Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les indignés du Sud : motus et bouche cousue !

Les indignés du Sud : motus et bouche cousue !

Selon une information relayée sur les pages facebook, les gens du Sud (algérien) de la ville d’Ouargla précisément, qui sont pourtant connus pour leur pacifisme légendaire, viennent d’innover en matière de lutte politique. Leur trouvaille est simple. Les manifestations de rue, les barricades, les routes barrées par des pneus qui crament et qui dégagent de la fumée à faire suffoquer les camelins qui sont légion dans la région, ne sont plus d’aucune utilité.

Opposer un bras de fer, une escarmouche avec les forces de sécurité n’est pas, non plus, une méthode du combat politique des temps modernes susceptible de porter leur voix au-delà du désert et de la steppe jusqu’à aux oreilles attentives des occupants du palais d’El Mouradia.

Non, tout cela c’est du passé.

Le combat politique, la lutte syndicale, la revendication des droits civiques, des libertés individuelles et collectives, en un mot un peu de démocratie, peuvent être menés d’une autre manière. Une manière pacifique et sans effusion de sang. Il n’y aura donc ni police anti-émeute, ni « azraine »* faisant face, dans les rues de la bourgade d’Ouargla, aux jeunes mécontents. Ils sont mécontents car complètement ignorés et délaissés par les pouvoirs publics. Comme le sont, du reste, les jeunes de toute l’Algérie. Jusqu’ici, ces jeunes tenaient les murs pour meubler leur temps en attendant des temps meilleurs. Mais face à l’ennui, face au manque de perspective et à l’horizon bouché, ces jeunes se sont rendu compte que la seule façon d’attirer l’attention des responsables politiques du pays est d’entreprendre quelque chose d’original. Ces jeunes se sont inspirés donc, tenez-vous bien, d’un vieil adage populaire qui dit « si la parole est d’argent, le silence est d’or ». Et de la pensée, de l’inspiration, ils sont vite passés à l’acte. C’est aussi simple que cela. Mais cela mérite une force de caractère à toute épreuve. Car l’acte consiste, ni plus ni moins, en une suture chirurgicale des lèvres. Cette automutilation (relative) pour l’autocensure est cependant volontaire. Dieu merci, elle n’est pas encore pratiquée à grande échelle. Seuls, paraît-il, quelques jeunes se sont adonnés à cette pratique qui semble émerger d’un âge primitif. En fait, elle est beaucoup plus de l’ordre du symbolique. Mais, elle n’est pas dénuée de risques. Immédiats d’abord, par les douleurs et les infections qu’elle pourrait entrainer chez ses promoteurs. Et secondairement ensuite par l’apparition de troubles psychiatriques autrement plus graves chez ces jeunes-là. En effet, l’on sait que dans certaines conditions de stress, par exemple, lorsque la parole est muselée, le corps est contraint, forcé, poussé à s’exprimer d’une autre manière. Si la parole ne sort pas de sa voie naturelle qu’est la bouche, elle sort sous forme pâteuse ou sous forme de diarrhée verbale par l’anus. Ce trouble du comportement a un nom en psychiatrie : l’encoprésie.  

J’aurai aimé que ces jeunes s’inspirassent d’autre chose, d’autres expériences qui ont fait leurs preuves ailleurs. N’ont-ils pas entendu parler de Stephane Hessel, par exemple, et de son fameux opuscule « Indignés-vous » ? Les jeunes Espagnols s’en sont inspirés en 2011. Ce qui a donné, plus tard, Podemos (« nous pouvons »), un parti politique fondé en 2014 et qui, lors de son premier test électoral aux élections européennes de la même année a enregistré des résultats tout à fait encourageants.

 Mais, ne faisons pas trop de reproches ces jeunes-là. Les jeunes d’Ouargla ou de Touggourt n’ont pas forcément la même culture politique ni les mêmes préoccupations existentielles que les jeunes Basques ou Catalans. Ils ont agi en fonction de leur environnement naturel, à la manière de l’autruche qui, face à un péril, se cache la tête dans le sable.

  • « Azraïne » est le nom donné par les jeunes émeutiers au véhicule « chasse-neige » utilisé par les forces anti-émeute pour dégager les rues de tout objet hétéroclite pouvant les obstruer.


Moyenne des avis sur cet article :  3.25/5   (4 votes)




Réagissez à l'article

3 réactions à cet article    


  • Doume65 12 février 23:59

    @GHEDIA Aziz

    Bonjour.

    Quels sont les résultats ?
    Notez que je ne demande pas s’ils obtiennent satisfaction dans leurs revendications, vous comprenez pourquoi.


    • GHEDIA Aziz GHEDIA Aziz 13 février 07:44

      @ Docume65

      Le résultat est que l’un d’eux, celui qui est sur la photo, est décédé à la suite de cette grève (pas seulement de la faim mais de tout) et, ce, avant l’intervention des services sanitaires de la région. N’Est-ce pas que c’est malheureux ? 


      • Doume65 13 février 13:26

        @GHEDIA Aziz
        Donc cette forme de protestation semble être une mauvaise idée. Il serait alors peut-être bon de ne pas la propager dans note pays. Vous savez, on nous l’explique dans tous les médias : les jeunes sont si influençables.

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès