Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les Indiens du Brésil sont en guerre... pour leurs droits

Les Indiens du Brésil sont en guerre... pour leurs droits

Depuis vingt ans, des territoires ont été officiellement reconnus par le gouvernement brésilien comme appartenant aux diverses tribus indiennes du nord du Brésil. Pourtant, cela n’a pas empêché des fermiers de s’installer pour cultiver du riz, et ensuite de défendre ces terres bec et ongle. Le 5 mai dernier, ils ont tiré sur des Indiens qui "envahissaient" leur terre, faisant dix blessés.

Historique de la situation  : la "Raposa Serra do Sol" est une immense réserve indienne située au nord-est de l’Etat de Roraima, au nord du Brésil, à la frontière du Venezuela et de la Guyane française, avec une surface d’1,67 million d’hectares. Près de 20 000 Indiens y habitent. La réserve a été délimitée pendant le gouvernement de Fernando Henrique Cardoso. En 2005, le gouvernement Lula a signé le décret d’homologation des terres en continu, avec la prévision de désappropriation des occupants non-Indiens, comme les planteurs de riz qui, venant du sud du pays, s’étaient installés en 1990 et avaient occupé une partie de la réserve. Le plus grand producteur s’appelle Paulo César Quartiero, et c’est à lui qu’appartient la ferme où dix Indiens ont été blessés par balle le 5 mai dernier. Il est également le maire de la petite ville de Pacaraima, située au milieu des plantations illégales.

Depuis 2005, de nombreuses protestations des propriétaires de rizières se sont élevées contre la délimitation de la réserve « en continu » (un territoire unique), au profit d’une délimitation en « îles », créant de nombreuses petites réserves isolées et leur permettant ainsi de garder leur terre. Le mouvement est devenu très violent, avec des barrages sur les routes, invasion de bâtiments publics, pont (en bois) incendiés et enlèvement de prêtres favorables à la délimitation en continu.

En 2007, le gouvernement fédéral a préparé une action pour expulser de force les planteurs rebelles. La police fédéral a demandé l’aide de l’armée qui, non contente de refuser sa participation, a également alerté les parlementaires contraires à la délimitation en continu, ce qui a complètement bloqué le processus. Début 2008, le Tribunal supérieur fédéral (STF, la plus haute instance de justice brésilienne) a suspendu temporairement cette action de la police, tant que les nombreux recours qui lui ont été soumis par les parlementaires ne seront pas jugés définitivement.

Les faits  : le 5 mai dernier, des « jagunços » (espèces de cow-boys à la solde des propriétaires) montés sur un pick-up et cinq motos ont tiré sur des Indiens qui construisaient une maison dans la réserve, mais sur le terrain d’une ferme appartenant à Paulo César Quartiero. Ce qui n’aurait dû être qu’un événement « discret » s’est nettement amplifié par le fait que les Indiens ont réussi à filmer cette attaque, et que la vidéo est passée dans tous les journaux télévisés. De plus, cette attaque a fait dix blessés, dont un grave atteint à la tête.

Il faut savoir que, dans ces contrées reculées, le gouvernement a bien du mal à faire respecter l’ordre dans des territoires immenses recouverts de végétation équatoriale. La réalité ressemble plus à un Far-West où la justice est souvent gérée à coup de fusils directement par les "cow-boys" des grands propriétaires, eux-mêmes souvent élus à des fonctions importantes (maires, députés, sénateurs).

C’est dans cette région (Etat voisin du Para) qu’avait été également exécutée la religieuse américaine Dorothy Stang en février 2005, qui faisait campagne contre le déboisement abusif par les grands propriétaires de bétail. Le procès en appel du mandataire, propriétaire terrien condamné en première instance à trente ans de prison, s’est justement terminé le 7 mai dernier par l’acquittement de celui-ci, faute de preuve, tous les témoins à charge (y compris le tueur pourtant condamné à vingt-huit ans de prison) s’étant mystérieusement rétractés. Qui a dit "pratiques mafieuses" ?...

Paulo César Quartiero a été arrêté dès le 6 mai, ainsi que quinze autres suspects de la fusillade. Dix ont déjà été relâchés.

Le STF doit se prononcer définitivement, dans les prochains jours, sur la validité de la délimitation en continu de la réserve Raposa Serra do Sol. Cette décision est très importante, et va conditionner le retour au calme ou un nouveau déchaînement de violence dans cette région.

Même si tout indique que la décision devrait être favorable aux Indiens, dont le statut protégé et la propriété des terres sont clairement définis dans la constitution brésilienne, cela ne veut pas dire pour autant que les propriétaires vont abandonner leur terre facilement. On s’attend à de nouveaux débats, procès et violences pendant de longs mois avant qu’ils cèdent, ou bien qu’ils réussissent, à coup d’intimidation, de corruption et de relations, à faire revenir en arrière le gouvernement ou, plus simplement, à faire traîner les décisions pendant encore de nombreuses années.

Documents joints à cet article

Les Indiens du Brésil sont en guerre... pour leurs droits Les Indiens du Brésil sont en guerre... pour leurs droits

Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (26 votes)




Réagissez à l'article

32 réactions à cet article    


  • Lisa SION 2 Lisa SION 9 mai 2008 12:01

    Bonjour,

    La chanson s’appelle Nordeste ; je crois.

    Ce n’est pas étonnant que le Brésil entre en guerre. Il semble simple pour qui suit l’actualité avec bon sens que c’est Monsanto, acquis d’un pouvoir sans concurrence, qui participe à la hausse des prix affectant le marché alimentaire, en parallèle avec l’expansion des faux "bio-carburants" et la baisse du dollar. 


    • arroc 9 mai 2008 13:14

      Monsanto, c’est seulement 18000 personnes. Comme quoi il n’y a pas besoin de toute une armée pour faire du crime contre l’humanité à grande échelle.


    • Lisa SION 2 Lisa SION 9 mai 2008 14:11

      Merci parkway,

      A l’heure actuelle, il ne suffit plus que de quelques membres des obédiences telles que les francs maçons, ou scientologues parmi les administrateurs de ces grands groupes pharmaceutiques, agroalimentaires, religieux, ou industriels pour qu’ils engagent la guerre contre les peuples humains....sauf que, la somme financière de ces derniers est encore supérieure aux deux cent familles, et surtout, leurs besoins bien plus faibles. Les premiers sont surtout supérieurs dans le domaine de la solidarité, leurs réseaux, bien que, au premier conflit, elle renait immédiatement chez les plus démunis...comme le covoiturage ou le tsumani...

      Quand l’argent s’écroule et vaut zéro, seuls ceux qui ont retourné leur terre s’en nourriront. 


    • marc 10 mai 2008 15:36

      parkway

       

      Mais si, mais si, ça arrive, prenez le cas de Bruno Guigue !!

       


    • Henri François 9 mai 2008 15:23

      Mais quand donc, vous tous, comprendrez enfin que l’homme restera l’homme. Voilà quelques millions d’années une horde de nos lointains ancêtres, moitié hommos et moitié singes, massacraient la tribu voisine pour lui ravir...le feu. Et rien n’a changé depuis...


      • Henri François 9 mai 2008 19:02

        Vous avez vu juste. L’homme a SOI DISANT évolué... Et vous comme moi ne pouvons rien contre ce p... de SOI DISANT....


      • Internaute Internaute 9 mai 2008 16:36

        C’est bien. Enfin un article qui reconnaît des droits aux populations autochtones.


        • E-fred E-fred 10 mai 2008 10:08

          à internaute

          Bien vu la logique de défense du discours "autochtone" = régionaliste.

          De la à faire passer la thèse "ldéfendons les indiens du brésil et des identitiaires de tout les pays", il y une marge, non ?


        • hans lefebvre hans lefebvre 9 mai 2008 20:58

          Le Brésil, loin d’une image d’épinal, c’est aussi une histoire violente, avec ses minorités éradiquées de la scène scio-politique, une répartition des richesses pratiquement inexistante, des quantités de problèmatiques très lourdes.....et Lula dans tout ça ?

          http://www.autresbresils.net/article.php3?id_article=84

          http://www.amnestyinternational.be/doc/article3060.html

           


          • marc 10 mai 2008 15:39

            hans

             

            ben, s’il s’appelait chavez ou morales, il entendrait parler du pays, mais là c’est motus et bouche cousue !

             


          • Falkland 9 mai 2008 22:42

            laissez moi deviner, c est encore une histoire d’argent ? 


            • Christoff_M Christoff_M 10 mai 2008 01:50

               Les communautés blanches se sont installé en Amérique en massacrant et en volant leurs terres aux indiens !!

              Maintenant nous pouvons jouer les effarouchés !! les pretres venait de chez nous, les soldats d’Europe du nord ont massacré les indiens du Nord et volé leurs terres.... les indiens du Sud furent exterminés par les portugais et les espagnols que l’on nous présente de manière romancée dans nos livres d’histoire, Christophe Colomb et les beaux découvreurs du nouveaux monde....

              les forets étaient protégées l’équilibre de la planète et la faune aussi, les gens se soignaient par les plantes....

              l’homme blanc est en train de détruire ce que d’autres hommes ont préservé pendant des millénaires, nous sommes en train de tout déboiser pour cultiver notre mais ou notre céréale à 4x4 !!

              la nature a mis des siècles à créer des équilibres naturels, l’homme dit "civilisé" en moins d’un siècle est en train de tout casser de faire disparaitre des plantes qu’il ne connait pas, des espèces qu’il ignore, et des soi disant "sauvages" qui en connaissent plus que lui sur les plantes et leurs bienfaits....et qui vivent en paix sans délinquance, maladies, alcoolisme, et avec une terre à eux ,pas volée par des exploitants forestiers à la solde de multinationales, qui n’en ont rien à foutre de l’écologie et du respect de la terre, d’autant plus si elle appartient à des "indigènes"....


              • Internaute Internaute 10 mai 2008 08:15

                Grâce à AgoraVox j’ai appris que les races n’existaient pas. Par conséquent, l’homme blanc dont vous parlez, c’est quoi ? Nous sommes tous des indiens issus des noirs africains paraît-il.


              • jack mandon jack mandon 10 mai 2008 08:45

                 

                @ Alain Rojo

                J’ai voté pour la publication de votre article, par sympathie pour les peuples minoritaires absorbés par les puissants...les amérindiens par les européens, les Tibétains par les chinois et tant d’autres depuis le début des temps.

                Tout le monde peut vivre une histoire en marge du temps à condition de ne pas contrarier la loi du plus fort.

                Le monde moderne parle de lui même et dévoile chaque jour un pan de son infamie. L’évolution qui fascine, ses choix technologiques et financiers dévoilent spectaculairement la monstruosité de la bête humaine.

                De la culture philosophique bouddhiste dans un décor dominé par la montagne à la vie naturelle et archaïque des indiens ou la forêt s’impose...Ce sont des choix qui n’entament pas à moyen et long terme la survie de l’homme et de sa planète.

                Dans un paysage souverain, l’homme se sent naturellement locataire et respectueux des lieux avec dans le coeur cette vision animiste qui excite la majorité de ceux qui vivent dans l’illusion du contrôle et du pouvoir.

                Je pense souvent à cette eau forte de F. Goya qui représente deux guerriers qui combattent à mort, brandissant des sabres, alors que le sol mouvant, théâtre de leur aveuglement, les engloutit inexorablement.

                Merci pour votre article

                Jack Mandon

                PS :J’ai rédigé un article de même nature sur la roue de médecine amérindienne.


              • Alain Rojo Alain Rojo 10 mai 2008 15:09

                Bonjour Jack,

                Je n’allais pas répondre à votre excellent commentaire jusqu’à ce que je lise la réponse de Frédéric. C’est navrant de voir qu’il existe des gens sur ce forum qui, au lieu de débattre intelligemment d’un sujet, ne pense qu’à juger les autres en les traitants de "toqués" et de "sinoques".

                Il aurait été si simple de simplement écrire "je ne suis pas d’accord avec votre opinion pour telle et telle raison", au lieu de traiter de noms d’oiseaux un homme mur, intelligent, cultivé, sans apporter aucun argument positif pour étayer ces propos insultants.

                Alors, oui, certes, l’homme n’est qu’un animal civilisé dont l’égoïsme et la brutalité se révèle dés que les circonstances s’y prêtent. Mais il existe aussi dans l’homme une part de rêve, d’aspiration à une justice différente de la simple loi du plus fort.

                Ce sont ces hommes qui nous ont fait passé de l’âge de pierre à la civilisation d’aujourd’hui, certes critiquable par bien des points, mais qui nous a amené la liberté, la culture, le confort matériel nécessaire pour pouvoir prendre du recul sur notre statut "animal" et le faire évoluer vers plus d’altruisme, de générosité, de sensibilité envers les plus faibles.

                On peut se moquer des grands penseurs et philosophes, c’est sommes toutes assez facile, on ne pourra néanmoins pas échapper au fait que ce sont eux qui ont fait évoluer l’homme de son état de "fauve" à un être qui s’émeut du malheur de l’autre et qui réfléchit un peu plus loin qu’à sa simple survie personnelle.

                De toute évidence, ce Frédéric ne fait pas partie de ces penseurs, mais bien plutôt de ces censeurs qui veulent éliminer ceux qui ne pensent pas comme eux en oubliant la magnifique phrase de Voltaire "je ne suis pas d’accord sur ce que vous dites, mais je me battrai pour que vous puissiez le dire".

                Alors, merci Jack pour votre réflexion, et tentons ensemble de continuer à faire évoluer ce monde par des pensées et critiques positives, par des débats et non des censures, mais aussi par du rêve et de l’utopie, dont ce monde à bien besoin en ces temps où le matérialisme s’impose.


              • marc 10 mai 2008 15:47

                alain rojo

                Vous n’avez pas bien compris la réaction de frderic Lyon. La situation décrite par Jack Mandon correspond par certains côtés à celle des palestiniens. Ipso facto, jack Mandon devient anti-sémite et mérite le bûcher. Il ne faut pas vor plus loin que cela.


              • Alain Rojo Alain Rojo 10 mai 2008 15:59

                Bonjour Marc,

                Sincèrement, je ne comprends pas où vous avez trouvé que ce commentaire avait à voir avec la situation palestinienne. Vous pourriez-développer ?


              • jack mandon jack mandon 11 mai 2008 08:33

                 

                @ Marc


                 

                Les Palestiniens et les Israéliens sont des sémites, c’est à dire des frères de sang. Ce conflit est oedipien et remonte à Abraham.

                Seriez vous donc mal documenté, calmez vous donc un peu, nous ne sommes plus au moyen âge. Ménagez vos propos.

                Jack Mandon


              • marc 11 mai 2008 11:37

                un peuple chassé de sa terre qu"il a protégée, soignée avec amour depuis des millénaires et qui est froidement massacré par des exploiteurs, pollueurs, destructeurs de la nature lorsqu’il ose protester : vous ne voyez pas le parallèle ? Ce que certains font de l’amazonie , d’autres le font du Jourdain et de la Mer Morte.

                frederic Lyon a vu , lui , ne vous en faites pas


              • marc 11 mai 2008 11:44

                Jack

                En parlant de documentation, vous devriez savoir qu’Abraham n’a rien à voir avec les juifs ukrainiens, polonais ou allemands qui sont des germains parlant une langue germanique. Seule la religion, pour des raisons historiques les rapprochent des hébreux. Ce n’est peut-être pas complètement suffisant pour leur permettre de voler la terre des palestiniens qui sont sans doute plus hébreux qu’eux-mêmes, vous ne croyez pas ?


              • marc 11 mai 2008 11:46

                Je ne voulais pas vraiment changer de sujet mais expliquer la réaction de Lyon, que vous sembliez ne pas connaître.


              • Weinstein 11 mai 2008 12:33

                 

                 

                 

                > Mes excuses à l’auteur de l’article pour mon intrusion.

                Voilà le genre de commentaire que j’adore.

                Marc, vous êtes en plein dans l’idéologie fasciste, en effet, par vos écrits vous soutenez la thèse selon laquelle seul l’autochtone à des droits sur sa terre.

                Prenons un cas concret, seuls donc les Français de souches ,génétiquement descendants des Celtes Gaulois ont le droit d’êtres des citoyens à part entière, les autres, boutons- les hors de la Gaule, entre nous il ne restera pas beaucoup de monde en France...

                Cela pour la forme, maintenant le fond,

                les Palestiniens sont des descendants des Philistins (étymologiquement en hébreu, cela veut dire les envahisseurs) peuple conquérant venu de Crète et qui se sont installés sur les bords de la méditerranée, gaza, Ashkelon etc tout en chassant les indigènes de ces régions....

                La population dite Palestinienne de nos jours est très hétéroclites, des Arabes venu avec les légions de Mahomet, des bédouins d’Irak, des populations importées par les Ottomans, d’origines divers.... et même des juifs convertis à L’Islam au 19ème siècle, liste non exhaustive.

                Je rejoins jack Mandon lorqu’il écrit que nous devons trouvez ce qui nous unit afin de vivre ensemble, deux peuples deux terres ou une terre un peuple, l’avenir nous le dira.

                Les Juifs ashkénases sont bien des Hébreux n’en déplaise aux antisémites de service, ils sont les descendants direct des Juifs du rhin, qui eux accompagnaient les légions romaines pour leur fournir chevaux et tutti quanti.L’autre origine des juifs ashkénases sont les descendants des juifs babyloniens, comme vous le voyez ces deux foyers ont émigré l’un vers l’est l’autre vers l’ouest.

                La génétique par ailleurs nous donne de précieux renseignements sur les Ashkénases et Sépharades, le profil génétique d’un juif polonais et d’un juif marocain est semblable...

                Personne n’a prétendu que les juifs formaient une race pure, les plus grands docteurs de la loi furent des étrangers convertis au JudaIïsme, rabbi Akiva étant le plus célèbre, le peuple juif au dire de Martin Buber est un peuple élargie, sans ostracisme pour ceux qui veulent appartenir au peuple que Dieu a choisit.

                Bien à vous.

                 

                 

                 


              • Alain Rojo Alain Rojo 11 mai 2008 15:24

                 

                Vous êtes tout excusé, le débat a complètement dérapé des indiens d’Amazonie vers le dilemme judeo-palestinien,et, en effet, il y a des analogies.

                Je suis athée et ne me prononcerait pas sur ce débat au niveau religieux, uniquement au niveau humaniste.

                Je suis d’accord que la notion d’autochtone ne justifie pas forcément les droits sur une terre. Néanmoins, même si des ancêtres ont envahis un pays / une région pour s’approprier des terres, puis les travailler pendant plusieurs générations, les occupants actuels finissent par avoir une « sensation » très forte de propriété qui les font réagir avec violence si de nouveaux « envahisseurs » tentent de leur prendre les terres sur lesquelles ils vivent (que ce soit par la force, avec une guerre, ou plus légalement, via expropriation). C’est humain.

                Et c’est là tout le dilemme de ce débat : on essaye de rendre à des indiens des terres qui leur ont appartenu il y a des centaines d’années, en expulsant des européens qui y habitent et vivent de leur production depuis des générations. La communauté internationale a décidé d’expulser les palestiniens de leur terre au profit des juifs, s’appuyant sur divers prétextes historiques. Et les juifs eux-mêmes ont été expulsés plusieurs fois dans leur histoire de leurs terres sous des prétextes divers. Des millénaires d’histoire nous montreront ainsi une multitude d’autres exemples.

                Notre monde a toujours vécu selon la loi du plus fort (militairement, économiquement) et très rarement selon des lois privilégiant la vie harmonieuse entre les peuples. Depuis quelques décennies, des voix s’élèvent pour renverser cette logique et tenter de rendre leurs biens aux anciens occupants injustement expulsés de leurs terres ou encore aux occupants de ces terres qui en auraient perdu la propriété suite à une invasion.

                Par le biais de contreparties financières, les occupants actuels sont expropriés et les terres rendues à leurs propriétaires « légitimes ». Ces « ventes forcées », même si elles ne sont pas forcément du goût des actuels propriétaires, représentent ce qu’on a trouvé de mieux pour rendre équitable cette transaction.

                Suivant ce raisonnement, on peut donc distinguer une grande différence entre le cas des indiens d’Amazonie et des palestiniens : dans le premier cas, le processus essaye d’être équitable, et est suivi par la justice du pays. Dans le second cas, les palestiniens ont été expulsés manu militari, et aucune offre de compensation ne semble prévue par les israéliens, autre que d’avoir rendu la bande de Gaza et la Cisjordanie tout en conservant le contrôle économique et militaire de ces régions, créant ainsi des sortes de « réserves » inacceptables par les palestiniens.

                Mais, d’un autre coté, déjà 3 générations d’israéliens ont occupé et cultivé des terres qu’ils considèrent à présent comme leur propriété, et il leur semble hors de question de les rendre un jour à leurs anciens propriétaires.

                Le plus dramatique dans tout cela est que l’histoire a parfaitement démontré que des peuples de croyances bien différentes pouvaient vivre en harmonie sur la même terre, grâce en général à des gouvernements éclairée et humanistes. Dans le passé, l’empire ottoman, le Liban, mais aussi aujourd’hui la France ou le Brésil sont d’excellents exemples de mélanges harmonieux de cultures et de religions.

                Donc, en suivant la ligne originale de cet article, on pourrait rêver à une société judéo-palestinienne vivant en harmonie, si les fondamentalistes et autres extrémistes étaient mis de coté au profit de dirigeants de bonne volonté de part et d’autres. Encore une utopie, peut-être, mais il suffirait de quelques actions très simples pour unir ces 2 peuples qui ont une grande culture commune.


              • Weinstein 11 mai 2008 15:43

                Je ne suis pas loin de votre vision des choses, sauf que la Palestine est un contre exemple puisque que cette population n’est pas autochtone, mais est issue elle-même de descendants d’envahisseurs, rien n’est jamais simple ici !

                 

                Pour conclure je cite ci dessous un texte de Gurfinkel sur les réfugiés Juifs et Palestiniens :

                 

                 

                Les Réfugiés : réfugiés arabes, réfugiés juifs : qui et combien ?

                par Michel Gurfinkiel

                Le principe même d’une paix de compromis ou d’un repli n’est assurément pas, en soi, à rejeter. Mais il en va en géopolitique comme au poker ou aux échecs : certaines cartes ou certaines pièces sont décisives, et qui les perd, perd le jeu. Ce n’est pas un hasard si la revendication palestinienne, aujourd’hui, porte avant tout sur le Mont du Temple et le droit au retour des réfugiés de 1948. En arrachant le site du Temple, Arafat anéantit la légitimité profonde, essentielle, du mouvement sioniste : le retour des juifs dans leur patrie biblique. En arrachant la reconnaissance d’un droit au retour même partiel des réfugiés, et donc d’une responsabilité d’Israël dans l’exode palestinien, Arafat anéantit la légitimité d’Israël en droit international.

                La question des réfugiés tient en quatre idées-force.

                La première, c’est que la responsabilité de la première guerre israélo-arabe, en 1948, et des exodes qui en ont résulté incombe aux Etats arabes, qui ont rejeté les solutions pacifiques présentées par l’Onu puis procédé à l’invasion de la Palestine et à une agression contre Israël.

                Les réfugiés des conflits du Moyen Orient

                Deuxième idée-force : les exodes ont touché encore plus les juifs que les Arabes . Là où les Arabes ont été vainqueurs sur le terrain en Palestine, à Jérusalem-Est et dans le Goush-Etzion, tous les Juifs ont été chassés. Dans le reste du Moyen-Orient, le conflit israélo-arabe a eu pour conséquence l’exode de la quasi-totalité des juifs vivant dans les pays arabes ou musulmans. Les deux tiers de ces réfugiés juifs se sont installés en Israël, tandis que les autres gagnaient principalement la France, l’Italie, le Canada et les Etats-Unis.

                Au total, on dénombrait 650 000 réfugiés arabes de Palestine en 1947-1949. En regard, on compte 900 000 réfugiés juifs du monde arabe et islamique, dont 600 000 se sont établis en Israël.


              • marc 11 mai 2008 18:28

                Weinstein

                Bla bla de sioniste sans preuve ni cohérence, avec pour seul but de justifier le maintien des conquérants D’AUJOURDHUI, pas d’il y a des millénaires sur les terres volées.

                 


              • hans lefebvre hans lefebvre 11 mai 2008 21:19

                Excellente remarque Jack, il est important de rappeler la filiation commune de ces deux branches, cela est souvent oublié, voir nié (inconsciemment peut-être). Quant à votre appel à la modération, j’approuve mille fois ! Arguments valent toujours mieux qu’invectives !


              • frédéric lyon 10 mai 2008 08:55

                Le monde moderne parle de lui même et dévoile chaque jour un pan de son infamie.

                .........................................

                Nous avons affaire à une bande de toqués !!!

                Celui-ci a entendu le "monde moderne" lui parler "de lui-même" comme un grand, et lui devoiler "chaque jour un pan de son infamie" !!

                Il est dommage que le "journalisme citoyen" serve de refuge à tous les sinoques qui viennent ici librement nous faire part de leurs délires. Et cela ne leur rend même pas service, car nous ne pouvons rien pour eux.


                • jack mandon jack mandon 11 mai 2008 08:22

                   

                  @ Frédéric Lyon


                   

                  C’est vrai, nous sommes différents, alors contentez vous de respecter la différence, au risque de pratiquer les idées toutes faites que vous réprouvez.

                  Votre attitude ne mériterait même pas de réponse tant elle est infondée.

                  Jack Mandon


                • Tony Pirard 12 mai 2008 02:21

                   Ce que je trouve intéressante,c’est comme les informations de la Amérique Latine arrive aux pays Europénes..."tous soufrent une distorsion.. !" de la presse Europénne.. !

                   Quelques indien demandent aux fermiers que restent dans ce région ,car,actuellement ils ne réusent plus vivre sans l’aide des hommes blancs... !

                  Parfois,je pense que les Europénes pensent que ici,il y a "Tarzan et Jane"... ! Le probléme c’est totalement différent de celui-lá des Palestiens... !


                  • Alain Rojo Alain Rojo 12 mai 2008 05:21

                    Bonjour Tony,

                    Je pense que vous êtes brésilien. Alors, je voulais simplement vous dire que cet article concerne exclusivement les indiens qui veulent conserver leur ancienne culture. C’est évident qu’un grand nombre d’entre eux se sont "européanisés", vivent en jean et en t-shirt, regardent la télévision, roulent en voiture et dépendent totalement des propriétaires. Mais est-ce une raison pour leur refuser leurs terres et leurs dignité, s’ils désirent être autonomes et vivre un autre style de vie ? J’habite depuis 10 ans au Brésil, j’essaye de ne pas être pollué dans mes commentaires tant par la vision européenne que par les journaux locaux (Globo, etc...) qui déforment la vérité au profit de l’audience. Néanmoins, je confesse que je n’ai jamais rencontré un indien ni mis les pieds en Amazonie. Si c’est votre cas, éclairez-nous sur ce sujet.

                    Pode escrever em portugues se quiser, traduzo de graça seus comentarios.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès