Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les institutions financières internationales dans la tourmente

Les institutions financières internationales dans la tourmente

Qu’ont en commun l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC), le Fonds Monétaire International (FMI), la Banque Mondiale (BM) et l’Organisation de Coopération et de Développement Economiques (OCDE) ? La promotion active du système économique dominant, une absence totale de contrôle démocratique... et une période de turbulences dont elles ne semblent pas pouvoir s’extraire.

« Il y a un vrai problème de gouvernance mondiale. Le commerce planétaire n’a pas les institutions qu’il mérite. » La réflexion de Christian de Boissieu, professeur d’économie à l’université Paris I, résume parfaitement la situation actuelle. Cette déclaration vise plus particulièrement le plus évident symbole du malaise actuel qui frappe les institutions financières internationales : l’OMC. Qu’il est loin le temps où l’institution enchaînait accord sur accord, promouvant avec ferveur la doctrine du libre-échange, et s’évertuant à faire tomber les barrières économiques de toutes sortes. Seulement, le dernier point de « négociations », l’agriculture, remet en question à lui seul la pérennité de l’institution. Le cycle de Doha qui couvre ces discussions est toujours dans l’impasse, alors qu’il a été entamé en.... 2001. Les pays développés, en s’accrochant à leurs subventions agricoles dont tirent profit les multinationales de l’agroalimentaire au détriment des petits producteurs, portent une lourde part de responsabilité dans cet échec. L’OMC est totalement paralysée, tiraillée entre une improbable nouvelle capitulation des pays en voie de développement et un compromis que les milieux financiers des pays riches ne toléreront jamais.

Le FMI ne se porte guère mieux. Après avoir infligé pendant de très nombreuses années des cures économiques sévères aux pays pauvres soucieux de se voir accorder des prêts, le FMI est en panne de clientèle. Soucieux de se débarrasser d’une tutelle envahissante, nombre d’entre eux ont remboursé anticipativement leurs dettes. L’institution - désormais déficitaire - joue donc sa survie en tentant de se reconvertir en « grand manitou » de l’économie mondiale. Seulement, ce rôle n’est d’aucune utilité s’il n’est pas assorti de mesures contraignantes : la mise en garde du FMI au sujet de l’instabilité liée aux crédits immobiliers américains n’a pas empêché la crise des « subprimes  » qui a suivi. Le FMI ne s’apparente désormais qu’à un donneur de leçon incapable de mettre en oeuvre ses mises en garde. Grandeur et décadence.

La Banque Mondiale est quant à elle en convalescence. Tout juste sortie de la grave crise interne qu’avait provoquée la présidence du « faucon » américain Paul Wolfowitz, l’institution risque de patienter encore longtemps avant de redorer son blason. Car si la démission de Paul Wolfowitz est apparue comme un soulagement pour le plus grand nombre, elle nous débarrasse de l’homme mais pas du système. Son successeur est en effet un autre proche de Bush Jr, Robert Zoellick. Dès lors, la Banque Mondiale continuera toujours d’être perçue comme un outil de domination des pays riches - et plus particulièrement américain - ce que les contreparties demandées depuis des décennies aux pays pauvres en échange de projets de financement viennent confirmer... Là aussi, pas ou peu d’améliorations en vue.

A part celles provenant du mouvement altermondialiste, l’OCDE semble a priori plus épargnée par les critiques. Pour autant, l’institution n’échappe pas au malaise général qui frappe les institutions financières internationales. Le problème ne concerne pas tant les vieilles recettes de promotion du libre-échange et de l’économie de marché, toujours appliquées avec autant de ferveur, que l’application des nombreuses chartes dont elle s’est dotée. Parmi elles figure la grande convention anticorruption, qui est dédaigneusement ignorée par tous ces membres : en effet, la lutte contre la corruption, c’est bien, mais c’est encore mieux chez les autres. C’est ce qu’a confirmé Tony Blair en début d’année en annulant, au grand dam des instances dirigeantes de l’institution, la procédure en justice entamée à l’encontre de BAE Systems (accusée d’avoir versé plusieurs centaines de millions de livres sterling à l’Arabie Saoudite en l’échange de juteux contrats). Cadenassée par certains de ses membres qui veulent maintenir le sacro-saint principe d’« auto-régulation », l’OCDE est prise à son propre jeu d’instance qui ne peut que proposer, et non disposer. Si l’on devait encore en rajouter une couche, on devrait évoquer les salves nourries, parfois par simple calcul politique il est vrai, adressées aux Banques Centrales. La crise de l’immobilier américain et la contagion qui s’en est suivie a ravivé encore les critiques. Bien que trop vaste et complexe pour être développé dans cet article, ce débat nous rappelle que les Banques Centrales font face à la même défiance que celles qu’engendrent les autres institutions financières internationales.

Au vu de ce qui précède, on devrait se réjouir de la perte de crédibilité de ces institutions qui, au lieu de s’adapter au nouvel équilibre mondial et de s’intéresser davantage aux populations les plus vulnérables, ne reflètent plus que la médiocre tentative des pays riches de maintenir leurs privilèges à n’importe quel prix. Et pourtant, on aurait tort de se réjouir de la crise de confiance que traversent les IFI actuellement. Car ce délitement n’engendre finalement que des perdants.

Telles qu’elles fonctionnent actuellement, les institutions financières internationales ne peuvent en effet que creuser le fossé qui sépare les pays riches des autres. La Banque Mondiale et le FMI restent plus que jamais cadenassés par les pays développés. D’une part, la répartition des votes au sein de la Banque Mondiale et du FMI est le reflet d’une attitude quasi colonialiste. La redéfinition des parts de vote décidée par le FMI en septembre 2006 n’a été qu’un leurre, puisqu’elle n’octroie qu’à quatre pays une augmentation cumulée de moins de 2 %. La Belgique bénéficie par exemple toujours de plus de voix que tous les pays africains réunis... La règle non écrite stipulant que le président de la Banque Mondiale est américain et celui du FMI européen est toujours d’application. On pourrait encore rajouter que les pays riches et leurs industries ont été systématiquement les grands bénéficiaires des accords passés à l’OMC et que ce sont encore ceux-ci qui tentent de s’accrocher à leurs privilèges dans le cadre du cycle de Doha. Tous ces éléments ne peuvent que conforter ceux qui perçoivent dans ces institutions un instrument de domination des pays du nord en leur faveur, qui contribue à maintenir le rapport de force actuel.

Les dysfonctionnements de l’OMC peuvent apparaître au premier abord comme un soulagement pour tous les défenseurs d’un commerce international plus équitable. Pourtant, à y regarder de plus près, la stagnation des négociations du cycle de Doha engendre un phénomène encore plus désastreux qui renforce le déséquilibre entre dominants et dominés : l’essor d’accords bilatéraux. On en recense actuellement dans l’institution plus de 200. Mais qu’on ne s’y trompe pas, ces accords ne reflètent jamais un équilibre entre les pays signataires. Les Etats-Unis, qui ont sans surprise profité de l’aubaine, en sortent toujours gagnants. Les pays pauvres, dans l’espoir d’obtenir des échanges commerciaux privilégiés avec les puissants, sont obligés en contrepartie de lâcher du lest : abaissement de barrières fiscales, ouverture de marchés aux multinationales étrangères, etc. La loi de la jungle menace les échanges mondiaux.

Quant à l’OCDE, force est de constater que son coût est largement disproportionné pour son « apport ». Pour assurer le budget de 420 millions d’euros nécessaire à son fonctionnement, l’Organisation « est financée principalement par des contributions statutaires et volontaires de ses pays membres ». Traduction : les citoyens des pays riches en général. Pour un outil de propagande qui sert avant tout les grands groupes financiers des pays riches, ne serait-ce pas cher payé ? Poser la question, c’est y répondre.

Au final, la problématique des institutions financières internationales nécessite une action immédiate et concertée de la part de l’ensemble des protagonistes. Les chantiers les plus urgents sont de les réadapter à la nouvelle architecture mondiale, de recréer urgemment un capital de confiance auprès de la société civile en redéfinissant leurs objectifs, et d’imposer une plus grande transparence dans leurs fonctionnements et leurs processus de nominations. Laisser la situation en l’état actuel serait non seulement contre-productif mais n’aboutirait qu’à renforcer d’une part le gouffre qui sépare les pays riches des autres, et d’autre part celui qui sépare les citoyens d’institutions pour le moment trop peu soucieuses de leurs revendications.


Moyenne des avis sur cet article :  4.69/5   (13 votes)




Réagissez à l'article

10 réactions à cet article    


  • stephanemot stephanemot 3 septembre 2007 10:41

    On a les institutions qu’on mérite et le paysage n’est effectivement guère follichon.

    Comme pour l’environnement, une entité existe au sein de l’ONU, qui pourrait clamer la légitimité sur l’ensemble du domaine économique et gagner en autorité. En l’occurence, le Conseil économique et social dont les missions visent théoriquement à un Développement économique et social harmonieux.

    Il faut une volonté politique, à commencer par les membres permanents au conseil de sécurité. Autant dire pas tant que Dubya est au pouvoir.


    • ZEN ZEN 3 septembre 2007 11:10

      De boissieu se réveille un peu tard...

      Merci à l’auteur pour cette analyse. Il n’est pas sûr que beaucoup d’états soient prêts à changer quoi que ce soit...Faudra-t-il attendre une crise financière majeure à échelle mondiale ? Je le crains...


      • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 12:18

        +1

        mais une crise financière mondiale, c’est un risque de guerre accru.


      • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 3 septembre 2007 12:27

        Je crains que la seule opportunité de réformer en profondeur les IFI ne coïncide avec le départ de Bush. L’administration américaine bloquera toute forme de débat qui remettrait en cause les privilèges dont disposent les multinationales américaines.

        Une crise financière majeure ne changerait probablement rien à l’affaire, la preuve avec celle des « subprime »... on a même pas parlé de réorienter le FMI vers son créneau initial, à savoir la surveillance des désordres monétaires et élargir cette compétence à l’ensemble des pratiques de la finance mondialisée.


      • aurelien 3 septembre 2007 12:49

        A regarder le paysage démocrate outre-atlantique, ce n’est guère plus « follichon », et le changement d’investiture qui s’annonce ne va rien changer en profondeur dans un super état aux collusions financières et industrielles très puissantes.

        Plus proche, en France, c’est le marasme, et en Belgique ?


      • valentin1979 3 septembre 2007 13:49

        @Forestent

        Risque de guerre accru... ou de révolte sociale, si ca se dirige contre les « éventuels responsables » de l’intérieur du pays.


      • Yves Rosenbaum Yves Rosenbaum 3 septembre 2007 14:10

        @ aurélien

        Idem chez nous, la Belgique est en voie d’implosion. C’est l’histoire d’un couple qui se dispute tout le temps, l’un a du pognon (ou du moins crois qu’il en a beaucoup)et voudrais se tailler avec, l’autre le supplie de ne pas partir par ce qu’il a peur de rester seul ... smiley

        Le reste est hors-sujet par rapport à cet article mais je développerai ça très prochainement dans un billet consacré à ce qui reste de notre petit royaume


      • Forest Ent Forest Ent 3 septembre 2007 15:11

        « Risque de guerre accru... ou de révolte sociale, si ca se dirige contre les »éventuels responsables« de l’intérieur du pays. »

        Je préfererais, mais ça s’est rarement passé comme ça dans l’histoire. En général, on cherche plutôt le bouc émissaire de service.


      • aurelien 3 septembre 2007 17:33

        Espérons que l’on n’en soit pas encore là : le bouc-émissaire humain, ça a toujours été populaire et lucratif, mais au final, ça ne permet nullement de tirer les véritables leçons des erreurs perpétuées à grande échelle.

        Le « bouc-émissaire », c’est la pensée humaine, incapable de cohésion et de faire vivre en bonne entente tous les peuples de la planète et toujours en lutte pour la domination illusoire des êtres par le biais d’organisations politiques, économiques, scientifiques ou religieuses.


      • JL JL 3 septembre 2007 14:52

        Bof. En gros ça va mal pour les maîtres du monde, c’est ça ?

        Et quand ça va mal pour les riches c’est pire pour les pauvres que quand les maîtres du monde vont bien ? J’ai bon ?

        Quand je lis par exemple : «  » Telles qu’elles fonctionnent actuellement - mal, dites-vous - les institutions financières internationales ne peuvent en effet que creuser le fossé qui sépare les pays riches des autres. «  »

        Creuser le fossé encore plus que quand elles vont bien ? N’est-ce pas ce que font d’ordinaire les IFI ?

        A quand une souscription pour leur venir en aide ?  smiley

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès