombreuses sur le territoire rwandais, l’armée de Kagame avait fait bruler plus de 90% de la forêt de Gishwati (voir ici) pour empêcher les FDLR de s’y cacher et d’y coordonner une partie de leurs attaques.
 
 De nombreuses sources concordantes font état de mouvements de troupes des rebelles hutus rwandais vers la frontière du Rwanda.

En effet, les Forces démocratiques de libération du Rwanda (FDLR), désormais alliées avec de nombreux groupes nationalistes congolais, seraient en train de préparer une attaque sur le territoire rwandais. Galvanisé par l’échec des opérations militaires de la Rwanda Defense Force au Kivu, les FDLR seraient désormais prêtes à en découdre pour de bon avec la dictature militaire de Kigali.

Echec de l’opération conjointe et nouvelles alliances

Les choses se seraient accélérées récemment suite à deux événements clés. Il s’agit tout d’abord des multiples opérations de l’armée rwandaise au Congo. Ces opérations qui avaient pour objectif de mettre les FDLR hors services et qui ont mobilisé des dizaines de milliers de soldats rwandais n’ont donné aucun résultat et pire même, elles ont permis au FDLR de constater qu’il était pratiquement impossible à qui que ce soit de venir à bout d’eux. En marge de ce double échec stratégique viens s’ajouter le nombre important de soldats rwandais ayant périt dans cette aventure et le moral des troupes de Kigali qui est au plus bas.

Le deuxième événement clés c’est la récente alliance entre les FDLR et les groupes nationalistes congolais. En effet, depuis peu les patriotes congolais ainsi que les plusieurs groupes Maï-Maï ont décidé de joindre leurs forces avec celles des FDLR pour combattre les forces d’occupation du Congo.

Les nouveaux alliés ont tout d’abord testé leur capacité militaire au cours des nombreuses attaques qu’ils ont menées (séparément puis conjointement) contre les bases et les convois des soldats rwandais au Congo. Une fois, leur puissance de feu éprouvée, ils auraient ensuite décidé de frapper fort et d’envoyer un message clair au dictateur Rwandais en portant les combats sur son propre territoire.

La perspective d’une alliance forte et à long terme entre les nationalistes congolais et les hutus rwandais, comme au temps de Mobutu et Habyarimana, est un véritable cauchemar pour Kagame car cela pourrait à terme représenter un front capable de rivaliser avec celui formé dès les années 80 entre les nationalistes ougandais et les refugiés tutsis en Ouganda. Et surtout ce front pourrait représenter une alternative crédible et intéressante pour les occidentaux s’ils venaient à vouloir miser sur un autre cheval.

Kagame courtise Museveni

Actuellement c’est le bran le bas de combat à Kigali, l’état major et les chefs de renseignement sont continuellement sollicité afin de trouver une parade. Plus que le rapprochement entre Kagame et Kabila (et surtout la mise aux arrêts de Nkunda), c’est le rapprochement entre Kagame et Museveni qui est le plus démonstratif du désespoir de Kigali. Car, ces derniers temps Kagame courtise littéralement son ennemi d’hier le dirigeant ougandais pour essayer de s’assurer la protection de ce dernier au cas où les congolais se réveilleraient et décideraient véritablement et durablement de travailler avec les rebelles hutus pour chasser l’occupant rwandais.

Une attaque imminente et une explication …douteuse

Alerté en début de semaine, par l’imminence d’une attaque sur son territoire, l’armée rwandaise, paniquée, à décidé de mettre le feu au parc des volcans. Cette tactique n’est pas nouvelle, vers la fin des années 90 lorsque les attaques des FDLR se faisaient de plus en plus nombreuses sur le territoire rwandais, l’armée de Kagame avait fait bruler plus de 90% de la forêt de Gishwati (voir ici) pour empêcher les FDLR de s’y cacher et d’y coordonner une partie de leurs attaques.

Le porte-parole de l’armée, le Major Jill Rutaremara, a bien évidement nié les fait lundi lors d’un point de presse mais l’explication donnée, à savoir qu’un apiculteur imprudent aurait mis le feu à toute la forêt par erreur semble très peu convaincante.

Le parc en feu abrite les derniers spécimens de Gorilles des montagnes au monde, cette espèce en voie de disparition était devenue une des attractions touristiques majeures au Rwanda. Nous sommes donc tentés de croire que la menace des FDLR devait être vraiment sérieuse pour que l’armée rwandaise en vienne à des actes aussi désespérés. Mais n’oublions pas que le FPR, lors de son offensive contre le Rwanda en octobre 1990 était passé lui aussi par un parc naturel du Rwanda. C’est peut être pour éviter que l’histoire ne se répète que le FPR à décider de bruler le foyer des derniers gorilles des montagnes. L’histoire nous dira si cela suffira à protéger le régime de Kigali des attaques à venir.

AN/SaveRwanda


Moyenne des avis sur cet article :  4.2/5   (5 votes)




Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON

Auteur de l'article

saverwanda

saverwanda
Voir ses articles







Palmarès