Fermer

  • AgoraVox sur Twitter
  • RSS
  • Agoravox TV
  • Agoravox Mobile

Accueil du site > Actualités > International > Les leçons d’un référendum

Les leçons d’un référendum

Entre l’état colombien et les FARC un accord de paix semble avoir été trouvé. Mais voilà, le peuple n’en veut pas. Sa volonté, exprimée par référendum, sera-t’elle respectée ? On peut en douter.

Le 26 septembre dernier, à la Havane, un accord de paix historique était signé entre l’état colombien, par l’entremise de son président Juan-Manuel Santos, et Rodriguo Londono, commandant en chef des FARC (Forces Armées Révolutionnaires Colombiennes). Du coup, l’Union Européenne retirait aussitôt les FARC de la liste des organisations terroristes. Après cinquante deux ans de combats, de répression, d’exactions et d’enlèvements – la franco-colombienne Ingrid Betancourt en sait quelque chose -, les armes allaient enfin se taire et laisser la place à une ère de reconstruction du pays.

Mais cet accord final devait néanmoins être soumis au peuple colombien par référendum, le dimanche suivant 2 octobre. Et là les choses se gâtèrent car, loin de confirmer les espérances de ceux qui l’avaient organisé, les Colombiens rejetèrent à une courte majorité (50,21% de « non » contre 49,78% de « oui ») l’accord passé avec les révolutionnaires. Pour leur décharge, il faut dire que les méthodes des FARC, durant ces décennies de guerre civile, furent extrêmement violentes, visant tout particulièrement les populations rurales qui refusaient – on les comprend – d’être émancipées au prix de la destruction de leurs biens, voire de leurs vies mêmes. Il dégouline encore, le sang que ces guérilleros – par ailleurs grands trafiquants de cocaïne – ont sur les mains, puisqu’on estime à 260 000 morts et 45 000 disparus le bilan global de ce demi-siècle de luttes armées. Contrairement aux Algériens qui, en 2005, ont approuvé massivement l’amnistie des tueurs du GIA, les Colombiens n’ont pas voulu d’une paix civile au mépris de la justice. Ils ne veulent pas croiser tranquillement dans la rue leurs anciens oppresseurs et encore moins les retrouver à des postes administratifs et politiques. Car le problème de la réinsertion des anciens combattants révolutionnaires ne peut que se poser rapidement dans ce pays en mutation.

Ce sursaut de fierté et de courage – même orienté par l’opposition au président Santos – les honore certainement. Est-il cependant souhaitable à l’heure où une embellie de paix apparaît enfin après tant de souffrances ? Il illustre le sempiternel conflit entre l’absolu et le relatif, l’éthique et le pragmatisme, l’intransigeance et la compromission. Sur ces entrefaites, vendredi dernier, l’académie Nobel a décerné son prix annuel de la paix à Juan Manuel Santos pour récompenser son travail de négociateur. Il le méritait sans doute plus que Laurent Fabius (également en lice), mais cette attribution est quand même lourde de présupposés politiques. Manifestement, le jury suédois a voulu ainsi contrebalancer un processus de paix déjà minée par la discorde. Y aura-t’il une renégociation de ce fragile accord, voire un nouveau référendum ? Dans les conditions actuelles, il y a tout lieu de penser que l’état colombien va s’asseoir sur la volonté de son peuple et le contraindre à la paix désirée avec le soutien de la communauté internationale. Si on sait depuis longtemps que la consultation directe est un mode de scrutin dangereux pour les dirigeants d’un pays, on mesure aussi sa fragilité quand il remet en cause leur prestige et leurs intérêts.  

 

 Jacques LUCCHESI


Moyenne des avis sur cet article :  4/5   (1 vote)




Réagissez à l'article

2 réactions à cet article    


  • Jeussey de Sourcesûre Jeussey de Sourcesûre 14 octobre 11:39

    « Sa volonté, exprimée par référendum, sera-t’elle respectée ? On peut en douter. »


    Les référendums ont une fâcheuse tendance à produire des résultas contraires aux attentes des organisateurs qui, eux, ont une fâcheuse tendance à ne pas en tenir compte. Cela montre simplement qu’un référendum est avant tout un outil de manipulation. En 68, les Français avaient voté oui à la baisse du prix de l’essence et se sont aperçu après coup qu’il y avait une autre question mais qu’on ne pouvait donner qu’une seule réponse. Peut-être que les peuples tirent des leçons de l’histoire ?

    • HELIOS HELIOS 14 octobre 16:31

      ... il ne faut pas confondre « référendum » et « plébiscite » !  C’est helas là que se trouve le mal.


      En supposant cette distinction faite, le référendum sert a exposer un choix et demander au peuple son avis direct... a travers une réponse simple : oui ou non

      Dans le cas colombien, il faut bien comprendre la réalité.
      La question posée etait claire mais helas la réponse ne pouvait pas se résumer a un oui ou un non.
      C’est pour cela que l’abstention (50% environ) a été si importante... quand au « non » qui a légérement battu le oui... il exprimait que les 25% des colombiens qui l’on imposé.

      Compte tenu de l’histoire, des violences -des deux cotés- des options politiques etc.... c’est une recomposition politique qui etait attendue et surtout une prise en main des crimes (commis je le répète, des deux cotés) avec des procés à la cléf... or rien de tout ça ne pouvait transparaitre dans la question d’un référendum.

      Le Brexit, par exemple est bien une question de référendum, puisqu’il est une option majeure, valide a moyen ou long terme, dont la réponse peut etre faite par oui ou par non...et l’on voit bien que le travail politique ulterieur faisant suite a ce référendum devient un travail démocratique -il y aura des reglement et des lois - lui ne pourra pas etre référendaire.

      mais, bon, faut faire comprendre cela a des gens, chez nous, qui ne veulent pas entendre parler de démocratie.... c’est bien pour cela qu’on nous a « baisé » apres le choix de 2005 -traité de Lisbonne, merci Sarko et tous les parlementaires qui savaient que les citoyens français n’en voulait pas- .
      Comme pour le Brexit, il faudrait reposer la question aux français, a travers un « Frexit » ... ce n’est helas pas demain la veille....
      Et, si vous vous souvenez bien, Sarko qui veut rendre -soit disant- au français leur liberté, il ne faut pas oublier qu’il a été auparavant coutumier du fait, puisque, rappellez vous, J Chirac avait fait voter une disposion constitutionnelle imposant le référendum pour toute nouvelle adhesion a l’UE (c’etait a l’époque ou la Turquie etait assez proche de la porte)... et notre petit agité a ensuite emballé dans une modification constitutionnelle qui n’avait rien a voir, la suppression de l’obligation de référendum !!!

      allez, zou, je sors...

Ajouter une réaction

Pour réagir, identifiez-vous avec votre login / mot de passe, en haut à droite de cette page

Si vous n'avez pas de login / mot de passe, vous devez vous inscrire ici.


FAIRE UN DON






Les thématiques de l'article


Palmarès